Et si la décentralisation réglait nos problèmes ?

la-decentralisation-solution-a-nos-problemes-fractal-hands-by-tambako-the-jaguar(CC BY-ND 2.0)

La décentralisation permet l’émergence de solutions qui viennent « d’en bas » : ceux qui côtoient les problèmes au quotidien sont à même d’avoir des idées pour les résoudre.

Par Guillaume Moukala Same.

la-decentralisation-solution-a-nos-problemes
la-decentralisation-solution-a-nos-problemes-fractal-hands-by-tambako-the-jaguar(CC BY-ND 2.0)

La décentralisation pourrait-elle permettre l’émergence de nouvelles solutions ? En cette période de crise, les Français sont encore éperdument à la recherche d’un sauveur, d’une providence descendue du ciel. Comme si l’idée d’un seul homme qui aurait les meilleures réponses à tous les problèmes était réaliste. Réveillons-nous, cette idée est dépassée, il faut l’oublier !

Faire de la politique est un métier

D’où un politique tire-t-il sa légitimité lorsqu’il parle de sécurité, de chômage, de misère, de manque d’opportunité, de djihadisme, de délinquance, de voile ou tout autre sujet, lorsque les seules choses qu’il connait sont les costumes, les dîners mondains, l’élitisme, les discours grandiloquents, les poignées de main hypocrites et les stratégies obscures pour la lutte effrénée vers le trône ?

D’accord, quelquefois il se promène ici ou là pour rencontrer le peuple, montrer qu’il le comprend et qu’il a les solutions à leurs problèmes. Mais croyez-vous vraiment qu’un politique dont le métier n’est rien d’autre que faire de la politique est plus à même de trouver des solutions pour l’éducation que, par exemple, des enseignants en interaction avec les jeunes au quotidien ?

La décentralisation, pour permettre l’émergence de solutions

Je ne crois pas. Faire confiance à un homme ou une femme politique pour régler tous nos problèmes, c’est un suicide absurde et irrévocable. Je pense que les Français feraient davantage confiance à quelqu’un qui parle avec une légitimité du terrain. Comme disait Alexandre Jardin dans une interview pour Paris Normandie, « les solutions, elles n’existent que sur le terrain ». Finalement, ça parait logique, c’est simple comme bonjour.

L’idée d’une société décentralisée où chacun prend sa part du fardeau doit remplacer celle d’un homme supposé connaître et diriger tous les domaines de la société. Personne n’est mieux placé pour apporter des solutions que celui qui vit quotidiennement au milieu de ces problèmes et de ces enjeux. Il faut unir nos forces, nos compétences et notre créativité pour faire émerger des solutions par le bas.

Repenser le rôle du politique

Il faut repenser le rôle du politique. Nous pouvons attendre longtemps un messie qui refera de la France un grand pays (mais le temps que Dieu le pousse du ciel nous serons peut-être déjà tous morts) ou alors prendre nos responsabilités. L’homme politique doit maintenant être là pour nous redonner du pouvoir et de l’autonomie, pour libérer l’imagination positive de la société, des élus locaux et de tous les autres acteurs de terrain qui oeuvrent (vraiment !) pour la France. Cela aurait en plus l’autre avantage de donner un sens à une société fracturée.

Comme Tocqueville l’avait pensé au XIXème siècle (car oui il y a quand même des prophètes quelques fois), la décentralisation permet aux individus de sortir d’eux-mêmes, de s’impliquer dans la société et d’alimenter par là même un sentiment chaleureux d’appartenance à une communauté, de créer une cohésion sociale.