Les activistes radicaux sont-ils des nostalgiques qui s’ignorent ?

Le radicalisme politique ne s’explique pas par la volonté d’améliorer la vie matérielle des individus. Il s’explique par le goût des luttes de pouvoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mélenchon By: Blandine Le Cain - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les activistes radicaux sont-ils des nostalgiques qui s’ignorent ?

Publié le 23 janvier 2020
- A +

Par Patrick Aulnas.

Les échecs successifs n’entament pas le moral des activistes politiques radicaux. Ils se rattachent à la gauche extrême, qui comporte aujourd’hui des organisations politiques (LFI, PC, trotskystes divers) et syndicales (SUD-Solidaires et certains cégétistes). La grève ne leur semble plus un moyen suffisant car elle ne concerne qu’une petite minorité de salariés et ne peut pas durer très longtemps. Aussi utilisent-ils des moyens violents, totalement illégaux, relevant de l’action subversive : coupures d’électricité, incendies, intrusion diverses, par exemple à deux reprises au siège de la CFDT.

 

Le tropisme de la lutte

La négociation, le compromis démocratique semblent incompatibles avec certaines personnalités. Psychologie de café du commerce ? Peut-être. Mais toute personne encline à la modération a ressenti un jour ou l’autre toute la distance qui peut s’établir, dans le champ politique, entre elle et les adeptes de la radicalité. Ces gens-là ne rêvent que d’en découdre et ne vivent vraiment que dans ce qu’ils appellent les luttes sociales.

Sans doute y-a-t-il de l’idéologie dans cette propension au conflit. Mais de moins en moins. Le marxisme ne fait plus recette. Lorsque des militants ou même des dirigeants syndicaux, comme le cégétiste Laurent Brun, utilisent le vocabulaire archaïque de la lutte des classes, c’est davantage par conformisme linguistique que par adhésion au marxisme. Connaissent-ils d’ailleurs vraiment la pensée de Marx ? On peut sérieusement en douter.

Mais une certitude apparaît immédiatement : ils veulent se confronter au pouvoir politique. Peut-être même pas essentiellement pour conserver des avantages acquis. Plutôt pour instaurer un combat qu’ils ont 99 % de chances de perdre, mais qui leur donnera la satisfaction de s’être battus. Se battre pour quoi ? Personne n’en sait rien. Selon leur discours, la réponse est encore vaguement marxisante : contre le capitalisme, l’exploitation des travailleurs ou des opprimés, pour la défense des services publics, contre la destruction du modèle social français.

 

Lutter pour devenir pauvre, mais lutter !

On le sait désormais : la négociation avec l’État et le capitalisme a toujours donné de bien meilleurs résultats que la révolution. Toute l’histoire du XXe siècle est là pour en témoigner, de la chute de l’URSS à la misère cubaine et à l’inflexion chinoise vers le commerce international. Le niveau de vie s’améliore si l’efficacité productive du capitalisme est présente. Il suffit de négocier avec lui en s’organisant intelligemment pour obtenir des compromis acceptables. Plus fondamentalement d’ailleurs, le capitalisme étant un simple modèle de production, il lui faut des consommateurs et des salariés solvables. Sans demande, pas d’offre. Il faut créer du pouvoir d’achat pour vendre.

Le radicalisme politique ne s’explique donc pas par la volonté d’améliorer la vie matérielle des individus. Il s’explique par le goût des luttes de pouvoir. C’est un phénomène purement politique qui utilise un subterfuge pour recruter : « Avec nous, votre vie sera plus belle ».

En réalité, évidemment, la violence aboutit à l’instabilité et à la pauvreté car l’économie aime par-dessus tout pouvoir anticiper et avoir une vision claire d’un avenir politique stable.

 

La nostalgie de l’après-guerre

Il y a un autre facteur, peut-être propre à la France. Pour qui a vécu ce que Jean Fourastié avait nommé les Trente Glorieuses (1945-1975), il semble subsister en France une nostalgie de cette époque. La croissance économique était supérieure à 5 % par an en moyenne, les salaires nominaux augmentaient encore plus, faisant gagner du pouvoir d’achat année après année. L’avenir était perçu comme la poursuite indéfinie de cet enrichissement de tous par la vertu du compromis historique entre l’efficacité économique du capitalisme et le pouvoir politique de l’État-nation.

Pourtant, les communistes, laudateurs de la sombre et pauvre URSS, représentaient à l’époque en France un électorat de 25 % environ des suffrages exprimés aux élections législatives. Les électeurs communistes, comme tous les autres, bénéficiaient de l’efficience du capitalisme et de la redistribution étatique (allocations chômage, famille, retraites, protection santé, etc.). Mais ils pouvaient aussi adhérer au discours belliqueux des dirigeants communistes prônant la révolution et l’avènement en France de la planification étatique centralisée de l’économie.

On pouvait à la fois cracher dans la soupe et la consommer avec délectation. Surprenant mais historique. Les pauvres électeurs communistes n’y comprenaient rien, mais ils savaient qu’il existait un paradis futur et que s’ils luttaient, leurs enfants y arriveraient. Avenir radieux, présent en constante amélioration et prise en charge des fameuses luttes par un parti très structuré, financé par le totalitarisme soviétique. Le bonheur ! Les Français n’ont jamais compris que les trente années d’après-guerre constituent une rarissime exception dans l’histoire économique. On le leur a soigneusement caché.

 

Les mensonges de la gauche

L’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 fut une catastrophe. Mitterrand se fichait complètement de la bonne gestion du pays et a utilisé l’endettement public massif pour maintenir l’illusion que la fête continuait. Par la suite, il fut impossible de faire comprendre qu’en accumulant une dette de plus en plus gigantesque, le pays se précarisait.

Nous avons cinquante ans de retard dans l’adaptation de la France aux réalités du monde contemporain. La difficulté politique est désormais considérable puisque la gauche a toujours menti et continue d’ailleurs à le faire.

Prenons un seul exemple d’actualité : la retraite. Il fallait en 1981, conformément aux évolutions démographiques, ne rien toucher aux retraites du secteur privé (65 ans) et reporter l’âge de la retraite de 60 à 65 ans dans le secteur public. Mitterrand a fait le contraire, par pure démagogie. Tout est à l’avenant : temps de travail, prestations sociales, etc.

On a parlé de « crise » pendant des décennies, alors qu’il s’agissait du mouvement de l’Histoire. On a caché aux Français qu’il fallait s’adapter aux réalités d’un monde en évolution rapide et ranger au magasin des accessoires surannés la nostalgie d’une époque révolue.

Rude pédagogie, certes. Mais aucun enseignant digne de ce nom ne dira jamais à ses étudiants que tout est facile, que l’effort est inutile. Pour les stimuler, il faut leur faire comprendre que c’est par un travail acharné qu’ils réussiront. Même s’il faut passer pour impitoyable. Aucun politique n’a voulu accepter ce rôle.

Les insuffisances morales des dirigeants conjuguées au passage à l’action subversive de petites minorités, cela porte un nom : le déclin de la démocratie.

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Sans demande, pas d’offre. Il faut créer du pouvoir d’achat pour vendre. »
    non , il ne faut pas « créer du pouvoir d’achat » il faut créer une offre attractive pour exporter en qualité ou en prix.
    créer du pouvoir d’achat par la redistribution nous conduit là ou nous sommes aujourd’hui endettés jusqu »au cou

  • La radicalité n’a rien à voir avec la nostalgie. C’est un caractère interne à l’individu ou au groupe. Ensuite l’environnement social, politique ou institutionnel peut le rendre plus ou moins visible. Nul doute que l’Etat obèse fabrique plus de radicalité puisque moins de libertés c’est moins de possibilités de nuances donc des clivages plus profonds.

  • Le marxisme fait malheureusement toujours recette. Voyez les campus universitaires américains ou français, voyez le déconstructivisme dans les arts, voyez l’écologisme, voyez le parti démocrate américain, voyez l’éducation nationale, le ministère de la culture, voyez la philosophie post-moderne…etc. On pourrait multiplier les exemples. Le marxisme est beaucoup plus subtil qu’auparavant mais il est bien là.

  • Le retour au stalinisme qui ne dit pas son nom devrait être interdit

  • Il faut lire le livre sidérant de Simon Epstein « un Paradoxe Francais » pour comprendre à quel point cette « gauche » est , du début à la fin, une escroquerie. Simon Epstein reprend les noms, un par un, de tous les ministres, journalistes et politiques influents des gouvernements du Marechal Petain, de ceux qui ont élaborés le « statut des juifs », des racistes et antisémites patentés de cette époque glorieuse de la France. C’est incroyable, les Laval , Doriot, Deat, etc … ils étaient tous ou presque socialistes SFIO, communistes, ils militaient tous avant la guerre contre le racisme et l’antisémitisme, témoignaient dans les meetings et signaient les pétitions de la LICRA etc … Il faut lire tous ces noms pour le croire, mais oui, la collaboration, la mise au banc des juifs, c’est d’abord et avant tout l’œuvre de gens de gauche ! Ce qu’ils voulaient avant tout c’était le pouvoir !, n’importe quel pouvoir ! Et meme si il faut pour cela raconter n’importe quoi et adopter l’idéologie en vogue. Ca n’a pas changé, hier le fascisme, le communisme … Aujourd’hui l’écologisme ?

  • Concernant le « gout du pouvoir » particulièrement des hommes politiques de gauche il faut absolument lire le livre récent de Simon Epstein « un paradoxe Français » consacrée à l’incroyable volte face après la défaite de 1940 d’une grande partie du personnel politique de la gauche d’avant guerre. Je le savais mais la description détaillée , individu par individu, du « glissement » vers la collaboration et l’antisémitisme de tous ces militants antiracistes et pacifistes est tout simplement sidérante. Une démonstration concrète de ces « mensonges de la gauche » qu’évoquent cet article et de ce gout particulier pour le pouvoir.
    Simon Epstein dénonce et démontre, cas par cas, « la grand route qui mènera tant d’élus et de dirigeants du front populaire vers Vichy, via le pacifisme et via Munich ». Il liste la « nuée d’antiracistes, d’antifascistes, d’humanitaires et de pacifistes de toutes écoles qui se retrouvent collaborateurs et meme nazi fanatiques pendant la seconde guerre mondiale ».
    Leur propension à suivre des idéologies, leur gout du pouvoir, les a menés à adhérer à celles qui ont détruit l’Europe. Aujourd’hui l’écologisme, la nouvelle idéologie, est massivement adoptés par les meme tendances politiques. Vers quels extremes cela va t’il les mener ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles