Réforme des retraites : non, il n’y a pas de consensus

Vous avez dit concertation ? Invités oui, informés oui, écoutés peut-être, entendus, certainement pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Retraites By: Franck Michel - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme des retraites : non, il n’y a pas de consensus

Publié le 28 août 2019
- A +

Par Gérard Maudrux.

Le rapport Delevoye est issu d’un long travail de près de deux ans. Il est également le fruit, comme on nous l’a expliqué, d’une large concertation qui n’est pas terminée. Il est présenté dans sa publication comme un « projet collectif », qui a « mobilisé l’intelligence de tous ». On a eu droit à des ateliers prospectifs, des ateliers de régions, des ateliers citoyens et une grande consultation en ligne, sans oublier la mise à disposition de « kits pour en parler autour de vous ».

Vu des coulisses, je ne peux que constater que nous n’avons pas la même interprétation des mots « concertation » et « consensus », et je crains que tous ces « machins » n’étaient là que pour amuser la galerie, occuper le terrain, faire croire.

Les premières consultations ont été faites avec les caisses de retraite, normal jusque-là. On discute avec ceux qui gèrent l’actuel, qui ont l’expérience et les compétences. Un planning de six à huit réunions nous a été donné, avec les dates. Premières discussions : nous avons deux options : un régime universel (RU) qui couvre toute la population jusqu’à un PSS (40 000 euros), ou jusqu’à trois PSS. Qu’en pensez-vous ? Est-ce que cela englobe nos régimes complémentaires ? Si trois PSS, oui, mais vous aurez la possibilité de continuer à les gérer comme avant au-delà de trois PSS (6 % des recettes chez les médecins, donc 94 % iront au RU ! Merci beaucoup de cette générosité).

Réponse unanime des caisses

La réponse de toutes les caisses a été unanime : un PSS, que ce soit salariés ou indépendants. Changement de programme, impossible de discuter avec des gens qui sont capables d’argumenter, les réunions se sont arrêtées à deux, maintenant on va discuter avec les syndicats, là où il n’y a pas de compétences (y compris chez les permanents chargés de retraite, chez les salariés 90 % sont issus de la fonction publique ou des régimes spéciaux et en disponibilité). Chez nous, il y a eu six réunions officielles, sans compter les réunions bilatérales (souvent deux à trois). Le ton a été donné dès la première : ce ne sont pas des négociations, mais des réunions d’informations. Dans ces réunions, toute l’architecture (que certains avaient dès le départ) a été distillée point par point, étalé sur quelques mois.

À chaque réunion, un ami présent a demandé s’il était possible d’avoir une projection du RU pour savoir où on allait, si c’était équilibré, pour combien de temps. Six demandes, jamais de réponse, c’est pourtant le B.A.ba de la retraite.

Quant à la consultation citoyenne, quel monument de démagogie ! C’est exactement comme si les médecins demandaient au Français comment il faut les soigner ! Pas besoin non plus de consulter les Français pour savoir ce qu’ils veulent : payer moins, toucher davantage, partir plus tôt, et la fin des privilèges.

Des idées pour améliorer le système

Par contre inutile de consulter ceux qui ont à traiter chaque semaine, chaque mois des centaines de dossiers individuels dans les commissions de recours amiable, d’action sociale, etc. Eux savent où sont les problèmes et ils ont peut-être quelques idées pour améliorer le système. Page 172 à 176 le rapport cite tous les contacts pris pour élaborer cette réforme. Cela va des organisations syndicales aux élus, en passant par les organisations étudiantes et les mouvements et associations de jeunesse, sans oublier « politistes, historiens et hauts fonctionnaires », Terra Nova ou France Stratégie, j’en passe et des meilleurs.

Ne sont pas cités : les caisses de retraite (et leurs administrateurs élus par les citoyens pour s’occuper de leur retraite), et les organisations de retraités, comme la plus grosse, Sauvegarde Retraites, malgré leur demande.

Vous avez dit concertation ? Invités oui, informés oui, écoutés peut-être, entendus, certainement pas. Ce n’est pas un « projet collectif », mais celui d’une poignée.

Prochain épisode : 1 ou 3 PSS, les conséquences.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

Compte tenu des informations éventuellement à disposition au sujet de l'élection présidentielle, il semble qu’il n’y aura pas de changement important des politiques françaises, quel que soit le candidat qui sera élu et quels que soient les élus du Parlement. Ce qui serait souhaitable serait d’obtenir des réformes permettant de donner au libéralisme une place beaucoup plus grande en France.

En effet, la France est un des pays du monde où le montant des impôts et des dépenses publiques est le plus élevé. Et par ailleurs il semble qu'elle... Poursuivre la lecture

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le quoi qu’il en coûte aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles