Liberté d’expression : jusqu’où le débat contradictoire est-il utile ?

La société ne peut se passer de débat contradictoire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
liberté d'expression

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liberté d’expression : jusqu’où le débat contradictoire est-il utile ?

Publié le 8 août 2019
- A +

Par Hadrien Gournay.

À l’heure des lois interdisant les fausses nouvelles, réflexions et spéculations sur l’intérêt du débat contradictoire dans cinq domaines.

Problème 1 : procédure ou initiative humaine… dans l’aviation

Dans le très beau film Sully de Clint Eastwood, le commandant de bord du même nom est confronté à une situation totalement inédite. Peu après le décollage, les deux réacteurs de l’avion sont brusquement hors d’état de marche. Les procédures d’aviation prévues en pareil cas voudraient qu’il tente de regagner l’aéroport. Estimant dans l’urgence ne pas en avoir le temps, il préfère faire « amerrir » l’avion dans l’Hudson. Tous les passagers auront la vie sauve mais l’avion sera inutilisable. La suite du film relate les enquêtes ultérieures sur la question d’une possible erreur du commandant. A-t-il sauvé la vie des personnes dont il avait la responsabilité ? Ou a-t-il détruit inutilement un avion ?

Les procédures synthétisent des expériences antérieures. Elles donnent au personnel de bord à qui on a appris à réagir en fonction, les instructions les plus efficientes. Statistiquement, l’initiative humaine qui leur est contraire a une majorité de risques de mener à la catastrophe. Néanmoins, la supériorité de la procédure sur l’initiative humaine reste probabiliste. Elle n’exclut pas une décision plus avisée d’un pilote dans un cas particulier. Il reste à savoir si le principe du respect de la procédure est absolu. Dans le cas contraire jusqu’où il doit être suivi ?

Pour les uns, le pilote devrait par avance « éclipser » son propre jugement et obéir à la procédure comme un bon soldat. Pour les autres, il peut recouvrer sa faculté de jugement lorsque la décision imposée par la procédure apparait trop manifestement erronée dans les circonstances qu’il rencontre. Les deux solutions ont leur défaut. Laisser entendre qu’il est possible de quitter la procédure dans certaines hypothèses c’est autoriser le pilote à juger quand il applique ou non la procédure. N’est-ce pas substituer son jugement moins fiable à la procédure ? Appliquer coûte que coûte la procédure revient à s’interdire d’emprunter une issue de secours lorsqu’elle n’est pas adaptée.

Problème 2 : débat contradictoire lors d’un procès ?

Les données du problème

La probabilité d’adopter une opinion est supérieure lorsqu’on l’entend seule que lorsque l’on entend également l’opinion opposée. Pour la même raison, elle est également plus forte si l’on entend les deux points de vue que si l’on entend seulement le point de vue opposé.

Le principe du débat contradictoire lors d’un procès pénal suppose que les chances que la conviction des jurés soit fondée en raison est plus forte si ceux-ci ont eu accès aux deux points de vue.

Cela ne veut pas dire que l’examen des deux points de vue aboutisse à une probabilité d’adopter le bon supérieure à 50 % mais qu’elles sont augmentées. Développons cette idée par un exemple. Le point de vue de la raison examiné seul conduit à 50 % d’opinion favorable. Le point de vue de la passion examiné seul conduit à 90 % d’opinion favorable à la passion (10 % pour la raison). L’examen des deux points de vue conduit à 40 % pour la raison et 60 % pour la passion. Dans ce cas, malgré la tendance de la passion à l’emporter sur la raison, l’examen des deux possibilités est la meilleure option. Elle donne 40 % de chances à la raison. L’écoute d’un seul des deux discours au hasard correspond à la moyenne de 50 et de 10.

Discussion

Dans notre exemple, l’analyse des probabilités nous conduirait à écouter deux points de vue plutôt qu’un seul au hasard. Pourtant, puisqu’entendre un seul point de vue donne plus de chances de l’adopter, la meilleure configuration serait d’entendre exclusivement le discours de la raison. Mais qui devrait attribuer cette qualité a priori à un discours ? Et devrait-il lui-même les avoir écoutés ?

Examinons un cas spécifique. Un juré dont l’opinion est généralement fiable estime que la thèse qui lui a été présentée est quasi certaine. Aussi, il souhaite ne pas assister à l’exposé de la deuxième thèse car il aurait davantage de chance de se tromper en vertu du deuxième principe. Mais de deux choses l’une : soit après l’examen de la deuxième thèse, il ne change pas d’avis et dans ce cas là cet examen n’aura pu faire de mal. Soit il change d’avis et c’est qu’il aura probablement raison de le faire en vertu du premier principe.

Dans le procès, il ne peut exister d’exception au principe du contradictoire.

Problème 3 : discussion scientifique

Examinons un problème similaire au sein de la démarche scientifique. Supposons la validité du théorème suivant. La chance qu’une position minoritaire sur une question scientifique soit avérée est égal à la racine carré du pourcentage de scientifiques adoptant cette position. Ainsi, une position minoritaire adoptée par 16 % des scientifiques aurait 4 % de chances d’être vraie. On propose d’interdire, au sein de l’université et dans les publications de recherche, toute thèse minoritaire n’atteignant pas un certain seuil.

Là encore, de deux choses l’une : soit la thèse minoritaire le reste. Dans ce cas, la liberté des minoritaires n’aura provoqué aucun dommage. Soit elle devient majoritaire. Le dommage est-il devenu réel cette fois ? Ce serait une conclusion hâtive du principe présenté ci-dessus. En effet, nous n’avons pas affaire à l’opposition entre une thèse majoritaire et une thèse minoritaire mais entre deux thèses majoritaires à des moments différents. Or, la discussion scientifique et la confrontation des arguments permettent à la majorité d’avoir le plus souvent raison. Ici, nous constatons que le principe autrefois minoritaire a triomphé à la suite d’une discussion plus longue. Si le débat a tendance à faire ressortir la meilleure thèse, un temps de débat plus long a d’autant plus de chances de la faire émerger. Sa véracité est donc plus probable. L’argument prétendant justifier la proscription des thèses scientifiques minoritaires est irrecevable.

Problème 4 : démocratie, le centre contre les extrêmes

Exposé du problème

La démonstration appliquée ci-dessus à la discussion scientifique pourrait être transposée sans modifications aux rapports entre majorité et minorité dans une démocratie. Elle conduirait à défendre dans l’intérêt de tous le droit de la seconde à exprimer ses idées.

Tentons malgré tout de reformuler légèrement la problématique. Pour cela, substituons à l’opposition entre majorité et minorité l’opposition entre électeur médian modéré et électeurs extrêmes. Pour autant, les étapes du raisonnement resteraient grosso modo identiques. Les opinions de l’électeur médian sont généralement préférables aux extrêmes mais interdire aux extrêmes d’exprimer les leurs serait contre-productif. Les opinions extrêmes d’aujourd’hui seront peut être l’opinion médiane de demain. Nos progressistes du jour, représentatifs de l’électeur médian actuel, admettront sans peine que le féminisme et la défense des droits des homosexuels tels qu’ils les conçoivent, faisaient figure il y a cinquante ans d’opinions extrémistes.

Il reste que du point de vue du libéral, défenseur de la liberté d’expression mais également opposé à l’extrême gauche anti-capitaliste comme à l’extrême droite nationaliste, l’idée qu’il y aurait dans les propositions de ces deux courants des choses bonnes à prendre pourrait ne pas paraître évidente. Le raisonnement exposé jusqu’ici nous incite à oublier ce que nous croyons savoir par ailleurs au profit d’une démarche probabiliste. Or, pouvons-nous oublier que les idées et les solutions proposées par l’extrême droite et l’extrême gauche sont dangereuses ? En quoi les mettre en œuvre pourrait être bénéfique en quoi que ce soit ?

Discussion

Toutefois, si les opinions extrémistes sont le plus souvent délirantes, il leur arrive d’avoir une certaine lucidité face aux délires de l’électeur médian. L’extrême gauche et l’extrême droite de l’époque étaient bien moins enthousiastes face au projet colonial que ne l’était le centre républicain. Alors même qu’il peut lui paraître opposé au premier regard, la culpabilité ayant remplacé l’excès d’orgueil, le thème le plus proche par ses visées messianiques de la colonisation est le thème du réchauffement planétaire. Hier, on louait la « mission civilisatrice de l’Homme blanc », aujourd’hui, on prétend « lutter contre le dérèglement climatique » afin de « sauver la planète ». Les deux ont aussi en commun de fédérer les élites de leur temps et d’avoir la caution de l’électeur médian.

Un sceptique pourrait rétorquer qu’admettre que les extrêmes puissent jouer le cas échéant un rôle salutaire ne justifie pas de courir le risque de voir leurs idées les plus dangereuses être adoptées. Certes, ajouterait-il, nous voyons que les extrêmes peuvent à l’occasion tempérer la démesure centriste mais le risque de laisser leurs idées les plus toxiques triompher l’emporte sur cet avantage. Si les extrémistes peuvent avoir des idées sensées sur certains sujets, leurs idées centrales sont incontestablement néfastes. Il rappellerait que le risque représenté par les extrêmes est parfois plus direct et immédiat que celui représenté par leur accès hypothétique au pouvoir. Justifiant souvent l’action directe, voire le terrorisme, ils ne sont pas seulement dangereux par le risque de convaincre un jour l’électeur médian.

Cependant, on peut aussi remarquer que sur la plupart des questions les extrêmes ne s’opposent pas à la vérité. Celle-si se trouve entre les extrêmes qui s’opposent. Cela signifie qu’il existe des arguments valables des deux côtés et que les extrêmes concourent à un tel équilibre. Or, ce sont les extrêmes qui énoncent ces arguments avec le plus de force. À n’écouter d’emblée que les modérés, on risque de négliger certaines questions. L’extrême gauche et l’extrême droite peuvent dénoncer avec plus de force, l’une les conditions de vie des sans-papiers, l’autre un réseau pédophile dont les membres d’origine pakistanaise asservissaient des adolescentes blanches (affaire de Telford). En l’absence de la vigueur des extrêmes, la modération est vidée de sa substance. Comme le cycliste qui n’avance pas, elle ne peut maintenir son équilibre.

Néanmoins, c’est peut-être en dehors du débat public que se situe l’intérêt des extrêmes. Selon notre hypothèse, l’électeur médian est dans la majorité des cas le plus raisonnable. Ce qui détermine sa position médiane est l’opinion de tous les électeurs, y compris les extrêmes. Ainsi, retirer les extrêmes du jeu électoral reviendrait à transformer en faiseur de rois un électeur médian factice, polarisé sur le plan politique, identifié à un camp. Or interdire certaines idées d’expression revient à démotiver les électeurs potentiels qui soutiennent ces idées et à les exclure de fait du jeu électoral.

Si les arguments précédents ne convainquent pas, rappelons l’argument classique de la pente glissante. Si l’on veut interdire les idées extrémistes où s’arrêter ? Comment être certain que le pouvoir modéré en place n’instrumentalise pas cette interdiction à son profit ? Elle sera pour lui un moyen commode de sauvegarder son pouvoir et les intérêts de ses clientèles au lieu de promouvoir l’intérêt supérieur de la nation.

Problème 5 : expertise et démocratie

L’opinion des spécialistes d’un sujet donné est dans la très grande majorité des cas supérieure à celle du grand public. Pourquoi ne pas faire prévaloir cette expertise en confiant aux tribunaux le soin de censurer les allégations absurdes diffusées dans les médias et contraires à ses conclusions ?

Les effets d’une telle solution dans un contexte démocratique dépendent de la concordance de l’opinion des experts avec celle du public.

Accord des experts et du grand public

Les experts sont rarement unanimes. Cette solution impliquerait de maintenir la liberté académique indispensable (problème 4) tout en restreignant celle-ci dans l’opinion. Verrait-on alors certains experts très minoritaires libres dans leur champ d’expertise mais interdits d’expression dans le grand public ? Mais dans ce cas comment en réalité conserver la liberté au sein de la recherche ? La recherche est un domaine assez souvent concurrentiel et féroce. Une absence de contagion de la restriction de la parole publique sur l’activité de recherche semble très improbable.

Opposition de l’opinion des experts et de l’opinion publique

Censurer l’opinion publique majoritaire présenterait de grandes difficultés. Dans le cas d’idées peu diffusées, la répression permettrait de les éradiquer en leur refusant toute alimentation. Ici, elle susciterait un phénomène de réaction. Un cycle de manifestation / répression risquerait de s’engager. Au final, de nouvelles élections donneront à l’opinion publique un gouvernement et une assemblée favorables à sa cause. L’opinion majoritaire prendra possession, au besoin par de nouvelles lois, des outils de la censure. Les choses n’iront probablement pas jusqu’à ce point. Il est très improbable que les tribunaux sanctionnent l’opinion admise concernant par exemple les OGM, les pesticides, etc.

Conclusion

Ces lois seront un outil au service de la majorité. Dans le meilleur des cas, l’opinion anti-scientifique de la minorité sera sanctionnée et non l’opinion anti-scientifique de la majorité. Dans le pire des cas, l’opinion scientifique de la minorité sera censurée.

D’un autre point de vue, ce système paraît particulièrement incohérent. Le peuple a la capacité de trancher entre les options qu’on lui soumet à condition qu’une main bienveillante les ait sélectionnées préalablement. Soit le peuple est apte à choisir, soit il ne l’est pas.

La solution la plus cohérente est d’appuyer le gouvernement sur l’élite des experts et d’abandonner la démocratie. Un nouveau problème survient alors. Déterminant une solution politique, la science n’est plus la science, avec les avantages et l’objectivité que l’on peut attendre d’elle. Elle se politise et les enjeux de pouvoir y deviennent déterminants.

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • brillantissime article

     » Soit le peuple est apte à choisir, soit il ne l’est pas. »

    Apparemment en France il ne l’est pas , çà a été décidé en 1958..
    avec la constitution de la 5 eme republique et son code électoral..
    puis perfectionné par Mitterrand avec la creation du front national
    qu’il a largement poussé,..
    De ce fait avec un scrutin uninominal a 2 tours, le jeu consiste a etre au deuxième tour avec le front national pour etre élu…
    meme si on a fait 20% des suffrages au premier tour avec une abstention de 60%..
    cerise sur le gâteau Jospin a placé les législatives apres les présidentielles pour le cas ou il aurait été élu..afin d’être sur d’avoir une majorité
    il a foiré.. c’est resté la regle..qui peut croire encore que la France est un pays démocratique?

    Code électoral truqué a l’évidence, administration qui règne , nous ne sommes pas loin de la liberté chinoise, avec un état et une administration qui controle tout! decide de tout !et pompe 56% de la substance pour peser encore sur les élections par clientélisme..

    Non la France n’est pas une democratie, mais une ploutocratie adoubée par une administration qui règne..

    Si on voulait une democratie , il faudrait que les députés soient élus a la proportionnelle, que l’assemblée nationale vote pour un premier ministre qui gouverne. Avec si vous voulez un president
    proposé par le premier ministre qui n’aurait qu’un rôle de veto
    a ajouter au conseil constitutionnel, point
    Que tous les ministères non régaliens soient soit tout simplement
    reconsidérés..
    vous voyez biens que la france aurait une autre gueule et qu’elle pourrait devenir le pays le plus riche d’Europe en étant libérée..

    en effaçant une bonne fois pour toute la honte de la collaboration qui a conduit a offrir aux communistes la gestion paritaire de l’etat
    en syndicalisant la fonction publique qui fait chanter les politiques mal élus..
    Voila le mal français!

    • C’est un article capillo-tracté avec des suppositions bien compliquées je trouve. Pas inintéressant cependant.
      Dire que la France n’est pas une démocratie parce que vos idées nationalistes extrémistes n’arrivent pas en tête est lâche.
      Imaginez avoir le choix entre ceci : 5 candidats à l’élection. 100% de votants, vote non obligatoire.
      – Majorité des votants simple gagne ?
      – majorité qualifiée sinon deuxième tour avec majorité simple ?
      – Majorité du corps électoral, qu’il vote ou pas ?
      – Un premier tour où l’électeur désigne ses 3 candidats préférés et un deuxième où il n’en choisit qu’un ?
      – Attribution de vote de préférence (genre 1 point, 2 points, etc sur les 5 candidats), celui qui a le plus de points gagne ?
      – Et tellement d’autres combinaisons démocratiques

      VOus n’aimez pas la démocratie et vous n’aimez pas la Liberté. Vous voulez un Etat minimaliste mais puissant qui vous assure de pouvoir vivre votre liberté égoïste et individuelle sur votre propriété privé sans que quelqu’un ne vienne vous embêter (surtout s’il n’a pas une bonne couleur).

      • C’est si incongru que ça d’attendre que l’état français serve les citoyens français ?

      • @dernier
        accusez moi de fascisme pendant que vous y etes

        • « VOus n’aimez pas la démocratie et vous n’aimez pas la Liberté »
          vous dites que la france est un pays libre et démocratique? »
          vous travaillez a la stasi?

          • Traitez moi de communiste tant que vous y êtes !
            Ah mais c’est que c’est un peu ridicule de parler ainsi.. je ne vous ai pas qualifié de fasciste, il vous manque quelques caractéristiques. Mais en tous cas, jamais je ne vous qualifierais de libéral au sens « noble » du terme.
            Et oui la France est un pays libre et démocratique.

            • si la france était un pays libre et démocratique comment vous expliquez l’abstentionnisme abyssal?
              comment vous expliquez que les « factions » ne fassent qu »un mandat
              dans un pays libre et démocratique on assiste pas a des révoltes
              qui cassent tout dans les rues
              en fait je doute que vous ayez vécu in jour dans une véritable democratie.. nous sommes dans une économie administrée
              pas mieux que la chine communiste au plan des libertés

              • l’abstention est un choix libre, dépendant de chacun. Qu’ils soient dégoutés, lassés, c’est une chose. Qu’ils s’en plaignent en manifestant est une chose. Mais je ne vois pas grand monde qui suit la voie démocratique pour changer les choses.
                En fait je doute que vous ayez vécu un jour dans une véritable économie administrée. Vous êtes dans une véritable démocratie, imparfaite, malmenée, qui prend l’eau, qui met des rustines un peu partout, qui développe heureusement plus de démocratie directe et participative (dont la gauche, les bobos, les communistes, etc raffolent. Vous êtes un de ceux là refoulé peut-être).
                Je n’ai pas vu ou lu dernièrement de journaliste « disparu », de blogeur « absent », d’agitateur « suicidé », de fouille-meude « en vacances » comme cela arrive en Chine.
                Avez-vous connaissance de menaces réelles et crédibles venant de l’Etat, de son administration, autre, envers Contrepoints ? Valeurs Actuelles ? Dreuze info ? Stop-mensonge ? Blog de H16 ? Et toutes la myriade de sites que vous connaissez bien mieux que moi qui diffusent un message anti-étatique ? Craignez-vous pour votre vie ? Votre famille ? Vos biens ?
                Est-ce que votre argent est encore à la banque à la merci de l’Etat ? Est-ce que vous cachez votre adresse IP avec un VPN comme tout le monde ici ? (gros rire).

            • Amahuit, Dernier communiste 😉

              • Tiens je ne pensais pas que mon commentaire était passé. Et non je ne suis pas communiste. Je serais plutôt sur la liste des groupes sociaux à risque le jour du Grand Soir.

      • Vous rendez vous compte que VOUS supposez des opinions politiques nationalistes de votre détracteur et qu’après vous parlez de ses suppositions compliquées? Au moins, il s’est abstenu de procès d’intention…
        En quoi il a dit qu’il n’aimait pas la démocratie? Il a dit qu’il n’aimait pas le mode scrutin actuel actuel. Critiquer le mode de scrutin c’est être pour l’autocratie? Vous êtes d’une mauvaise foi effarante.

        • Notre camarade Claude Henry de Chasne n’a jamais caché ses sympathies politiques pour le FN/RN.
          Aimer la démocratie, ce n’est pas l’aimer quand elle vous donne raison et la maudire quand elle ne vous donne pas gagnant. C’est l’accepter dans son principe.

  • On en a rien a fou… de l’utilité d’un débat. l’important c’est qu’il soit libre. Comment oser parler de « Liberté d’expression » en supposant que certains pourraient, la limiter, l’interdire au prétexte d’inutilité.

    • Si le débat est inutile, se battre pour qu’il puisse se tenir est souvent une manière de nier son inutilité et de le détourner.

      • J’ai du mal a suivre. « Nier l’inutilité » ne serait ce pas affirmer l’utilité ! ? Dans ce cas pourquoi faire simple ….

        • Désolé, j’ai dit « nier l’inutilité » parce que j’assume que certains débats sont aussi inutiles qu’omniprésents. « affirmer l’utilité » laisse entendre que le débat est utile mais que cette utilité a besoin d’être reconnue. L’article distingue à juste titre un débat légitime d’un débat utile. Ca n’est pas parce qu’un débat serait légitime qu’il est utile de débattre pour débattre, si une position n’a pas d’arguments à faire valoir, qu’elle se taise et qu’on évite le débat ! Avec nos médias férus de polémiques, on débat de tout et il est sacrilège d’imaginer qu’on puisse renoncer au débat faute d’arguments dans un camp, c’est forcément parce que ce débat subirait une interdiction légale.

          • Je suis d’accord avec le fait que les médias et les politiques nous gavent de débats inutiles, pour empêcher de laisser la place a d’autres sujets plus importants.

    • ça fait bien longtemps qu’il n’y a plus de débat en France. ne reste que des conversations entre gens du même avis qui pinailles sur les détails.

  • Concernant la science il est dangereux d’exclure le débat sous prétexte que la majorité a raison. Rappelons que la majorité des scientifiques croyait que la Terre était le centre du monde jusqu’au XVIe siècle, bien que certains Grecs de l’antiquité avaient déjà démontré qu’elle tournait autour du soleil. La théorie de Copernic aurait été rejetée, ce qu’elle fut dans un premier temps. Et les théories d’Einstein également, car pour la grande majorité les calculs de Newton faisait lois. Ce ne sont que 2 exemples parmi des milliers d’autres. C’est toujours ainsi que la science progresse. Un chercheur n’est pas d’accord avec ce qui est admis, donc avec l’unanimité de ses confrères, émet une hypothèse qui se révèle validée par l’expérience et gagne l’accord de toute la communauté!

  • Le débat contradictoire c’est peser le pour et le contre en détail d’un problème pour arriver à un consensus acceptable pour tous.
    Mais ça ne se passe jamais ainsi en France, ce sont des arguments à l’emporte pièce, des invectives , souvent hors sujet et à la fin personne n’y comprend rien! cf les débats TV et radio en France.

  • La liberté d’expression n’est qu’un moyen. La finalité, c’est le pluralisme.

  • Bonjour, merci et bravo pour cet article, je l’ai rajouté au site que j’ai créé qui s’appelle https://contradictions.info . L’objectif de ce site est de proposer des contenus contradictoires sur des sujets soumis à controverse sans prendre parti. En espérant que l’auteur et les lecteurs de contrepoints trouverons l’idée intéressante.

  • Paul Valéry disait : « le monde ne bouge que par les ultras et ne survit que par les modérés ».
    Bref, si l’on veut profiter de toutes les avancées qui se présentent (sur le plan politique, économique, technique…), éviter la sclérose, et en même temps, ne pas subir l’agitation permanente, il faut accepter ces allers-retours entre ultras et modérés.
    Ce en quoi Paul Valéry rejoignait à sa façon la sagesse de ma grand’mere qui professait : « il faut de tout pour faire un monde »…

  • Il y a bien longtemps que l’on ne débat plus,
    on polémique …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles