Journal d’un confiné : je suis un vieux salaud

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coronavirus source https://unsplash.com/photos/KcIbA0glVpk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Journal d’un confiné : je suis un vieux salaud

Publié le 16 avril 2020
- A +

Par Fabrice Hatem.

Vraiment, je suis en train de me rendre compte, via mes échanges facebookiens, à quel point je suis en train de devenir un salaud, un réac et un imbécile en vieillissant.

Comme je pense que le confinement actuel constitue une atteinte sans précédent historique aux libertés fondamentales, je ne suis qu’un inconscient qui va favoriser le développement de la pandémie.

Comme je refuse d’être tracé et géolocalisé en permanence, je ne suis qu’un égoïste qui ne se préoccupe pas de la santé de ses concitoyens (dans le même ordre d’idées, comme je dénonce également les dérives liberticides des loi-anti-terroristes ou anti-casseurs, je ne suis qu’un idiot utile qui fait le jeu des terroristes et des casseurs).

Comme je dénonce les appels à la délation (par les voisins, les membres de la famille, etc.) actuellement lancés par les pouvoirs publics en matière de violences conjugales, je ne suis qu’un machiste rétrograde favorable à la domination patriarcale, et accessoirement sans doute un névrosé qui a un problème dans ses relations avec les femmes.

Comme j’affirme que la fermeture massive des petits commerces et autres TPE constitue un crime de masse commis contre les entrepreneurs individuels au profit des grands oligopoles, rebelote, je ne suis qu’un imbécile, qui n’a rien compris aux principes de base de la science épidémiologique.

Comme je dis que la psychose planétaire actuelle, en créant un climat de peur sans doute excessif face à la pandémie, favorise la soumission des populations effrayées au pouvoir totalitaire des États, je ne suis qu’un complotiste diffuseur de fake news.

Comme je prévois que les gigantesques programmes actuels de dépense publique, de relance et d’emprunt constituent, à travers le gonflement d’une immense dette souveraine impossible à rembourser, un nouveau et immense pas vers la spoliation générale des petits et moyens épargnants, je ne suis qu’un égoïste près de ses sous et insensible à la détresse des pauvres – et accessoirement un réac bas du front qui n’a rien compris aux immenses bienfaits de l’État-providence keynésien.

Comme je dis que les lois contre la haine en ligne et les fake news constituent une agression violente contre la liberté d’opinion et d’expression, je ne suis qu’un crypto-fasciste qui veut pouvoir continuer tranquillement à proférer ses horreurs racistes sur le net.

Et, pour bien me faire prendre conscience de mon ignominie, on m’invitera à consulter toutes sortes de documents épouvantables sur les morts en réanimation, les femmes battues et violées, les blessés dans des attentats terroristes, les conditions de vie dans les HLM délabrées, et les migrants noyés en Méditerranée, victimes indirectes de mes propos obscurantistes et irresponsables.

Et je n’aurai plus alors qu’à reconnaître ma triple et immense faute :

Tout d’abord, d’avoir dénoncé l’avènement en cours du Moloch totalitaire et spoliateur qui est en train de naître sous nos yeux. Une structure monstrueuse qui s’affranchit de plus en plus, via la mondialisation du contrôle démocratique des peuples ; qui surveille et punit les gens en permanence ; et qui intervient sans cesse dans leur vie au prétexte d’une idéologie pseudo-émancipatrice pour leur dicter ce qu’ils doivent faire.

Ensuite d’avoir osé affirmé que les séduisants prétextes utilisés pour justifier les pouvoirs toujours croissants de ce monstre – lutte contre les inégalités, contre le terrorisme, contre les pandémies, pour la solidarité, la santé, l’environnement, la libération des femmes – sont soit fallacieux, soit exagérés, soit grossièrement instrumentalisés au profit de la propagande étatiste.

Enfin, d’avoir préféré à ce terrifiant Moloch un État modeste, aux pouvoirs limités, à la légitimité fondée sur la souveraineté nationale, et laissant tranquillement les individus vivre à leur guise sous la protection de frontières respectées.

Mais malheur aux opposants à ce Moloch, qui n’auront bientôt plus qu’à choisir entre la soumission et la mort sociale !

Alors, j’ai décidé de faire ma soumission. La voilà :

« Au fond, je n’étais qu’une ordure en m’opposant à toutes ces bonnes choses que nous promet l’État-protecteur : l’égalité, la santé, l’air pur, les femmes libres… Dire que je l’avais insulté en le traitant de Moloch totalitaire, justifiant son oppression par des promesses mensongères ! Mais voilà, ça y est, j’ai compris ma faute, je me soumets ».

Alors, vous pouvez me rouvrir mon accès aux réseaux sociaux, s’il vous plaît, pour que je retourne jouer avec mes petits camarades pendant que vous décidez de tous les aspects de ma vie ? Parce là, je m’ennuie un peu, enfermé chez moi toute la journée. Oui, je sais, c’est pour mon bien.

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • Je plussoie, ce qui me fait donc conclure que cet article écrit sur un ton faussement léger est en réalité profondément juste et donc déprimant….

  • Eh oui, quand on a des opinions contraires à celles de la foule et qu’on a le courage de les exprimer, on s’expose à la colère de cette même foule. Les mêmes qui se gargarisent de droits de l’homme s’empressent de vous agresser et de vous ordonner de vous taire. La liberté d’expression leur convient très bien mais seulement pour ceux qui sont d’accord avec eux.

  • après vous avoir lu , je ne peux en déduire qu’une chose : vous êtes un vieux salaud , et moi je suis une sombre conne sans cervelle ….

    • Vu le degré 0 auquel certains prennent les commentaires, je ne peux pas décemment plussoyer, mais le coeur est avec vous.

  • Salut!
    Salaud number 4.

  • On peut être un vieux salaud en France ou un résistant en Idaho. Quand on s’éloigne philosophiquement de l’écrasante majorité de ses concitoyens, deux solutions : combattre pour changer les esprits ou rejoindre des contrées plus en phase avec ses idéaux.
    je pense de plus en plus à quitter le pays. Je reviendrai en vacances et je serai heureux de parler le français avec le pousse-pousse qui me transportera.

    • Et encore, même les pousse-pousse seront tellement règlementés et taxés que vous n’êtes même pas certain d’en trouver un !

  • Nous devrions créer la ligue des salauds et des vieux cons

  • Pire que Tatie Danielle, ce Fabrice !

    Un Coronavirus à lui tout seul, la méchanceté pure !

    Vive la sortie du film…

    😉

  • claude henry de chasne
    16 avril 2020 at 9 h 03 min

    Bravo!
    les gens cherchent a imaginer « le monde d’après » alors que personnellement quand je regarde le monde des années 70_80
    je sais que j’y suis depuis longtemps dans le « monde d’après »

    un monde fait d’interdits ,pseudo égalitaire , triste et emprisonné
    bonne chance a tous

  • Merci, je me sens moins seul.
    Je savoure en outre (et adhère à 100%) au propos de fm06 : « La liberté d’expression leur convient très bien mais seulement pour ceux qui sont d’accord avec eux ». N’est-ce pas la définition même des intellos gauchistos-écolos ? -qui dirigent l’opinion et le pays-…

  • Très Cher Auteur,

    Soyez la bienvenue au club des S.d.F. : Salauds de France.

    J’en suis un moi-même.

    Il y a deux choses qui me différencient de vous.

    La première, c’est que je ne suis pas encore vieux.

    La seconde, c’est que je ne suis pas encore confiné : comme votre prose le montre, la France est un pays de cons dirigé par des cons pour des cons. Contrairement au pays des aveugles où les borgnes sont rois, au pays des cons, les salauds n’ont pas leur place ; le salaud que je suis a donc quitté ce pays de cons finis qu’est la France.

    Très Chaleureuses Salutations d’un Salaud de France vivant dans ce non moins chaleureux pays qu’est le Cambodge.

    • *Soyez le bienvenu

    • Si la seule solution pour un libéral français est de quitter la douce Françe et de de foutre le camp au Cambodge, pays où les moustiques sont gros comme des hélicoptères, la situation est encore plus déprimante que celle décrite par l’auteur!

      • La seule solution pour un libéral français est de quitter la douce fRance et de foutre le camp pour n’importe quel pays dont l’État ne viendra pas vous emmerder ni vous empêcher de travailler. Et le Cambodge en fait partie.

        Enfin dire qu’au Cambodge, les moustiques soient gros comme des hélicoptères, c’est faire preuve d’une crasse ignorance couplée à un grand manque de raison qui ne fait point honneur à votre pseudonyme.

  • Aimer la liberté, souhaiter un Etat fort dans le régalien mais modeste ailleurs, fait de vous un salaud. Plus il y aura de salauds dans ce pays, mieux cela vaudra.

    • Pauvres salauds que nous sommes, au train où vont les choses en fRance, ceux qui ne partent pas voir ailleurs seront demain les salauds de pauvres !

  • Résistance à l’oppression…

  • Le bonheur en Macronie, c’est fermer les yeux quand le mur se rapproche.

    • C’était pareil en Hollandie, en Sarkozie, en Chiraquie, en Tontonie, en Giscardie, en Pompide et même en Gaulle !

      Et ce sera pareil dans le Royaume de France qui pointera le bout de son nez en 2022.

  • Ragnar D. Anskool
    16 avril 2020 at 11 h 13 min

    Moi jeune salaud, mais ça ne s’arrange pas avec l’age…

  • Je ne suis plus tout seul, vive mon pseudo! (J’ai longtemps hésité avec Ted Denneux).

    • Les deux s’emboîtent et se complètent, tout va bien. Macron va s’occuper de vous, il ne pense qu’a ça.

  • Et ce constat n’est pas propre aux Français mais très répandu dans le monde dit occidental. J’observe des lynchages virtuels et parfois très argumentés (c’est peut-être le pire, la barbarie savante en place de la simple sauvagerie) entre « amis », italiens, allemands, américains… Et cette injonction accompagnée de sa vidéo de soignant épuisé et en colère de voir des quidams masqués sortir s’aérer, #stayhome #restezchezvous… L’infantilisation est planétaire. Le-monde-d’après fait froid dans le dos…

  • CONFINEMENT DES VIEUX

    Confiner jusqu’à la fin de 2020 pour les « seniors » , càd les vieux en novlangue, ne plus voir les rares amis survivants et les petits-enfants, c’est comme proposer d’arrêter de respirer pour se protéger de la pollution .

    prolongement

    • Des assistants d’Ehpad disent que des vieux meurent de solitude, de ne plus avoir envie de vivre. Ils les trouvent morts dans leur lit le matin.
      A ce grand âge, on attend toujours la prochaine visite… là elle ne vient pas.
      Beaucoup préféreraient orendre le risque du virus (encore qu’on peut prendre des précautions). Mais c’est ça l’Etat nounou, il vous protège même contre votre gré…

  • merci pour cette article qui exprime si bien mes pensées.
    Dommage, je ne peux pas mettre plus d’un + aux autres commentaires.
    Je suis abasourdi par mon entourage qui se réjouit de tous ces atteintes aux droits fondamentaux , et demande même encore plus. Un entourage incapable de réfléchir par lui même, et gobe ce qu’on dit que Raoult a dit, sans même le lire.
    Les chiffres parlent et je pense maintenant que on a eu affaire à une banale grippe atypique.
    Les même donneurs d’ordre qui ont installé Macron ont réussi à créer une crise économique.
    Et Macron machiavélique, fait le pantin.

    • Le problème essentiel est celui de l’information. L’endoctrinement par les médias mainstream est devenu terrifiant.
      Le salut du pays, c’est couper la télê!

  • Ce que m’évoque ce billet, c’est que le conditionnement massif de la jeunesse en vue de son adhésion non moins massive au concept d’État-providence, qui saurait en tous domaines mieux que nous ce qui est bon pour nous, est terriblement efficace.
    Les gens (les jeunes surtout) sont heureux de vivre dans les chaînes ; d’abdiquer responsabilité personnelle et, forcément, liberté individuelle.
    Ils sont terriblement bêtes, parce que déshumanisés, et ils ne le savent pas. Et comme tous les gens bêtes, ils deviennent facilement méchants voire violents envers ceux qui ne pensent pas comme eux.
    La société de Big Brother est en marche. C’est d’une infinie tristesse.

    • « Les gens (les jeunes surtout) sont heureux de vivre dans les chaînes »

      Le vrai problème, c’est que les gens ont subi un lavage de cerveau opéré par l' »éducation » nationale. De ce fait, ils vivent dans des chaînes mais ne s’en rendent pas compte ; pour eux, c’est normal :

      – ils vont faire leurs courses dans des chaînes (Leclerc, Carrefour, Auchan, …)
      – ils vont manger dans des chaînes (McDo, Flunch, …)
      – le soir, ils sont devant la télé avec l’embarras du choix parmi les chaînes
      – ils vont chercher leurs croissants dans des chaînes (Paul, Bannette, …)
      – etc…

      Pour moi aussi, c’était normal. Jusqu’à ce que je mette le nez hors de France.

      Et quand je l’ai fait, j’ai eu de nombreuses occasions de rencontrer des Français qui venaient en touriste pour me dire : « Moi, ça m’énerve, tous ces gens qui se barrent de France parce qu’on paie trop d’impôts ! Attends : on ne paie pas tant d’impôts que ça, quand on regarde bien ! Et puis on a l’éducation et les soins gratuits ! »

      Effectivement, on le voit avec le Coronavirus : on a les soins !

      • Marrant, j’ai passé des années à l’étranger, et même si parfois des français mangeaient à deux mètres de moi pendant une semaine, à aucun moment ils n’ont pu m’identifier comme français.
        Mais il est parfois édifiant d’entendre ce que disent les gens quand ils pensent que personne ne les comprend…

      • J’aime bien votre chute.

      • Le conditionnement dans votre cas n’a été que superficiel. La preuve, vous avez eu l’ouverture d’esprit suffisante pour aller vivre ailleurs, et pour ouvrir les yeux à la lumière de ce que vous y avez vu.
        Le conditionnement chez beaucoup de Français est plus profond, parce qu’il y trouve un terreau plus favorable. Ces gens ne feront pas vos démarches. Le terreau est plus favorable, parce que fondamentalement ils accordent une faible importance à la responsabilité individuelle. C’est une question foncièrement éthique, morale, qui dépend de l’éducation (celle des parents, pas celle de l’école) ; c’est ce qui explique pourquoi tant de parents ne comprennent pas que leurs enfants sont endoctrinés par l’EN. Certains, oui, mais ils sont une minorité. Le problème est plus profond que le seul « lavage de cerveau » prodigué par l’EN : il commence à la maison.

        • « Le conditionnement dans votre cas n’a été que superficiel. La preuve, vous avez eu l’ouverture d’esprit suffisante pour aller vivre ailleurs »

          Détrompez-vous : le conditionnement a été profond, aussi bien à l’école qu’à la maison. J’en veux pour preuve les nombres claques dans la figure que j’ai prises hors de France, surtout en Allemagne, ma première expérience à l’étranger. Ces claques dans la figure, les Allemands appellent cela « Die Harte Schule », soit « la dure école ».

          Et ce n’est pas l’ouverture d’esprit qui fut suffisante pour que je partisse vivre ailleurs, mais les quelques étudiants Erasmus de passage chez nous qui m’avaient donné envie de faire de même ; l’ouverture d’esprit, je ne l’ai eue que par la suite.

          Ces cinq années de « Harte Schule » ont été, comme le nom l’indique, très dures ; revenir en France m’a fait du bien. Mais j’étais encore jeune et naïf. Et si revenir en France m’a fait du bien, en repartir m’a fait encore plus de bien.

          Aujourd’hui, je suis toujours jeune, mais nettement moins naïf et avec une meilleure compréhension de certaines choses. Et je suis rompu à l’expatriation, ce qui fait que les expatriations qui ont suivi l’Allemagne, à savoir le Portugal, l’Espagne, le Vietnam, la Malaisie et maintenant le Cambodge, n’ont posé aucun gros problème.

          •  » D’hàrta Schüal zàhlt ìmmer…  »
            (Sagesse alsacienne)

            étrange que vous soyez revenu, même un peu; les membres de ma famille, frère, beau-frère, fils ne sont jamais revenu vivre en france, certains depuis 1972.
            Fiston n°1, marié à une cambodgienne, possède une maison la-bas, même s’il travaille dans un autre pays d’Asie…
            Et si j’ai toujours été domicilié en Alsace, je n’ai jamais travaillé en france.
            On m’a souvent dit (ou plutôt écrit sur les forums) que si je n’aimais pas ce pays, je n’avais qu’a le quitter;
            ma réponse est invariable: je veux bien quitter la france, mais pas l’Alsace…

            • Et oui, j’étais revenu en France. Certains produits français me manquaient… avant de disparaître du marché.
              Et j’ai également vécu à Strasbourg, donc l’Alsace, je connais un peu.
              Quitter la France sans quitter l’Alsace, il faut rester très très près des frontières. Et à part Saint-Louis, Strasbourg ou Wissembourg, je ne vois pas trop où s’y poser.

              • ‘Quitter la france sans quitter l’Alsace’
                Allez, un petit effort d’imagination…

                Quand à être près de la frontière, la fenêtre ouverte j’entendais ce matin les voitures des gens qui allaient travailler (eux) sur la E5 (HaFraBa) à moins d’un km de chez moi…

                Hoppla ! Elsass frei !

          • Vous semblez être une exception : si le conditionnement a été sévère via l’EN (je n’ai aucun mal à le croire) et même via l’éducation reçue à la maison, vous avez quand même réussi à le surmonter.
            On voit quand même que vous avez un certain niveau intellectuel (vous maîtrisez la langue française, et d’autres, manifestement) ; sans parler d’une liberté de pensée (c’est un peu différent) qui vous a donné envie de faire comme les autres étudiants – 100% des étudiants ne réagissent pas ainsi, car c’est un petit saut dans l’inconnu – puis de rester 5 ans en Allemagne malgré les claques reçues, puis de repartir…
            Pourquoi les autres Français ne font-ils pas comme vous ? Pourquoi ne changent-ils pas d’avis, comme vous ? N’ont-ils pas eu les mêmes opportunités que vous ? Plus largement : pourquoi la France est-elle ce qu’elle est ? Pourquoi a-t-elle évolué dans ce sens depuis des décennies – pour ne pas dire des siècles – et pas d’autres pays ? L’EN n’explique pas tout : on peut même dire que l’EN est le produit de la France et des Français : ses enseignants sortent du milieu de nous. Les enseignants des écoles d’enseignants aussi (Normale Sup et autres)…

            PS : dans mon commentaire initial, je parlais du rapport à la liberté et à la responsabilité en général, au plan économique bien sûr mais pas seulement (voir l’article de départ).

  • Tellement d’accord avec tout ce qui est dit. Du coup je me sens un peu moins seul et coupable d’être un Salaud.

  • Hé ben, quelle bande de salauds vous faites !

    Pas même l’ombre d’un progressiste dressant son petit poing rageur pour vous rappeler à l’ordre, pour vous signaler que dans ce pays (sûrement à l’insu de votre plein gré) coulent le lait et le miel ?

    CPEF

  • Anconia Copper Inc.
    16 avril 2020 at 21 h 34 min

    Quelques minutes de trop sur Facebook et je dois me retenir de me fendre d’un post énervé dans le ton de cet article… Entre ceux qui sont ravis qu’Amazon soit bridé, les dénonciations de non-confinement, les récupérations hasardeuses de la crise sanitaire sur le sujet l’écologie, tout ça dans la bien-pensance des applaudissements de 20h, ma nature (individualiste) recouvre soudain ses instincts de rébellion. A coup de pavés dans la fange !

    • C’est bien, mais que cela vous serve de leçon !

      L’instinct de rébellion ne doit JAMAIS vous quitter…

      « Never give up ! »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Il y a une semaine, le Project Veritas publiait différents documents dont le contenu, s'il était vérifié, pourrait largement remettre en question nombre d'affirmations colportées par les médias, les experts et les politiciens sur la pandémie, son origine et son déroulement, et éclairerait l'histoire de ce virus d'une lumière nouvelle, particulièrement incriminante pour une partie de l'administration américaine...

Si vous vous en tenez à la presse et aux médias grand public français, il est assez peu probable que vous ayez entendu parle... Poursuivre la lecture

Aujourd'hui je vais vous raconter l'intéressante histoire du Dr Malone.

Peut-être n'en avez-vous pas entendu parler mais pourtant, le Dr Robert Wallace Malone est une vraie référence qu'il est bon de connaître puisque, comme l'indique sa fiche wikipédia, il s'agit d'un biologiste moléculaire, épidémiologiste et spécialiste des maladies infectieuses qui a notamment découvert que l'ARN messager pouvait pénétrer dans les cellules humaines et comment, ce qui a notamment abouti aux procédés actuellement mis en place pour la lutte contre la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles