Les 3 formes de pensée écologiste

La pensée écologiste et la légitimation de la protection de la nature peuvent emprunter plusieurs formes. En voici trois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Source https://unsplash.com/photos/_67yaBKbt90

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 3 formes de pensée écologiste

Publié le 4 mai 2019
- A +

Par Hadrien Gournay.

Écologiste théiste mode « Ancien Testament »

L’écologiste théiste prend souvent le masque du bon sens mais un peu d’esprit critique révèle sa vraie nature.

Le masque du bon sens

L’examen scientifique des conséquences de l’activité humaine sur la nature est utile mais n’est pas fondamentalement nécessaire. Pour constater le dépassement du seuil à partir duquel les dommages de la société industrielle excèdent ses avantages, le bon sens suffit. Ce bon sens s’exprime dans la formule : « Celui qui croit qu’une croissance infinie peut continuer indéfiniment dans un monde fini est un fou ou un économiste. »

Cette présentation rapide de la pensée de l’écologiste théiste n’est pas sans poser de questions. Tout d’abord, nous savoir mortels ne nous convainc pas de terminer nos jours. Pourquoi admettre la finitude de la croissance impliquerait-il la nécessité de rompre avec elle dans le présent ? De plus, malgré les prévisions pessimistes, la catastrophe de nature à remettre en cause la croissance ne s’est jamais produite. Cela n’est-il pas l’élément le plus probant parmi les faits accessibles à la raison non scientifique ?

Par ailleurs, si la thèse du dépassement était avérée, où faudrait-il le fixer ? Comment le bon sens permettrait-il de déterminer le bon niveau d’activité humaine ? Beaucoup promettent une société plus humaine mais les plus radicaux ou les plus cyniques légitiment des mesures totalitaires ou d’éradication. L’excès des avantages sur les inconvénients dans le présent ne nécessiterait aucune preuve si l’activité humaine était par nature « déficitaire ». Mais alors la vie humaine, car la conservation de l’homme suppose un impact sur la nature, serait elle-même impossible.

Vraie nature de l’écologiste théiste

Ces difficultés trouvent une explication dans la manière dont l’écologiste théiste appréhende la nature. Il perçoit cette dernière comme une divinité nous tenant rancune de l’absence de respect que nous avons pour elle et retrouvant son indulgence lorsqu’elle constate les efforts que nous avons accomplis.

Mais l’obligation de respecter la nature dépend-elle vraiment des conséquences que le manquement à ce respect pourrait avoir pour l’Homme ? La divinisation de la nature confère à cet impératif une autonomie à l’égard des besoins humains. Toutefois, la nature n’est pas seulement notre Terre mais l’univers entier. Notre Terre n’est que l’une des dix planètes du système solaire.

Notre galaxie compte plus de deux cents milliards d’étoiles et l’univers se compose de plus de cent milliards de galaxies. Les conséquences de notre action sur la nature paraissent si dérisoires que le seul motif pour les limiter serait de refuser tout impact humain sur la nature. Nous condamnerions à nouveau l’Homme à la disparition.

Finalement, l’essentiel est l’effort de limitation davantage que le niveau réel d’activité. L’écologiste théiste est davantage choqué par l’attitude de l’écologiste athée vis-à-vis de la nature que par les conséquences qu’elle pourrait avoir.

Écologiste athée

Aux yeux de l’écologiste athée, la nature n’a pas de valeur propre. Elle est simplement un moyen, un matériau ou une ressource à mettre au service de l’Homme. Seuls des êtres dotés d’intentions peuvent être le but des règles de la morale, du droit et de la politique. Dépourvue de conscience, la nature ne peut être considérée ni comme une finalité de l’action humaine ni comme source d’obligation pour les Hommes.

Néanmoins, cette indifférence de principe à l’égard de la nature ne signifie pas qu’il n’est pas nécessaire de la connaître. Pour l’humanité, l’étude de la nature est un préalable pour s’en rendre « maître et possesseur » selon la formule de Descartes et accéder au confort et au loisir. Elle permettra encore de vérifier que l’impact de ces activités sur la nature ne soit pas pour les Hommes à l’origine de dommages supérieurs aux bénéfices qu’ils en tirent.

La seule méthode pour connaître ces dommages est la méthode scientifique, les hypothèses et les études empiriques. Ne pas accomplir cette démarche serait aussi absurde que d’entreprendre de traverser la rue les yeux bandés. En revanche, présumer avant toute preuve scientifique que les inconvénients de n’importe quel domaine de l’industrie moderne dépassent ses avantages reviendrait cette fois à s’abstenir de ne jamais traverser aucune rue par peur d’être écrasé.

Écologiste déiste

Si la nature n’a pas de pensée ou d’intention au sens où nous appliquons ces concepts à des humains, cette indifférence de la nature ne peut justifier ni la colère ni même l’indifférence humaine. L’observateur ne peut se résoudre à sa réduction au statut d’objet paramétrable par les sciences et la technologie. Bien au contraire, en donnant à son mouvement un rythme et une allure qui la font évoluer à un niveau si différent des projets humains, la distance de la nature se manifeste comme le plus beau spectacle de sérénité auquel nous puissions assister. L’absence de pensée avoisine la plus haute pensée.

Ainsi, nous n’avons aucune raison de croire les prophètes de l’apocalypse. Nous ne paierons probablement pas le progrès technique et matériel par des catastrophes et des famines. De même, aucun devoir abstrait ne contraint l’humanité à préserver la nature. Toutefois, la contemplation de l’ordre naturel n’en reste pas moins un besoin fondamental de l’Homme.

Malgré tout, faute de précisions quant à ses implications pratiques, reconnaître ce besoin a peu de valeur. Il vise non pas à ignorer les besoins économiques classiques mais à les compléter. Quel est alors le bon équilibre entre ces exigences lorsqu’elles s’opposent ? Et qui est le plus proche de la nature ? Le chasseur qui se lève pour chasser à l’aube avec son chien mais prélève sur les espèces qu’il chasse un nombre d’individus supérieur à ce que les nécessités de renouvellement de l’espèce exigerait ou le citadin amateur de produits bio ?

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • l’arbitraire est au coeur de la pensée écolo et c’est toujours oignon pelé; je suis mieux que toi..

    • et rien ne vous empêche quand vous parlez à un écolo de revendiquer que l’écolo c’est vous et non lui…

    • on doit aussi parler de ce qui permet lde revendiquer d’etre l’écolo de la conversation ou d’apporter l’argument écolo.. il suffirait donc pour certains d’avoir voté pour un parti avec ecolo écrit dessus… un peu comme on est équitable quand on achète tel café..
      ce que revendique les écolos politique est il écolo…??? si il était possible de le savoir il n’y aurait sans doute pas besoin de partie écolo..
      c’est la différence avec le collectivisme ..qui est assez clair..
      donc l’écolo affiché..est pour ou contre un truc… du genre nucléaire ou pesticide sans etre capable d’expliquer vraiment tout comptes faits pourquoi c’est ou ce n’est pas écolo…

  • L’ecolo serait donc un primitif adorateur d’idoles …..et droles d’idoles,Hulo ,une grenouille a lunettes norvegienne ,une autiste suedoise..et des idolettes nombreuses dont le nom a ete oublie…bb est ecolo ou d’extreme droite…..bon , en genetal des gens pas trop equilibres….et ces gens auraient des pensees autres que de nous nuire ?

    • Apres mijotage ma pensee m’incite a croire que l’ecolo est satan et ses demons incarné par des hommes et femmes , surtout des femmes comme quoi la beaute est perfide et nous entraine dans un precipice.

  • Lorsque j’ai rencontré Dieu, juste avant qu’il ne se suicide, devant moi. Je puis affirmer qu’il ignorer totalement l’idée même d’écologie.
    Attendre des miracles des écolos n’a aucun sens.
    Sauvez la Planète , le slogan des écolos primitifs, est totalement dépassé. Comme l’évoque l’auteur, c’est la Galaxie et l’Univers que les plus cons d’écolos, (Pardon pour Pléonasme) ambitionnent de sauver aujourd’hui.
    AMEN !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles