La Terre devient plus verte : pourquoi il faut s’en réjouir

Le verdissement de la Terre signifie davantage de vivres pour les animaux et de meilleurs rendements agricoles pour les humains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sunlit forest By: Dejan Hudoletnjak - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Terre devient plus verte : pourquoi il faut s’en réjouir

Publié le 16 juillet 2019
- A +

Par Matt Ridley.

Alors qu’on évoque une catastrophe planétaire imminente causée par les émissions de dioxyde de carbone, un autre fait est souvent ignoré : le verdissement mondial est plus rapide que le changement climatique. La quantité de végétation qui pousse sur la Terre augmente chaque année depuis au moins 30 ans. Les preuves scientifiques sont issues du taux de croissance des végétaux et de données satellitaires.

La végétalisation de la planète

Un article scientifique de 2016, publié par 32 auteurs de 24 institutions de 8 pays, ont analysé les données satellitaires et conclu qu’il y avait une augmentation d’environ 14 % de la végétation sur 30 ans. L’étude a attribué 70 % de cette augmentation au dioxyde de carbone supplémentaire dans l’atmosphère. L’auteur principal de l’étude, Zaichun Zhu, de l’Université de Pékin, affirme que cela équivaut à un nouveau continent de végétation deux fois plus grand que le territoire des États-Unis.

Le verdissement mondial a touché tous les écosystèmes – de la toundra arctique aux récifs coralliens en passant par le plancton et les forêts tropicales humides – mais c’est dans les zones arides comme la région du Sahel en Afrique, où la désertification s’est largement inversée, qu’il est le plus marqué. En effet, les plantes perdent moins d’eau dans le processus d’absorption du dioxyde de carbone si la concentration en dioxyde de carbone est plus élevée. Les exploitations agricoles et les écosystèmes seront moins soumis au stress hydrique à la fin du siècle qu’ils ne le sont aujourd’hui en période de faibles précipitations.

On ne devrait pas être surpris d’une telle nouvelle. Des milliers d’expériences menées depuis de nombreuses années ont montré que des cultures ou des écosystèmes sauvages exposés à des niveaux de CO2 élevés voient leur croissance stimulée. Les propriétaires de serres commerciales libèrent généralement du CO2 dans l’air pour accélérer la croissance des plantes. Le CO2 est un aliment végétal.

La Terre verdit : c’est une bonne nouvelle !

Ce verdissement est une bonne nouvelle. Cela signifie davantage de nourriture pour les insectes et les cervidés, pour les éléphants et les souris, pour les poissons et les baleines. Cela signifie des rendements plus élevés pour les agriculteurs ; d’ailleurs, l’effet a probablement contribué à augmenter d’environ 3000 milliards de dollars les revenus agricoles au cours des 30 dernières années. Il faut donc moins de terres pour nourrir la population humaine et on peut en préserver davantage pour la faune.

Pourtant, on n’en parle jamais. Engagés dans une voie alarmiste, les militants qui vivent de la peur du changement climatique font tout pour ignorer cette vérité qui dérange. Lorsqu’ils ne peuvent éviter le sujet, ils disent que le verdissement est un phénomène temporaire qui s’inversera dans la dernière partie de ce siècle. Les preuves à l’appui de cette thèse proviennent de quelques modèles fondés sur des hypothèses extrêmes, de sorte qu’on ne peut pas leur accorder de crédit.

CO2, végétation et glaciation

Ce phénomène biologique peut aussi aider à expliquer le va-et-vient des périodes glaciaires. Ça a toujours été un casse-tête de comprendre le refroidissement progressif des périodes glaciaires pendant des dizaines de milliers d’années, puis leur réchauffement soudain en l’espace de quelques milliers d’années, au moment où les immenses calottes glaciaires de l’Eurasie et de l’Amérique du Nord s’effondrent et que le monde entre dans une période plus chaude comme celle que nous connaissons depuis 10 000 ans.

Jusqu’à présent, les tentatives d’explication de cette tendance cyclique ont pour la plupart échoué. Les niveaux de dioxyde de carbone suivent le changement, mais ils augmentent après que le monde commence à se réchauffer et diminuent après que le monde commence à se refroidir, donc ils ne sont pas la cause. Les oscillations périodiques de l’orbite de la Terre jouent un rôle, les plaques de glace s’effondrant lorsque les étés nordiques sont particulièrement chauds, mais seuls certains de ces fameux « grands étés » entraînent une déglaciation.

De récentes carottes de glace de l’Antarctique semblent avoir enfin trouvé le coupable : tout est une question de végétation. Pendant les périodes glaciaires, le niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère diminue régulièrement, car les océans plus froids absorbent davantage de gaz. Il finit par atteindre un niveau si bas (environ 0,018 % au plus fort de la dernière période glaciaire) que les plantes ont du mal à pousser, surtout dans les zones sèches ou à haute altitude.

Par conséquent, de gigantesques tempêtes de poussière recouvrent toute la planète, atteignant même l’Antarctique, où la quantité de poussière dans la glace grimpe en flèche. Ces tempêtes de poussière noircissent en particulier les calottes glaciaires du Nord, ce qui les rend très vulnérables à la fonte rapide lorsque le « grand été » suivant arrive. La période glaciaire était une période horrible pour le vivant, même sous les tropiques : froide, sèche, poussiéreuse et avec beaucoup moins de végétation qu’aujourd’hui.

Comme l’a déclaré Svante Arrhenius, le Suédois qui a le premier mesuré l’effet de serre :

Sous l’influence du pourcentage croissant d’acide carbonique dans l’atmosphère, nous pouvons espérer profiter de périodes avec des climats plus stables et plus agréables.

Profitons de la verdure luxuriante du monde actuel et apprécions que la végétation évolue plus vite que la température moyenne mondiale.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (83)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (83)
  •  » la terre devient plus verte » ….enfin une bonne nouvelle ! mais n’allez pas dire ça aux écolos , ils ne vous croiraient pas puisqu’ils ont la science infuse et ne se trompent donc jamais …..

  • Il me semble que le problème n’est pas la surface forestière mais sa biodiversité, qui s’affaiblit (animaux, insectes, espèces d’arbres différents dans une même forêt).

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/06/21/pourquoi-le-verdissement-de-la-terre-n-est-pas-qu-une-bonne-nouvelle_5479913_4355770.html

    • Le Monde prouve encore qu’il est capable d’écrire de véritables tissus d’âneries (je précise que j’ai pris le temps de tout lire)! Prenons un peu de recul, même s’il est vrai qu’une partie de ce reverdissement est d’origine humaine et que l’on peut tout a fait concevoir qu’une forêt composée principalement d’un seul type d’arbre est moins intéressante qu’une forêt disposant d’espèces plus variées (j’admet gentiment je ne suis pas un spécialiste), il y a encore 70% de ce reverdissement qui se fait naturellement, ce qui représente une surface énorme. Et qu’on arrête de croire que les animaux ne vont pas être capables de s’adapter! Ce n’est pas comme si des millions de km2 de forêt avaient surgis du jour au lendemain

      • Si vous avez par ex la meme espece d arbre partout, c est problematique car par ex si un parasite apparait, toute votre foret va etre ravagee. Si vous avez une grosse variete d arbres, vous aurez des survivants voire les parasites ne vont pas proliferer car moins de cible

        Que ces arbres aient pousse naturellement ou non n est pas la question : si vous avez une foret uniforme c est problematique

        PS: c est amusant de voir dans un journal climatosceptique un article se rejouir des consequences du rechauffement qui est nié par ailleurs 😉

        • Les parasites ne font pas partie de la sacro-sainte biodiversité ?
          La nature a horreur du vide, des dizaines de milliers d’espèces de tout et n’importe quoi apparaissent chaque année, ça s’appelle l’adaptation aux conditions.
          Mais on en revient toujours au même : tout est problématique pour celui qui cherche les problèmes.

        • Ce n’est pas le réchauffement qui est nié, mais sa cause anthropique.

          • Et le CO2, CH4,N2O, liés à l’activité humaine ne sont pas non plus des gaz a effet de serre…(ironique bien sûr)

            • Mineurs comparés à la vapeur d’eau.
              Les paramètres climatiques majeurs sont le soleil et l’eau sous ses différentes formes (océans régulateurs thermiques, vapeur dominant largement le gaz carbonique et autres « ges » dans l’effet de serre, nuages globalement refroidissant) et ses changements d’états.
              Les gaz émis par l’activité humaine, c’est peu de choses à coté.

              • Tellement peu que le potentiel d’effet de serre de ces boucs émissaires gazeux est inférieur à l’imprécision de mesure des températures.

              • @Hug Vous êtes climatologue ?

                • Et vous ❓ Quel diplôme ❓

                • Un climatologue, c’est quelqu’un qui cause du climat. « Cause » au sens de discourir, bien sûr. Donc les commentateurs sont ici tous plus ou moins climatologues. Ce qui est intéressant, ce sont leurs autres qualifications scientifiques. Personnellement, j’ai déjà signalé que je suis ingénieur grande école, avec des notions de statistique et de météorologie océanique et spatiale. Je dis « notions » par humble respect pour, par exemple, un grand statisticien dont j’ai reconnu le nom parmi les commentateurs occasionnels de Contrepoints, mais je ne risque pas grand-chose à imaginer que ça reste bien plus que ceux que vous qualifiez de « climatologues ».
                  Bon, alors, et vous ?

                • Le Ham, vous nous prenez vraiment pour des jambons…

                  😉

                • Cher leham : je ne suis pas climatologue mais ai été simple responsable d’un service expé en agro avec quelques notions en statistiques et sachant un peu lire. Cela m’a permis de découvrir parmi mes lectures que le petit volcan au nom imprononçable qui avait stoppé une partie de l’aviation il y a quelque années avait à lui seul provoqué une baisse de la température générale de notre planète de plus de 1°c par ses émissions éruptive l’année suivante ! Il dit combien le GIEC sur combien d’années? Qu’elle prétention on certains humains sur la réelle influence qu’ils pourraient avoir sur Gaïa. Un méga volcan les remettrait a leur place. Cela arrivera et naturellement! Pour les collapsologues, là c’est la psychologie de base qui pose un PB !

            • Non, ce ne sont pas des gaz a effet de serre.

            • @leham
              Bonsoir,
              Le CO2, puisqu’il est au banc des accusés, représente à lui tout seul 0,04% de la composition de l’air. 3% de ce 0,04% sont dûs à l’activité humaine, (donc 97% sont naturels) et de ces 3% moins d’1% est dû à l’activité française. (fait établi et accepté par le professeur David Karoly, pourtant adepte du R.C.A. Fait crédité par le professeur Nils-Axel Morner qui lui, ne croit pas au R.C.A et se bat pour le démonter.)
              « https://www.youtube.com/watch?v=ViY2J3LPgN4 »

          • Ça dépend des jours: des fois c’est ça, d’autres fois c’est « on approche d’une ère glacière », et d’autres fois encore c’est « de toute façon les mesures ne sont pas fiables, donc on n’en sait rien ».

          • Mais le réchauffement est bien aux tropiques 😉

        • Dans les forêts naturelles, la variété n’est pas si forte en réalité. En Amazonie, ce sont principalement 227 essences qui dominent le paysage.

          https://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/communiques-de-presse/2013/inventaires-des-arbres-amazoniens

          En regard, la France est un bon exemple d’une grande variété d’arbres dans des forêts gérées par l’homme, avec 138 essences principales.

          https://www.onf.fr/onf/forets-et-espaces-naturels/+/20::les-forets-de-nos-territoires.html

          D’une façon générale, c’est plus le climat local qui favorise la biodiversité que le caractère naturel d’une forêt. On constate à nouveau sur cette question le tropisme escrologiste qui consiste à juger l’activité humaine mauvaise a priori, en dehors de toute réflexion scientifique cohérente.

          PS : le réchauffement n’est pas nié. Son origine humaine et son caractère catastrophique le sont, sans parler évidement de ses conséquences politiques qui relèvent du grand n’importe quoi, de l’interdiction des voitures jusqu’à Greta à l’Assemblée, degré zéro de la politique.

        • Et c’est amusant de voir les climato-alarmistes se cramponner coûte que coûte au moindre effet négatif sans considérer les effets bénéfiques. A croire que le moindre changement dans le système Terre n’entraîne irrémédiablement que des effets négatifs et un auto-entretien de cet élément « perturbateur », ce qui ferait de notre planète un système instable… A se demander comment la vie a fait pour se maintenir jusqu’à maintenant. J’ajouterai que personne dans ce journal ne nie un réchauffement, mais s’oppose plutôt à la théorie largement admise et diffusée dans les autres médias quant à la cause anthropique de ce réchauffement.

        • La forêt sera ravagée par le parasite, qui mourra faute de pouvoir continuer à se nourrir, et il poussera d’autres plantes. En quoi est-ce problématique ? A part, bien sûr, pour les scientifiques qui ont ajouté leurs noms latinisés à la dénomination de l’espèce d’arbre et du parasite, et qui ne passeront plus à la postérité ainsi. Il y avait ici une espèce de fleurs qui a disparu avec le froid de l’hiver 63, c’est bien dommage, mais si elle revenait avec un réchauffement climatique, serait-ce un problème ?

        • bah, il suffira d’arbres génétiquement modifiés 😉

    • De toute façon, il faut toujours qu’il y ait un problème… Il ne peut pas y avoir de bonnes nouvelles dans le monde des alarmistes de tout crin. Les humains vivent de plus de plus nombreux dans de meilleurs conditions : c’est quand même catastrophique pour l’avenir. Les gens vivent de plus en plus vieux sur toute la planète, mais ils meurent de maladies inconnues il y a deux siècles. La planète reverdit, mais il y a trop de thuyas.
      Bref, pour ceux qui voient toujours le verre à moitié vide, il n’y a pas moyen d’étancher leur soif de peur.

      • « il n’y a pas moyen d’étancher leur soif de peur. »
        Avec l’envie et la jalousie, la peur est un excellent moyen pour manipuler la population.

    • En France la couverture forestière s’est énormément accrue depuis la dernière guerre ! De plus de 20% rien que depuis 1985. Troisième massif d’Europe, elle n’a jamais été aussi importante. Depuis 1850, sa surface a doublé. Elle représente aujourd’hui 16,9 millions d’hectares, soit 31 % de la surface du pays, contre 14,1. Idem pour ce qui concerne les autres pays de l’Europe. Tout simplement parce que de nombreuses exploitations agricoles sont abandonnées et les bois repoussent naturellement.

  • Ce n’est pas une bonne nouvelle ,cela veut dire que l’homme ne maitrise plus son envirronement ,les arbres remplacent les cultures , un arbre ne nourrit pas son homme ,tout juste l’empeche t il de mourir de froid…..a moins que cela soit la disparition de deserts ,ce n’est assurément pas une bonne nouvelle !

    • Il n’y a pas de bonnes nouvelles par essence : tous les jours vous rapprochent de la mort. Dans quelques temps (sur une certaine échelle) notre soleil va bousillé notre belle planète, puis ce sera la galaxie entière qui partira en cacahuète.
      Le paradis, c’est ici et maintenant. Toutes les belles croyances ne servent qu’à éluder la terrible réalité : rien n’est éternel.
      Et ce n’est pas grave.

    • Demandez aux sangliers (miam-miam) ce qu’ils pensent de plus de chênes ou de chataigners avant de raconter des aneries, les surfaces cultivées diminuent alors que les productions augmentent, en quoi le recul des surfaces serait un problème dans ce cas? En plus en Europe les surfaces utilisées sont inférieures aux surfaces utilisables malgré les discours souvent mensonger des crapules vertes

      • Le sanglier….c’est un fleau pour les cultures et sauf 20h de cuison ,un trop plein de parasites…les jacheres font monter les prix et seront bien utiles aux verts de gris lorsque nos vrais agriculteurs auront disparus …

    • @Rectitude, vous êtes marrant, maintenant je m’amuse à vous lire, pour savoir ce que vous allez inventer. Là c’est creux, vous êtes en mal d’inspiration !
      Je crois que je vais faire une compil pour les soirées d’hiver !

    • Désolé de vous faire remarquer que ce que vous écrivez là n’a pas de sens. Si des exploitations agricoles sont abandonnées c’est parce que la production par hectare augmentant, elles ne sont plus nécessaires. Et c’est un réservoir en devenir lorsque la population mondiale augmentera jusqu’à 10 milliards d’individus. Déboiser à toujours été et reste la solution dans nombre d’endroits.

  • Excellente nouvelle, mais on remarquera en faisant la revue de presse qu’un certain nombre de journaux, je ne ferais pas la liste, ont le culot de titrer « La terre reverdit, mais ce n’est pas une bonne nouvelle ».
    Ils ont eu l’outrecuidance de développer ou d’inventer tous les aspects négatifs, que selon eux il y aurait derrière ce reverdissement, CO2 en tête et imminence de la fin du monde.
    Non mais on croit rêver.
    A quand la fin de ces torchons subventionnés qui intoxiquent les foules ?

    • « A quand la fin … » pas avant qu’on ai virer cette clique de parasites qui leur permet de survivre sur le dos de ceux qui ne les lisent plus, a part pour se marrer de leur connerie . Pour la compil de réactitude, gaffe, c’est risqué, un jour de cafard 5 mn de connerie pur sucre et on ne sait pas jusqu’où le desespooir peut vous entrainer

      • Je fournie la corde pour abreger vos souffrance si vous le désirez….je souffre aussi de mes aneries mais l’imMonde les merite bien et le figaro aussi et la presse en general …
        Sinon mefiez vous de vos aprioris au vert il faut preferer le blond des bles et la terre n’est point verte mais bleue !

    • « Ils ont eu l’outrecuidance de développer ou d’inventer tous les aspects négatifs, »

      La vidéo du Monde est tellement ridicule que ça en devient risible !! Le verdissement de la Terre va, selon Le Monde, causé la mort de nombreux ours polaires !!!…

      • ours polaires qui ont vu leur population exploser ces dernière années à cause du réchauffement…

        • Forcément : les principales sources de nourriture des ours polaires n’ont fait que croître et se multiplier, ce sont les ordures des scientifiques envoyés dans les régions glacées pour les compter et les étudier… Seul un scientifique suicidaire va mettre les poubelles au conteneur au Spitzberg sans un fusil pour se défendre !

        • Enfin, les nenets, les iakoutes ou les ienisseï disent que c’est parce que l’on a plus le droit de les chasser…

          Un peu comme les sangliers en Alsace, qui pullulent quand les riches propriétaires des chasses(suisses ou allemands pour la plupart) n’organisent qu’une battue par an tout en les nourrissant en hiver…

  • Un petit extrait de ‘La nuit du chasseur’;
    à 1’15 vous avez un aperçu du hurlement d’un climatomancien qui sent que votre pognon va lui échapper.
    Âmes sensibles s’abstenir…

  • Il faut arrêter de s’inventer des persécutions pour justifier son propos: les médias en ont parlé, et les climatologues sont bient conscients que le réchauffement climatique comporte quelques aspects positifs, et ils le disent. Mais ces quelques apsects positifs ne sont pas grand chose face aux aspects négatifs !

    • Ah bon.
      Et quels sont donc ces énormes aspects négatifs, dans le monde réel, observés ici et maintenant ?

    • Le dogme climatique exposé par BGJBL. CQFD.

    • Marre des climatologues, qui ne savent même pas l’arithmétique que moins par moins donne plus. Et si on faisait un peu plus confiance aux climatophiles, ceux qui pendant des siècles se sont satisfaits du climat tel qu’il est, et qui laissent leurs congénères en jouir en paix (et s’entasser sur la route du soleil pour aller mieux profiter de leurs congés).

      • Effectivement, quelle bande d’imbéciles tous ces climatologues soi disant scientifiques ! Heureusement que des personnes comme vous sont là pour sauver la Science grâce à votre bon sens.

    • @ BGJBL
      Quels aspects négatifs? Si le Sahel reverdit c’est une catastrophe? Si les rendements agricoles augmentent c’est une catastrophe? Il faisait plus chaud sous l’Empire romain et le haut Moyen âge qui furent des périodes de prospérité pour la population? Cessez donc de dire n’importe quoi pour justifier l’imposture!

    • Le réchauffement ne présente que des avantages. Moins de chauffage sera nécessaire, vous ferez des économies d’énergie. Plus de surfaces cultivables grâce à l’évaporation de plus larges zones des océans terrestres qui provoqueront davantage d’humidité dans l’air.

      • Et le plus gros avantage, ce seront les pénuries d’eau par des températures de 45°…. je suppose Virgile que vous avez hâte que ca arrive.

        • Grâce aux écolos, on a des toilettes sèches, donc plus de pénurie d’eau chez nous. En revanche, pour cultiver le coton communiste destiné à remplacer le fantastique plastique pour des préservatifs écolos, je veux bien que certaines régions aient du souci à se faire.

        • Lors de l’Optimum holocène (il y a entre 9000 et 3000 ans avant maintenant), la température moyenne était comprise entre 3 et 4° au-dessus de la notre. Et le Sahara était vert…

    • BGJBL : « Il faut arrêter de s’inventer des persécutions pour justifier son propos: les médias en ont parlé »

      Oui, ils se sentent bien obligés d’en parler depuis la récente étude de la NASA sur le sujet qui a été très médiatisée. Jusqu’alors ils taisaient cette info, voire ils taxaient de « climato-sceptiques » ceux qui osaient en parler.

      Pour rappel : Contrepoints informe sur ce verdissement, cette vérité qui dérange les catastrophistes, depuis au moins 6 ans :
      https://www.contrepoints.org/2013/03/26/119497-matt-ridley-la-planete-devient-plus-verte

    • euh…
      pour le moment le réchauffement du climat est bénéfique..me semble t il ( en terme économiques)..ce sont les modèles économiques sur les résultats de modèles climatiques qui prédisent que le négatif dépassera le positif…

      du moins selon certains économistes

      votre problème est de considérer que les spéculations sont une délaité tangible…

      et vous pouvez vous moquer des sceptiques mais j’attends toujours que vous nous expliquez ce que signifie un ensemble de modèles…
      une question comment je peux ou pourrai réfuter cela?
      vous pouvez vous foutre de certains sceptiques qui en effet font comme vous ils sont persuadés que leur théorie est vraie…..

      mais c’est une diversion ..vous dites que c’est de la science les modèles??
      si vous voulez mais ça signifie quoi le résultat d’un modèle climatique.. autrement dit un

      • mon GROS point d’achoppement restera toujours celui là…vous trompez les gens la dessus et quelque soit l’intention c’est inacceptable…

        • La science physique ne fait que de développer des modèles à partir des observations. Après vous avez le droit de rejeter toute la méthodologie de la science physique et d’en réinventer de nouvelles.

  • C’est essentiellement dû à la reforestation engagée par la chine depuis plusieurs années, ce qui est plutôt une bonne chose, et à l’augmentation des surfaces de cultures intensives notamment en Inde ce qui n’est pas une bonne chose, ces changements sont donc induits par l’homme….

  • le réchauffement climatique est une bénédiction pour la terre

  • De plus en plus de sapins des Vosges meurent sur pied, tués à vitesse accélérée par la sécheresse et la chaleur.
    Sur les hauteurs de Masevaux, dans le Haut-Rhin, le vert des sapin domine la forêt tout au long de l’année. À présent, il suffit de pénétrer dans le bois pour découvrir des arbres aux épines couleur rouille. Ces arbres meurent de soif, victimes de la sécheresse de 2018. La canicule précoce et le déficit hydrique de ce début d’été « accélèrent le mécanisme » et augurent du pire pour le printemps 2020, explique Cédric Ficht, directeur de l’agence de Mulhouse de l’Office national des forêts (ONF).

    • Ah bah, si sur les hauteurs de Masevaux, dans le Haut-Rhin, des arbres meurent, ça signifie que la NASA se trompe quand elle produit une étude fondée sur des données satellitaires prouvant le verdissement de la Terre, ma bonne dame…

      Ce que vous pouvez observer dans le bois près de chez vous n’invalide pas toutes les études scientifiques sur le sujet, hein…

    • Et, c’est le CO2 qui les tue ?

      C’était le CO2 qui a causé les Dirty Thirties aux USA, terrible sécheresse sur plusieurs années qui a servi de base aux ‘raisins de la colère’ de Steinbeck ?

      Le climat a des effets, le CO2 a des effets, mais ce ne sont pas les mêmes, ou par coïncidence…

  • Tout va bien en effet : un tiers du vignoble de l’hérault a été carbonisé par le soleil lors de la canicule du 29 Juin. En plus de ne pas épargner les humains, les fortes températures de la semaine dernière ont brûlé de grandes parties de cultures.
    Les végétaux ont été frappés de plein fouet par des températures dépassant par endroits les 45° à l’ombre. C’est comme si les vignes avaient été passées au chalumeau, elles ont été littéralement grillées.

      • Hélas je crains que ca soit rapidement aussi le tour des vignobles de Bordeaux….
        Les températures à 45° ont été atteintes en Languedoc, pas en Aquitaine, malheureusement ca ne saurait tarder.

        • Et donc, une fois la vigne grillée, elle apparaît verte sur les images de la Nasa ? Tout ce vin cuit, il y a de quoi faire tourner la tête aux satellites, en effet. Quand la température du globe était inférieure de quelques dixièmes de degré, le vin était frais et ne montait pas à la tête ? Les années de canicule, le vin est moins abondant mais le cru exceptionnel, c’est ce que nous enseigne l’histoire. Et vous, vous voudriez que nous n’ayons que des années médiocres, et que nous payions très cher des « transitions énergétiques » pour y parvenir, sans d’ailleurs la moindre explication de pourquoi ça pourrait le faire ? Pourquoi nous en voulez-vous à ce point ?

        • Vous craignez … impressionnant ! Pourriez vous nous expliquer pourquoi ça ne saurait tarder? Parce que vous le craignez?

      • Je me souviens d’un Pauillac de 1976 , mes Aieux….

    • Les quelques jours de chaleurs auraient du être nommés pic de chaleur, et, curieusement, c’est arrivé en été . Il n’y a eu réellement canicule que dans les prévisions de meteo-france, et dans quelques zones trés localisées . Pour les humains pas épargnés, combien de morts de plus que d’habitude sur 4 jours?

      • De plus, la mortalité doit s’analyser annuellement, pour éliminer les effets saisonniers. Lors de la dernière canicule majeure, il n’y avait pas eu d’augmentation de la mortalité annuelle, le pic spectaculaire de l’été ayant été annulé par une moindre mortalité l’hiver suivant, beaucoup moins spectaculaire.

    • ah le monde est grand il y a toujours une catastrophe quelque part..
      et donc on va faire un truc qui sert à rien, on aura donc la catastrophe…plus la catastrophe economique

  • Pas une bonne nouvelle pour certains medias ? Ca me fait penser à ça : https://www.maxisciences.com/environnement/un-glacier-du-groenland-grandit-a-nouveau-mais-ce-n-est-pas-une-bonne-nouvelle_art43023.html
    Les glaciers fondent ? C’est horrible ! Les glaciers se reconstituent ? C’est horrible !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

En Occident, l’opinion est attentive à la préservation de l’environnement, et ce souci commence à gagner le reste du monde. La surpopulation et la limitation des ressources sont souvent accusées. Et si Malthus avait raison : allons-nous épuiser les ressources de la Terre du fait d’une surpopulation galopante ?

 

Malthus est-il toujours d’actualité ?

Cette crainte de la surpopulation a seulement deux siècles.

Auparavant, et depuis toujours, chaque que roi ou empereur recherchait l’augmentation du nombre de ses sujets,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles