19 000 amendements : la France insoumise méprise les institutions !

L’objectif de la France insoumise est de paralyser le travail parlementaire, pour pousser le gouvernement, de guerre lasse, à utiliser le 49.3 et ensuite crier à la dictature.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La France Insoumise by Jeanne Menjoulet(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

19 000 amendements : la France insoumise méprise les institutions !

Publié le 9 février 2020
- A +

Par Marc André.

Le projet de loi sur les retraites qui nous a valu de redécouvrir les joies de longues semaines de marche en plein hiver est arrivé en première lecture à l’Assemblée. Enfin, si « première lecture » est le terme législatif consacré, force est de constater que tout le monde, dans les travées, ne comprend pas le verbe lire de la même façon.

19 000 amendements… et moi, et moi, et moi

Les députés de la France Insoumise ont déposé, à eux seuls (ils sont 17 sur 577), 19 000 des 22000 amendements que compte le texte. Si cette méthode d’obstruction est aussi vieille que la démocratie représentative, LFI vient de franchir une étape décisive dans l’industrialisation de la bêtise parlementaire.

Cette tactique présente l’inconvénient notable de mettre la lumière sur tout ce que le parlementarisme a de plus détestable. Il ne s’agit pas, en l’occurrence, d’améliorer un texte gouvernemental, ni pour LFI, de proposer une alternative à un projet qu’il combat depuis l’origine. Non ! L’objectif est de paralyser le travail parlementaire, pour pousser le gouvernement, de guerre lasse, à utiliser le 49.3 et ensuite crier à la dictature.

La ficelle est encore plus grosse que le patrimoine de Jean-Luc Melenchon et ne portera guère au-delà des bolcheviks traditionalistes qui le suivraient jusqu’à Caracas. Il est intéressant de voir comment les thuriféraires d’une Nouvelle République centrée principalement sur le renforcement des pouvoirs du Parlement se tirent, ce faisant, une balle dans les deux pieds.

En déposant un nombre aussi considérable d’amendements identiques et en multipliant ceux qui visent à supprimer, les uns après les autres, les alinéas de chaque article du projet de loi, les Insoumis démontrent, par l’absurde, que le Palais Bourbon ne sert rigoureusement à rien et qu’ils prennent leur rôle de représentants du peuple par-dessus la jambe.

Ils prouvent aussi, à qui en doutait encore, que leur mandat n’est pas de trouver une solution à un problème bien réel, mais surtout de refuser toute évolution. Il n’y a jamais de pires conservateurs que les progressistes autoproclamés !

La France Insoumise et le vide de la pensée

Il eût pourtant été plus utile, et conforme au souhait de leurs électeurs, que Le Phare de la Pensée de Marseille et ses camarades proposent un projet qui reflète leurs opinions en la matière. Nous aurions ainsi pu juger de leur sérieux et non de leur désinvolture. Cependant, devant une telle vacuité, nous ne pouvons que déplorer qu’ils aient renoncé à penser, pour sombrer dans le ridicule le plus consommé.

Mépriser le Parlement en jouant l’obstruction n’est pas plus une méthode pour se faire entendre en démocratie, que celle qui consiste à prendre en otage les usagers des transports publics ou d’intimider, voire de molester, celles et ceux qui refusent de faire grève. Elle est pourtant plus facile et nécessite pour sa mise en œuvre, la mobilisation d’un nombre relativement restreint de neurones.

Ce détournement de procédure jette une lumière crue sur l’incapacité des représentants du mouvement La France Insoumise à incarner une quelconque alternative à la marche des choses, qu’ils désapprouvent pourtant bruyamment et même parfois violemment. Ils se montrent incapables d’exposer la moindre idée, de manière conforme à une démocratie, dont ils se prétendent pourtant les chantres.

Cette attitude est d’autant plus regrettable que l’on était en droit d’attendre des représentants des « humbles et des sans-grade » une contribution utile à un débat imposé « par une technostructure qui n’a qu’une approche comptable de la question des retraites » selon leur credo chaviste.

Au lieu de quoi déposer 19 000 amendements revient à priver le pays de tout débat, en se focalisant sur… le nombre et non la qualité des propositions. Amusant non ?

En des temps où la démocratie se trouve fragilisée par les bouleversements considérables que la mondialisation impose à notre mode de vie, au moment où nombre de nos concitoyens désespère de leurs élites — dont font partie les députés de La France Insoumise (même s’ils s’en défendent) — il est idiot et contre-productif de renoncer à un pouvoir de proposition, pour se contenter de crier et de se lamenter.

Le pire dans tout cela c’est que même venant de ces travées extrémistes de l’hémicycle, on n’est jamais à l’abri de voir surgir une bonne idée. Il est juste navrant de voir des clowns ne pas même tenter de l’avoir.

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Le business de la confrérie de la contestation LFI consiste a faire le plus de boucan possible , d’arriver dans la presse, de pouvoir etre sur les plateaux de BFM.. c’est tout et ce sera suffisant pour etre réélus… voila leur business plan

    Alors la reforme des retraites , c’est pain béni pour le parasitisme aigu qui se saisit de l’assemblée nationale.. Personne n’est pour aucune reforme puisque les sondages disent qu’il faut etre contre (je ne sais pas qui paye ces sondages)..

    LFI , ne représentent qu’eux meme et la contestation de gauche élevée dans le « chavisme « revendicateur et le zadisme qui singe la lutte pour les terres en Amérique du sud..
    comme quoi le ridicule ne tue plus personne..

  • Bien sûr, bien sûr, ce n’est pas bien! Mais combien de députés reconvertis en Lrem ont eu ces pratiques dans le passé?

  • des cro-magnons qui marchent avec des œillères , voila ce qu’est la France insoumise ; et ça veut refaire le monde …..en pire pour les autres bien sur….

  • LFI a de qui tenir. Macron et son parti méprisent également les institutions et la démocratie. On est socialiste ou on ne l’est pas.

    • Juste une question… En quoi, «Macron et son parti méprisent les institutions et la démocratie» ?
      … Et qui n’aurait pas été pratiqué, de la même façon, par les prédécesseurs. Sachant que la démocratie n’est pas nécessairement de la Résistance aux changements !

      • Séparation des pouvoirs, liberté d’expression, police politique…
        M. Asselineau a répertorié toutes les violations de la Constitution opérées par M. Macron.
        Mais il est exact que ses prédécesseurs avaient bien commencé. Ce qui fait que la grenouille ne sent pas forcément l’eau chauffer…

  • Comme quoi ce sont de gros bosseurs quand ils veulent

  • Bon ce n’est pas comme si gens avaient de l’importance et un intérêt pour améliorer le genre humain

  • Cet article pose le problème de fond du fonctionnement de la Démocratie parlementaire en France. Pourrions-nous nous permettre de supprimer la fonction Présidentielle telle que « définie » aujourd’hui et/ou adopter la proportionnelle? Rien n’est moins sûr.

    • la proportionnelle ferait exploser la constitution de 58
      qui est basée sur le scrutin uninominal a 2 tours
      a la proportionnelle le RN devance tout le monde..
      aux deux tour il se voit éliminé.. pour l’instant

      • Je suis bien d’accord. Sauf qu’il y a une pression de plus en plus forte « antiprésidentialiste » et « proproportionnelle ». Et comme toujours on confond le fond et la forme ou autrement dit E.Macron et la Fonction, la composition de l’Assemblée et sa Fonction. Aujourd’hui il y a une pression anti p

      • En fait, il faudrait qu’un tiers (max) de l’Assemblée soit élue à la proportionnelle pour une demi mandature leur poste remis en jeu à mis mandat présidentiel.
        Mais aussi limiter le nombre de mandat possible pour un citoyen ex. 4 mandats, au total, possibles dans une vie pour ville de plus de 25.000 habitants, ou département, ou région, ou national, ou européen. La fin des politiciens de métier, quoi ! Et également instituer une limite d’âge pour se présenter (avoir moins de 64 ans -âge pivot- à la fin de la mandature convoitée).

      • Le scrutin à deux tours est la porte ouverte à toutes les magouilles et toutes les stratégies où l’électeur se retrouve perdant. Plutôt que la proportionnelle, pourquoi n’a-t-on pas plus de promoteurs de l’uninominal à un seul tour ? L’électeur y est bien plus incité à bien réfléchir à son choix, l’élu y mesure bien mieux l’étendue réelle du soutien dont il bénéficie, et les gouvernements qui sont obligés de trouver du soutien chez d’autres que leurs godillots y sont incités à une saine modestie et à une retenue non moins salutaire.

        • Sauf que les candidats et les campagnes changent du fait de la connaissance du mode de scrutin, il est donc bien difficile d’appliquer les pourcentages observés avec un mode à un autre mode.

          • Ce n’était pas le but de cette comparaison qui visait à montrer les différences propres au mode de scrutin pour un même score aux élections. Maintenant est-ce que les changements que vous soulevez sont de nature à influencer plus que le mode de scrutin surtout dans un régime présidentiel comme le nôtre.

    • C’est un retour à la troisième et 4ème république avec des gouvernement qui tiennent quelques mois voire une seule journée avant de tomber. et pour pour éviter cette instabilité que la 5ème a été bâtie sur le scrutin majoritaire à 2 tours. Mais, oui, pourquoi pas une partie (30%) à la proportionnelle ce serait assez juste que des partis représentant plus de 5% des inscrits soient présent à l’Assemblée (et je dis bien des inscrits et pas des votes valides).

  • Lors du projet de fusion GDF-Suez en 2006, le PS et surtout les communistes ont fait la même obstruction parlementaire avec des dizaines de milliers d’amendements (on se souvient de Debré masqué par des piles d’amendements sur le perchoir).

    Mise à part ces obstructions manifestes on constate une progression annuelle des amendements et des ordonnances, par exemple 1000 amendements au début de la 5ème contre 20000 aujourd’hui. C’est le témoin d’un dysfonctionnement entre l’exécutif et le législatif. Notre formule institutionnelle fonctionne mal aujourd’hui : il y a de moins en moins d’efficacité !

  • Un grand grand grand merci pour cet article si plein de vérités. Une parfaite analyse de LFI.

  • Si la méthode est critiquable au moins elle gêne l’exécutif et sa réforme devenant de jour en jour réformette. Or si le 49-3 fini par être utilisé, sans certitude en plus du résultat au vu des désistements dans les rangs LREM, la réformette ne sera peut-être pas pérenne tant elle sera bancale. La magouille de l’âge pivot, ayant retardé un simili accord, aura tout fragilisé. A trop vouloir faire, on obtient peu. Il faudra probablement une autre réforme dès que LREM ne sera plus au pouvoir.
    Dommage tout ce charivari pour s’entendre interpellé: « je vous dis le mot de Cambronne » par ce pédant
    énervé de perdre.

    • La réforme n’était déjà pas pérenne. En plus d’être injuste contrairement à ce qu’affirment les chantres de la « justice sociale ».

    • Plutôt qu’un âge pivot, ne vaudrait-il pas mieux comptabiliser les mois (voire les semaines) de cotisation (au lieu des trimestres qui pénalisent les boulots en pointillés) et d’intégrer la pénibilité dans cette comptabilisation en intégrant à partir de 40 ans un coefficient en fonction de l’activité dans le métier (avant 40 ans, on peut faire tous les boulots)… Et pour les danseurs, en particulier, leur faciliter une mutation vers l’enseignement par exemple, comme les anciens militaires avaient la possibilité d’«emplois réservés».
      De mon «cocotier» je fais des « tout droit »s mais nos politiciens devraient nous pondre des choses plus intelligentes ??? C’est en principe ce pourquoi ils sont élus !

      • +1000
        Mais les politiciens croient, eux, qu’ils sont élus pour trouver des moyens de repousser l’âge de leur mise sur la touche.

      • « et d’intégrer la pénibilité dans cette comptabilisation en intégrant à partir de 40 ans un coefficient en fonction de l’activité »

        Comptabiliser à la semaine est une bonne idée mais pas le coefficient décidé par un bureaucrate qui va se baser sur une notion subjective, la « pénibilité » qui peut être extrêmement variable selon les personnes et la particularité d’un poste dans un métier.

  • Tout cela, et les commentateurs le disent, est le résultat du fait que les brailleurs ont pris le pas sur les penseurs. Depuis Hollande, nous n’avons plus que des bras cassés et des mous au gouvernement.
    Le tout évidemment largement dû aussi aux journaleux, qui sont aussi de la caste des bras cassés.

    • Depuis Hollande? J’aurai plutôt dis Pompidou, parce que Sarko s’est assis sur un référendum, Chichi était un rad.soc, il n’y avait rien à en attendre et on n’a pas été déçu et je ne parle même pas de tonton le vichyssois dit la mite et tout aussi nuisible

  • Une réussite pour LFI ? Non ! Simplement de l’obstruction parlementaire… qui risque aussi simplement de se terminer par un très joli 49-3 donc un frein à toute discussion intelligente (et sûrement nécessaire) !
    Tout cela, pour qu’un MéchantCon puisse se faire mousser… Un représentant de ¿la Gauche? qui palpe chaque mois ce que gagne durement en 2 ou 3 ans ceux qu’il est censé représenter !

    • Vous êtes un penseur. Ceux qui votent LFI ne connaîtront pas l’existence des 19000 amendements, et donc lorsque MechantCon and Co brailleront contre le 49-3, leur électorat et plus brailleront avec eux. Oui ce sera une réussite pour LFI qui n’a que faire d’améliorer le sort de son électorat (qu’il perdrait).

  • « Celles et ceux »

    Le démonstratif « ceux » étant neutre dans la phrase, il englobe de manière implicite le féminin et il est superflu de le faire précéder par « celles ».

    Si les auteurs cessaient d’employer cet affreux tic de langage post-moderne (ou est-ce un TOC idéologique ?), ils éviteraient de déprécier le reste de leur prose.

  • il faut dire que critiquer est aisé…
    l’opposition a toujours été dans une situation confortable en temps de crise..

  • Effectivement le battage médiatique dont « jouissent » Mélenchon et ses séides est proportionnel au tintamarre sans queue ni tête qu’ils propagent

  • On dit que cela s’appelle…de la Démocratie.

  • Beaucoup de bruit pour pas grand chose étant donné que le Parlement ne sert à rien. Depuis l’alignement des élections législatives sur la présidentielle, le pouvoir tout entier est définitivement passé à l’Elysée. L’exécutif (sans doute le mot le plus employé par les journalistes « politiques » …) l’admet lui même, le rôle d’un parlementaire est de faire la pédagogie des géniales réformes présidentielles dans sa cambrousse.

  • Ignorant du fonctionnement de l’Assemblée nationale, je n’arrive pas comprendre comment on peut arriver, sur le plan pratique à déposer 19 000 amendements. D’autant qu’il faut bien rédiger chaque amendement et qu’il ne sont que 17.S’ils se partagent la tâche , chaque député doit rédiger plus de 1000 amendements .

    • Je m’étonne surtout que les députés en question ne soient pas interviewés à la télé pour expliquer certains de leurs amendements, choisis par le journaliste, pour bien en faire comprendre à l’électeur la nécessité.

    • Ils ont fait du copier coller en changeant un mot ou une ponctuation. Avec un script ça se fait en 5 minutes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

Décembre 2019. Vous vous souvenez ? On ne parlait pas encore de Covid-19 et encore moins d’inflation, de prix de l’énergie et de guerre en Ukraine, mais le pays était déjà au bord de la crise de nerfs, encore une fois dans la rue, encore une fois dans le rapport de force syndical, les blocages, les TGV à l’arrêt et les vitrines cassées, pour s’opposer de toutes ses forces à la retraite universelle à points annoncée par Emmanuel Macron dans son premier programme électoral.

 

Ah, la France et son précieux modèle social !

Du d... Poursuivre la lecture

L’article 49, alinéa 3, de la Constitution française (dit 49-3) prévoit que lors du vote d’un projet ou d’une proposition de loi, le Premier ministre peut décider d’engager la responsabilité du gouvernement.

Dans ce cas, le projet de loi est alors adopté sauf si une motion de censure est déposée par au moins un dixième des députés. En cas de rejet de la motion, le projet est considéré comme adopté ; dans l’hypothèse inverse, le texte est rejeté et le gouvernement renversé.

 

La fin du régime des partis et la parlementar... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles