Télépharmacie : une opportunité, pas une menace !

Qui sont-ils donc, ceux qui refusent le commerce électronique des médicaments ? Ce sont les pharmaciens d’officine, bien sûr, consultés par leurs syndicats et… par internet, prêts à guerroyer contre un projet de loi destiné à assouplir la vente des médicaments en ligne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by National Cancer Institute on Unsplash - https://unsplash.com/photos/NNpo-liY5aU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Télépharmacie : une opportunité, pas une menace !

Publié le 11 février 2020
- A +

Par Richard Guédon.

Vent debout devant un projet de loi prévoyant une très timide libéralisation de la vente des médicaments en ligne, les pharmaciens d’officine ne défendent ni la qualité, ni les consommateurs mais tout bonnement leur rente. Pourtant, comme la télémédecine, la télépharmacie pourrait se révéler plus une opportunité qu’une menace.

97,7 % des sondés ne pensent pas que le commerce électronique soit nécessaire pour avoir accès aux médicaments en France

98,9 % des sondés ne sont pas favorables au développement des plateformes pour les médicaments

97 % des sondés sont prêts pour une mobilisation…

Qui sont-ils donc, ceux qui refusent, avec des scores électoraux nord-coréens, le commerce électronique des médicaments ? Ce sont les pharmaciens d’officine, bien sûr, consultés par leurs syndicats et… par internet, prêts à guerroyer contre un projet de loi destiné à assouplir la vente des médicaments en ligne.

Quel est donc le projet révolutionnaire qui déclenche cette mobilisation générale version août 1914 ?

RÉGLEMENTATION DRASTIQUE, RÉFORME TIMIDE

La règlementation autorise aujourd’hui les professionnels à vendre des médicaments en ligne à la condition qu’ils ne nécessitent pas d’ordonnance, que le stock soit adossé à chaque officine et que chaque pharmacie dispose de sa plateforme.

Le moins que l’on puisse dire est que ces conditions drastiques ne sont pas favorables au commerce en ligne puisque ce sont moins de 600 pharmacies, sur 21 000, qui disposent d’un site, et que la part des ventes réalisée par ce canal est de 0,1 % du total.

Le projet de loi prévoit d’assouplir légèrement ces règles en offrant la possibilité de vendre des médicaments stockés sur un autre site que celui de la pharmacie afin de permettre notamment une meilleure mutualisation et des économies d’échelles.

Mais ces timides avancées suffisent à porter à son comble l’inquiétude des pharmaciens sur une éventuelle percée des plateformes de e-commerce qui pourraient s’associer avec des officines chevaux de Troie.

MÉCHANT COMMERCE E-TRUMPEUR

Pourtant Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, tout miel et tout sucre, promet de prendre tous les engagements nécessaires pour rassurer les pharmaciens d’officine.

Elle affirme que la vente de médicaments en ligne doit rester entre leurs mains et qu’ils peuvent être totalement rassurés sur le fait qu’elle sera à leurs côtés pour éviter toute dérive de cette vente en ligne.

Mais voilà, un réflexe pavlovien veut que lorsqu’est prononcé, même tout bas, le mot de commerce en ligne, ce que voit arriver le commerçant du coin de la rue c’est un tsunami numérique nommé Amazon.

Et nos pharmaciens, auxquels une majeure partie de la presse se rallie, d’annoncer la faillite inéluctable des gentilles pharmacies françaises devant le méchant commerce e-trumpeur.

Si le gouvernement inaugure un nouveau chantier à problème, alors qu’il a bien d’autres chats à fouetter ce n’est pas, on s’en doute, par fanatisme libéral, mais tout simplement car il n’a pas le choix, il y a le feu.

La réglementation européenne est en effet beaucoup moins contraignante dans ce domaine et certains pays européens, comme l’Allemagne, l’appliquent depuis de nombreuses années. C’est pourquoi leur e-commerce pharmaceutique, au dire des experts du secteur, a dix ans d’avance sur le nôtre. Or, on le sait, le commerce est libre entre pays membres et la France ne pourra, à terme, s’opposer à la venue des acteurs européens matures sur le marché français.

DÉFENSE DE RENTE

On imagine sans peine les arguments des pharmaciens : le médicament n’est pas un produit comme les autres, il existe un fort risque de contrefaçon dans la vente à distance, avec tous les dangers pour la santé des patients ; le pharmacien est un professionnel de santé qui devrait être protégé des entreprises de pur commerce ; la concurrence déloyale (pourquoi déloyale ?) des grandes plateformes de e-commerce fera disparaitre les petites pharmacies.

Même si la contrefaçon de médicaments est un problème réel au niveau mondial, internet ou pas, elle ne concerne pas vraiment les pays développés comme la France et les autres arguments sont de nature exclusivement protectionnistes.

La vérité, simple et banale, c’est que les pharmaciens ne défendent ni la qualité, ni les consommateurs mais tout bonnement leur rente, depuis 50 ans contre les supermarchés qui pourraient vendre les médicaments moins chers dans d’excellentes conditions, et aujourd’hui contre les acteurs du commerce en ligne.

Mais leur cause est perdue.

Même s’ils ont tenu bon, dans notre France picrocholine, face aux offensives de Michel-Édouard Leclerc, soutenu, il faut le remarquer, par les organisations de consommateurs, il en sera autrement face à la lame de fond mondiale de la digitalisation.

LAME DE FOND

Le e-commerce ne cesse de croître en France avec 1,7 milliard de transactions en ligne réalisées en 2019 soit une croissance de 11 %. Elle est portée par près de 40 millions de cyber-consommateurs, par la croissance du nombre de sites marchands et par l’augmentation constante de la fréquence des achats en ligne.

Les plus friands d’achats par clics sont, logiquement, les plus jeunes consommateurs et la technologie des smartphones évolue à une vitesse stupéfiante sous nos yeux.

Malgré la diabolisation entretenue par les professionnels et la presse, déjà 38 % des consommateurs français sont prêts à acheter leurs médicaments sur internet comme leurs voisins britanniques ou allemands.

Le fonctionnement de l’offre de soins de premier recours n’a pas beaucoup changé depuis un siècle : le patient consulte son médecin généraliste, celui-ci rédige une ordonnance que le patient remet au pharmacien d’officine le plus proche de chez lui ; celui-ci lui fournit les médicaments prescrits. Le pharmacien complète son revenu en vendant au prix fort d’autres produits liés de près ou de loin à la santé au flux de clients dirigés chez lui par leur médecin.

Internet bouleverse sous nos yeux ce modèle en offrant au consommateur de nouvelles options, notamment par le biais des comparateurs, en lui permettant d’exercer un contrôle personnel sur la façon dont il gère sa propre santé et son bien-être.

Aux États-Unis, quand elles tombent malades, quatre personnes sur cinq admettent  consulter internet avant leur médecin, qui pourtant le leur déconseille. Dans le monde 7 % des gens ont déjà utilisé la télémédecine et 44 % seraient prêts à le faire (Statista : part des personnes ayant utilisé la télémédecine dans le monde). En France, où elles sont désormais remboursées par la Sécurité sociale, les téléconsultations décollent progressivement et l’intelligence artificielle viendra bientôt faire une partie du travail du médecin.

Inévitablement, à la télémédecine répondra demain la télépharmacie.

LA TÉLÉPHARMACIE, UNE OPPORTUNITÉ, PAS UNE MENACE

Avec les autres acteurs de la santé, appuyés comme eux sur leur bonne image auprès du public, les pharmaciens devront repenser leur rôle en considérant l’arrivée d’internet comme une opportunité et non comme une menace, comme ils ont su s’adapter à la carte vitale et à la télétransmission des feuilles de soins.

Chacun le sait, aux États-Unis, Amazon a commencé, en 1995, par vendre des livres, produit lui aussi présumé « pas comme les autres », avant de devenir le géant mondial de l’e-commerce. Après une première phase ou bon nombre de librairies se sont retrouvées en difficulté, le secteur de la librairie indépendante est aujourd’hui en croissance.

Mais le libraire a changé, il est devenu un entrepreneur, il multiplie les rencontres, les séances de dédicaces et les conférences pour fidéliser sa clientèle, utilise les réseaux sociaux pour informer les habitants du quartier. Amazon vend des best-sellers, le libraire vend des livres plus rares et plus chers et surtout il veille à les connaître parfaitement pour donner des conseils personnalisés, qui constituent sa véritable valeur ajoutée.

LA PÉTITION DES MARCHANDS DE CHANDELLES

Au milieu du XIXe siècle Frédéric Bastiat imaginait plaisamment une pétition de fabricants de chandelles réclamant une loi pour obliger les gens à fermer leurs volets dans la journée afin d’augmenter leurs ventes limitées à la nuit.

Nul doute que, si on avait pu les consulter par internet ils auraient, eux aussi, dénoncé à 98,9 % la concurrence déloyale du Soleil.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • A la campane on a pas la pharmacie en bas de chez soi.. acheter sur le net est deja possible , a condition que la vente soit faite par une pharmacie physique.. on voit bien là toute l’hypocrisie de la chose..
    Les pharmaciens autrefois fabriquaient leurs médicaments aujourd’hui ils vendent des boites.. le médecin prescripteur est le seul responsable pénal.. la vente par internet est donc légitime , tout le reste est une histoire de gros sous et de rentes de situation..
    La France est un pays corporatiste, il est temps que çà change!

  • Pour une profession dont le système économique repose sur une répartition demo-géographique des implantations, on serait étonné d’obtenir des résultats différents à ce type de sondage.
    Les autres professions dites « libérales » nous montrent encore aujourd’hui qu’elles sont capables de se mobiliser pour bien moins que cela.

    Le problème est de savoir comment sortir de ce système économique sans trop de casses individuelles, pour des professionnels qui après des études de 3ème cycle ne sont pas prêts à accepter de jouer un rôle actif dans la demande pourtant pressante, par les consommateurs et les élus locaux, pour les services de proximité les plus basiques.

  • on doit TOUT remettre sur la table..
    jusque au principe de disposer d’un titre quelconque pour vendre des médicaments..

    on peut se demander légitimement quel est le travail qualitatif fourni par un pharmacien quand il vous donne des médicaments dont la liste est indiquée par le médecin..et je le demande en toute naïveté.
    je conçois que ce soit un métier à responsabilité..mais je conçois aussi que le VRAI risque est la contrefaçon des produits..

    de plus en plus le temps passé dans une officine semble un travail de liaison avec les assureurs…

    si les pharmaciens n’insistent pas sur ce qu’ils apportent les gens ne comprendront pas..

  • Pauvre pharmacien qui lui aussi est sous le joug de l’état.
    Sa mission principale est maintenant de nous fourguer coute que coute des génériques fabriqués en Inde, Chine, Vietnam avec un niveau de contrôle très passable…

    • mais c’est vrai que sont travail est de plus en plus devenu celui d’un épicier…

      • Un rouage dans une administration monopolistique bien plus qu’un épicier…

        • Oui aux médicament vendus par internet . Mais attention j’ai déjà eu l’expérience d’un médoc prescrit par un médecin incompatible avec un traitement en court, le pharmacien s’en est aperçu et m’a évité de sérieux problèmes . Tant qu’il s’agit de médocs sans ordonnance, ok, pour les autres, un minimum de précautions doivent respectées et je ne sais pas si c’est aussi simple que souhaitable, le retour d’expérience de ceux qui ont déjà mis en place la vente internet pourrait sans doute éclairer les indécis, comme moi pour une fois .

  • Vous êtes libres d’acheter vos médocs où bon vous semble, mais comme les produits remboursés sont à tarif réglementés, les pharmaciens compensent avec les autres, jusqu’au jour où il n’y aura plus de pharmacies. Tous les ans des quantités de pharmacies mettent la clef sous la porte, vous pourrez toujours acheter vos médicaments au Leclerc ou à Carrefour entre un paquet de pâtes et une pizza.

  • Toutes les professions évoluent.
    Parapharmacie = épicerie spécialisée en bien être en concurence , le meilleur l’emporte.le Pharmacien pourrait se spécialiser dans la recherche d’incompatibilités médicamenteuses et mettre en garde ( il suffit de lire les notices des laboratoires). En zones rurales le service est un atout , le pharmacien pourrait se faire transmettre directement l’ordonance du médecin,avec l’accord du patient, préparer la prescription voir livrer les médicaments pour les personnes seules ou peu mobiles.Petits boulots supplémentaires pour l’aide à la personne .
    Avec la carte vitale ils sont le lien avec l’assurance maladie et les mutuelles .donc un maillon de la chaine. Il y a les pharmacies de ville et les autres petites en zone rurales qui doivent être défendues.

  • N’oublions pas que :
    – les pharmacies disparaissent peu à peu,
    – les pharmaciens ne sont plus des notables aisés,
    – les fonds de commerce de pharmacie ne valent plus grand chose,
    – les centres de nos bourgades et villes moyennes deviennent déserts.
    – les prix des médicaments en France sont fort modestes face à ceux pratiqués à l’étranger.

    In fine, est-ce un progrès la vente des médicaments sur Internet ? Pas sûr.

    La plupart des librairies ont disparu pour le profit d’Amazon (que j’utilise puisque je n’ai plus de librairie à proximité) ; est un bien ? Pas sûr.

    • les prix des médicaments existent ils??
      je constate aussi une difficulté à trouver des médicaments..à un tarif réglementé..

      est ce un bien? pas si sur.. si vous voulez…est un mal? pas si sur…

      les gens ont besoin de médicaments… ok…
      on va le redemander quelle est la valeur ajoutée du pharmacien…

      meme question pour le libraire…

    • Avez-vous lu l’article ?… à vous lire, je n’en ai pas l’impression.

    • « est un bien ? Pas sûr. »

      Si Amazon n’était pas un très net progrès sur les librairies il n’aurait pas autant de succès.
      Les librairies mouraient déjà avant en partie à cause de la révolution numérique, mais aussi d’une offre totalement obsolète : pas de stock, difficultés d’accès, délais conséquents, prix des livres, etc. etc…
      C’est aussi en bonne partie la faute de l’état ; taxes sur les locaux, sur les salaires, sur l’air et les oiseaux, URSSAF, législation, prix fixe des livres, etc. etc.
      Mon dernier achat en librairie remonte à 2005 je crois: voiture essence parking, commande ! 10 jours de délais puis encore voiture essence parking avec une facture de 150 euros pour 5 livres que j’ai fini en une semaine. Depuis Amazon je n’ai jamais autant lu.

  • Le métier de pharmacien a beaucoup évolué. Autrefois, certains préparaient des spécialités eux-mêmes. Autrefois il y avait un diplôme d’herboriste reconnu….
    Les pharmaciens sont devenus des commerçants, des distributeurs de médicaments.
    L’obligation des génériques a ensuite diminué leurs marges, ce qui a conduit le gouvernement à facturer leur « conseil » pour chaque boîte de médicaments (en gros, lire l’ordonnance…).
    Il me semble que cette profession n’en serait pas là si l’Etat n’avait cessé de tout réglementer…
    Histoire déjà connue pour d’autres secteurs.

    • Les génériques augmentent leur marges justement, d’où la tentative de les placer au maximum. Mais sinon ils sont aussi contraint que des buralistes. Ils devraient peut être faire un recentrage sur leur coeur de métier et vendre de l’herbe. Le seul vrai intérêt du pharmacien c’est qu’il contrôle des substances dangereuses/drogues et que je vois mal le pingouin du supermarché les gérer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

sncf
0
Sauvegarder cet article

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

Le 9 mars dernier, la commission des Finances a rendu un rapport au vitriol sur la SNCF. Les deux auteurs font le constat que le modèle du groupe ferroviaire doit se réformer en profondeur car il ne pourra pas éternellement compter sur le soutien public pour éponger ses dettes. Ils saluent la libéralisation du rail, génératrice d’un cercle financier vertueux pour l’ensemble du secteur ferroviaire. Enfin, ils dénoncent le poids financier de plus en plus important de l’opérateur historiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles