Mélenchon, grand défenseur des travailleurs, n’a jamais eu de vrai boulot

Le grand défenseur des travailleurs Jean-Luc Mélenchon, qui n’a de cesse de donner des leçons à tout le monde, n’a lui-même travaillé, hors politique, que quatre petites années — et encore, en prenant large.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mélenchon, grand défenseur des travailleurs, n’a jamais eu de vrai boulot

Publié le 12 septembre 2017
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption.

C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.

Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il entre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste qui est alors à son apogée.

La politique à plein temps

Désormais connu sous le pseudonyme de Santerre, et encore officiellement étudiant, Jean-Luc Mélenchon se consacre à plein temps à ses activités politiques.

C’est en 1974, avec la naissance de sa fille alors qu’il n’a que 22 ans, que la réalité va le rattraper. Il a désormais charge de famille et le job de surveillante de son épouse ne suffit plus : il va désormais devoir gagner sa vie. Au premier trimestre, il est correcteur pour l’imprimerie Néo-Typo puis, dans la foulée, travaille quelques mois dans l’usine de l’horloger Maty. C’est-à-dire que, sans qu’on ait de dates plus précises, l’intégralité de l’expérience ouvrière de Jean-Luc Mélenchon tient dans une année. Il revendiquera plus tard avoir également travaillé dans une station-service « à la sortie de la ville » sans qu’on en sache plus à ce propos.

Toujours est-il qu’à partir du premier trimestre 1975, Jean-Luc Mélenchon décroche un poste de pion au lycée technique de Mouchard. Il est embauché en tant que surveillant mais c’est à cette occasion — sans doute grâce à son diplôme de philosophie — qu’il sera amené à donner quelques cours de français à une classe de 23 élèves en qualité de professeur auxiliaire. Voilà pour le passé de professeur de français de M. Mélenchon : ça n’a duré que le temps d’un remplacement d’un an — l’année scolaire 1975-76 — et ça n’a concerné qu’une seule classe.

Le passage au Parti socialiste

C’est durant l’été 1976 qu’il déménage pour Montaigu, un petit village à côté de Lons-le-Saunier. Fraîchement radié de l’OCI, Jean-Luc Mélenchon décide de rejoindre les « sociaux-traîtres » et s’encarte au Parti Socialiste où il reprend ses activités de militantisme politique. Las, son contrat de surveillant n’étant pas renouvelé, il doit à nouveau chercher du travail. En octobre 1976, il se fait embaucher comme pigiste aux Dépêches du Jura ou il officiera sous le pseudonyme de Jean-Louis Mula (JLM).

La liste de l’Union des gauches remporte les municipales de Lons-le-Saunier en mars 1977 mais le PCF y est majoritaire. Afin de préparer les législatives de 1978 et de contrer l’influence communiste, Jean-Luc Mélenchon convainc la toute petite fédération PS du Jura de lancer son propre journal — La Tribune du Jura — dont il devient directeur, journaliste (Jean-Louis Mula) et même dessinateur (Moz). Le premier numéro sort en novembre 1977, le sixième et dernier parait en avril 1978 : il a donc dirigé une feuille de chou politique pendant 5 mois.

Dessinateur dans un journal catho

Mais le mois suivant, en mai 1978, on retrouve Moz dans un canard local lequel se trouve être — de façon assez amusante — un hebdomadaire catholique (La Croix jurassienne). Jean-Luc Mélenchon y publiera quelques strips en trois cases, les actualités indiennes, avant de briguer un poste vacant à la rédaction. Las, sa candidature ne sera finalement pas retenue pour des motifs de divergence idéologique et notre futur tribun se retrouve encore une fois sans ressource.

C’est à ce moment, fin 1978, qu’il se fait embaucher par Claude Germon, le maire de Massy, qui en fait son directeur de cabinet et le lance en politique. Se remémorant cette époque, ledit Germon qui aura, il est vrai, quelques raisons de regretter son choix, a une réflexion quelque peu lapidaire :

Très vite je me suis rendu compte que c’est un garçon qui n’a jamais eu de métier.

Quoiqu’il en soit, la carrière politique de Jean-Luc Mélenchon, elle, est désormais bien lancée.

Donneur de leçons impénitent

C’est-à-dire que le grand défenseur des travailleurs qui n’a de cesse de donner des leçons à tout le monde n’a lui-même travaillé, hors politique, que quatre petites années — et encore, en prenant large. Il n’a été ouvrier qu’un an tout au plus, ses galons de professeur de français — voire de professeur de littérature — sont très largement usurpés et son glorieux passé de journaliste se résume à quelques piges ou mauvais dessins dans des publications parfaitement confidentielles. Jean-Luc Mélenchon est un pur politicien qui n’a pour ainsi dire jamais rien fait d’autre ; c’est un beau parleur qui, pour reprendre les termes de Claude Germon, ne sait rien faire d’autre.


Cet article a été publié une première fois le 23 juin 2017

Sur le web

Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)
  • C’est trop bien un tribun. Quand je serais grand, je serais comme lui.

  • ma foi , il a choisi le chemin qui lui assure d’avoir la gamelle toujours pleine ; c’ est un grand orateur et lui au moins il me fait bien rigoler ; il y en a combien de politiques qui n’ont jamais bossé de leur vie et qui sont tristes comme des jours sans pains …..

    • Oui, il rempli plutôt très bien son rôle. c’est sûre que si on avait eu du Fillon-Mélenchon plutôt que du Macron-le Pen, le débat de l’entre 2 tour aurait été nettement plus intéressant et pimenté ?

  • C’est quoi un vrai boulot , de la sueur et du sang ?
    Non , c’est avoir un Rolex à 50 ans..et il a réussi à en avoir une à chaque doigt !

    • Tu penses qu’il est classé comme handicapé ? Avec une Rolex à chaque doigt ça ne doit pas être facile de bosser…
      En tout cas il n’en a pas autour de la langue (Dommage) !

  • mais melenchon il sait…quand il insulte c’est réfléchi, quand vous l’attaquez c’est infâme. Les orateurs ont un problème si vous les écoutez sans vous laisser porter par le rythme et l’émotion, vous constatez que le discours ne fait pas grand sens.

  • Le Tartuffe de Molière c’ est lui.

  • Monsieur Mélenchon défend les travailleurs,heureusement qu’il est là,comment « gagneriez »-vous votre vie s’il n y avait plus de travailleurs?

    • Ah, ah. Drôle le monsieur! Il y a combien de rentiers en France? Pour devenir riche il faut bosser, et bien plus que les 35 heures maxi des travailleurs français!

    • Les travailleurs n’ont pas a être plus défendus que les autres.
      Seule la liberté doit être défendue. Le reste en découlera.

  • Mélenchon a réussi sa vie, il a un beau patrimoine au frais du contribuable et surtout a « glandé » toutes ces années. Elle est pas belle la vie d’un homme de gôôôôôôche!

    • C’est le « métier de Politicien » qu’il faut éradiquer, il n’y a pas qu’à Gauche qu’ON vit aux frais (aux détriments) du contribuable ! 80% des élus sont soient fonctionnaires soient juristes et n’ont pratiqué leur boulot que quelques mois ou jamais.
      Il faut absolument limiter à deux mandats régionaux et nationaux ou européens ainsi que celui de maire de villes de plus 60 milles habitants ; 10 ans maximum de service aux frais de la princesse. Ajouter également une limite d’âge pour se présenter : âge légal de la retraite moins durée de la mandature !

      • Deux mandats maximum par tête tous mandats confondus, ça ça pourrait être une bonne règle !

        Après, limite d’age, je ne vois pas pourquoi. Si le « vieu » est très compétent, autant qu’il soit utile !

  • Une grande gueule, doublée d’un fainéant, qui n’a jamais produit un centime de valeur ajoutée…
    Devrait être inéligible, et se contenter du RSA.

  • C’est surtout les idées qu’il défend qu’il faut combattre. Son parcours n’importe peu.
    S’il avait travailler 40 ans ca ne changerait rien.

    • Besancenot travaille à la Poste (enfin à mon avis il doit avoir tout un tas de mandats de représentation, syndicale et autres… sa fiche wikipedia dit quand-même qu’il est travaille bien à un guichet, je ne sais pas)… je suis d’accord que ce n’est pas pour ça que d’un seul coup il a raison sur toute la ligne.

    • S’il avait travaillé 40 ans, il ne tiendrait évidemment pas le même discours de démagogie populiste.

  • C’est la démonstration que les plus nuls réussissent le mieux en France. C’est l’élu qui touche le maximum d’indemnités ! Sa retraite est bien assurée. Il encore bien plébiscité ! La France en pâtit ! Les industriels la quittent, sauf les industries à dominante étatique !

  • Un manager ou un dirigeant ne sait pas forcément un expert sur toutes les missions de ses collaborateurs, pour autant ils ont une représentation des missions en question et peuvent avoir une politique de valorisation de telle ou telle relativement à une stratégie d’entreprise.
    Il est évident qu’il y a un problème de représentation avec la professionnalisation de la fonction de représentation, et qui est valable pour tous les politiques clientélistes (et globalement la structure actuelle de la représentation fait qu’ils le sont ou le deviennent tous) qui soutiennent leur clientèle sans connaître la réalité de leur travail, du contexte social de celui-ci et de son champs d’interdépendances. En la matière Mélenchon me semble avoir une approche plus réfléchie que beaucoup d’autres… ce qui ne veut pas dire qu’il a raison pour autant.
    1) Mélenchon est légitime dans l’expression de ses idées… dès lors qu’on considère la liberté d’expression. Ce qui pose problème à ce niveau c’est qu’il bénéficie d’une licence spécifique pour accéder à des moyens d’expression de masse qui sont au main d’une industrie qui bénéficie elle-même de licences qui ne sont pas légitimes économiquement. A ce niveau nous avons vu que ce n’était pas le candidat aux élections qui bénéficiait le plus de ce biais, et il a eu beaucoup recours à des outils moins biaisés économiquement (Youtube, réseaux sociaux…).
    2) L’approche essentialiste pour légitimer la validité des discours et toute approche critique (c’est à dire l’exercice de la Raison) n’a jamais produit qu’une légitimation de l’argument d’autorité qui ne produit pas particulièrement de signification.
    Ce à quoi peut servir éventuellement cette approche, c’est à déjouer à moindre frais un argument d’autorité : si Mélenchon dit « moi en tant que travailleur, je sais que j’ai raison » alors on peut lui rétorquer facilement que son argument d’autorité n’est même pas utilisable, ne nécessitant même pas le rappel de l’invalidité de tout argument d’autorité.

    Personne ne doit bénéficier d’un accès préférentiel à des moyens d’exercer massivement sa liberté d’expression qui seraient décorrélés de leur contexte économique (c’est ce qui me semble être le noeud gordien : sans licence pour des entreprises d’une industrie du mass-media pas de professionnel de l’élection, sans professionnel de l’élection pas de licence pour des entreprises d’une industrie du mass media) = OK
    La professionnalisation de la représentation politique déconnecte les représentants de la réalité et les rend incompétent dans leur mission = OK
    Un argument d’autorité est incorrect = OK
    Il faut toujours étudier les discours et les intérêts qu’ils soutiennent = OK

  • Est-ce que l’on demande à un avocat d’avoir exercé le métier de son client pour le défendre ?
    Ce qu’on lui demande, c’est d’être efficace et de gagner la cause du client par sa plaidoirie fournie en arguments et son talent oratoire. c’est sur ces critères que doit être jugé Jean-luc Mélenchon.
    Demande-t-on aux ministres qui viennent d’être nommé, d’avoir exercé eux-mêmes dans le domaine de leur ministère.
    Pourquoi n’être exigeant seulement qu’envers JLM ?
    Bizarre, bizarre…

    • En fait, la comparaison avec l’avocat est très mauvaise car si on partait de ce principe (avoir exercé le métier de son client) alors le président du tribunal aussi, le jury aussi etc…

      Dans un tribunal, ce qui est discuté ce sont les aspects juridiques, légalité des actes ou pas, et non de savoir si la loi est bien ou pas bien adaptée aux activités du client.

      • Et je dirais même plus : Lorsque l’activité a une importance, c’est à dire lorsque l’on traite d’affaires liées au droit du travail, on est au prud’hommes et.. Ah ! Tiens, ce sont justement des gens qui exercent dans la même fonction, les mêmes catégories professionnelles. Très mauvais exemple, donc, celui de la justice, même s’il y a une part de vrai dans l’idée. Simplement, le problème n’est pas de reprocher à Mélenchon de n’avoir jamais travaillé mais plutôt que Mélenchon l’exige de tous et toutes et se pavane comme étant le digne élu du peuple laboureur dont il serait extrait..

        • Les tribunaux de commerce et les prudhommes sont 2 juridictions d’exception dont les magistrats ne sont pas des professionnels, n’ont que très peu de connaissances juridiques, et qui n’appliquent pas la loi, sinon ça se saurait.

        • Ce qui fait des prud’hommes un mélange entre le loto et le café du commerce.

    • Manifestement, vous n’avez pas suivi l’actualité.
      Mélenchon a attaqué Cédric Villani en disant que celui ci ne savait pas ce qu’était un contrat de travail et que Mélenchon allait lui expliquer ce qu’est un contrat de travail. Villani a très bien répondu en disant que directeur de l’IHP, il en a vu des contrats de travail.
      Donc cet article fait suite aux déclarations de Mélenchon. Et vous le savez très bien mais vous faites semblant de pas de le voir.
      C’est comme je ne ferais pas le reproche à Mélenchon de bien gagner sa vie si celui ci n’attaquait pas les riches alors que lui même en est. JLM est dans le 4% des plus gros patrimoines et dans le 1% des plus gros revenus. https://blogs.mediapart.fr/vilmauve/blog/250317/jean-luc-melenchon-le-millionnaire-des-insoumis?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67 Après il attaque le 1 % alors que lui même en fait parti. C’est quand même très hypocrite.
      Mélenchon est un parasite qui depuis des décennies vit avec l’argent des autres et qui passe son temps à dénigrer ceux qui créent les richesses de ce pays. J’ai beaucoup de mal à voir l’utilité de ce type. Mais le pire s’est qu’il est persuadé détenir la vérité. Il est persuadé être supérieur aux autres. Il est persuadé faire parti du camp du bien (alors qu’il passe son temps à soutenir ds régimes dictatoriaux et autoritaires comme cuba, le venezuela ou la Russie)

  • C’est comme ceux qui parlent de la misère sans l’avoir vécue !

  • Adam Smith n’a jamais dirigé d’entreprise…

    • Mais Adam Smith ne s’est pas mis à vouloir diriger la vie des autres, ni à vouloir les taxer à 100%…

      • Certes, mais quand on est né avec une cuillère en argent dans la bouche (comme Adam Smith), c’est facile de prôner le chacun pour soi et Dieu pour tous…

        • Vous n’avez pas compris ce que ce cher Adam explique. Que l’intérêt des uns fait celui de tous. La preuve, notre civilisation industrielle qui enrichissant certains a en même temps enrichi tout le monde. Vous devriez étudier les conditions de vie du petit peuple au XVIII-XIXe siècle et auparavant.

        • Orphelin d’un pere inspecteur des douanes, c’est une bourse d’etude qui lui fit perdre son temps a Oxford… plutot classe moyenne mais grand reconnaisance universitaire de son vivant.

      • Donc en fait ce sont les idées qui doivent être questionnées.

  • M. Mélenchon est une des trop nombreuses caricatures du mal français: la jalousie sociale comme alpha et oméga de la pensée civique et politique.

  • Il défend les travailleurs en en faisant des chômeurs? En ruinant les entreprises on jette leurs employés au chômage!

  • Un carriériste qui vit aux crochets des gens qu’il prétend défendre, mais dont il ruinerait la vie s’il était au pouvoir. Bref le pire hypocrite et tartuffe du monde politique!

  • Que Mélenchon soit un parasite qui n’a jamais travaillé de sa vie je m’en fiche, le problème c’est qu’il y a exactement les mêmes au centre et dans la fausse droite. Lui au moins est antilibéral par conviction, les autres le sont par lâcheté.

  • Cédric Vilani se propose de lui donner des cours particuliers pour lui expliquer ce que c’est que d’avoir un vrai boulot.

  • En plus d’être faux (il a été prof), c’est un très mauvais argument.

    Même si c’était vrai, c’est donc pas bien de défendre les travailleurs ?

    « Grand défenseur du droit des femmes, il n’a jamais été une femme »
    « Grand défenseur de la nature, il n’a jamais été un arbre »
    « Grand défenseur de la sauvegarde des baleines, il ne sait pas nager »

    C’est comme reprocher à un dentiste qui milite pour le bon état des dents de ne jamais avoir eu de carie…
    Ce n’est pas très malin.

    • Encore un insoumis venant troller.
      Mélenchon a attaqué Cédric Villani en disant que celui ci ne savait pas ce qu’était un contrat de travail et qu’il allait lui expliquer ce qu’est un contrat de travail. Villani a très bien répondu en disant que directeur de l’IHP, il en a vu des contrats de travail.
      Donc cet article fait suite aux déclarations de Mélenchon. Et vous le savez très bien mais vous faites semblant de pas de le voir.
      C’est comme je ne ferais pas le reproche à Mélenchon de bien gagner sa vie si celui ci n’attaquait pas les riches alors que lui même en est. JLM est dans le 4% des plus gros patrimoines et dans le 1% des plus gros revenus.
      L’idéologie de Mélenchon est absurde (elle a tjs échoué) et dangereuse (tendance autoritaire et nous mèneras à la ruine) mais le pire chez Mélenchon c’est son caractère. Il a un ego tellement disproportionné. Il est tellement arrogant et condescendant que c’en est insupportable

      • Je ne comprends pas… Cet article parle-t-il de Villani ?
        Mélenchon fait une bêtise en attaquant la personne de Villani… en fait si Villani n’avait jamais fait de contrat de travail je ne crois pas que l’argument de Mélenchon aurait été correct pour autant. Que Mélenchon soit un donneur de leçon, c’est vrai, mais donc un idiot qui donnerait des leçons tout le temps à tout le monde (même des bonnes leçons) on serait obligé de s’incliner ?
        Il a un égo surdimensionné, il est arrogant… et tout ceci vous énerve, je n’y vois rien à redire. Pour autant tous les arguments pour l’attaquer n’en deviennent pas bons. C’est même le contraire : de mauvais arguments ne serviraient qu’à lui donner le beau rôle.

        • Les arguments ne sont pas médiocres, contrairement à ce que vous dites! Ils sont tout à fait valides.

          • @Virgile > Comme je l’ai dit : je ne comprends pas. Si vous répétez « si c’est vrai » je ne comprendrai pas plus.
            Comment des arguments qui démontrent que Mélenchon est quoique ce soit, peuvent servir correctement à démontrer que ce qu’il dit est quoique ce soit ? Pour démontrer que ce qu’il dit est faux, n’est-il pas plus efficace d’utiliser des arguments qui ont pour objet justement ce qu’il dit ?
            Encore une fois je veux bien que Mélenchon soit tout ce qui est dit dans le commentaire de Jacquessvd… disons que ce qui est dit est « vrai », en quoi c’est approprié ? à quel moment peut-on déboucher sur une utilité quelconque pour nous ?
            Enfin je remets en doute l’utilité d’un débat sur la personnalité de Mélenchon parce que je ne côtoie pas cette personne, que je n’ai aucune relation avec (pareil pour Villani d’ailleurs) et que donc la sympathie ou l’antipathie sont totalement accessoires. Après il y a le (dé)plaisir de le voir à la télé peut-être… c’est de ça dont il s’agit en fait ?
            Ou bien, si l’auteur fait un rapprochement entre la personnalité d’une personne, son action et la qualité du contenu de ses discours, et bien je trouve qu’il manque la thèse principale qui serait fort intéressante.
            Apprenez-moi.

    • Ce qui n’est pas malin c’est de s’attaquer à une médaille Fields et n’ayant soi même jamais réellement travaillé et lui disant qu’on va lui expliquer ce qu’est un contrat de travail alors que soi même on a jamais réellement travaillé

    • Pour moi, quand on est un parasite vivant depuis des décennies avec l’argent des autres, on évite de donner des lecons de morale aux autres.
      Votre argument est faux. Ce que l’on reproche à Mélenchon ce n’est pas de défendre les travailleurs (soi dit en passant son programme nuirait aux travailleurs mais cela s’est un autre sujet) mais de s’attaquer à ceux qui ne pensent pas comme lui en leur reprochant de ne pas savoir ce qu’est un contrat de travail. C’est cela le reproche.
      C’est comme je ne reprocherais jamais à quelqu’un de défendre les pauvres tout en étant riche. Par contre, quelqu’un qui attaque les riches alors qu’il est lui même riche je trouve cela incohérent

    • @ Bleh
      Le problème c’est qu’il ne défend PAS les travailleurs, mais sa propre carrière. La prospérité des travailleurs ne dépend que de l’économie, que Mélenchon compte détruire, à l’exemple de celle du Venezuela, après Cuba, l’URSS, les pays de l’est, etc…!

  • Il n’a jamais travaillé, pourtant il avait le patrimoine le plus élevé des candidats à la présidentielle. Pas étonnant qu’il admire Castro et Chavez, les 2 milliardaires!

    • Vous connaissez beaucoup de défenseurs des travailleurs, polytocards et artistes, qui ont endossé un bleu de travail plus d’une semaine de leur vie ? Pas si bêtes. Quand ils ont compris de quoi il retournait, ils se sont dit on va faire des disques, du cinéma, de la politique, on chantera la gloire du prolétaire ployant sous le joug, on se fera notre beurre avec ça en passant pour des philanthropes !

  • Mr.Mélenchon a une formation de philosophe, c’est important pour comprendre sa réthorique empruntée aux sophistes. Les excercices réthoriques des sophistes consistaient a démontrer une chose et/ou son contraire.

  • il a fait le tour ..senateur..député européen. .maintenant député a l’assemblée nationale …cool la retraite….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

https://www.youtube.com/watch?v=aWzlQ2N6qqg

 

Chers lecteurs, à l’heure où le dernier film Marvel, Doctor Strange : The Multiverse of Madness, cartonne au cinéma, j'aimerais vous inviter à imaginer qu’il existe quelque chose de similaire à un multiverse dans notre monde.

Dans un autre univers, sur une autre Terre, un Mélenchon et son Union de la gauche, NUPES, obtiendraient la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Mélenchon gagnerait enfin son Troisième tour. Qu'adviendrait-il alors, dans la France de cet univ... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles