EHPAD : la catastrophe qui s’annonce

Que de ratés dans la gestion sanitaire organisée par l'Etat planificateur ! Les EHPAD en feront les frais. Et cela coûtera humainement très cher.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Voeux à l'EHPAD by Commune du Val d'AJol (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

EHPAD : la catastrophe qui s’annonce

Publié le 21 mars 2020
- A +

Par Philippe Lacoude.

Au tout début de l’épidémie de COVID-19, dans l’État de Washington, dans le nord-ouest des États-Unis, les dirigeants de la maison de retraite Life Care Center – un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) – dans la ville de Kirkland n’ont pas saisi l’ampleur du problème.

Catastrophe sanitaire à Kirkland

Ils ont laissé les visiteurs venir voir les 120 résidents jusqu’au début du mois de mars.

Certains résidents sont tombés malades. Le COVID-19, très contagieux, s’est répandu comme une trainée de poudre parmi les résidents et les 180 employés.

Au 6 mars, la résidence en était à 11 morts et plus de 50 cas sur ces 300 personnes.

Kirkland n’est pas une petite ville rurale avec un hôpital de campagne. C’est la banlieue de Seattle, le siège de Costco, la chaine de supermarchés d’American Express. C’est la ville de 343 industries, société productrice de la saga Halo. Kirkland est située entre Redmond (Microsoft) à l’est et Seattle (Amazon) à l’Ouest.

En d’autres termes, Kirkland dispose de l’un des meilleurs plateaux médicaux au monde.

Quelques jours plus tard, nous en étions à 22 morts et 31 cas de plus.

Ce matin, 81 résidents ont été testés positifs au coronavirus et, parmi eux, 34 sont morts ainsi qu’un visiteur. Pratiquement 25 % des décès aux États-Unis sont liés à cette maison de retraite !

Trois erreurs majeures

Les États-Unis sont intéressants. Avec 50 États, il y a 50 laboratoires sociaux, souvent des exemples à suivre, mais parfois des leçons de mesures à éviter à tout prix

Comme l’explique fort bien le Seattle Times, le Life Care Center a trop attendu avant de fermer ses portes au public, n’a pas pris assez de mesures sanitaires – comme le port de masques – et n’a pas fait tester tous les malades présentant des symptômes du COVID-19.

Maintenant, les familles sont furieuses et demandent des comptes… Comme ce sont les États-Unis, cette affaire va se finir en procès et/ou en faillite pour l’établissement ajoutant un désastre financier en plus de la catastrophe humaine.

Quid des EHPAD en France ?

Si le gouvernement a pris (un peu tardivement) la bonne mesure consistant à isoler les patients, il semble tout de même que le scénario de Kirkland soit en train de se répéter à plusieurs endroits.

Le préfet de la Marne a annoncé jeudi soir que « la poussée se confirme » et que « deux résidents de l’EHPAD du Château à Aÿ ont été hospitalisés, dont un avec des signes évocateurs, et un dans une autre résidence ». Trois malades donc, dans deux établissements du département.

À Saint-Saturnin, selon Ouest France, un membre du personnel et cinq résidents de la maison de retraite ont été dépistés positifs au COVID-19. L’un des résidents est hospitalisé à l’hôpital du Mans.

À Saran, une résidente d’un EHPAD a testé positive au COVID-19 et est hospitalisée au CHRO.

À Bayonne, selon Sud-Ouest, dans l’EHPAD d’Harambillet, une patiente de 86 ans (a été diagnostiquée positive au coronavirus. Le mardi 17 mars, elle a été transférée au Centre hospitalier de la Côte basque. On ne l’a appris que le 19 mars vers 18 heures dans un communiqué de la Mairie de Bayonne. Transparence, mais doucement.

Selon France TV Info, dans un EHPAD du sud de la France – non nommé – deux patients y sont décédés, 47 patients sur 70 sont infectés, et une partie de l’équipe soignante est contaminée.

Le cas qui nous préoccupe le plus est celui de l’EHPAD de Thise, près de Besançon, dans le Doubs où, depuis le début de l’épidémie, on déplore 11 morts dont 7 survenus « depuis le week-end dernier » selon le porte-parole de l’établissement.

À Thise, non seulement « la situation s’aggrave fortement très rapidement » selon un praticien mais, en plus, comme à Kirkland au début, ces défunts ne sont pas testés ! Ils ne comptent pas dans les statistiques du coronavirus en France, faute de tests !

« La direction a demandé aux personnels de ne pas ébruiter l’information » et le maire fait preuve d’un cynisme à glacer le sang : « Ce qui nous importe le plus, c’est que les soignants qui vont au sein de l’établissement ne traînent pas dans les commerces, que les gestes barrière soient respectés et que notre population ne soit pas exposée. » Bref, ce qui se passe dans l’EHPAD ne le regarde pas : « On ne pose pas la question [des] cause[s] de décès. »

Manque de moyens !

Thise n’est pas le seul point noir de la banlieue de Besançon où la clinique Saint-Vincent lance un appel aux dons dans une vidéo inquiétante !

De fait, il semble que tous les EPHAD manquent cruellement de moyens ! Chose incroyable dans un pays dont l’État claque 56 % de la production nationale chaque année, les EHPAD n’ont pas de masques !

Le préfet de la Marne Pierre N’Gahane, outre qu’il nous prévient de ces cas dans les EHPAD, dénonce justement le fait que « la ressource en masques pose encore des difficultés un peu partout, aussi bien au niveau médical que médico-social » (c’est-à-dire dans les EHPAD…)

La situation est si grave dans son département qu’il annonce que le « nombre de COVID positifs ne devient plus pertinent, on va se concentrer sur le nombre de personnes en réanimation » !

La situation semble similaire au Havre où la CGT alerte sur l’absence de masques en EHPAD ! Comme le rappelle Tatiana Dubuc, aide-soignante, secrétaire générale du syndicat CGT des EHPAD publics « Les Escales », « les agents venant de l’extérieur peuvent être porteurs et contagieux auprès d’une population la plus à risques ».

Pour le moment, les personnels soignants travaillent sans masque dans les six EHPAD du Havre même s’il semblerait qu’une distribution de masques doive avoir lieu le vendredi 20 mars.

Nous pourrions prendre les couinements de la CGT sur le sempiternel « manque de moyens » avec un certain scepticisme mais c’est le même son de cloche chez les médecins de ces établissements : un professeur de médecine décrit une situation catastrophique où une partie des malades n’est pas testée et où un médecin coordinateur malade (!) continue à travailler comme d’autres soignants…

Économie centralisée

Comme les visites en EHPAD sont interdites depuis environ huit jours en France, c’est forcément le personnel qui contamine les malades !

Bien évidemment, ce personnel ne le fait pas par négligence mais parce qu’il est sans protection et qu’il n’est pas immédiatement testé lorsqu’il présente des symptômes.

Les consignes sont absurdes : en EHPAD, la consigne ministérielle est d’attendre – je cite tellement ceci parait dément – l’« apparition de symptômes chez des résidents » puis de dédier « un secteur […] pour la prise en charge des patients COVID-19 » au sein desquels « le personnel aura à sa disposition des masques chirurgicaux » !

Le Gosplan à la française

La décision du président Macron de réquisitionner les stocks de masques le 3 mars est criminelle ! Comme toutes les allocations centralisées de biens par l’État – que ce soit dans l’URSS de Lénine ou dans le Venezuela de Maduro – elle a créé la pénurie.

Au pays de Turgot, le summum de l’ignorance est de ne pas comprendre que le monopole de la distribution crée la disette :

« Tandis que [ceux qui ont un stock] comptent sur une augmentation excessive et ne veulent vendre à aucun prix, [… les autres veulent] s’approvisionner d’avance pour n’être pas exposés à manquer ; aussi la crainte produit l’excès de demande d’un côté, et de l’autre le resserrement de la denrée [les masques !]. Mais cette crainte est fondée, et ce resserrement est l’effet d’un vide réel et constaté. »

Il aurait mieux valu laisser aux chefs d’établissement la liberté de faire l’acquisition de masques au meilleur prix – même élevé, tant pis ! – et au cas par cas. D’abord, à 56 % de dépenses publiques en pourcentage du PIB, nous n’en sommes plus à ça près. Ensuite, ces masques auraient coûté moins cher que les soins intensifs, sans même parler des morts…

Mais que voulez-vous, les personnes sur le terrain ne savent pas ce qui est bon pour eux. L’État le sait mieux !

Opération de comm.

Il faut d’urgence changer de logiciel mental et arrêter les opérations de communication.

À ce titre la visite de Christian Estrosi dans un EHPAD de la ville de Nice pour montrer à tout le monde le bel écran qu’il avait acheté avec de l’argent qui ne lui appartient pas est proprement effrayante !

Surtout qu’immédiatement après, il a été déclaré positif au COVID-19 :

C’est risquer des vies pour montrer au bon peuple qu’on a fait installer – par d’autres ! – une télé – payée par ses impôts. La belle affaire ! Le message de la classe politique aux Français pourrait être que « si vous croyez que les problèmes que nous créons sont exécrables, attendez de voir nos solutions » !

Une réponse politique inadéquate

Les politiciens français répètent-ils à l’échelle de tout le pays les erreurs américaines de Kirkland avec trois semaines de décalage et la centralisation parisienne en plus ?

Il fallait bien sûr libéraliser la production, la vente et les achats de masques. Il suffisait de doter chaque EHPAD d’un budget ! Leurs dirigeants auraient su quoi en faire : masques, combinaisons, gels, gants… Ils auraient répondu à leurs besoins. Depuis 17 jours que le président Macron a réquisitionné les masques, l’État n’a toujours pas trouvé comment les distribuer. Jeff Bezos aurait-il mis 17 jours à faire parvenir une commande à chaque EHPAD ?

L’autre énorme raté est celui des tests ARN. Il est trop tard pour décupler la production et on doit faire des choix cornéliens. Soit. Mais dans ce cas, on peut toujours déterminer qui est le plus à risque de développer un cas grave de la maladie (résidents des EHPAD) et qui est en contact avec une telle personne (personnel des EHPAD). Ne pas tester le personnel ou les patients des EHPAD qui présentent des symptômes est criminel mais il est toujours temps de changer de cap.

Quand cette terrible crise aura faibli, il conviendra d’avoir une sérieuse discussion sur le rôle de l’État, la centralisation, le marché et la responsabilité dans ce pays.

 

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • effrayant la stupidité de la gestion de la crise par les responsables politiques ce sont vraiment des mauvais amateurs

    • Dans une situation de crise, l’Etat-maman ne peut tout prévoir. Cessez donc de miauler que l’Etat n’en fait pas assez, ou fait mal. Les faucons-yaqua doivent se prendre en charge et prendre en charge ce qu’ils peuvent du fonctionnement social. C’est à ça qu’on reconnait les adultes et quelquefois les leaders, pas à la façon dont ils tournent de jolies phrases dans un journal gratuit

      • Il me semble que l’auteur de l’article du « journal gratuit » (vous préférez la presse subventionnée?) dit la même chose : l’Etat ne pouvant pas tout prévoir doit déléguer (on parle aussi de subsidiarité), laisser les acteurs décider au plus près des besoins de leurs établissements. C’est en tout cas la conclusion à laquelle toute personne sensée doit parvenir. Où voyez-vous des miaulements ?

  • Le problème est que.. Le port du masque devrait être obligatoire dans les epad ainsi que dans les hôpitaux ou les salles d’attente des médecins 12 mois par an. Il n’y a pas que le personnel il y a tous les autres supports de vie, le masseur la coiffeuse.. Le dentiste a toujours un masque ouf.

  • Je crains fort que la réponse aux questions que vous posez fort justement soit : encore plus d’État, c’est parce que l’État ne contrôle pas tout de A à Z que cela dysfonctionne !

    Le plus déprimant, c’est que l’ensemble des médias iront (et vont déjà) dans ce sens, et que les Français continuent de croire aux lendemains socialistes qui chantent… malgré le désastre !

    • Ya le plus d’europe aussi qui ressort 🙂

    • jacques lemiere
      21 mars 2020 at 21 h 18 min

      c’est ce qui semble se dégager avec pourtant une critique générale de la politique centralisée.. c’est encore et toujours la méthode est la bonne juste les personnes en charge qui ont failli.. dans des cas pratique il est vertigineusement effarant de voir des gens devant organiser des trucs attendre les directives de l’etat tout en moquant leur irréalisme et impraticabilité..ça aurait pu être une apocalypse..encore raté..

  • Estrosi visitant les Ehpad sans masque
    alors qu’il était sans doute contagieux, c’est assez extraordinaire.
    La vraie question est : comment ce pays est arrivé dans un tel état que l’on préfère écouter les gens qui ne savent pas que plutôt ceux qui savent ? (Là, je cite le Professeur Raoult)

    • parce que sur un reseau social la parole du débile prend autant de place et de poids que celle du sachant. Voir twitter dont beaucoup d’inscrits se sauvent

  • Si on dépiste et que l’on traite les gens précocement il y a forcément plus de chance de les sauver que 48 heures avant la phase terminale.
    (Professeur Raoult)

    • Oui mais tester coûte cher ,choix de l’Allemagne qui comme l’a dit Catherine Nay ce matin est un pays riche(ah bon!) et peut se le permettre ,on ne peut déjà pas se payer des bouts de cellulose avec 2 élastiques alors des tests!

    • Eh oui professeur Raoult, vous avez raison, mais qui vous écoute ?
      Nos Enarques n’ont qu’un savoir d’Enarques.
      La chaîne des responsabilités des immenses.
      L’OMS qui ne souhaitait pas affoler, ne prédisait pas une pandémie ! Ensuite nos masques sont partis ailleurs. Ensuite il a fallu attendre des décès, ensuite les mesures ne sont pas appliquées partout comme il se devrait.
      Visites interdites dans les Ephad mais les soignants vivent une partie du temps dans la vie civile normale… les soignants et tous les personnels, des cantines à l’entretien.
      Mais dans les Esat, à ce qu’il semblerait, aucune mesure n’est prise. Et d’erreurs, en négligences, en stupidité… nous en sommes là.
      Or il est plus coûteux de soigner des malades contagieux, que de prévenir. Mieux vaut prévenir que guérir ne date pas d’hier.
      Mais ce simple bon sens a disparu des radars de nos dirigeants.
      Il faudra s’en souvenir !

      • Gvt cynique ? Moyen comme un autre d’augmenter la mortalité précoce des personnes âgées pour ne pas à avoir à verser les pensions . . .

  • Et surtout en Allemagne des labos privés ont pu le faire ,le privé est négligé en France on dirait qu’ils ne connaissent que l’hôpital public,on peut se demander pourquoi des malades atteints gravement ont été emmenés à Toulon alors que des cliniques privés du Grand Est sont vides et attendent d’être sollicitées?

    • Le public préfère laisser mourir SES patients plutôt que d’entendre parler de privé.
      L’idéologie de la haine.

  • oui mais qui va faire le procès du socialisme ne action ????? bon courage !!!!!

    • On parlait il y a peu de temps, en plaisantant, d’une solution rapide au problème de la surpopulation des EPAD, du trou de la sécu et du montant des retraites. Ces decisions semblent montrer que c’est hélas une idée que nos dirigeants appliquent avec entrain et qu’ils vont (pour une fois) réussir. Hélas

  • Je vais finir par être obligé de me faire amputer tant les bras m’en tombent de tant d’incurie de ces énarques et autres élus/fonctionnaires.

  • Il y avait un (gros) bateau où on avait décidé un jour que le capitaine et les officiers seraient (désormais) élus par la totalité de l’équipage et des passagers (démocratie oblige).
    Le bateau n’est jamais arrivé à destination. Il a sans doute été victime de pirates, ont dit les médias…

  • Si je peux me permettre ce vieux dicton :

    ‘ c »est au pied du mur qu’on voit le Macron…’

    et son équipe

  • Comme toujours, le personnel soignant, surtout les aides soignantes sont considérées comme de la chaire à canon qu’on peut allègrement sacrifier. Je suis aide soignante en ehpad et je sais de quoi je parle…
    Nous n’avons pas accès aux masques car il faut en gros attendre la contamination pour en avoir…
    On demande la marche à suivre en cas de cas avérés dans notre structure, on se heurte aux portes fermées de la direction.
    On ne fait pas de simulation de prise en charge d’un résident positif au covid 19.
    On ne sait même pas si on a des réserves de matériels..
    Et j’en passe…
    Quand au grand âge, si vous voulez savoir, il sera sacrifié avec nous !! Voilà la triste réalité des choses, ça serait dans une maternité, on installerait des berceaux blindés aux bébés !!
    Je peux aussi en parler, j’ai travaillé auprès des bébés de longues années et les moyens qu’on a pour ce secteur est aux antipodes de ceux qu’on donne pour la prise en charge des personnes âgées.
    Voilà la réalité aujourd’hui…

  • Les employés qui sortent des Ehpad ont bien le droit d’y revenir pour contaminer les anciens ?
    Rien n’interdit aux enfants d’aller récupérer leurs parents ?

  • Mais, chers français, depuis 50 ans, vous ne parlez que de congés, de 35 heures, d’avantages, d’allocations, de travail fait par les immigrés, de haine des riches, de détestation du profit, d’égalité surtout et vous jouissez des déboires de « riches », tout en applaudissant à des entreprises qui vivent six mois sur une idée, vite revendue à la Chine ou aux US, qui n’embauche personne, n’ajoute aucune valeur au pays, et vous adorez faire des études aux USA tout en crachant sur l’Amérique. Vous aimez le président-nounou qui vous gronde, vous polluez sans frein vous jetez des milliers de tonnes, Paris est une infection, et vous vous plaignez que ça ne suffit pas. CREVEZ MAINTENANT.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Il y a une semaine, le Project Veritas publiait différents documents dont le contenu, s'il était vérifié, pourrait largement remettre en question nombre d'affirmations colportées par les médias, les experts et les politiciens sur la pandémie, son origine et son déroulement, et éclairerait l'histoire de ce virus d'une lumière nouvelle, particulièrement incriminante pour une partie de l'administration américaine...

Si vous vous en tenez à la presse et aux médias grand public français, il est assez peu probable que vous ayez entendu parle... Poursuivre la lecture

La perspective des fêtes n'est pas des plus réjouissantes en cette fin d'année 2021.

Toute l'Europe est actuellement en train de serrer à nouveau la vis de l'autoritarisme à l'approche des fêtes : entre confinements partiels, couvre-feux, événements supprimés, les libertés publiques s'usent et ne semblent plus être que de vagues souvenirs de l'année passée, ou de l'année d'avant...

Cependant, et pour tenter d'entretenir une santé mentale la plus saine possible en cette période de folie, il est important de souligner le positif q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles