La France, nouvelle théocratie écolo

Il ne s'agit plus de taxer les déviances pour sauver la Terre et le climat, il s'agit de les interdire. L'écologie, en France, devient une religion.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
décollage d'un avion à l'aéroport d'Héraklion (Crédits Guillaume Richer, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France, nouvelle théocratie écolo

Publié le 5 juin 2019
- A +

Par h16.

Et voilà qu’après avoir consciencieusement tapé sur la voiture, au point de mettre directement en danger les emplois de tout le secteur automobile, des députés entreprennent à présent de cogner sur l’avion, histoire de ne pas laisser le sujet refroidir.

Il faut dire que, du côté de l’aviation, le terrain est actuellement fort propice à toutes les démarches les plus taxatoires et liberticides.

On se souvient en effet qu’il y a quelques semaines, devant le constat d’une absence de taxe sur le kérosène utilisé par les avions, de nombreux acteurs de la vie civile, rapidement suivis par les habituels démagogues de la politique facile, ont réclamé que ce carburant soit enfin taxé dans les mêmes proportions que celui des automobiles… Probablement parce que demander l’inverse, à savoir que le carburant des automobiles soit taxé dans les mêmes proportions que le kérosène (i.e. plus du tout), leur semblait parfaitement ridicule : tout le monde sait que, grâce aux taxes et impôts, l’État peut se passer d’entretenir les routes avec succès, ne construire ni écoles ni prisons avec décontraction, peut généreusement fournir une éducation aussi coûteuse qu’approximative et assurer les citoyens d’une retraite misérable, d’un chômage inévitable et mal payé ainsi qu’une protection anecdotique contre les maladies et les accidents dans un système de santé en délabrement avancé que personne n’ose copier nulle part.

Il était dès lors logique que les institutions démocratiques se lancent dans l’aventure de l’établissement d’une bonne taxe kérosène bien claquante dans la gueule des méchants avions, car là encore tout le monde sait qu’une taxe sur le kérosène sera payée par l’avion, tout comme les taxes sur le lait sont évidemment payées par la vache.

Cependant, ces histoires de taxes, c’est bien mignon mais ça ne suffit pas. Le capitalisme est une horreur des horreurs qui sort bien trop d’humains de la pauvreté et impose donc un stress énorme sur l’écosystème terrien, et qui a la triste tendance à toujours trouver un moyen pour contourner les bâtons qu’on lui met pourtant dans les roues avec acharnement. Autrement dit, on sait que ces taxes seront absorbées autant par les compagnies, leurs actionnaires que par les clients et que, finalement, la situation ne changera pas. Ou du moins, pas suffisamment pour les plus volontaristes de nos législateurs.

Et parmi ceux-là, on retrouve sans mal les indépassables insoumichons et autres extrémistes de gauche qui n’ont de cesse que de régenter la vie des autres qui ne vivent et ne pensent pas comme eux, garants de la morale, de l’ordre égalitariste et de l’indispensable syntonisation de l’Humanité avec Gaïa, notre mère à tous. Pour la belle brochette communiste, point de doute : il faut maintenant interdire purement et simplement certaines lignes aériennes.

Alors que la « loi d’orientation des mobilités » est actuellement discutée à l’Assemblée, François Ruffin a ainsi déposé un amendement, cosigné par d’autres larrons dans cette foire au mieux-disant écologique, dont l’inévitable ancienne ministre de l’Écologie Delphine Batho qui ne s’est jamais stoppée dans ses pulsions autoritaires dès lors qu’elle peut les camoufler sous un vernis éco-compatible.

Avec la simplicité et la décontraction que peuvent se permettre les cuistres et les incompétents, cet amendement propose d’interdire les vols intérieurs en France qui peuvent être remplacés par des trajets en train dans un délai similaire. Prenant pour exemple un Paris-Marseille (qui prend, porte-à-porte, trois heures tant en avion qu’en train, ce dernier arrivant en centre-ville là où l’avion nécessite des trajets complémentaires pour le même résultat) ou un Paris-Nantes (deux heures dans ce cas), le député y va de ses petits calculs de kilogramme de CO2 pour justifier que soit enfin interdit l’horrible moyen de transport.

Devant le constat de l’équivalence des temps de trajet, pas un député et pas un journaliste ne se pose pourtant la question de savoir pourquoi les passagers continuent pourtant de prendre l’avion et de le préférer régulièrement au train soi-disant plus pratique…

Apparemment, les performances techniques et tarifaires du train ne semblent en rien choquer la classe jacassante qui y va donc de sa comparaison écologique, considérant implicitement que tout le monde a bel et bien les moyens de payer 2 à 5 fois plus cher pour le même trajet en train, avec des aléas — depuis la panne en rase campagne en passant par les retards, les annulations et les grèves de saison — de plus en plus fréquents. Tout le monde sait que le consommateur lambda prend l’avion pour nuire à Gaïa, parce qu’il est un égoïste individualiste sans morale, alors qu’en prenant le train, il participe à la Sainte Lutte Contre La Pollution Impie. S’il ne le fait pas, c’est qu’il n’a pas été suffisamment éco-conscientisé, ou que les contraintes contre son geste blasphématoire ne sont pas assez fortes.

Et peu importent les conséquences d’une interdiction ferme : la France a déjà trop peu de chômeurs, son économie est bien trop florissante pour ne pas s’autoriser un petit resserrement de sa liberté laxiste et ramener quelque peu les gens à la raison. La fermeture de ces lignes ne provoquera aucun souci économique, n’aura aucune conséquence inattendue. Tout sera contrôlé, tout se passera même mieux que bien et Gaïa nous le revaudra.

En fait, tout se passe comme si les politiciens avaient compris qu’aucun répit n’était plus possible depuis qu’ils se sont rendus compte à quel point l’écolo-bigoterie fonctionnait à merveille pour faire passer absolument toutes les taxes, toutes les interdictions et toutes leurs autres lubies comme une lettre à la Poste (des années 60, la Poste actuelle perdant trop souvent les plis pour être prise en référence).

L’accélération est palpable : non seulement plus aucun parti n’ose se prétendre réellement à droite (le suicide mou des Républicains, aussi réjouissant soit-il, n’en demeure pas moins tout à fait symptomatique), mais tous sont devenus redoutablement étatistes, réclament l’intervention de la force publique à tous les étages, à tous les stades de la vie, à toutes les occasions, pour tous les problèmes présents et à venir.

Offrant un véritable boulevard à qui veut imposer ses vues aux autres en fermant toute discussion et en interdisant toute dissidence, la Religion Écologique est maintenant présente dans tous les partis, à tel point que les devoirs régaliens de l’État sont totalement passés aux oubliettes. Offrir paix, justice et sécurité au citoyen français n’est plus qu’un encombrant reliquat des années passées. Maintenant, on s’occupe du climat, des températures, des particules fines, des pesticides, des perturbateurs endocriniens et des petits zanimaux mignons dont la biodiversité finira par figurer dans l’article 1 de la Constitution. Les violeurs, voleurs, tueurs, escrocs, trafiquants et autres petites frappes ne sont plus la priorité, et d’autant moins s’ils sont un minimum écolo.

Faisant consciemment le choix d’un « retour à la terre » qui s’apparente de plus en plus à un enterrement de seconde classe dans la plus triste contrition environnementale, la France se rapproche à chaque élection d’une véritable théocratie écolo où chaque pensée, chaque parole, chaque action et chaque omission seront jugées à l’aune de leur impact sur une nature maintenant complètement fantasmée.

Cela va forcément très bien se terminer.

Certaines fins ne sont pas heureuses... (Not everything can end well)
—-
Sur le web

Voir les commentaires (56)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (56)
  • La photo de l’individu en milieu de page est très bien réussie.

  • H16, quelques critiques quand à votre billet (toujours aussi plaisant à lire). J’ai été aussi choqué par ces déclarations de D.Bahto entendue à la radio. Je suis donc allé par curiosité regarder les tarifs.
    Quelques corrections par rapport à ce qui écrit ci-dessus : pour les trajets Paris-Lyon-Marseille le cout des billets de TGV est généralement inférieur à celui de l’avion : une recherche très rapide sur le web montre des prix d’appels à 10-20€ pour le train contre 50€ pour l’avion. L’achat d’un billet de train dans 15 jours donne un tarif entre 19 à 80€ pour le TGV. Sachant que le trajet en train est beaucoup plus confortable (arrive en centre-ville, pas d’attente à l’embarquement, WIFI inclut, et les sièges comparés à un vol low cost sont meilleurs). Et il faut briser le mythe des trains toujours en retard, quand on est objectif et qu’on prend des données chiffrées, sur des lignes qui fonctionnent bien comme celle ci la ponctualité est au moins aussi bonne que le transport aérien et même probablement meilleure (sur les vols intérieurs qui enchainent les allers-retours les retards ne sont pas rares et non remboursés, alors que la SNCF rembourse tout ou partie du billet en cas de retard significatif). Il me parait difficile aujourd’hui d’y préférer l’avion SUR CETTE LIGNE PARTICULIÈRE.
    Les vrais limites sont ailleurs et subtilement escamotées par nos responsables politiques. Déjà la ligne de Paris Lyon Marseille, est prise comme référence. Cette ligne est la plus rentable pour la SNCF : elle dessert les 3 plus grandes agglomérations du pays en 3h. Donc forcément le niveau d’investissement peut y être plus élevé, les matériels sont modernes, le ROI sur l’infrastructure est excellent. C’est une des rares lignes sur laquelle la SNCF ne prend aucune subvention, son fonctionnement étant payé par les billets achetés et dégageant une marge bien juteuse.
    La ou le discours politique devient vite incohérent c’est si on s’intéresse à d’autres trajets, au hasard Marseille-Nantes, une belle diagonale. Ou Lille Toulouse. Ou Strasbourg Rennes. Toutes ces destinations sont de grandes villes (à l’échelle française) et desservies à 100% par TGV. Mais les temps de trajets deviennent énormes, imposent des correspondances, et comme ces lignes font moins de volumes les prix ne sont plus compétitifs ou subventionnés.
    De plus, admettons qu’on ne s’intéresse encore qu’à Paris Marseille. Aujourd’hui on fait circuler un TGV toutes les 30min ce qui est une fréquence élevée pour ce type de train. Imaginons que les trajets en avion soit interdits comme le propose les soumis. Quels seraient les conséquence du report des passagers de l’aérien sur le train ? Une hausse de la demande, entraînant une forte hausse des prix du billet. Comme il est impossible de faire circuler plus de trains sur la même ligne, il faudrait en construire une deuxième (sans oublier de reconstruire les gares en plein centre ville, bon courage…). Ce qui aurait pour conséquence à court terme… une hausse du prix du billet. C’est la que sont les vraies failles de ce discours démagogique anti avions.
    Mais encore une fois, attention, sur ce type de distance, pour desservir des métropoles de ce type (plus d’1 million d’habitants), les trains de types TGV sont compétitifs. A tel point que même la SNCF peut se permettre d’y être rentable.

    • Les voyageurs font comme vous. Ils comparent les prix, les horaires, le confort et autres; ils prennent en compte leurs contraintes, leurs préférences et leur sensibilité écolo; et au bout du compte ils décident comme des adultes responsables. Vive la concurrence libre et non faussée.

    • FFire : laissons choisir les gens !
      Les prix des billets de TGV à 19€ pour Paris Marseille c’est 3 mois à l’avance sur les wk (oui en semaine à 14h c’est possible 15j avant).
      Un autre aspect : je suis professionnel à Marseille, j’ai pas mal utilisé de vols internationaux. Correspondance à Paris quasi obligatoire… Alors quand le TGV sera obligatoire le trajet sera rallongé… Bref encore des politiciens parisiens qui ne savent pas ce que c’est que d’utiliser les transports en France

      • Oui laissons choisir les gens, et non à la proposition débile de la FI.
        Mais pour appuyer ce propos, utilisons les bons arguments. Le votre sur les correspondance internationale en est un excellent.
        Celui de dire que le train est sensiblement plus cher pour un trajet simple Paris Marseille non car c’est plutôt l’inverse (je trouve des billets pour demain à 100€ sur des horaires adaptés à un pro qui aurait un rdv à Paris).
        C’était ça le sens de mon commentaire. Je ne soutiens pas du tout la proposition de règlementer le transport.

    • faux le sprix que vous citez sont des prix tres tot le matin ou tres tard dans la nuit

      • N’importe quoi, je suis allé sur le site officiel vérifier, faites en autant avant d’écrire

        • Indépendamment de la façon dont les prix sont construits, l’une des raisons des vols intérieurs est qu’ils ferment généralement une patte d’un voyage international dont Paris, Lyon ou Marseille est une simple étape. Autrement dit, quelqu’un qui part de Nantes vers Tokyo passera par Paris et prendre le train est non seulement plus cher, mais aussi beaucoup plus complexe et beaucoup plus long sur le trajet total.

          Autrement dit, comparer un trajet Nantes-Paris avion contre train sur le seul critère du prix occulte complètement le but du voyage qui change complètement la donne.

        • mais oui mais oui

    • Vous devriez savoir que les tarifs de la SNCF ne signifie rien, 50 milliards de dettes non payés viennent de passer à la trappe. Si la SNCF devait faire payer le vrai prix des billets de train ceux ci devrait facilement doubler.
      Les billet à 20 € se compte sur les doigt d’une main sur chaque train, c’est une vaste fumisterie pour pouvoir afficher le prix d’appel sur les affiches sans être accuser de publicité mensongère. dans le fait toutes ces places disparaissent dans la minutes qui suit leur disponibilité.
      Quand à l’argument de l’arrivée en centre ville il est tellement stupide que je ne comprend même pas comment on ose y faire appel. Et si on ne se rend PAS en centre ville comme 95% des gens qui prennent le train. Et si se rendre dans le centre d’une grande ville est compliqué et long? Dans ma jeunesse je faisait souvent paris lyon et bien comme j’habitais en banlieue parisienne et que je me rendais en banlieue lyonnaise je mettait moins de temps à faire le trajet en voiture qu’en TGV de porte à porte et pour moins cher essence et péage comprit. Et en plus je pouvait emporter tranquillement mes bagages (transporter une grosse valise dans les transport en commun parisien représente la version moderne du chemin de croix) et je n’avais pas besoin une fois arrivé à lyon de demander à quelqu’un de venir me chercher ou de prendre d’autre transport en commun ou un taxi.
      le train n’a survécu jusqu’à nos jour que sous perfusion étatique, c’est un moyen de transport dépassé, laissons le mourir de sa belle mort.

      • Au contraire, je connais très bien le fonctionnement financier de cette entreprise.
        1) Les couts d’exploitation de la ligne Paris Lyon Marseille sont financé à 100% par les billets vendus. Au contraire, les marges dégagées sont détournées et réinvesties dans les multiples autres secteurs déficitaires de l’entreprise. Si la SNCF réduisait son périmètre à cette seule ligne, ou plus réaliste si cette ligne était reprise par une société privée sa capacité d’investissement sur ce périmètre serait très supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui.
        2) Les billets à 20€ c’est le prix d’appel, comme ceux d’avion à 50€. Sur cette ligne le train est moins cher que l’avion, et de beaucoup. Vous ne me croyez pas : allez voir dans des comparateurs vous même.
        3) si l’argument du centre-ville ne vous parle pas à vous, il parle à 95% des gens qui se déplacent. Ne généralisez pas votre cas personnel.
        4) Quand on regarde mondialement dans des pays ou il n’y a pas d’intervention étatique, on voit que le train est un transport optimal pour relier des métropoles de plusieurs millions d’habitants sur des distances d’environ 300km. en dessous le transport routier est généralement meilleur, au-dessus l’avion reprend l’avantage. Ce qui vit aujourd’hui sous perfusion étatique, et qui plombe le reste, ce sont les lignes qui ne sont pas dans cette configuration (80-90% du réseau tout de même).

        • l&a sncf n’est là que parce qu’elle pompe le fric des français
          allez vous cacher

        •  » et qui plombe le reste, ce sont les lignes qui ne sont pas dans cette configuration (80-90% du réseau tout de même). »
          Exactement. Et c’est ce qu’on reproche à la SNCF: de faire payer à tous un service qui ne sert qu’à très peu mais qui caresse l’ego des politiques locaux dans le sens du poil.

  • Si la deoite voulait reprendre (enfin) le créneau de la liberté, l’écologie est un thème porteur. Il y a en effet toute une partie de la population qui en a assez de ces délires. Et encore plus de gens qui en ont assez de les payer.

    • « reprendre »? Je ne suis plus tout jeune et je ne mes souvient pas que la droite n’ai jamais porté le flambeau de la liberté, pas en France en tout cas. En France leur seul endroit ou on trouve la liberté c’est dans la devise promotionnelle du pays mais bon ça c’est juste pour la com…

    • La droite investir le créneau de la liberté? Ce serait en effet une sacrée révolution, une alternative incroyable à tous les socialismes, la prospérité avant l’égalité, l’emploi et le pouvoir d’achat avant l’allocation chômage. On se met à rêver de tout ce qui deviendrait possible…

  • Si on interdit l’avion il va falloir sérieusement augmenter les capacités ferroviaires. L’impact écologique d’une ligne de train c’est entre autres des miiliers de tonnes de béton et de métaux, des kilomètres carrés de terres agricoles sacrifiées, des paysages défigurés… Le doublement de la ligne TGV Paris-Marseille ça promet de beaux débats!

  • Je n’ose imaginer le nombre de chômeurs que pourrait générer une interdiction des vols intérieurs: employés des compagnies, des aéroports, taxis, activité touristique (hôtellerie, restauration, loisirs, …).
    Les capacités du rail ne sont certainement pas en mesure de pallier à la suppression de l’aérien, les français et nos visiteurs étrangers réduiront fortement leurs déplacements.

    • Les écolos partisans de la décroissance seront ravis. Les socialistes partisans de la mise sous tutelle de la population par les minima sociaux seront ravis. Les syndicats qui tiennent la SNCF seront ravis.

      Pour tous les autres… eh bien si cet amendement crétin est voté, la crise des gilets jaunes semblera bien faiblarde par rapport à la révolte de tous ceux qui vivent du transport aérien. On peut ajouter à la liste les salariés d’Airbus, de Safran, de Zodiac et tous les équipementiers, sous-traitants et agents de maintenance, les agences et sites de voyage…

  • Na fantasmons pas. L’interdiction des lignes intérieures n’a aucune chance d’aboutir.
    Cela fait partie des délires habituels de certains députés qui veulent laver plus blanc que blanc. Et accessoirement faire parler d’eux…

    • Même si elle n’a aucune chance d’aboutir, le sujet permet maintenant de stigmatiser tous ceux qui estiment plus pertinent de prendre l’avion que le train. Et les médias ne s’en priveront pas ! Sauf bien sûr pour Villacoublay et les avions de la République…

    • C’est quand même le genre de gens prêt à « donner » le montant de ces futures taxes à GE pour qu’ils recyclent leur activité énergie en fournitures aéronautique !

    • Bien sur que ça n’aboutira pas mais l’ennemie est désigné et on sait maintenant sur qui porteront les nouvelles taxes (entre autre).

      • La mise en place de taxes est plus probable que l’interdiction des lignes intérieures. Même si cette taxation franco-française a déjà du plomb dans l’aile, puisqu’on serait les seuls à la pousser…
        Ceci étant, à partir du moment où on stigmatise l’utilisation des énergies fossiles dans les causes du RC, il est aberrant d’un point de vue logique de surtaxer les transports automobiles et de laisser tranquille l’aérien, 5 fois plus émetteur au km*passager…
        De la même manière, on va bien finir par faire un sort aux paquebots qui stationnent, moteur tournant dans le port de Marseille et qui polluent plus que toutes les voitures et camions de la ville !

        • En gros, si on vous suit, quand quelqu’un ou quelque chose paient moins de taxes , ce n’est pas normal, il faut le taxer plus.
          Il ne viendrait à personne l’idée de diminuer les taxes de ceux qui paient plus.
          C’est incroyable! Maladie d’un pays collectiviste comme la France.

    • Les écolos sont gonflés à bloc depuis les élections européennes. Une grande partie des électeurs est persuadée que la fin du monde est pour bientôt… Cet amendement a peu de chances de passer en l’état, mais il est très probable que d’autres mesures du même acabit seront adoptées.

      Cet amendement peut être analysé comme une tentative de manipulation (https://fr.wikipedia.org/wiki/Porte-au-nez)

  • ces gens sont dingues

  • Pour info, l’organisation internationale du transport aérien (IATA) a adopté des mesures pour réduire son impact environnemental. L’axe le plus évident est la réduction de la consommation de kérosène, qui est un objectif depuis bien longtemps. Il y a d’autres axes (pour ceux qui lisent l’Anglais, voir https://www.iata.org/policy/environment/Pages/default.aspx)

    Mais pour les écologistes, il ne suffit pas d’être propre, il faut être pur. Et si on ne peut pas être assez pur, ils sont prêts à tout. Si vous êtes contre eux c’est que vous êtes contre l’environnement et que vous menacez leurs enfants. Le totalitarisme vert est en marche. Il faudra songer à s’enfuir avant le début des mesures d’extermination.

  • Critique libérale (wikipedia) du scientisme en général, ou l’on retrouvera bien les symptomes présents actuellement. Impressionnant de constater, depuis Bastiat combien les auteurs liberaux sont clairvoyants. A se demander si ce n’est pas précisément pour ça qu’ils sont ostracisés.

    Friedrich Hayek, dans The Counter-Revolution of Science (rédigé entre 1940 et 1951, publié sous forme de livre en 1952), Karl Popper avec Misère de l’historicisme ou La Société ouverte et ses Ennemis, ou encore Michaël Polanyi et La Logique de la liberté (1951), ont opposé trois critiques congruentes du scientisme, que mettaient alors en acte les ingénieurs sociaux d’URSS ou d’ailleurs, en montrant les dérives politiques (notamment, pour le premier, dans La Route de la servitude, 1944). Pour Hayek, si la science est une et la vérité accessible aux hommes (ou à une élite qui se charge de la représenter) alors le chemin que doit suivre la société une et indivisible ne doit souffrir aucune contestation : le scientisme mènerait ainsi, nécessairement au collectivisme. Propagande/éducation, torture/rééducation, épuration des contestataires/punition des comploteurs obscurantistes et vendus, seront alors les bras armés de la science bienveillante, le régime étant mené à une politisation ultime de chaque sphère de l’existence, dont les effets délétères sur toute activité rationnelle ne tardent pas à se faire sentir.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Scientisme

    • Il faut surtout bien distinguer la science (recherche sans fin de la connaissance de l’univers qui non entoure) de la morale (distinguer entre le bien et le mal) et de la politique (choix collectifs et décisions qui s’imposent à tous par la loi).

      La science nous éclaire (plus ou moins bien) sur ce qui est et ce qui peut se produire. La science ne peut en aucun cas nous dire ce qui est bien ou mal. Elle peut encore moins dire ce que la société doit faire ou pas.

      Les scientifiques qui prétendent décider à notre place sont des dictateurs en puissance. Les politiciens qui prétendent que la science nous dicte la solution sont des manipulateurs.

  • Ca va être pratique pour toute la population qui prend l’avion vers paris comme escale de vol international, on pourra gràce a eux prendre le train pour aller à l’aéroport ensuite, sans compter la durée de l’escale …

  • Quand on réside à Paris, le TGV est bien commode mais quand on vit en province, le problème est bien différent même dans les villes desservies par le TGV! Certaines lignes d’avion pourtant intéressantes au départ de villes de moyenne importance ont déjà été supprimées au détriment des résidents et même des entreprises.

  • c’est assez amusant qu’ils aient omis le coté utilitaire…
    carrément interdire TOUS les déplacements sans vérification de l’objet…

    aller à une manif contre les aéroports? vous pouvez…car c’est bon pour l’environnement..

    visiter la famille.. pas plus de deux fois par an.

    allez à un rendez vous d’affaire.. oui si il est écolo compatible, non sinon..

    allez en vacances… un nombre de fois correspondant à votre vertu verte en accord avec la grille d’évaluation gouvernementale..

    c’est pas si compliqué voyons…

  • et comme d’hab..
    SI vous faites faire de vraies économies aux gens…ils le dépensent ailleurs..
    bilan carbone quasiment nul..
    pas nécessairement idiot..
    mais notoirement illusoire dépenser que d’éviter les gaspillages RÉELS conduit à moins de consommation globale..

    la solution est la bureaucratie..
    créer des emplois inutiles qui vous pompent votre frics sans rien vous apporter..

    il faut absolument que les économies faites disparaissent…en perte de productivité …

    il vous faut payer le conseiller qui vous dit de prendre votre vélo plutôt que votre voiture pour aller au boulot!!! de sorte que vous n’ayez pas l’argent économisé à dépensé!!!

    la solution à la surconsommation est bel et bien la bureaucratie inutile… il est peu probable qu’une partie importante de la population accepte de moins bosser et moins gagner preuve en est qu’on trouve surtout des gens uqi se plaignent de ne pas gagner assez..

    donc créer des postes de scrutateurs de la nature, de défonceur de portes ouvertes etc…

    • il y a une autre solution facile pardon qui est d’éviter des gaspillages illusoires…et dépenser 5 euros pour sauver une demi tomate de 10 c de la poubelle…

    • « il faut absolument que les économies faites disparaissent…en perte de productivité … »
      c’est le boulot de l’état depuis toujours, l’état c’est la version sociale du parasite.

  • Ils pourraient aussi songer a fermer…les nationales et les autoroutes qui de toutes les facons ne pourront plus etre utilisees par les autos electriques faute d’autonomie suffisante…ils manquent d’imagination pratique !

  • Nos crétins de polytocards, oui tocards, réaliseront-ils le tour de force d’interdire les vols intérieurs ❓
    Ce serait tentant, plus de taxes sur les carburants… C’est bien le but, faire rentrer le pognon dans les causses trouées reposant sur un puits sans fond.
    Ils y vont tellement finement qu’un Perpignan-Paris sera remplacé par un Perpignan-Barcelone-Paris.
    Cela me rappelle le sketch d’un certain Fernand… Il va revivre 😉

  • Si le transport aérien s’arrête, que va t’on faire du Kérosène ?
    Heureusement le moteur Diesel fonctionne aussi au Kérosène et a l’huile de Colza.

  • « Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît » Là, je crois que les écolos et leurs thuriféraires de tous bords sont aisément reconnaissables !
    Je propose d’interdire tout et de taxer le reste. cela ferait un joli programme pour le Parti d’En Rire du regretté Pierre Dac.
    Il ne faut plus argumenter contre ces zinzins, mais il faut les ridiculiser.

    • J’en ai détecté un de classe mondiale dans mon entourage !
      (par rapport aussi au post sur le kérosène du rouméliote)

      Figurez vous qu’il se plaignait des nombreuses taches jaunes qui couvraient sa voiture ces derniers jours, levant un point vengeur vers le ciel et les avions qui lâchent leur saloperie du haut des nuages ( je ne sais s’il parlait de carburant ou d’autre chose), saloperie qui atterrissait sur les voitures du quartiers.

      Je précise par ailleurs qu’il se bat pour l’environnement et est particulièrement concerné par la perte de biodiversité et la disparition des abeilles, fin de l’humanité.

      Et là, paf !, je lui explique que les taches jaunes sur sa voiture sont des taches de purge des abeilles, qui retiennent leur besoin tout l’hiver et qui dès les beaux jours, sortent en masse des ruchers pour se soulager en vol, origine des fameuses tâches.

      Je résume, ces fameuses abeilles supposées disparues ont donc pour habitude de chier sur sa belle voiture allemande, et le transport aérien n’y est pour rien.

      Je ne crois pas qu’il m’ait cru, « eppur si muove »…

      • … Et puis, il y a aussi le pollen qui pollue ma belle auto japonaise noire, scrogneugneu ! Vous pourrez rajouter ça à votre collègue…
        C’est sûr qu’on souhaite l’extinction de masse de l’espèce écolobobo.

        • Mais nan, voyons !
          C’est pas du pollen, c’est de la poussière du Sahara entraîné dans le sillage des avions au kérosène détaxé.

          La japonaise, c’est vous ? parce que moi, c’est plutôt Citroën…

      • @Leipreachan
        Bonsoir,
        « perte de biodiversité et la disparition des abeilles, fin de l’humanité. »
        Disparition de 90% des insectes, et du coup, il n’y a plus d’oiseaux. Du coup c’étroporible !

  • Tous ces théocrates verts de gris ne sauraient être totalement inutiles, ils peuvent toujours servir de mauvais exemples,
    et accessoirement de réserve de nourriture.

    Une fois l’hiver escrologique venu, j’espère bien qu’on aura quelques boboécos bien dodus à se mettre sous la dent…

  • Et du coup il y aura une exception pour le glyphosate pour désherber les voies ? Ou alors il faudra y aller à la mimine ? On nous expliquera que ça créera des emplois éé 🙂

  • Allez hop ! Des avions électriques et on n’en parle plus !

  • on ne dira on plus jamais assez qu’un projet planifié d’appauvrissement a ceci de particulier : il peut réussir voire aller au delà des prévisions..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

inflation zero pouvoir achat
4
Sauvegarder cet article

Dans un entretien au Nouvelobs, l'économiste Éloi Laurent s’étonne que la défense du pouvoir d’achat fasse consensus à l’heure des crises écologiques qui ne seraient, selon lui, que « le fruit empoisonné de notre pouvoir de tout acheter ». De la même manière, c’est dans une tribune de Reporterre que le pouvoir d’achat est accusé d’être un concept anti-écolo, voire même une forme de réductionnisme stérile pour l’être humain.

Cette vision animiste de la nature couplée à une rhétorique chrétienne culpabilisante n’est pas nouvelle. Dans le... Poursuivre la lecture

canicule démantèlement nucléaire
7
Sauvegarder cet article

Par Michel Lebrun et Michel Gay.

Une désastreuse arnaque scientifique a eu lieu dans l’ex-URSS quand l’agronome Lyssenko a réussi à convaincre le Comité central du parti communiste, Staline en tête, que ses méthodes permettraient de multiplier par trois, voire quatre la production agricole. Les scientifiques soviétiques qui osèrent critiquer Lyssenko eurent le choix entre se rétracter ou aller au goulag !

Bilan : des famines abominables eurent lieu en URSS et Lyssenko mourût de sa belle mort en 1964 !

Aujourd’hui, la soci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles