Expropriations forcées en Afrique du Sud : un air de Zimbabwe ?

En Afrique du Sud, depuis un an, l’épineuse question de redistribution des terres revient sur le devant de la scène en cette période électorale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lourmarin - sign - Propriete Privee By: Elliott Brown - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Expropriations forcées en Afrique du Sud : un air de Zimbabwe ?

Publié le 22 avril 2019
- A +

Par Narcisse Oredje1.
Un article de Libre Afrique

Le 23 mars 2019, alors qu’il remettait les titres de propriété aux descendants des membres de la tribu des Griquas, expropriés dans les années 1920, le président Cyril Ramaphosa a annoncé l’accélération du processus de la réforme agraire promettant des expropriations sans compensations pour redistribuer les terres aux Noirs.

Depuis un an, l’épineuse question de redistribution des terres revient sur le devant de la scène en cette période marquée par la campagne pour les élections du 8 mai prochain. En se référant au cas du Zimbabwe, que risque la nation arc-en-ciel en instaurant une telle politique ?

Des motivations politiques au détriment de la logique économique

Officiellement, le gouvernement sud-africain envisage l’expropriation des terres sans compensations pour accroître la productivité et assurer la sécurité alimentaire. Du déjà vu avec le Zimbabwe de Mugabe qui a fait de ces réformes agraires son cheval de bataille durant tout son règne.

Ceci étant, déconstruire un système qui génère plus de 10 milliards de rands par an pour le remplacer serait une folie. L’échec du Zimbabwe est là pour en témoigner. Le projet d’expropriation des terres ne date pas d’aujourd’hui mais le moment choisi et la procédure respirent le détournement politique.

Comme Mugabe, l’ANC instrumentalise la réforme agraire pour redorer son blason auprès de ses électeurs, surtout après les scandales de corruption (cas de Jacob Zuma) qui ont terni l’image du vieux parti noir. L’ANC tente également de se positionner pour contrer la montée en puissance du parti radical Economic Freedom Figthers, grand défenseur de cette cause. Autrement dit, ce n’est pas l’accès des Noirs à la propriété foncière qui préoccupe les dirigeants de l’ANC, mais bel et bien la sauvegarde de leur pouvoir.

Le risque de chute de la production agricole en Afrique du Sud

Les fermiers blancs, qui détiennent environ 73 % des terres, assurent à eux seuls plus de 80 % de la production agricole en Afrique du Sud. Ils permettent à l’État, grâce à l’agriculture commerciale, de générer plusieurs milliards de rands mais aussi de faire vivre plus de 160 000 ouvriers noirs et leurs familles.

Retirer les terres à ces hommes qui nourrissent les Sud-Africains grâce à leur productivité et qui assurent l’essentiel des matières premières agricoles aux industries revient à déséquilibrer tout cet écosystème avec un réel risque de déstabilisation de l’économie sud-africaine.

Au Zimbabwe, suite à des mesures similaires prises par le gouvernement de Mugabe, la production agricole n’avait pas tardé à chuter. Les revenus du tabac, par exemple, sont passés de 400 millions à 105 millions de dollars en seulement trois ans (2000 à 2003). En termes d’alimentation le Zimbabwe était le grenier de l’Afrique, mais en seulement dix ans (1998 à 2008), environ 5 millions de citoyens, soit la moitié de la population, ont désormais besoin d’aide alimentaire.

Cette crise était étroitement liée à la baisse de production céréalière, notamment le maïs et le blé qui ont enregistré respectivement des baisses de 28 % et 40 % en 2007. Ce déficit de production s’explique par plusieurs autres facteurs connexes que le projet d’expropriation des terres n’a pas pris en compte.

Manque de compétences des producteurs noirs

Au Zimbabwe, les réformes agraires enclenchées ont mis à nu l’incapacité des producteurs noirs à prendre la relève des fermiers blancs qui à eux seuls produisaient environ 70 % de la production agricole annuelle. Pis, les réformes consistaient en réalité à arracher aux Blancs les terres pour les redistribuer, non pas aux pauvres, mais – et plus particulièrement les meilleurs lots – aux leaders politiques proches du pouvoir, généralement anciens combattants de la guerre d’indépendance, et à une petite minorité de paysans noirs sans ressources suffisantes pour faire mieux que les Blancs.

Finalement, les terres sont restées inexploitées, causant le recul de la production. Tout comme le Zimbabwe, l’Afrique du Sud risque de subir le même sort. Tous les Noirs revendiquent ces terres alors qu’ils n’ont pas les compétences et encore moins la volonté nécessaire pour se substituer aux producteurs blancs.

Au Zimbabwe, les terres ont été redistribuées aux Noirs, mais ils n’avaient ni les infrastructures adéquates ni de financement et encore moins de l’eau pour produire. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont tous revendu ces terres qui ne valaient pas grand-chose pour eux.

Violation antisociale des droits de propriété

Arracher les terres de force sans verser des compensations aux propriétaires constitue une violation grave des droits fondamentaux de propriété reconnus aux fermiers blancs depuis les indépendances. Avec une telle réforme, le signal envoyé aux futurs investisseurs est négatif car ils n’auront aucune garantie que leurs biens et capitaux seront sécurisés.

Or, faire fuir les investisseurs aussi bien locaux qu’étrangers compromettra la création de richesse et d’emplois en Afrique du Sud. Pour rappel, leur retrait lors des réformes au Zimbabwe a précipité l’effondrement de l’économie agricole. Plus de 35 000 ouvriers agricoles sont envoyés en chômage suite à la ruine des fermes agricoles autrefois productives. Au total ce sont plus de 800 000 personnes dépendant directement des fermiers blancs qui se sont retrouvées sans sources de revenus.

L’économie a pris un coup fatal avec une chute de 40 % du PIB en dix ans (1998 à 2008). Une réforme sensée résoudre les problèmes de la masse devient ainsi pire que le problème de départ. L’insécurité alimentaire et le chômage sont deux risques plausibles qui pourraient contraindre les Sud-Africains à l’exil, comme ce fut le cas pour la majorité des Zimbabwéens.

Bref, le projet d’expropriation des terres en Afrique du Sud est une manipulation politique et non une réforme socio-économique.  L’effondrement de l’économie zimbabwéenne doit servir d’exemple à la classe dirigeante sud-africaine. Si une réforme agraire est nécessaire, celle-ci ne doit pas être implémentée au détriment du respect des droits de propriétés, lesquels constituent les fondations de toute économie. Leur non-respect conduit fatalement à l’effondrement de toute l’économie, à l’image du Zimbabwe.

Sur le web

  1. Narcisse Oredje est un blogueur tchadien.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ramaphosa…..encore un qui va mener son pays et ses habitants à la misère et à la ruine ….mais lui aura toujours le ventre plein…..quelle tristesse que la bêtise d’un seul soit responsable du malheur de millions d’autres ;

  • « casse-toi, riche con », version sud africaine, avec une dimension raciste en plus : tout pour plaire aux gens qui ne voient jamais les conséquences de leurs actes, dans le silence des ONG des droits de l’homme

  • Après les échecs économiques du Mozambique, de l’Angola,de la Rhodésie du Nord et du Sud, de laTanzanie, il ne restait plus que l’Afrique du Sud. Et Ramaphosa, en quête de voix électotales pour faire oublier les détournements financiés de ZUMA (ANC) va faire plaisir à quelques millions de voix incultes et imcompétantes sur le sujet. Vive la démocratie à l’Africaine.!!

  • La question de la lutte contre les inégalités dans les pays occidentaux qui sous-entend que l’appropriation des biens immeubles et meubles par l’état qui seraient ensuite redistribués enrichiraient les non-propriétaires est de la même essence.

    • @goufio2
      Tout à fait. Je ne suis pas plus indulgent avec nos idiots occidentaux qu’avec les Africains. Mais ces Africains ont droit à l’excuse de l’ignorance alors que nos propres crétins ont été instruits gratuitement par l’Ecole de la République.

  • Si on regarde l’ histoire de l’ Afsud, les vrais indigènes sont les chasseurs-cueilleurs San appelés aussi « Bochimans « qui vivent depuis au moins 44 000 ans en Afrique australe. Les peuples noirs bantous venant du centre de l’ Afrique ne sont arrivé en Afsud que vers 500 ans Après JC.

  • L’Afrique du Sud. Un nouveau Venezuela en perspective.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C'est un combattant infatigable de la liberté et de la dignité des Hommes qui vient de s'éteindre au Cap en Afrique du Sud. Desmond Tutu a eu deux vies, celle d'un homme d'église et celle d'un activiste inlassable des droits de l'Homme. Son nom reste attaché à la lutte contre l'inhumanité et les traumatismes du régime de l'apartheid en Afrique du Sud.

Des expériences formatrices

Né en 1931 à Klerksdop en Afrique du Sud dans une famille modeste mais éduquée, il parlait Xhosa à la maison et a été élevé dans la foi anglicane. Il a appris ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Julien Plouchart.

Il a officiellement mis fin à l'apartheid et libéré l'icône Nelson Mandela: Frederik de Klerk, dernier président blanc sud-africain et prix Nobel de la paix, est mort à 85 ans #AFP pic.twitter.com/QL2FBrR84j

— Agence France-Presse (@afpfr) November 11, 2021

Le dernier président blanc d'Afrique du Sud Frederik de Klerk s'est éteint à l'âge de 85 ans. Ce dirigeant a eu une destinée particulière : alors qu'il fut un homme fort de la dictature sud-africaine des années 1980, i... Poursuivre la lecture

fiscalité
0
Sauvegarder cet article

Par Martin Van Staden et Jacques Jonker[1. Martin Van Staden et Jacques Jonker sont analystes pour la Free Market Foundation.]. Un article de Libre Afrique

La fédération syndicale Cosatu (Congrès des syndicats sud-africains) a récemment appelé à des augmentations d’impôts, touchant en particulier les riches, afin d’arrêter la spirale économique négative dans laquelle est embourbée l’Afrique du Sud.

Toutefois, l'économiste Arthur Laffer, connu pour avoir popularisé la courbe de Laffer, nous montre qu'au-delà d'un certain seuil,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles