Le confinement, le comble de l’État-providence

Aujourd’hui, avec le confinement, toute la population est à la merci de l’État, dont les hommes croient être les seuls à savoir ce qui est bon pour elle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
closed by liebeslakritze(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le confinement, le comble de l’État-providence

Publié le 6 avril 2020
- A +

Par Francis Richard.

Pourquoi les hommes de l’État d’un pays comme la France, où la part des dépenses publiques en matière de dépenses de santé est la plus élevée au monde (80 %), en sont-ils arrivés à imposer le confinement à sa population pour une période indéterminée face à la pandémie ?

Parce que le système français de santé, en grande partie étatique donc, est mal géré et que l’État-providence, qui se prend pour un dieu, néanmoins minuscule et faillible, décide de tout en matière de santé, veut tout contrôler, joue même volontiers au médecin en prescrivant à la place des praticiens les bons traitements aux patients qui ne sont pour lui que des chiffres récités chaque soir.

Il n’y aurait pas eu besoin de recourir à un long confinement à durée indéterminée, un CDI en quelque sorte, si l’État n’avait pas, par ses décisions ou ses non-décisions, volontaires ou pas, je ne sais, « organisé » la pénurie de moyens : masques pour les soignants et la population, tests de dépistage, appareils respiratoires, lits d’hôpitaux.

L’Allemagne, où le système de santé est en grande partie privé, grâce à Gerhard Schröder, résiste beaucoup mieux à la pandémie, ce qui n’est pas une surprise, et devrait donc pouvoir sortir plus rapidement du confinement.

La seule justification, invoquée aujourd’hui pour le confinement, est justement de pallier le manque de moyens en retardant la propagation de la pandémie dont les hommes de l’État, et leur aréopage, aux têtes bien pleines mais mal faites, sont responsables. Sinon le système français de santé finirait par être asphyxié. Mais ne l’est-il pas déjà ?

L’esclavage proprement dit a bien heureusement été aboli en France en 1848, mais il a pris au cours des dernières décennies une forme plus insidieuse par la présence de l’État, dans tous les domaines, qui fait pourtant moins bien que ne le feraient les particuliers, mais dont les hommes savent les flatter en promettant aux uns de jouir du travail des autres.

Aujourd’hui, avec le confinement, toute la population est à la merci de l’État, dont les hommes croient être les seuls à savoir ce qui est bon pour elle. Le risque est que celle-ci s’en accommode comme elle s’est accommodée déjà de multiples atteintes aux libertés individuelles dans un passé récent.

Ce risque se traduirait par un nouvel accroissement du collectivisme en France, qui finirait de la ruiner définitivement et de rendre encore plus esclave sa population. Alors les hommes de l’État doivent reconnaître leurs torts et laisser aux initiatives privées le soin de remédier à son impéritie et à son manque de réactivité.

Il faut craindre toutefois que cela ne soit qu’un vœu pieux tant l’emprise de la bureaucratie sur la société, qui est emblématique de l’État-providence, y est prégnante : je n’en veux pour preuve que l’exemple de l’attestation de déplacement dérogatoire, sorte de nouvel ausweis auto-délivré, né dans le cerveau débile d’un technocrate…

Il faut le craindre d’autant plus que les hommes de l’État sont inventifs pour masquer leurs incompétences et pour trouver des solutions calamiteuses ; il faut toujours avoir présent à l’esprit, aujourd’hui peut-être encore plus qu’hier, qu’à eux s’applique le principe des calamités énoncé par Michel de Poncins :

Une calamité d’origine publique conduit toujours à une autre calamité publique pour soi-disant corriger la première.

Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Bonjour
    Ce qui est très inquiétant, c’est que tout le monde en redemande.
    CPEF

    • Oui, j’hallucine….

    • Du moins si l’on en croit des sondages… qui ne sont pas récents. Attendez encore un peu que les gens se rendent compte qu’ils ne sont pas malades, que leur famille, leurs amis, leurs collègues de travail ne sont pas malades et que tous ces bien-portants doivent néanmoins rester enfermés sous peine d’amendes comme s’ils étaient des délinquants.

      • Je ne suis pas très optimiste à ce sujet.
        La plupart des français sont en faveur du principe de précaution et bcp soutiennent le confinement. C’est en grande partie lié.
        Et bcp continueront à soutenir ces deux principes même s’ils sont licenciés à cause de cela. Un licenciement étant presque toujours dû à ce salaud de patron qui n’a pas voulu mettre plus d’argent voire tout son patrimoine dans sa boite pour continuer à payer ses salariés.

  • « Imaginons que vous soyez un parfait imbécile. Imaginons maintenant que vous soyez un député. Mais pardon, je me répète. » – Mark Twain

  • Si les hommes-de-l’état brillaient que dans le domaine de la santé. Il y en a même un qui excelle dans l’économie, en proposant le MES pour l’Italie après la sortie malencontreuse (la bourde) de Christine Labourde à propos des spreads. Bruno LM non avare dans la matière qu’il ignore récidive avec « la modération des dividendes, traduire l’interdiction, car l’état sait mieux que ces actionnaires (3,67 millions de « petits-porteurs ») se servir de cette manne pour relancer les entreprises françaises. Sacré Bruno, si je ne doute pas du foirage de ses futures décisions, j’en rigolerais. Les petits actionnaires ne savent pas utiliser leurs dividendes, ah bon ! Sacré Bruno, sauf qu’il falloir expliquer ça aux étrangers qui captent environ 60 % des dividendes. Il y en a même un autre Gérard Damarnin comme vous avez pu l’entendre et le lire sur l’excellence de sa gouvernance financière, qui vient juste de lancer un appel aux dons car il ne manquerait pas de moyens. Sacré Gérard

    • Surtout que les dividendes sont basés sur des gains de 2019, alors on les paie.

      Si les chiffres 2020 sont mauvais pour cause (entre autres) de covid-19, c’est en 2021 que tout naturellement (mathématiquement) les dividendes seront réduits ou supprimés…

    • pour les deux derniers, il faut les virer de leurs postes sans indemnités ni retraite (et je suis encore trop bon) et interdiction de tout mandat ou fonction publique.

      • Et comment! Espérons que le peuple Français, encore anesthésié, se réveillera un jour. Faut éliminer tous ces guignols.

  • Le confinement prolongé ne servirait-il pas, entre autres, à couvrir une belle magouille politique ? Si on en sort rapidement, les élections municipales n’auront lieu que pour le deuxième tour, avec les mêmes listes qu’au premier tour. En revanche, si on en sort tardivement, les élections municipales seront reportées en octobre, POUR LES DEUX TOURS, AVEC OBLIGATION DE PRESENTER DE NOUVELLES LISTES, avec ou sans les mêmes personnes. Quand on voit la prestation lamentable de Mme Buzyn à Paris, on comprend que la LREM ait envie de présenter de nouvelles listes, sérieusement remaniées, mais, pour ça, il faut reporter les municipales à Octobre. Et je ne parle là que de Paris; combien d’autres villes importantes où LREM aimerait bien changer de candidats ? Mais pour justifier celà, il nous faut un confinement prolongé et un ministre de l’intérieur qui nous fait son grand numéro théatral …

    • Non, non, le rasoir de Hanlon, toujours : ne jamais attribuer à la malice les choix de ceux qui peuvent utiliser sans réserve leur stupidité.

    • Peut-être faut-il surtout imposer, pour paraître sur une liste municipale, habiter dans la commune depuis dix ans et y vivre 11 mois par an.
      Ce qui permet d’éviter les parachutages qui sont généralement nuisibles aux finances de la communes.

    • En tout cas, le but du confinement n’est plus, à ce stade, notre santé.
      Quelques pistes en plus de celle quevoys évoquez:
      Un bon peuple est un peuple sous contrôle, plus d’opposition ni de manifestations.
      L’économie se portait mal, le virus noiera la débâcle.
      Le Parlement ne travaille plus, mais si en fait: https://www.senat.fr/rap/l06-194/l06-19412.html
      La réforme du bac était contestée et risquait de mal se passer, plus de problème.
      Le confinement permet de limiter les conséquences du refus de l’hydroxychloroquine.
      …?

      • « Le confinement permet de limiter les conséquences du refus de l’hydroxychloroquine. »
        Oui et le retard avec lequel il sera autorisé à la prescription permettra de noyer ses éventuels bons résultats dans le reflux spontané de l’épidémie.

    • Excellent si on recommence à voter entièrement. LREM risque cette fois-ci de disparaître définitivement du paysage.

  • Comment ça se passe dans un pays où le confinement est volontaire, et où seul le rassemblement de + de 5 personnes est défendu ?

    https://covid-19-schweiz.bagapps.ch/fr-1.html

    et vous pouvez cliquer sur ‘nombre de décès’ pour plus d’info…

    • on peut aussi voir que si les femmes représentent une majorité de contaminées (52,9%), elle ne sont que 36,1 % à en mourir…

    • pour être précis, elles ne représentent que 36,1% des décès

    • Merci du lien!
      Et visiblement, la courbe de nouveaux cas diagnostiqués est en chute libre! Donc l’épidémie est en passe d’être jugulée sauf si il y a un rebond (toujours possible).
      Et cela sans confinement à la « française ».
      Mais, bon, le système de santé suisse est en grande partie privé. Cela ne peut être un exemple à suivre… 🙂

  •  » avec le confinement, toute la population est à la merci de l’État »

    Oui, enfin c’est surtout grâce à l’attribution de tous les pouvoirs par le Régime en place.

  • IL ne faut pas oublier que + de 20% des travailleurs vivent de l’argent public et de leur statuts , qu’une part importante vit grâce aux aides sociales distribuées sans discernement. Voilà pourquoi les hommes d’état ,même calamiteux sont toujours réélus

    • Pas si sûr… Ce ne sont pas tant les bénéficiaires des aides qui réélisent, que ceux qui se sentent moralement solidaires de l’idée d’aider les nécessiteux. Des gens qui se sentent grandis et apaisés d’avoir, par leur vote, « fait quelque chose d’altruiste ». Si l’absurdité du côté obligatoire et contre-productif du confinement éclatait, il y aurait un créneau pour abattre notre nouveau mur de la honte, je crois.

  • La critique est facile !
    Tout libéraliser(1) ou tout nationaliser(2) ?
    1* Accès aux soins uniquement si vous avez les moyens ou une bonne assurance ; laisser crever les vieux (j’en fais partie) et autres improductifs…
    2* Mettre au point des plans à 15ans qui sont obsolètes avant d’être mis en application, mieux vaut être chauffeur de bus ou de taxis qu’instituteur ou ingénieur, c’est mieux payé (ça c’est un souvenir du temps où je bossais en URSS).
    Alors on choisit quoi ?
    Personnellement, je pense que tout n’est pas SUPER, mais ça n’est pas si mal que ça ! Et ayant eu une vie dans la Marine Nationale, le confinement ne m’est pas spécialement pénible. Je pense, toutefois, que si la pyramide des salaires était un peu moins aiguë (trop de différence entre les payes) et bien qu’un responsable a beaucoup plus de responsabilité ses émoluments ne devraient pas être supérieurs à 5 fois le plus bas des salaires de la société (sous-traitance y compris).

    • Tout libéraliser signifie d’abord rendre les services efficaces, et donc moins coûteux. Ca ne veut pas dire refuser leur accès aux improductifs, mais cesser d’en faire un droit qui justifierait toutes les contraintes pour faire payer les gaspillages aux productifs. Les rémunérations doivent être proportionnelles aux mérites, autant que possible. La comparaison avec celles des autres n’a pas lieu d’être un élément de contrainte fixe. Vous estimez qu’il ne faut pas laisser crever les vieux : dans un système libéral, vous pouvez affecter vos suppléments de salaire à les aider efficacement, c’est votre choix. Dans le système de pyramide limitée, les suppléments que vous pouvez mériter seront gaspillés, je vous le garantis.

    • Qui , a part la propagande nationale, vous a mis en tête que les pays libéraux laissent crever les vieux et les pauvres ?

      En Suisse les assurances maladie sont obligatoires par la loi fédérale, mais privées dans leur gestion. (comme chez nous l’assurance auto)

      Mais si vous n’avez pas de revenus suffisants, la loi fédérale oblige les cantons à prévoir des subsides dont les montants et leurs critères d’attribution sont de la compétence cantonale.

      En gros, l’état ne vous assure pas gratuitement, mais vous aide à payer l’assurance; et ça c’est libéral !

      • De plus, personne dans le système de santé ne voit de différence; vous êtes un assuré de ‘Helsana’ (par ex.) comme les autres, personne ne sait avec quel argent vous avez payé votre prime, et c’est aussi est une forme d’égalité devant les soins…

    • Tous les poncifs de la socialie…

      On laisse les vieux crever en Suisse? Pas que je sache.
      Même aux USA (horresco referens pour les socialistes) il y a des systèmes d’aides aux démunis. Alors oui bien sûr, ils n’ont pas accès aux cliniques 3 étoiles, mais ils sont soignés. Mais surtout, on laisse le choix aux gens: s’il veulent consacrer peu, pas ou bcp d’argent à leur santé.
      En Suisse, il s’agit d’assurances privés et c’est vous qui choisissez le mode d’assurance qui vous convient puisque c’est vous qui payez (franchise importante, moyenne ou faible; éléments pour lesquels vous souhaitez être couvert ou pas…etc).
      Renseignez-vous sur le montant des assurances privés plutôt que répéter les slogans collectivistes. Voyez comment elles vous remboursent. Évidemment, les assurances privées ne sont pas un open bar électoraliste donnant un accès facile à toute la bobologie et organisant une discrète pénurie de tous les soins de haut niveau (essayez donc d’avoir un traitement de métastases d’un cancer de prostate par radium223 en France)…
      Il y a une assurance privée de santé en France (Amariz) qui rembourse l’intégralité du tarif SS. Voyez ses tarifs si vous commencez chez elle à 25 ans et comparez à ce que vous cotisez obligatoirement. Une question vient alors: si une assurance privée fait du bénéfice avec de telles primes, où donc passe l’argent de nos cotisations…

      « Mettre au point des plans à 15ans qui sont obsolètes avant d’être mis en application,  »
      En France, les plans sont obsolètes essentiellement du fait de l’intervention étatique qui modifie sans cesse la règlementation, les lois, les taxes et la fiscalité sans parler des retraites par répartition en naufrage lent mais inéluctable…

      « que si la pyramide des salaires était un peu moins aiguë »
      Vous plaisantez!!
      Le coefficient de Gini de la France est du même ordre que l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas…etc Donc ce n’est pas les inégalités de salaires qui sont à l’origine de la panade économique française et de son chômage. Renseignez-vous un peu quand même.
      https://data.oecd.org/fr/inequality/inegalite-de-revenu.htm

      « bien qu’un responsable a beaucoup plus de responsabilité ses émoluments ne devraient pas être supérieurs à 5 fois le plus bas des salaires de la société »
      Et pour quelles raisons? Qu’est-ce qui motiverait une telle décision à part flatter l’envie et la jalousie de l’électeur? Qui doit décider de ce qu’une entreprise accepterait de verser à quelqu’un en fonction de compétences dont elle a besoin? Un fonctionnaire (qui sait tout mieux que les autres, n’est-ce pas?) doit décider de cela? Ou les propriétaires (actionnaires) de l’entreprise?
      Quel importance le salaire d’une personne si elle rapporte à la boite plus que ce que celle-ci a investi!!
      Avec une telle mentalité, ne vous étonnez pas de la fuite des entreprises et de leur centre décisionnel.

      Pour mémoire, il y a qq années les socialistes suisses (si si, il y en a) ont organisé un référendum sur la limitation de hauts salaires en suisse (en particulier des grands patrons). Grosse déception des socialistes suisses (et français par la même occasion): refus de la population à 66%.
      Et oui, les suisses ont des notions d’économie. Ce n’est pas le cas de l’immense majorité des français.

      • ‘ les socialistes suisses ‘ ?
        Surtout en Romandie…

         » Bi üüs gìbt’s so öbbis nööd  »

        Hopp Schwiiz !

        • Après avoir vécu en Belgique, en France et en Suisse, je constate que les francophones sont plus souvent de gauche. Je suis moi-même anglophone et me posais la question pourquoi c’est ainsi surtout que beaucoup des grands théoriciens du libéralisme aient été français. Quelqu’un peut m’expliquer?

          • M’sieur m’sieur !

            J’ai la réponse:

            a) le ‘rayonnement’ (l’irradiation) des média français au delà des frontières (pas comme le ‘nuage’ qui s’y est arrêté), j’ai croisé tant de Romands qui connaissent mieux nos émissions télé et nos politiques que je ne le saurai jamais…

            b) les esprits libres français ont été les tout premiers à être confronté au collectivisme né de la révolution, suivi de la dictature napoléonienne.
            Ils en ont tiré des conclusions toujours encore d’actualité.

            J’ai bien répondu ?

    • @Jean-M64
      Bonsoir,
      « 1* Accès aux soins uniquement si vous avez les moyens ou une bonne assurance ; laisser crever les vieux (j’en fais partie) et autres improductifs… »
      Qui laisse crever les vieux en ce moment dans les hôpitaux publics ? Qui a déclaré que les personnes de plus de 70 ne seraient pas admises en réa ?
      La réponse est le système actuel tout nationalisé.
      La santé de chacun est la responsabilité de chacun.
      Sur les 20 dernières années, un smicard sans augmentation a vu 200.000 euro (au minimum) lui être prélevés pour la retraite, mais pas la sienne, pour la santé, mais pas la sienne. et autre pour les autres.
      Ne pensez-vous pas qu’avec 200.000 de plus, il aurait plus d’accès à tout ?
      L’un des problèmes de la France est qu’il y a trop d’improductifs parce que travailler est taxé à 53%, et qu’à ce niveau cela n’est pas rentable.
      Puisque vous êtes « un vieux », vous avez reversé à l’Etat près de 400.000€ durant votre vie active. Vous en voyez les bénéfices ?

      « bien qu’un responsable a beaucoup plus de responsabilité ses émoluments ne devraient pas être supérieurs à 5 fois le plus bas des salaires de la société (sous-traitance y compris). »
      On dirait du Mélenchon dans le texte et sa limite à 400.000€ de C.A au delà de laquelle tout doit être pris par le Fisc.
      Le truc, c’est que cela ne sera valable que la première année. Les entreprises s’étant fait rincer, elles prendront soin de ne pas dépasser la limite l’année d’après. Du coup, côté embauche…
      C’est d’ailleurs ce qui se fait déjà chez les artisans et leur limite de 50.000€ de C.A. La limite est une tranche fiscale, qui, si elle est dépassée, les saigne encore plus. Les artisans font en sorte de ne pas dépasser cette limite, quitte à refuser des demandes. Ils n’embauchent pas.

  • Je pense que l’état a comme à son habitude gratté quelques millions par ci ( en l’occurrence des masques et matériels spécifiques) pour boucher un trou de quelques milliards dû à une promesse complètement débile ( la liste étant tellement longue…) fait par un incapable.
    Vu l’impact considérable, avec la crise économique qui arrive, il va vraiment falloir que des têtes tombent cette fois-ci et pas les habituels chefs de cabinets prévus pour !!

  • Le commissariat au plan était un copié collé du Gosplan avec les mêmes résultats,devenu France Stratégie ,le changement de nom ne suffit pas surtout quand on voit sa composition ,ramassis de hauts fonctionnaires qui se gavent pour pondre des âneries telles que faire payer les propriétaires au motif qu’ils ne payent pas de loyer …la sortie de crise c’est pas gagné!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles