Primes aux non-grévistes SNCF : il faut savoir partager, camarades !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
sncf By: Frédéric BISSON - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primes aux non-grévistes SNCF : il faut savoir partager, camarades !

Publié le 5 février 2020
- A +

Par Olivier Maurice.

Combien de fois avons-nous entendu cette injonction sous ses diverses formes ? Il faut partager les richesses, il faut partager le travail… La gauche de l’échiquier politique semble avoir fait de cette injonction la charnière de toutes ses argumentations : il faut que chacun ait sa part du gâteau et haro sur les malfaisants qui s’opposeraient à cette juste répartition, au premier plan desquels ceux (les riches) qui possèdent l’outil de fabrication de richesse (le capital).

Il serait donc normal que la CGT et Sud-Rail applaudissent des deux mains la dernière décision de la direction de la SNCF de redistribuer aux non-grévistes les salaires que les grévistes ont ostentatoirement refusé de percevoir !

Eh bien oui, dans une grand élan de solidarité et de souci d’égalité, la direction de la SNCF a décidé d’attribuer une prime aux non-grévistes pour avoir permis la continuité du service. Sans que cela ne grève les comptes de l’entreprise d’ailleurs, puisque les grévistes ont vu leur feuille de paie réduite à la portion congrue.

Cela s’appelle la redistribution : prendre à Jean pour donner à Jacques.

Redistribuer aux non-grévistes le salaire non perçu par les grévistes.

Nivellement

Et il existe toujours une bonne raison pour redistribuer. Le seul petit souci est d’être du côté de ceux qui arrivent à convaincre qu’ils ont de bonnes raisons pour recevoir plutôt que de celui de ceux qui doivent donner.

Être pauvre est une super bonne raison (enfin, une raison qui fonctionne bien, pour le reste, il y aurait beaucoup à redire).

Mais il y en a plein d’autres : être un pays situé au sud, ce qui nécessite la redistribution des pays situés au nord, faire du bio éthique et solidaire, ce qui nécessite la redistribution des industries sans cœur et sans conscience, faire partie d’une minorité, être un intermittent du spectacle, être une éolienne propre et intermittente qui comme l’intermittent du spectacle a absolument droit à ce que lui soit redistribué l’argent sale et régulier de ceux qui font bien leur boulot… ou encore, être désavantagé par la nature (redistribuer des embryons fécondés à ceux qui n’en ont pas, par exemple…)

Dans le cas qui nous intéresse, il y a une très bonne raison pour redistribuer le salaire des grévistes aux non-grévistes : en effet, dans le cas contraire, ce serait le patronat et les actionnaires qui l’auraient mis dans leurs poches ! Bon d’accord, le patronat et les actionnaires de la SNCF c’est l’État français, donc par répercussion, c’est un peu chacun d’entre nous, mais ça, c’est une précision que les grévistes tendent à passer sous silence la plupart du temps lorsqu’ils critiquent la direction de l’entreprise et les pouvoirs publics.

Solidarité et marche

Dépité de la somme à deux chiffres figurant au bas de leur fiche de paie une fois comptés les jours travaillés, les grévistes de la SNCF se sont mis en tête de susciter la redistribution populaire et volontaire pour combler le manque-à-gagner.

Ils ont donc fait appel à la solidarité des milliers de voyageurs qui à cause d’eux ont été forcés pendant des jours à se lever à l’aube, faire des kilomètres à pied, se serrer comme des sardines, avoir des soucis avec leur employeur pour être arrivés en retard et pour être obligés de partir en avance, à se ré-entasser comme des sardines, refaire le même chemin à pied dans l’autre sens, rentrer très tard et totalement épuisés pour devoir se relever à l’aube etc.

Nous leur souhaitons bonne chance !

Tout comme le concept de bien collectif, dont ils sont quand même quelque part un peu à l’origine ou tout du moins de fervents défenseurs, le concept de service public semble bien être à géométrie variable dans l’esprit des syndicalistes…

La grève, ça eut payé, mais ça paye plus

Ceux-ci ont usé et abusé du diviser pour régner, en allant jusqu’à insulter et menacer violemment les non-grévistes. Et pour une fois, la balance a pesé dans l’autre sens. Les syndicats radicaux ont été trop loin, ont été trop ambitieux en s’engageant dans une grève politique sans l’assentiment des autres salariés de l’entreprise qui ne voulaient pas, ou qui tout simplement ne pouvaient pas se permettre de faire grève. Il est assez cocasse de les voir aujourd’hui se plaindre que la direction monterait les employés les uns contre les autres…

Il y a d’autres problèmes bien plus graves à la SNCF que l’avenir d’un système de privilèges centenaire et la défense de principes marxistes éculés. L’entreprise doit affronter de sérieux défis en termes de fiabilité et de qualité du service, de prix, de sécurité, de flexibilité. Même sans considérer l’horizon d’une ouverture prochaine à la concurrence, il devient de plus en plus clair pour tout le monde que la SNCF a besoin d’une profonde cure de jouvence pour entrer dans le XXIe siècle. Elle ne peut plus se reposer uniquement sur le prestige et l’argument de modernité éculés du TGV dont on fêtera le 25 avril le quarantième anniversaire.

Elle peut encore moins continuer à se reposer sur l’emploi à vie et le marché captif comme c’est le cas depuis sa création en 1937.

Il y a de fortes chances pour que cette transmutation du salaire non payé aux grévistes en primes attribuées aux non-grévistes se généralise et fasse dans le futur réfléchir à deux fois les responsables syndicaux avant qu’ils ne se lancent dans des actions lourdes de conséquences pour leurs troupes.

Si c’est le cas, ce précédent sera sans doute à l’origine d’une petite révolution dans un système sclérosé par des années et des années de mainmise syndicale.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • claude henry de chasne
    5 février 2020 at 5 h 43 min

    Le probleme c’est que la SNCF n’est pas une entreprise.
    En effet elle est financée a 100% , par le contribuable y compris ses dettes abyssales..
    La sncf n’a pas de compte a rendre a ses clients, elle n’a pas de clients elle a des assujettis,
    Tombée dans l’escarcelle des communistes a la libération c’est devenu une réplique des théories staliniennes sur l’entreprise , sans les contrôles et sans les sanctions..
    Autant dire un petit paradis collectiviste! des milliers de cadres inemployés,des statuts bétonnés, des doublons invraisemblables, aucun compte a rendre au pouvoir central pour cause de nuisance syndicale..
    il est évident que cet empire soviétique est a la ramasse et la concurrence va l’achever!
    Ces dernières gréves sont des sursauts d’agonie

    • A vendre à la découpe à la concurrence !

    • La SNCF est immortelle ,même sans usagers elle existera …qui sont donc ces imbéciles prenant encore le train , qui est sensé prend l’avion ou une voiture ou s’abstient de tout déplacement !

    • « La sncf n’a pas de compte a rendre a ses clients, elle n’a pas de clients elle a des assujettis, »

      Je suis un peu moins pessimiste! Cette grève a été pour beaucoup de gens l’occasion d’essayer des concurrents de la sncf: covoiturage, autocars, voiture individuelle, voire vélo pour les plus petits trajets. C’est au moins un aspect positif de tout ce bazar!

  • Je sais de source sure que de nombreux non grevistes se sont fait vandaliser leur voiture par les CGTistes. Leur payer une prime avec le salaire non perçu des vandales est donc la moindre des choses.

  • דוב קרבי dov kravi
    5 février 2020 at 9 h 39 min

    L’idée est géniale. Pourquoi ne pas l’avoir mise en pratique depuis longtemps ?

  • Les délégués permanents de la CGT, Sud et FO de la SNCF (et RATP) peuvent également redistribuer une part du salaire plein qu’ils ont reçu durant la grève puisque leur délégation leur en assurait le maintien durant la grève. C’est d ‘ailleurs pour cette raison qu’on trouvait parmi eux les jusqu’au-boutistes de la grève illimitée dans la mesure où ils continuaient à être payé plein pot..

    • claude henry de chasne
      5 février 2020 at 10 h 16 min

      c’est vrai çà.. pourquoi personne n’en parle? faut etre un con pour adhérer a ces principes.. dont acte
      CGT QI a 2 chiffres

  • Sigisbert de Motafiume
    5 février 2020 at 11 h 59 min

    Je trouve ça très bien. Dans le même genre, plusieurs mairies (dont celle de ma ville) ont mis en place des primes de présence. Comme on ne peut jamais pénaliser les fonctionnaires pour leurs absences injustifiées, la prime de présence est une bonne solution pour récompenser ceux qui font leur travail ; résultat, l’absentéisme chute de façon drastique.
    Pour la SNCF, si à chaque grève qui s’annonce la compagnie redistribue les salaires non versés des grévistes à ceux qui ne le sont pas, cela va peut-être les faire réfléchir… Reste les mandatés qui touchent leur argent quand même, mais pour eux, on ne peut rien faire, ils sont en état de mort cérébrale…

  • Des primes pour bosser…rien ne change dans ce pays de dingues.

  • Ca eut payé, à mon avis, est incorrect, il faudrait employer le passé surcomposé « ça a eu payé ». Pffff ! ce n’est que du français.

  • Il me semble que c’est interdit de distribuer une prime seulement aux non grévistes d’après le code du travail.
    Bon déjà les grévistes pourraient ne pas avoir de primes, qui sont tellement nombreuses que cela impacterait non négligemment leur salaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza ne passent pas. Selon Mediapart, c’est de ce lieu de villégiature en Espagne que le ministre de l’Éducation nationale aurait annoncé la modification du protocole sanitaire à la veille de la rentrée, provoquant colère et indignation des syndicats et des opposants.

À quelques jours de l’appel à la grève lancé par FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Éducation, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, cela pourrait être fatal pour sa réputation politique, au même titre que les h... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Un sondage (Smartvote) fait en Suisse, le 19 août 2019, révèle que la majorité des candidats à la députation est en faveur d’un recul de l’âge de la retraite à… 67 ans. Impensable ici. Pourtant, s’il y a une chose à expliquer dans cette période de consultation sur la loi retraite, c’est comment s’en tirer, chez nous, sans bouger significativement l’âge de la retraite ni augmenter la durée de cotisation ?

Surcharge pour les entreprises

Rappelons quelques faits. En 1983, quand Mitterrand a lancé l’idée de la retraite à 60 ans, il y avait... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles