Macron-Philippe, ou l’État de droit à géométrie variable

Nous voici dirigés par un gouvernement d’une configuration assez spéciale : socialiste sur le plan économique, libéral sur le plan des mœurs, mais anti-libéral sur le plan de l’économie et du droit du citoyen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edouard Philippe-2 By: Jacques Paquier - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron-Philippe, ou l’État de droit à géométrie variable

Publié le 15 juin 2020
- A +

Par Claude Robert.

La France est en proie à des manifestations antiracistes comme si la situation était comparable à celle outre-Atlantique. Or, face à l’agitprop actuelle, la réaction du gouvernement est stupéfiante de laxisme.

Nous savons que la caste au pouvoir possède une façon souvent particulière de décrire les choses. Aujourd’hui, délectons-nous de la récente déclaration de notre Premier ministre. Ce haut fonctionnaire, à l’éloquence ciselée, nous en apprend tellement sur le logiciel qui anime la plupart d’entre eux :

« Si nous acceptons que la présomption passe de celui qui trouble l’ordre public à celui qui le défend, c’est un basculement de la République qui intervient » a-t-il déclaré1 ce mercredi.

Cette phrase est magnifique. Au lieu de dire qu’il n’est pas question d’accuser les forces de l’ordre de violences qu’elles ne commettent pas, au lieu de dénoncer ceux qui les commettent en accusant ces forces de l’ordre, Édouard Philippe nous enrobe de sa distanciation toute ouatée.

Tel un spectateur éloigné de la chienlit qui se crée autour du présupposé racisme des policiers français, il se projette dans le contexte où le pays basculerait, tout cela pour nous avertir qu’il y aurait dans ce cas basculement. D’une pierre deux coups : derrière une telle méta-périphrase alambiquée, le Premier ministre évite à la fois de nommer la réalité qui se déroule sous nos yeux, et bien sûr de critiquer les fauteurs de trouble.

De même, lorsqu’il affirme de façon présomptueuse qu’il ne « laissera pas dire que la police ou la gendarmerie sont des institutions violentes ou racistes », il se pare d’une autorité qu’il n’a pas. Car bien évidemment, toutes ces choses sont abondamment dites, exagérées et répétées dans un délire émotionnel difficilement justifié, ici, en France.

Ce spectacle est d’autant plus affligeant que la veille, loin de défendre ses troupes et de faire respecter l’interdiction de ces manifestations importées des USA, Christophe Castaner a annoncé que : « Les manifestations ne sont pas (autorisées) dans les faits […] mais l’émotion mondiale, qui est saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent »2.

Ainsi, le ministre de l’Intérieur, celui-là même qui devrait faire respecter l’État de droit, nous apprend que l’émotion internationale, lorsque celle-ci lui paraît « saine », prime sur le Droit !

Et comme si le message n’était pas assez clair, soucieux de donner un blanc-seing moral à chaque manifestant potentiel, il ajoute :

« J’invite chacun à faire attention à pratiquer les gestes barrière mais nous ne chercherons pas à réaffirmer l’interdiction, qui est de droit qui est de fait, et il n’y aura pas de sanctions et de PV pour la participation à cette manifestation ».

Le monde à l’envers.

On remarquera au passage la rusticité rhétorique de Christophe Castaner, en comparaison d’Édouard Philippe. Le premier, à l’instar de son acolyte Sibeth Ndiaye, déballe cash les âneries les plus rocambolesques, laissant exprimer ses tripes à livre ouvert, tandis que le second, maître en matière de circonvolutions éthérées, noie admirablement bien le poisson.

Ce numéro de cirque gouvernemental est certes amusant : on y croise un équilibriste suspendu à son trapèze intellectuel et un prestidigitateur en gants de boxe. Mais il revêt une signification très inquiétante, qu’il est salubre de décoder.

Un gouvernement faible avec les forts de son choix, intraitable avec les autres

Zadistes de Notre-Dame-des-Landes, cégétistes qui prennent en otage le pays, manifestants contre le racisme présupposé de la police, tous ont un point commun, celui de ne pas avoir suscité l’ire du gouvernement.

À l’inverse, il aura fallu les réactions d’Amnesty International concernant « de nombreux cas de recours excessifs à la force » et du Conseil de l’Europe demandant de « suspendre l’usage du LBD » pour atténuer le déchaînement de violence quasi dictatorial contre les Gilets jaunes.

Difficile donc, dans ce cas, de taxer ce gouvernement de « faible » : ses faiblesses sont parfaitement ciblées. Mais derrière ces différences de traitements, se cache une dangereuse soumission idéologique.

Macron-Philippe, ou l’État de droit à géométrie variable

D’un côté le camp du Bien, à savoir les happy few du progressisme sociétal pour peu qu’ils arborent les attributs exigés : minorités religieuses, ethniques et sexuelles, syndicats de fonctionnaires, en un mot tout ce qui fleure bon la gauche, qu’elle soit bobo ou extrême. De l’autre, les ringards, les conservateurs, ceux qui ont le malheur d’être dans la norme sociétale française voire la malchance d’être en situation de précarité dans le privé.

L’État de droit est un « mode de limitation du pouvoir, qui vise à éviter l’arbitraire, là où la démocratie est un mode d’organisation du pouvoir, qui gouverne »3. Il s’agit tout simplement de « la forme juridique du libéralisme politique ». Ainsi, force est d’admettre que nous ne sommes plus dans un État de droit, puisque le Droit ne s’applique pas de la même façon selon que l’on est d’un bord ou de l’autre.

Par ailleurs, une nouvelle perfidie se fait jour : on savait que le gouvernement Macron-Philippe n’était pas libéral sur le plan économique. Ce qui apparaît à présent, c’est qu’il ne l’est pas non plus sur le plan politique. Nous voici donc dirigés par un gouvernement d’une configuration assez spéciale : socialiste sur le plan économique, libéral sur le plan des mœurs, mais anti-libéral sur le plan de l’économie et du droit du citoyen. Une configuration particulièrement sulfureuse.

Sur le web

  1. Source France info TV 10 juin 2020.
  2. BFMTV 9 juin 2020.
  3. Revue des droits et libertés fondamentaux, RDLF 2019 chron. n°29.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • ainsi en va t’il des pays dirigés par des couards ; une minorité met le bordel via la violence , les autres se taisent parce qu’ils ne sont plus protégés par un état en déliquescence ;

    • une minorité faut le dire vite..la minorité qui morfle c’est celle qui paie des impôts ,les autres ce sont toutes ces familles/castes d’assistés, d’immigrés et de marginaux qui ne sont pas encore réunies mais qui , mises bout à bout, font une majorité en France.

  • Le communautarisme, pas forcément une ethnie mais les fonctionnaires les syndicats les ecolos les coiffeurs pourquoi pas ou les amoureux du foot, a une grande vertu électorale, on peut cibler les actes de l’état vers telle clientèle ou une autre selon son importance électorale.
    La démocratie n’est vraiment pas faite pour les gens honnêtes !

  • Libéral sur le plan des moeurs… faut le dire vite !
    La pénalisation de la consommation de cannabis s’est renforcée avec une amende systématique (qui n’éteint pas les possibilités de poursuites)…
    La prostitution est toujours autant pénalisée, par l’intermédiaire du client…
    Le seul marqueur possible de ce supposé libéralisme ressemble de plus en plus à l’arlésienne : promise depuis 3 ans, la PMA pour toutes se fait toujours attendre. Ne parlons même pas de la GPA.
    Sans oublier un nouveau tour de vis pour les automobilistes avec un 80 km/h sans effet notable (autre que le déclenchement de la crise des Gilets jaunes)…
    Sans oublier non plus l’accès au porno qui sera vraisemblablement compliqué inutilement pour complaire à quelque association hygiéniste…
    Rarement vu un gouvernement aussi conservateur et « paternaliste » que celui qui nous accable depuis 3 ans !
    Il ne faut pas se fier à la bonne mine de Macron qui s’est présenté jadis comme libéral : ce type est en réalité un étatiste forcené, particulièrement sur le plan des moeurs !

    Seule consolation : ce gouvernement est dans les faits, depuis trois ans, bien moins socialiste que le précèdent : suppression partielle de l’ISF, réintroduction du prélèvement forfaitaire sur les revenus du capital, timides réformes sur le travail… Alors bien sûr, les discours de Lemaire pendant la crise pourront laisser croire au retour des nationalisations et autres anachronismes, mais maintenant que la crise s’achève, que restera-t-il de ces paroles verbales ?!

    • +1000 sauf pour le socialisme.
      Les suppressions et les réformes ne sont que des trompe-l’œil vite récupérés ou aggravés ailleurs.

  • gouvernement par une nomenklatura : rien à en attendre (si ce n’est l’explosion).

  • dommage que l’auteur n’indique pas dans sa liste l’arrestation des gars de génération identitaire avec leur banderole sur le toit dans la manif anti raciste… Aucune arrestation des taggueurs, vandalistes, casseur des manifs…

  • Comme aux USA, le Professeur Klein de l’UCLA suspendu pour avoir refusé jusqu’au 21 juin d’accéder à une requête idiote.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles