Black bloc, zadistes, Gilets jaunes : les ultras ont le vent en poupe

Un entretien avec Eddy Fougier, politologue spécialiste des mouvements protestataires et chargé d’enseignement à Sciences Po Aix-en-Provence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eddy Fougier

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Black bloc, zadistes, Gilets jaunes : les ultras ont le vent en poupe

Publié le 4 mai 2019
- A +

« Tout le monde déteste la police », c’est le slogan qui a dominé les cortèges du 1er mai. Est-ce une démonstration de la force politique qu’est devenue l’extrême gauche au sein de la gauche en France ? A-t-on assisté à une fusion de la gauche contestataire et des Gilets jaunes ?

Ce que je nomme « l’extrême gauche hors les murs », pour désigner les individus et les groupes qui se situent à la gauche de l’extrême gauche politique traditionnelle incarnée par les partis trotskistes (LO, NPA) et qui recourent à des actions dites directes, semble avoir le vent en poupe depuis quelques années en France. Les ultras ont ainsi pris le dessus par rapport aux autres composantes au sein des ZAD de Notre-Dame-des-Landes et de Sivens.

A titre d’exemple, on a pu observer le même phénomène du côté de Bure dans la Meuse et des opposants au projet d’enfouissement profond des déchets radioactifs à partir de 2016. Il en a été de même lors des mobilisations contre la loi Travail en 2016. Avant 2016, les ultras se fondaient dans la foule et attendaient l’ordre de dispersion par la police en fin de manifestation pour recourir à la tactique du black bloc (voir plus loin).

Or, en 2016, il y a eu une petite révolution pourrait-on dire. Ces ultras ont pris le dessus sur les autres manifestants (et les services d’ordre des principaux syndicats comme la CGT) en instaurant le concept de cortège de tête. Ils apparaissaient ainsi en tête des cortèges en déclenchant les hostilités contre les forces de l’ordre dès le début des manifestations. Il en a été de même le 1er mai 2019. Enfin, ces mêmes ultras semblent avoir une influence notable sur les mobilisations des Gilets jaunes et sur les éléments radicalisés en leur sein.

La question qu’il faut dès lors se poser est la suivante : pourquoi le mode opératoire (tactique du black bloc) et sans doute aussi les idées des ultragauches (avec par exemple le succès des publications du Comité invisible) sont-ils aussi influents sur une partie de la gauche et des mouvements sociaux en France depuis quelques années ? À mon avis, cela peut s’expliquer sans doute par leur refus absolu de tout compromis avec le Système, y compris avec le système démocratique (le groupe Génération ingouvernable a appelé en 2017 à boycotter l’élection présidentielle), leur volonté de créer des alternatives dans les interstices de ce système en faisant reculer l’État, dont la ZAD est le symbole par excellence, leur ambition de s’abstraire du capitalisme et de l’autorité de l’État en se rendant ingouvernables et de ressusciter quelque peu le mythe du romantisme révolutionnaire, de l’émeute insurrectionnelle ou encore de la Commune.

Le black bloc s’est illustré cette année, obligeant même Philippe Martinez de la CGT a s’exfiltrer. Qui sont les black blocs ? D’où vient cette ultragauche qui n’est pas rebutée par la violence ?

Les Black blocs ne correspondent pas à un mouvement à proprement parler. Il s’agit en fait d’un mode opératoire lors de manifestations ou dans d’autres circonstances (défense de squats ou de ZAD par exemple). Des individus généralement vêtus de noir et cagoulés agissent en formant un bloc compact (d’où le surnom de « bloc noir » donné par la police allemande à cette tactique utilisée par des groupes autonomes en Allemagne dans les années 1980) de sorte à rester anonymes et à empêcher les forces de l’ordre de pouvoir les identifier et les interpeller.

Dans un tel contexte, les activistes peuvent résister aux assauts des forces de l’ordre ou bien les harceler. Ils peuvent aussi tenir provisoirement le terrain et ainsi permettre à des individus de se déployer en petits groupes pour dégrader ou détruire du mobilier urbain ou différents symboles du capitalisme à leurs yeux : boutiques de luxe, agences bancaires, concessions automobile, fast-food, etc. Ces activistes peuvent être des anarchistes, des autonomes, des antifascistes, des marxistes révolutionnaires, mais aussi des féministes radicaux ou encore des antispécistes.

Ces ultras disent recourir à ce qu’ils appellent une logique de conflictualité, à savoir des actions violentes visant des biens matériels. Ils ne cherchent pas intentionnellement à blesser et a fortiori à tuer des individus. Néanmoins, la situation sur le terrain peut quelquefois déraper et les amener à mettre en cause l’intégrité physique d’individus, comme ce fut le cas de cette femme et de son enfant le 16 mars dernier lorsque les ultras ont intentionnellement incendié une banque à Paris.

Ne sommes-nous pas en train d’assister à une sorte de zadification du mouvement des Gilets jaunes, avec l’exportation au-delà des zones habituelles de l’extrême-gauche de ses pratiques… Ce qui expliquerait aussi l’évolution du comportement de la police ?

Les rapports entre Gilets jaunes et ultragauche ont beaucoup évolué depuis le 17 novembre 2018. Au départ, ils se sont caractérisés par une méfiance réciproque. L’ultragauche se méfiait d’un mouvement qu’elle voyait comme proche de la droite radicale. De leur côté, les Gilets jaunes étaient quelque peu effrayés par les exactions perpétrées par des ultragauches. N’oublions pas qu’en novembre-décembre 2018, il y avait aussi des ultradroites dans les cortèges. Puis deux évolutions notables se sont produites :

  1. progressivement, les activistes d’ultragauche ont vu dans le mouvement des Gilets jaunes une proximité avec leur objectif de remettre en cause le Système de façon radicale (et donc sans doute aussi une opportunité) et ont gagné la « bataille des cortèges » face aux ultradroites ;
  2. les Gilets jaunes, en tout cas les plus radicalisés d’entre eux, en sont venus à penser que le seul moyen d’être entendus « là-haut » et de faire bouger les choses, c’est de recourir à des actions violentes : c’est d’ailleurs suite aux violences des 1er et 8 décembre que les annonces d’Emmanuel Macron ont été faites. Un rapprochement progressif s’est donc opéré entre l’ultragauche et les Gilets jaunes les plus radicalisés à un point tel que le 16 mars dernier, les premiers ont été applaudis par les seconds sur les Champs-Élysées et que le gouvernement et les services de police ont commencé à parler d’« ultrajaunes ». Ces derniers se sont largement inspirés des modes opératoires des ultragauches lors des mobilisations du samedi, ainsi que de leur ambition d’être ingouvernables (l’un des principaux mots d’ordre de l’ultragauche en 2016 était « soyons ingouvernables »).

On ne peut parler pour autant d’infiltration ou bien de manipulation des uns ou des autres. Il s’agit plutôt d’une forme de convergence d’intérêt entre ultragauche et Gilets jaunes dans un même rejet et du pouvoir et du Système dans une logique de nature anticapitaliste pour les premiers et plutôt de nature anti-élitiste pour les seconds.

Eddy Fougier est l’auteur de deux notes publiées à la Fondapol sur le phénomène zadiste.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Comme les médias, l’ enseignement et la culture sont très majoritairement de gauche, il suffit aux activistes de s’ auto proclamer anti fascistes, anti capitalistes, anti colonialistes et anti racistes etc etc pour que leurs actions soient excusées et pardonnées.
    Par contre si vous êtes un identitaire de droite, catho vous êtes impitoyablement traqué.

  • On donne sans doute trop d’importance à des gens qui ne sont essentiellement que des voyous déguisés en gauchistes.

  • Les « ultras », en rejetant le système, rejettent en réalité la liberté. Ce sont des totalitaires. Ils se disent « anti-fascistes » pour cacher leur totalitarisme.

  • De quoi vivent ces individus ? Du système qu’ils honnissent ? D’un travail honnête ? De subventions publiques ou parentales ?

    Y a-t-il des femmes dans leurs rangs ?

  • « [Les Blacks blocks] ne cherchent pas intentionnellement à blesser et a fortiori à tuer des individus. »


    C’est faux, ils savent très bien qu’en foutant le bordel partout où ils passent ils mettent en danger de nombreuses personnes innocentes. Ils en ont parfaitement conscience mais ils s’en moquent complètement. Ils cherchent à faire régner un climat de terreur par tous les moyens nécessaires, y compris en blessant et en tuant des innocents.

    Ces mecs ( les « Blacks blocks » / « ultragauches » / « anarcho-communistes » …) ont certes le droit de ne pas partager nos idées politiques, ils ont le droit de rester chez eux à philosoper sur les idées de Bakounine, Kropotkine et compagnie.

    Cependant, dès lors qu’ils sortent dans la rue pour initier l’usage de la violence, il faut les considérer comme étant des terroristes et rien d’autre que des terroristes.
    Le devoir d’un site libéral comme contrepoints.org face à des terroristes c’est d’insister sur le droit de personnes innocentes (commerçants, passants …) de se défendre, avec des flingues si nécessaire, face aux terroristes.

    • @commando: Le problème avec votre qualification de terrorisme, c’est qu’on l’a entendu à propos des grèves syndicales de 2016, par les média. Il y a à peine 2 ans, et on a droit au même terme !

      Alors de 2 choses l’une, soit il y a un problème d’appauvrissement du vocabulaire, soit « tout » il est terrorisme pour l’absolu contesté (les MSM, le pouvoir sans opposition,…).

      • Les mots utilisés par les médias sont vidés de leur sens!

      • Terrorisme : Ensemble des actes de violence qu’une organisation politique exécute dans le but de désorganiser la société existante et de créer un climat d’insécurité tel que la prise du pouvoir soit possible.
        Je ne vois pas pourquoi l’emploi du terme pour les BB serait excessif.

  • Black bloc, zadistes, et Gilets jaunes ultras, sont des monstres, produits d’élevage du Hollandisme.

  • Qui aime le désordre à part ces Bordéliques.? Personne. A qui profite le crime.? à LREM.

  • BB et zadistes sont quelques centaines. Les Gilets Jaunes sont plusieurs centaines de millier.
    Aujourd’hui l’article les relie. Il y a 2ans à peine, c’était déjà le cas à propos des grèves de 2016 et des syndicalistes.

    J’ai quelques doutes à savoir qui se rallie aux BB et ultra : le pouvoir par instrumentalisation, ou les GJ par le récit des média ?

    • L’avantage du gilet jaune, c’est comme pour les chaussettes noires, on peut être des millions à en porter sans pour autant avoir la moindre pensée en commun…

  • Il est déjà arrivé qu’un gouvernement en difficulté, ou qui veut accroître son pouvoir, fasse appel à des supplétifs violents.
    C’est vrai au niveau national et comme international.

  • « tout le monde déteste la police » slogan de ces sauvages qui démontre s’il en était besoin que ce sont des fachos. A quel titre s’arroge t’il le droit de prétendre que tout le monde déteste la police si ce n’est le fait d’être des dictateurs de la pensée ? Ces gens là sont à éradiquer du ^paysage social en leur interdis

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Ainsi donc, à Nantes, vendredi soir, les « antifas », ces militants de l’ultra-gauche qui se flattent de lutter sans relâche contre la peste brune qui menace de répandre terreur et destruction dans les chaumières de France, nous ont offert, une fois de plus, l’affligeant spectacle de leurs propres violences et destructions. Je n’exagère nullement ; même la maire socialiste de Nantes Johanna Rolland a condamné les violences, quoiqu’elle semble avoir du mal à désigner nommément les fauteurs de troubles :

Manifestatio... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles