Christophe Castaner lâche la police… et l’État de droit

Christophe Castaner ne s’est pas contenté de désavouer la police, il a clairement envoyé un signal fort et scandaleux au citoyen ordinaire : l’État de droit doit céder devant l’émotion.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
castaner by Parti socialiste licence créative commons (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christophe Castaner lâche la police… et l’État de droit

Publié le 12 juin 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Alors que les militants en soutien à Adama Traoré et contre les « violences policières » promettent de se mobiliser ce week-end, la colère monte dans les rangs de la police. Une partie des forces de l’ordre s’estime « lâchée » par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner après l’exercice médiatique de contrition « antiraciste » qui l’a porté à interdire la pratique policière de la « clef d’étranglement » lors des interpellations.

Lundi, Christophe Castaner avait demandé « à ce qu’une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d’actes ou de propos racistes ». Aujourd’hui, le ministre de l’Intérieur rétropédale pour tenter d’enrayer la grogne des policiers, dont les syndicats appellent à « rester confinés » face à la délinquance.

Il est ainsi question de revenir en partie sur l’interdiction de la « clef d’étranglement » qui pour beaucoup de professionnels rendait le travail de maintien de l’ordre beaucoup plus facile.

Un pouvoir soumis à l’émotion médiatique

Face aux accusations portées contre la police lors des différentes manifestations, l’exécutif a adopté un langage ambigu, soutenant sa police du bout des lèvres tout cédant en partie aux revendications des militants identitaires qui entretiennent l’agitation dans les rues et sur les réseaux sociaux.

La politique macronienne du « en même temps » n’a cependant pas marché. Elle n’a pas calmé les tensions et la grogne s’est étendue à la police. L’exercice de contorsion destinée à calmer la rue et répondre à une actualité qui sature les médias a témoigné de la grande fébrilité d’un pouvoir politique de plus en plus impopulaire.

Une mesure aléatoire pour plaire à la foule

En quoi interdire la « clef d’étranglement » fait reculer le racisme ? Comment maîtriser un suspect violent sans le toucher ? Les techniques d’interpellation sont-elles des abus ? Ces questions ne semblent pas avoir été abordées sérieusement par le ministère de l’Intérieur, dont les bureaucrates paraissent assez éloignés du travail quotidien des forces de l’ordre.

Si les violences policières méritent réflexion et bien entendu sanctions en cas d’abus avérés, elles ne doivent pas faire oublier que la police aussi est l’objet de violences quotidiennes et de tensions que la classe politique ignore ou minimise depuis des décennies. Les agressions physiques ont touché 13 111 policiers en 2013 et 3019 gendarmes en 2015. Tous les ans, rappelle L’Express, une dizaine d’agents sont tués en service et en mission et plusieurs milliers sont blessés.

Se pourrait-il que Christophe Castaner ait pris une décision affaiblissant tout le travail de l’institution pour complaire aux médias et en cédant aux sirènes du clientélisme politique ? C’était en tout cas un bien mauvais calcul, qui témoigne une nouvelle fois de la coupure entre la tête de l’État et le reste du pays.

Le gouvernement dans sa bulle informationnelle

La manière dont le gouvernement a réagi aux critiques portant sur les violences policières pose la question du filtrage des informations au sommet de l’État. L’exécutif trouve normal d’écorner les principes de l’État de droit et de désavouer la police qui le protège pour s’aligner sur l’émotion « mondiale » suscitée par la mort de George Floyd et céder aux pressions des entrepreneurs identitaires qui utilisent l’affaire Traoré pour avancer leur agenda politique d’extrême gauche.

L’Élysée ne connaîtrait-il la France qu’en regardant BFM-TV et en s’informant sur twitter ? Le rôle d’un chef d’État et de son équipe est-il de faire la danse du ventre devant l’opinion publique « mondiale », au mépris de la demande bien concrète de sécurité et de justice des citoyens français ?

Castaner utilise l’institution policière pour sa propre promotion médiatique

Christophe Castaner a cru pouvoir utiliser ce moment politique pour faire sa promotion personnelle au détriment de l’institution policière qu’il a pourtant accepté de diriger. Une nouvelle fois, les institutions républicaines se retrouvent prises en otage pour promouvoir la communication d’un exécutif qui peine à apparaître comme légitime aux yeux des citoyens.

Le mépris du droit au sommet de l’État

Christophe Castaner ne s’est pas contenté de désavouer la police, il a clairement envoyé un signal fort et scandaleux au citoyen ordinaire : l’État de droit doit céder devant l’émotion, les manifestations en soutien de George Floyd qui se sont tenues dans le cadre restrictif de l’État d’urgence sanitaire ne seront pas sanctionnées.

En d’autres termes, la répression policière et les restrictions aux libertés s’appliquent à certaines catégories de citoyens et pas à d’autres, en fonction de l’opportunité politique. Sa collègue ministre de la Justice Nicole Belloubet a elle aussi cédé aux injonctions de l’Élysée en invitant les proches d’Adama Traoré à lui rendre visite.

Avec un ministre de l’Intérieur incapable de protéger l’égalité devant la loi et un ministre de la Justice qui conçoit la séparation des pouvoirs comme une soumission totale de la justice à l’exécutif, Emmanuel Macron est en train de transformer son mandat en un pouvoir de plus en plus personnel et de moins en moins conforme aux exigences de la démocratie libérale.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • « En même temps » Castaner s’y connait autant en police que Gilbert Montagné en tir à l’arc

  • Je trouve assez délicat sur un site libéral de défendre une conception de l’ état qui sous couvert de crise sanitaire impose à toute la population des règles absurdes et des brimades absolument indéfendables et intolérables, état de droit ou pas. Ce qui est scandaleux et triste à mes yeux, c’ est que la police n’ est plus là pour défendre, préserver, mais punir, humilier. Toute la France devrait reprendre sa liberté à l’ image de ces identitaires. Il y en a vraiment ras le bol de ce pays dirigé par des noeuds.

  • si la justice faisait son boulot ! on n’aurait pas de probleme de police

    • Notre Justice cumule les handicaps, sans moyens et noyautée par les gauchistes.

    • Encore fallut il que cette justice soit indépendante..neutre…efficace et intelligente.
      Il est possible de rêver

      • Il faudrait aussi qu’elle soit responsable et ait des comptes à rendre. Que cette justice soit élue, au moins en partie, serait une bonne solution.
        Cela permettrait de calmer les velléités gauchisantes de certains juges qui auraient directement à subir l’éventuel retour de boomerang de leurs convictions politiques.

        De même, la réalisation de statistiques sur les jugements rendus par telle ou telle juridiction, tribunal, juge…etc permettrait à tout ce petit monde de sortir de cet anonymat et de cette déresponsabilisation bien pratique quand on veut faire acte de progressisme sans risque aux dépends des victimes.

        Et si certaines populations souhaitent localement à avoir des juges de gauche, pourquoi pas? Mais c’est ces mêmes populations qui en subiraient les conséquences.

  • Macron est en train de transformer son mandat en un pouvoir de plus en plus personnel et de moins en moins conforme aux exigences de la démocratie libérale

    Comment un socialiste pourrait-il être libéral? il ne l’a jamais été.

  • En parlant des manifestations des policiers, madame Belloubet dit : » c’est un mouvement d’humeur qui s’apaisera »… Bref circuler il ny a rien a voir…
    Où comment jeter de l’huile sur le feu…on a vraiment des doutes sur sa capacité à être ministre …

    • Je m’étonne que vous n’ayez pas capté le crédo macronien : « je revendique l’amateurisme ! » (en politique mais il n’a pas dit pour le reste !) Donc équipe de branleurs ! Enfin c’est ainsi que l’on qualifierait cette team dans le monde professionnel et on leur dirait : désolé messieurs mais vous ne faites pas l’affaire, on lance un nouveau recrutement de toute urgence pour mettre des pros à ces postes ! 🙂

      • Il peut revendiquer l’amateurisme parce que amateur à ce point … Cest presque de l’art…?

      • Y’a le bidouilleur doué et l’amateur pas doué. Mais bon vous voulez faire quoi avec des gens qui sortent de fac de lettres ou d’histoire ?

  • Tout ça va (très) mal finir… Guerre civile sur fond d’effondrement économique.

  • La police nous protège, mais qui protège la police ? Surement pas ces hommes politiques qui font assaut de démagogies.

  • L’abandon de l’état, (tout court), ne peut pas être le fait de Castaner uniquement. C’est l’oeuvre annoncée et voulue de Macron

    • Bof !

      Macron est coincé entre la « revendication populaire » et la nécessité d’une police soumise qu’il renie par l’intermédiaire de son dandy de l’intérieur.

      Les manifestations vont se multiplier avec le chômage, mécontentements et difficultés en tout genre et la presse soutien de Macron mais avide de « news » va lui creuser un joli mausolée …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

À l’issue du second tour, les Français ont donc renouvelé leur confiance au président sortant Emmanuel Macron.

Pour réaliser cet article, nous nous sommes basés sur le programme officiel du candidat, le même que ceux diffusés à l’ensemble des Français. 

Le président réélu a promis le doublement des forces de l’ordre sur la voie publique, messageries instantanées pour créer un meilleur dialogue entre les a... Poursuivre la lecture

Par Frédérique Berrod  et Birte Wassenberg. Un article de The Conversation

 

L’attaque de l’Ukraine par la Russie dans la nuit du 24 février 2022 a provoqué un séisme géopolitique mondial. Le Conseil de l’Europe n’en sort pas indemne : pour la première fois, il a expulsé l’un de ses États parties, la Russie, parce que la maison commune européenne ne peut pas comprendre en son sein un État attaquant sans raison l’intégrité territoriale de son voisin, qui plus est dans des conditions dramatiquement incompatibles avec la prote... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles