5 inconvénients majeurs de la taxe carbone aux frontières européennes

La taxe carbone lutte contre le méchant carbone, elle fait payer les étrangers, et elle protège nos industries. Ou pas. Explications.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 inconvénients majeurs de la taxe carbone aux frontières européennes

Publié le 29 mai 2019
- A +

Par Rémy Prud’homme.

Les politiciens français sont très majoritairement d’accord sur une proposition : établir une taxe carbone aux frontières de l’Europe. Cette mesure figure dans les programmes d’à peu près toutes les listes des candidats aux élections européennes. Elle a tout pour plaire, pensent-ils : elle lutte contre le méchant carbone, elle fait payer les étrangers, et elle protège nos industries. En réalité, elle présente au moins cinq inconvénients majeurs.

1 — Elle suppose une taxe carbone dans chacun des pays européens. Elle ne peut être qu’un complément, pas un substitut. On ne peut pas faire payer aux produits brésiliens ou indiens un impôt dont seraient exonérés les produits français. Ce serait du Trump ; et du Trump en pire, car le président des États-Unis vise des pays et des produits bien précis, ce que ne saurait faire une taxe frappant le carbone en général. Qui peut sérieusement croire que les 27 pays européens vont se mettre d’accord sur un taux de taxe carbone unique ? Et si les taux sont différents, quel sera le taux de la taxe aux frontières ? Celui de la Suède ou celui de la Pologne ?

2 — Une telle taxe serait en pratique très difficile à mettre en œuvre. Son assiette serait le contenu carbone des produits importés. Bien malin qui dira le contenu carbone d’une chemise bangladeshie ? Celui d’une batterie chinoise ? Très élevé si cette batterie a été fabriquée avec de l’électricité au charbon, vingt fois moins si elle a été fabriquée avec de l’électricité nucléaire ou éolienne. On imagine les dizaines de milliers de fonctionnaires de la Commission nécessaires, du Portugal à la Bulgarie. Les fraudes à la TVA, que l’on peine à contrôler, seront des bagatelles à côté des fraudes à la taxe carbone.

3 — Le discours protectionniste oublie que moins d’importations, c’est aussi moins d’exportations. Carbone ou pas, une taxe à l’importation est une taxe, et elle entraîne des mesures de rétorsion ; le bras de fer entre les États-Unis et la Chine l’illustre assez clairement. En face des emplois sauvés par la diminution des importations, il y a les emplois perdus par la diminution des exportations : le bilan n’est pas nécessairement positif.

4 — Ce qui est certain en revanche, c’est qu’une telle taxe entraînerait une augmentation des prix et donc une diminution du niveau de vie. Si les produits taxés aux frontières de l’Europe paient la taxe et sont vendus en Europe, le montant de la taxe est supporté pour partie par le producteur étranger et pour partie par le consommateur européen. Si la taxe arrête l’importation de ces produits et suscite une production européenne, celle-ci aura un coût plus élevé, et donc à un prix plus lourd pour le consommateur européen.

5 — Une telle taxe enfin aurait un impact quantitativement négligeable sur le stock de CO2 et sur le climat, puisque, selon le GIEC, c’est ce stock qui définit la température. L’impact dépend du taux de la taxe et de l’élasticité-prix de la demande de carbone, c’est-à-dire de combustibles fossiles. On peut en donner une évaluation grossière en extrapolant le cas de la France. Pour les carburants, le fuel domestique, le gaz domestique et le gaz industriel (dont l’élasticité-prix varie de -0,17 à -0,28), une augmentation de 60 euros de la taxe carbone entraîne une diminution des rejets annuels de CO2 de 6 Mt (millions de tonnes), soit d’ici 2050 une diminution des rejets cumulés de 6 x 32= 192 Mt de CO2.

La France représentant 10 % des rejets de l’Union européenne, on peut faire l’hypothèse qu’une taxe carbone de ce montant engendrera en Europe une diminution des rejets de CO2 cumulés environ dix fois plus grande, soit 1920 Mt d’ici à 2050. On sait que la moitié des rejets de CO2 sont absorbés par les océans et la végétation. La contribution de l’Europe au stock de CO2 du monde en 2050 sera donc diminuée de 960 Mt, disons pour simplifier de 1 milliard de tonnes (Gt).

Le stock actuel de CO2 est de 3200 Gt. Selon le GIEC, un doublement de ce stock d’ici 2050 entraînerait en 2050 une augmentation de la température d’environ 1,5°C (c’est ce qu’on appelle la sensibilité). Une variation de 1 Gt engendre donc une variation de température 3200 fois plus modeste, c’est-à-dire de 0,0005°, ou si l’on préfère de 5 dix-millièmes de degré. Tel est le gain climatique d’une taxe carbone européenne de 60 euros par tonne de CO2. Tout ça pour ça !

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • encore un moyen de tondre le consommateur

  • il faut s’appauvrir nous dit on et si c’est pas pour le CO2 c’est pour la biodiversité.. plus de bureaucratie est un solution assez efficace.

  • Cf l’article de François Gervais sur le climat et le CO2 tout est dit

  • D’ailleurs c’est la taxe carbone en elle-même qui est néfaste. Pas besoin qu’elle soit limitée au frontière pour faire des dégâts.

  • 1- qui conteste la nécessité de lutter contre l’augmentation des températures et sa première cause : les émissions de CO2?
    2- l’impact de 500 millions d’européens qui représente 7% de la population mondiale est au moins égal à 14 % des émissions mondiales de CO2. Leur impact est donc loin d’être négligeable
    3- une taxe carbone ( sans possibilité de rachat et de création d’un marché carbone ingérable et générateur de bureaucratie, de fraudes…°) est le meilleur moyen de réduire les émissions en induisant un comportement différent des consommateurs via la formation des prix.
    4- le pire serai une taxe carbone intérieure, sans l’imposer aux frontières de l’Europe. La désindustrialisation ça suffit !

    • Bonne chance pour faire appliquer cette taxe à l’extérieur.
      Il faut arrêter de rêvasser et revenir aux réalités.

    • « qui conteste la nécessité de lutter contre l’augmentation des températures et sa première cause : les émissions de CO2? »
      De nombreux scientifiques, ostracisés par les médias et ce, depuis le début de l’imposture du GIEC.

    • « La désindustrialisation ça suffit ! »
      “Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.” — Bossuet

    • Moi je conteste que le Co2 est la cause de quoi que se soit en matière de réchauffement . La taxe carbone est une lubie de la vision eschatologique des « écolos » tant aimés des « lili-bobos » … Amis des sectes à vos poches !

    • En réponse point par point
      1. des milliers de scientifiques de par le monde. Evidemment on ne les entend pas dans les médias français puisque l’absence de liberté d’expression permet de les qualifier de négationnistes… En revanche, une recherche Google permet d’en savoir plus pour qui veut s’affranchir de la propagande.
      2. source fiable et non propagandiste de ces chiffres ?
      3. justement non, cette taxe n’a pas d’impact autre que celui de remplir les caisses de l’état et d’appauvrir un peu plus la population. Quant à la bureaucratie, c’est vous qui la créez avec ce genre de mesures.
      4. il dit qu’il voit pas le rapport.

      En complément, je vous dirais que ce discours on l’entend depuis 40 ans. Quand j’étais au collège on me parlais déjà de tout ça, que la Tour Eiffel serait sous l’eau à cause de la fonte des glaces…
      Force est de constater que 40 ans après ce n’est toujours pas le cas, mais on continue à servir le même baratin aux jeunes générations qui le croient, comme nous à l’époque. Not anymore

    • @Millesabords La propagande a bien marché et vous faites donc parti des moutons qui acceptent qu’on leur tape sur les doigts pour la bonne cause… parce qu’on leur dit que c’est la bonne cause, sans aller vérifier. Grave.

  • Ils veulent une taxe carbone , soit , on fait avec mais si un cboix peut etre fait il est evident qu’une telle taxe doit s’appliquer au monde exterieur a l’ue ,pas a l’interieure evidement ,puisque cette taxe n’est qu’une taxe douaniere comme une autre.

    • Donc, c’est impossible à appliquer, CQFD 🙂

      • Impossible n’est pas francais d’ailleurs on a reussi a supprimer notre futur ecotaxe camion,ecotaxe pratiquee par tous les pays europeens.
        On la fera donc tout seul pour montrer qu’on a encore la lumiere au plafond…nos importations passant deja par un autre pays europeen ca promet du sport a nos frontieres virtuelles.

        • « pratiquée par tous les pays européens »
          Seulement 8 pays (Suisse, Belgique, Allemagne, Autriche, Slovaquie, République tchèque, Pologne et Portugal).

          • La pluspart sont des pays de transit ,plus de circulation internationale que locale…etonnant que la Hongrie echappe a cette regle….enfin elle se rattrape sur l’autoroute..le portugal fait tache a moins qu’ un port important y soit.
            C’est quand meme fort d’inventer une taxe carbone pour les industriels alors que le charbon va disparaitre..et les industriels…pour le transport ,c’est plus logique lorsqu l’on voit les degats causes par les camions ,quelqu’un doit payer …payer le bitume alorsque la file de camionsespagnols ne font que passer et remplissent que la caisse des vinci et compagnie ,eux meme faisant les routes….

            • remplissent que la caisse des vinci et compagnie

              Ces sociétés payent les taxes afférentes sur le péage, et pas que la TVA, dont une location de la concession.
              Dont l’état se remplit aussi les poches quand un camion étranger est de passage. Quel intérêt pour un transporteur longue distance de prendre une RN embouteillée ❓

              Donc dire c’est gratuit, c’est dire une bêtise, et pas de Cambrai…

              • Quand l’etat rempli ses poches …ce sont nos poches qu’il vide.
                Dans le cas des comions en transit ,ceux ci paye le peage comme les notres sauf que les notres paient des taxes en plus ,pour les routes en simplifiant a outrance…betises ?

        • Waterloo non plus 😉

    • « Ils veulent une taxe carbone, soit, on fait avec »
      En dehors de la violence, il n’existe aucune raison objective d’accepter de faire quelque chose au prétexte qu’une personne ou un groupe de personne vous donne l’ordre de le faire.

  • Le CO2 s’arrêtant aux frontières et les taxes agissant naturellement sur la quantité de CO2 présente su la Planète, il suffit d’écouter les Ecolos.
    Multiplions les taxes et le climat va faire une marche arriérée. Prudence toutefois, il ne faudrait pas inverser le sens des rayons du soleil …. ou la pesanteur !

  • « Tout ça pour ça ! »

    Merci, ça résume tout.

  • Je rejoins le point 2 sur la difficulté d’application.
    En revanche concernant le point 5 il y a contresens puisque justement l’idée de cette taxation serait de pousser les pays tiers à suivre l’UE dans la « décarbonisation » de leur économie.
    Cela permettrait aux industries les plus exposés à la mondialisation d’être sur un pied d’égalité avec les entreprises d’autres régions du monde.
    Après si on dit qu’il n’y a pas de réchauffement d’origine anthropique ce n’est pas le même débat……

    • « Après si on dit qu’il n’y a pas de réchauffement d’origine anthropique »
      Il aurait sans doute fallu commencer par ça puisque le RCA n’est qu’un fantasme.

  • emission c ds l’air,sujet, fusion Renault Fiat

    on apprend que Fiat, qui ‘a pas de véhicule électrique,ce qui fait que sa gamme ne rentre plus dans les limites des normes européennes(normes intenables pour les moteurs actuels) achète des crédits carbone à Tesla!!!
    donc quand vous voyez une petite 500, en fait elle finance l’achat d’une tesla à un riche californien, curieux hein?
    Ou comment flinguer un pan entier de votre économie
    Un des intervenants: bien sur les ricains ne sont pas concernés, mais sile président change( ah si ce salaud de trump…)
    d’ailleurs,, cela ne saurait tarder, car on voit bien les dégats faits au climat(curieusement il n’invoque pas Sainte Greta?)
    De toute cette pignouferie, on retiendra que le véhicule électrique sera chinois, et que nous serons au mieux distributeurs( comme pour la plupart des produits)

    Comment qui disait Trump….la réchauffement (plus si affinité) climatique, un complot chinois?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles