François Ruffin, faux marxiste, vrai maccarthyste

Ruffin peut se féliciter d’avoir face à lui un macronisme intellectuellement vide et une droite aux abonnés absents de la vision idéologique. Pendant ce temps, les départs de feu qu’il allume prospèrent.

Par Éric Verhaeghe.

En 2013, François Ruffin avait rendu hommage à Daniel Mermet, attaqué pour son management brutal et son mépris vis-à-vis des salariés. Il avait alors dénoncé un maccarthysme de gauche chez ceux qui avaient pris la défense des plus faibles.

Appel à brûler la maison d’un patron

En revanche, il n’a pas hésité, lors de la Fête de l’Humanité, à appeler à agir contre le PDG de Whirlpool qui licencie. On n’en est pas à une contradiction près chez ce fils de cadre de Bonduelle qui imagine le prolétariat comme les romantiques parlaient des petites gens : avec un paternalisme méprisant.

C’est quand même inédit d’entendre un député de la République inciter publiquement ses concitoyens à mettre le feu à une demeure privée. Pour François Ruffin, cet appel semble évident : il s’agit de punir le méchant capitaliste qui licencie chez Whirlpool.

Quelle chance il a, François Ruffin, de vivre dans un monde simple et évident ! Il y a les gentils : les ouvriers, les prolétaires, les réfugiés (rebaptisés travailleurs immigrés), auxquels il faut tout donner. Et il y a les méchants : les capitalistes, les patrons, les employeurs, auxquels il faut tout prendre.

Bienvenue dans le monde des copains-coquins de Ruffin

Ben, évidemment il y a des exceptions pour les copains.

Daniel Mermet, son pote qui le faisait passer à la radio, a droit à un traitement différent. Lorsque des journalistes ont fait connaître les souffrances qu’ils avaient endurées en travaillant avec Mermet, Ruffin a volé à son secours (voir ci-contre) pour expliquer que toute cette souffrance ne pouvait effacer les innombrables bienfaits du producteur de Radio France.

Parmi ces bienfaits, Ruffin ne manque pas de rappeler que Mermet lui a rendu un fier service en l’arrachant à l’anonymat. Dans la bouche de Ruffin, entendons-nous, il ne s’agit pas de dire « Merci Daniel de m’avoir donné une chance », mais plutôt d’expliquer que Mermet donnait « la parole aux damnés de la terre », aux « intellectuels dissidents », et créait une « véritable université populaire » dont Fakir était un élément notable.

Voilà comment, dans la République des bien-pensants, on se tient la bourre. Tu m’as fait passer à l’antenne, donc je te renvoie l’ascenseur en expliquant que les quelques journalistes que tu as lessivés ne pèsent rien face aux damnés auxquels tu as donné la parole.

Erreur chez les bourgeois, vérité chez les bobos. Certaines souffrances au travail sont plus défendables que d’autres. On connaît la musique des donneurs de leçons.

Ruffin passé du côté des lyncheurs

En bon ancien élève d’un lycée chic d’Amiens, Ruffin s’était à ce propos senti obligé de nous infliger une déclaration morale :

Moi qui pratique un journalisme engagé, de lutte, depuis quatorze ans maintenant, jamais je n’ai traité mes adversaires – Gilles de Robien, Bernard Arnault, Jean-Charles Naouri – avec cette violence personnelle, psychiatrisant leur cas, leur découvrant des perversions.

Manifestement, depuis que Ruffin n’est plus journaliste, depuis qu’il est devenu député, la tentation de la violence personnelle a pris possession de lui. Là où le journaliste assurait ne pas nourrir de haine, le député appelle à brûler les maisons, à semer la terreur, dans des proportions pires que celles des adversaires de Mermet.

S’agissant de ce dernier, Ruffin expliquait que ses adversaires avaient procédé à une « exécution ». Le mot était une figure de style. Dans la bouche de Ruffin, le sort promis au patron de Whirlpool n’est guère plus enviable. Mais il ne s’agit plus de figure de style cette fois.

Non, ni Ruffin ni les Insoumis ne sont marxistes

Certains y verront l’excès propre aux diatribes marxistes-léninistes. Ils ne lui tiendront donc pas rigueur de cette dangereuse outrance morale qui serait durement sanctionnée si elle sortait de la bouche d’un député Front National ou Républicain.

On verra dans cette différence de traitement l’autre effet de la partialité intellectuelle imposée par la bien-pensance. Mourir à Auschwitz, c’est monstrueux, mais mourir sur la Kolyma, c’est au fond pour la bonne cause.

La mortalité du Goulag, pour tous ces imposteurs du progrès humain, est acceptable, comme la violence au travail imposée par un Mermet était défendable.

Marx et le salariat

Pourtant, il faut le redire ici, ni Ruffin ni Les Insoumis ne sont marxistes. Marx voulait émanciper les travailleurs et fondait sa théorie sur l’idée que le salariat était une aliénation.

Les Insoumis, dont Ruffin, pensent au contraire que le salariat est l’horizon indépassable du bonheur. Ils défendent farouchement ce fonds de commerce et seraient marris de voir d’autres formes de travail apparaître où leur venin n’aurait plus cours.

Au demeurant, si Ruffin avait essayé un temps soit peu le travail à la chaîne dans une usine, il se montrerait beaucoup moins affirmatif sur l’inconvénient qu’il y a à le voir disparaître.

Car effectivement il faut nourrir une connaissance purement romantique (et fondamentalement méprisante) du prolétariat pour imaginer que le remplacement progressif du travail posté par d’autres formes professionnelles moins pénibles soit une nuisance.

Les vrais prolétaires, ceux que Ruffin ne connaît pas ou ne fréquente pas, n’ont aucune nostalgie pour l’aliénation dont ils sont victimes. Cela ne signifie pas qu’ils soient heureux d’être licenciés mais aucun à ma connaissance ne refuserait des métiers moins pénibles.

Mais, dans ce mépris social que Ruffin occulte derrière un romantisme controuvé, cette vérité-là n’a pas sa place. Avec Ruffin, on en reste aux vieux mythes sur le monde ouvrier qui n’ont jamais abusé que les gens des beaux quartiers. Les mineurs de fond descendaient à la fosse de père en fils et autres mensonges qui font croire que le métier d’ouvrier salarié rend heureux.

Là encore, qu’une quantité colossale d’ouvriers du bâtiment choisissent le statut d’auto-entrepreneur, c’est-à-dire de devenir patrons, pour échapper à leur aliénation, plutôt que de mettre le feu à la maison de leur patron qui veut les licencier est une réalité sociologique qui n’est pas entrée dans les logiciels bourgeois de Monsieur Ruffin.

Au contraire même, on ne tardera pas à entendre Les Insoumis nous expliquer que ces ouvriers qui deviennent maîtres de leur destin au lieu de se consacrer à la lutte collective sous la bannière de Mélenchon et compagnie sont des traîtres à leur cause.

Là encore, redisons-le, le recours au marxisme est ici un prétexte pour maintenir le prolétariat sous surveillance et sous le contrôle d’une bureaucratie syndicale ou politique. Il ne s’agit certainement pas de chercher à l’émanciper.

Le maccarthysme de gauche, on ne pouvait pas mieux dire

On remerciera François Ruffin d’avoir proposé lui-même, dans Fakir, l’expression qui donne la meilleure intelligibilité à sa posture et à celle des Insoumis : celle du maccarthysme de gauche.

Comme le sénateur du Wisconsin, l’enjeu de Ruffin est de dénoncer des ennemis imaginaires, présentés comme les vrais ennemis. Il ne faudrait pas pousser beaucoup pour qu’on sente Ruffin prêt à sortir une mallette vide et à la brandir devant les spots des télévisions, hurlant « j’ai ici les preuves et la liste des coupables ».

Bien entendu, cette fièvre ne repose sur aucun substrat idéologique ni aucune présomption de vérité. Il s’agit plutôt de faire profession de dénonciation binaire. Les gentils d’un côté, les méchants de l’autre. Mettez le feu et la vie sera meilleure. La civilisation ne se construit pas, elle se brûle.

Ruffin peut se féliciter (et il a raison d’en profiter) d’avoir face à lui un macronisme intellectuellement vide et une droite aux abonnés absents de la vision idéologique. Pendant ce temps, les départs de feu qu’il allume prospèrent, prospèrent.

Sur le web