Macron et la laïcité : le règne du « en même temps »

Si l’instrumentalisation de la question religieuse a été une incontestable réussite pour les républicains opportunistes à la fin du XIXe siècle, il n’est pas certain que ce soit le cas pour le macronisme du début du XXIe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by Amaury Laporte(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron et la laïcité : le règne du « en même temps »

Publié le 12 novembre 2019
- A +

Par Vincent Féré.
Un article de Trop Libre

La France décidément n’en a pas fini avec le voile. Trente ans après l’affaire de Creil dont Ismaïl Ferhat a récemment analysé les conséquences politiques : pour faire simple un glissement de la laïcité radicale à droite et de la laïcité libérale à gauche, les déclarations du président de la République suite à l’attentat de la préfecture de police sur la nécessité de « vaincre l’hydre islamiste » et son appel à « une société de vigilance », n’ont pas manqué de jeter le trouble dans la majorité d’autant qu’au même moment le ministre de l’Éducation nationale faisait part de ses « réticences » s’agissant du port du voile pour les mères musulmanes accompagnant les sorties scolaires.

Sans doute le président de la République voulait-il couper l’herbe sous le pied à une opposition prompte à s’emparer du sujet. Mais sa récente interview à Valeurs Actuelles sur l’islam pourrait laisser penser qu’il s’agit de sa part d’un virage politique et stratégique, une manœuvre qui ne serait toutefois pas sans risque comme le suggère a contrario la réussite des républicains opportunistes à la fin du XIXe siècle : en 2019 en effet, contrairement aux années 1870, nulle majorité de rechange à attendre à partir de cette question.

Un changement de paradigme ?

Le macronisme ne s’est pas défini principalement à partir de la question laïque, au contraire. Il s’agit d’abord en effet d’un projet d’adaptation du modèle français à la mondialisation devant permettre au pays de retrouver son rang et de s’affirmer à nouveau comme le moteur d’une Europe en quête de souveraineté.

En réalité, droite et gauche de gouvernement s’entendaient depuis trente ans sur ce programme sans l’avouer, bipartition de la vie politique oblige, et elles ont payé cher leur opposition stérile : Emmanuel Macron a été élu sur un « en même temps » qui a provoqué leur disparition.

Du coup, la bipolarité a changé de fondement et le président de la République n’a plus comme adversaire que le Rassemblement national qui prône le repli hexagonal et l’immobilisme économique et social. Les dernières élections européennes, les récentes projections pour 2022 le confirment, il ne reste que deux forces politiques en France susceptibles de l’emporter dans un scrutin national : LREM et le RN.

Certes le pouvoir présidentiel a été fortement déstabilisé par les Gilets jaunes qui sont venus reposer la question sociale mais, faute de traduction politique, la contestation est retombée même si la « France périphérique » continue de tourner le dos au président de la République qui ne semble pas avoir pris la mesure de ses souffrances. Les sondages le montrent bien, le RN et la France insoumise ont là un précieux réservoir d’électeurs qui se disent d’ailleurs prêts pour nombre d’entre eux à unir leurs forces pour empêcher la réélection d’Emmanuel Macron en 2022, une lourde menace à l’horizon.

Quant à la question religieuse, elle a elle aussi resurgi dans le débat contre la volonté du maître des horloges, et pour cause. Seulement, alors qu’il avait toujours tenu des propos libéraux sur le sujet, allant jusqu’à provoquer l’ire des laïcs radicaux en déclarant dans son discours aux Bernardins souhaiter « réparer » le lien qui s’était « abîmé » entre l’Église et l’État, s’agissant de l’islam, le président de la République a semblé récemment vouloir se droitiser sinon venir sur le terrain de son adversaire désigné en donnant symboliquement une interview à Valeurs Actuelles. Si tel était le cas, il y aurait là un changement de paradigme du macronisme et peut-être aussi une instrumentalisation dangereuse et une erreur stratégique. C’est ce que donnent à penser les leçons de l’Histoire.

Les leçons de l’Histoire

La Troisième République naissante a instrumentalisé la question religieuse pour son plus grand profit. Quand elle est proclamée en 1870, l’idée républicaine est minoritaire dans le pays. Elle signifie en effet pour les Français la poursuite de la guerre, le socialisme et les barricade de 1848, voire la menace d’une nouvelle Terreur. La droite monarchiste majoritaire a donc toutes les chances d’atteindre son objectif : la Restauration.

Seulement divisée sur la question des libertés, celles du Parlement mais également la liberté religieuse – les légitimistes ultramontains se reconnaissent volontiers dans le programme d’« ordre moral » de Mac-Mahon et Chambord ne veut pas entendre parler d’une monarchie parlementaire -, elle a offert au stratège Gambetta revenu de son bellicisme de 1871 le moyen de la diviser, transformant du même coup le paradigme républicain avec l’aide d’Adolphe Thiers et d’une partie des orléanistes !

La crise du 16 mai 1877 est ainsi le moment où tous les adversaires de Mac-Mahon, de l’extrême gauche au centre droit, des socialistes à Thiers, s’entendent sur un programme qui va devenir du même coup le dénominateur commun de tous les républicains : le parlementarisme et la laïcité.

Oubliée dès lors la révolution sociale – « la République sera conservatrice ou ne sera pas » (Adolphe Thiers), oubliée aussi la guerre contre l’Allemagne – « la revanche, pensons-y toujours, n’en parlons jamais » (Léon Gambetta). Les adversaires de l’absolutisme monarchique et du bonapartisme peuvent alors désormais se dire républicains, c’est-à-dire partisans d’un régime parlementaire et laïc. La République, la gauche ont conquis l’opinion, la droite est durablement marginalisée. C’est là l’origine du « sinistrisme » de la vie politique française dont parlait Thibaudet.

Le macronisme au risque de la question laïque

Si l’instrumentalisation de la question religieuse a donc été une incontestable réussite pour les républicains opportunistes à la fin du XIXe siècle, il n’est pas certain que ce soit le cas pour le macronisme du début du XXIe.

En effet, alors qu’elle était dans les années 1870 le ciment d’une large majorité dans une France déjà sécularisée et peu sensible au Syllabus de 1864 condamnant les grandes libertés comme « les principales erreurs de notre temps », la question religieuse, à propos de l’islam, divise aujourd’hui profondément l’opinion publique d’une part et d’autre part sa version radicale est l’apanage du Rassemblement national dont l’opposition avec LREM structure dorénavant le paysage politique.

On ne voit donc pas l’intérêt stratégique que le président de la République pourrait avoir à venir sur ce terrain, au risque de surcroît de susciter l’incompréhension de la base libérale de son électorat.

Et ce d’autant plus que la question laïque ne lui permettra pas de diviser ses principaux adversaires, la France insoumise et le Rassemblement national : elle aura en effet du mal à dissimuler la question sociale qui constitue pour les Français une préoccupation essentielle, notamment avec la réforme des retraites à venir. Ni les électeurs de Marine Le Pen, ni a fortiori ceux de Jean-Luc Mélenchon ne risquent d’oublier l’une au profit de l’autre, la coalition inédite qui s’esquisse entre les deux électorats le montre bien. Il n’y a donc pas de majorité de rechange à l’horizon pour le macronisme tandis que les populismes se renforcent.

Sur la question sociale, sur la question religieuse, le président de la République hésite : il a différé son intervention sur la laïcité, il envoie des signaux contradictoires sur la réforme des retraites. On le comprend car dans le climat actuel de tensions et d’incertitudes, une seule chose semble certaine : les semaines qui viennent seront décisives pour l’issue du quinquennat !

Sur le web

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • L’islam a une caractéristique oubliée par tout le monde.
    « Baise la main que tu ne peut couper » reconnait la soumission a la force pure et
    « nul loi des hommes peut infirmer celle de dieu » donc le vrai pouvoir doit etre religieux

    rien donc ne peut s’inscrire dans la laïcité… une justice considérée comme laxiste est interprétée comme de la faiblesse ; et la loi ne saurait contrarier le livre.

    Les élus ne sont là que par le rejet du RN , car pour etre élu il suffisait de se retrouver face au RN au deuxième tour..
    Mais le seul parti en progression numerique est le RN, en agitant la cause de l’islam
    macron a fait une erreur majeure , on le verra lors des prochaines consultations

    • La manoeuvre de Macron n’est peut-être pas si inutile, politiquement parlant, que cela. Regardez comme le vote de quotas d’immigration légale a été « vendue » comme une lutte contre l’immigration alors même qu’il s’agit d’ajouter une immigration légale à l’illégale (A ce jour aucun retour de plus, pas d’accroissement de le lutte contre l’immigration illégale.)
      Pour certaines personnes incapables d’assumer (moralement et éthiquement, voire par « esprit chrétien ») un rigorisme nécessaire à la survie de notre pays et de notre civilisation, cet abord donnera matière à les leurrer encore un peu plus et ce sera utile au deuxième tour des élections présidentielles.
      C’est le « en même temps » : je dis que je vais lutter contre l’immigration illégale (et je ne fais rien, je ratifie le pacte de Marrakech) ,et je « lutte » contre l’immigration légale par des quotas (qui selon leur niveau vont également favoriser l’immigration).

      • oui , tout ceci pour alimenter les entreprises en bas salaires…
        moi quand j' »entend qu’on est incapables de trouver des salariés , çà me fait braire .. SI ON LES PAYE les salariés on en trouve

        • Pas si évident que ça… Trouver des salariés c’est facile. Trouver des salariés qui comprennent que ce que l’on attend d’eux, ce n’est pas une présence mais un travail, c’est déjà beaucoup plus délicat. Enfin pour une PME devant rester compétitive avec l’ensemble des charges qu’elle subit, pas facile de préserver une marge suffisante…

          • certes , mais il faut avoir des capacités pour entraîner les gens dans un projet et si celui ci n’est pas viable en raison des coûts , il faut l’abandonner
            point

            • Pour le vivre au quotidien, je peux vous assurer que le problème n’est pas le salaire mais la formation. On ne trouve pas les ouvriers qu’il nous faut, parce que les jeunes ne se dirigent pas dans cette voie-là. Les plus âgés, déjà en poste, font effectivement jouer ce levier de la rareté et ils ont raison. Alors on paie bien. Poseur en menuiserie, expérimenté, niveau CAP mais sans le CAP, 1820€ nets plus 185€ de prime de panier non imposable (plus le véhicule, les vêtements, le téléphone, la prime de congés car ProBTP, la mutuelle correcte car ProBTP. Bref. Et kicéki paie ? Le client pardi !

        • En fait l’immigration illégale est nécessaire pour que le système socialiste tienne : vu le niveau de prélèvements record qu’il entraîne dans le pays, si on ne veut pas que les entreprises meurent (donc que le chômage explose et une crise sociale sans précédent se produise), il faut fournir aux patrons une main-d’œuvre low-cost. CQFD.

        • Pas d’accord avec votre point de vue. Pour trouver des salariés compétents il faut qu’ils aient reçu une formation correspondante, hors ce n’est pas le cas dans notre pays. Les immigrés qui arrivent chez nous n’ont aucune compétence réelle, sauf d’accepter une pelle et une pioche, ce que le « sous-chien » n’accepte pas.

          • Si, le sous-chien accepte pelle et truelle, mais pas le salaire de misère qui va avec. La preuve dans mon commentaire ci-dessus. Même tout en bas de l’échelle, il veut gagner 2500€ nets. Donnez-les lui et il prendra pelle et truelle. Les immigrés acceptent parce que le salaire proposé en France est toujours largement supérieur à celui du pays d’origine. Illustration du fait que l’immigration illégale tire les salaires vers le bas. On veut faire croire que les Français ne veulent pas se salir les mains, c’est juste qu’ils veulent gagner un certain salaire, supérieur à celui proposé pour ces métiers.

            • Mouais… le même sous-chien estime qu’au SMIC on est pauvre (pas faux), et que justement à 2500 € on est un salaud de riche ! L’écart se réduit de plus en plus…

              Selon moi, le problème est que les Français veulent péter plus haut que leur c.l, et ils y croient puisqu’ils sont 80% à avoir le bac !

              Alors oui à 100% pour le salaire complet ! Mais même à ce pris, un master philo au RSA avec 3 enfants ne prendra pas la pelle !

              • Non en effet, pas le master philo mais le gars qui a décroché les études dès le collège et à qui on a valorisé les métiers manuels. Cherchez donc combien gagne un plombier ou un boucher, vous serez surprise. Je maintiens que le problème est et en premier lieu la valorisation des métiers manuels et ensuite le niveau de salaire. Pas le fait d’être « sous-chien » ou « chance pour la France ».

            • Ben oui, les petits gars de chez nous (et même les grands et les femmes) se précipitent sur les pelles et les serpillières suisses pour 4’500 chf par mois !

              Alors la question est :

              comment peuvent ils payer de tels salaires tout en ayant les comptes excédentaires ?

              Et je ne parle pas des retraites à 3 piliers…

              Ne cherchez pas de réponses, elles commencent au berceau (des hommes et de la Confédération).

      • Oui, on va réduire l’immigration légale pour que l’immigration illégale puisse trouver du travail et devenir légale. Elle est pas belle la vie ?

  • Il ne faut pas oublier que la loi de 1905, sous des apparences neutres, était dirigée contre l’Eglise catholique. Ce paradigme est inopérant face à l’islam politique.
    Il faut d’ailleurs remonter aux origines de ce dernier et aux causes de son instrumentation pour comprendre la situation actuelle.
    Ce qui nous mène à la géopolitique et au courant mondialiste qui a promu E. Macron.

    • Vous avez raison de le rappeler, la loi de 1905 était une machine de guerre destinée à abattre le catholicisme, rien de plus rien de moins C’est pourquoi elle est totalement inefficace contre l’islam, qui n’est pas qu’une religion, mais surtout un système politico-religieux et juridique totalitaire. Tant qu’on ne prend pas cet aspect, qui est le plus important, on ne peut rien contre l’islam(isme). Je ne fais aucune différence entre les deux, c’est la même chose.

  • Bonjour.
    J’ai bcp aimé la séquence « Allahou Akbar » de la manifestation d’hier, bien entendu reprise par les médias en boucle.
    Provocation, ou bonne conscience musulmane?
    Sans doute un peu des deux; certes Dieu est le plus grand mais c’est aussi dans l’imaginaire le cri de guerre des terroristes.
    Les musulmans ont aussi une responsabilité, surtout quand ils manifestent, de ne pas se donner des verges pour se faire battre.

    • les musulmans vraiment pratiquants sont combien?
      c’est çà la question

    • Les musulmans ont aussi une responsabilité, surtout quand ils manifestent, de ne pas se donner des verges pour se faire battre.
      Là vous leur demandez beaucoup, car chassez le naturel, il revient au galop.

    • Si c’était de la bonne conscience, il s’inclinerais devant Allah qui les éprouvent en les « immergeant » dans une société « islamophobe ».

    • Mais comme ils savent que les 72 vierges du Paradis les attendent, ils veulent bien se faire battre à mort…

    • La marche contre l’islamophobie a montré le vrai visage de l’islam politique et donc a permis aux Français de se rendre compte de la réalité, avec toutes les personnes tuées dans les attentats, le retour des islamistes, à mon avis les Français ne vont plus se laisser faire, se laisser enfermer dans « ce n’est pas l’islam », « pas d’amalgame », les bougies, les nounours et autre .
      Macron a autorisé cette marche, son cynisme a atteint le pire. Macron danse sur un volcan, la guerre civile n’est pas loin.
      Et dimanche on a bien compris que ces manifestants n’hésiteront pas à prendre les armes contre les Français comme on peut le voir un peu plus chaque jour dans les quartiers perdus de la république. Et ce ne sont pas les paroles lénifiantes des journalistes, des politiques qui arrêteront cette marche vers la violence.

      On se demande pourquoi Macron a autorisé une telle manifestation?
      Ce qui s’est passé était prévisible!!! Mais non, Macron pousse le cynisme jusqu’à se montrer irrité d’une telle marche, voir le 2ème article!!! Et donc il n’est pas informé par les RG? Qui peut croire à ses déclarations? Son cynisme me donne un peu plus chaque jour envie de vomir.
      Macron est un TRAITRE à la France comme l’a été un certain Mitterand décoré de la francisque avant de se mettre dans le camp des résistants de la dernière heure quand il a compris qu’Hitler avait perdu au moment de la bataille de Stalingrad.

  • Non, nous ne sommes pas racistes !!! nous avons parfaitement assimilé quantité d’immigrants d’origines très différentes, dont plusieurs millions d’asiatiques, sans heurts, mais, avec l’islam, ça ne passe pas. Pourquoi ?
    Parce que nous estimons être un peuple civilisé qui règle ses conflits individuels pacifiquement, par le biais de tribunaux qui appliquent des lois et règlements que nous avons décidés démocratiquement.
    Quand nous entendons plus d’un tiers d’une communauté de près de 12 millions de personnes nous dire que la charia est supérieure aux Lois françaises, nous nous demandons: en cas de divergences avec mon voisin musulman, qui va trancher , le juge ou l’imam du quartier ? Grave question qui met en péril tout notre mode de vie.
    C’est pourquoi les signes d’un islamisme conquérant comme le foulard, qui nous donnent l’impression de vouloir nous imposer une autre façon d’organiser notre existence que celle que nous avions prévue et choisie, nous mettent autant mal à l’aise.

    • Il suffit d’observer ce qui se passe dans le monde musulman pour comprendre ce qui va nous arriver si nous ne réagissons pas : toutes les nuances de l’islam s’y expriment, mais des constantes demeurent : violence endémique (d’État souvent), sous-développement économique, libertés très restreintes, discriminations quasi-systématiques envers les non-musulmans et les femmes, coutumes arriérées voire dangereuses comme le ramadan…
      Finirons-nous comme l’Arabie Saoudite (théocratie), comme le Liban (pays déchiré par les guerres civiles), comme l’Égypte (tenue d’une main de fer par l’armée), comme les Balkans (objet de partition territoriale), nous ne le savons, mais si nous laissons faire comme c’est le cas depuis quelques décennies, notre direction est celle-là.
      Croire que l’on peut s’appuyer sur la partie des musulmans intégrés et peu ou prou démocrates pour contenir les « durs » est une erreur : car partout et toujours, l’histoire de l’islam le montre, les fondamentalistes imposent leurs vues aux « modérés », même s’ils sont minoritaires ; la nature violente et liberticide de l’islam (de très nombreux textes coraniques à l’appui) pousse dans ce sens.
      Déjà, si nous (nos dirigeants élus) appliquions les lois existantes, nous résoudrions une bonne partie du problème : fermeture des mosquées salafistes, interdiction du mouvement des Frères Musulmans, ouvertement subversif et de leur littérature, expulsion des fauteurs de troubles ayant double nationalité, mise à l’ombre des autres, et une justice globalement moins laxiste qui cesse de remettre en liberté des gens dangereux, reprise en main des zones de non-droit…
      Oui mais voilà, les Français sont devenus des c**illes molles, des gens sans convictions, relativistes pour qui tout vaut tout, des pacifistes à la mode des années 30, i.e. des lâches ; ils élisent donc des gens qui leur ressemblent…

      • Je partage pleinement vos propositions et je constate que seul le RN va dans ce sens. Pourtant je suis un libéral ce qui est loin d’être le cas du RN. Alors que faire ? Je m’abstiens ou je vote RN avec pour unique objectif de faire progresser notre lutte à l’égard de l’Islam

        • Vous avez bien expliqué le pourquoi du vote RN qui monte qui monte. Non les français ne sont pas racistes, islamophobes comme c’est si simple de le faire croire (au moyen d’étoiles jaunes aussi, abject !) Ils savent ce que l’islam va amener et votent pour le seul parti qui leur dit me.rde.

      • Oui, vous êtes dans le vrai. Petite précision, lorsqu’un pays musulman met sa main (de fatma) sur un pays ou une région, celle-ci devient musulmane. Exemple l’empire ottoman (turquie) avec Istanbul, le Kosovo, Albanie.

  • Macron est un « Jésuite », un pervers, un refoulé, La Notion de Laïcité lui est totalement étrangère, et ne fait pas partie de son absence de culture humaniste. Il n’a au fond aucun courage politique, mais seulement un très grand talent de manipulateur. Une chose est certaine, il est incapable de sauver la France du bourbier économique, et immigro-islamiste ou elle est plongée. Pire : Il n’a absolument plus personne dans son entourage capable de l’éclairer.

    • Veut-il vraiment « sauver la France du bourbier »? J’ai l’impression qu’il s’en fiche complètement, il n’est pas là pour ça. On se demande d’ailleurs pour quoi il est là, à part pour son ego surdimensionné.

  • Vivement que notre president se chiraquise ,il y a bien un.e petit.e japonais.e pour l’occuper le temps qu’il lui reste a la presidence ,il faut qu’il decompresse il va finir par avoir un avc …la laïcité..ca interesse vraiment quelqu’un a part la marine ?

    • Certes un petit japonais pour l’occuper, mais quid de 2022 ?
      Qui sera le mieux à même de sauver la France ?
      Y a-t-il quelqu’un pour me donner des idées ?
      Notre pays est-il foutu ?

      • Qui importe peu ils viennent tout d’un meme monde , sans doute de mars ,ils sont de plus en plus verts en apparence et rance au plus profond d’eux même.
        « Notre » pays est foutu est une certitude economique si rien ne change.

  • Ont ne s’autoproclame pas LE CHEF………….., soit on l’est, on en possède et en maitrise les codes, et l’on est reconnu comme tel par la société dans son cosmopolitisme politique et sociale, soit ont n’est qu’un vulgaire autocrate et donc l’utérus de la guerre civile en gestation en france!

  • Je viens de lire les commentaires, intéressants certes, mais là, je me pose en observateur…. Essayez, vous verrez ça fonctionne:
    Vous relisez, sans aucun apriori, TOUT ce qui vient de s’écrire, et vous ne pourrez que constater, d’abord, qu’il y a un nombre impressionnant de futur dirigeants de notre pays! En caricaturant (un peu) les ‘yfocon » les « yaca » seraient très nombreux!!! N’oublions pas, comme disait quelqu’un de célèbre (Destouches), je cite: « La critique est facile, mais l’art est difficile… » Attention, je ne défends personne, si ce n’est qu’il faudrait avoir l’honnêteté de reconnaitre toutes les erreurs passées, et que bien sur, nous n’avons rien appris de nos erreurs passées! L’enseignement professionnel, l’enseignement technique, les nouvelles technologies qui pointaient leur nez au tout début des années 70 etc… La laïcité et l’histoire, NOTRE HISTOIRE, en parlons-nous? Faisons-nous notre acte de contrition? Je me souviens d’un excellent professeur de physique/chimie qui nous disait à longueur de temps: « Lorsque vous avez un doute, ou une incompréhension, POSEZ VOUS LA QUESTION: POURQUOI! Et en concluant: « et tant que vous n’avez pas trouvé la solution, et bien continuez de creuser… » Apparemment peu de gens savent le faire et agissent opportunément. Je pense que je suis en train de m’attirer les foudres de beaucoup, et pour cela je vous laisse avec (ou non) de nombreuses questions ou constatations. Bonne semaine à tous, et bonnes réflexions…..

    • C’est trop tard pour les « yaka fokon ». Je suis née en 1978 et j’ai été à l’école primaire publique à Aulnay-sous-Bois. J’étais sûrement trop jeune pour comprendre, mais de ce dont je me souviens : certes, les « Beurs » étaient pauvres (enfants d’ouvriers) comparés aux « Gaulois », mais ils avaient le respect de l’autorité de l’enseignant et des parents. Beaucoup de ma génération ont fait de bonnes études et sont avocats, enseignants, etc. Mais ils ont grandi dans une ambiance socialiste, ce qui laisse des traces même parmi les « Gaulois ». Nous sommes coupables et ils sont victimes !

      Je n’étais pas née en 1968 et n’avais pas l’âge de voter en 1981. Mais je sais comment la Gauche traite les handicapés : sous prétexte de bons sentiments, il ne faut pas leur faire remarquer quand ils se trompent, pas de mauvaise note, et plus tard leur donner de l’argent pour qu’ils ne fassent pas ch.er. C’est pas stigmatisant, ça ?

      Ça va être long, mais il faudrait parier sur l’intelligence humaine. Les politiques, associations « anti-racisme », etc. ont enfermé les musulmans dans leur condition de musulman et de victime de notre racisme. Or tout être humain un minimum intelligent qui lirait le Coran comprendrait que ce livre est l’œuvre d’Hommes et non d’un Dieu omniscient.

      Alors : POURQUOI ? Parce qu' »on » a bloqué sur les nazis !
      Et il en va de même pour les Roms et autres voyageurs.

      Par contre, les handicapés (les vieux aussi), ça passe crème : on peut « abréger leur souffrance » !

  • La marche de la honte de dimanche a changé la donne car elle a donné raison à ceux qui nous dénoncent les turpitudes de l’islam politique. D’ailleurs ils ont été hué par les manifestants, Zemmour, Valeurs actuelles Zineb.

    Macron ne pourra jouer le “en même temps”, ce n’est plus possible au risque d’une guerre civile. Il faut que cet islam politique disparaisse et qu’il soit mis hors d’état de nuire, d’imposer ses lois comme la charia au dessus des lois de la république.

    • L’islam non politique n’existe pas, le politique est contenu dans l’islam, alors on fait quoi ? et qui c’est le « on »: la révolution, la guerre civile, ou les politiques au pouvoir ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles