Où nous mènera le Grand débat ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Où nous mènera le Grand débat ?

Publié le 30 janvier 2019
- A +

Par Guillaume Moukala Same.

En 2019, Frédéric Bastiat n’a pas pris une seule ride.

« L’État, c’est (toujours) la fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ».

Pour s’en persuader, il fallait regarder L’Émission Politique diffusée en direct jeudi dernier. Les projets de société irréconciliables portés par les différents invités réduisent en miettes la vision macronienne de l’exercice de la démocratie par le débat national. Ce soir-là, la réalité était un mur que tout le monde s’est pris en pleine figure : la société est composée d’individus aux préférences et aux valeurs différentes qui se disputent le monopole de la violence légitime.

La volonté générale avait autant de chance d’émerger de ce débat que Philippe Poutou a d’être un jour élu président. L’Émission se fait le théâtre de cette véritable incompatibilité des intérêts. Chacun souhaite imposer sa propre utopie. Utopie pour certains, enfer pour les autres. En ressort une cacophonie, un dialogue de sourds qui n’a d’autre vertu que d’amuser la galerie et animer les repas de famille.

Le Grand débat national, avant d’être une supercherie — car Macron croit vraiment en ce qu’il entreprend — est surtout une grande illusion. Malgré la promesse de transparence, on se demande bien comment va être traitée la masse de revendications qui va émerger de ces débats.  Débattre, proposer, débattre, faire remonter, traiter… C’est comme vouloir faire voyager un sac de sable troué d’un bout à l’autre de la France : on en perd la moitié en route. À la différence qu’ici, les contributions qui vont se perdre ne seront pas choisies par hasard.

À l’issue de toutes ces joutes oratoires, il faudra bien que quelqu’un tranche. Autrement dit, il va falloir faire le ménage pour jeter tout ce qui n’est pas macron-compatible. L’opposition peut aller se rhabiller car le président restera « fidèle aux grandes orientations sur lesquelles il a été élu ».

Emmanuel Macron repart en campagne sauf que cette fois-ci il n’y a que lui qui vote. C’est comme les élections présidentielles, sans les élections. Beaucoup de Gilets jaunes ne participent donc pas au débat. Ils sont découragés d’avance. À quoi sert ce « débat » à part donner l’illusion de la démocratie ?

Un seul vainqueur au bout du compte : le gouvernement

Certes, pour tous les Macron-compatibles, cette expérience a quelque chose d’excitant. Ce serait l’occasion pour le gouvernement de se doter enfin d’un programme ambitieux à la hauteur du titre du livre d’Emmanuel Macron, Révolution. Beaucoup de déçus voient en ce projet inédit une seconde chance. En ce sens, il est permis d’émettre des espoirs. Mais pour les autres, les dés sont déjà jetés. S’il faut reconnaître le caractère inédit de cette initiative proposée par le président de la République, personne n’est dupe. L’expérience risque de se limiter à une consultation de parti privant ce grand débat de son caractère national.

Pour ceux qui souhaitent tout de même s’exprimer, difficile, comme l’a soulevé Gaspard Koenig, de ne pas « plaquer son petit schéma ». Chacun récupère la crise pour servir ses propres opinions politiques. Certains invités accusaient le philosophe de lui-même tomber dans le piège. Pourtant, sa critique du jacobinisme, en ce moment crucial où la démocratie cherche à se réinventer, semble toute clairvoyante.

Le rejet du débat par les initiateurs de la révolte n’est-il pas le symptôme d’une République dont les institutions sont trop exclusives ? Tout le monde cherche à se faire entendre mais personne ne se sent écouté. C’est parce qu’en France, le pouvoir est confisqué tous les cinq ans. Il bascule de gauche à droite, alterne comme les saisons, mais jamais ne s’exerce au quotidien. Au lieu de se disputer le pouvoir central, pourquoi ne pas briser ce monopole et redonner du pouvoir aux individus et aux collectivités ?

Pour ensuite aller se disputer le pouvoir local ? Sûrement, mais au moins le pouvoir sera parsemé, la France plurielle, comme un gigantesque laboratoire où pourront être expérimentées différentes approches et dont les territoires pourront s’inspirer. L’initiative et l’expérience sont les moteurs de la découverte et du progrès. Décentraliser la France permettrait de réconcilier la politique avec l’innovation.

De plus, la réelle implication des citoyens dans les décisions collectives n’est réalisable qu’à un petit échelon, lorsque ceux-ci traitent de cas pratiques du quotidien qui dépendent de circonstances particulières que la théorie n’avait pas envisagées. Il faut donc voir moins grand que le Grand débat national mais conserver son esprit.

Voir les commentaires (91)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (91)
  • le débat Shiappa/ hanouna n’a eu qu’un millions et quelques téléspectateurs ; autant dire que cela n’a pas mobilisé grand monde et qu’à mon très humble avis , peu de Français croient en ce cirque qu’est  » le grand débat  » ;

    • débattre est toujours une une excellente chose… il y a eu un million de spectateurs dites vous… ce n’est pas rien, mais si je devais me poser une question c’est de savoir combien de ces spectateurs se sentirent frustré de ne pas avoir leur point de vue exposé. combien on débattu ? bien peu..

      j’entends souvent en ces vertes années des débats qui me donne envie de jeter une brique sur le récepteur…
      assister à un débat où votre parole n’est pas entendue peut être extrêmement frustrant!!! imaginer que cela par des voies mystérieuse va influencer nos emmerdeurs en chef est encore plus frustrant!!!

      • et les deux frustrations sont différentes..l’une est affligeante l’autre est scandaleuse et révoltante…

        • @ jacques lemiere
          Oui mais les 2 montrent à quel point la France n’a pas grand chose de démocratique et qu’il est temps de remettre l’exécutif à sa juste place, rendre à la Justice sa pleine autonomie, hors de toute influence (y compris syndicale!).
          C’est ça, la démocratie: celui qui est au micro est responsable de son discours: ni son parti,ni son syndicat ni autre coterie quelconque ne peut le « couvrir ».
          Comme libéral, on est entièrement responsable de soi-même! Et donc aucun des autres possibles!
          Même à 18 ans, ce ne doit pas être facile!
          OK pour un libéralisme individualiste mais quid quand il y a opposition à des considérations affectives ou familiales: faut-il sacrifier celui qi a sacrifié son individualisme personnel à un entourage familial et/ou affectif ou l’inverse: ça n’a pas de sens! On ne peut jamais prévoir!
          Le libéralisme individualiste, ça marche quand tout va bien, mais quand ça va moins bien, d’un coup, les autres existent!

          Donc non, le libéralisme individualiste peut être fascinant en France mais ce n’est certainement pas une sinécure ailleurs! Un libéral ne peut tromper ses collègues sur ce qu’ils connaissent peu ou mal et on n’en sait plus que quand on l’a vécu!

    • N’a eu qu’un million et quelques, mais sur une chaine de la TNT – ce qui est déjà remarquable
      Et aussi 1M+ de gens qui s »expriment » (ok, par SMS, c’est assez limité) « en même temps » sur un même sujet politique, ce qui par contre est exceptionnel dans notre pays.

      Je n’aime pas Hanouna, ni Schiappa, ni le fait de mélanger divertissement et débat politique (et de voter par SMS…).
      Mais je dois reconnaître que sur ce coup là, ils ont rassemblé pas mal de personnes, personnes qui ont certainement du continuer le débat de leur coté… et c’est plutôt une bonne chose.

  • Affirmer que « Macron croit vraiment en ce qu’il entreprend  » est ignorer le machiavélisme du personnage (et de ceux qui l’entourent).
    Macron n’est pas à la hauteur de sa fonction et récupère ce qu’il a semé: l’absence de programme, car normalement lors d’une élection, on vote pour un programme plutôt qu’un autre. Et aujourd’hui, il nous demande des idées?
    Nous rendons-nous compte de là où nous en sommes? Jusqu’où va aller ce simulacre de démocratie?
    Le vide sidéral de convictions politiques dans des partis préoccupés d’abord de leur élection a amené à la crise actuelle. S’il en sort finalement du bon, je doute que ce soit grâce à un débat qui a pour objectif qu’il ne sorte surtout pas des clous.
    La maire de Montauban, qui avait interpellé Macron à Souillac en se faisant la voix de ses administrés a été mise en examen pour un histoire d’article dans un journal. Voilà comment fonctionne le monde politique…

    • claude henry de chasne
      30 janvier 2019 at 10 h 07 min

      le fait est que pour etre elu en France il suffit de se retrouver au second tour face a marine lepen..
      peu importe le programme; et quand on est elu dans ces conditions
      faut pas se plaindre quand çà ne passe pas

    • j’ai du mal à comprendre la focalisation sur la personne de macron…
      je veux dire mitterand chirac sarkozy hollande….puis macron…
      quoi de particulier avec macron?

      comme ses prédécesseurs il a été légitiment élu dans le système en place..;..qui au dernières nouvelles ne fait que compter des voix .. dégager macron serait la solution? faites moi rire…la solution à quoi d’ailleurs???
      vous n’aurez pas de sitôt en france un président libéral..pas du moins tant que le processus démocratique perdure , que le pays n’est pas en cessation de paiement et que les électeurs ne changent pas leur façon de voir..

      • Il y a tout de même eu quelque chose de nouveau sur cette élection, c’est l’acharnement médiatique et judiciaire contre un candidat qui ne s’appelait pas Le Pen.
        A part cela, certes, Macron est bien dans la lignée de ses prédécesseurs – juste en un peu plus technocratique et européiste, plus déconnecté encore de la population qu’il a pourtant voulu diriger, mais pas fondamentalement différent non plus.

        • médiatique…
          nous avons eu un acharnement médiatique pour faire voter oui à la constitution européenne. Bel et bien le candidat…

      • Légalement élu, pas légitimement.

        • certes..mais dès lors dire les institutions sont de la crotte.. pas macron..plus exactement l’élection de macron ou sa légitimité républicaine.. parce virez macron vous aurez un autre genre de macron auquel on pourra adresser des reproches similaires.

          • Les institutions ont une lettre et un esprit. En créant le PNF on a abîmé les institutions, en ne respectant pas la coutumière « trêve électorale » pour engager des poursuites n’ayant aucune chance d’aboutir rapidement, on en a écrabouillé l’esprit.

            • excusez moi de m’en tenir à la lettre…
              « abîmé » les institutions…???

              • Je vous excuse mais je ne partage pas le point de vue. Même si la lettre des institutions n’interdit pas de biaiser le débat démocratique par des manoeuvres judiciaires, il est évident qu’affecter le débat démocratique de la sorte est contre l’esprit de la démocratie.
                Le PNF est une juridiction d’exception, dont la vocation implicite est de permettre au pouvoir en place de sélectionner ceux qu’ils veut embêter.
                Je tiens les juridictions d’exceptions pour suspectes par principe, et celle-là pour délétère par constat de son fonctionnement.

        • @ Cernu
          Ça reste à prouver! Le conseil constitutionnel a dit oui!

      • claude henry de chasne
        30 janvier 2019 at 15 h 15 min

        personnellement je n’ai rien contre macron, il n’a aucun pouvoir pour reformer le point central du probleme: la fonction publique

        • Il a TOUS les pouvoirs. Il n’en a pas la volonté, c’est pas pareil.

          • Pas sûr ; il a l’illusion du pouvoir !
            Nos présidents ne sont que des bonsaïs, ils ont un air majestueux, mais les contradictions sur lesquelles ils se font élire sont autant de restrictions nanifiant leurs possibilité d’actions.

          • claude henry de chasne
            31 janvier 2019 at 4 h 21 min

            non le president n’a qu’un pouvoir discrétionnaire , celui de nommer des gens a des postes vacants
            pour le reste il dépend, des assemblées , et du conseil constitutionnel, quand ce n »est pas des traites européens

            • Assemblée qu’il peut dissoudre quand il veut, traités qu’il peut signer sans demander l’accord de personne (Marrakech, Aix-la-Chapelle, pour ne rappeler que les derniers).
              Sans oublier que l’entre-soi est devenu la règle, et que tous ceux qui gravitent autour de Macron aujourd’hui sont comme ses ombres.
              La contradiction dont parle yrokwa est réelle, mais pas évidente à première vue, entre la capacité à discourir nécessaire pour l’élection et celle d’agir une fois au pouvoir. Le souci étant que la formation d’énarque forme aux discours et oublie totalement l’action.
              Le problème, encore une fois, n’est pas un problème technique de pouvoirs disponibles, mais un problème humain de capacités (intellectuelles, morales…)

              • Celui qui aurait les qualités intellectuelles, morales et autres pourrait-il cheminer jusqu’à ce poste ? Alors que les partis politiques eux-mêmes sont incapables d’empêcher les candidats « casserolé » !

                • Vous êtes donc implicitement d’accord avec moi que Macron a les pouvoirs, mais il n’a pas les capacités (la volonté et/ou les compétences) pour s’en servir.
                  Ce que vous soulevez là c’est un tout autre débat qui porte sur le système politique en place. Il est trop axé sur les qualités individuelles d’une personne. La solution serait de dépersonnaliser l’exercice du pouvoir, de réduire les pouvoirs et les distribuer (subsidiarité, réelle séparation…) Vaste débat. Qui ne sera certainement pas mené lors du « grand débat ».

      • Regardez ça. Je ne partage pas les options politiques de l’auteur, mais ce qu’il dit est exact et confirmé par d’autres documents et sources.
        https://www.facebook.com/juan.branco.98/videos/735567833481872/
        http://branco.blog.lemonde.fr/
        Ce qu’il y a de nouveau avec Macron, c’est qu’il a été choisi par avance pour être imposé au peuple français.

    • Théorème d’A.Madelin : « pour expliquer une action politique, entre le machiavélisme et la connerie, c’est toujours la connerie qui l’emporte »

    • @ La petite bete
      Non! Vous vous trompez mais de bonne foi! Cme beaucoup de Français, vous êtes conservateur dans l’âme: la France, c’est la gauche ou la droite, pas de centre significatif. E.Macron a fait le pari inverse en se désolidarisant même du parti qu’il a fondé (avec d’autres) avant de devenir président de tous les Français: au moins lui est cohérent, même si c’est symbolique, et il réfute la gauche du PS comme la droite des LR, pour s’affirmer du centre, ce qui contrarie vos habitudes d’électeur conservateur.

      • Monsieur, vous avez vécu en France à une époque, mais visiblement vous n’avez rien compris à l’âme de ce pays, ce pour quoi vous venez ici très régulièrement pour verser votre bille sur ce que vous considérez une France passéiste et réactionnaire.
        Et « en même temps » nous donner à nous, des Français qui supportons cet énergumène et ses comparses tous les jours, des leçons de « démocratie » et de « progrès ».
        Prenez s’il vous plaît un miroir et essayez de comprendre le pourquoi du comment de votre attitude…

  • « Où nous mènera le Grand débat ? »

    Dans le mur…
    à 80km/heure ! 🙂

  • Je me suis inscrit pour voir, or vous avez un questionnaire fermé, 4 thèmes et pas plus et impossible de voir le contenu des propositions hormis leurs titres. Moralité mieux vaut écrire des commentaires sur Contrepoint.

    • Si on peut. Et c’est pas si fermé que ça. Vous pouvez laisser tous les commentaires que vous voulez.

      • claude henry de chasne
        30 janvier 2019 at 10 h 08 min

        oui mais qui va les lire? ha!ha!

      • Je vous rejoint, j’ai du mal avec la mauvaise foi. Même si je ne me berce d’aucune illusion, dire que ce débat est fermé est faux. Cet esprit de meute me dérange énormément, j’ai du respect et de la considération pour mes camarades libéraux, mais là…

        • @ Cernu
          Vous avez raison!
          Il est impossible d’inviter tout Français à donner son avis sur tout! Ceci est une première non utilisée jusqu’à présent, c’est donc un essai … condamné par beaucoup avant de se conclure!

          La France est décadente, sinistre et défaitiste, toujours prête à s’opposer à tout, manifester et faire la grève, refusant forcément un stop de la distribution de cadeaux d’état et de la sécu, même si la dette publique doit encore augmenter!
          E.Macron a beau avoir reçu un bon accueil et le faste réservé à un président de la république, la réponse à une demande d’aide financière fut « non » partout, même si les formes furent plus enveloppées.
          Obtus face à l’économie, les Français sont prêts à endetter enfants et petits-enfants pour vivre et dépenser aujourd’hui, même si l’état dépense 57% de PIB comme dans aucun autre pays européen: n’y comprenant rien, ils n’en ont rien à cirer!

          La France va à la faillite puisqu’elle refuse de se réformer. Et de ça, le président n’est pas le seul responsable, loin de là.

          • Hélas, je crois que vous n’avez pas saisi le fond de ma pensée. Je suis uniquement formel, on peut débattre de tout dans ce débat, mais comme les autres, je n’ai aucune illusion sur le résultat.
            De plus, concernant le pessimisme des FR, quand, systématiquement (jugement de valeur de ma part) depuis 40 ans, les « réformes » sont faites soit pour les emmerder, soit pour les taxer, soit pour les priver de libertés, il est normal qu’ils deviennent chatouilleux et de mauvaise humeur.
            Pour les réformes, les téléphones portables, les MP3, les fours a micro onde, les voitures… N’ont pas eu besoinde subventions. Quand quelque chose de nouveau est utile et efficace, les gens n’ont pas besoin d’etre motivé pour les acquérir. Si les réformes étaient de bon sens et allaient dans le bon sens, personne en gueulerait… Enfin, en dehors de l’ultra minorité gaucho habituelle.

            En conclusion, vous êtes d’accord avec moi, mais pas pour les bonnes raisons ^^. Bonne soirée 🙂

            • @ Cernu
              J’avoue avoir parfois des réactions d’humeur car en efait, je ne comprends pas du tout pourquoi la France, pays gâté des dieux, ne parvient pas à s’en sortir mieux: ça me paraît absurde!

              Votre post, lu dans le calme de l’humeur et le lendemain, m’a intéressé sérieusement.
              Et c’est bien sur la forme que je me pronoçais aussi.
              Comme il s’agit d’une première, on peut admettre que la forme ne convienne pas à tout le mondes, dont acte.
              Suspecter ou prévoir un but détourné reste pourtant un procès d’intention, puisque sans précédent.
              Pour le reste, dans un pays de près de 65 à 70 000 habitants, je ne doute pas qu’il y ait, dans la population, des petits génies aux idées lumineuses qu’on accueille classiquement par un « Bon sang, mais c’est bien sûr », genre oeuf de Collomb!
              Bien évidemment, vous vous privez de cette éventualité comme de toutes les autres: que pense un abstentionniste? Personne n’en sait rien! Négligeance, jeanfoutisme? Tout est possible!
              Mais quand on vous demande votre avis, eh bien donnez-le! Si il s’agit d’une mascarade, vous le saurez pour la prochaine fois! Mais torpiller une tentative de démocratie n’est évidemment pas l’aider!
              Je pense que ça se tient aussi.
              Maintenant, ne vous attendez pas à ce qu’on sorte votre missive du panier!

      • Comment écrire que la transition écologique ne doit pas être financée ?? IMPOSSIBLE On vous demande à qui piquer du fric pour le faire : entreprise ? particuliers ? et « tout le monde »…

        • claude henry de chasne
          31 janvier 2019 at 4 h 24 min

          pour la fameuse transition un referendum s’impose

          • Je suis pour le respect de la planète mais pas pour l’agitation « brownienne ».
            Supprimer quelque chose qui fonctionne sans avoir d’alternative fiable est terriblement stupide.

            Surtout bâtir quelque chose de cohérent (comment plaider pour les véhicules électriques…et vouloir fermer des centrales par exemple ? et ce avant même d’avoir d’alternative de production électrique fiable et viable et en quantité suffisante)

            Je pense que si l’alternative existe et est fiable et viable l’évolution se fera. Je ne pense pas que l’état soit nécessaire à cela. Il ferait mieux de s’occuper de ses affaires, de se limiter au régalien et de rembourser la dette.

            Je suis pour la transition mais pas financée par l’état et sans urgence car pour l’instant rien n’est simple, fiable et viable.

    • Confirmé qu’on peut bien s’exprimer un peu dans un cadre « semi-freeform », c’est à dire que l’on doit répondre à des questions fortement orientées, mais on peut répondre à côté et exprimer ses opinions incorrectes. Ainsi que lire les contributions des autres, pour bien mesurer le poids du formatage socio-écolo-conscientisé chez les participants.
      Ce qui au final sera probablement tout aussi efficace que de laisser des commentaires sur CP: un exutoire, en sommes…
      Pour moi j’ai choisi de quand même exprimer mes opinions, non consensuelles, ne serait-ce que pour minimiser l’effet « vase de résonance » . Je crains en effet qu’une participation véritablement limitée aux thuriféraires de la socialie ne soit interprétée par les nouilles baveuses du govt comme un plébiscite.

      Après, on est bien d’accord que Macaronito ne changera pas le cap, il l’a dit et répété.

      • @ Pangzi
        « on est bien d’accord que Macaronito ne changera pas le cap, il l’a dit et répété. »
        Vous savez bien que la parole d’un politicien ne se vérifie qu’après exécution de ce qui a été promis. Mais vous avez bien fait de participer! Ne pas le faire, c’eut été donner votre voix à ceux qui se prononceront.
        Ce sera pourtant le cas de nombreux citoyens, je le crains!

    • ok ce n’est donc pas pas un débat libre, mais pourquoi ça vous g^ne???
      vous êtes obligé de penser l’après débat et que le gouvernement ça se servir de ce débat faussé pour prendre des mesures…symboliques..et que ça passera et suffira pour calmer les gilets jaunes… j’en doute..
      mettez vous à la place de macron..que faites vous de ce débat.. pour rendre acceptable ce qui en sortira?? certes le levier des média s publics est possible mais il est clairement dérisoire.

      une remarque qu’est ce qui vous g^ne le plus, d’imaginer que les gilets jaunes ont véritablement un série de propositions cohérentes qu’ils arrivent à imposer ou ce faux débat pour aboutir à des mesures chèvre/chou pour les clamer? charybde ou scylla?

      • Les gilets jaunes n’ont qu’une proposition principale que le gouvernement cherche à noyer dans des revendications sociales. C’est davantage de démocratie avec l’instauration d’un referendum qui ne soit pas seulement à l’initiative de ceux qui ont le pouvoir.
        Moins d’Etat…

        • @ La petite bête
          Oui tout ce ramdam pour ça!
          Le R.I.C.: la première et peut-être la seconde année, le quorum des votes sera peut-être de plus de 50% des électeurs invités (avec optimisme). Après, on n’atteindra plus la population invitée à voter. L’abstention sera la réponse standard majoritaire.
          Les Français ne croient plus à rien (la masse) ni sûrement pas en un état qui veuille les écouter!

          La confiance est une chose difficile à obtenir!

          • « La confiance est une chose difficile à obtenir! » Pas vraiment. 80% des Français étaient contre le 80 km/h, l’état et le président le savait…il pouvait montrer qu’il prenait en compte la volonté des citoyens : on a vu le résultat. 75% des français ne veulent plus d’immigration et l’on signe Marrakech (que j’ai lu sur le site de l’ONU) qui contient des paragraphes scandaleux… La confiance étaient facile à obtenir : écouter les citoyens !! Ne parlons pas du référendum de 2005…

            • claude henry de chasne
              31 janvier 2019 at 4 h 27 min

              diriger n’est pas toujours faire ce que les citoyens voudraient

              • Certes mais d’ici à faire l’inverse…il faut avoir de très bons arguments. Pas : « je sais ce qui est bon pour vous »…et puis na!

                Actuellement ce que nous avons c’est je suis Jupiter, je sais ce qu’il faut faire…alors qu’il n’est rejoint dans ses désirs, ses objectifs, que par environ 20% des citoyens. Il y a de la marge d’évolution.

                Diriger c’est également, quand on veut prendre des décision allant contre la population, savoir se re-légitimer. C’est ce qu’à fait De Gaulle en 69. Référendum.

                Je dirige une entreprise. Si le comité directeur ne me suit pas : je remet MON mandat en jeu. Au moins c’est clair.

  • Un débat devrait être l’occasion de peser tous ensemble les avantages et les inconvénients de certains choix, d’en approfondir les raisons, et de trancher en faveur de ce qui a nettement plus d’avantages que d’inconvénients. Le « débat » dans lequel nous sommes volens nolens embarqués est un ensemble de joutes oratoires où le plus éloquent emportera le morceau sans que quiconque ait été informé des enjeux et des raisons objectives qui pourraient faire préférer une option à une autre.

    • claude henry de chasne
      30 janvier 2019 at 10 h 09 min

      mais quand les avantages des uns se trouvent etre les inconvénients des autres.. là çà coince..

    • idéalisation du débat… c’est la démocratie en pire en fait…

      prenons un sujet la transition énergétique.. il faut commencer par la définir, décider qui peut en débattre et pourquoi et définir des matrices de choix pour trancher…

      dans le meilleur des cas à mon point de vue, on peut espérer que les éléments factuels erronés sont exclus du débat…mais ce point de vue, où le mensonge et l’omission sont à proscrire n’est pas partagé par tous…peut être suis je moi m^me biaisé..

      ce que devrait être un débat..est un sujet de débat.

      • @ jacques lemiere
        Évidemment non! Sans doute pas vous ni la majorité des citoyens ne touchent sa bille quand il faut décider des énergies de l’avenir (moi non plus!).
        Non, la question sera: « êtes vous d’accord pour l’installation d’une centrale électrique par énergie nucléaire à proximité de chez vous? »
        Si vous avez des enfants qui cherchent un travail, ce sera oui, sinon, ce sera non! Ce n’est même plus un choix!

        • Habitant dans les alpes on a le risque des barrages qui sont souvent en fin de vie, dont le Chambon, et des centrales nucléaires (Bugey). Le tout en zone sismique.
          Pour responsabiliser les citoyens on devrait régionaliser la production énergétique : stop aux régions qui ne veulent pas de centrale « près de chez eux », pas d’éolienne etc… Tarif régional aussi.(avantages/inconvénients…)

          Trop facile de vouloir que les inconvénients de ses choix politiques et idéologiques pèsent sur tout le monde sauf soit même.

          Je ne pense pas que l’état soit le mieux placé non plus pour « prévoir l’avenir » :cela se saurait !

          • @ Balthazar
            2 remarques: 1° EDF, c’est électricité de France, pas de Savoie (que j’ai bien connue).
            2° Oui, la Belgique voisine (que je connais assez bien) fonctionne par des « régies » régionales, bien plus à l’écoute de leurs « clients » que les grands producteurs électriques, évidemment!
            La direction d’EDF est une chose et l’écoute des clients, une autre. Aucune raison de les mettre en combat: il faut les 2!
            C’est tellement clair!

            • Peu importe le nom de l’exploitant des infrastructures. EDF ou EDSavoie…ce qui compte c’est que chacun assume ses choix localement.

        • sauf que…demander à des gens si on a le droit de faire un truc sur un terrain qu’on possède constitue une violation de la liberté de la jouissance de son bien..
          il faut prouver la nuisance…plus exactement que c’est plus qu’une nuisance.

  • Où nous mènera le Grand débat ?
    a rien que nous ne connaissions déjà. du vent macronien rien de plus !

    • @ duglimbule

      C’est typiquement une réponse de Français qui refuse avant d’avoir essayé: ces gens préfèrent rester dans la mouise!?!

      • Essayez de cocher en ce qui concerne le financement de la transition écologique : pas de financement : IMPOSSIBLE.
        Verrouillé…terriblement verrouillé.

      • J’ai explorer les autres paragraphes : idem des réponses orientées pas d’échappatoire, aucune liberté.

  • Nulle part !! pour ne pas penser à l’élection
    Europeenne !! Occuper l’espace médiatique,
    gagner du temps !!

    • claude henry de chasne
      30 janvier 2019 at 10 h 11 min

      le grand débat n’est qu’un exercice de communication servant de support a la campagne pour les élections européennes.. rien d’autre

      • @ claude henry de chasne
        Comment en être sûr? C’est votre interprétation basée sur rien!
        La méfiance ne mène nulle part! Seul le risque peut apporter beaucoup! C’est la base!

        • claude henry de chasne
          31 janvier 2019 at 4 h 33 min

          un vrai débat serait très simple , le probleme est vite cerné..
          1) voulez vous une baisse des dépenses publiques, en un budget
          adapté aux recettes en en assumant les conséquences
          2) voulez vous une baisse ou un gel des taxes
          3)voulez vous un referendum concernant la transition écologique
          4) voulez vous un referendum sur toute decision dépassant la durée du quinquennat

          Et hop , la voila la reforme

  • si il s’agit d’une débat je ne vois pas le problème, si il s’agit d’un mécanisme de prise de décision de fait…il y en a un gros.. mais cela reste une prérogative de l’exécutif néanmoins.. Mitterrand consultait une astrologue gironde, non? c’était déjà son Grand Débat Nationale Citoyen et Républicain….
    déjà qu’on peut avoir des resserves sur notre système démocratique..on peut se demander en quoi un « débat » pourrait permettre légitime à faire accoucher la moindre décision LÉGITIME. si macron s’en inspire c’est son droit le plus strict.. comme c’est son droit le plus strict de bafouer son éventuel « programme ». électoral.

    On nous a fait le coup avec le grenelle de l’environnement non? où du pouvoir , celui au moins de donner un avis contrairement aux absents , fut donné à DES associations.

    On va donc laisser en place des légitimités en concurrence ou on va mettre enlace une hierarchie?
    on va ajouter une troisième chambres? celles des groupes de protestation ou de pression une autre chambre des ong?

  • ce n’est pas le débat qui pose question, mais, que l’on prête à ce débat particulier des « pouvoirs ».
    une remarque à une époque les défenseurs autoproclamés de la démocratie refusaient de débattre avec jean marie le pen devant un public….ça a d’ailleurs été pour moi un tournant où la liberté d’expression est devenue un sujet majeur.

    un débat n’a aune raison de mener quelque part à part de faire changer d’avis des personnes..en rien un débat n’a de légitimité à autre chose.

    j’imagine et j’espère m^me que le pouvoir exécutif est le lieu de débats continuels!!!

    • Il est plus facile d’ostraciser que de jouter avec un bon débatteur!

      • auquel cas ce n’est pas seulement un débat mais un spectacle…il y a une grande différence entre débattre et débattre publiquement..

        ce qui m’ennuie est l’idée très répandue que fondamentalement des tas de gens sont ,pour faire court stupides, et en regard notre acceptation qu’en dépit de cela la démocratie est le régime le plus acceptable.

        • @ jacques lemiere

          Je pense bien comme vous, mais, heureusement, je ne vis pas la même réalité:
          ici, la tchache ne suffit pas! Il vaut mieux avoir des arguments solides et éprouvés!
          Donc oui, la démocratie comprend la participation de gens « stupides » selon votre appellation, dont vous vous excluez implicitement.
          Vous avez une meilleure alternative?

          • non…je dis juste que compte tenu qu’il existe des gens stupides dont je ne m’exclus pas à priori, la démocratie doit être limitée..et on peut débattre…du moment qu’on n’imagine pas avoir pour autant le droit de faire ce qu’on veut au nom de la démocratie…

            si j’assiste à un débat où on propose de zigouiller des gens parce que ben ils sont cons ou moches, je rigole ou pleure, tant que ça reste un débat ça me va…
            un lynchage approuvé par le ric..mais rejeté par la constitution du moins j’espère..

            d’ailleurs isf… approuvé par le ric..soyez en certain.
            certains éléments de notre fiscalité sont déjà abusifs.

            • @ jacques lemiere
              OK, c’est vrai! Mais sans ces histoires idiotes, de quoi parlerait-on en France? Et parler est essentiel!

  • A RIEN ! Juste à noyer les manifs des GJ.

    • c’est le but du gouvernement MAIS certainement pas à RIEN le gouvernement sera obligé de choisir une série de mesures qu’il juge suffisante pour essayer de démobiliser une grande partie des gilets jaunes et leur faire perdre le soutien de l’opinion..

      donc il n ‘en sortira pas rien mais bel et bien des mesures, ce ne sera pas juste une causerie…
      il faut d’ailleurs être deux pour débattre. Ne trouvez vous pas que d’essayer de rendre les revendications des gilets jeunes quelque peu compréhensibles quitte à faire apparaître leur division est nécessaire?

      c’est aux gilets jaunes à débattre…pas nécessairement avec le gouvernement. Il ne faut quand m^me pas escamoter la question de la cacophonie jaune…juste pour le plaisir de se payer macron ..

      • je commence un peu à en avoir assez à devoir courber l’échine devant tout personne qui me dit qu’il sait ce que veulent les gilets jaunes car il a été sur un rond point…
        bon sang , dois je vraiment essayer de faire une liste de ce que des gilets jaunes ont déclaré..
        les gilets jaunes on ne peut pas être dedans et dehors..
        sortir de imbécillité dune revendication essentiellement vestimentaire..je peux aussi enfiler un gilet jaune..

        et je pensais que les foules criant je suis charly étaient inquiétantes..

      • et parler malgré tout est l’alternative à la violence, c’est quand m^me mieux pour un gouvernement de pouvoir débattre fut ce avec des intentions douteuses que de tirer dans la foule;..

      • Il en sortira « bel et bien des mesures ». Surement, oui, après le 15 mars, Micron va prendre des mesures, heureusement. Vu l’opacité du GD, et surtout, les réponses attendus, et surtout celles déjà données, j’ai peur, pour ma part, que n’importe quelle mesure puisse se « justifier » par une référence aux « résultats » du GD.

    • si vous vous dites gilet jaune vous assumez tout ce qui a été fait au nom des gilets jaunes jusqu’aux insultes antisémites sinon c’est trop facile, c’est pas un open bar… d’ailleurs c’est moi qui suis plus gilet jaune que vous..j’affirme que vous ne me représentez pas…je suis un vrai gilet jaune et pas vous..prouvez moi le contraire…
      portez des revendications claires pas un gilet!!
      vous êtes de nouveaux charly… vous savez les défenseurs de la liberté d’expression…

  • B.Le Maire était ouvert sur la TVA !! Donc ce guignol en dehors des se presenter a la primaire de la droite 2.3 % de voix , à retourner sa veste pour un poste ministériel ,
    un traite à ces idées.. Que peut -on attendre de ce sous-fifre !! Rien bien entendu !!

  • « Le Grand débat national, avant d’être une supercherie — car Macron croit vraiment en ce qu’il entreprend — est surtout une grande illusion » ………..mais bien sûr, il avait surtout peur que le feu gilets jaunes ne viennent lui lécher le popotin..ça s’est fait dans la panique et il ne croit surement pas qu’il peut tout changer.

  • Tel qu’il est organisé, il ne mènera à rien, car il est conçu précisément pour ça.

  • Un grand débat…..sur le grand débat et pourquoi pas aussi une commission pour étudier le résultat du grand débat sur le grand débat….il n’y a rien a débattre depuis longtemps en France ,la pensée est devenue unique et c’est celle du gvt et puis c’est tout.
    Même sur le 80 , chose sans vraiment d’importance réelle sur notre vie personne n’arrive à se mettre d’accord ou simplement présenter des arguments pour ou contre..preuve que ce 80 n’existe que pour faire causer d’autres choses que l’essentiel…et servira sans doute de bouée de sauvetage de derniere minute…

  • Débat pipé pour le moins : En ce qui concerne la transition écologique on nous demande comment la financer mais pas s’il faut la financer ! et pas de possibilité de réponse « ouverte ».

  • Voir Robert Musil L’homme sans qualité…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles