Obi-Wan Kenobi, économiste des choix publics

La logique du choix public reste pertinente dans le monde réel, même pour nos controverses politiques les plus pressantes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-06-03 at 17-08-22 (2) Obi-Wan Kenobi Official Trailer Disney - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Obi-Wan Kenobi, économiste des choix publics

Publié le 6 juin 2022
- A +

Par Byron B. Carson.
Un article de l’American Institute for Economic Research

 

Star Wars peut-il être une passerelle intergalactique pour mieux comprendre la théorie du choix public ? Obi-Wan Kenobi, qui aura bientôt sa propre série, n’est pas seulement l’un des plus grands maîtres Jedi de l’univers et un maître rhétoricien, mais il est aussi un important professeur d’économie politique.

 

L’avertissement d’Obi-Wan

En protégeant la sénatrice Padmé Amidala de la menace d’un assassinat dans L’Attaque des clones, Anakin Skywalker et Obi-Wan discutent des plans de sécurité, du désespoir d’Anakin concernant sa mère et de l’affection croissante d’Anakin pour Amidala. En conseillant Anakin au sujet d’Amidala, Obi-Wan rappelle à Anakin qu’Amidala est une politicienne. Obi-Wan déclare : « … n’oublie pas qu’elle est une politicienne, et qu’il ne faut pas leur faire confiance. »

L’Attaque des clones (2002) est ouvertement politique, comme le note Anne Lancashire – et comme le note Cass Sunstein pour l’ensemble de la saga – mais le commentaire d’Obi-Wan s’oriente vers l’économie du choix public. Pour un contexte supplémentaire, Lancashire déclare :

… le film soulève et commente aussi délibérément un certain nombre de questions politiques contemporaines (et intemporelles), et plus particulièrement la condamnation cinglante de la combinaison toxique de la cupidité et de l’ambition politique qui – avec un timing extraordinaire, étant donné que la production du film a commencé il y a trois ans – a apporté à l’Amérique, au cours de l’année dernière environ, les scandales d’entreprise de tous les Enron, Arthur Andersen, Tyco, WorldCom, et plus encore, et le débat économique et politique entourant toute la dernière élection présidentielle américaine (juste ou manœuvrée ?), la réponse du président et d’autres autorités à la mauvaise conduite des entreprises (protection des citoyens ou protection des entreprises ?), et la guerre actuelle contre le terrorisme (nécessaire ou politiquement motivée ?).

Les commentaires d’Obi-Wan ne sont pas nihilistes, et ils n’indiquent pas que nous ne devrions pas avoir de politiciens. Il fait référence à leur position dans le système gouvernemental pertinent de Star Wars, c’est-à-dire le Sénat galactique. Étant donné les incitations auxquelles les politiciens sont confrontées dans la république pour financer les campagnes et se faire réélire, toute personne – de n’importe quelle espèce – qui occupe ce poste est confrontée à ces incitations. Celles-ci ont tendance à aller à l’encontre d’autres objectifs, même si ces derniers visent à améliorer l’intérêt public galactique.

 

La tromperie d’Anakin

Répondant à la mise en garde d’Obi-Wan, Anakin dépeint un romantisme pour les politiciens, ainsi que ses sentiments pour Amidala. Anakin déclare : « Elle n’est pas comme les autres membres du Sénat... » Cette réponse est familière dans la mesure où il s’agit d’une vanité – une notion fantaisiste – partagée par de nombreuses personnes qui croient en l’infaillibilité des politiciens, des élus et des États, ou du moins qui accordent à ces acteurs le bénéfice du doute.

Obi-Wan rejette habilement la réplique d’Anakin et développe son avertissement : « D’après mon expérience, les sénateurs ne cherchent qu’à faire plaisir à ceux qui financent leur campagne. » Obi-Wan exhorte Anakin à se concentrer sur les incitations, et non sur des personnes en particulier ou leurs motivations. C’est l’erreur d’Anakin. Obi-Wan n’attribue pas de mauvaises ou pernicieuses motivations aux acteurs politiques, car cela reviendrait à se tromper sur la logique essentielle du choix public. Indépendamment des motivations de chacun – que les gens soient des anges ou des valets, des Jedi ou des Sith – les incitations ont la priorité pour expliquer leur comportement. Peu importe que nous parlions d’Amidala, de Maître Yoda, de Shmi Skywalker, de Jar Jar Binx, de Dark Vador ou de l’empereur Palpatine ; les incitations influencent le comportement, que les acteurs se trouvent sur des marchés ou dans des contextes politiques. C’est l’essence même de l’économie du choix public, ou de la politique sans romance.

Obi-Wan poursuit : « Et ils n’ont nullement peur d’oublier les subtilités de la démocratie pour obtenir ces fonds. » Les sénateurs peuvent très bien apprécier la démocratie, mais ils sont incités à ne pas tenir compte de ces valeurs et, peut-être, à les déformer. Avec un air de frustration adolescente, Anakin rejette entièrement l’argument d’Obi-Wan en disant : « Pas un autre cours, du moins pas sur l’économie de la politique. »

Plus tard dans cette scène, Anakin déclare :  » ... et d’ailleurs vous généralisez, le chancelier ne semble pas être corrompu.  » Obi-Wan défend sa logique de choix public et répond : « Palpatine est un politicien, j’ai observé qu’il est très habile pour observer les passions et les préjugés des sénateurs. » Autrement dit, Palpatine utilise les autres non pas pour le bien de la république, mais pour ses propres fins. Cependant, quelques instants avant qu’ils ne sauvent Amidala des mille-pattes venimeux, Anakin affiche pleinement son romantisme lorsqu’il déclare : « Je pense que [Palpatine] est un homme bon. »

De telles motivations sont en dehors du propos d’Obi-Wan et de la logique du choix public. Les gens réagissent aux incitations, même les sénateurs et les chanceliers du Sénat galactique. Peut-être que si Anakin avait écouté, il aurait pu repousser les avances de Palpatine et réaliser son lien avec le côté obscur.

 

Un choix public pour toutes les galaxies

La logique du choix public reste pertinente dans le monde réel, même pour nos controverses politiques les plus pressantes.

Quoi que fassent les politiciens – qu’il s’agisse de dépenser l’argent rare des contribuables pour les infrastructures ou le conflit en Ukraine, de gonfler les devises, d’imposer des réglementations et des droits de douane sur le lait maternisé ou les tests Covid-19, ou de prolonger les fermetures d’écoles – ils répondent aux incitations auxquelles ils sont confrontés. De tels comportements ne sont pas nécessairement liés au fait d’être républicain ou démocrate – il n’y a pas de côté lumineux ou obscur dans le monde réel – et ils ne sont pas non plus liés à des personnes particulières en poste. Il s’agit toutefois de personnes qui font des choix en réponse aux incitations auxquelles elles sont confrontées, à savoir attirer des votes, le financement d’une campagne, le prestige, un personnel plus important, etc.

Peut-être devrions-nous prêter davantage attention à Obi-Wan, à sa logique de choix public et aux questions d’économie politique plus larges que la franchise Star Wars dépeint ingénieusement. Nous pourrions développer une saine méfiance à l’égard des politiciens, des chanceliers, des hommes et femmes que nous élisons, et nous pourrions prêter davantage attention aux règles – ou à l’absence de règles – auxquelles les politiciens sont confrontés pour limiter les abus perçus.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

sncf
0
Sauvegarder cet article

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

Le 9 mars dernier, la commission des Finances a rendu un rapport au vitriol sur la SNCF. Les deux auteurs font le constat que le modèle du groupe ferroviaire doit se réformer en profondeur car il ne pourra pas éternellement compter sur le soutien public pour éponger ses dettes. Ils saluent la libéralisation du rail, génératrice d’un cercle financier vertueux pour l’ensemble du secteur ferroviaire. Enfin, ils dénoncent le poids financier de plus en plus important de l’opérateur historiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles