L’humour subversif est-il mort en France ?

L'humour politiquement correct, finalement, ce n'est plus de l'humour et ça ressemble de plus en plus à de la propagande...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Raph_PH - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’humour subversif est-il mort en France ?

Publié le 10 janvier 2020
- A +

Par h16.

Sur le plan sociétal, les tendances américaines sont souvent une bonne illustration de ce que l’Europe va subir quelques décennies plus tard. Les dernières ont placé les États-Unis sous le sceau de la montée en puissance des thématiques communautaristes (féminisme, multiculturalisme, etc.), qui ont amplement pris pied dans les débats occidentaux au point de souvent les encombrer voire de les paralyser. Cependant, les choses évoluent…

L’arrivée d’un Trump à la Maison Blanche est probablement le signe le plus saillant de cette évolution où la parole avait été de plus en plus corsetée par des ligues de vertu autoproclamées ainsi que des réseaux sociaux à l’agressivité croissante pour les déviants et ceux qui ne pensent pas « comme il faut », et qui se libère progressivement.

Il y a quelques jours, le lundi 6 janvier, c’est le discours de Ricky Gervais pour l’ouverture des Golden Globes Award qui a justement agité les médias pour son ton résolument décalé avec ce qu’Hollywood produit habituellement. Dans une courte succession de vannes et de piques à l’encontre des stars du moment présentes à la cérémonie retransmise en direct, l’hôte s’est véritablement déchaîné en rappelant quelques vérités :

(Une version sous-titrée en français est visible ici)

De façon étonnante, ce qui est le plus drôle dans les saillies de l’humoriste britannique repose essentiellement sur une évidence : même si c’est présenté de façon amusante, il devrait être en effet évident que non, les célébrités du show-business n’ont en réalité aucune espèce de préséance morale vis-à-vis du reste de la population ; leur célébrité ne devrait pas donner à leurs opinions davantage de valeur que l’opinion de n’importe quelle autre personne. Leur exposition médiatique devrait même, au contraire, leur imposer une certaine humilité et une saine prise de distance avec tout positionnement politique tranché.

D’autant plus que, comme le remarque Gervais et d’autres avant lui, ces mêmes célébrités sont souvent assez mal placées pour donner des leçons de bienséance, de bonne tenue ou de moralité : entre les distributeurs de moraline dont l’instruction (y compris scientifique) ne surpasse pas toujours celle de Greta Thumberg qu’elles prennent souvent comme référence, et leurs accointances pas toujours reluisantes (Gervais cite l’exemple d’Epstein, mais l’ouverture du procès Weinstein en est un autre), tout ceci montre que ces célébrités ont une forte propension à dégoiser des âneries quand elles ne déploient pas une souplesse quasi-olympique pour s’accommoder d’us et coutumes carrément criminelles.

Avec ce discours corrosif, Gervais sert ici de canari dans la mine puisqu’il montre en creux à quel point le politiquement correct, l’autocensure et la moraline ont envahi tous les discours et toutes les têtes célèbres. Qu’il faille un humoriste britannique, qui plus est dans sa dernière prestation, pour rappeler quelques évidences bien senties sans immédiatement déclencher des huées haineuses un peu partout montre à la fois le talent de l’hôte et l’incroyable perte de repères et de liberté d’expression que les ligues de vertu ont réussi à instaurer dans tout le paysage médiatique.

Et toujours par contraposée, ce qui se passe aux États-Unis met en lumière ce qui se passe, ou plutôt ce qui ne se passe pas encore en France, ou encore bien trop rarement : là où, d’un côté de l’Atlantique, on peut encore entendre un son de cloche différent, où la liberté d’expression est constitutionnellement garantie par le premier amendement, le continent européen en général et la France en particulier semblent s’enfoncer avec un délice éhonté dans l’auto-censure puis la censure assumée voire le politiquement correct le plus compact imposé par une clique médiatique et politique de plus en plus violente.

En plus des dérives de plus en plus nombreuses et de plus en plus évidentes dans le pays — la dernière en date du fait d’Anne Hidalgo qui réclame, pour des motifs parfaitement idéologiques et en toute décontraction, la suppression d’une campagne publicitaire pourtant parfaitement légale mas pas à son goût, et se fait heureusement débouter en justice — il suffit d’observer ce qui agite régulièrement la sphère médiatique française pour se convaincre qu’il y a bien un problème de liberté d’expression au pays des Lumières.

Il y sévit ainsi, très régulièrement, des groupes de pression qui ont tôt fait de faire taire ceux qui ont l’impudence de sortir des clous de la bien-pensance : depuis ces collectifs prétendûment citoyens dont le but affiché (combattre la haine sur les réseaux sociaux) se traduit par des déchaînement trop souvent haineux vis-à-vis de ceux qui osent ne pas penser comme eux, jusqu’aux habitués de la poursuite en justice grâce aux lois mémorielles et crimes « d’incitation à la haine » dont les définitions et contours sont chaque jour plus flous, l’actualité se remplit quotidiennement d’atteintes toujours plus fortes à la liberté d’expression.

L’atteinte est maintenant si forte, si grossière, si visible et si insupportable qu’on commence à entendre des voix dissidentes : Frédéric Beigbeder semble en avoir fait un livre grinçant qui irritera sans doute les petits adjudants de la pensée formatée comme Demorand, et même un Riss de Charlie Hebdo, pourtant à peu près inattaquable par le Camp du Bien, se plaint ouvertement de ces nouvelles formes de censure débridées…

C’est probablement à cause de cette étouffante chape de moraline que certains rares humoristes ont, en France, choisi d’éviter autant que possible d’entrer dans le moule du politiquement correct (on peut citer Blanche Gardin, dans une certaine mesure ou Walter). Mais en pratique et comme le souligne justement Walter, l’écrasante majorité des humoristes est résolument pour le politiquement correct, pour les combats menés par les Social Justice Warriors et pour qu’on musèle, au moins par la pression des réseaux sociaux si ce n’est par la loi, les voix dissidentes, les opinions décalées et notamment ceux qui ont des positions nuancées et – ô affront – pas dans le sens général.

Ces humoristes (qu’on retrouve un peu partout dans les médias subventionnés ou, pire, publics) n’ont rien d’esprits libres et se retrouvent plus souvent qu’à leur tour à répandre la « bonne parole officielle » en se moquant des déviants de façon souvent cruelle et avec un talent fréquemment microscopique.

Il ne faut pas se leurrer : l’aspect rafraîchissant des humoristes comme Ricky Gervais outre-Atlantique, ou Walter et quelques autres de ce côté-ci de l’océan provient bel et bien de cette lutte qu’ils mènent contre ce politiquement correct étouffant, ces groupes militants nécrosant et cette caste jacassante asphyxiante.

Dans ce tableau, il est loin en France le temps où les humoristes fournissaient l’arme du rire subversif contre les puissants… Souhaitons que la tendance américaine qu’on observe actuellement prenne pied dans notre pays.

Il est plus que temps.

—-
sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • La France pays des Lumières… Elle le fût peut-être.
    Aujourd’hui, c’est le pays de la Lumière noire, une anti-lumière qui rend aveugle, on ne voit rien dans son faisceau tellement c’est puissant.
    CPPEV 🙁

  • Liste (non exhaustive) des choses interdites de dire en France:
    1. Émettre des doutes sur des faits historiques relatifs à un épisode particulier de l’histoire: les camps d’extermination du national socialisme.
    2.D’autres trucs à propos du national socialisme.
    3.Présenter la drogue sous un jour favorable (à l’exception du vin, des médicaments, du chocolat, du café, du sucre, et de plein d’autre trucs sur lesquels l’Etat gagne du pognon sans avoir honte).
    4.Appeler à la grève fiscale: Là il n’y a pas d’exception. La sévérité sur ce point est d’ailleurs assez surprenante pour ceux qui croient encore que l’Etat n’est pas peuplé de pillards sans vergogne et autres écornifleurs décomplexés par leur ego surdimensionné.
    5.Avoir des propos pouvant être perçus comme désobligeants vis à vis de… Tout un tas de gens, surtout si ces gens ont un lobby efficace pour défendre leur groupe de moutons panurge avec du pognon pour payer des enfileurs de perle pour les défendre: A titre d’exemple on peut citer (liste non exhaustive) Les noirs, les arabes, les juifs, les homosexuels, les transgenre, les musulmans et plein d’autres.
    Il est à noter que les blagues xénophobes voire racistes sur les asiatiques, sur les roms, sur les roumains, les polonais, les catholiques, les hindous, les américains, les mormons etc… Sont tolérées voire encensées. Là, c’est bon, on peut rigoler.
    5. Les appels a la violence sont tous interdits sans exception! Mais il y a des exceptions à la non exception: On peut appeler au meurtre de Donald Trump, des capitalistes, des libéraux (il va sans dire), des patrons, des américains, des israéliens (ca pose toujours un problème a cause des interdictions de parler contre les juifs mais ça dépend un peu du contexte. Ne vous inquiétez pas, la justice sait ce qu’elle fait à ce propos).
    6. les fake news sont interdites pour les médias qui ne sont pas de gauche.
    7.La pornographie est interdite à certaines heures. En revanche, diffuser une video d’un bombardement d’une ville syrienne à l’heure du déjeuner, là c’est bon. C’est pas choquant. Ok on est bien protégés.

    Alors que ce soit clair, je ne suis pas en faveur de la diffusion du négationnisme, du racisme, des appels au meurtre ou de la pornographie dans le club Dorothée. Je suis juste en faveur de l’absence de lois sur le sujet.

    Merci H16 pour cet article.

    • Vous avez oublié la contestation du réchauffement climatique anthropique et la critique de l’Union Européenne/ de l’euro…

      • C’est vrai, mais j’ai précisé « non exhaustive. Donc effectivement, merci de compléter. Je pense que ce serait marrant (ou triste selon le point de vue), de compléter cette liste justement: Les propos pénalement répréhensibles.

      • La liste n’est effectivement pas exhaustive. Est il réellement pénalement répréhensible de faire du « négationnisme climatique? » et de « l’anti euroïsme » ou de critiquer l’UE?

    • un médias de gauche ne peut pas émettre une fake news la fake news implique l’intention de tromper..
      le média de gauche éduque et a droit à la licence « éducative »..

  • Le pays des Lumières sombre…
    Excellent article, comme toujours!

  • Nos maitres sont debout sur le couvercle d’une marmite en ébullition.
    Les raisons de l’ébullition sont connues : la difficulté de distribuer encore plus « d’argent gratuit », le progressisme idéologique qui fait venir des intrus non-désirés sur le territoire, l’égoïsme des riches (cf. Ch. Lasch)…
    Les débats ne font plus intervenir des personnes de la société civile, et ne sont plus que des débats entre professionnels-du-débat, pour éviter des « débordements d’inspiration populistes » …
    Il y a une telle différence de contenu entre les médias sous contrôle et les médias sur internet (FB, Twitter, Blogs, ..), je ne vois pas comment tout cela peut continuer longtemps.

    • D’ailleurs les professionnels-du-débat sont d’accord sur tout sauf sur des points mineurs.

    • Oui!Je crains, quelque soit la capacité à survivre de ce monstre qu’est de venue la France, que cela se fasse dans une grande violence sans accoucher à la fin de quelque chose de souhaitable .
      Cannibaliser le monstre par l’humour une des solutions pour climatiser le cauchemar .

  • Sublime. Merci.
    The Age of Stupid finira bien un jour. Se moquer des virtue signalers, des suiveurs sans courage ni curiosité, c’est la meilleure façon de servir la liberté. Préférablement, férocement.

  • epoque hallucinatoire…
    il est malgré tout remarquable que des minorités aient réussi à museler tant de gens depuis un bon moment…

    complètement hors sujet pas sur l’hallucinatoire cependant…

    https://earthobservatory.nasa.gov/images/90493/researchers-detect-a-global-drop-in-fires

    et en face reporterre
    https://reporterre.net/Mega-feux-Nous-ne-vivons-pas-seulement-dans-l-Anthropocene-mais-dans-le-Pyrocene

  • Faut comprendre les humoristes, ils n’ont pas la mémoire courte et savent depuis une certaine affaire qu’on peut se faire harceler par l’État, les assos communautaristes et se prendre procès sur procès ainsi que procédures fiscales sur procédures fiscales et même finir par se voir interdire par le Conseil d’État.

    Il faudra bien attendre une génération pour revoir des humoristes … quand on aura oublié.

  • L’humour subversif est il mort ? Je crois surtout qu’il n’y a plus d’humoristes de talent ,ils sont tous dans la tombe..a part Bigard , qui ?

  • si on laisse faire , c’est une chape de plomb qui se posera sur notre pays ; et pourtant , les français sont connus pour  » avoir une grande gueule  » ; à quand un nouveau Coluche qui n’aura pas peur de dire tout haut ce que des millions pensent tout bas ?

    • Coluche, notre plus grand politicien sur les 50 dernières années. Et que dire de l’impertinence des Inconnus, de Desproges; on savait bien rigoler à l’époque. De nos jours, il y a longtemps que tous ces illustres troubadours auraient fini en prison. Triste 🙁

      • également l’émission le petit bout de la lorgnette où les politiques se faisaient tailler des costumes à chaque semaine.

      • y’avait toujours un fond de vérité dans ce que disaient Desproges ou Coluche, c’est que qui faisait rire.. et la vérité l’Etat aime pas ça , sauf la sienne bien entendu (ou propagande) . donc on contrôle via le politiquement correct…vive la démocratie française version dictature.

  • C’est pas si terrible voyons,

    tant qu’on peut rire à volonté des Bodin’s !

    Je me demande bien pourquoi eux ?

    Y sont comme nous après tout…

  • pourquoi le politiquement correct marche t il alors que la majorité des gens e sont pas en accord..????
    il y a des gens s’affirment comme élite morale et progressiste et ils sont « cru »..en tous les cas trop peu contestés..
    ça a sans doute à voir avec la mise ne place des lois protégeant des groupes minoritaires..
    bon l’avantages c’est que contrairement aux lois qui discriminaient les minorités..ça peut vire disparaître…

    hallucinant 20 types torturent un innocent…et la question essentielle est d’en connaitre la raison!!!!

    • @jacques lemiere
      Bonsoir,
      « hallucinant 20 types torturent un innocent…et la question essentielle est d’en connaitre la raison!!!! »
      La réponse sera que l’innocent l’aura bien cherché parce que chacun des 20 types était une minorité correspondant à une (ou plusieurs, qui sait ?) des cases hyper protégée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Margot Arold.

Et on prend les mêmes et on recommence ! L’association « Osez le féminisme » repart en guerre contre une fresque murale du réfectoire des internes du CHU de Toulouse.

Fresque des internes : les femmes en position dégradante ?

L’association qui défend notoirement le droit (la suprématie ?) des femmes semble voir dans cette fresque une « pornification des corps. Quand on voit la façon dont les femmes sont représentées, on s’étonne moins qu’il y ait des comportements violents ». C’est ce qu’explique Enora Lamy, la... Poursuivre la lecture

Par Vilfredo Burgess.

Le dernier volet des aventures de OSS 117 a été fraîchement accueilli par les critiques. À raison, puisque le film est nul. Mais au-delà d’une énième comédie franchouillarde, d’un film qui n’est pas bien écrit, pas bien joué, pas bien réalisé, pas bien filmé, pas bien rythmé (en bref, pas bien), les spectateurs woke ont dénoncé un film « politiquement incorrect ».

Bien au contraire, Alerte rouge en Afrique noire est le film le plus consensuel et le plus platement en accord avec la doxa ambiante qu’on ait vu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

Pour une raison inconnue, le droit de se taire n’a jamais suscité le même engouement que la liberté d’expression. On abuse pas du droit de se taire, loin s’en faut. Alors que la liberté d’expression fait salle comble et c’est tant mieux. Mais pourquoi donc se tait-on si peu ? Après tout, personne ne nous oblige à donner notre avis sur tout. Il s’agit d’un droit, pas d’un devoir.

Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis, ravis de donner leur avis sur la vie - Alain Souchon.

On peut comprendre que c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles