Communication : le gouvernement s’emballe

Depuis le début de la pandémie, la machine gouvernementale à raconter absolument n’importe quoi s’est emballée à un niveau jamais atteint.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Frank Riester 4 janvier 2012 - Voeux à la presse by UMP Photos (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Communication : le gouvernement s’emballe

Publié le 20 avril 2020
- A +

Par Marc André.

Depuis que la grippette chinoise est devenue une bonne grosse pandémie mondiale avec tout un tas de morts bien réels, la machine gouvernementale à raconter absolument n’importe quoi s’est emballée à un niveau jamais atteint.

Vous me direz qu’en France, une situation aussi exceptionnelle ne pouvait produire qu’une accumulation de gesticulations administratives, toutes aussi ridicules et contre-productives les unes que les autres.

Ministre de la Culture et « petit festival rural »

Dernier foutoir en date celui posé là, l’air de rien, par le ministre de la Culture. Mais si rappelez vous de lui ! Franck Riester avait été testé positif au Covid du temps où il n’y avait absolument pas de tests, sauf pour le personnel indispensable comme les ministres, les footballeurs et les artistes, mais surtout pas pour les médecins, les infirmières et autres personnels des EPHAD qui montaient au front à poil et sans masques.

Donc, tel Boudu sauvé des eaux, Francky y est allé de sa petite idée bien foireuse, pour aider le pays à comprendre ce qui lui arrive.

Jupiter a tonné que rien ne sera plus comme avant et que le déconfinement organisé par ses soins n’aillait pas être une partie de rigolade. À voir comme tout a été magistralement bien géré jusque là, nous n’avons aucun mal à le croire !

Donc, alors que son patron promettait du sang, des larmes et un été de merde sans festivals et autres réjouissances organisées avec nos sous, le ministre de la Culture a ramené la fraise qu’il avait dû contribuer à récolter, vu qu’il n’en fout plus une rame, en déclarant « que les petits festivals ruraux pourraient bien se tenir au cas par cas ».

Stupeur et étranglements dans le monde de la culture subventionnée. Comment interpréter l’oracle sibyllin du ministre délégué à la subsistance des amis du pouvoir ?

Bon, pour le côté rural pas de problème. Vu de la rue de Valois, tout ce qui se trouve au-delà de l’A86 est peuplé de paysans, mais qu’est-ce qu’un petit festival ?

Il aura fallu deux jours pour que le phare de la pensée de Coulommiers précise sa fulgurance. Cinquante personnes espacées les unes des autres par une distanciation sociale de deux mètres, portant des masques et séparées de l’orchestre par une scène… telle est la définition ministérielle du « petit festival rural ». En français courant cela s’appelle un bal populaire et encore pas un gros.

Déconfinement : où, quand, comment ?

À part ajouter encore un peu plus d’incohérence à la déjà longue liste de celles produites par ses collègues : sur le déconfinement progressif par tranche d’âges ou par régions, le port du masque obligatoire, mais pas trop, la réouverture des écoles, mais pas des restaurants, de certains commerces, mais pas de tous… bref pourquoi diable ce besoin d’en rajouter une couche supplémentaire ?

Pour une raison simple et terrifiante à la fois.

Depuis le début de la crise sanitaire, nous apercevons en pleine lumière, ce que nous dénoncions avant sans être vraiment crus. Ce pays n’est plus gouverné ! Depuis trente ans l’administration a pris le pouvoir et les technocrates imposent leurs agendas contradictoires à des ministres qui ne sont plus que leurs porte-parole.

C’était déjà le cas avant, mais là on le voit : sur les masques, les tests, la couverture médicale du territoire, les lits de réanimation, les respirateurs, le Plaquenil… Nul besoin de voir l’œuvre des grands méchants lobbys là-dessous, le plus vorace de tous a pris les rênes, encouragé par le pantouflage qui permet aux hauts fonctionnaires ayant bien servi d’aller bénéficier d’un fromage très dodu pour préparer leurs vieux jours.

D’où cette incroyable série de dérapages et autres bobards servie à un peuple médusé, lui qui avait été bercé dans le culte de l’infaillibilité de l’État.

Et encore, cette jactance n’est-elle que la partie émergée de l’iceberg. Alors que le déficit se creuse abyssalement, l’administration sait que des coupes vont survenir. D’où ces saillies aussi incohérentes que ridicules destinées à prouver que tel ou tel budget est indispensable à la vie du pays.

La sortie de Riester sur les festivals ruraux n’est destinée qu’à sanctuariser, sous couvert de l’animation nationalisée du désert français, une partie des financements de la culture qui va certainement faire les frais des nécessaires ajustements d’après crise.

Car à entendre celui qui nous avait dit, sans rire et droit dans les yeux que si nous ne l’élisions pas en 2017, « nous choisissions le chaos » son administration n’a pas failli. Pas la moindre contrition, droit dans ses bottes, le dernier avatar du système est sûr de lui comme seul un énarque peut l’être. Son gouvernement (comprendre ses fonctionnaires) multiplie une production de masques inexistante par cinq en trois mois, comme d’autres multipliaient les pains (une métaphore de saison un lundi de Pâques), mais aucune contrition sur l’absence totale de stocks stratégiques d’un bien que pourtant l’on ne produit plus.

Remplacez masques par pétrole et vous pouvez légitimement commencer à imaginer ce qui arrivera le jour où les pays producteurs, pour une raison ou pour une autre (comme ce fut le cas en 1973) refuseront de nous livrer.

Vous n’y croyez pas ? Pour vous ce n’est pas pensable, car nous sommes bien gouvernés par une administration prévoyante et visionnaire que le monde entier nous envie ? En Bulgarie, vous trouvez des masques dans les pharmacies, au Maroc dans les commerces et en Autriche gratuitement à l’entrée de tous les supermarchés…

Alors, toujours convaincu qu’il n’y a rien à craindre et que le gouvernement veille ? Dormez braves gens !

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Le COVID aura au moins eu le mérite de mettre en évidence la totale inefficacité de l’Etat Français, et de ses administrations aussi nombreuses qu’irresponsables…
    Mais la conclusion on la connaît déjà… les Français vont demander PLUS d’Etat ! On n’a pas fini de payer, et Ce Pays est Vraiment Foutu…

  • ! Depuis trente ans l’administration a pris le pouvoir et les technocrates imposent leurs agendas contradictoires à des ministres qui ne sont plus que leurs porte-parole. »

    je me tue a le répéter c’est l’administration qui gère , les politiques n’y peuvent rien.. ils n’ont que la parole
    votez qui vous voulez ! çà ne sers plus a rien

    • Ça dépend des politiques. Certains ont été investis d’une mission par les pouvoirs supranationaux. Les mêmes qui ont activé tous les réseaux pour faire tomber Fillon.

  • « la grippette chinoise est devenue une bonne grosse pandémie mondiale avec tout un tas de morts bien réels »

    Une bonne grosse pandémie, oui, mais une pandémie de grippette malgré tout. Avec un taux de mortalité inférieur à 1 pour 10000 dans les pays développés (cumulant 9/10e des décès par covid-19), à comparer avec la mortalité naturelle supérieure à 1 pour 1000 tous les deux mois (10 fois plus importante donc), on observe une pandémie qui tient plus de l’imagination que de la réalité. Ah oui mais, c’est grâce au confinement, qu’ils disaient (mais pas grâce à l’hydroxychloroquine, surtout pas, strengst verboten). Il fallait bien trouver une excuse pour ces mesures totalement insensées, une réaction de panique pure irraisonnée de gouvernements apeurés face à l’inconnu, accessoirement un test grandeur nature de contrôle social des populations, bien lourd et copieusement abusif. La réalité, c’est que les décès sont essentiellement des décès anticipés de quelques mois et que l’effet de cette pandémie ne se verra même pas dans les statistiques annuelles, à peine une petite bosse suivie d’un creux dans les données trimestrielles, pratiquement indiscernables dans la variabilité naturelle de la série.

    On n’oublie pas les millions de morts claironnés par les meilleurs experts au début de la pandémie. Toute ressemblance avec le réchauffement climatique anthropique catastrophique n’est pas fortuite. Tiens, puisqu’on en parle, on peut déjà voir l’effet de la réduction drastique des émissions humaines de CO2 : absolument aucun. Rien, nada, que tchi. Fichtre, diantre, saperlipopette, les experts autoproclamés auraient-ils donc raconté n’importe quoi, encore une fois ? La hausse du CO2 atmosphérique serait-elle finalement un phénomène strictement naturel ? Quand la poussière sera retombée, on ne fera pas l’économie d’une réflexion approfondie sur la méthode de sélection de ces fameux experts, ceux du GIEC en tête. Remboursez les taxes !, serait-on tenté d’exiger.

    En attendant, l’économie mondiale va probablement reculer de 30% en avril, de 25% en mai, peut-être de 15% chaque mois de cet été, et ne retrouverait pas son niveau d’avant crise avant 2021 au mieux, tout en sachant que la tendance d’avant crise annonçait déjà une récession à venir. Pour faire d’innombrables morts, rien de tel que la récession. La récession économique tue beaucoup plus sûrement que n’importe quel laboratoire P4 chinois égarant par erreur un cocoronavirus dans la nature. Mais il paraît qu’il faut faire passer l’humain avant l’argent. Comme si l’argent n’était pas l’humain. Pauvres fous ! Et encore, on s’en tirera bien si toute cette folie ne dégénère pas finalement en guerre. Merveilleux principe de précaution aux effets secondaires incontrôlables…

    Avec de tels gouvernements secondés par de tels experts, on peut être très optimiste en ce qui concerne l’avenir du pessimisme.

    • Effectivement, quand on sait que la plupart des malades décédés avaient plus de 80 ans, qu’ils étaient en surpoids ou obèses, on se dit que leur espérance de vie n’était pas très grande. Certes, ils auraient aimé voir l’été qui vient.
      Mais la catastrophe économique, les faillites en cascades qui vont survenir, tout cela fera aussi beaucoup de misère et de morts, et ceux-là n’auront pas plus de 80 ans, mais plutôt entre 20 et 60 ans.

    • Le Savant de Marseille poursuit son analyse de la situation :
      https://youtu.be/HrJBppuSEmk

  • Inefficace, inefficace…

    Un bonne nouvelle quand même dans tout cet océan de grisaille :

    Les pilules d’iode commandée en 86 pour Tchernobyl sont disponibles dans certaines pharmacie depuis ce lundi !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles