19 000 amendements : la France insoumise méprise les institutions !

La France Insoumise by Jeanne Menjoulet(CC BY-ND 2.0) — Jeanne Menjoulet, CC-BY

L’objectif de la France insoumise est de paralyser le travail parlementaire, pour pousser le gouvernement, de guerre lasse, à utiliser le 49.3 et ensuite crier à la dictature.

Par Marc André.

Le projet de loi sur les retraites qui nous a valu de redécouvrir les joies de longues semaines de marche en plein hiver est arrivé en première lecture à l’Assemblée. Enfin, si « première lecture » est le terme législatif consacré, force est de constater que tout le monde, dans les travées, ne comprend pas le verbe lire de la même façon.

19 000 amendements… et moi, et moi, et moi

Les députés de la France Insoumise ont déposé, à eux seuls (ils sont 17 sur 577), 19 000 des 22000 amendements que compte le texte. Si cette méthode d’obstruction est aussi vieille que la démocratie représentative, LFI vient de franchir une étape décisive dans l’industrialisation de la bêtise parlementaire.

Cette tactique présente l’inconvénient notable de mettre la lumière sur tout ce que le parlementarisme a de plus détestable. Il ne s’agit pas, en l’occurrence, d’améliorer un texte gouvernemental, ni pour LFI, de proposer une alternative à un projet qu’il combat depuis l’origine. Non ! L’objectif est de paralyser le travail parlementaire, pour pousser le gouvernement, de guerre lasse, à utiliser le 49.3 et ensuite crier à la dictature.

La ficelle est encore plus grosse que le patrimoine de Jean-Luc Melenchon et ne portera guère au-delà des bolcheviks traditionalistes qui le suivraient jusqu’à Caracas. Il est intéressant de voir comment les thuriféraires d’une Nouvelle République centrée principalement sur le renforcement des pouvoirs du Parlement se tirent, ce faisant, une balle dans les deux pieds.

En déposant un nombre aussi considérable d’amendements identiques et en multipliant ceux qui visent à supprimer, les uns après les autres, les alinéas de chaque article du projet de loi, les Insoumis démontrent, par l’absurde, que le Palais Bourbon ne sert rigoureusement à rien et qu’ils prennent leur rôle de représentants du peuple par-dessus la jambe.

Ils prouvent aussi, à qui en doutait encore, que leur mandat n’est pas de trouver une solution à un problème bien réel, mais surtout de refuser toute évolution. Il n’y a jamais de pires conservateurs que les progressistes autoproclamés !

La France Insoumise et le vide de la pensée

Il eût pourtant été plus utile, et conforme au souhait de leurs électeurs, que Le Phare de la Pensée de Marseille et ses camarades proposent un projet qui reflète leurs opinions en la matière. Nous aurions ainsi pu juger de leur sérieux et non de leur désinvolture. Cependant, devant une telle vacuité, nous ne pouvons que déplorer qu’ils aient renoncé à penser, pour sombrer dans le ridicule le plus consommé.

Mépriser le Parlement en jouant l’obstruction n’est pas plus une méthode pour se faire entendre en démocratie, que celle qui consiste à prendre en otage les usagers des transports publics ou d’intimider, voire de molester, celles et ceux qui refusent de faire grève. Elle est pourtant plus facile et nécessite pour sa mise en œuvre, la mobilisation d’un nombre relativement restreint de neurones.

Ce détournement de procédure jette une lumière crue sur l’incapacité des représentants du mouvement La France Insoumise à incarner une quelconque alternative à la marche des choses, qu’ils désapprouvent pourtant bruyamment et même parfois violemment. Ils se montrent incapables d’exposer la moindre idée, de manière conforme à une démocratie, dont ils se prétendent pourtant les chantres.

Cette attitude est d’autant plus regrettable que l’on était en droit d’attendre des représentants des « humbles et des sans-grade » une contribution utile à un débat imposé « par une technostructure qui n’a qu’une approche comptable de la question des retraites » selon leur credo chaviste.

Au lieu de quoi déposer 19 000 amendements revient à priver le pays de tout débat, en se focalisant sur… le nombre et non la qualité des propositions. Amusant non ?

En des temps où la démocratie se trouve fragilisée par les bouleversements considérables que la mondialisation impose à notre mode de vie, au moment où nombre de nos concitoyens désespère de leurs élites — dont font partie les députés de La France Insoumise (même s’ils s’en défendent) — il est idiot et contre-productif de renoncer à un pouvoir de proposition, pour se contenter de crier et de se lamenter.

Le pire dans tout cela c’est que même venant de ces travées extrémistes de l’hémicycle, on n’est jamais à l’abri de voir surgir une bonne idée. Il est juste navrant de voir des clowns ne pas même tenter de l’avoir.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.