Et maintenant, une tempête de cerfas

Avec ce déconfinement, la France va expérimenter l'introduction d'un peu de cerfas bureaucratiques dans une vie jusqu'à présent un peu trop libre.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et maintenant, une tempête de cerfas

Publié le 8 mai 2020
- A +

par h16

Snif, snif ? Vous la sentez, cette odeur douceâtre de déconfinement progressif ? Car oui, il est là, il arrive : dans quelques jours, on assistera au déconfinement d’une partie du territoire, d’une partie des activités, d’une partie des Français. Et tout se met gentiment en place pour que cette nouvelle épopée se passe dans le calme, la joie, la bonne humeur et, surtout, une sacrée bonne ventrée de formulaires joufflus et de procédures dodues !

cerfas

Car il ne faudrait pas que ce déconfinement tourne à la déconfiture : l’administration du pays, son gouvernement et ses responsables politiques sont en effet en charge de gérer la bonne fin de cet épisode complexe. Ceci suppose une excellente organisation, que tout le monde soit bien informé de ce qu’il doit faire, de ce qu’il peut faire, de ce qu’il faut éviter et de ce qu’il est indispensable d’interdire, afin qu’aucun détail ne soit oublié.

En plus, ça tombe bien, cette administration, son gouvernement et ses responsables politiques ont déjà amplement prouvé leur maestria lors de la gestion du confinement ; dès lors, le déconfinement s’annonce sous les meilleurs hospices EHPAD auspices.

Maintenant, il faut bien comprendre que régler la vie des Français, normaliser chaque activité, chaque interaction interpersonnelle de plus de 60 millions d’individus un peu foufous, de fiers Gaulois qui n’en font qu’à leur tête ne peut pas s’envisager autrement qu’avec un dosage subtil de carottes et de coups de bâton.

Pour les carottes, il s’agira essentiellement de distribuer l’argent des autres (qu’on récoltera des dons spontanés obtenus grâce à quelques coups de bâton). Et pour les coups de bâtons, il suffira de vidanger la machine à diarrhée législative et ça ira tout seul.

Moyennant suffisamment de papier et de députés travaillant d’arrache-pied, à côté d’administrations jappant des contraintes comme des teckels sous cocaïne, on arrivera sans problème à définir absolument tout ce que chacun peut ou ne peut pas faire dans le cadre de ce déconfinement.

Chaque jour grossit la liste des délires encadrements légaux des activités les plus banales : ainsi, même la machine à café de l’entreprise, de facto lieu de tous les dangers viraux, bénéficiera de ses normes et de l’édiction précises de règles pour les allées et venues des collaborateurs. Si le contenu des discussions qui s’y tiennent est libre (pour le moment), il n’en va plus de même pour le petit bazar social de gens qui se tiennent les uns devant les autres et se postillonnent dessus leur médiocre café bourré de miasmes tueurs.

Et ce qui est vrai de la machine à café l’est bien évidemment de toutes les activités purement professionnelles en entreprises.

Rassurez-vous : la complexité d’organiser les postes de travail dans les myriades d’activités industrielles, commerciales et marchandes du pays n’a pas échappé à notre Grande et Belle Administration qui s’est donc démenée pour pondre quelques petits guides de bonnes pratiques. En seulement 48 petits guides (!) de quelques pages chacun, tous rassemblés sur un site d’une redoutable efficacité et d’une lisibilité quasi-romantique, on y découvre tout ce qu’il faut faire et ne pas faire pour ne pas encovider son voisin de travail et – surtout, surtout ! – pour que le patron ne soit pas immédiatement poursuivi pour mise en danger de la santé de ses salariés.

Les grandes administrations de l’État n’ont pas été oubliées non plus : l’Éducation nationale a relevé le défi d’aller à l’essentiel pour que professeurs, élèves et équipes administratives et de soutien des établissements scolaires travaillent tous en harmonie non-contaminante (et Gaïa compatible, hein, n’oublions pas l’essentiel). Ainsi, en seulement 53 pages (!) et plusieurs douzaines de « fiches thématiques » du sabir habituel qui sent bon la protection d’arrière-train d’un bout à l’autre, le ministère de Jean-Michel Toutvabien donne les clés indispensables pour que tout le monde survive à cette épreuve.

On le comprend : tout a été couvert. L’administration française est toujours au top lorsqu’il s’agit de faire du formulaire, de pondre de la procédure, de mettre en place des décrets et d’affûter de la circulaire finement ouvragée comme de la dentelle législative pour rond-de-cuir tatillon.

Et donc, bien évidemment, les transports en commun ont aussi été entièrement couverts, détaillés et minutieusement préparés à la reprise d’activité normale dans les prochains jours. Franchement, on est heureux d’avoir des transports collectifs aux normes, parfaitement entretenus et très confortables pour les besoins réels : avant la crise, si ceux-ci avaient été bondés, mal entretenus voire dangereux, régulièrement en panne ou en grève, on aurait largement pu craindre des dérapages sanitaires gênants.

Heureusement, il n’en est rien et tout se passera donc très bien. Ce qui n’empêche pas certains élus de planifier pour les scénarios les plus épineux – on reconnaît bien là, au passage, leur formidable propension à toujours très bien prévoir ce qui pourrait mal se passer et à se préparer en conséquence avec un professionnalisme remarquable, comme en a d’ailleurs témoigné la rigueur de tenue des stocks de masques et de protections indispensables pour les soignants et la population en cas de pandémie, qui nous aura largement évité les psychodrames que certains pays ont vécu (quel nuls !).

Parmi ces politiciens à la hauteur de la noblesse de leur charge, signalons Valérie Pécresse, présidente de la région Île-De-France, qui réclame davantage de sécurité dans les gares (comme si ces lieux devenaient soudain des coupe-gorges dangereux – pff, en France, en région parisienne, voyons !). Fort logiquement aussi, la patronne de la région en profite pour demander aussi de « rendre obligatoire l’attestation des employeurs, que les salariés devront avoir sur eux dans les transports sous peine d’amende » : il serait en effet inconcevable que les individus commencent à prendre les transports en commun payés de force sur leurs salaires et avec leurs impôts pour vaquer à leurs occupations !

Imaginez le tableau : des personnes qui vont, qui viennent librement et font ce qu’elles veulent de leur temps, sans en référer ni à la région, ni à l’État, sans informer une administration et sans pouvoir prouver qu’elles ne sont pas animées d’intentions néfastes, depuis voyager d’un point A à un point B jusqu’à – horreur – tenter de gagner sa croûte de la façon la plus bassement matérialiste (voire, disons-le tout net, capitaliste !).

On comprend, devant cette vision d’apocalypse d’humains allant et venant de tous côtés sans le moindre petit cerfa sur eux que Mme Pécresse ait pris les devants. Ouf, au moins cet aspect sera-t-il couvert comme chacun des métiers et des cas complexes des petites brochures conseils et autres fiches techniques déjà pondues par les administrations en effervescence.

Enfin, signalons la mise en place des Brigades Sanitaires du Peuple dont la mission consistera à obtenir les aveux identifier les personnes atteintes par le coronavirus et éviter l’apparition de nouveaux foyers d’infection. Ces Brigades seront fièrement secondées par le réseau des médecins de ville qui ont reçu les instructions claires, précises et bien pensées pour permettre un suivi efficace des patients. Jugez plutôt :

  1. lorsqu’un patient est suspecté, le médecin l’arrête 48 heures et lui fait subir un test de dépistage; si ce dernier est négatif, le patient reprend le travail, youkaïdi, youkaïda.
  2. en revanche, un test positif entraîne une seconde consultation, tarifée à 55 euros cette fois-ci, une prolongation de l’arrêt de travail ; le médecin traitant doit alors saisir les données du patient sur le site administratif Amelimélo Amélipro, administration redoutablement efficace qui se chargera ensuite, entre deux plantages serveur, de pratiquer le dépistage de tous les contacts de notre malheureux pestiféré contaminé.

Simple et efficace : non seulement, il n’y aura aucune incitation à dépister pour encaisser de la consultation majorée à 55 euros (après deux mois de disette), mais de plus, les données confidentielles seront jalousement conservées par l’assureur qui garantira qu’elles ne seront jamais utilisées à des fins louches et douteuses.

Tout cela sent déjà une franche réussite à tous les points de vue et l’Ordre des médecins, garant des droits des uns et des autres, nous assure par son silence compact que tout cela est à la fois carré et porteur d’espoir.

Ce déconfinement s’annonce grandiose.

Cette crise mondiale d’ampleur historique était, probablement, l’occasion pour des réformateurs et des politiciens courageux de simplifier le pays, de le nettoyer de ses lourdeurs et de ses mauvaises habitudes.

Non seulement, il n’en fut rien mais toute la brochette de clowns actuellement au pouvoir a consciencieusement choisi l’exact contraire, avec une calcification complète par imposition de cerfas par millions. On pouvait choisir la subsidiarité, la responsabilité personnelle et le bon sens. On a résolument choisi le micro-management de tout et de n’importe quoi, n’importe comment, l’édiction de règles au niveau capillaire le plus fin, la noyade par paperasse à des niveaux bureaucratiques de stupidité probablement jamais atteints auparavant.

Pire : on introduit petit à petit ce qu’on peut trouver de pire en termes de surveillance généralisée, de délation, de pistage « citoyen » et manipulation de données personnelles.

Forcément, ça va bien se passer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Si les masques et les fabricants ont manqué les usines de parapluies tournent à plein régime.

  • Il n’y a pas que les teckels qui sont sous cocaïne…
    Sur le rôle des médecins dans le flicage généralisé de la population sous prétexte sanitaire, on peut écouter ça

    Espérons qu’ils seront nombreux à réagir de la sorte…

  • Il est urgent que comme toute compote ou confiture bio, chaque notice administrative et chaque cerfa soit doté d’une date limite de validité, au pire au bout de 2 semaines, au delà de laquelle on ne doive impérativement plus l’utiliser et l’on soit en droit absolu de s’en dispenser.

    • Oui, enfin, en demandant une « date limite d’utilisation », vous validez de facto la notice administrative. En gros, vous acceptez que l’administration mette le pied dans l’entrebâillement de votre porte en lui demandant d’auto-limiter son intrusion… C’est illusoire.
      Avant toute chose, c’est la nécessité même de cette notice administrative qu’il faut remettre en cause.
      C’est l’action même de l’Etat dont il faut réduire le périmètre.

    • Ce qui obligera l’administration, déjà dé-bor-dée, à sortir une nouvelle version, revue, corrigée et augmentée toutes les deux semaines : vous voulez tuer nos fonctionnaires ?

  • bravo, une administration si on la laisse faire devient dictatoriale..
    là les politiques craignant le retour de bâton sur des decisions tranchées, syndicales d’abord , électorales ensuite ont choisi de les laisser faire , afin qu’il soit impossible de trouver un responsable.. comme d’habitude..
    et une administration qu’on laisse faire , çà pond des justificatifs , des regles , des normes a pleins wagons… et c’est ceinture et bretelles, le ministre mouille le préfet ,qui mouille le maire , qui mouille le département , le département qui mouille la région.. pour finir par dire qu’ils manquent de personnels et/ou de moyens.. Courteline pas mort

    • Reconnaissez que le summum de la dictature est l’intériorisation de la coercition à coup de cerfas auto-remplis…

      • oui là on atteint le sublime, mais le sublime n’est pas rare , quand vous présentez une liste aux élections , les candidats doivent déclarer etre d’accord pour figurer sur la liste que vous présentez..
        mais vous en tant que chef de liste vous devez vous auto designer vous meme et par ecrit manuellement comme représentant de votre candidature!

        je signale qu’éclater de rire a la préfecture ne fait pas avancer le dossier!
        je ne raconte pas là les compte rendus des résultats , c’est effrayant de stupidités dans le meme genre..
        Courteline je vous dis

    • tous mouillés et nous sec!

  • En tant que joueur de pipeau expérimenté, le président est un fin mélomane aux notes si fines.
    Il nous a composé une partition d’enfer, la bien nommée « six boulettes », et le joueur de flûtes de Hamelin n’a qu’à bien se tenir. La partition est en six bêtes molles mineures et en mord le Sol majeur.
    Je lui prédis un grand succès.
    Surtout avec Edouard comme chef d’orchestre, avec sa grosse caisse enregistreuse qu’il boxe avec sa baguette, Darma, le nain avec son flutiau, Le Maire d’Oeufs, bien frais As tes risques, le meilleur chanteur de retour à l’empoi, avec Cassetamère au tromblon bouché avec du sel et des boulettes, Borne aux infra-sons non bornés… Wargon au tagada tagada… Six Bêtes aux boulettes…
    Joli Crane à la cabosse vide.

    Une fine équipe.

    C’est la flute finale ♪♫♪♬♩♩
    C’est la chute finale ♪♫♪♬♩♩

    Toute ressemblance avec des personnages politiques est fortuite.
    Je déconne ? Non, on est en France, c’est tout à fait normal.

  • « Cette crise … l’occasion … de simplifier le pays … »

    Il me semble plutôt que la SORTIE de cette crise et la RELANCE de l’économie ne pourront se faire sans simplifier la consommation, le travail, les procédures, les loisirs …

    Il faudra plusieurs mois aux keynésiens invétérés pour comprendre que la relance par l’offre et la planche à billet ne peut fonctionner avec 50% de transports, des interdictions de consommer, l’opprobre jetée sur ceux qui tenteraient malgré tout de se déplacer et d’acheter autre chose que le strict nécessaire. (Je me suis d’ailleurs toujours demandé comment ils concilient la frugalité écologique et la théorie keynésienne ?!?)

    Donc on se prépare à passer du chaos virtuel du confinement au chaos bien réel de la récession la plus brutale jamais connue.

    • Récession nécessaire aux yeux de nos maîtres pour que nous acceptions tout et n’importe quoi puisqu’ils sont nos sauveurs (cf le triangle de Karpman)

      • oui! Vous avez tout à fait raison!
        On nous contraint, on réduit nos libertés massivement, on nous appauvrit et on nous fait Bien comprendre qu’on a été sauvé (la question étant: de quoi?) et que si on a le malheur de ne pas être d’accord, on nous laisse supposer qu’on va nous enlèver le peu qui reste…

      • @La petite bête
        Bonjour,
        « Récession nécessaire aux yeux de nos maîtres pour que nous acceptions tout et n’importe quoi puisqu’ils sont nos sauveurs (cf le triangle de Karpman) »
        « Là et nulle part ailleurs se trouve la racine d’où s’élève un tyran ; lorsqu’il apparaît d’abord comme un protecteur. »– Platon

    • Pardon : la relance par la demande ! Mais de toutes façons même avec des billets pleins les poches, si on ne peut s’en servir, cela ne mène nulle part.

    • Ils concilient avec l’argent des autres!

  • Pecresse: ce n’est pas elle qui veut fonder un parti nommé « Libres! ». Faudrait lui expliquer le concept….

  • Merci à H16 pour son humour qui sert à dénoncer ce qui se passe.

    J’ai l’impression de plus en plus d’être dans un asile de fous en France et cela ne s’arrange pas.
    Si par hasard vous regardez les chaînes télés d’information en continu on ne parle que de crise sanitaire avec systématiquement au moins un professeur ou un chef de service en médecine, on se demande quand ils travaillent dans leur labo ou leur service. Ces derniers donnent leur avis sur tout, économie, société, droit, religion, organisation du travail dans les entreprises, etc., ils sont devenus les nouveaux prophètes, les nouveaux gourous. Je ne peux plus les voir, ils me sortent par les yeux!!!

    La psychose a été installée et ce ne sont pas les mêmes comme Roselyne Bachelot qui l’ont installée soigneusement qui vont réussir à éradiquer cette psychose!!!

    La seule liberté qui nous reste est celle de renoncer à notre liberté!!!

    La France est devenu un pays kafkaïen ou le pays du père Ubu.
    La France est devenue le monde de “1984” de G Orwell avec Big Brother qui nous surveille, le ministère de la Vérité, la novlangue, etc..

    • Pour devenir chef de service, croyez-vous qu’il vaut mieux bien gérer son labo ou bien parler dans les médias ?

      • à mon avis bien gérer son labo mais avec Macron on est dans le règne de la communication et non de l’efficacité comme on peut s’en rendre compte avec la gestion de cette crise! Et cette communication sévit partout à tous les niveaux jusqu’à l’absurde comme on peut entendre des choses complètement absurdes et irrationnelles, tout et son contraire, il parait que c’est intelligent d’affirmer tout et son contraire, chez moi c’est le signe de la folie ou du cynisme.

      • Et être syndiqué à gauche.

    • On a de quoi écrire la suite de Knock. Espérons qu’Omar Sy ne joue pas la suite.

  • sacré H16, toujours aussi délicieusement impertinent. Vous êtes mon rayon de soleil matinal.

  • Le gouvernement, le gouvernement !!! Le gouvernement obéis, comme tout les gouvernements du monde qui appliquent actuellement parfaitement le même programme. Les multinationales et la banque dirigent. Donc ce sera test Couillonavirus avec enregistrement de votre Adn, Vaccins obligatoires à pointe quantique pour une maladie non-immunisante ( ID2020 à Mr Bill), peut-être puçage obligatoire, bien qu’avec le téléphone et la petite appli et la 5G ce ne soit pas nécessaire, port du masque obligatoire, distanciation sociale de sécurité. Plages, forêts et montagnes interdites, agenda 2030. Pas plus de cent kilomètres de chez soi. Suppression du cash. 60% des petites entreprises mettront la clé sous la porte, celles restantes les plus rentables seront rachetées par des multinationales. Chômage exponentiel, « hanger game ». Siphonnage de 40 % de vos économie, sinon plus. Semaine de travail de 60h, congés payés : oubliez. Diminution des retraites de 40%. Dévaluation de l’euro, donc compétitivité accrue etc… etc… Notre Futur !! C’est la Guerre, quoi ! En bonus le petit lien là, va vous plaire :
    https://www.usinenouvelle.com/editorial/avis-d-expert-l-accord-de-performance-collective-un-outil-de-sortie-de-crise.N955741

    Exploser l’économie mondiale pour 270 000 morts dans le monde, il faut le faire. A moins que ce soit voulu ???? Je rigole ! Et on en est encore à discutailler sur le nombre de fonctionnaires, les décisions gouvernementale, mais on ne parle pas de l’argent alloué aux banques et aux entreprises en endettant chaque Français. Hors sol !

    • Je ne sais pas ce que vous prenez, mais il faut réduire la dose.
      (et éviter de croire à toutes les conspirations)

  • J’ai lu (je ne sais plus où ? mais site officiel) que dans le cadre de l’application informatique de suivi contamination il est prévu que les médecins touchent de 2 à ? € par nom de contacts ( du contaminé) fournis à l’administration. Incroyable !

  • Les transports,surtout parisiens,ne vont fonctionner que partiellement ce qui va encore augmenter la concentration de voyageurs mais les grandes plages ou les forêts sont toujours interdites !
    Nous ne sommes plus en France mais en Absurdie!

  • Les nouveaux cerfa sont arrivés, enfin, les provisoires, ils n’ont pas eu le temps de les officialiser…. L’URSS n’est plus ce qu’elle était, le commissaire au plan sans doute confiné quelque part à faire de la Webcam de ses dix doigts.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles