Le « jour du dépassement », une théorie mensongère

La théorie du « Jour du dépassement » n’a aucun sens. Elle est à reléguer au rang des pseudo-sciences.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Ben White on Unsplash - https://unsplash.com/photos/gEKMstKfZ6w

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le « jour du dépassement », une théorie mensongère

Publié le 26 août 2020
- A +

Par Michel Gay.

(Tiré d’un article de Michael Shellenberger paru sur Forbes le 29 juillet 2019.)

Depuis ce 22 août 2020 et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité consommera plus de ressources que notre planète ne peut en produire de manière durable, selon le Global Footprint Network (GFN), qui détermine de telles dates depuis 1986.

L’humanité utilise la nature 1,75 fois plus vite que les écosystèmes de notre planète ne peuvent se régénérer. Cela revient à utiliser 1,75 Terre.

« Les pays riches utilisent les ressources plus rapidement que les pays pauvres », explique le GFN. Les États-Unis, l’Australie, le Danemark et le Canada utilisent leurs ressources avant la fin du mois de mars, tandis que Cuba, le Nicaragua, l’Irak et l’Équateur ne le font pas avant décembre.

Le « jour du dépassement » (Earth Overshoot Day) est fondé sur la notion « d’empreinte écologique » utilisée par le Fonds mondial pour la nature, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le développement humain, et l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Mais l’empreinte écologique est-elle un concept scientifique ?

Non.

En 2013, Michael Shellenberger avait déjà démystifié « le jour du dépassement » et le calcul de l’empreinte écologique en s’appuyant sur un article de la revue scientifique à comité de lecture, PLOS Biology, intitulé « La taille de la chaussure est-elle adaptée ? L’empreinte est-elle imaginaire ou réelle ? »

Il avait révélé que cinq des six mesures qui composent l’empreinte écologique, y compris l’alimentation et l’activité forestière, étaient en équilibre ou excédentaires. Les seules émissions déséquilibrées étaient les émissions de carbone de l’humanité.

Mais résoudre ce problème ne nécessite pas que les pays riches deviennent pauvres, ou que les pays pauvres restent pauvres, mais simplement de se tourner vers des sources d’énergies ne produisent pas ou peu d’émissions de carbone. Ce processus est connu sous le nom de « décarbonisation ».

La France et la Suède sont les deux seuls pays au monde où les ressources énergétiques sont nettement décarbonées. Et ils ne l’ont pas fait en s’appauvrissant, mais en s’enrichissant grâce à l’utilisation de l’énergie nucléaire

Aujourd’hui, la France produit une électricité émettant un dixième des émissions de carbone de l’Allemagne avec une électricité moitié moins chère, grâce au nucléaire.

Comment les créateurs de l’empreinte écologique ont-ils masqué ce qu’ils avaient fait ? 

En supposant tout simplement que le seul moyen de résoudre le changement climatique était d’accroître la surface des forêts pour absorber toutes les émissions industrielles de carbone.

En d’autres termes, l’empreinte écologique convertit les émissions de dioxyde de carbone (CO2) en surface d’utilisation des sols, ignorant ainsi tous les autres moyens d’absorber ou de ne pas émettre de CO2.

Pire encore

Des forêts différentes absorbent le CO2 à des vitesses différentes dans le temps. Mais l’empreinte écologique définie par le GFN choisit arbitrairement un nombre unique pour représenter le taux d’absorption de carbone dans le temps pour toutes les forêts du monde. 

La méthode pour calculer cette empreinte écologique est mieux connue sous le nom de « garbage in, garbage out » (entrer des données fausses dans un ordinateur conduit à des résultats faux).

Le résultat de l’impact de l’empreinte écologique devrait donc conduire les pays développés riches comme les États-Unis, l’Europe et l’Australie à essayer de vivre comme les Cubains et les Nicaraguayens. Ou bien à reconvertir toutes les vieilles forêts du monde en forêts avec des arbres à croissance rapide.

Le document de Michael Shellenberger publié en 2013 a été largement couvert par les médias, notamment par Scientific American, New Science, et même Le Monde, mais cela n’a pas empêché la Commission européenne et d’autres organismes gouvernementaux de reconnaître le « Jour du dépassement de la Terre » pour des raisons politiques et médiatiques.

L’empreinte écologique et le jour du dépassement de la Terre ont été créés au moment même où les pays d’Europe occidentale et les Nations Unies ont adopté une approche néo-malthusienne des problèmes environnementaux.

Que dit l’ONU ?

Ironiquement, l’ONU préconise l’utilisation de combustibles à base de bois plutôt que le nucléaire.

Dans un rapport de 1987 intitulé « Notre avenir à tous » (Our Common Future) les Nations Unies ont dénoncé le nucléaire et insisté pour que les pays pauvres utilisent le bois de chauffage. « Les pays pauvres en bois doivent organiser leurs secteurs agricoles de manière à produire de grandes quantités de bois et d’autres combustibles végétaux ».

L’auteur principal de ce rapport était Gro Brundtland, ancien Premier ministre de Norvège, un pays devenu riche dix ans plus tôt grâce à ses abondantes réserves de… pétrole et de gaz.

Des personnalités comme Brundtland ont défendu l’idée que les pays pauvres n’avaient pas besoin de consommer beaucoup d’énergie, ce qui s’est révélé être totalement faux. La consommation d’énergie est étroitement liée au PIB par habitant, aussi bien aujourd’hui qu’auparavant lorsque les pays riches étaient eux-mêmes pauvres.

Aucun pays riche ne dépend principalement du bois pour produire de l’énergie, tout comme aucun pays pauvre ne dépend principalement du nucléaire.

« L’empreinte écologique » a autant de mérite scientifique que l’astrologie, la phrénologie et les théories de la Terre plate, et il est temps de la traiter comme une théorie pseudo-scientifique et mensongère.

Un article initialement publié en juillet 2019.

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • je trouve que ce n’est pas concept « faux » mais par contre fallacieux idéologique, il postule que l’environnement et le climat ne doivent pas être changés…
    ça n’a rien à voir avec de la consommation de planete.. juste une mesure de l’emprise humaine et c’est bien ce que ces gens veulent voir diminuer..

    et je trouve que c’est à double tranchant, ça prouve implicitement que nous dépendons des fossiles de façon vitale ou que sans fossile..on a un GROS problème…

    que les médias reprennent les propos des ong sans aucun questionnement est un problème..

    que les gens qui autoproclament défenseurs de l’environnement soient appelés défenseurs de l’environnement est aussi un problème pour moi..

    • Nous ne dépendons pas des fossiles de manière vitale. Nous en dépendons parce qu’il n’y a pas mieux pour l’instant. Leur exploitation est une question de prix et les substituts n’attendent plus que d’être compétitifs.

      • il y a évidemment des modes de production énergétiques alternatifs mais je ne vois pas ce qui peut permettre d’affirmer que ce soit suffisant pour maintenir le niveau de vie fossile…

  • tout ceci participe de la supercherie religieuse verte

  • Franchement, puisque nous venons de dépasser, il serait bien venu à l’ image de Greta qui va se promener en super voilier que tous ces lanceurs d’ alerte montrent l’ exemple et cessent de respirer les 5 prochains mois.

    • @stephane : « … et cessent de respirer dans les 5 prochains mois ». D’où l’intérêt des masques ?!

      • pas vraiment d’accord. « respirer les 5 prochains mois » sous-entend « pendant », « dans les cinq prochains mois » exprime « à partir du sixième mois. » Enfin, il me semble.

  • Bonjour monsieur Gay,
    Je lis Contrepoints régulièrement dont vos articles.
    La plupart des gens oublient les progrès techniques dans leur analyse, il n’y a voir que les commentaires sur vos articles et sur tout ceux qui traitent du soi-disant impact du CO2 sur le climat (je suis géologue de formation donc scientifique et suis donc climato-sceptique jusqu’à preuve du contraire).
    Voici deux liens vers la lettre hebdomadaire du sénateur honoraire Trégouët, dont je vous conseille la lecture.
    Ceux-ci traitent d’avancées autour du traitement du CO2 et démontrent s’il en était encore besoin que la science (l’homme) trouvera les solutions comme il l’a toujours fait.
    – La production de kérosène à partir d’air et de soleil passe au démonstrateur : https://www.rtflash.fr/production-kerosene-partir-d-air-et-soleil-passe-demonstrateur/article

    – Lancement du projet européen innovant « 3D » pour capter et stocker le CO2 à l’échelle industrielle : https://www.rtflash.fr/lancement-projet-europeen-innovant-3d-pour-capter-et-stocker-co2-l-echelle-industrielle/article

    Bonne journée.

    • « capter et stocker le CO2 » ou comment des industriels copains du pouvoir vont se faire des co… en or avec l’argent des contribuables.
      Donc, on payera et nos ressources financières seront diminuées pour un truc dont on ne sait pas si c’est nécessaire.
      Les médias vous racontent toute la journée non-stop que vous n’allez pas bien : vous finissez par aller voir votre médecin un peu inquiet alors que vous vous portez comme un charme. Ce dernier vous découvre une maladie qui finira par vous tuer si vous ne manger pas une pomme par jour, pas n’importe quelle pomme, une super pomme à 30 euros produite par un de ses amis. Est-ce que vous avez le choix, après tout c’est un médecin (scientifique) et il dit que vous allez mourir.
      Que faites-vous alors que vous êtes en pleine forme ?

      • Allez voir un autre médecin ?
        Peine perdue, ses pommes à lui coûtent 32 euros.

      • Ton histoire me fais penser aux ophtalmos revendant de la poudre de perlinpin pour retarder la degenerescence maculaire..vantee. a grand coup ‘de pub etatique en passant

    • Pour trouver des « solutions », encore faudrait-il qu’il y ait un problème ! Ces projets ressemblent surtout à des aspirateurs à subventions, donc d’argent du contribuable. Le principal problème, à mon avis, est que toute cette publicité faite à des notions délirantes, incompréhensibles mais admises par la grande majorité de ceux qui les relaient et les entendent, rend inaudibles ceux qui affirment qu’il y a bien d’autres questions plus urgentes à traiter, et que même celles-là ne sont pas si cruciales.

      • En attendant le prix de l’énergie a augmenté de 50% en France et plus de 100% en Allemagne, en même temps d’ailleurs que ses émissions de CO2 puisqu’elle brûle de la lignite quand il n’y a pas de vent. Et comme les taxes sur l’énergie augmentent avec son coût, l’état nous pique encore plus de fric! On comprend les gilets jaunes qui doivent payer leur fuel pour l’hiver avec leurs maigres salaires!

    • Ha ha ha ,50kw , 1km2…20 000 l de kerozene…on verra dans 200 ans …

    • Au début de la terre, il y a 4 milliards d’année, il n’y avait pratiquement que du CO2 sur terre, l’oxygène est venu avec la chlorophyle des plantes et pourtant la vie est apparue. Alaors chers écolos, faites un peu de géologie

      signé:un géologue

      • Très juste, ce sont les cyanobactéries qui ont injecté l’Oxygène, inexistant au départ dans l’atmosphère, à partir du CO2 lequel était le gaz presque unique sur Terre à l’origine, comme il l’est sur Mars et Vénus. Puis les plantes sont apparues et ont pris le relais. La vie sur terre dépend du CO2 et ne peut vivre sans lui, puisque les plantes et le phytoplancton s’en nourrissent. Mais les écolos sont des ignorants obscurantistes et bornés comme tous les imbéciles! Ils nient les faits et les déductions logiques au profit de leurs fantasmes mensongers!

      • Sachant que le carbone c’est la vie et qu’on n’a jamais décelé d’effet négatif sur l’environnement.

  • Bonjour à tous ceux qui ont apporté leur visions/points de vue à mon commentaire et aux autres qui lisaient ces lignes,

    Il est vrai que le soi-disant problème du CO2 n’en est pas un, étant scientifique de formation et esprit libre. Je reste constamment ouvert à toutes découvertes et remises en compte des théories (ce qui devrait être le cas de tous les scientifiques).
    Donc, pour en revenir, à mon commentaire précédent, il n’avait pour seul objectif de montrer que les techniques avancent, même si, à ce stade, elles peuvent paraître relever du « capitalisme de connivence » et de la chasse à l’argent des autres !
    Qui peut prédire ce qu’il en adviendra ?
    Exemple, peu de contemporains auraient pu prédire les nombreuses avancées liées aux divers projets de la NASA, aux horreurs des deux dernières guerres mondiales.
    Il faut rester ouvert à toutes les éventualités.
    Je suis persuadé qu’un jour l’homme produira toute forme d’énergies, y compris fossiles ou/et dérivées à des coûts acceptables et cela quelque soit les critères utilisés.
    Bonne journée.

    • je ne suis pas persuadé quant à moi, mais je suis certain que le rationnement ne solutionne rien..je ne suis pas optimiste de nature, mais l’optimisme est la seule position acceptable donc en pratique…que j’y croie ou pas..j’essaye.

    • Je pense que l’immense majorité des lecteurs de Contrepoints sont en effet plus dans l’optique que l’humain s’adaptera au climat et non l’inverse, comme veut bien nous faire croire les écolos (on diminue les émissions, donc la température baissera, et le niveau de l’eau diminuera ^^).
      Les écolos ne sont pas scientifiques, ils préfèrent des solutions qui demandent beaucoup de subventions, pour pouvoir organiser toute la gestion de projet 🙂
      Par ailleurs, vos liens sont intéressant technologiquement parlant. A voir comme vous dites comment cela va évoluer dans les mises en place (et surtout viabilité).

  • Avec des taux d’intérêts négatifs, le problème est élégamment résolu 😉
    Plus on s’endette, moins on a de dette, comme avec l’Euro… :mrgreen:

    Ironiquement, l’ONU préconise l’utilisation de combustibles à base de bois plutôt que le nucléaire.

    Au passage, la vallée de la Moselle était toujours dans un épais brouillard au moyen-âge. Devinez donc pour quelle raison.

    • C’est exactement ce que j’ai pensé en lisant cette partie de l’article. On nous gonfle avec les limitations de vitesses pour cause de pollution aux particules, et les écolos conseillent de se chauffer au bois ? C’est juste une blague !

    • Bonjour les forêts et la nature! Si tout le monde utilise le bois, en quelques années la planète sera un désert sans un seul arbre comme l’île de Pâques! Je savais les gens de l’ONU débiles mais à ce point.

    • La combustion du bois n’est pas neutre en CO2. Elle en produit plus que le charbon par unité d’énergie produite. Mais il a été décidé en bonne vertitude que ce CO2 était absorbé automatiquement par la croissance des plantes, ce qui est faux. Et comment les plantes font-elles la différence entre le CO2 produit par la combustion de la biomasse et celui produit par la combustion du charbon?

    • Comme si brûler du bois ne dégageait pas de CO2? La bêtise et l’ignorance des fonctionnaires de l’ONU s’étalent au grand jour avec ses inepties!

    • Entièrement d’accord ! Ayant effectué un sejour en Roumanie dans une petite ville pour mon travail, en plein mois de Novembre, la nuit on ne voit quasiment rien en périphérie car beaucoup se chauffent au bois, je n’avais jamais rien vu de tel…

  • Un rapport de 1987 de l’ONU ? Waouh, ça c’est de l’info actualisée ! Bientôt il va nous vanter le minitel.

  • Faut-il faire un lien entre le « jour de libération fiscale » et le « jour de dépassement écologique », qui tombent à peu près en même temps ?
    Vous avez 4 heures.

  • « Cuba, le Nicaragua, l’Irak et l’Équateur ne le font pas avant décembre »
    Ca fait rêver, non ? Mais je trouve très révélateur que les écolo de tous poils veulent nous faire passer sous régime dictatorial, dont seuls les dirigeants se gavent, et le peuple crève de faim.

  • L’é ologisme fabrique des problèmes à la pelle. Pendant ce temps, les vrais problèmes sont minimisés.

  • M. Gay vous passez sous silence le fait que l’empreinte carbone n’existe pas : en effet depuis que la concentration en CO2 est passée de 300 à 400 ppm la surface végétalisée à augmenté de 18 Gm2 et les rendements agricoles ont cru de 25% et ce sans effet démontrables sur le climat. En outre le temps de séjour de CO2 dans l’atmosphère est de 5 ans. Cette croyance du jour du dépassement est une résurgence du malthusianisme.

    • « En outre le temps de séjour de CO2 dans l’atmosphère est de 5 ans »

      Vous pouvez multiplier par 20 !

      • @jeremy Lapurée
        En ce qui concerne le temps de latence du CO2, je dois avouer que mes recherches dans la sphère « problèmes climatiques etCO2 », on trouve tout et n’importe quoi. Les process de réabsorption par les puits de CO2, les échanges entre la terre et l’atmosphère sont connus mais les chiffres donnés ne sont que des calculs purement théoriques. Les valeurs de latence relevées dans les publications scientifiques varient de 1 an à 100 ans. Pour avoir une vision correcte de processus d’échange il faudrait mettre en place des capteurs par milliers a diffèrent étagés de la troposphère, et sur la totalité de la surface terrestre. On est loin de ce cas .Aujourd’hui une centaine de stations de relevé CO2 existent, et encore en majorité sur les terres.La station de référencé est située sur l’archipel de Mauna Loa, pacifique à une altitude de 3400 mètres.
        https://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/

      • @jeremy Lapurée Jour du depassement
        En ce qui concerne le temps de latence du CO2, je dois avouer que dans mes recherches dans la sphère « problèmes climatiques etCO2 », effectuées depuis 15 ans , on trouve tout et n’importe quoi. Les process de réabsorption par les puits de CO2, les échanges entre la terre et l’atmosphère sont connus mais les chiffres donnés ne sont que des calculs purement théoriques. Les valeurs de latence relevées dans les publications scientifiques varient de 1 an à 100 ans. Qui croire ? Pour avoir une vision correcte de processus d’échange il faudrait mettre en place des capteurs par milliers a diffèrent étages de la troposphère, et sur la totalité de la surface terrestre et océans. On est loin de ce cas .Aujourd’hui une centaine de stations de relevé CO2 existent, et encore en majorité sur les terres. La station de référence est située sur l’archipel de Mauna Loa, pacifique à une altitude de 3400 mètres.

        https://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/

  • « un pays devenu riche dix ans plus tôt grâce à ses abondantes réserves de… pétrole et de gaz »

    Un bémol ici. La Norvège était un pays riche avant d’exploiter son pétrole et son gaz. Et c’est justement parce qu’il s’agissait d’un pays développé que les ressources pétrolières n’ont pas été une malédiction, empêchant le développement économique, comme c’est le cas au Nigeria ou au Venezuela.
    La Norvège, pays riche et bien organisé, a su gérer efficacement ses ressources, sans ruiner ses autres activités économiques.

    • Les Norvégiens que je connais ne se sentaient pas riches du tout, ni même aisés, avant la découverte de pétrole en mer du Nord. La jeunesse qu’ils m’ont racontée était celle d’un pays de pauvres pêcheurs, du même genre que les campagnes françaises il y a 60 ou 70 ans. Avez-vous visité le musée de la sardine à Stavanger, regardé les illustrations et comparé à ce que vous voyez au dehors ? Les Norvégiens ont exploité intelligemment leur pétrole, développant leur pays en exportant plutôt que de consommer le gâteau, et ils ont fortement bénéficié de ce qu’un pays de 4 millions d’habitants peut se permettre des choix qui diffèrent de ceux d’un pays de 65 millions, c’est tout, mais c’est aussi beaucoup. On n’est pas riche et bien organisé par essence, on le devient si on fait les efforts qu’il faut, ce que les Français ne veulent pas savoir.

    • J’ai fait le tour de la Norvège en 1977. Les grandes routes le long de la côte étaient des pistes en terre. Très amusant pour la conduite sportive. Aujourd’hui, tout est largement goudronné.

  • ce que je trouve intéressant, c’est le réflexe que cette théorie essaie de communiquer à l’humanité. En effet, la théorie de l’empreinte écologique suppose qu’à une certaine date, sans l’aide de l’homme, la nature ne pourra plus se régénérer adéquatement face à une consommation évoluante/évolutive des êtres humains.
    A mon sens, la théorie dit que maintenant l’équilibre n’est plus 100% naturel mais c’est un équilibre artificiel mené par l’homme. Si l’homme perd l’action (les moyens artificiels d’absorber ou de ne pas émettre de CO2,etc) nous seront en face d’un déséquilibre que la nature ne pourra supporter.
    En quelque sorte, je vois que cette théorie fait appelle à responsabiliser l’être humain et l’incite à continuer travailler sur les aspects d’optimisation, et les solution durables.

    • La responsabilité, je suis pour, mais sacrifier avec certitude le présent avec l’alibi de la responsabilité de « sauver » le futur de dangers incertains, là je ne suis plus. En particulier, les solutions optimales et durables s’imposent d’elles-mêmes, et les appels à en adopter sont à chaque fois des raisons de suspecter qu’on veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

    • Sauf que le CO2 n’est pas responsable du réchauffement qui est une bénédiction puisque le Petit âge glaciaire de 1300 à 1870 a tué des millions de gens par le froid, les famines et les guerres qu’il a provoquées. Les écolos ignorants n’arrivent pas à comprendre que le climat de la Terre qu’ils veulent figer n’a JAMAIS été stable! Ce qui veut dire qu’il n’y a réchauffement que parce qu’un refroidissement l’a précédé. Mais comparé à d’autres périodes il fait plus froid. Alors évitez d’évoquer le durable car rien ne l’est, et surtout pas les solutions débiles des ignares écolos!

  • Mettre des centrales nucleaires dans les pays pauvres ? L auteur est il au courant que dans ces pays une bonne partie sont analphabetes, et que le reste savent pas plus que nos bachelier a part une infime minorite.
    Comment ces gens seraient capable de construire et de faire fonctionner correctement une centrale ? l accident est inevitable (et je parle pas d un eventuel acte terroriste). Vous imaginez une centrale nucleaire au mali (oui le pays dont le gouvernement doit sa survie qu a la presence de nos soldats) ?

    • Déjà lorsque l’on apporte de l’eau potable par forage par des financement européens ou des OGN, ce peuple africain ne sait même pas gérer leurs forages qu’ils abandonnent faute d’entretien et de techniciens formés

    • On peut déjà ne pas fermer les centrales nucléaires dans les pays riches, c’est autant de gagné. Quant à dire que les pays pauvres sont composés d’analphabètes et d’idiots incapable de comprendre les problèmes techniques, c’est aller un peu vite en besogne. Leur principal problème est leur difficulté à créer des régimes politiques qui ne soient pas des parasites de leur population ( comme cela est en train d’arriver en France)

    • Analphabète ne veut pas dire stupide. Le temps de construire la centrale, vous pouvez former 1000 fois plus d’ingénieurs et de techniciens que nécessaire.

      En revanche mobiliser les maigres ressources d’un pays pour un fleuron de technologie protégé par une armée dédiée à la tâche est un non-sens. Les pays pauvres ont besoin d’infrastructures (réseaux routiers, ferrés, électriques, eau …). Dans l’attente, on peut transporter une bouteille de butane sur un vélo et l’utiliser partout, mais pas des équipements lourds fragiles et complexes.

    • Cessez donc de prendre ces gens pour des débiles, il y en a autant en occident. Tchernobyl n’était pas en Afrique! Il suffit de les former.

      • Mon jugement des grandes écoles africaines, dont je cottoie les ressortissants à longueur d’année : bon pour faire cireur de chaussures pas plus.

  • J’aime bien ressortir l’histoire des deux chasseurs de la préhistoire qui discutent: « D’après notre sorcier, dans 30000 ans, nous serons 7 milliards d’hommes sur terre ». « Pas possible, y’aura jamais assez de mamouths! »

  • « …..reconvertir toutes les vieilles forêts du monde en forêts avec des arbres à croissance rapide. » C’est ce qui est fait en France depuis très longtemps, avec des espèces extrêmement inflammables, On en voit les bienfaits, les départs de feus spontanés se multiplient quand la météo annonce le vent.

  • Deux solutions a ce problème :
    Soit diviser la population par 2, soit interdire a ceux qui consomment moins de consommer d’avantages.
    On le voit, c’est très facile !

  • Ce qui me fait un peu rire (jaune) avec ces histoires de dates de ceci ou cela, c’est quand on compare la date de libération fiscale avec la date du dépassement de la planète. Elles sont à moins d’un mois d’écart.

    Mon esprit tordu me pousse à croire qu’en supprimant 90% de la ponction étatique, on sauve la planète! Chiche?

  • Le gaz dangereux, c’est l’oxygène. Les arbres ont déséquilibré l’atmosphère terrestre en quelques millions d’années. Le CO2 n’existe plus qu’en très faible quantité et ce déséquilibre doit être combattu. 😉

  • Réduire les émissions de CO2 ne sert à rien si ce n’est ralentir la croissance végétale. Passé 200 ppm de CO2 (on est actuellement à 400 ppm), l’augmentation de CO2 n’a pas d’effet détectable sur la température moyenne de l’atmosphère.
    Tout ce battage autour de la réduction du CO2 est une escroquerie planétaire à 35 000 milliards de $.

    • Exact, à l’Ordovicien il y a 480 millions d’années le CO2 était à 6500 ppm, soit 16 fois plus et la température n’était pas infernale, la Terre n’est pas morte!

  •  » Depuis ce 22 août 2020 et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité consommera plus de ressources que notre planète ne peut en produire de manière durable selon le Global Footprint Network (GFN), qui détermine de telles dates depuis 1986. »
    Cette affirmation ahurissante suscite des réflexions : 1. De quoi, et comment vit l’humanité depuis le 23 août 2020 ? 2. Cette accumulation de déficits, depuis des décennies, auraient dû aboutir à la disparition totale de ces ressources… ?… à moins que les compteurs soient mis à zéro le 31 décembre de chaque année. 3. Dans ce cas, ô miracle, la nuit du Réveillon la terre s’auto-ressource… 4. De qui se moque-t-on ?
    Quant à  » Des personnalités comme Brundtland ont défendu l’idée que les pays pauvres n’avaient pas besoin de consommer beaucoup d’énergie… « , de quel droit ces « petits chefs » se permettent-ils une pareille affirmation ? Qui sont ces minus qui décident pour les autres ?
    Raz le bol de cette multiplications de soit disant « décideurs » !

    • Les fonctionnaires de l’ONU sont des crétins ignorants comme tous les fonctionnaires! Se renseigner avant d’écrire des conneries ne leur vient pas à l’esprit. Surtout que la PNUD qui dépend aussi de l’ONU présente les progrès de l’humanité dans le développement! Donc ils se contredisent mutuellement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que le printemps et les élections présidentielles arrivent à grands pas, les propositions les plus navrantes fleurissent à une fréquence telle qu’il est difficile de savoir quel candidat affichera le programme le plus liberticide pour 2022.

Le pass climatique de la WWF

Et comme si ce brouhaha n’était pas déjà suffisamment pénible, voilà maintenant que les ONG s’ajoutent à la cacophonie et s’imaginent pour des raisons obscures avoir un droit de regard sur la vie des Fra... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

Certains activistes de la décroissance n’ont pas manqué de saisir l’opportunité de la pandémie pour défendre leurs agendas. C’est l’antienne à la mode du « monde d’après », du « plus rien ne sera comme avant », de « la pandémie nous a montré ce qu’il faut faire ».

Ce sont aussi des études qui commencent à poindre : comment le réchauffement climatique sera la cause de pandémies qui seront de plus en plus nombreuses. Il faut bien faire feu de tout bois.

Science et politique, science et finance

Mais en r... Poursuivre la lecture

Par Wackes Seppi[1. Un article de Risk-Monger traduit par Wackes Seppi.].

L'air hagard de Jane Fonda montre que, 50 ans plus tard, son activisme a vieilli bien plus qu’elle. Quand un journaliste de BBC Newsnight lui a demandé où elle avait obtenu les chiffres indiquant un effondrement climatique menaçant l'humanité, elle a répondu péremptoirement : « De la science ! » Interrogée sur ce point, son tâtonnement a révélé que ses conseillers avaient supposé que personne n'allait l'interroger à ce sujet et lui demander si elle s'était vraime... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles