Manifestations contre les retraites : ne mettons pas tout le monde dans le même sac !

En septembre, fonctionnaires, professions libérales, syndicats manifestent tous contre la réforme des retraites mais pour des motifs totalement différents.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manif JPA_3672 LR by Jacline (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Manifestations contre les retraites : ne mettons pas tout le monde dans le même sac !

Publié le 16 septembre 2019
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

En septembre, tout le monde sera dans la rue : les fonctionnaires, les professions libérales, les syndicats. Si le mot d’ordre est le même pour tous (« Pas touche à ma retraite ») les motifs sont en revanche totalement différents, voire en opposition.

Revendications des régimes spéciaux

Du côté des fonctionnaires, le système de retraite est avantageux puisqu’il est calculé sur les 6 derniers mois de salaire. La ligne correspondant aux cotisations retraites, sur la fiche de paye, est une comptabilité virtuelle : il n’y a pas à proprement parler de « réserve » financière pour servir la retraite des agents de l’État. Leur pension leur est servie via les finances publiques, donc les impôts, et même, plus exactement, puisque l’État est endetté, via de la dette, réserve d’argent que l’on croit inépuisable.

Ce sont les fameux régimes spéciaux.

Les retraites des professions libérales

Du côté des professions libérales, il ne s’agit pas d’argent public : leurs cotisations sortent de leur poche, donc sont directement le fruit de leur travail. Elles sont souvent exorbitantes (il faut bien tenir compte de la réalité comptable). Elles sont calculées sur les 25 meilleures années d’activité. Elles sont gérées par des caisses autonomes, qui ont une gestion que l’on appellera « de bon père de famille » : ces caisses ont constitué des réserves, en prévision, justement, des aléas de la réalité (augmentation du nombre de retraités, diminution du nombre de cotisants, par exemple, cela afin d’assurer que les pensions soient servies. Du moins en théorie).

Nationaliser, piquer l’argent des autres : la bonne vieille recette socialo-communiste

Le réforme des retraites prépare une chose absolument inimaginable ailleurs que dans un pays communiste : le gouvernement voulant « aligner » tout le monde sur les mêmes critères, il a prévu de faire main basse sur les caisses de retraites complémentaires des professions libérales. Qui sont gérées correctement et donc « excédentaires ».

Cet « argent des autres » suscite bien évidemment l’appétit d’un État qui ne sait pas gérer ses entreprises, qui sert des retraites royales à ses fonctionnaires encore fringants de jeunesse, et qui n’a plus d’argent pour le faire !

Ce qui s’appelle « réforme des retraites » est en réalité ni plus ni moins qu’un pillage de l’argent de particuliers, professions libérales, qui ont cotisé cher et vont voir l’argent de leurs cotisations mis au « pot commun », sous prétexte d’égalité et de justice.

En ce mois septembre, il s’agira donc de ne pas confondre des revendications comme celles des agents de la RATP, et celles des professions libérales : les uns veulent conserver leurs privilèges ; les autres veulent juste qu’on ne les vole pas.

Justice sociale pour qui ?

Ce qui sera certainement appelé « une manifestation de nantis » est en réalité la mise au grand jour de ce qui se trame : le vol de la propriété privée, le vol du fruit du travail, pour alimenter une retraite « plus juste pour tous » dont on peut d’ores et déjà supposer qu’elle servira les fonctionnaires les premiers.

L’État est un piètre gestionnaire. Il l’a prouvé dans tous les domaines où il intervient : d’AREVA à la SNCF, de l’entretien des routes aux hôpitaux, de Pôle Emploi au financement de la formation continue. Et il se targue aujourd’hui de faire des retraites « plus justes ».

Quand j’entends les mots « justice sociale » sortir de la bouche des politiciens, je sors… ma plume.

Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • il n’y aura pas de « reforme des retraites pour les fonctionnaires et assimilés, compte tenu du fait que c’est l’administration syndiquée qui gouverne ce pays..
    On donnera des points »gratuits » a la fonction publique de façon a ce que celle ci continue a spolier le pays..
    L’objectif inavoué du gvt est au final de mettre la main sur les milliards provisionnés par les caisses indépendantes dans un premier temps, puis baisser le montant des retraite en jouant sur la valeur du point..
    La seule solution serait d’ouvrir la retraite a la concurrence et laisser les individus choisir sa formule..
    mais çà ce n’est pas la vision marxiste de la société francaise

  • Si on veut des regles communes pour la retraites je ne vois pas en quoi prendre les cagnottes serait du vol. Et de toutes les facons, qu’en faire lorsque ces caisses disparaissent ,redistribuer aux cotisants ou aux retraités alors que ces cagnottes sont destinees a un futur lointain donc ni aux cotisants ni aux retraités actuels ?

    • @reac c’est du lourd votre post. On voit chez certains la perte de logique -on va être sympa parce que c’est souvent de l’opportunisme pur- à la vue du capital patiemment constitué par autrui.

    • ‘ si on veut… ‘

      « On » est un con. Admirable et profond. C’est tout le suffrage universel. »

      Paul Morand (Journal inutile, 15 novembre 1969)

    • « Règles communes » doit être interprété par « gestion par l’Etat ».
      A fuir…

    • La fable de la cigale et la fourmi dans toute sa splendeur…

    • Si vous trouvez légitime de prendre les excédents des régimes biens gérés… Allons au bout de votre logique : quid des déficits compensés par les impôts …? Ils remboursent…?

  • Ne mélangeons pas les torchons avec les serviettes: dans les régimes spéciaux, il y a d’une part les fonctionnaires et d’autre part, les régimes vraiment spéciaux, comme la RATP ou la SNCF, qui ont utilisé leur capacité de nuisance pour obtenir à la fois les avantages du privé (salaires plus élevés) , les avantages du public (calcul de la retraite sur les 6 derniers mois de salaire) et des avantages spécifiques et mirobolants comme le départ à la retraite à 52 ans pour les roulants et à 57 ans pour les autres (ne me faites pas croire qu’un chauffeur de taxi dans Paris, qui part à 62 ans, a la vie plus facile qu’un conducteur de bus RATP).
    Conclusion: le régime indépendant des retraites de la RATP est tellement déficitaire qu’il ne peut subsister que grâce aux subventions de l’Etat à hauteur de 61 %.

  • les seuls retraités gagnants sont les ceusses qui la palpe après cinq ans de rarement bons et loyaux services ;

  • la retraite telle qu’on la voit en France est une illusion..promettre à une personne de lui verser une certaine somme mensuelle correspondant à un niveau de vie donné..et c’est l’idée…n’est pas possible.

    elle repose en outre sur un système de solidarité intergénérationnel assez bizarre…puisqu’on attend un « remboursement » de la part d’une génération qui est en couche culotte..et qui ,après tout, devrait être libre de ne pas accepter ce contrat de solidarité… en outre la solidarité intragénérationnelle repose surtout sur le lien familial… nous acceptons de cotiser en pensant à nos vieux parents que nous aimons..(je suis curieux de savoir comment les chevaliers climatiques qui ne veulent pas d’enfant pour sauver le climat vont sauver ce système) ..

    elle introduit des paramètres complètement non pertinents pour calculer des montants la pénibilité le mérite, reflet de l »autre illusion que le prix des choses n’est pas fixé par un marché…..

    on veut faire croire que le risque n’existe pas…et ce n’est qu’un autre outil de redistribution des richesses..différé.
    tout est arbitraire..
    calculée sur les 6 derniers mois..ou sur les 25 dernières années..c’est aussi choquant ce qui ferait un peu plus de sens est le total de cotisation. durant toute la carrière….
    dans la fonction publique vous êtes en outre souvent payé plus quand vous êtes plus vieux..juste parce que vous êtes plus vieux…et les cotisations sont inexistantes…

    la retraite par répartition c’est l’illustration parfaite d’un pays ou tout le monde s’efforce de profiter au maximum des autres.

    on est bien sur,parce que contraint d’y participer, obligé de donner son avis…sauf que c’est très simple….je veux le maximum.. parce que ..raisons idiotes et corporatistes.

    il n’y a aucune rationalité à chercher.. il y en a autant que de discuter d’un prix fixé par le comité central …
    juste un jeu de pouvoir…

    • on SAIT que ce système ne peut pas tenir sa promesse ..de recevoir une somme d’argent suffisante pour vivre à un certain age…
      mais on doit faire semblant…et jouer ce jeu digne d’une chaine de ponzi…

    • calculée sur les 6 derniers mois..ou sur les 25 dernières années..c’est aussi choquant ce qui ferait un peu plus de sens est le total de cotisation. durant toute la carrière… .les cotisations durant la carrière et l’espérance de vie à la retraite .. parce que vous remarquez que des différences d’espérance de vie entre professions sont rarement abordés…alors qu’ils sont cruciaux !!!
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/1280972

      • différence d’espérance de vie à 35 ans..presque 8 ans en faveur des femmes ouvrières par rapport aux hommes…. ça correspond à quoi comme gender gap???

      • @jacques lemiere: vous dites « les différences d’espérance de vie entre professions sont rarement abordés ». Je vous ferai remarquer que les différences d’espérance de vie entre les hommes et les femmes ne sont pas abordées non plus. Donc attention à ne pas rentrer dans un débat aux résultats inattendus.

    • « puisqu’on attend un « remboursement » de la part d’une génération qui est en couche culotte..et qui ,après tout, devrait être libre de ne pas accepter ce contrat de solidarité… »

      Tout à fait. Et j’ai le souvenir que, déjà quand j’étais enfant, on me présentait ce contrat comme une sorte d’idéal : les jeunes paient pour les vieux et à leur tour ils seront payés par les jeunes etc. Bien entendu ça n’est pas aussi simple (comme toutes les belles idées socialistes) mais en plus c’est un contrat qui n’est signé que par une des deux parties.

  • Et ne pas oublier que dans les cotisations retraite des libéraux, il y a déjà une partie qui contribue à la « compensation nationale » au nom de la justice sociale, en d’autres termes on paye déjà grassement pour les zôtres, régimes spéciaux plus particulièrement. Mais le but final de la réforme c’est de siphonner les réserves des caisses indépendantes pour s’épargner la grogne des « privilégiés » qui sont aussi des électeurs.

    • Oui, si aujourd’hui notre système est comptablement à l’équilibre c’est grâce aux 32 Mds € que le système de retraite reçoit d’autres régimes (CNAF, Unedic, CNAM, FSV et cotisations prises en charge par l’Etat), des subventions d’équilibre en direction des régimes spéciaux pour 7,8 Mds € et des taxes affectées pour environ 20 Mds €. Des transferts qui représentent l’équivalent de 1,9 point de PIB… Et c’est sans compter le déficit des retraites de fonctionnaires.

  • Bravo!
    On pourrait citer aussi les autres caisses qui vont être pillées à l’occasion de cette réforme…

  • Bref réforme sous le sceau de la médiocritude.

  • Comment expliquer cette démarche de l’Etat de prendre le fruit du travail et des cotisations des professions libérales et de le mettre dans un pot national? pour moi sauf réponse claire, c’est un hold up.
    S’il vous plait, qui peut expliquer ce que l’État promet en échange aux professions libérales?. Le minimum c’est que ça soit un donnant donnant. Qui peut m’expliquer?

    • On appelle ça le modèle social francais. Ca existe depuis 70 ans. Le modèle social français c’est pas donnant-donnant hein, c’est pas le marché! C’est
      -Je te prends ton argent
      -Je te promet quelquechose
      -Si finalement ça ne marche pas, ça ne te concerne pas etc, eh bien, tu a été solidaire.
      Exemple de promesse en échange: Si un jour tu te retrouve à la rue, on te promet le RSA, puis minimum vieillesse par exemple. Tu n’as pas prévu de finir à la rue dans ta carrière? Dommage pour toi.

    • Y a pas de ‘donnant – donnant’, il n’y a que ‘baiseurs-baisés’…

    • Delevoye a un argument juridique tout trouvé pour justifier ça : Les cotisations étant un prélèvement obligatoire, l’argent des régimes autonomes ne leur appartient pas (!), et doit revenir à l’état.

      Ca va mal se finir…

      • Tout ceci montre qu’au fond d’eux mêmes les Français ne veulent pas d’un régime universel. Ils demandent simplement un rapprochement des paramètres de chaque régime.
        Delevoye est train de foutre le bordel par principe.

        • Les mecs veulent taper les régimes spéciaux.. et en contrepartie se font les caisses autonomes pour taper aussi sur les « riches ».. ça fait pas trop de droite comme ça..
          Le problème c’est qu’ils baisseront le pantalon une fois de plus devant les défenseurs des régimes spéciaux.. mais n’oublieront pas de capter les caisses autonomes. Elle est pas bien la justice sociale de mes deux?

  • C’est l’histoire de la cigale et la fourmi. La cigale dépense, la fourmi économise. Puis on vole à la fourmi pour donner à la cigale.
    Résultat: la fourmi s’est fatiguée pour rien, elle est stupide.
    Comme je le disais sur un autre article, les caisses libérales ont fait une erreur de gestion. Il fallait tout dépenser, ne rien mettre de coté. En France le dépensier et le paresseux a toujours raison.
    Il y a encore de ces ânes qui se disent « ah mais moi je suis sérieux, je prévois les difficultés de la retraite », en fait ces mecs vont se faire piller un jour ou l’autre. Ne pas être prévoyant, c’est la base en France marxiste, car c’est nécessaire pour être aidé.
    Bref, ces caisses libérales se prennent une juste punition pour avoir mal compris le modèle social français, c’est tout.

    • Terrible. Merci Titi. Perso, je ne pensais pas que ça pouvait exister au 21ème siècle. Ça fait vraiment mal : avoir bossé dure et mettre de côté et que du jour au lendemain qu’on te siphonne au nom de l’État.

    • Tout comme les épargnants, qui vont se prendre la prochaine crise en pleine poire (comme en 2008 et depuis lors aussi d’ailleurs, avec les taux d’intérêts dérisoires qui leur sont servis), et qui se feront spolier en toute légalité par ces politiciens démagogues, qui n’ont jamais su ni voulu équilibrer le budget de l’État, clientèle électorale oblige.
      De là à dire que c’est juste, je n’irai pas jusque là. Car cela sous-entend que pour échapper à ces prédateurs communistes, il faudrait quitter le pays.

      • Vous pouvez tout mettre au présent. Une banque française (peu connue, banque privée de gestion de patrimoine) vient de commencer à faire payer les dépôts.
        Le Livret A a un rendement négatif depuis plus d’un an au moins.

        Moralité : endettez vous, dépensez tout.

        Tout va bien se finir…

  • Si c’est pas maintenant ça sera dans une autre solution, on a l’impression que tous le monde découvre encore une fois le modèle Francais mais sérieux voila un belle exemple.
    Ça ne me touche pas donc je dis rien , ça me touche c’est anormal, je manifeste une fois et ensuite ça sera le néant comme d’hab…
    Ca fait 50 ans qu’on est spolier tous les mois et on a l’impression à écouter tous les corps indépendants que c’est hier.
    Rendormez vous il y aura bien d’autre spoliation à venir pour le bien être de tous.
    Toute les professions libéral et indépendants vont se faire attraper et que cela vous déplaisent ou non.
    Attendez votre tour mais çà venir , la France à voté à manifesté, a approuvé le marxisme et bah c’est pas fini, c’est que le début.

  • C est bien de manifester pour garder son Regime particulier. Mais si celui ci devient deficitaire demain, ne vont ils pas hurler que l Etat (aka le contribuable) doit mettre la main a la poche ?

    Rappelez vous les commercants: ils ne voulaient pas faire comme les salaires et cotiser. ils ont eut un Regime Special avec cotisations allegees. Et maintenant ils pleurent que leurs retraites sont faibles !

    • ben…ils ont compris une chose…se plaindre paie….

    • Ces régimes autonomes ont justement accumulé des réserves pour pallier les déficits futurs, qui arriveront à cause de la démographie de leurs secteurs.

      Ils ne seront déficitaires que parce que l’Etat les aura spoliés. Et là effectivement ils seront tout à fait légitimes à venir pleurer…

      • Je doute que ces Regimes aient reussit a provisionner 20 ans de paiement (et je suis gentil, je considere deja que le retraite par a 65 et meurt a 85, ce qui sera pas forcement vrai)
        Il y a des professions qui risquent d etre decimees par le progres technologique : par exemple y aura il encore des pilotes d avion dans 20 ans ? La blockchain va t elle decimer les notaires ?
        par contre il y aura des pensions de retraite a payer.
        Et je suis pret a parier que si leur caisse de pension devient insolvable (car quasiment plus de cotisants et plein de retraités) ils iront pleurer pour que l Etat paie les pensions

  • Pour paraphraser « on a retrouvé la 7eme compagnie », je dirais « Si j’connaissais l’con qui a voté l’macron?
    Et comme c’est barré on en aura pour 10 ans avant de s’en débarasser car en 2022 il repassera malheureusement comme une lettre à la poste car le rn servira d’épouvantail car aucun candidat sérieux n’émergera d’ici là.

  • Pour éviter d’être spolié davantage, si vous êtes profession libérale, faites mine de vous tromper dans vos déclarations; si ça tient plus de 3 ans, vous pourrez récupérer ce que l’état vous aura volé.
    Ces arnaques faites aux bons gestionnaires me révoltent ! Aujourd’hui, être honnête en France, c’est être con.

  • Le vol de la propriété privée fait partie du système socialo communiste de ce Gouvernement Je suis surpris de voir Édouard Philippe, homme de Droite y adhérer aussi fortement. Car ce n’est qu’une injustice politique, morale et financière.Au fait, qu’adviendra-t-il des 80 Milliards de réserve des caisses ARCCO-AGIRC actuels.?

  • Et les élus ?ils ne sont pas concernés par la réforme des retraites ils ne manifestent pas?En attendant un groupe de nos pauvres députés
    qui sont obligés de manger des nouilles sont partis au Japon au titre de l’AN pour la coupe du monde de rugby ,tous bords confondus quand il s’agit de ripailler aux frais de la princesse ils s’entendent très bien!

  • Mais au fait combien touche mensuellement Monsieur J.P Delevoye? On parle de 19.300 euros par mois. Mais il parait qu’elle seait diminuée de 4500 euros mensuels suite à sa nomination de Secrétaire d’Etat qui elle l’augmentera encore plus Jamais perdant l’Artiste.

  • Le pillage de l’argent de ceux qui travaillent et gèrent leurs affaires (dont leur caisse de retraite) en bons pères de famille est dans l’ADN de nos dirigeants formés à l’ENA et qui surfent sur la passion bien française pour l’égalitarisme.
    Ils le font dans tous les domaines, y compris l’épargne des ménages (on s’en apercevra à nouveau très bientôt) : gouverner ce n’est plus prévoir, c’est voler.
    La seule solution serait de sortir de ce système communisto-mafieux, et de supprimer la retraite par répartition.
    Que l’on donne à ceux qui ont cotisé N années une somme d’argent proportionnelle, somme qu’ils placeront où ils voudront (caisse de retraite privée, immobilier, actions, etc.) et qu’on n’en parle plus. Ça occasionnera sans doute un peu d’inflation au départ, et puis tout rentrera dans l’ordre : chacun s’occupera de ses affaires, et de l’argent qu’il aura gagné, comme il l’entendra. Nos aïeux se sont passés de la retraite par répartition – ils vivaient de la solidarité de leurs enfants, de leurs placements, de la vente de leur maison en viager… – nous pouvons certainement faire de même.

    • Bonne idée, mais irréalisable hélas : il n’y a déjà pas assez d’argent pour payer les retraites actuelles, alors solder toutes les cotisations en une fois…

      A moins de les échanger contre des titres dans les nouveaux systèmes par capitalisation. Avec un petit tour de passe passe, ça peut passer non ?

      Et on aurait enfin des fonds de pension à la française…
      … ah oui, pardon, c’est encore un gros mot chez nous.

  • C’est pour cela qu’ils ont supprimé l’expression « gérer en bons pères de famille » eux ne savent que taxer (mot pour l’Etat pour dire voler),
    de la loi,et en plus il n’y aura bientôt plus de bons pères de famille que des gestateurs !

  • Confisquer l’argent des caisses bien gérées qui ne font pas appel aux contribuables pour servir des retraites plus que confortables à des travailleuses et travailleurs vivant de l’argent public directement (fonctionnaires) ou par procuration (ratp, snct et régimes très spéciaux se gavant de l’argent des autres)!
    Voilà une vraie réforme à la française, hier socialo-communiste, aujourd’hui écolo-macroniste.
    Qu’il est beau le nouveau monde!

    • d un autre coté, les caisses aujourd hui exedentaires ne le seront pas forcement demain. et faire un Systeme qui penalise pas les gens qui changent de statut (ex salarie -> independant ) a du sens
      Apres il faudrait simplement s assurer que les exedent d aujourd hui n aillent pas simplement boucher les trous.
      Pourquoi ne pas dispatcher les exedents sur les cotisants (en fonction du nombre d annees). Un avocat qui aurait cotisé 10 ans recevrait alors une soulte pour compenser la fusion

      • Pourquoi également ne pas mettre en place des fonds de pension pour tous jusqu’ici interdits et non pas seulement pour les fonctionnaires (chercher l’erreur!)?
        Les « veuves écossaises » détentrices des actifs du CAC40 seront peut-être touchées, mais est-il normal que pour des raisons idéologiques les français en soient privés?

  • Il y a vraiment du boulot avant la plupart comprenne comment fonctionne un système par répartition…
    Contrairement à un système par capitalisation, nous ne cotisons pas pour nous mêmes, mais ce sont les futurs actifs qui cotiseront pour nous.
    Les caisses des libéraux ne sont pas exédentaires du fait d’une meilleure gestion que celle de la caisse MSA (agricole) mais seulement car il y a de plus en plus de libéraux en activité et de moins en moins d’agriculteurs. Et le montant de la compensation qui doit être versée à ce titre (par solidarite inter-régime) est presque impossible à calculer. Donc oui il est logique de fusionner les régimes. Si les libéraux ont beaucoup plus cotisé que les agriculteurs, alors ils auront des retraites proportionnellement plus importantes. Je ne vois pas où est le problème!

    • Ce que vous dites concernant la caisse de la MSA est juste (je connais) et sans doute aussi pour la caisse des libéraux (je ne connais pas).
      Cependant vous ne pouvez nier que :
      – certains régimes, en particulier ceux dits « spéciaux » et de façon générale ceux des fonctionnaires, ont eu une furieuse tendance à accorder toutes sortes d’avantages à leurs bénéficiaires – comme la cigale de la fable ; dès lors, votre raisonnement consiste à jeter le bébé (une gestion responsable) avec l’eau du bain (un régime favorisé par le déséquilibre démographique actifs/retraités)
      – la retraite par répartition est un système étatique par définition, et tout ce que l’État touche, il le pervertit (hors missions régaliennes, et encore) : la seule solution dès lors à cette question, la retraite, qui ne relève pas du régalien : passer au privé intégral.

    • C’est le fondement même du régime par répartition qui est vérolé.

  • Vous avez dès le départ de votre argumentaire écrit, je vous cite : »La ligne correspondant aux cotisations retraites, sur la fiche de paye, est une comptabilité virtuelle : il n’y a pas à proprement parler de « réserve » financière pour servir la retraite des agents de l’État. Leur pension leur est servie via les finances publiques, donc les impôts, et même, plus … » En effet, depuis plus de 40 ans y compris la réforme de 2006, je m’évertue à expliquer qu’il n’existe pas en finances publiques de flux entre l’état employeur et les administrations car les dites caisses de retraites n’ont pas d’autres ressources que la subvention. Les lignes de cotisations sur les bulletins de salaires des fonctionnaires et régimes spéciaux sont purement fictives. Il n’existe pas non plus en comptabilité nationale de lignes correspondantes. Les « jaunes » dans le budget national annuel provenant de la loi de finances annuelle ne listent que des dépenses donc des impôts à ce titre. Mais jamais les médias et autres commentateurs pourtant qualifiés ne reprennent ce que vous avez souligné avec justesse par le mot FICTIF. Ce qui prend une dimension scandaleuse lors que l’on aborde les retraites RATP dont le service de transport ne bénéficie qu’aux parisiens et banlieusards et que ce sont les impôts de tous les français qui paient leurs retraites en dehors de leurs autres privilèges (âge de départ, montant calculé sur les 6 derniers mois à 75% etc.) et je n’aborde pas la dette qui les finance pour partie qui est un autre scandale qui n’émeut personne.
    J’’évoquerai pendant que j’y suis le soi-disant « contrat intergénérationnel » si souvent servi par les politiciens-iennes de tous bords, juridiquement illicite puisque dans un contrat, il faut les deux parties au contrat et l’intergénérationnel nous indique qu’une partie fait défaut soit parce qu’elle n’est pas encore née soit trop jeune pour contracter. Et cette jeunesse pas née ou trop jeune est-elle d’accord qu’en plus on l’endette à son insu ?

  • Après recherches sur les sites internet relatifs à la RATP, je vous apporte les éléments suivants qui peuvent interpeller:
    La Caisse de retraites de la RATP, la CRP-RATP créée au 1er janvier 2006
    Selon le rapport de la Cour des Comptes de Juin 2019 intitulé : « LES RÉGIMES SPÉCIAUX DE RETRAITE DE LA RATP, DE LA SNCF ET DES INDUSTRIES ÉLECTRIQUES ET GAZIÈRES – Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale » https://www.ccomptes.fr/system/files/2019-07/20190716-rapport-regimes-speciaux-retraite.pdf
    En page 20, je cite : « La loi du 13 août 2004 sur les libertés et responsabilités locales a fait du STIF un établissement public régional tout en transférant à l’État le financement des retraites des agents de la RATP. »
    Le rapport financier de la RATP ne mentionne aucune ligne de cotisation payée à la CRP-RATP s’il il n’y a pas de dépenses dans un rapport financier même d’un EPIC, c’est qu’il n’y en a pas. La seul ligne figure en ces termes : » les frais de personnels s’élèvent à 72,3 % des charges d’exploitations, pour 2,66 Milliards € en 2018 ; page 23 du Rapport financier et RSE 2018 file:///C:/Users/Propri%C3%A9taire/Downloads/ACTUS-0-58105-ratp_rapport_2018.pdf
    Le personnel représente 63.000 employés en 2018 pour 2,66 Mrds soit une rémunération moyenne de 42.222 € s’il y avait 41 % de charges prélevées la rémunération nette serait de 29.945 € annuelle, la retraite ne pourrait-être de 3.100 € par mois soit 37.200 € ou 124 % du salaire d ‘activité…
    Quant à la pénibilité présentée par les agents et M. Martinez secrétaire de la CGT, il leur faudra revoir leurs sources: On constate à la page 42 : je cite au paragraphe « Un suivi sanitaire » : « En 2018, la RATP a également poursuivi l’étude …Ce travail permet d’étudier le statut vital des salariés de la RATP et de le comparer à la population d’Île-de-France. Une sous-mortalité globale des salariés de la RATP est constatée »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Et c'est avec de fort jolis mouvements de jarrets vifs et musclés que l'inflation continue de grimper fermement notamment dans la zone euro, pendant que l'INSEE continue d'afficher des chiffres de plus en plus insolents et décalés avec la réalité vécue par les Français.

Les 5 % crânement affichés jusqu'à présent vont rapidement se muer en 8 % et en zone euro on peut même tabler sur un joli petit 12 % d'ici à la fin de l'année alors que l'inflation des coûts à la production continue de grimper de façon jugée "dramatique" par tous les sp... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles