Sous le coup de l’émotion, Castaner piétine l’état de droit

Vous voulez brûler, casser ou piller quelque chose ? Apparemment, sous le coup d’une émotion, les règles juridiques ne s’appliquent plus, c’est évident.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
castaner by Parti socialiste licence créative commons (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sous le coup de l’émotion, Castaner piétine l’état de droit

Publié le 10 juin 2020
- A +

Par h16.

Alors qu’avec Macron, la politique de l’ancien monde avait laissé place à la politique du nouveau monde qui s’était révélée furieusement semblable à la précédente mais en pire, la même mésaventure se déroule sous nos yeux pas franchement surpris pour ce « monde d’après la crise sanitaire » dans lequel les choses devaient prendre une tournure plus soyeuse, cotonneuse, sociale, inclusive, écologique et vivrensemblesque, mais qui tourne tranquillement au cauchemar collectiviste moyennant la récupération artificielle d’attitudes et de slogans américains.

Heureusement, les autorités ont vite pris la mesure de ce qui se met doucement en place et le ministre de l’Intérieur a choisi d’immédiatement s’aplatir aussi bas que possible, et de préférence en débitant un chapelet d’âneries qui montre, s’il en était encore besoin, qu’absolument personne n’est en poste actuellement place Beauvau et qu’il en est fier. Lors d’un point presse, Christophe Castaner a en effet calmement expliqué que, je cite :

« Aucun raciste ne peut porter dignement l’uniforme de policier ou de gendarme. J’ai demandé à ce qu’une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d’acte ou de propos raciste »

Si l’on peut se réjouir que le factotum en charge du maroquin de l’Intérieur rappelle l’évidence qu’un représentant de l’État ne peut faire preuve de racisme dans l’exercice de son devoir, on reste interdit devant le reste de la déclaration qui ressemble plus à du porridge froid qu’à l’expression d’une politique claire en matière de violences policières, réelle ou fantasmée.

Outre l’apparition de l’objet juridique non identifié de soupçon avéré qui permet d’ouvrir de vastes champs législatifs au dur labour des parlementaires les plus besogneux (qu’on sent déjà frétiller d’aise en coulisses), Castaner semble parfaitement décontracté de renverser ainsi la présomption d’innocence : une rumeur ou un soupçon suffiront donc à suspendre n’importe quel fonctionnaire des forces de l’ordre sur une nouvelle « présomption de racisme ».

Voilà qui est à la fois parfaitement rassurant puisqu’aucun abus ne sera jamais constaté, soyez en sûr, et tout à fait légitime puisque, vous le savez, la police est par définition raciste et violente, tout comme le politicien est par définition honnête, le Chinois fourbe ou le Français sale et arrogant.

Au moins le gouvernement, par ces annonces, démontre-t-il être parfaitement à l’écoute d’une certaine frange de la population qui illustre que passer du jaune au noir permet d’obtenir gain de cause beaucoup plus vite et beaucoup plus efficacement. Le tout est, finalement, d’être du bon côté des medias pour qu’enfin, une douillette ochlocratie règne dans le pays.

Et qu’il est confortable, ce pilotage au jour le jour en fonction des prurits de la foule ! Tellement, même, qu’il permet de redéfinir les responsabilités des uns et des autres, de s’affranchir des règles dès qu’on en sent le besoin au plus profond de soi : ainsi, même si les manifestations ne sont toujours pas autorisées (le déconfinement devant aller de son petit train-train ministériel pépère), celles qui choisiront habilement leur sujet seront tolérées sans poursuite. Pour le ministre de l’Intérieur,

« l’émotion mondiale […] dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent »

Il fallait y penser, et d’ailleurs, je vous encourage à y penser vous aussi la prochaine fois que vous voulez brûler, casser ou piller quelque chose : apparemment, sous le coup d’une émotion, les règles juridiques ne s’appliqueront plus, c’est évident.

Tout ceci est aussi grandiose qu’alarmant : l’affaire Traoré prend le même chemin que celui de l’affaire Léonarda sous Hollande qui avait montré un gouvernement sans direction, réagissant en retard, dans l’urgence et sans la moindre mesure à une actualité qui méritait au moins du recul, en plus de calme et de pondération.

Pire encore : avec l’attitude générale du gouvernement, déjà prêt à s’humilier pour montrer sa parfaite conformité avec l’air ambiant d’autoflagellation idiote, qui tord le droit tous les sens (soupçon au lieu de preuve, soupçon avéré qui ne veut rien dire, culpabilité par défaut, règne de la rumeur, présomption de racisme), les autorités françaises montrent qu’elles ne cherchent plus à savoir qui commet des délits ou des crimes ici et maintenant (et à vrai dire, tout le monde s’en fout, voyons !) mais qu’elles préfèrent de loin excuser, comprendre et surtout ne pas poursuivre ceux qui les commettent pour des motifs situés des siècles en arrière (quand ils ne sont pas complètement fumeux).

Politiquement, si cela peut paraître un petit calcul malin pour calmer quelques électeurs potentiels ou papouiller une aile gauche que l’actuel gouvernement veut ralier baveusement, c’est en réalité une bien mauvaise manœuvre : ces mouvances aigries ne seront jamais rassasiées et réclameront toujours plus d’humiliations, d’abaissements, d’aplatissements et dans ce cadre, ceux qui se vautreront au sol seront les premiers sur lesquels rouleront les tanks des hordes antifascistes.

Ainsi, l’idée que la loi serait « la même pour tous » devient subitement un propos suprémaciste blanc. Les fautes individuelles sont complètement oubliées pour ne plus évoquer que des fautes collectives au profit de victimes elles aussi collectives. Il n’y a plus d’individus, de citoyens ou de justiciables, il n’y a plus que des groupes, des communautés et, pompon de l’affaire, des races.

Ceci est un excellent marqueur de la tendance générale, celle qui gomme justement les individus au profit de la foule, dont l’intelligence et la subtilité n’ont jamais été les points saillants. C’est très pratique, une foule stupide, parce qu’elle offre un levier à quelques habiles rhéteurs toxiques pour réclamer de façon persistante et systématique des réparations diverses et variées d’un peuple devenu aussi mou et gentil qu’il est encore solvable.

Seulement voilà : compte-tenu des conditions économiques du pays, tout indique que cette solvabilité très relative ne va pas durer. Et quand elle va disparaître, le peuple risque d’être d’un coup nettement moins mou et gentil qu’il ne l’a été jusqu’à présent.

Forcément, tout ceci va très bien se terminer.

this will not end well
—-
Sur le web

Voir les commentaires (51)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (51)
  •  » sous le coup de l’émotion  » ….que nenni , c’est la trouille qui fait s’aplatir ce gouvernement ; c’est la paix sociale que l’exécutif achète en s’allongeant ; et ce faisant , il vient de donner des points au RN , car si les français , dans leur ensemble , ne mouftent pas par crainte d’être perçu comme racistes , ils n’en pensent pas moins , soyez en certain ;

    • Macron face à MLP en 2022, situation idéale pour LREM. Ils vont tout faire pour arriver à ce résultat

      • exactement : tout est fait pour arriver à cette situation.

        • OUi, mais cela se terminera-t-il de la même façon ?

          • je ne le crois pas .. il va finir comme hollande.. et quelque soit son successeur il sera aussi dans la merde..
            dans le sens ou ce ne sont plus les élus qui décident mais les administrations
            on ne sortira pas du socialisme par les urnes mais par la faillite

            • Tout à fait, comme si avait pensé que Brejnev serait renversé par des élections.

            • claude henry de chasne : C’est certes l’administration qui choisit, mais de façon non autonome, sur directives du véritable pouvoir, celui que l’on admire à l’oeuvre ces jours-ci : Covid19+goulag généralisé+catastrophe économique+assaut coordonné des trotskistes+ tout cela réservé à l’Europe, chapeau les artistes pour leur efficacité.

  • Sous le coup de l’émotion, Castaner piétine l’état de droit
    Mais quel contrôle de soit!
    C’est un Huns contrôle… tel que l’état de droit ne repousse plus jamais. Par contre le droit de l’état pousse comme une mauvaise.
    Une sorte de ronce impénétrable pour le citoyen normal.
    Un peuple devenu aussi mou et gentil qu’il est encore solvable, mais pas pour longtemps… c’est bien parti.

    Attachez vos ceintures, turbulences géantes à venir.

  • Le gouvernement allume son propre bûcher.
    Petit à petit on sent que la menace de chaos se fait de plus en plus concrète.

    • A tel point qu’on peut se demander si ce n’est pas un peu recherché.

      • non ils ne maîtrisent plus rien, ils font comme si

        • Je ne dis pas qu’ils maîtrisent, je dis qu’ils manipulent. Et toutes ces organisations collectives « de base » ne voient pas qu’à la source c’est la solidarité le problème ; au contraire ils pensent même que c’est une solution.

  • Bof. Parler du racisme et afficher des bonnes intentions permet surtout de ne pas remettre en cause les stratégies du maintien de l’ordre, de ne toujours pas faire de bilan des différentes manifestations de ces dernières années où casseurs, manifestants et passants étaient confondus et où le préfet pouvait parler de « camp ».
    En effet cette approche démontre une sortie de l’état de droit, mais qui n’est pas nouvelle. En effet les policiers sont présumés innocents, mais ici il s’agit pour Castaner de faire en sorte qu’ils continuent d’être intouchables relativement aux faits et à leurs comportement, qu’on puisse ne faire que des procès d’intention et des tapages médiatiques en se disant qu’il pourra toujours employer de bons consultants en communication et avoir confiance dans une industrie médiatique traditionnelle qui a besoin de l’état pour persister. Je pense qu’il ne se trompe pas dans cette tactique hélas.
    Le désordre est de plus en plus grand. Les violences policières (même éventuellement légitimes) n’ont pas démontré de résultat probant. Les affaires ne sont pas suivies : que les policiers soient innocents, qu’ils suivent des ordres ou que leurs comportements soient réellement fautifs… on ne saura jamais. En matière de police comme en matière de corporation et de syndicat, le problème réside d’abord dans la solidarité aveugle sous prétexte d’une appartenance à une organisation collective qui se veut faire corps, où plus personne ne peut se comporter en individu responsable dirigés par des hiérarchies intouchables et irresponsables.
    Castaner affiche des intentions, c’est gratos pour lui de surfer sur des émotions donc autant les amplifier, autant faire en sorte que ces émotions étouffent les approches critiques réelles.

    • Je vous croyez franchement à une « solidarité aveugle » entre la base et la hiérarchie ?

      • Non, je crois en une solidarité aveugle à la base, une solidarité que la hiérarchie manipule très bien.

      • La hiérarchie n’a pas trop le choix, les syndicats y veillent et eux même n’ont pas forcément le cul propre à la base.

        • C’est un dysfonctionnement global de notre système hiérarchique, et les syndicats suivent les mêmes structures et dispositifs, ils font partie du même système en crise. Le dispositif d’affrontement entre directions et syndicats est devenu un jeu qui permet de légitimer les pratiques obsolètes de collaboration, des sentiments d’appartenance qui ne sont plus réellement opérants.
          Encore une fois on assiste à des réflexes idiots jusqu’à l’échelle individuelle où avec le « monde d’après » quasiment tout le monde semble enthousiaste à l’idée de revenir au monde d’avant en prônant la solidarité et la souveraineté, et je ne vois pas trop d’exception ; ça fait partie des symptômes.
          Castaner joue une partition dans le triangle dramatique et tous ceux qui jouent au même jeu sont contents, même s’ils s’opposent entre eux, ça leur donne un rôle.

  • « C’est très pratique, une foule stupide, parce qu’elle offre un levier à quelques habiles rhéteurs toxiques pour réclamer de façon persistante et systématique des réparations diverses et variées d’un peuple devenu aussi mou et gentil qu’il est encore solvable. »

    Cf. La Révolution Française qui au final n’a pas apporté que du bon, et surtout durant laquelle le Roi de France n’était pas le plus tyran des Rois, au contraire…

    • Les gens avalent la propagande. II en est ainsi pour la Révolution, falsifiée par les républicains. En fait le peuple était bien mieux loti sous la monarchie. Contrairement à ce qu’on affirme les impôts étaient moins lourds, et surtout il n’y avait pas de service militaire obligatoire! La Révolution ne fut qu’une vaste tuerie qui permit à des aigrefins de faire fortune, et aux français de mourir sur les champs de batailles. En 1793 c’est la France qui déclara la guerre à l’Europe et non le contraire. La falsification de l’histoire est le sport favori des militants de toutes sortes!

      • Pas eu l’impression que la noblesse de l’époque ait été très fine. D’un point de vue structurel il y avait un certain nombre de réformes à faire, elles n’ont pas été faites.
        Les systèmes sociaux ont une historicité, les organisations sociales sont dynamiques, et les gouvernements, quels qu’ils soient, doivent assurer un ordre flexible et adaptatif, prendre en compte des contingences. L’Histoire n’est pas uniquement due à des acteurs extérieurs ou des complots.
        Les révolutions institutionnelles n’arrivent qu’en fin de cycle. Aujourd’hui nous sommes en train de vivre tout un tas de révolutions contingentes qui reformulent les contraintes matérielles, et si nous préférons conserver nos organisations collectives de gestion plutôt que d’en profiter, le système de gouvernance devra être renversé car son action sera contreproductive. Ce n’est pas du tout obligatoire, notons tout de même que depuis des années les élites ont plus une attitude conformiste que réformiste et nous pourrions nous nous retrouver avec des situations de blocage où la rigidité entraînerait plus de désordre qu’autre chose.

      • pour compléter le tableau, n’oublions pas que la France de l’époque était le pays le plus peuplé d’Europe et de loin, au même nivau que la Russie.
        Quand vous avez un voisin si puissant qui a des velléités agressives, il est logique que les autres pays se liguent contre lui.
        Et après, la France veut se faire passer comme une victime.

      • Non, mais, faut arrêter là. L’ancien régime était coercitif, arbitraire avec les pires inégalités devant la loi. Dire que le peuple était mieux loti, est faux. Ce régime a pris fin et c’est tant mieux.
        Après, oui la révolution a été instrumentalisée, oui on en a fait une image d’épinal par les centralisateurs forcenés.
        Pour faire simple, le problème est plutôt que les montagnards l’ont emporté sur les girondins.

        • hélas relisez l’histoire. Si l’Etat était en faillite, le peuple n’avait jamais aussi bien vécu. Durant le 18ème siècle, fin des famines, la population française est passée de 20 à 26 millions d’habitants.

          • Ce sont souvent les périodes où tout fonctionne bien qu’on atteint des niveaux d’efficacité qui se retrouve changer l’expression des contingences matérielles ; à partir de ce moment il n’est ni possible de continuer comme avant ni possible de revenir à une situation antérieure de moins grande efficacité.
            L’état était en crise, et le pays avait les moyens de le renverser parce que lui n’était pas en crise. Nous retrouvons un peu le même type de situation aujourd’hui (même si je pense que notre époque ressemble plutôt à celle de la chute de la féodalité qui va déboucher après sur la structure actuelle du capitalisme, de la nation et de l’industrie) : tout va plutôt bien, et l’action de l’état est désormais plus contreproductive qu’autre chose.

        • Oui, l’ancien régime était coercitif mais/b> infiniment moins efficace et présent dans le quotidien des Français. Moins de contrôle, moins de surveillance, moins d’impôts, pas de conscription. Oui, il était fortement inégalitaire, mais l’égalité de la république a couté excessivement cher au peuple que ce soit en argent ou en sang.
          Je ne plaide pas pour la monarchie mais pour un état limité et pour une vision plus mesurée de l’histoire.

            • le fait est que la republique est gérée par des aventuriers..

              • Les aventuriers de la prospérité perdue ?

                Mais à la longue, il se pourrait que l’arche d’Alliance (SIPN) ne fasse pas de détail et foudroie Indiania Macron avec les N.azis.

                • Non non. ils planqués juste sous la caisse percée du trésor.
                  Ils ramassent à plein bras dans tout ce que l’état y jette.
                  Eux et leurs complices.

              • pour rappeler un très bon film avec Ventura Brel etc :
                L’affaire de macron cela nous a fait perdre des milliards…..

          • L’arbitraire n’a pas sa place dans un état de droit où les libertés sont respectées. L’ancien régime est l’acceptation de cet arbitraire, avec une population qui vit ouvertement au dépend des autres : les nobles et le clergé. Ca ne pouvait pas durer et dans aucun autre pays ca n’a duré.
            Maintenant, oui notre république n’est pas un exemple. Ca n’est pas pour ca que la nostalgie d’un temps ou la lettre de cachet existait doit prendre le pas sur ce qui devrait être : un état de droit minimaliste.

      • Entièrement d’accord avec Virgile. L’ancien régime nécessitait certes des réformes, mais c’est sûr que rétrospectivement, les français vivaient mieux sous Louis XVI que sous tous les régimes qui ont suivit jusqu’à la Restauration. Mais bon, vain exercice que celui de refaire l’histoire.

        Ce qui est fort regrettable dans la révolution française, c’est que plutôt qu’être un vaste mouvement de réformes faisant passer la France de l’ancien régime dans la modernité et le libéralisme, elle fut un mouvement nihiliste de destruction qui, in fine, n’a fait que remplacer un autoritarisme par un autre.

        C’est la victoire des Montagnards sur les Girondins.

        Le républicanisme à la française, bien plus qu’être un système institutionnel comme dans d’autre pays, est une véritable doctrine Rousseauiste et Jacobine à laquelle, pour être considéré républicain, il faut se plier…

        Ca peut paraître paradoxal pour certains, mais personnellement, en temps que libéral, je n’arrive pas à reconnaître mes valeurs au sein de la république française. Pour moi, ce régime est celui de l’ultra gauche Montagnarde et du Rousseauisme… Les figures républicaines libérales comme Lamartine, Tocqueville ou Jules Ferry n’aident en rien… car les tentatives de libéraliser la république ont toutes échoués lamentablement…

  • Souvenez-vous de ce que disait Coluche : il y a une équipe, et il y a UN SEUL esprit !! En effet, c’est bien pratique pour nos chers politocards de s’adresser à un « groupe », plutôt que de faire appel à la responsabilité individuelle…
    On peut d’ailleurs remarquer qu’avec Macron, pour les erreurs, c’est toujours collectif… Pratique pour se déresponsabiliser.
    Et au-delà de la verve magnifique de H16, ce qui m’effraie avec ce gouvernement est qu’il s’essuie de plus en plus les pieds sur les libertés des citoyens… Il n’y a qu’à voir comment il veut absolument conserver l’état d’urgence sanitaire qui est complètement injustifié – le Parlement est tout à fait apte à juger les actions de l’exécutif, il faut mettre fin à cette dictature qui leur plaît tant !

  • Il ne faut pas prendre les f.lics pour des c.ons, mais il ne faut pas oublier qu’ils le sont …

    Après avoir transformé la police en « Tontons Macoute » pour GJ et autres, on va maintenant faire la chasse aux « Tontons Macoute ». Est-ce que le « en même temps » n’atteint pas ses limites Votre A.ltesse, quand le peuple gronde ?

  • « Soupçon avéré », Y’a comme une incohérence entre ces 2 termes, si c’est un soupçon c’est que rein n’est sûr, c’est probable, mais avéré ça veut dire quoi? Il faut certifier un truc hypothétique?
    Ils ont été beaucoup plus fermes avec les conclusions du Pr Raoult !

    • @chicotier bien vu . J imagine que c est pour satisfaire à l inénarrable théorème du Macron dit du « en même temps » .

    • Soupçon avéré ! Cherchez l’erreur ! Sa pensée toute en nuance ne nous avait pas échappé ! Christophe sanguinaire avec les GJ, et super cool avec les excités, du moment qu’ils sont émotifs !
      Je m’étonne que personne n’ait relevé cette opportunité envoyée par les US (et qui derrière ?) de dénoncer le racisme au niveau mondial. Il arive à point nommé pour nous faire oublier les errances de nos gouvernants à prendre les décisions face au Covid 19 –
      On lâche le sujet et on se jette sur cet individu victime de policiers. Qu’aurions dû savoir, si la cause raciste n’était pas en jeu ?
      A tel endroit, un homme a trouvé la mort suite à une intervention policière musclée.
      POINT.
      Relever qu’il était noir est un fait raciste. N’en déplaise aux dénonciateurs.
      Le défendre pour cette raison n’a aucun sens. C’est une victime. Point, n’ayant pas plus « de valeur », pas moins non plus, qu’une autre victime.
      Peut-être aurait-il fallu savoir s’il n’avait pas déjà des antécédents, s’il n’avait pas – en tant que drogué – déjà eu maille à partir avec la loi.
      Si le fait qu’il ait été sous emprise de stupéfiants ne l’avait pas d’bord – lui-même – rendu agressif, ou insultant. C’est très souvent le cas.
      Maintenant 1) il alimente les extrèmes qui sautent sur cette occasion de défendre les minorités – opprimées – elles ne peuvent qu’être opprimées, c’est plus sûr que soupçon avéré –
      2) on sanctifie ce type devenu le symbole de la répression contre les personnes non blanches.
      3) cette nouvelle cause va booster la campagne éléctorale contre Trump, « l’horrible agent orange », dont la presse a fait sa détestation. 4) on oublie le Covid ! et ses conséquences.
      5) Ceux qui manipulent les masses en les dressant les unes contre les autres marquent un point considérable puisque l’on débaptise les rues portant le nom d’esclagistes !
      Jusqu’où remonteront les rancoeurs ?
      A aller trop loin, la solution serait que chacun rentre dans son pays, sur son continent d’origine seule solution pour retrouver les bases saines. Plus de chicaya de cette manière ! Y ont-ils pensé ? C’est une médecine radicale.
      Quel sera le prochain problème ? Car ne faut-il pas qu’un clou chasse ?

  • J’ai une admiration profonde pour nos politques. Vraiment.

    Entre le déconfinement, l’état d’urgence sanitaire, les coronabonds et la relance après une crise séculaire; ils trouvent quand même encore un peu de temps pour faire la récupération politique de ce qui se passe à l’étranger…

  • Je ressens une grande émotion quand je pense aux impôts que je dois payer, est ce que la doctrine Castaner me permet de ne plus les acquitter ?

    • Tout juste.

      On peut en imaginer des extensions du genre « Ouèch, j’ai ressenti une grande émotion quand il m’a regardé alors qu’on se croisait dans la rue. C’est pour ça qu’on l’a tabassé. »

      Les propos de Castaner sont ahurissant. Et évidemment, personne pour relever. C’est normal.

      • Imaginons le témoignage suivant à la suite d’une agression. « Wesh mais quand je l’ai vu ct’entchulé avec ses fringues de boloss j’ai grave repensé à l’esclavge de ma famille et au racisme, toussa, wesh. Ch’te jure, j’ai pétave un cable gros, je suis sûr l’aut’bouffon c’est un ‘tain de raciste de sa mère. Ch’peux pas me contrôl quand je vois des boloss çacom! »

        Verdict:
        Caillera: acquitée
        Boloss: condamné pour racisme et coups et blessures; Avec l’arrête de sonnez cassé, ce salaud de raciste a entaillé la peau du dos de la main de la victime de l’agression raciste.

  • Ce n’est pas qu’un piétinement, C’est la Nation française qu’on assassine.
    Arrêtons le verbiage et les euphémismes, sans réaction immédiate et radicale, La France sera un dépotoir Islamo Ecolo d’ici 5 ans.

  • H16, vous allez avoir un problème. L’actualité devenant chaque jour plus inepte et nos ministres plus ridicules, les drolatiques caricatures qui illustrent vos articles seront trés en-dessous de la réalité.

  • Machiavel n’aurait rien conseillé ou fait de mieux pour prendre ou garder le pouvoir

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

Février est le mois de l’histoire des Noirs. Il est intéressant de voir comment, malgré une oppression certaines dans plusieurs pays, notamment les États-Unis, ils ont pu maintenir leur dignité et progresser. Martin Luther King Jr. est sans doute celui qui a eu la meilleure réflexion sur les relations raciales en 1963 :

Je rêve du jour où mes enfants seront jugés pour ce qu’il y a dans leur cœur et non pour la couleur de leur peau.

Malheureusement pour lui, la couleur de la peau est tout ce qui semble importer pour les démocrat... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles