Le retour en grâce de l’apprentissage

apprenti crédits (licence creative commons)

Apprentissage : pour une fois, la France s’inspire des bonnes pratiques de ses voisins.

Par Xavier Fontanet.

L’apprentissage connaît cette année un très solide développement. Serions-nous en train de nous inspirer de nos voisins, en particulier des Pays-Bas et de l’Allemagne, qui y recourent quatre fois plus que nous ? Rappelons que cet écart coïncide avec un taux de chômage de leurs jeunes… quatre fois plus bas que le nôtre. C’est bien mais il faut savoir que le chemin sera très long si nous voulons atteindre leurs performances, parce que, aux Pays-Bas, ce sont 40 % des jeunes qui passent par l’apprentissage.

Avec une autre différence, elle aussi fondamentale : l’orientation se fait chez eux à 12 ans et pas à 16 ans comme chez nous. Orienter tard présente le défaut de laisser trop longtemps dans l’enseignement général des jeunes qui s’y ennuient. Par voie de conséquence, ils ont de moins bonnes notes, avec un résultat dommageable : leur réorientation vers les filières techniques a une saveur d’échec.

Les Olympiades des métiers

On peut rapprocher cette dynamique de l’apprentissage du succès des Olympiades des métiers de l’artisanat (inventées, il faut le savoir, par les Scandinaves), qui rencontrent en France un engouement croissant. Ces Jeux Olympiques des plâtriers, soudeurs, menuisiers (il y a 37 disciplines) ont l’immense avantage de démontrer que l’excellence mondiale sur un sujet très pointu (fût-elle artisanale) a au moins autant de valeur qu’une culture générale qui consiste trop souvent à savoir un peu… sur tout.

Pour une fois, la France s’inspire des bonnes pratiques de ses voisins en arrêtant de dire systématiquement : « ça ne nous concerne pas, chez nous c’est différent ! » C’est peut-être la leçon la plus importante à tirer de ces deux excellentes nouvelles.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.