« L’opium des imbéciles » de Rudy Reichstadt

Anatomie d’un phénomène préoccupant et en expansion, qu’on aurait tort de sous-estimer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’opium des imbéciles » de Rudy Reichstadt

Publié le 4 novembre 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

Rudy Reichstadt est le fondateur et directeur de ConspiracyWatch.info, site de référence consacré à l’analyse critique des théories du complot.

À travers cet essai sans concession, il livre une sorte de synthèse sur les travaux relatifs au conspirationnisme, visant à mieux en combattre toutes les formes, grâce à une meilleure connaissance des moyens de les repérer. Distinguant clairement crédulité et indépendance d’esprit, il n’accorde aucune indulgence à ceux qui y participent, les qualifiant au mieux d’imbéciles, c’est-à-dire de faibles d’esprit et sans caractère, au pire de charlatans, tant le projet d’émancipation s’assimile au contraire à une subversion de la liberté.

Il n’y a aucun lieu, selon lui, de parler de facultés critiques ou transgressives, au mieux de croyances. Et il n’y a aucune complaisance à avoir face à des opérations de falsification du réel menées au nom de la Vérité, qui relèvent plutôt du charlatanisme ou d’une figure contemporaine de l’anti-intellectualisme, voire du négationnisme.

Le refuge de l’ignorance

Après un premier chapitre portant sur les notions de complot et de théorie du complot, Rudy Reichstadt dresse un portrait-robot du complotiste (à distinguer du sceptique, qui doute de ses propres doutes), tel qu’il transparaît d’un ensemble d’études : tendance, plus que la moyenne, à rejeter les faits ou les consensus scientifiques et à accepter les superstitions, plus soucieux de se distinguer des autres et plus disposé à prendre lui-même part à un complot, ou encore moindre attachement à la démocratie (à mesure du nombre de théories du complot auxquelles il adhère).

Ces personnes sont surreprésentées aux deux extrêmes du spectre politique, s’informent prioritairement via les réseaux sociaux ou les plateformes de vidéos en ligne. Sans qu’il y ait de corrélation mécanique, elles sont également plus jeunes, de niveau de diplôme et de niveau de vie moins élevés.

Gratifiante pour l’ego, la théorie du complot est le refuge des ignorants. Elle leur permet de tenir la dragée haute à plus savants qu’eux par des effets de manche dissimulant mal – mais les autres ignorants n’y verront que du feu – leur absence totale de familiarité avec les choses de l’esprit […]

S’improvisant tour à tour juges, enquêteurs, détectives, historiens, économistes, climatologues, virologues, experts en terrorisme ou spécialistes des questions internationales, les complotistes récusent la division du travail sans laquelle nos sociétés complexes modernes ne pourraient fonctionner. Ils font leur, l’idée fausse que la démocratie signifie que « mon ignorance vaut autant que ta connaissance » et en arrivent à considérer que « la compétence est une invention de l’élite pour imposer sa tutelle aux braves gens. »

Immodestes et nombrilistes, ils se croient plus clairvoyants que les autres, voire se considèrent comme une avant-garde éclairée pouvant même jouer le rôle de prophète qui avait annoncé toutes sortes d’événements à venir. Le cas échéant, ils sont prêts à endosser l’étiquette pour mieux la subvertir. S’en servant ainsi de pied- de-nez s’ils ne peuvent plus se dédire ou reculer.

Compensant leur faiblesse par des numéros d’esbroufe inconséquents, les complotistes cherchent aussi à se différencier de la commune humanité. Plus intelligents, plus courageux, plus lucides que les autres, ils dénoncent le « Système » (de même que l’« Empire », le « Sionisme », le « Capitalisme », etc.) avec d’autant plus d’énergie qu’ils ont eux-mêmes le sentiment d’appartenir à une aristocratie invisible et plus légitime que l’« oligarchie » qu’ils pourfendent – ils cachent mal, en réalité, leur désir profond d’en faire partie ou de la remplacer.

L’art de la falsification

Aujourd’hui, par une forme de fuite en avant, les conspirationnistes surgissent instantanément dans l’espace public, « en temps réel », dès qu’un événement marquant se produit, dans une sorte de course contre la montre afin d’imprimer les esprits avant qu’une autre version des faits communément acceptée ne vienne se figer, devenant ainsi difficile à contester. Les sites spécialisés sont légion, à l’instar du francophone Réseau Voltaire ou de ReOpen911 aux États-Unis, dont Rudy Reichstadt nous montre l’évolution des techniques en vue de paraître sans arrière-pensées idéologiques.

Rudy Reichstadt s’intéresse ensuite aux politiques de complotisme développées par des régimes politiques non démocratiques (Chine) ou dont la légitimité démocratique est remise en cause (Téhéran, Damas, Moscou, Istanbul, Caracas, ou plus récemment Washington, selon l’auteur). Il montre comment ces régimes, à divers degrés, pratiquent la diversion, et dans certains cas la répression contre leurs opposants, en s’appuyant sur des arguments complotistes, la plupart du temps en mettant en cause des conspirations en lien avec des « agents de l’étranger ».

En étendant notamment le champ à toutes les « révolutions colorées » (en remontant même jusqu’à Tienanmen), en passant par les « Printemps arabes », ou les mouvements d’opposition à Maduro, jusqu’à la révolte récente à Hong-Kong (avec la contribution active, de nouveau, de sites comme le Réseau Voltaire et de personnages engagés à l’image de Thierry Meyssan). Qui ne seraient donc que des tentatives de coups d’État déguisés.

Quant aux observateurs des ONG chargées de surveiller les élections, ils ne seraient pas impartiaux. Les répressions seraient, elles, inventées, exagérées, voire provoquées délibérément par des agents sur place afin de ternir l’image du régime.

Au final, les peuples seraient dépourvus de toute volonté ou capacité d’action autonome. Ce qui décrédibilise ainsi ceux qui risquent leur vie au nom de la liberté. Avec à la clef, une représentation fantasmée des États-Unis (à la solde tantôt des multinationales, ou de la « Finance internationale », tantôt du « Sionisme international », quand ce n’est pas des Illuminati ou autres thèses reposant sur la recherche d’affrontement par le « Choc des civilisations »).

Assassinats de journalistes ou d’opposants à Vladimir Poutine en Russie, Shoah, attentats islamistes, sont également traités par Rudy Reichstadt dans le livre, montrant à chaque fois les techniques à l’œuvre et la manière de verser dans le négationnisme le plus affligeant.

La complaisance envers le complotisme

Rudy Reichstadt s’intéresse ensuite à ceux qui se montrent complaisants à l’égard du complotisme, en nient l’existence ou l’importance réelle, ou en ont une approche réductionniste qui s’apparente à une culture de l’excuse (parmi lesquels un certain Frédéric Lordon).

Cela ne poserait aucun problème si l’on pouvait classer le complotisme au rayon des lubies inoffensives, aux côtés de l’homéopathie et de l’astrologie. Mais la théorie du complot falsifie l’histoire. Elle parasite le fonctionnement de la démocratie. Elle dissuade les parents bien-portants de vacciner leurs enfants. Elle protège les dictateurs. Elle exonère des criminels. Elle invente des boucs émissaires. Elle dresse des potences. Elle prépare des génocides.

On aurait ainsi bien tort de sous-estimer l’importance de ce phénomène en expansion.

Pour finir, Rudy Reichstadt dresse un panorama des idées reçues en matière de conspirationnisme, qui permet de montrer quelles en sont les impasses.

Il ne s’agit nullement, non plus, de verser dans l’angélisme et nous priver de la saine méfiance qui nous permet de demeurer libres, mais de trouver un juste équilibre évitant de sombrer dans la paranoïa et les terribles dérives qu’elle peut entraîner.

Paradoxalement, c’est l’accès inégalé à l’information qui rend la recherche de transparence si prégnante et finit par rendre, si je fais référence à Jean-François Revel, « la connaissance inutile ».

Voir les commentaires (76)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (76)
  • Et comment parle t-il des climato sceptiques ou climato réalistes ?

    • Pour le savoir lisez le…

      • Quel conseil avisé ! Mais si je pose cette question, c’est justement parce que je ne peux pas le lire, habitant en Thailande et Amazon ne livrant pas les livres français ici …
        Ma question suppose que le lecteur moyen de Contrepoints aura compris mes sous-entendus. Ce qui a été le cas visiblement, plus bas dans les commentaires … Je ne veux pas perdre mon temps à lire quelqu’un qui met dans le même sac les climato-réalistes et les négationistes du 11 septembre par exemple. Et ne connaissant pas l’auteur de l’ouvrage en question … je reposerais bien la question, mais les réponses se trouvent déjà dans les commentaires.

  •  » tendance, plus que la moyenne, à rejeter les faits ou les consensus scientifiques et à accepter les superstitions, plus soucieux de se distinguer des autres et plus disposé à prendre lui-même part à un complot, ou encore moindre attachement à la démocratie (à mesure du nombre de théories du complot auxquelles il adhère). »

    c’est le portrait robot des ecologistes

    • Il est étrange que l’immense majorité des écolo soient très attachés à l’idée de démocratie directe (la même que vous défendez).

      • je ne défend jamais la democratie, je pense que faire voter les cons est un exercice facile pour ceux qui veulent faire taire ceux qui ont plus de 2 neurones

      • je m’en tape de votre pseudo democratie

        • Pardon Claude Henry, mais je ne comprends pas de quelle démocratie vous parlez. Je ne fais que mentionner un fait : la volonté affichée d’une très grande majorité des écolos de reprendre leur pouvoir citoyen, de s’organiser eux-mêmes en dépit de l’Etat (mais avec l’Etat si besoin).

          • @Luther, je dois être aveugle, mais je ne vois pas ou vous avez vu ca, la plupart des écolos réclament surtout que maman état vienne taxer les méchants pollueurs, et autres trucs du genre.

            Je ne nie pas qu’il y a surement des écolos qui veulent une démocratie directe, mais ca doit être une bonne minorité.

      • Vous parlez de la démocratie participative à 150 sur un sujet dont la conclusion est déjà écrite, et dont les personnes constituant ce groupe de 150 ne connaît rien au sujet ?

        • Non, vous vous méprenez, de bonne foi je suis sûr. La Convention citoyenne (dont j’ai eu connaissance ici sur CP, je n’ai pas l’impression qu’il y ait beaucoup de battage médiatique à ce sujet) n’est pas un bon exemple de démocratie directe.
          Que vous vouliez interdire aux « simples » citoyens de s’exprimer ou que peut-être, mais là je ne fais que supposer, vous souhaitiez instaurer le suffrage capacitaire, est votre droit le plus strict.

          • J’avais oublié en effet le terme « convention citoyenne ».
            Ce que je voulais dire : le problème des revendications de ces écolos pour plus de « démocratie directe » est qu’ils ne voudront jamais que TOUT le peuple vote. Ils s’arrangeront pour faire justement des petits groupes de votant, de préférence sélectionnés, et que tous les opposants soient n’auront pas le droit de vote d’une manière à déterminer hein ^^). Je ne connais pas ce terme de « suffrage capacitaire », mais je pense que ça serait plutôt de cette forme, mais façon écolo quand même. Bref, à éviter 🙂

            • Pourquoi attribuez-vous, sans aucune preuve ni même le début de preuve, de telles mauvaises intentions aux écolos ? En gros, vous critiquez un fantasme…
              Et vous réagissez à un terme que vous ne connaissez pas, c’est comme si je parlais de la soeur de mon boucher sans savoir s’il a une soeur…
              Puis-je vous demander de rester dans le rationnel et le réel svp ? Juste pour que l’échange d’idée puisse se faire correctement.

    • Reichstadt se plante quand il condamne le rejet du consensus scientifique.

      En effet la vérité n’est pas affaire de consensus mais de preuves expérimentale et tout scientifique remet en cause ses théories en face de faits inexplicables par celles ci (ex : Einstein et l’expérience de Michelson-Morley).

      Le doute est l »panage du scientifique, pas la ceritude ni le consensus.

  • éloge de l’autorité ..
    on ne peut pas la faire sans avoir mis en place des garanties..

    il faut postuler que les élites sont compétentes.. ce qui vrai pour les élites « concurrentielles » toute élite cooptée peut être corrompue..

    prenons
    Gratifiante pour l’ego, la théorie du complot est le refuge des ignorants. Elle leur permet de tenir la dragée haute à plus savants qu’eux par des effets de manche dissimulant mal – mais les autres ignorants n’y verront que du feu – leur absence totale de familiarité avec les choses de l’esprit

    en réalité des « ignorants » mettant en doute des théories défendues par des savants ont souvent eu raison… si vous regardez l’etat des sciences surtout les sciences non expérimentales , puisque elles reposent sur des théories qui n’ont la particularité que de ses conformer à un ensemble de faits restreints, le doute est toujours permis.

    moi l’ignorant, je vois des problèmes avec la communication de la science..
    erreur classique concernant l’épistémologiste.. corrélation = cause..
    et en ce qui concerne le rca…on va dire preuve par le modèle..

    je parle délibérément de communication..

    je vois une faille logique..
    comment déterminer qui est le savant et l’ignorant sinon par détermination de la vérité .. où le statut n’a pas d’importance..

    la science a une importance majeure dans la vie des gens…mais elle le fait sans demander l’assentiment des gens.. par la capacité à obtenir une meilleure technologie…
    rien n’empêche un personne de construire des avions sans tenir compte des lois connues de la physique.

    la constatation que la physiciens ou chimistes sont compétents est faite tous les jours par les gens..

    les sciences qui essaient de convaincre le public posent question. elle demandent à être « crue ».

    bon quel est le but de combattre le complotisme?

    pourquoi a t on peut des théories du complot?
    quand on va juger ou trancher.. on préfère connaitre la vérité..

    ça demanderait sans doute une plus longue réflexion..
    mais il y a des problèmes dans ce qui est dit.. on ne peut pas prétendre démonter une théorie du complot sans soi m^me aller se coltiner quelques vérifications d’allégations faites par des supposés complotisme.. si on se fie à une autorité on est exposé à être trompé..

    • on va rappeler que dans le cas du rca il suffit de demander à un scientifique qui fait un modèle climatique..comment peux tu déterminer la marge d’erreur de tes calculs..
      la réalité est qu’il ne le peut pas…

      il est coincé..il n’a aucun outil pour juger deux modèles..
      il n’a aucun outil pour améliorer son modèle

      le modèle ou les modèles sont un outil de persuasion rarement de preuve..

      tout le problème du rca est contenu dans le fait que le public est convaincu que les scientifique ont prouvé..non les scientifiques du giec sont persuadés de connaitre la vérité dans des contours assez mal définis……car ils ont beaucoup fait de modèles..ce n’est pas un hasard si les gens qui parlent le plus du giec ..ne sont pas des scientifiques..mais des militants, des journalistes et des politiques.

      • Faire un modèle c’est déjà avouer son ignorance: imiter n’est pas comprendre ni prévoir.

        D’ailleurs que fait le modélisateur: du calage de paramètres arbitraires pour faire coller le résultat de son modèle avec ce qui a déjà été observé et prétendre que cela le valide.
        L’étape suivante est évidente: valider son modèle prédictif en continuant à caler les paramètres pour prévoir l’avenir que ses commanditaires lui ont réclamé.

    • ignorant n’est pas un état permanent..et on peut être savant et idiot.

      les théories du complot PUBLIQUES et débattues sont paradoxalement utiles, souvent maladroites parfois désolantes..mais utiles. leur mode de réfutation peut être contre productif… c’est la façon de prouver que les élites sont bien compétentes.
      de l’importance de la preuve…et de sa nécessaire accessibilité au plus grand nombre.

      une question ..pourquoi y a t il un jury populaire dans les procès?

      • une question..le retentissement des travaux de séralini est il le résultat d’un complot?
        a titre personnel la réponse qui me fut faire par un parent quand je lui disais que es travaux de seralini étaient nuls en terme de science..tu n’es pas un biologiste… confiance en l’autorité et la publication..
        j’eus le même problème lors des travaux de viel sur les leucémies dans la Hague..

        faut il se fier aux conseils nutritionnels?

  • L’auteur a l’air de bien traiter et connaître le sujet, cependant s’il écrit effectivement que ce sont des « imbéciles, c’est-à-dire de faibles d’esprit et sans caractère, au pire de charlatans », là, je ne le suis plus du tout. Ces gens (se) construisent une rationalité, des explications, qui ont du sens (dans certaines conditions particulières et hors d’une vision globale).
    Les (nombreux) complotistes que nous avons ici ne sont pas des imbéciles, juste que certaines histoires justifient certaines de leurs croyances : tout leur système de pensée s’auto-construit/entretient.
    Et ya les complotistes « pour faire genre » : ceux qui sont climato-sceptiques ou qui ne croient pas au 11 septembre pour se donner un air de rebelle face à la parole admise. Ils n’ont aucune réflexion, juste une opinion, ce qui est la forme la plus basse de la connaissance.
    La frontière est mince entre parano, complotisme, doutes véritables et vérité, là est toute la difficulté.
    Perso, je mettrais ma main à couper que Epstein ne s’est pas suicidé tout seul… et je suis parfaitement conscient de croire en une théorie du complot.

    • Avec une double fracture au niveau des os de la nuque, et une fracture de l’os hyoïde, il n’y a pas vraiment besoin de théorie du complot pour dire qu’Epstein s’est fait assassiner ceci dit…..

    • et ceux qui pensent que la solution c’est la taxe carbone c’est quoi

    • ceux qui sont climato-sceptiques ou qui ne croient pas au 11 septembre

      parallèle « imbécile » pour reprendre la terminologie de l’auteur,

      j’attends toujours la démonstration expérimentale de l’effet de serre, et même la validation expérimentale de la théorie des GES

      a votre avis, comment expliquer l’enterrement de première classe du climategate sinon par une théorie du complot?
      comment expliquer que Mickey Man, auteur de la courbe connue sous le nom hockeystick, qui a servi à imposer Kyoto( qui au passage nous a coûté un pognon de dingue pas perdu pour tout le monde, merci aux Chinois)et qui a été démontrée fausse, soupçonnée même de manipulations, soit toujours un collaborateur du GIEC?

      en réalité ,si du point de vue politique, on doit bien constater que nous sommes manipulés, je vois dans l’instrumentalisation de la sciences à des fins politiques,une dérive très dommageable.

      Cela devient la sciences citoyenne, avec ses commités citoyens, qui décident ce qu’est la vérité scientifique

      • Très juste! L’escroquerie du Climategate est évidente à la lecture des mails de ces charlatans qui l’avouent explicitement. Pourtant les media se sont bien abstenus d’évoquer l’affaire par un silence assourdissant et Phil Jones blanchit par son université. Quant à Michael Mann il a été nommé directeur du Earth System Science Center de l’ Université d’état de Pennsylvanie. On croit rêver!

        • Donc tout est une question d’information. Il suffit de creuser un peu pour se rendre compte des biais de présentation et de la censure qui sévissent.

      • De toute façon les mathématiques sont raciste et opprime les faibles, les sciences sociales le dise, c’est forcément vrai !

        • « les mathématiques sont une construction sociale du capitalisme patriarcal , elles visent à établir la domination du mâle blanc !! «  »
          ou un truc comme ça , mais en gros c’était écrit comme ça … ça pourrait être drôle mais c’est juste affligeant

  • bof . Il en est du complotisme comme de l’imbécillité : on est tous l’imbécile et le complotiste d’un autre. Et bien malin celui qui dans une société si complexe se croit capable discerner en vérité à tout les coups. Vivant en Angleterre à l’époque de la guerre en Irak saison II , je me suis laissée avoir par la fabuleuse prestation d acteur de T Blair qui expliquait que son pays était menacé par les missiles de Saddam. Magnifique complotisme d’état. Je m’y suis laissée prendre et ça m’a rendue modeste . L’auteur du livre devrait aussi rester modeste, il n’est pas à l’abri …

    • Même réaction que vous sur beaucoup de faits, notamment les guerres au moyen orient. La propagande occidentale ne vaut pas mieux que la Pravda. Elle se présente juste sous une apparence de faux pluralisme et de neutralité.
      D’où la censure sauvage sur internet qui s’accentue, et « la haine » a bon dos. Encore une rhétorique d’ailleurs, qui vise à faire taire les opposants.

      • un haut gradé soviétique avait déclaré : » la différence entre votre propagande et la notre , c’est que vous , vous croyez en votre propre propagande « 

  • Le meilleur antiseptique ce sont les rayons du soleil. Pas d’expliquer que les germes pathogènes sont mal élevés.

    Les silences et les mensonges de ceux qui aimeraient avoir le monopole de la diffusion de l’information ont créé le scepticisme, puis la méfiance, puis le délire.

    Le remède n’est pas de rajouter une couche de moraline gluante sur des déplorables présumés. Il est de changer à nouveau l’ADN de la profession journalistique, dont le rôle devrait être d’informer, pas d’éduquer.

    Les seuls véritables organes d’information aujourd’hui sont en ligne et à faible budget. Contrepoints, Causeur, Les Crises, TV Libertés, NDF, BV, …

    Ce monsieur Reichstadt est un piètre et très servile pitre.

    • Oui dans mon labo j’ai des jolies lampes UV, aucun doute sur la question c’est très efficace pour éradiquer des formes de vies diverses et variées, d’ailleurs j’ai un indicateur à l’entrée pour me dire si c’est allumé ou pas , pour pas m’éradiquer moi même.

      Un peu d’accord sur Reichstadt , même si ca serait dangereux de le juger trop vite (vu que je ne connais pas l’animal)

    • Vos « véritables » organes d’information forment un vase clos (le bocal 🙂 ) et ont une vision partiale, orientée, subjective du monde et des questions de société. Aucune pluralité dans vos sources d’informations.

  • Il en va des anti-complotistes comme des antifas;

    Aussi nazes que ceux qu’ils combattent, une sorte de Yin/Yan d’une même sphère…

  • L’anti complotisme, nouvelle arme de propagande de l’élite au pouvoir; aboyer le plus fort possible contre tous ceux qui critiquent la vérité officielle. Certes, il y a beaucoup de bêtises véhiculées par les réseaux sociaux mais pas plus que par les médias traditionnels. Le plus souvent c’est le bon sens populaire qui soupçonne une fausse vérité officielle: exemple, le nuage de Tchernobyl qui s’arrête à la frontière.

  • Je propose qu’on élabore un néo-dictionnaire des insultes à l’intention des bien-pensants:

    – complotiste
    – négationniste
    – sceptique
    – capitaliste
    – élitiste
    – catholique
    – masculin
    – libéral

  • Mouais, donc le sionisme ne peut être un sujet de discussion, c’est du complotisme en puissance? Vous rejoignez la tendance de fond sémantique qui voudrait que antisionisme = antisémitisme.
    c’est regrettable, tout comme dans les ismes, de ne pouvoir parler de « Capitalisme » ! Le manque de connaissance est une chose, là ce n’est pas non plus du complotisme, mais la traduction d’un mal être qui s’exprime la plupart du temps. Enfin, pour faire très court, il parait qu’en Chine, parler des événements de la Place Tian’anmen, c’est précisément être un très vilain et méchant complotiste !

  • Je m’étonne…
    – Que Contrepoints (a priori un organisme libéral favorable à la liberté d’expression) publie ainsi un compte rendu sur un ouvrage émanant de cette caste intellectuelle hostile à la liberté d’expression dès lors qu’elle va à l’encontre de leurs idées et concepts « politiquements corrects ». Oui, d’accord, c’est au nom de la liberté d’expression…
    – que, Monsieur Reichstadt, probablement d’une intelligence rare, se permette de ce fait de traiter (sic) d’ « imbéciles » (un terme qui possède un sens précis : « Qui est atteint d’arriération mentale congénitale ») les individus qui ne pensent pas comme lui. En d’autres temps (heureusement dépassés) il eut probablement dirigé un tribunal d’inquisition…
    – Et je (me) pose une double question : quand, où, comment, ceux qui ne partagent pas les diktats communément admis auront-ils le droit d’interroger et de partager ces interrogations ? Pas uniquement sur le réchauffement décrété anthropique (merci Contrepoints sur ce sujet) mais aussi sur d’autres sujets ?

    Et j’aimerais signer mon post… « un imbécile heureux »…

  • En science il n’y a PAS de consensus qui détienne la vérité! C’est même exactement le contraire. A chaque découverte révolutionnaire le consensus s’y est opposé, les scientifiques sont comme tout le monde rivés à leurs croyances et rechignent à les abandonner! Ils n’ont pas adhéré avec enthousiasme à l’héliocentrisme, la dérive des continents, l’évolution de Darwin ou les théories d’Einstein!

    • Oui, et c’est précisément le débat qui permet d’approcher la vérité. Ceux qui le refusent en caricaturant et diabolisant leurs adversaires se dénoncent eux-mêmes.

  • Beaucoup d’amalgames dans cet article entre les véritables complotistes qui voient des complots partout et qui, en effet, sont superficiellement informés, et d’autres qui le sont beaucoup plus que la moyenne (et sans doute que l’auteur du livre) qui s’informent non pas sur internet mais aussi en lisant des livres. Ces derniers émettent des doutes raisonnés sur un certain nombre de faits. Et parce qu’ils savent que ceux qui traitent leurs adversaires de complotistes sont justement… les comploteurs. Ce qui évite d’argumenter sur le fond.
    Il serait temps que les gens de bonne foi et de bonne volonté réalisent par qui nous sommes gouvernés.
    Un livre parmi d’autres: « les secrets de la Réserve Fédérale » d’Eustace Mullins.

  • Rudy Reichstadt est socialiste, donc loin de l’impartialité nécessaire à une critique objective!

  • Rudy Reichstadt, ce charmant expert auto-déclaré qui qualifie de « complotistes » tous ceux qui ne vont pas dans son sens…

    Il me semble qu’il est attaqué pour diffamation par O. Berruyer du site « les-crises » à ce sujet d’ailleurs. La justice nous dira ce qu’il en est.

    • Reichstadt !! le complotiste de l’anticomplotisme 🙂
      Lisez ce qu’il écrit et vous saurez qu’il faut penser exactement l’inverse , on dirait du BHL 🙂

  • Que dire du complotisme anti complotistes?

  • Le complotisme c’est une forme élaborée de la pensée magique (ou spontanée). On reste dans la pensée magique mais en rajoutant du raisonnement. La pensée magique c’est l’explication de phénomènes réels par des causes irrationnelles. Et nous sommes tous victimes de ce type de pensée (notre cerveau est une machine à faire des prédictions en cherchant des causes aux effets). En fait le cerveau préfère se planter que de rester dans l’incertitude, sachant que des corrections restent possibles par la suite.

    Heureusement que la confrontation au réel (lois naturelles) ou le fait que tout le monde ne produit pas la même pensée magique (diversité=concurrence) nous ramène les pieds sur terre. Et si ça ne suffit pas il y a les scientifiques (sérieux) et les journalistes (sérieux) qui traitent l’information avec plus d’objectivité puisqu’ils y consacrent leur temps.

  • En parlant d’imbecile, cet auteur en est un fameux. Les theories de complot ne naissent pas par hazard. Il y a toujours des faits douteux suivis d’explications peux convaincantes. Un example about climate change;
    https://www.telegraph.co.uk/news/earth/environment/globalwarming/11395516/The-fiddling-with-temperature-data-is-the-biggest-science-scandal-ever.html Le vers est dans le fruit. Et pourquoi? Parce que ces scientifiques nous disent voila la « hard » data. Puis quelqu’un vient et dit; ce n’est pas « hard », c’est modelise. Est-ce modelise correctement? On s’en fout, c’est trop tard.
    Si on considere 9/11, on ne sait toujours pas pourquoi le systeme policier le plus sophistique et le mieux finance au monde a pu laisser une chose pareille se produire. Aucun responsable ne fut puni, leurs budgets et pouvoirs legaux augmentes et, cerise sur le gateau, une belle petite guerre en Iraq en prime basee sur un mensonge. La theorie du complot, a ce niveau, c’est de l’auto defense. Et quand, pour finir, Mr. Junker lui meme dit que quand c’est important, il faut mentir, n’oublions pas qu’il n’y a pas de fumee sans feu.

    • Oui, et l’accusation de complotisme vise à établir un interdit moral de s’informer autrement que par les moyens en cour (sans « s », car il s’agit bien d’une cour autour du – vrai – pouvoir). Avec ses idiots utiles et aussi, ses collabos.
      Le complotiste est par définition celui qu’il ne faut ni lire, ni écouter. Sous peine d’une sorte de contagion puisque le soupçon de complotisme pèse sur celui qui s’y risquerait. C’est, sur le fond, un problème de liberté de s’informer.
      Thierry Meyssan sert souvent de bouc émissaire dans cette affaire. Non seulement il a été le premier à contester la version officielle du 11/9, mais il avait à l’époque l’oreille du président Chirac.

      « Il se trouve que j’ai ouvert mondialement le débat sur le 11/9, que j’ai appartenu au dernier gouvernement de Jamahiriya arabe libyenne et que je relate sur place la guerre contre la Syrie. Au départ, l’administration US a cru pouvoir stopper l’incendie en m’accusant d’écrire n’importe quoi pour faire de l’argent et en me touchant là où selon elle cela fait mal, c’est-à-dire au portefeuille. Pourtant mes idées n’ont cessé de se répandre. En octobre 2004, lorsque 100 personnalités US signaient une pétition réclamant la réouverture de l’enquête sur les attentats du 11/9, Washington commençait à prendre peur. En 2005, j’ai réuni à Bruxelles plus de 150 personnalités du monde entier —dont des invités syriens et russes comme l’ancien chef d’état-major des armées de la Fédération, le général Leonid Ivashov— pour dénoncer les néo-conservateurs, montrant que le problème devenait global.

      Si durant le mandat de Jacques Chirac, l’Élysée s’inquiétait de ma sécurité, l’administration Bush demanda en 2007 au président nouvellement élu Nicolas Sarkozy de m’éliminer physiquement. Lorsque je fus averti par un ami officier à l’état-major de sa réponse positive, je n’avais qu’un seul chemin : l’exil. Mes autres amis —j’étais depuis 13 ans secrétaire national du Parti radical de gauche— me regardèrent incrédules, tandis que la presse m’accusait de sombrer dans la paranoïa. Nul ne vint publiquement à mon secours. Je trouvais refuge en Syrie et sillonnais le monde hors de l’espace Otan, échappant à de nombreuses tentatives d’assassinat ou d’enlèvement. Depuis quinze ans, j’ai ouvert des débats qui se sont généralisés. J’ai toujours été attaqué lorsque j’étais seul, mais lorsque mes idées ont été partagées, ce sont des milliers de gens qui ont été persécutés pour les avoir reprises et développées. » (Thierry Meyssan)
      On comprendra que l’accusation de complotisme n’est que la version soft de la censure.
      Ceux qui ont la liberté d’être insensibles aux oukases peuvent touours aller sur le site de réseau voltaire pour évaluer la qualité des analyses qui s’y trouvent.

      • A propos du 11 septembre, il se trouve que l’analyse des faits n’est absolument pas du complotisme: évoquer des hypothèses sur les commanditaires est autre chose que de mettre en évidence les incohérences et impossibilités de la version officielle. Ce que fait – très bien – cette vidéo:

        • Il n’y a AUCUNE incohérence! Vous n’avez pas vu les avions percuter les tours? Moi si. Et Al Quaïda a revendiqué cet attentat. Il n’y a donc pas de doute sur ce sujet.

        • Mon point est que quand certains faits impliquent une reaction logique et que cette reaction n’arrive pas (une catastrophe evitable et aucun responsable puni, aucune explication, en l’occurence), les gens se posent des questions legitimes. Maintenant, on appelle ces gens des comploteurs. Je le repete, il n’y a pas de fumee sans feu.

      • Thierry Messan est un révisionniste car les objections qu’il émet sont falsifiées par rapport à la réalité. Pour l’attentat du Pentagone prétendre que ce n’est pas un avion est grotesque! Il dit qu’on n’a retrouvé aucun déchet d’un avion alors que les photos en montrent sur la pelouse. Le bâtiment est mitoyen d’une autoroute et à l’heure de rentrée des bureaux des dizaines de personnes ont vu l’appareil. Aucun des arguments contradictoires qu’il émet n’est vraisemblable! C’est un gauchiste et il déteste les ricains d’où ces accusations!

  • Que de réactions brillantes…
    Et si traiter quelqu’un de complotiste n’était qu’une manière nouvelle de le censurer ?….De décrédibiliser toute critique d’une pensée dominante, présentée comme vérité immanente du seul fait qu’elle est dominante.
    C’est très binaire. Je prétends modestement qu’il faut réfléchir avant d’accepter les idées quel qu’elles soient. Il est vrai qu’oser douter du RCA n’est plus du tout facile aujourd’hui…Pourtant en lisant alternativement les données du GIEC et celles des climato-réalistes, le doute se justifie.
    Autre exemple, les opposants au régime soviétique étaient-ils des complotistes ?!! Dans le contexte de l’époque et au sein des convaincus du communisme ( même en France…) sans doute …
    Donc, grande prudence et plus de finesse d’analyse, selon les sujets. Et du recul, beaucoup de recul.

    • Vous avez tout à fait raison. Il faut toujours
      1/ se documenter avant d’émettre un quelconque avis. Les gens qui s’obstinent alors qu’ils n’ont aucune idée de la question se ridiculisent.
      2/ réfléchir et analyser pour vérifier si c’est vraisemblable.
      J’étais bien documenté étant passionné d’histoire et spécialiste de la Rome antique. De plus j’avais lu l’ouvrage d’Emmanuel Le Roy Ladurie sur le climat à partir de l’an 1000. Sachant qu’il faisait plus chaud lors de ces périodes que de nos jours j’ai immédiatement tiqué. Quand ils prétendent que le CO2 est un polluant, alors qu’il est vital pour la vie sur Terre, les décrédibilise!

  • Il y a un aspect important du complotisme qui manque dans le résumé de ce livre (j’ignore s’il est présent dans ce livre).
    La facilité avec laquelle nous tombons dans le complotisme est largement lié à ce qu’on appelle le biais d’agentivité, c’est à dire notre tendance à interpréter un phénomène en terme d’action et de volonté d’un ou plusieurs individus.
    Ce biais, qui a été identifié par des anthropologues comme étant à la base des croyances religieuses (voir l’excellent livre de Steward Elliot, Face in the clouds) est également largement responsable de la déformation de notre perception des phénomènes économiques (dans basic economics, Thomas Sowell l’explique très clairement en parlant notamment de notre tendance à attribuer certains processus économique en terme de causalité intentionnelle plutôt qu’en terme de causalité systémique) et des phénomènes sociaux (voir le livre de Gerald Bronner, le danger sociologique, pour un aperçu des ravages que ce biais provoque à la sociologie d’inspiration marxiste et bourdieusienne).
    Des études récentes de psychologies montrent la corrélation entre croyance religieuse créationnisme et pensée complotiste :
    https://www.pseudo-sciences.org/Creationnisme-et-complotisme-tous-deux-lies-a-la-pensee-teleologique

  • Est-ce que ceci est vrai? Je ne suis pas francais, donc…
    Mais si c’est vrai, voila de quoi nourrir quelque theories de complot. J’ai recu cela avec un mail qui dit que l’incendie de Notre Dame n’est pas un accident car des poutres de 40/40 et 7 siecles ne peuvent bruler en une heure. De mon point de vue, je trouve etrange que cette catastrophe a completement disparu de l’actualite.

    En 10 mois, ce sont 11 édifices chrétiens qui ont été brûlés en France.

    Notre Dame de Grâce d’Eyguières le 21 avril 2019

    Notre Dame de Paris le 15 avril 2019

    Saint Sulpice à Paris en mars 2019

    Cathédrale Saint Alain de Lavaur en février 2019

    Saint Jacques à Grenoble en janvier 2019

    Eglise du Sacré Coeur à Angoulême en Janvier 2019

    Saint Jean du Bruel en octobre 2018

    Eglise de Villeneuve d’Amont en août 2018

    Eglise Sainte Thérèse à Rennes en juillet 2018

    Saint Paul du Bas Caraquet en juin 2018

    Notre Dame de Grace à Revel en juin 2018

    • Certes cette vague d’incendies d’églises en France est suspecte. Les policiers disent toujours que les coïncidences n’existent pas! Et là cela en fait beaucoup trop.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

 

Partout dans le monde, les États ont mené une guerre contre la liberté, faisant disparaître nos droits par une succession rapide de politiques radicalement tyranniques. Comment ceux d'entre nous qui croient en la liberté peuvent-ils contrer cela ?

Tout d'abord, nous pouvons persuader davantage de personnes de se joindre à nous pour s'opposer aux mauvaises politiques. Mais, cela peut être une bataille difficile. Comme vous le savez peut-être par expérience, il est difficile de faire changer les gens... Poursuivre la lecture

Il y a 250 ans, la Pologne subissait le premier partage de son territoire, prélude à sa disparition en tant qu'État. En effet, le 5 août 1772, Autrichiens, Prussiens et Russes officialisaient leurs actes de brigandages étatiques. Cet épisode lointain prend aujourd'hui une autre tonalité avec le conflit ukrainien. En effet la « Pologne » historique englobait les territoires des actuelles Pologne, Ukraine, Biélorussie, Lituanie. Comment cet État longtemps si impressionnant a-t-il pu disparaître ? Ne jouissait-il pas d'une « liberté dorée » qui ... Poursuivre la lecture

Pour contrer la disparition des lecteurs de journaux, les médias postent depuis longtemps leurs articles sur leur site internet et développent des applications pour les smartphones. C’est ce dernier phénomène qui est au cœur d’une nouvelle bataille économique et juridique entre Apple et les éditeurs français.

 

La concurrence des contenus gratuits et « One-Shot »

Canal de désintermédiation, Internet est accusé depuis longtemps de détruire de la valeur pour les médias.

Ces derniers sont contraints de repenser leurs mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles