Contre le coronavirus, pas un manque d’argent mais une mauvaise gestion

Nous devrons un jour avoir le courage d’accepter que les pays qui s’en sortent le mieux du point de vue sanitaire, Corée du Sud et Allemagne, sont aussi les plus efficaces d’un point de vue économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pipes by Thomas L. (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contre le coronavirus, pas un manque d’argent mais une mauvaise gestion

Publié le 3 avril 2020
- A +

Par Nicolas Marques.

Nous vivons une crise sanitaire de grande ampleur, avec des professionnels de santé en première ligne et des situations terribles dans les maisons de retraite et établissements médicaux. La tentation est de pointer du doigt le manque de moyens financiers. Mais si les engorgements se multiplient, on ne peut pour autant pas dire que l’argent manque en France. Des pays s’en sortent mieux que nous, avec des finances publiques mieux gérées illustrant en fait une meilleure allocation des ressources.

L’excuse du manque de moyens

Pour certains la crise actuelle serait l’illustration du manque de moyens dédiés à la santé en France voire à une trop grande rigueur financière. Or, si l’on constate que les moyens font cruellement défaut à certains endroits, la situation est malheureusement bien plus complexe, comme le montre l’analyse comparée des difficultés françaises et des succès sud-coréens ou allemands.

En dépit de nos 1300 milliards d’euros de dépenses publiques par an, dont 610 milliards au titre de la Sécurité sociale, nous avons quinze fois plus de décès qu’en Corée du Sud, avec 47 morts par million d’habitants aujourd’hui. Pourtant, les Français dépensent 56 % de plus que les Coréens pour leur santé, l’Hexagone investissant dans la santé 3,1 points de PIB de plus que la Corée du Sud.

Avec moins de moyens, les Coréens ont fait trois fois plus de tests que nous, sur une plus petite population. Cela leur a permis de cibler les restrictions de mouvements sur les seuls malades et lieux contaminés. De ce fait, leur économie peut fonctionner, avec des frontières encore ouvertes. Pourtant, la Corée du Sud proche de la Chine a été touchée six jours plus tôt que la France.

Même si l’épidémie est à un stade moins avancé outre-Rhin, on constate d’ores et déjà des décalages tout aussi criants. L’Allemagne consacre comme la France 11,2 % de son PIB à la santé.

Lorsqu’on considère les dépenses de santé par habitant, elle investit 21 % de plus que nous, son économie étant plus florissante que la nôtre. Son niveau de préparation est sans rapport au nôtre. Nos voisins ont pratiqué cinq fois plus de tests, soit 410 000 depuis le 9 mars, et disposeraient de 28 000 lits en réanimation.

Résumer les difficultés que nous rencontrons dans la lutte contre la pandémie à un manque de moyens, c’est donc passer à côté d’une réalité dérangeante : l’importance des dépenses n’est pas un gage de qualité.

La rigueur n’est pas l’ennemie de la santé

Bien au contraire, elle permet de mobiliser les moyens de façon intelligente et coordonnée, là où ils font la différence. C’est vrai en temps normal, comme en période de crise. Ce n’est pas un hasard si les Coréens et les Allemands ont, par ailleurs, des excédents budgétaires, avec des dépenses et dettes publiques raisonnées. Bons gestionnaires financiers, ils sont aussi de bons gestionnaires sanitaires.

Plus que les budgets, il semble que ce soit la stratégie qui, une fois de plus, fasse la différence. Les expériences coréenne et allemande montrent l’importance de l’anticipation et la combinaison de tous les moyens disponibles. En France, tout laisse à penser que ces aspects ont fait défaut.

Il est probable qu’ont été laissées de côté ou exposé des ressources précieuses, de façon inadéquate voire irrespectueuse. Depuis plusieurs semaines, nous avons vécu un enchaînement sidérant. Il a débuté avec un rationnement du matériel de base – gels hydroalcooliques, masques et autres matériels de protection – mais aussi des tests de dépistage. Ces mesures malthusiennes ont limité l’efficacité des gestes barrière de base, surexposé les personnels de santé et les malades au risque d’infection et de dissémination du coronavirus.

Cela a réduit l’efficacité de l’effort collectif et créé des situations dramatiques dans les hôpitaux et les Ehpad. Les services médicaux publics sont engorgés, ce qui a nécessité le confinement de la population, sans que pour autant la situation soit sous contrôle.

Le secteur privé a été bridé par l’État

Parmi les raisons qui expliquent nos difficultés et les succès coréens et allemands, l’aptitude à optimiser les moyens disponibles, de façon pragmatique. Les Coréens ont pris soin d’intégrer le secteur privé dans la lutte contre la pandémie, qu’il s’agisse de déployer massivement les tests de dépistage ou de traiter les malades dans des établissements à 90 % privés. Les Allemands se sont appuyés sur leur industrie et sa capacité à développer des tests.

En France, on pâtit, au contraire, et depuis longtemps des réticences des autorités publiques à intégrer les praticiens et établissements privés, mais aussi les industriels. Les généralistes libéraux ont été exposés à la maladie, sans masques. La biologie de ville s’est pendant de longues semaines vu refuser le droit de pratiquer des tests, faute de disposer de l’accréditation nécessaire.

Même la chaîne de distribution de matériel médical a été paralysée. Les contrôles des prix et réquisitions ont réduit les incitations économiques à produire davantage ou importer les gels hydroalcooliques et les masques de protection manquants. Un gâchis humain aussi bien qu’économique.

Table: Institut économique Molinari Source: Johns Hopkins au 30 mars 2020 (https://coronavirus.jhu.edu/map.html), OCDE (dépenses de santé) & FMI (dépenses, déficit et dette publique) année 2018 Get the data Created with Datawrapper

Source: Johns Hopkins au 30 mars 2020 (https://coronavirus.jhu.edu/map.html), OCDE (dépenses de santé) & FMI (dépenses, déficit et dette publique) année 2018 Get the data Created with Datawrapper.

Le temps du bilan viendra

Nous devrons un jour avoir le courage d’accepter que les pays qui s’en sortent le mieux du point de vue sanitaire, Corée du Sud et Allemagne, sont aussi les plus efficaces d’un point de vue économique. Ces pays ont une fiscalité plus raisonnable, sont en plein emploi, ont des comptes publics excédentaires.

Cela leur permet d’agir en bon ordre, là où nous sacrifions des hommes et des femmes comme notre économie. Notre étrange défaite rappelle celle de mai 1940, la France s’écroulant en raison d’un défaut de stratégie et de coordination et non à cause d’un manque de moyens.

Il n’est pas encore temps de faire le bilan de cette pandémie, mais une chose est d’ores et déjà certaine : il conviendra de faire le travail d’introspection nécessaire et de passer en revue nos façons de dépenser et de faire. Nous avons poussé au maximum en France la démarche consistant à toujours compter sur plus de budgets publics.

Nous n’avons pas été aussi brillants lorsqu’il s’agissait d’optimiser l’allocation des budgets au sein des structures publiques et l’articulation entre l’offre publique, privée non lucrative et privée à but lucratif. L’expérience montre que cela ne nous aide pas à surmonter les crises de façon plus sereine. Cela ne nous aide pas, non plus, à préserver l’économie française, ce qui accentue nos fragilités au lieu de les réduire.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Ajoutons le fait que l’énarchie ne fait confiance qu’à elle-même.
    https://www.valeursactuelles.com/societe/des-2003-didier-raoult-predisait-le-coronavirus-et-limpreparation-de-la-france-117675
    Nous sommes administrés, et depuis longtemps, par des individus qui ont totalement perdu le sens des priorités.
    Certes cette épidémie est sérieuse, mais avec un système de santé performant, avec une économie dynamique, il n’y aurait aucune raison de semer une telle panique.
    La sidération de la population l’empêche de voir la réalité: nous sommes gouvernés par des incapables qui ne trouvent rien de mieux que d’ajouter la détresse économique à la crise sanitaire.

  • Bien que tout était prévisible comme le rappelle la référence que vous citez,vous faites du biais rétrospectif comme me l’a reproché un commentateur sur ce site sur un article précédent.
    Le biais rétrospectif est le point Godwin de cette crise sanitaire pour couper court à toute critique des choix faits par notre gouvernement qui a tout prévu depuis le début de cette crise.

    • Oui, et presque tous ceux qui avaient averti de la catastrophe l’avaient fait pour en bénéficier à titre personnel, soit en dénigrant leurs concurrents pour des postes élevés, soit en se prémunissant contre des recherches de responsabilités gênantes. Mais personne qui ait construit des protections par sens des responsabilités, tous ne voulaient qu’être dans la coterie de ceux qui feraient les choix si la crise survenait.

  • problème d’allocation des budgets? de confiance dans le système de santé privé ou libéral? d’impréparation et d’anticipation?
    Mais qui décide dans notre pays? et ce sans jamais rendre de comptes?
    Notre classe politique ne brille que par son incompétence, et ce au plus haut niveau. Le parallèle avec 1940 est un peu fort, mais saute tellement aux yeux.

  • Non, Non! Tout est très bien. La ferme France est bien gérer. Le pm viens d’autoriser l’euthanasie.

    Je te conseille de lire l’article 12-3. Surtout cette portion :

    « « Lorsqu’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes dispose d’une pharmacie à usage intérieur, celle-ci peut se procurer la spécialité auprès de l’établissement pharmaceutique qui en assure l’exploitation ou auprès d’une pharmacie à usage intérieur d’un établissement de santé.
    « II.-Par dérogation à l’article L. 5121-12-1 du code de la santé publique, la spécialité pharmaceutique Rivotril ® sous forme injectable peut faire l’objet d’une dispensation, jusqu’au 15 avril 2020, par les pharmacies d’officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d’être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l’état clinique le justifie sur présentation d’une ordonnance médicale portant la mention “ Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19 ”.
    « Lorsqu’il prescrit la spécialité pharmaceutique mentionnée au premier alinéa en dehors du cadre de leur autorisation de mise sur le marché, le médecin se conforme aux protocoles exceptionnels et transitoires relatifs, d’une part, à la prise en charge de la dyspnée et, d’autre part, à la prise en charge palliative de la détresse respiratoire, établis par la société française d’accompagnement et de soins palliatifs et mis en ligne sur son site. »
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041763328&categorieLien=id
    http://www.fspf.fr/fspf-services/breves/delivrance-rivotrilc-hors-amm

  • Le critère le plus important est celui de la gravité de l’épidémie divisée par la préparation des différents pays.
    Pays bien préparés, comme la Corée du sud: peu de morts, économie fonctionne presque normalement
    Pays mal préparés ou surtout pas préparés du tout (Italie, France Espagne, UK): panique à bord, beaucoup de morts, peu de masques, peu de tests, peu de lits de réa, peu de ventilateurs, etc.
    C’est au tout début que se gère une épidémie.
    Après, c’est beaucoup plus difficile et dans les pays à bureaucratie obèse, quasi impossible.

    • Sauf que Singapour se confine car l’épidémie commence a leur échapper et bientôt viendront la Corée et Taiwan…Personne n’a La Solution…Y en a t’il une d’ailleurs…

      • Pas vraiment!
        Le confinement mode Singapour n’a rien à voir à le confinement français: les restos restent ouverts pour la vente à emporter, les gens peuvent sortir moyennant masque et observation d’une distance entre individus, les services publiques restent fonctionnels seul l’accueil publique est réglementé et limité…etc
        Et quand vous consultez la liste des secteurs privés considérés comme faisant partie « de secteurs économiques clés » devant rester ouverts (cf 2è lien) et fonctionnels, vous comprendrez qu’il n’y a vraiment rien à voir avec la France!!
        Singapour a renforcé ses contrôles à ses frontières pour limiter l’arrivée de personnes venant de pays contaminés mais celles-ci ne sont pas fermées.

        Quant à votre assertion « car l’épidémie commence a leur échapper », ce n’est pas la réalité. Voici ce qu’en dit le site de l’ambassade de France qui n’a aucun intérêt a montré que Singapour fait mieux que la France: « Au 3 avril 2020… sur les 1 114 cas de coronavirus Covid-19 confirmés à Singapour. 5 décès sont à déplorer. » Cela fait une létalité à 0,45%!
        La France aimerait bien avoir un tel score.

        https://sg.ambafrance.org/Coronavirus-Covid-19-Situation-a-Singapour-31-mars-2020

        https://covid.gobusiness.gov.sg/essentialservices/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Les élections législatives ne sont pas seulement un enjeu politique pour les partis, elles ont aussi un aspect financier crucial. La facture atteint 65,9 millions de financement public annuel.

La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques – la CNCCFP pour les intimes – veille scrupuleusement au respect des lois en matière de financement des campagnes électorales. Financement qui, pour les élections législatives, obéit à des règles précises (Art. L52-11 du Code électoral).

 

Combien coûte... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles