Confinement : ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas

Le confinement est la preuve de la faillite de l’État-providence. Il est flagrant que nous n’aurions jamais du en arriver là.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Joshua Rawson-Harris on Unsplash - https://unsplash.com/photos/LtaDBA22LF4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Confinement : ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas

Publié le 8 avril 2020
- A +

Par Patrick de Casanove.

Ce qu’on voit c’est le pays à l’arrêt ou presque. Ce qu’on voit c’est la gestion calamiteuse de l’épidémie par l’État. Ce qu’on voit ce sont les zones de non droit.

1. La faillite de l’État

L’incurie du politique

Ce qu’on ne voit pas c’est que le confinement que l’on nous présente comme la meilleure solution pour vaincre le Covid-19 est une méthode archaïque à l’efficacité relative, pour ne pas dire incertaine.

Ce qu’on ne voit plus, tellement elle est entrée dans nos vies, c’est l’intense propagande promouvant les mérites du confinement.

Ce qu’on ne voit pas, c’est que les critères sur lesquels se base la population pour estimer la dangerosité de la maladie sont : le totalitarisme de la réponse gouvernementale, l’avalanche d’informations, ou de demi-vérités en continu, la multiplication des émissions spéciales, le décompte macabre plusieurs fois par jour. Sans oublier le rôle essentiel joué sur les réseaux sociaux par M. Toutlemonde, par les Youtubers et par les « influenceurs ».

Ce que beaucoup de Français ont du mal à croire c’est que la conduite à tenir pour éviter ce genre de catastrophe était parfaitement connue et a été mise en pratique à Singapour, Hong Kong, Taïwan ou en Corée du Sud : masquer, dépister, tracer, isoler individuellement, traiter. Certains affirment que leur bonne réaction est due au fait que ces pays avaient l’expérience du SARS-coV1 et pas nous. C’est une stupidité. Nous l’avions. Il n’est pas nécessaire de souffrir d’un cancer pour connaître les conduites à tenir et les stratégies en oncologie.

Il est clair aujourd’hui que cette épidémie était parfaitement maîtrisable sans confinement. Les moyens technologiques modernes, les décisions appropriées l’ont permis. Cela veut dire que, sans pour autant les négliger, son extrême contagiosité, sa dangerosité et sa létalité sont limitées quand les mesures nécessaires sont prises à temps. Il faut rappeler ici que l’on ne connaît pas le nombre exact de personnes contaminées ce qui fausse les statistiques.

Le confinement général est la conséquence logique d’une cascade de défaillances gouvernementales. Cette solution anachronique, dépassée, était tout ce qui restait à l’État quand il a eu tout raté. Le confinement est la preuve de la faillite de l’État providence. Il est flagrant que nous n’aurions jamais dû en arriver là.

« La route de la servitude »

Ce que l’on ne voit pas, c’est que le pouvoir se sert de ce qu’il nomme des « incivilités » relatives au mauvais suivi du confinement. Tout mauvais résultat de la politique étatique peut être désormais attribué à des boucs émissaires, de mauvais Français n’ayant pas respecté le confinement.

Mais dans le même temps, alors même que les personnels soignants des services de réanimation alertaient sur la gravité de la situation, nous avons aussi vu du monde  rassemblé dans les parcs, des marchés bondés, des restaurants, des bars qui n’ont pas respecté la consigne de fermeture. La punition est collective par le renforcement des mesures coercitives, pour le bien de tous paraît-il. Le poids de l’État s’alourdit.

L’État se dédouane et retombe sur ses pieds :

« C’est pourquoi, après avoir consulté, écouté les experts, le terrain et en conscience, j’ai décidé de renforcer encore les mesures pour réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire. »

Ce qu’on ne voit pas c’est l’habitude de la soumission. Les Français, quoi qu’il se dise, ne sont pas des rebelles, ni des indisciplinés. Ils sont soumis à leur État-providence en qui ils voient le summum de la civilisation humaine.

Cette soumission est souhaitée et volontaire. Ce qui constitue le nec plus ultra du totalitarisme. Leur État-providence, qui leur veut du bien comme chacun sait, rognait leurs libertés depuis des années. Il avait tenté un coup d’accélérateur avec l’écologisme. La manipulation sur la nécessité de « sauver la planète » entrait doucement dans les cerveaux. Avec l’épidémie de Covid-19, l’État-providence a pu passer la surmultipliée.

Grâce au confinement la France a basculé instantanément dans un État policier. Avec casse de l’économie, contrôle des déplacements, autorisation de circulation équivalant à un passeport intérieur, comme au plus beau temps de l’URSS. Le rêve de tout les Hommes de l’État, contrôler enfin la totalité de la vie de leurs concitoyens, est devenu réalité.

Il paraît que c’est provisoire et que la sortie sera progressive. Soyons certains que l’expérience grandeur nature de ce contrôle massif des populations pourra resservir.

2. L’indispensable échange

L’État social

Relisons Frédéric Bastiat :

« L’isolement est quelque chose de pire que ce qu’il y a de pire dans l’État social, j’avais raison de dire qu’il met nos besoins, à ne parler que des plus impérieux, tout à fait au-dessus de nos facultés. Comment l’échange, renversant cet ordre à notre profit, place-t-il nos facultés au-dessus de nos besoins ? […]

C’est donc l’effort qui s’échange, et cela ne peut être autrement, puisque échange implique activité, et que l’effort seul manifeste notre principe actif. […] Mais nous pouvons nous entraider, travailler les uns pour les autres, nous rendre des services réciproques, mettre nos facultés, ou ce qui en provient, au service d’autrui, à charge de revanche. […]

Non-seulement nous le pouvons, mais nous le faisons nécessairement. Ce que j’affirme, c’est ceci : Que notre organisation est telle que nous sommes tenus de travailler les uns pour les autres, sous peine de mort et de mort immédiate. Si cela est, la société est notre état de nature, puisque c’est le seul où il nous soit donné de vivre.

Dans l’isolement, nos besoins surpassent nos facultés. Dans l’état social, nos facultés surpassent nos besoins. »1

Il faut donc remarquer que l’échange et la coopération spontanés sont naturels à l’Homme. Si tel n’était pas le cas nous en serions restés à quelques tribus primitives, voire même nous aurions disparu, éliminés par nos conflits, la famine et des prédateurs naturellement mieux armés que nous.

« Essayerai-je de peindre l’état de misère, de dénuement et d’ignorance où, sans la faculté d’échange, l’espèce humaine aurait croupi éternellement, si même elle n’eût disparu du globe ? »

Récompense de l’ingéniosité humaine : les moyens existent

Ce qu’on ne voit pas c’est que l’humanité a les moyens de venir à bout de l’épidémie avec très peu de dégâts et sans confinement.

Cette puissance technologique dont nous disposons aujourd’hui, et qui a permis d’éviter le confinement dans plusieurs pays, est le fruit du libre échange et de la prospérité. Elle n’est pas le fruit du hasard, ni de créations étatiques. Elle est le fruit du génie créateur humain.

Grâce à une multitude d’inventions en chaîne, réparties dans le temps et dans l’espace, l’humanité se donne les moyens de sa sécurité sanitaire. Encore faut-il les utiliser. Aucune de ces inventions et innovations qui concourent à cette puissance technologique ne vient d’un seul domaine, d’une seule époque, d’une seule personne, ni d’un seul pays.

Pour rester sur le Covid-19, le dépistage demande la fabrication et la maîtrise des instruments de mesure, des biotechnologies, du traçage des personnes etc.

La connaissance sur les derniers progrès thérapeutiques ou préventifs doit se diffuser vite dans n’importe quel pays, afin que tous en profitent. Il faut des fibres, des satellites, des ordinateurs, des téléphones, des métaux rares etc.

  • Le scanner indispensable dans l’exploration des malades est le résultat d’une multitude d’inventions et de savoirs- faire.
  • La chloroquine a une histoire qui remonte au Pérou au XVIIe siècle.
  • Le paracétamol est le fruit de recherches ayant débuté en 1878 par les travaux de l’Américain Harmon Northrop Morse.
  • La réanimation lourde nécessite la maîtrise de l’aseptie, de la sédation, de disposer de machines pour la ventilation, l’assistance cardiaque, de la technologie numérique pour la surveillance automatique etc.

Ce n’est pas tout.

  • Pour transporter ce qui est nécessaire il faut des camions, des trains, des avions, des bateaux, donc il faut maîtriser la logistique, les moteurs, la métallurgie, les caoutchoucs, le béton, la technologie des voiries, des ponts, des ports, des aéroports etc.
  • Pour fabriquer il faut des matières et matériaux (dont ces fameuses matières qui ne deviennent « première » qu’après transformation par l’intelligence humaine). Il faut des usines.
  • Pour nourrir tout le monde il faut une industrie, au sens noble, agroalimentaire.
  • Pour faire tourner tout cela il faut de l’énergie abondante, fiable, permanente et pas chère.

Nous avons pris l’exemple du Covid-19 pour illustrer les échanges induits ou nécessaires pour faire face à l’épidémie. Des échanges économiques, des échanges de savoir-faire, d’expériences, de connaissances persistent malgré le confinement de plus de deux milliards de personnes.

Pour comprendre l’intérêt du libre échange une seule vidéo suffit, celle de Milton Friedman, « Le crayon jaune » :

L’interconnexion

Les gens ne réalisent pas à quel point ils dépendent des échanges, ni à quel point les économies des différents pays sont interconnectées.

Ce qu’ils peuvent appréhender c’est que, grâce à l’échange, malgré le confinement, les pays s’entraident, les marchandises et les personnes circulent. Certes, cela peut être de manière imparfaite et non exempte de disputes. Mais c’est bien de l’assistance de l’autre bout du monde qui arrive jusqu’en Europe : chinoise, cubaine  ou russe.

Ce qu’ils peuvent appréhender ce sont tous ces moyens nouveaux qui rendent le confinement supportable en facilitant les échanges.

Tout circule : les informations, des plus sérieuses aux plus farfelues, les pires blagues comme les meilleures, les photos et les vidéos les plus désopilantes ou les plus extraordinaires, les sentences définitives et les maximes incontestables, les poèmes, les chansons. Le gouvernement en prend souvent plein la tête… ça défoule !

Les événements conviviaux se multiplient : la visio avec les parents, les grands- parents, les enfants, les petits-enfants, les amis, les apéros-vidéo. Sans oublier le  streaming et le gaming. (Le franglais aussi progresse !) Les moyens sont multiples : smartphones, tablettes, ordinateurs, Skype, Facebook, WhatsApp, Instagram, Twitter, messageries internet, SMS, etc.

Sans oublier les livraisons de colis, les commandes à retirer sur rendez-vous, et les cours à distance.

Contre-exemple : l’isolement, la souffrance des EHPAD

Ce qu’on ne voit pas c’est qu’à l’angoisse et aux troubles psychologiques liés au confinement, que nous trouvons ou pouvons trouver, dans l’ensemble de la population, s’ajoutent des soucis spécifiques aux EHPAD.

Les EHPAD sont désormais strictement fermés aux visites et aux intervenants extérieurs. Dans ces établissements, beaucoup de personnes âgées ont besoin d’entretien et de stimulation de leurs fonctions cognitives par des animations, la visite des proches, les conversations. Cela ne se fait plus, ou moins.

Cela majore la détérioration des fonctions cognitives, déjà bien fragiles et altérées chez beaucoup de résidents. Il en est de même des fonctions motrices puisque les kinésithérapeutes n’y ont plus accès. Il y a de fortes probabilités qu’à l’issue du confinement nous retrouvions ces personnes dépendantes, heureusement vivantes, mais en plus mauvais état général qu’avant l’épidémie. Il est fort probable aussi que ces altérations seront difficiles, voire impossibles à rattraper.

N’oublions pas la souffrance des familles d’être privées de leurs parents âgés. Ni de leur douleur en cas de décès et de l’impossibilité de donner au défunt l’accompagnement qu’ils auraient souhaité.

N’évoquons pas l’inquiétude, en cette période de pénurie, de savoir si nos aînés bénéficieront de tous les soins nécessaires en cas d’infection.

Conclusion

Ce sont nos Hommes de l’État qui par leur incurie ont transformé cette épidémie en la catastrophe planétaire que nous vivons aujourd’hui. La distanciation sociale, la rupture des liens amicaux, familiaux, professionnels laisseront des traces.

Avec la sortie du confinement il est encore possible de partir du bon pied.

Malheureusement, aveuglés par ce qu’on voit, par exemple la délocalisation de la production industrielle, les États et leurs affidés ne se donneront pas la peine de réaliser une analyse soigneuse de cette crise. Ils passeront à côté de ce qu’on ne voit pas : l’absence de liberté économique, de responsabilité individuelle.

Il est à craindre que nous allions de mal en pis.

Bastiat reviens !

  1. Frédéric Bastiat. Harmonies économiques. L’échange.(1850)
Voir les commentaires (149)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (149)
  • Les exemples du Royaume Uni et récemment de Singapour nous montrent que le confinement est le dernier recours lorsque les autres ont échoué.
    Mais quel que soit le moment où nous en sortirons, il restera toujours le problème des « populations naïves » qui restent majoritaires du fait du confinement, et nous serons exactement dans la même situation que lors des premiers jours de l’épidémie.
    Le confinement n’est pas une solution, ce n’est qu’une temporisation permettant en même temps de ne pas trop engorger les structures médicales et de prendre le temps de mettre en place les véritables moyens pour faire face à l’épidémie : mesures de prévention permanentes, ou vaccins, ou traitements, ou laisser-faire.

    • Vous le dites très bien : le confinement est le derniers recours. Aux Pays-Bas, ils ont été forcés d’en instaurer un après tenté une approche light. En Grande-Bretagne, Boris Johnson prenant le virus à la légère personnellement et politiquement à des conséquences fâcheuses pour lui et son pays. En Suède, souvent cité, ils font marche arrière forcée, et certainement pas de gaieté de coeur.
      En Autriche, également cité comme exemple par certains, il faut rappeler que le port du masque est obligatoire en magasin et dans les transports en commun sous peine d’amende de 50 euro.
      Certains disent que le confinement est une méthode de pays pauvre. C’est amusant car hier, j’entendais un reportage sur le confinement en Afrique, où les gens qui se confinent n’ont pas de quoi manger pour la journée, donc le confinement n’est pas respecté et l’activité économique (qui est une des plus libérales du monde, en l’absence de réglementations ou de structures étatiques suffisantes) doit continuer.

      • On ne peut pas être tout à la fois un névrosé sexuel et un dirigeant de 1er ordre

        • @zelectron.
          Regardez Churchill. Il avait un sacré penchant pour l alcool et pourtant il a ete un homme d etat remarquable (surtout si on le compare a son pendant francais en 39-40)

      • @kalbo : contrairement à ce que vous affirmez, les Pays-Bas n’ont toujours pas instauré de confinement strict.

        • A voir ce que vous appelez un confinement strict.
          « Les restaurants, bars, coffee shops et écoles sont fermés, et ce jusqu’au 28 avril, la population est invitée — et non contrainte — à rester chez elle le plus possible. Les règles à respecter sont cependant confuses. Les habitants des Pays-Bas peuvent se réunir, mais à trois maximum, que ce soit chez eux ou dehors, en respectant une distance de sécurité d’un mètre cinquante. Les restaurants ont également la possibilité de rester ouverts s’ils pratiquent la vente à emporter. Les magasins ne sont pas non plus contraints de fermer s’ils respectent les distances de sécurité et n’accueillent pas plus de deux personnes à l’intérieur. »
          « Les personnes en maison de retraite n’ont plus le droit de prendre les transports en commun et ne peuvent plus recevoir de visites. ».

          • @Kalbo: On peut comparer avec ce que vous qualifiez de « light » ?

            • C’est pas faux ce que vous dites… Le confinement néerlandais est très proche du belge, que, personnellement, je vis sans souci au quotidien car je peux aller légalement me promener sans autorisation. Etant à 3Km de la frontière, les Français en profitent largement aussi.
              Il n’y a en effet que la France (et l’Italie) qui adopte une aussi grande sévérité, à ma connaissance du moins, je n’ai pas fait le tour du monde des confinements.

    • C’est bien là que le bât blesse :  » le confinement n’est qu’une temporisation pour adapter l’épidémie à nos structures  » !!!! Imaginons une agression militaire d’un pays hostile avec un gouvernement demandant à l’assaillant de limiter ses actions en fonction de nos capacités de riposte !!! Tout le monde comprend que ce serait ridicule et pourtant c’est exactement ce que notre état providence fait par le confinement  » régulateur  » !!!!!

      • C’est votre comparaison qui est ridicule !
        Le processus est très simple : personne saine => personne infectée => personne malade nécessitant une hospitalisation => guérison ou mort), le but est d’éviter que trop de personnes en même temps ne passent au stade infectée, qui augmentent mécaniquement le nombre de personnes à hospitaliser.
        Votre comparaison ridicule implique que nous n’ayons aucune maitrise de la propagation, or le confinement permet une certaine maitrise de la propagation. Devoir expliquer une telle évidence est choquant ! Il est clair que vous ne songez qu’à critiquer l’Etat-providence sans la moindre bonne foi !

        • Votre raisonnement est assez simpliste : toutes les personnes saines ne seront pas infectées, toutes les personnes infectées ne seront pas malades, toutes les personnes malades ne nécessiteront pas une hospitalisation. Si le processus était aussi simple que vous le décrivez, seul un confinement total sans aucune interaction sociale serait efficace.

          D’autre part, si le confinement permet une certaine maîtrise de la situation (ce qui n’a pas l’air d’être le cas : les 3 pays européens le pratiquant ne montrant pas une maitrise plus grande de la pandémie que les autres à ce jour), sa durée peut tout aussi bien entrainer une perte totale de cette maitrise : si il devait durer plusieurs mois, le fonctionnement même des hôpitaux seraient remis en cause par exemple. Ce ne peut donc être qu’une solution de pis-aller temporaire.

          De toute façon, quelqu’un qui affirme comme vous le faites que l’activité économique en Afrique est l’une des plus libérales au monde, ne peut pas être pris au sérieux. Et au passage, la Suède non plus n’a toujours pas opté pour un confinement strict. Vous racontez quand même beaucoup de salades…

          • Je n’ai pas cru bon de devoir préciser que tout le monde n’allait pas être infecté, l’intelligence de mon interlocuteur devait suffire pour le comprendre.
            TOUS les pays européens pratiquent le confinement à des degrés divers, sauf si vous voulez jouer sur les mots.
            Expliquez-moi en quoi un confinement de plusieurs mois remettrait en cause le fonctionnement même des hôpitaux.
            Vous n’avez pas du bien lire les dernières infos concernant la Suède. Sans aller bien sûr jusqu’au confinement à la française (qui est une monstruosité administrative pitoyable), ils se rendent compte que la bonne volonté individuelle ne suffit pas.

            • Je ne prétends bien sûr en rien avoir une intelligence comparable à la vôtre. Je le regrette vivement : ça me permettrait de pouvoir raconter n’importe quoi et de me gausser de ceux qui ne sont pas assez intelligents pour me comprendre (vous devriez postuler à une fonction gouvernementale).
              Je ne vous fais pas l’injure de vous expliquer en quoi un confinement long et prolongé remettrait en cause le fonctionnement même des hôpitaux : vous êtes bien trop malin pour ne pas le comprendre vous-même.
              Je remarque que vous avez de plus depuis, dans vos posts ultérieurs, largement minimisé vos propos, ce qui est une vraie marque d’intelligence. Portez-vous bien.

              • Je vous mets +1 pour votre auto-flagellation.
                C’est dommage pour le confinement et les hôpitaux, c’était sans doute une théorie subtile.

                • Pas si subtile, mais j’accepte volontiers de vous l’expliciter : savez-vous par exemple que plusieurs pays d’Asie ont mis fin à leurs exportations de riz pour les réserver à la population locale ? Que la production en Italie et en Espagne est plus que ralentit ? Que notre gvt nous claironne à grands cris qu’il n’y a aucune risque de pénurie alimentaire (ce qui fait craindre le pire, au vue de ses prédictions précédentes) ? En dehors de la production, la « supply chain » montre déjà des signes de faiblesse (les transporteurs routiers français appellent déjà au secours ce soir). Bref, si le confinement devait durer plusieurs mois, les pénuries qui en suivraient – sans compter les pb de personnels, de soulèvements sociaux ou populaires, etc. – remettraient en cause le fonctionnement même des hôpitaux, sans parler du reste. Le confinement n’est pas une solution de long terme, et nos gvt s’en sont eux-mêmes rendus compte, raisons pour laquelle ils parlent déjà de la sortie. Ils n’attendent que les masques pour le faire : dès qu’ils en auront suffisamment pour nous obliger à en mettre, ils nous libèreront. Non pas que les masques servent à quoi que ce soit – pas plus que le confinement – ils cherchent juste une porte de sortie de cette situation inextricable. Que la pandémie continue ou pas, il nous faudra bien sortir du confinement.

                  • D’accord, c’est clair. Je pensais que seuls les hôpitaux pâtiraient du confinement pour une raison que je ne cernais pas. Tout comme n’importe organisme, ils auraient des soucis, c’est sûr. A la différence qu’ils ne savent pas réguler l’entrée des patients et donc la nécessité de traitements et in fine de fournitures.
                    Les masques, c’est un peu un mot magique. Il faut des masques performants et pas de bêtes en tissus qui ne filtrent rien. Car de mauvais masques donneraient en plus l’impression d’être protégés, favorisant des contacts rapprochés mais dangereux. (Certains ont bêtement critiqués que des masques non conformes n’étaient pas distribués. Heureusement ! Imaginez un instant donner un parachute défectueux à un parachutiste. Il sautera en confiance. Une fois).
                    En Autriche, le non-port du masque dans les magasins et transports publics est passible d’une amende de 50 euro. Mais quel type de masque ? Mystère.
                    Tous les pays sont déjà inondés par des contrefaçons (ou produits simplement défectueux) de masques, de tests covid, de thermomètres aussi. Les joies du capitalisme débridé accuseront certains. L’inévitable chasse au profit au mépris des conséquences diront les autres. Certains même diront que les acheteurs sont libres d’acheter mais doivent prendre leurs responsabilités et gnagnagna (des imbéciles).

        • Il fallait isoler les personnes les plus sensibles, les vieux en gros et laisser le reste de la population auto-immuniser naturellement ce qui sera, en l’absence de vaccins (probablement pas disponible avant 2021) la meilleure protection pour le reste de la population.

  • Il y a un test qui devrait obligatoire et prioritaire comme le disait Coluche :« On devrait inventer l’alcootest politique, on devrait faire souffler les hommes politiques dans un ballon pour savoir s’ils ont droit de conduire le pays au désastre. »

  • « Le plus pervers ennemi de l’humanité ne pourrait avoir inventé un plan plus destructeur de son véritable bonheur que celui qui consiste à louer, aux frais de l’État, une corporation d’hommes dont le travail consisterait à amener leurs contemporains, sous de faux prétextes, à l’exercice de la vertu. » – William Godwin (1756 -1836)

  • « La politique est l’art de chercher des problèmes, de les trouver partout, de les diagnostiquer incorrectement et d’appliquer les mauvais remèdes. » Ernest Benn

  • « Si les gens savaient par quels petits hommes ils sont gouvernés, ils se révolteraient vite »- Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

    • à rapprocher d’une autre citation célèbre, à l’origine obscure, mais citée par Goethe, Hegel, etc. : « Il n’y a pas de héros pour son valet de chambre ».

  • confiner des départements comme le lot, le lot et Garonne , ou la Nièvre est clairement une absurdité

    • oui sans doute… pour autant..tant qu’on a pas de masque et une population désinvolte.. tant qu’on a pas les moyen par ailleurs de circonscrire l’épidémie..

      le point à soulever est que le confinement généralisé n’est PAS une solution.

      • m^me là où il ya beaucoup de cas..

      • Les masques pour la population, ça se fabrique. Mais nous sommes tellement habitués à ce que l’Etat pourvoie à toute mesure générale…
        S’il était libéral (rêvons… ) son rôle serait de dire: mobilisez-vous, entraidez-vous, il faut que tout le monde soit équipé dans dix jours pour reprendre une vie normale.
        Un autre pount est peu soulevé: les gens sont d’autant plus faibles devant des agressions virales ou microbiennes qu’ils sont en mauvaise santé physique et psychologique. Le confinement aura des conséquences funestes à terme, pas seulement pour l’économie mais aussi au niveau sanitaire en tant que tel.

    • Effectivement pour les départements à faible densité de population le confinement est discutable.
      Bien que le problème peut aussi venir du fait qu’ils n’ont pas d’infrastructures hospitalières importantes et que ces mêmes départements pourraient aussi attirer en nombre des citadins de toute la France.

    • On ne peut pas confiner un département et pas un autre.le covid19 ne sait pas lire les carte Michelin .

      • J’ai mis -1, mais j’aurai dû mettre -100.

      • Il vous a fallu une pandémie mondiale pour vous apercevoir que les limites départementales étaient arbitraire ?

      • @Zigaboo
        Bonjour,
        C’est pourquoi il n’a pas besoin de passeport, n’est-ce pas ?
        Le virus se promène dans les personnes qu’il infecte ; il ne se promène pas tout seul dans l’air comme le moustique tigre ou le frelon asiatique.
        Les personnes infectées, elles, savent lire, enfin, normalement, vu que 86% de la population mondiale sait lire.

    • C’est surtout finement con.

  • On peut reprocher déjà assez de trucs à ce gouvernement sans spéculer.
    La bonne façon de gérer ,non pas l’épidémie mais le virus ,sera connue quand on aura la certitude qu’elle a fini son travail funeste.
    Il n’est pas dit que cela soit rapide.
    Apparemment la Corée du sud s’en sort bien, mais il faut attendre un peu.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pand%C3%A9mie_de_Covid-19_en_Cor%C3%A9e_du_Sud

    Je suis sceptique sur le fait que la bonne gestion de la crise est indépendante des experiences passées, les pays occidentaux et les usa adoptant quasiment tous un confinement même si les modalités changent. Il semble que ce soit en partie la limitation des moyens pour des raisons pratique ou financières qui détermine le recours au confinement.
    la corée à réagi vite, les pays occidentaux ont eu 15 jours d’incrédulité.. sauf que 15 jours changent tout ( la grippe espagnole avait mis une quinzaine de jours à se propager sur les usa en 1918!!)..
    les coréens confinent aussi mais de fait confinent peu..

    on aurait l’air malin avec des tests positifs par millions et des investigations qui conduiraient à penser que la moitié de la population est « potentiellement à risque »..

    il ya tellement à dire par ailleurs..
    dans un monde alternatif…il faudrait faire autrement ..certes..et si on avait pas perdu 15 jours…et si..

  • Comme le dit l’auteur: « tout le monde sont des cons , sauf moi « .
    Et oui., si les idées liberales étaient aussi magnifiques ,pourquoi aucun pays ne les appliquent…?

    • parce que ce n’est pas évident….respecter la liberté d’expression des autres ce n’est pas évident, respecter la propriété des autres ce n’est pas évident,..une société libre demande plus de rigueur, le moindre accroc a tendance à se propager. IL SUFFIT q’un gouvernement pense que l’économie est de son ressort et c’est parti.
      l’education joue un grand rôle…et l’education est souvent contrôlée par l’etat..

      mais en effet..ce n’est pas évident..il faut accepter la liberté des autres et se refuser à abuser de sa position de force….

    • Vous avez déjà vu un pays appliquer une idée parce qu’elle est véritablement magnifique, plutôt que parce qu’elle est facile, favorable aux gens au pouvoir, et peut, à tort, être présentée par les médias aux ordres comme magnifique ?

    • Parce que les idées libérales sonnent la disparition du fromage politique.

      • @Hank Culley-
        « La vérité, c’est que tous les régimes d’économie dirigée impliquent l’existence d’un organisme susceptible de prendre des décisions arbitraires, autrement dit dictatoriales. La dictature est ainsi une condition et une conséquence de l’économie planifiée. » Jacques Ruef

    • C’est une très bonne question, d’autant que leurs mise en oeuvre seraient très simple puisqu’il suffit de tout faire reposer sur la liberté, donc peu de lois et la responsabilité, donc peu de moyens de surveillance et de répression.

      • Ne pas disposer de moyens de surveillance et de répression d’autrui est un cauchemar pour beaucoup. Influencer la vie des autres leur importe bien plus que vivre la leur.

        • Les gens qui se lancent dans la politiques sont attirés par le pouvoir. S’ils étaient intéressés par l’argent, la connaissance ou l’empathie, ils seraient hommes d’affaire, professeurs, médecins.

          Comment une personne avide de pouvoir pourrait elle fonder une société libérale ? C’est au peuple de comprendre que les hommes politiques ne veulent pas le bien des citoyens mais le leur à travers une posture politique interchangeable.

          • Mais vous n’empêcherez jamais les cohortes de gogos de pensez qu’ils vont pouvoir en profiter (distribution des richesses, taxer les riches…). Il faut se rendre à l’évidence une grande partie des individues sont veules et sans morale lorsque vous éliminé le risque. Peu de gens sont près à voler les autres directement mais beaucoup sont près à voler les autres par l’intermédiaire de l’état.

    • Zigaboo : comme tout bon socialiste, vous avez un problème avec la réalité …
      Pour info, il y a un pays très libéral, juste à côté de la France, où les gens ne semblent pas mourir de faim et de froid dans la rue, et où les français se ruent pour travailler, et pas les plus riches …

      • Pourquoi quelqu’un qui porte un regard critique sur le Libéralisme est obligatoirement un Socialiste.Il faut grandir un peu et avoir un peu de recul avant d’essayer d’insulter vos interlocuteurs. Le RU est moins socialiste que la France mais sûrement pas liberale..

      • La Suisse est un pays libéral à l’Européenne ce qui relativise beaucoup son libéralisme.

        • @ Joe :

          Manifestement, vous connaissez mal la Suisse, pas un pays européen n’en est proche du point de vue libéral, tant au niveau économique que politique. cf les divers classements de libertés économiqes, politiques, journalistiques, etc etc ….

          • Oui mais par rapport à NZ ?

          • Pour moi la Suisse c’est le pays où on a pas le droit de toucher à l’installation électrique dans sa propre maison ! Ce qui relativise drôlement le libéralisme d’un tel pays !
            Sans parler de l’accueil à sa frontière…

            • Si vous rapportez le libéralisme à la réglementation des installations électriques des maisons individuelles…

              La réglementation des toilettes sèches est plus contraignante en Suisse qu’en France. Donc la France est un pays plus libéral que la Suisse si on vous suit?

            • Ce sont des signaux faibles qui peuvent trahir des apparences.

              En tout cas ma vision du libéralisme n’est pas compatible avec ce genre d’intrusion dans une propriété privée.

    • Dernier décès à Taiwan le 20 mars. Alors, rien n’est possible?

    • parce que la tyrannie est tellement plus belle, fait des promesses tellement plus glorieuses, les être humains ne sont pas naurellement équipés pour être objectif, être libéral ça demande de la réflexion.

  • on laisse les zones de non droit tranquille mais on traque les randonneurs dans les Vosges avec un hélicoptère ( 3695 euros de l’heure hors salaire des gendarmes ) ;

    • on peut espérer que les modalités du confinement changent..et n’atteignent pas à l’absurde;.

      mais bon ..on ne peut pas penser à tout , à partir du moment où vous choisissez la règle et la verbalisation…vous avez des situations absurdes non prévues..

      le miracle français est que le constat d’absurdité change rarement la règle..

      ça vaut pour le type cambriolé 30 fois et qui finit par flinguer un voleur..
      ça vaut pour le restaurateur qui se voit redresser fiscalement..

      grosse difficulté à admettre que les lois sont stupides..parce que ça met sans doute en cause le respect à l’état. grosse erreur…

  • Ce qu’on ne veut pas voir: depuis le début du confinement, le nombre de cas a éte multiplié par 14!

    • Le nombre de cas est inconnu à un facteur 10 près. Il dépend de contaminations qui ont eu lieu entre 1 et 3 semaines auparavant. Ce qu’on ne veut pas voir, c’est que le nombre de contaminations a explosé la dernière dizaine de jours avant le confinement. Une période où il était de bon ton de se postillonner dessus autour des matchs de foot ou pour exercer son devoir électoral…

      • Oui, le mal était donc fait, confinement ou pas. Le confinement ne palliera pas le retard pris dans la détection…

        • Ok mais dans notre situation il n’est jamais trop tard pour bien faire et freiner la pandémie.
          Pour preuve certaines régions sont en partie épargnées.

          • Epargnées par le virus, peut-être. Elles seront touchées économiquement tout autant que les autres grâce au confinement généralisé complet décrété par l’Etat français.
            Regardez la Suisse, l’Allemagne…etc Pas de confinement complet comme la France mais moins de morts, moins d’infectés et une économie ralentie mais vivante…

  • Oui il y a fort à parier que nous ne touchions encore pas le fond. Je suis néanmoins optimiste. Ce virus a rendu visible les carences de l’état. Auparavant je prêchais sans succès les carences/coûts de l’état . Tout à coup je suis devenue celle qui avait raison. Ainsi quand je critiquais le coût de la santé / efficacité on me disait oui mais « nous avons le meilleur système de santé du monde » …. . Les faits sont plus efficaces qu’un discours. Ce réveil est salutaire . Sans prise de conscience pas de réforme possible. Avec le covid 19 les français ont pris la pilule rouge .

    • @Val-Je vous rejoins mais avec un bémol, vous avez ainsi tous « ceux-qui-préparent-le-jour-d’après, ils ont énormément de droits nouveaux à quémander à l’état providence payer par les riches

      • @goufio oui d’accord avec vous pour les bénéficiaires du système. Mais les payeurs ont pris une douche froide. Ils ont quitté leur sourire benêt de ravis de la crèche. Ils sont d’autant plus indignés qu’ils se sont réveillés tardivement.

    • Bof, ils vont dire que c’est parce que ce n’était pas les bons hommes à la tête de l’Etat. Ou alors c’est parce que c’était un manque de moyens… Etc
      Non, malheureusement on ne change pas d’avis sur des faits, qui sont interprétés différemment selon les personnes, mais par le temps d’une réflexion personnelle approfondie…

    • Quand on va toucher le fond un expert va proposer de creuser…

  • Une autre lecture consiste à considérer que les pays cités qui ont évité le confinement sont les pays avec le plus faible indice démocratique (calculé par The economist) comparativement aux autres pays cités.

    • Très juste, reste a en trouver les causes !

    • Doit-on envisager la santé comme une mission régalienne de l’état puisque nous somme en situation de guerre ?

    • Pas le cas de la Corée du sud. Le champion à ce jour de la lutte contre le Covid. Et un pays parfaitement démocratique par ailleurs.
      Comme souvent, on a tendance à faire des liens saugrenus, entre Covid et démocratie, entre Covid et endettement, entre Covid et libéralisme. Rien de tout ça n’est vrai. La réalité est sanitaire, exclusivement : a-t-on pris rapidement les bonnes mesures ou pas ? Qui sont, rappelons le : dépistage, précautions individuelles (masques notamment) et confinement à la carte… Et qqes autres, de pur bon sens, comme par exemple, placer en quatorzaine, tout nouvel entrant dans le territoire…

  • Ce n’est pas l’échec de l’Etat providence mais celui de gouvernements qui depuis 2007 ont aidé les pesudo industriels français à desindustrialiser la France eta la mettre dans les mains de mauvais financiers, de la Chine et de Trump le malade mental.
    Cette cris va permettre de constater l’échec du modèle américain de société

    • Ben voyons : c’est pas la faute de l’Etat providence, c’est la faute de Trump !…
      Ah ah, le déni dans lequel se réfugient les sociaux-démocrates est pitoyable.

    • @dolphin pouvez vous étayer vos dires par des exemples de pseudos industriels. D ou tenez vous que nous sommes calqués sur le modèle américain ? Avec un état qui dépense 57% (en croissance constante) de son PIB nous sommes un pays communiste selon notre propre définition…

      • @Val-Vous pouvez ajouter 100 milliards de déficit prévu avant le Covid-19 et 1.038 milliards de prélèvements obligatoires (46 % du PIB).
        @Dolphin NZ-La désindustrialisation de la France remonte à F Mitterrand avec l’ouverture nord-sud et l’aide que lui a apporté J Chirac. Allez voir en bas des traités la signature de ces deux malfaisants pour notre pays.
        Je n’ai pas plus de complaisance pour ceux qui ont suivi (traite Sarkozy, incapable Hollande et foireux Macron avec leurs cliques de ministres incompétents sauf dans l’art de parler, bavasser et d’encaisser la monnaie. Avez-vous vu la solidarité d’un seul de l’un deux dans cette crise ?
        Regardez Bruno Le Maire qui suggère/interdit la distribution de dividendes aux 3,67 millions de « petites-porteurs » ce qui équivaut à une taxe de 100 % alors que lui ne participe pas, c’est très curieux ou symptomatique.

    • Whaoo un complot organisé par les USA et l’Anti-France ?

      Gotlib reviens, où est passé Super-Dupont ?

    • « cette crise va permettre de constater l’échec du modèle américain de société ».
      Si les tendances actuelles se confirment (John Hopkins), les US auraient réussis à inverser les courbes en 1 semaine et sans confinement généralisé là où nous même n’y arrivons pas.
      À suivre : c’est à la fin de la foire…

  • Ce qu’on voit, ce sont les chiffres médiatisés quotidiennement pour servir de justification à des décisions politiques.
    Ce qu’on ne voit pas, puisque c’est occulté, c’est la contextualisation de ces chiffres.
    Par exemple, en 2017, la France a enregistré 37 626 décès par des maladies des voies respiratoires (hors cancers)…
    En Italie, d’après le directeur de l’institut statistiques Italien (ISTAT), les décès dus aux maladies des voies respiratoires ont été de 15.189 en mars 2019 et l’année précédente 16.220. Ils sont bien supérieurs au nombre de décès (12.352) par Covid déclaré en mars 2020…
    Cui bono?

    • Les politiciens exploitent d’abord le sous-entendu qu’on n’avait pas avec les autres décès : faute de lits, il va falloir choisir entre deux patients lequel on soigne et lequel on laisse crever. La peur de se trouver devant un tel dilemme un jour est telle que l’on est prêt à accepter n’importe quoi pour ne pas y être soi-même confronté. Face à cette peur, les politiciens ont compris qu’ils pouvaient l’exploiter sans difficulté, et ceux qui comme vous cherchent à la dissimuler derrière une formulation statistique n’ont aucune chance, à mon avis, de les contrer.

    • je suis du même avis que Michel..et attendez que ce soit fini..
      la mise en perspective des chiffres est utile..en effet…mais juste pour permettre aux gens de réaliser que ce qu’on voit ce n’est pas rien, ce n’est que « grippal  » si j’ose dire.. avec le confinement..

      oui il ya un peu de propagande.. oui une forme d’union sacrée aussi..mais on peut croire que c’est pour la bonne cause.. façon mensonge pour éviter la panique..sujet qu’il faudra bien un jour discuter.. »doit on continuellement prendre les gens pour des cons et pallier leur irresponsabilité ».. avec le risque que l’habitude de le faire soit une CAUSE d’irresponsabilité..vaste question.
      et je vais radoter..on en serait plus convaincu si macron disait solennellement je ne me représente pas..

      • moi je lis souvent macron criminel ,génocidaire , plan machiavélique etc.. mais je ne vois qu’un type qui est dépassé..et coincé dans le costume présidentiel trop grand par le fait de l’esprit de la constitution..mais costume qu’ il était avide d’enfiler

        dérisoire..comme ces papiers pur se déplacer..

      • @jacques lemiere-Sauf que pour la discussion, ce ne sont nous qui débattrons mais les préposés choisis

      • Ce que je deplore, c’est la panique complètement irrationnelle qui fait accepter n’importe quoi d’un gouvernement qui veut à tout prix apparaître comme le sauveur de la situation. Considérer les chiffres permet de se rendre compte que les communiqués anxiogènes sont disproportionnés.
        On a déjà eu lors d’épidémies de grippe, des alertes prédisant un grand nombre de morts, montrant des hôpitaux dêbordés…. A-t-on arrêté l’économie?
        Depuis le début, et sur internet spécifiquement, j’ai observé une propagande catastrophiste sans rapport avec la réalité. Je m’interroge aussi sur des cas de grippe reclassés en coronavirus…
        Pour vous dire le fond de ma pensée, je crois que nous avons affaire à une opération mondiale, qui certes s’appuie sur une réalité, mais dont le but est un changement de paradigme dans nos sociétés permis par la mise en panique des populations.

    • D’accord avec vous. Et une autre mise en perspective : 150 000 personnes meurent chaque année en France dans les Ehpad, soit 410 par jour en moyenne sur l’année (chiffre officiel en 2015). On peut supposer qu’elles meurent principalement de la canicule (1 mois en été) et de la grippe (3 mois en hiver) : durant ces mois, ce chiffre journalier doit donc plutôt être autour des 600 personnes par jour, voire plus. Cela relativise un peu les chiffres que l’on nous assène tous les jours (je suis étonné au passage de voir tant de gens s’offusquer que l’on meurt dans les Ehpad : vous avez déjà vu quelqu’un en ressortir vivant ? Cela ne justifiant bien sûr en rien mauvais traitements, manque de soins, etc.)

      • @Libertango
        Bonjour
        « et de la grippe (3 mois en hiver) »
        La grippe de Wuhan ne tuerait personne en France si elle n’avait pas été importée. C’est comme le Soudanais demandeur d’asile qui a poignardé deux personnes à mort et blessé 3 autres ; le meurtrier de Laura et Mauranne en situation irrégulière, relâché la veille du double meurtre par la préfecture du Rhône, ou d’autres qui ont fait les unes de journaux (illégaux sur le territoire et meurtriers ). Si le virus et les clandestins n’avaient pas été autorisés sur le territoire, des gens n’en seraient pas morts, EHPAD ou pas.

    • Vous avez raison!
      Jusqu’à présent, je n’ai vu aucune statistique « pondérée », c’est à dire qui qui pondère la combinaison de facteurs qui cause la mort d’une personne.
      Pour le moment, à la limite, quelqu’un d’infecté qui meure en tombant dans l’escalier sera peut-être repris comme décédé à cause du covid! (mais j’exagère à peine, comme le montre une histoire parue dans un journal italien « Il Tirreno di Grosseto », il y a quelques jours à propos d’un muratore (maçon) de la commune de Grosseto).
      Cette statistique serait également très utile pour déterminer les personnes à risque.
      Mais, évidemment, pour effrayer/domestiquer les gens, ce serait moins efficace…quand l’effroi est la seule arme qui reste à la bureaucratie étatique pour cacher les erreurs qu’elle commet depuis des décennies, malgrés les milliards qu’elle a collecté par la force, et pour justifier une mesure de mise aux arrêts de sa population -mesure évitable si on l’avait prévue il y a dix-vingt ans, mais inévitable aujourd’hui.

      • Je n’ai vu jusqu’à présent aucune mort pondérée. La statistique qui importe est celle des survies que telle ou telle cause a empêché. Et les morts attribuées au covid sont bien à peu près toutes des survies empêchées par lui…

  • La saison s’avance. Le soleil inonde les espaces libres. Ses rayonnements UV détruisent les virus. Les fenêtres devraient donc être grand ouvertes dès que le soleil passe. Les températures de l’air en plein soleil dépassent 20°C l’après-midi. Associées au rayonnement solaire direct, les gouttelettes on une durée de vie d’un dixième de seconde. Il faut donc sortir.
    Le problème est qu’en ville, si les gens sortent, ils vont se trouver tous à la même place et il sera difficile de respecter les distances entre eux.
    Cependant, la France est grande et de nombreux citoyens ont accès à des grands espaces. Pourquoi une seule mesure de confinement, la même pour tous, édictée pour les citadins ?
    De nombreux EHPAD ont un jardin ou un parc protégé. Pensez-vous que les pensionnaires sortent ? Même en période normale, cela n’est pas le cas général. Il faut les inciter à sortir, ne fût-ce que dix minutes, dès qu’il y a du soleil. Cela permet en plus d’aérer les locaux communs.

    • De plus le soleil c’est bon pour la vitamine D recommandée aux anciens

    • Il est vrai que dans les pays tropicaux les chiffres laissent entendre que la pandémie est naturellement ralentie.

      • Ne croyez pas ça , ils pas de structures fiables permettant de comptabiliser les contaminés et les décès.On appelle ça un biais de perception.

      • Mes souvenirs de Singapour et de quelques autres pays dits tropicaux relèvent plus de la cuisson à l’étouffée que du grill aux UV.

        • Dépend de la saison et la proximité de la mer.

          Mais je crois que je préférerais encore le covid qui rode dans les lieux climatisés qui brassent l’air à la cuisson à l’étouffée.

  • Autre effet de ce qu’on ne voit pas:
    Plus on confine, plus, au bout d’un certain temps, on arrive à ne plus avoir de malades.
    Mais plus on confine moins les gens sont contaminés, donc moins de personnes ont des anticorps.
    Donc lors du déconfienment, il suffira d’un péquin contaminé et asymptomatique dans un train, par exemple, pour qu’une nouvelle vague reprenne.
    Et alors, on re-confine?

  • Israël s’en sort beaucoup mieux que la France !

    Et pourtant le pays doit faire face à un terrorisme plus organisé et mieux armé qu’en France et une situation compliquée.

    Le masque y sera obligatoire pour les sorties à partir dès Dimanche

    • @dror Israel a la tonicité d’un organisme/pays constamment menacé de mort, constitué de personnes ayant échappé à l’extinction de masse, aucune surprise quant à sa gestion de crise, et ce quelque soit la crise .

    • dès le début du confinement la question était comment qu’on en sort…surtout sans alternative à la coréenne..masque test.. confinement strict des infectés..

  • Circulez rien à voir d’intelligent dans cette mascarade ou l’indigence politique est visible à l’œil nu. Après Jupiter au théâtre, Jupiter en tournée dans les hopitaux, après le confinement que des français aigris par tant de désinvolture d’un pouvoir decadent

  • Juste une petite question: on dit dans la presse locale ( dépt 71) que 1000 malades sont sortis de l’hôpital guéris. Donc ils ne sont plus malades, ni contagieux, ni susceptibles de retomber malades puisque ( en principe) ils ont les bons anticorps résistants au virus. Les règles de confinement s’appliquent-elles toujours à eux, et si oui, n’est-ce pas abusif?

  • En lisant les commentaires et certains articles , j’ai plus l’impression de côtoyer des poujadistes que des liberaux..

  • C’est bien joli tout cet argumentaire critique. On aurait aimé que le docteur en médecine propose une stratégie alternative.
    On se pose aussi une question : qu’aurait fait Patrick de Casenove s’il avait eu une responsabilité dans la gestion de la crise ?
    Probablement des miracles.

    • en effet…il aurait distribué des masques.. fait massivement des test, s conditionné le confinement à ces tests et ce quinze jour avant que le gouvernement français panique..

  • « Ce sont nos Hommes de l’État qui par leur incurie ont transformé cette épidémie en la catastrophe planétaire que nous vivons aujourd’hui. ».
    Vrai mais, j’ajouterai également l’incompétence notoire des conseillers scientifiques, associés aux organes de décisions. Incapables, en partie a causes des egos, à conseiller logiquement et en restant simplement dans le bon sens. Encore une fois, l ‘état centraliste montre que face, à une situation grave et généralisée, il vaut mieux laisser faire les gens de terrains, chefs de services hospitaliers, présidents de région, maires, et faire l’essentiel pour les aider , plutôt que de vouloir tout gérer et commander depuis Paris.

  • C’était avant le confinement qu’il fallait interpeler Macron et son équipe de bras cassé.

    • l’interpeller en fait il a des experts qui lui ont parlé..il a tranché..pas de bol c’est vraiment un mauvais ce virus là ? sinon, mettre de la distanciation sociale, ne pas aller au théatre essayer de trouver des masques..du gel..

    • Ca a été fait mais pour un politicien, il n’ ya pas d’autre priorité que sa réélection. Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, même avec un ou deux millions de chômeurs en plus, les élections sont maintenues.

  • Des masques qui n’existaient pas puisque les gouvernements précédents n’avaient pas renouvelé les stocks, des tests non disponibles « massivement » et qui ne le sont pas encore.
    Selon vous, l’auteur de l’article est vraiment un magicien.
    Quelle mauvaise foi politicienne dans ces critiques acerbes !
    Tous les gouvernements ont été pris au dépourvu et ils ont tous tâtonné. Je crois que je n’aurais pas fait mieux, eu égard à la situation exacte. Mais il existe évidemment des personnes particulièrement géniales. En général, elles se contentent de commenter sur le registre de la déploration.
    Bravo, mon cher Lemière, il faut vous présenter à la présidence de la République en 2022. On a vraiment besoin de vous.

  • une population désinvolte..

    Si c’est à certaines populations auxquelles vous faites allusion, elles ont raison de de ne pas obéir aux politiciens qui les traitent en permamence en êtres encore plus inférieurs que leurs voisins dit de souche.

  • « Tout mauvais résultat de la politique étatique peut être désormais attribué à des boucs émissaires »
    ça n’est pas nouveau, si la politique de neos gouvernants ne fonctionna pas c’est toujours la faute de ces crétins d’individus.

  • J’apprécie beaucoup la video de Milton Friedman et sa démonstration du crayon. Super!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Commission européenne a annoncé des propositions de révision de la réglementation sur le tabac. Il semblerait que les taxes en vigueur n’aient pas été révisées depuis… 2010, et qu’elles ne prennent donc aucunement en compte ni l’évolution du marché, ni les niveaux d’inflation ces dernières années.

Ce projet de réforme n’est que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne les restrictions de consommation à échelle nationale et européenne. Que ce soit en termes d’alimentation, d’alcool ou encore de tabac, ce paternalisme pose... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=aWzlQ2N6qqg

 

Chers lecteurs, à l’heure où le dernier film Marvel, Doctor Strange : The Multiverse of Madness, cartonne au cinéma, j'aimerais vous inviter à imaginer qu’il existe quelque chose de similaire à un multiverse dans notre monde.

Dans un autre univers, sur une autre Terre, un Mélenchon et son Union de la gauche, NUPES, obtiendraient la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Mélenchon gagnerait enfin son Troisième tour. Qu'adviendrait-il alors, dans la France de cet univ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles