Ces politiciens qui ont la mémoire courte

Les politiciens ont souvent la mémoire courte. Certains journalistes aussi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ooops by Michael(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces politiciens qui ont la mémoire courte

Publié le 4 mars 2019
- A +

Par Nicolas Perrin.

Nous poursuivons notre florilège des « oublis » de nos chers politiciens. Nouvelle venue dans cette rubrique : Françoise Nyssen, ancienne ministre de la Culture. La dame a certes cédé sa place au mois d’octobre à Franck Riester, mais il me semblait injuste de laisser sa double performance sombrer dans l’oubli. D’autant plus qu’on n’est pas à l’abri de la revoir un de ces jours à la tête d’un ministère.

On apprenait donc le 22 août par Le Canard Enchaîné que Françoise Nyssen avait à nouveau « oublié » de déclarer des travaux immobiliers, cette fois-ci dans un hôtel parisien qui appartient à la maison d’édition dont elle était la présidente (la ministre avait déjà été épinglée au mois de juillet au sujet du siège de sa maison d’édition, à Arles).

politiciens

Cela lui aurait permis d’éviter de payer la batelle de 52 500 euros d’impôts et taxes, selon les chiffres du Canard.

Concédons à l’ex-ministre que dans un pays suradministré tel que la France, il est bien agréable de se passer de temps à autres de permis de construire, surtout lorsqu’il s’agit d’obtenir l’aval de l’architecte des Bâtiments de France et de l’architecte en chef des Monuments historiques, lesquels sont d’ailleurs sous la tutelle… du ministère de la Culture.

Vaccin = traitement expérimental ?

Existe-t-il un mensonge que nos politiciens renonceraient à proférer s’il leur permet de défendre leur paroisse ? Quand on voit l’énergie que Jean-Luc Mélenchon dépense pour faire l’éloge des régimes autoritaires socialistes, il y a de quoi se poser sérieusement la question.

Fin septembre, voici ce que le leader de LFI a déclaré devant ses confrères de l’Assemblée nationale, entre deux éloges des vertus de la dictature cubaine :

« Si vous cherchez un vaccin contre le cancer du poumon, allez à Cuba, il existe, les Cubains sont d’ailleurs prêts à commercer avec nous, mais ils ne veulent pas vendre leur procédé à Sanofi (géant pharmaceutique français, N.D.L.R.), ce qui se comprend ; ils préféreraient le faire dans une relation de coopération sincère où l’on chercherait d’abord à guérir des gens ou prévenir la maladie avant que de réaliser des profits ».

Existe-t-il un vaccin contre le cancer du poumon dont on n’aurait jamais entendu parler du fait que l’État cubain le garderait pour lui, au prétexte de ne pas réaliser de dégoûtants profits grâce à cette découverte « révolutionnaire » ? Pas besoin d’être Guillaume d’Ockham – dit le docteur invincible – pour se douter que la réponse est non. Certes, on y travaille à Cuba comme ailleurs, mais le député a en fait confondu vaccin et immunothérapie en cours d’étude (le CIMAvax-EGF)…

Jean-Luc Mélenchon regrette-t-il d’avoir tenu des propos aussi absurdes ? Si vous connaissez un peu le zigoto, vous ne serez pas surpris d’apprendre que non.

politiciensS’il a reconnu avoir « parlé trop vite », il a tout de même demandé au journaliste qui l’interrogeait à ce sujet pourquoi il devrait « regretter » d’avoir raconté n’importe quoi à l’Assemblée nationale, son actuel terrain de jeu. Quand on défend la revolución, on ne s’arrête pas à ce genre de détails…

Si l’on va encore un peu plus au bord du bord de la gauche de l’échiquier politique français, on peut cependant trouver des propos encore plus ahurissants.

Quelques dizaines de millions de morts ? Un point de détail

Ce tweet du Parti communiste français (oui, ça existe encore) date non pas du lendemain de sa fondation en 1920 au congrès de Tours, mais du 25 août 2018.

Entre 1920 et aujourd’hui, il y a eu : l’approbation du pacte germano-soviétique en août 1939, la glorification de Staline qui s’est renforcée au sein du parti après sa mort en 1953 (Maurice Thorez avait tout de même trouvé moyen de déclarer que « Stalinien est un titre d’honneur et de gloire que nous nous efforçons de mériter »), le soutien de l’intervention soviétique en Hongrie contre l’insurrection de Budapest en 1956, et j’en oublie forcément.

Pour ceux qui ne connaitraient pas l’Humanité – et pour cause, personne ne le lit -, il s’agit du journal fondé en 1904 par le socialiste Jean Jaurès et qui est devenu communiste au lendemain du congrès de Tours. En tant qu’organe central du PCF entre 1920 et 1994, inutile de dire qu’il suivait méticuleusement la ligne du Parti.

Celle qui a oublié qu’elle disposait de son propre porte-monnaie

Jean Jaurès, tout socialiste qu’il était, avait le mérite de considérer qu’un journal « n’est libre de son action nationale et internationale qu’à la condition de rejeter les subventions ». On ne peut pas dire que ses successeurs soient du même tonneau.

Non content d’engloutir chaque année plusieurs millions d’euros en subventions, l’Humanité a d’abord été renfloué une première fois par l’État en 2013, sous le gouvernement Ayrault.

C’est ce même journal dont on a appris fin janvier qu’il est à nouveau en cessation paiement.

C’est toujours à ce même journal que Natacha Polony, grande habituée des subventions étatiques, voudrait que vous versiez une énième obole.

Il est vrai qu’après avoir enterré des dizaines de millions de morts, on peut se fendre de quelques pages de poésie.

Madame Polony, si cet article arrive jusqu’à vous, si vous voulez donner, pourquoi n’ouvrez-vous pas une cagnotte Leetchi ?

Je vous retrouve la semaine prochaine avec l’annonce du grand gagnant au sein de la catégorie « trou de mémoire abyssal ».

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • mémoire courte mais dents longues….

  • véra , ils ont droits à l’erreur !! ils ne sont pas à une contradiction prés…Ils savent même retourner leur veste … pour leur propre intérêt
    personnel …et en plus il y a des couillons qui votent pour eux , pourquoi se gêner !!

  • Comme tous bon socialiste, on prend dans l’argent des autres mais surtout pas dans le siens .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Obi-wan choix publics
1
Sauvegarder cet article

Par Byron B. Carson. Un article de l'American Institute for Economic Research

 

Star Wars peut-il être une passerelle intergalactique pour mieux comprendre la théorie du choix public ? Obi-Wan Kenobi, qui aura bientôt sa propre série, n'est pas seulement l'un des plus grands maîtres Jedi de l'univers et un maître rhétoricien, mais il est aussi un important professeur d'économie politique.

 

L'avertissement d'Obi-Wan

En protégeant la sénatrice Padmé Amidala de la menace d'un assassinat dans L'Attaque des c... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Il y a les mandats de proximité, souvent populaires, comme celui de maire ; les mandats moins bien identifiés par le public (conseiller général ou conseiller régional) ; et les mandats nationaux (députés, sénateurs, parlementaires européens), souvent perçus comme lointains et ne comptant pas forcément parmi les plus appréciés, du fait du gouffre institutionnel et financier qui se creuse entre la France d’en bas et la France d’en haut.

La France compte la plus importante concentration d’élus de la planète

Une pléthore d’élus

Député... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

Les politiciens doivent-ils nous faire rêver ? Ont-ils pour fonction de peindre un avenir radieux ? Bien entendu, le paradis terrestre n’existera que s’ils sont au pouvoir. Leurs opposants sont toujours mauvais et la société qu’ils promettent à rejeter. Cette dérive puérile et manichéenne du discours politique est certainement favorisée par les médias.

Les politiciens professionnels s’imaginent que pour exister il faut frapper fort par le verbe, au risque de tomber dans l’outrance ou dans le ridicule. En obse... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles