Brexit : la campagne électorale commence au Royaume-Uni

Les Britanniques vont voter pour renouveler leur parlement, mais de plus d’une façon, ce scrutin affectera l’avenir même de l’Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brexit : la campagne électorale commence au Royaume-Uni

Publié le 19 novembre 2019
- A +

Par Christian Michel.

Il ne faut pas réveiller les démons assoupis. Si ce n’est pas un proverbe africain, c’est un sage précepte. Le Premier ministre David Cameron aurait dû le suivre en 2016. Aucune pétition nationale, aucune manifestation populaire ne réclamait un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne. S’il eut lieu, la cause est bassement politicienne. Un petit part anti-européen rognait l’électorat du Parti conservateur, menaçant dans un scrutin de circonscription uninominal à un tour de lui faire perdre de précieux sièges par un simple déplacement de quelques pourcents des voix.

C’est pour désarmer ce UK Independence Party (indépendance de quoi ? De l’UE) que Cameron a voulu un référendum, a provoqué sans le vouloir une crise d’identité dans le royaume, et fracturé les partis politiques, y compris le sien, sur des fronts inattendus, non plus droite/gauche, libéral/étatiste, mais européen/nationaliste, et plus précisément, nationaliste anglais, plutôt que britannique. C’est l’irruption de ces little Englanders, indifférents aux Écossais, Gallois, Irlandais, qui est l’actualité de ce conflit. À cause mesquine, monsieur Cameron, effets terribles.

Les Anglais, au flegme tant célébré, se disputent avec une acrimonie qui n’est pas sans rappeler celle des Français au temps de l’Affaire Dreyfus. Au sein des familles, des pubs et des clubs, entre amis et convives, on promet de ne pas en parler. Le Premier ministre conservateur, Boris Johnson, très polarisant, a réussi à obtenir du Parlement l’organisation de nouvelles élections, qui se tiendront le jeudi 12 décembre. Il espère, tout comme le principal parti d’opposition, changer la conversation. Non plus sur le Brexit, qui divise en leur sein ces deux formations, mais sur les thèmes habituels : la santé gratuite, l’éducation, l’immigration, les lois sociales, et deux nouveaux venus introduits par l’opposition travailliste, les renationalisations d’entreprises, et l’accès gratuit et universel à internet, jusque dans les chaumières les plus isolées.

Pour fermer le chapitre de ce Brexit qui écartèle leur électorat, les deux grands partis se sont lancés dans un concours à qui sera le plus dépensier. Les programmes électoraux ne sont pas encore publiés, mais chaque intervention publique des chefs dévoile à l’électeur ébahi de nouveaux milliards pour lui faire oublier le Brexit, et venant des Tories au pouvoir, se faire pardonner les années d’austérité bien timides, mais ciblées sur des populations qui se sont détournées des Conservateurs pour suivre UKIP, ou le nouveau Parti du Brexit, ou même passer à l’ennemi, les Travaillistes.

Où en est-on ?

Les programmes des partis pour l’élection du 12 décembre ne sont pas encore publiés. Mais on sait déjà où se situent les enjeux.

Les Conservateurs d’abord :

Ils ont fait leur ménage au Parlement, viré les députés anti Brexit. Certains exclus se retirent de la politique, quelques autres ont rejoint les Libéraux-Démocrates, et ceux qui se représentent en indépendants dans leur circonscription trouveront un Conservateur devant eux. Le Parti resserre les rangs derrière son chef, Boris Johnson.

Mais s’il est maintenant unanimement pro Brexit, ce que Brexit veut dire n’est toujours pas défini. Il reste un accord à négocier l’an prochain, qui gouvernera la relation entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Certains Tories le veulent proche du régime actuel ; d’autres, libéraux globalistes, minoritaires mais actifs, souhaitent une rupture complète. Leur modèle déclaré est un Singapour-sur-la-Tamise, un immense port franc, un havre fiscal, où jetteraient l’ancre les multinationales et les milliardaires.

Les libéraux globalistes ont toute ma sympathie. Mais un bon indicateur de la pertinence d’une action est de savoir qui l’encourage. Trump, Poutine, tous les partis populistes en Europe et beaucoup des tyranneaux ailleurs, ont applaudi au Brexit, non pas évidemment pour faire avancer la liberté dans le monde, mais pour affaiblir une Union européenne qui les gêne. Une puissance moyenne comme le Royaume- Uni est un gibier de choix. Il lui faut donc des alliances. Les plus cohérents des Brexiteurs le reconnaissent. Ils mesurent les limites de la souveraineté qu’ils prônent, et les plus à droite d’entre eux politiquement déclarent sans malaise que devenir un protectorat des États-Unis, comme Porto Rico, est une option. Ils la préfèrent à l’Union européenne.

Après tout, ils ont avec le parrain américain une communauté de langue, d’institutions comme la Common Law, d’intérêts militaires, comme la participation à « Five Eyes », et une histoire de victoires communes, plutôt que de guerres intra européennes mal gagnées (un tel scénario placerait un pays satellite des États-Unis au large de Calais, et soixante ans plus tard, donnerait raison à de Gaulle et son analyse du « sous-marin américain »).

Les Travaillistes, ensuite :

Eux n’ont pas trouvé d’unanimité sur le Brexit, loin de là : d’un côté, une population d’intellos, de cadres, de fonctionnaires, de jeunes, de citadins, surtout londoniens, ouverte sur les cultures du monde, pour qui l’UE incarne l’anti nationalisme, une démocratie sage et sociale, la libre circulation des personnes, le financement de la recherche, Erasmus pour les étudiants… et à l’autre bord, un électorat ouvrier ou campagnard, peu éduqué et plus âgé, qui réduit l’UE à l’immigration, et Bruxelles à une caricature de sa bureaucratie, de sa gabegie et sa réglementation obsessive.

Pour la boîte à idées du parti, Momentum, nourrie de trotskisme, le reproche n’est pas que l’UE soit dirigiste et étatiste, mais qu’elle ne le soit pas assez. Néo-libéral et pro-capitaliste, Bruxelles risque d’entraver les nationalisations, la création de monopoles d’État et l’endettement massif, qui seront inscrits au programme du Labour pour l’élection qui vient.

L’embarras des Travaillistes sur le Brexit est tel qu’ils ont promis de négocier un accord post Brexit avec l’UE, qui garantirait les droits acquis des employés et ouvriers, ce qui est pour plaire à cette partie-là du Labour, puis de soumettre cet accord à référendum, avec l’alternative en cas de refus de rester dans l’UE, ce que réclame l’autre aile du Labour, mais sans que le Parti lui-même prenne position dans un sens ou dans l’autre, ce qui est certain de mécontenter tout le monde.

 

Pour garder un électorat si divisé à l’intérieur du parti, Jeremy Corbyn a tant pratiqué les ambiguïtés, les louvoiements, le double langage, les contorsions, les grands écarts, qu’il s’en est trouvé au final totalement décrédibilisé.  Lui, un petit vieux, qui était accueilli comme une star par la jeunesse, dont on scandait le nom avec effusion dans les festivals, devient la principale raison que les électeurs avancent pour ne pas voter Labour le mois prochain.

 

Les deux grands partis veulent s’extirper du Brexit. Les Libéraux Démocrates, eux, en font l’argument central de leur campagne. Leur stratégie vise à ratisser tous les remainers, ceux opposés au Brexit, de quelque bord qu’ils viennent. Les Lib-Dem se proposent carrément d’abroger l’activation de l’Article 50 (qui dans le Traité de Lisbonne règle les conditions de départ d’un État membre). Décision audacieuse, qui fait fi du référendum, critiquée pour cela par bien des remainers eux-mêmes, qui trouveraient plus démocratique de faire appel à un nouveau référendum. Les Lib-Dem n’ont aucune chance sur le papier de former un gouvernement, mais ils peuvent être l’appoint dans une coalition, en exigeant en retour un changement de cap sur le Brexit.

Deux autres partis campent sur des positions opposées : les Verts, qui sont pro Européens, mais veulent un nouveau référendum de confirmation, plutôt qu’une abrogation brutale de l’Article 50, et le Parti du Brexit, dont la seule politique est de tarauder les Conservateurs pour accélérer la sortie de l’UE. Mais dans un système électoral à un tour, en divisant le vote pro Brexit, ce Parti du Brexit risquait de faire passer devant lui et devant les Conservateurs un candidat pro-européen.

Plusieurs candidats du Parti du Brexit ont donc accepté de se désister, et d’autres, plus réticents, ont reçu tantôt des menaces, tantôt des cajoleries de la part des Conservateurs, avec promesses d’emplois dodus dans l’administration, voire d’anoblissement et d’entrée à la Chambre des Lords, s’ils se retiraient. Une enquête policière est ouverte.

Notons encore deux choses

L’argumentaire des Brexiteurs dans la campagne du référendum il y a trois ans était un tissu de contre-vérités. Toutes ont été révélées et réfutées. Mais l’opinion n’a guère changé. Comme si l’électeur ne formait pas son jugement sur des faits, mais sur un système d’idées préconçues. Si les faits qu’il avance comme raison de son vote ne le conforte plus, il recourra à d’autres arguments, mais ne changera pas son vote.

L’électorat vieux a voté très majoritairement pour le Brexit, les jeunes contre, quand ils ont voté. Trois ans après le référendum, nombre d’électeurs vieux sont morts, de nouveaux jeunes ont atteint l’âge de voter. Les sondages n’ont pas encore établi l’impact de ce changement démographique sur le scrutin législatif, et surtout sur le résultat d’un nouveau référendum, en supposant que le gouvernement sorti des urnes en convoque un.

Sondages

Ils sont fort peu prédictifs, surtout à un mois du scrutin, alors que les programmes n’ont pas encore circulé, les débats télévisés entre chefs pas eu lieu, et la campagne pas vraiment débuté. Ce weekend, les sondages plaçaient les Conservateurs entre 34 et 42 % des voix, le Labour entre 24 % et 32 %, les Lib Dem entre 12 % et 20 %, le Parti du Brexit entre 5 % et 13 % (mais on ne sait pas encore combien de candidats de ce parti se désisteront).

Dans un scrutin de circonscription, ce n’est pas tant le nombre total de voix recueillies dans le pays qui importe, mais le pourcentage dans chaque circonscription. Les premières estimations montrent que les Conservateurs ont une petite chance d’obtenir la majorité qui leur manque aujourd’hui, cause de tous leurs déboires dans la négociation du Brexit, et ils devront ce succès, s’il est confirmé, à l’impopularité du chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbin.

Mais à ce stade, rien n’est joué. On a vu dans les scrutins britanniques des retournements de situation bien plus étonnants. Les Britanniques vont voter pour renouveler leur parlement, mais de plus d’une façon, ce scrutin affectera l’avenir même de l’Europe.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • « ce scrutin affectera l’avenir même de l’Europe. »
    pas d’accord il affectera pour sur l’avenir de l’Angleterre…quitter l’europe pour se retrouver avec un statut de porto rico.. bien joué

  • Et y rester pour avoir un gauleiter comme président de la république…

  • Il y a un petit côté gilets jaunes, un électorat qui se demande ce qu’il retire de l’UE alors qu’il en voit bien les désagréments, et des récupérations politiques qui ne brillent pas par leurs chances de succès.
    L’UE, en tout cas, a déjà perdu en ne comprenant pas qu’elle devait donner envie d’en faire partie. La perte n’est pas forcément définitive, mais en effet les enjeux sont considérables pour elle, surtout si elle persiste à ne pas comprendre sa responsabilité.

  • « Trois ans après le référendum, nombre d’électeurs vieux sont morts, de nouveaux jeunes ont atteint l’âge de voter.  »
    Bof. Curieux argument.
    Lors des élections européennes récentes en UK, le vote brexiter a été encore plus fort.

  • « sur le résultat d’un nouveau référendum, en supposant que le gouvernement sorti des urnes en convoque un. »
    Seul un gouvernement de remainistes voterait un nouveau referendum. Il n’y a aucune raison d’en refaire un dans les autres cas de figure.

  • En quoi une administration centrale de l’UE est nécessaire en soit?
    Les pays européens peuvent très bien négocier des traités de libre-échange entre-eux sans qu’une administration centrale ne soit nécessaire. Ils peuvent très bien mettre en place des mécanismes de types Erasmus entre eux sans qu’une administration centrale ne soit nécessaire…etc. Les échanges économiques ou culturels ne datent pas de l’UE.
    Alors certes l’UE peut apporter de bonnes choses (limitation des dépenses publiques, libre-échange (et encore), des principes de droit…etc) mais elle apporte aussi beaucoup de désagréments (PAC, monnaie commune, politiques de relance, QE…etc).
    L’UE a par définition une vocation fédéraliste, donc c’est un peu trop facile de systématiquement qualifier les gens qui s’opposent à ce projet de « nationalistes ».

    Par ailleurs l’UE n’est pas un garant de la paix. Le garant actuel de la paix c’est plusieurs choses: une interdépendance économique entre états européens (qui pourrait être atteinte sans l’administration centrale de l’UE), une absence de mobile et de velléités pour déclencher une guerre (pour l’instant), l’arme nucléaire française et britannique, des armées européennes faibles (la France et le RU font exception), une Europe qui n’est plus le centre du monde, et enfin la présence de nombreuses bases américaines.

    Bref il devrait être tout à fait possible de collaborer entre états européens, voire d’avoir des liens plus forts qu’aujourd’hui, sans qu’une administration centrale européenne, avec une commission non-élue, soit nécessaire.

    • Je vous suis sur beaucoup de points . Se rappeler que l’Europe est une réalisation de type « constructiviste » au sens de Hayek, c’est à dire plier le réel à une idée … Les anglais ont une vieille démocratie et sont fatigués de se plier aux élucubrations des technocrates souvent non élus ou plus élus (pantouflant dans des comités « Théodule » européens encore plus lucratifs que les français: c’est dire) .

      • Et puis il n’y a pas de véritable unité, c’est une communauté très hétérogène rien qu’au niveau économique: entre les anglo-saxons, la ligue hanséatique et les pays latins…il n’y a pas d’entente possible en l’état.
        Peut être que cette contestation de l’administration communautaire fait le lit des vrais nationalistes, mais en dehors d’eux la contestation est vraiment légitime. Et l’UE n’a semble-t-il pas l’intention de se repenser ou de se remettre en question en profondeur. Le catalogage « europhobe » fonctionne de la même manière que « climato-sceptique ».

    • Je ne pense pas que l’Europe ait « une vocation fédéraliste », mais plutôt de confédération, ce qui correspond d’ailleurs aux idées que vous développez.

      • Disons qu’aujourd’hui on peut assimiler l’UE à une confédération dans la mesure ou les états sont uniquement liés par un traité et que l’UE n’est pas un état à part entière.
        Mais si l’UE poursuit dans la direction (traité de Lisbonne par exemple) qui est la sienne aujourd’hui, elle aboutira à un état fédéral, à savoir un état de droit public, européen, appelé « Union européenne », comme les USA. D’où cette vocation fédéraliste de l’UE, je pense. Par bien des aspects les leviers de cet état européen sont déjà en place (commission européenne, banque centrale européenne, Cour de justice de l’UE…etc). Il ne manque que la volonté des peuples européens….

  • « beaucoup des tyranneaux ailleurs, ont applaudi au Brexit pour affaiblir une UE qui les gêne »

    Ceci serait bel et bon si l’UE n’était pas elle-même devenue un petit tyran d’opérette agissant aux dépens des Européens, à commencer par la BCE qui a amplement démontré son caractère nocif au cours de la décennie qui se termine, sans oublier la connivence coupable de la Commission avec l’agenda socialo-progressiste.

    Bref, ce serait grave si l’UE était encore défendable. Mais voilà, vu ce qu’elle est devenue, vu l’idéologie qu’elle soutient désormais, on peut tout aussi bien se passer de l’UE. Ce ne sera pas une grande perte.

  • Le début de l’article est assez étrange : la décision du référendum n’était pas un élément déclencheur de l’hostilité dans l’opinion à l’UE telle qu’elle est mais le révélateur.
    Il n’est pas possible, de prétendre qu’il aurait été possible de continuer comme si de rien était, avec une opinion profondément divisée (en 2 camps à peu près égaux) sur la question.
    L’auteur de l’article aurait pu se poser la question des raisons profondes de cette hostilité, surtout si, comme il le prétend (je n’ai pas vérifié la chose), les arguments donnés pour le Brexit auraient été réfuté et que malgré tout, les brexiters ne voudraient pas changer d’opinion.
    Ca veut dire qu’il y a des raisons encore plus profondes et qu’il convient donc de les chercher un peu !

  • Contrairement à ce que dit l’article, les arguments pour sortir de cette UE des technocrates non-élus n’étaient pas un « tissu de mensonges » « qui ont tous été réfutés ».
    Il y a des tas de bon arguments technique mais le premier, surtout sur un site libéral, c’est qu’aucun pays au monde n’a besoin d’une flopée d’obscures bureaucrates lointain qui passent leurs journées à rédiger de nouvelles normes et lois.

  • « Mais un bon indicateur de la pertinence d’une action est de savoir qui l’encourage.  »
    Et bien sûr, les inévitables têtes de Turcs des médias mainstream suivent.
    Alors que la sortie de l’UE fait valoir un principe hautement libéral: celui de subsidiarité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boris johnson libre échange Royaume-Uni
2
Sauvegarder cet article

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue... ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu'il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l'implosion de son propre parti après le dernier scandale - impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chri... Poursuivre la lecture

Sans majorité parlementaire, pas de présidentialisme majoritaire, pas de boulimie présidentielle donc. Dans une lecture institutionnelle de la Constitution de 1958, le retour des délibérations et des compromis ne peut qu’être satisfaisant. À cela doit s’ajouter le retour de la responsabilité politique, propre à la culture du Parlement. La culture politique qui lui est propre, est celle d’une « morale constitutionnelle » chère à Edmund Burke, qui suppose entre autres, la responsabilité politique, qu’elle soit collective ou individuelle, des me... Poursuivre la lecture

En se réveillant ce matin au 10 Downing Street, BoJo a dû se demander quel cauchemar il avait fait. Coup d’œil sur Sky News, 46 démissions (59 maintenant), non c’est bien à une tentative de coup d’État qu’il a fait face. L’Histoire inscrira ce mercredi 6 juillet comme une date clef. "Il a limogé Michael Gove", ministre du Logement qui avait appelé à sa démission, a déclaré sur Sky News James Duddridge, conseiller de Boris Johnson, précisant que le Premier ministre est "d'humeur enjouée et [qu’] il se battra". Finalement, ce jeudi 7 juillet Bo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles