Derrière le Grand Débat, la crise du modèle démocratique français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
French female fan rooting for France during final By: Marco Verch - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Derrière le Grand Débat, la crise du modèle démocratique français

Publié le 26 janvier 2019
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

Le grand débat a été officiellement lancé par deux rencontres entre le président de la République et des maires. Les discussions ont été nourries et la performance d’Emmanuel Macron unanimement saluée. L’exercice était intéressant car symptomatique de notre actualité immédiate : maîtrise des sujets par le Président, expression du malaise social par les élus « de terrain », réalité d’un « grand débat » qui est en fait une « vaste consultation »…

Il était également révélateur des difficultés structurelles de la démocratie française.

Le premier enseignement de ces rencontres est que la réforme a besoin de corps intermédiaires. Dans une démocratie de 70 millions d’habitants, il ne suffit pas de dérouler un plan techniquement parfait depuis un ministère : il faut obtenir un soutien renouvelé de l’électorat.

Or, il est extrêmement difficile de rassembler dans la durée des individus isolés : les perdants, minoritaires mais identifiés, se mobilisent plus facilement que les gagnants, majoritaires mais diffus. Si En Marche avait réussi avec succès à les réunir pour un acte ponctuel de vote, le parti présidentiel a échoué à les maintenir actifs. C’est là que les corps intermédiaires trouvent leur rôle : ils alimentent des solidarités, diffusent des opinions ; ils peuvent bloquer ou faciliter des changements ; mais leur désagrégation interdit toute relation ordonnée entre le pouvoir et la masse des citoyens.

Lorsqu’il appelait et œuvrait au dépassement des corps intermédiaires, en achevant les partis politiques ou les syndicats, Macron renouait avec la mystique de la « volonté générale » rousseauiste.

L’écrasement des corps intermédiaires

Cette tendance à l’écrasement des corps intermédiaires n’est pas neuve : Tocqueville s’y intéressait dans L’Ancien régime et la Révolution ; Pierre Rosanvallon en a fait l’analyse. Emmanuel Macron a souhaité la prolonger. Lorsqu’il appelait et œuvrait à leur dépassement, en achevant les partis politiques ou les syndicats, il renouait avec la mystique de la « volonté générale » rousseauiste, qui considère ne pouvoir supporter aucun médiateur et à propos de laquelle on prétend qu’elle ne trouverait de meilleure expression que dans une forme de révélation immanente dont l’État et les fonctionnaires auraient le monopole. Le projet d’En Marche était d’éliminer ces corps, perçus comme des facteurs de frictions risquant d’enrayer l’exécution du programme élaboré au nom d’un prétendu « intérêt général ».

Le second enseignement des débats avec les maires découle du premier : la France a besoin de décentralisation. Pour des raisons politiques : la multiplication des responsables locaux permet de placer des relais (et des fusibles) entre les citoyens et le pouvoir central – d’autant plus quand ce dernier se résume à un seul homme. Pour des raisons institutionnelles : une plus grande autonomie locale permet l’expérimentation et la concurrence des collectivités, évitant la concentration du pouvoir, comme Madison l’avait souhaité pour les États-Unis.

Trop de centralisation

Depuis 2017, le gouvernement allait à l’inverse de cette tendance décentralisatrice. La suppression de la taxe d’habitation en est l’exemple fondateur : cette mesure a accru la tutelle sur les collectivités et affaiblit le lien de responsabilité fiscale entre élus et électeurs.

À travers ses échanges avec les maires, le Président a admis de fait une faille de son gouvernement, trop technocratique, et un échec du modèle français de gouvernance, trop centralisateur. Il ouvre ainsi de nouvelles perspectives pour rénover la démocratie française et revivifier la démocratie locale. C’est une bonne nouvelle !

Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Ce qui est dramatique chez nos politiciens , sans les manifs des Gilets Jaunes , ce Président là , aurait-il fait ces réunions ? J’en doute !! La télé réalité, nouvelle forme mediatique des politiques … Quand au 1er Ministre qui dit que le R.I.C. l’hérisse , moi ce qui m’insuporte c’est sa crise d’autorite sur les 80 km/h , droit dans ses bottes : je sais !!
    donc les avis des autres , j’en ai rien à foutre !! Cela prouve bien ce petit personnage: insignifiant !! Et nous devons le subir !! . . Ce qui serait intéressant lors d’une présidentielle c’est le nom du 1er ministre !! en même tant ?

    • Sans l’élection de Macron et des députés LREM nous n’aurions pas eu cette crise.

      • Tout gvt qui aurait eu la mauvaise idée de s’arcbouter sur le 80 et de durcir la trajectoire de la taxe carbone aurait été confronté à la même crise.
        La faute à cette technocratie sourde et aveugle et hélas inamovible, quelque soit le parti au pouvoir.

    • Il est en effet plus que temps de sortir l’Edouard du cul de Matignon…

  • claude henry de chasne
    26 janvier 2019 at 7 h 44 min

    ce n’est pas que le systeme est trop centralisateur , il est trop généreux avec les politiques, mal contrôlé , et pourri a tous les niveaux, compris au niveau local
    il faut nettoyer les ecuries d’augias

  • Je vous invite à jeter un coup d’oeil sur les services du 1er ministre :
    https://www.gouvernement.fr/les-services-du-premier-ministre
    Et bien sûr il y a en plus 31 ministres, les comités Théodules indépendants et les 1245 agences gouvernementales. Comment s’étonner que le budget ne soit pas tenu ?
    Si vous regardez juste les « affaires sociales » ont trouve trois entités s’occupant du logement ! avec une efficacité dont on peut douter !

  • De l’abruti moyen qui ne se lève même pas ,même si on est pas d’accord avec son contradicteur on le respecte,et qui se plaint de payer 24€ de TH !!!le ridicule ne tue pas…au maire qui se plaint de devoir payer des taxes à Bercy suite à un festival dans sa commune qui a été très bénéficiaire cela ne le dérange pas quand ce sont les entreprises qui sont taxées et retaxées par lui le premier notamment au travers des CFE et CVAE (eh oui la taxe pro n’a pas été supprimée comme le chantent partout élus et journalistes elle a été remplacée par ces 2 entités dont les taux ont souvent été bien majorés par les maires pleurnicheurs) et autres taxes d’enseignes…qu’il ne s’étonne pas de ne plus avoir d’emplois dans sa commune!Et ou sont tous les fameux corps intermédiaires dont on nous vante tant les mérites et qui sont tellement indispensables que c’est au Président de la République de venir faire le job,on va s’occuper de votre problème,mon chef de cabinet va prendre votre téléphone j’en passe et des meilleurs….Lamentable et pourtant tous ces corps intermédiaires nous coûte un pognon de dingue si la décentralisation peut-être un bon outil la décentralisation à la française a ruinée la France avec son empilement de strates couteuses et inefficaces avec par contre l’efficacité remarquable des élus dans le copinage/coquinage.

  • je rentre du 1er débat public organisé par Bayrou à Pau. Je l’ai quitté avant la fin, 4 heures de débat, de violence verbale, cela me suffisait. Bayrou doit en organiser 4 autres sur chacun des thèmes de la lettre aux Français. Il y avait la TV, les radios et journaux, les photographes.

    J’ai pu faire part des doléances pour la famille, Bayrou a suivi mon discours en l’approuvant et avec un air de bienveillance. Il m’a demandé de donner mon dossier à son service car dans la salle on s’impatientait, j’étais hors sujet selon les participants..

    Je reviens de ce débat complètement effrayée, « secouée ». Ce qu’on nous montre à la télé est édulcoré. Ce n’est pas la réalité du terrain.
    Il règne une violence qui m’a effrayée. On a eu droit aux raisonnements de Lutte ouvrière, des gauchistes, des anarchistes, de l’extrême droite, même pas du RN qui est bien élevé à comparer.
    Bayrou s’est fait attaquer sévèrement directement avec des mots crus, insulter, siffler, accuser de corruption. Il a gardé son calme, j’admire.
    Certains qui n’étaient pas d’accord avec celui ou celle qui parlait criaient et lui répondaient en criant, heureusement des videurs, des gros malabars, étaient présents pour calmer le jeu. Certains sont à la limite de l’hôpital psychiatrique!
    Ils ne veulent plus de députés, d’élus, ils veulent voter ce qu’ils veulent avec le RIC, veulent récupérer tout l’argent des riches, des bourgeois, ne veulent plus de l’UE, etc.. Les mêmes qui disent qu’on ne doit pas participer au débat, participent au débat et lisent leurs doléances, une véritable contradiction mais ils ne sont pas à ça près. De toute façon ils sont hors du rationnel, ils sont dans l’émotionnel, dans la colère aveugle.
    Par ailleurs, certains ont décrit leurs misères, on ne peut que les plaindre.

    Je ne sais pas comment on va s’en sortir, il règne un climat insurrectionnel, révolutionnaire. On nage en plein dans la lutte des classes. Je ne vois pas comment Macron peut s’en sortir ou tout autre politique qui le remplacerait.
    Je suis épouvantée par ce qui arrivera après le grand débat. Je suis très inquiète. Il va falloir que Macron lâche encore plus d’argent pour calmer cette colère sinon c’est la révolution.

    Je vous conseille d’aller assister à un grand débat, cela remet les idées en place. Je ne connaissais pas ce monde, je vis dans un monde de bisounours. Et moi avec mes revendications pour la famille, je faisais figure de “Marie Chantal” qui n’avait rien à faire dans ce débat, complètement déconnectée du Grand débat. Tous ces gens sont hors des problématiques de la famille, de la PMA, GPA, euthanasie, de l’écologie. Ils ne veulent surtout mourir et luttent pour leur quotidien tout simplement.

    • Les gens raisonnables ont compris que ce débat ne sert à rien. Ceux qui sont davantage dans la colère saisissent l’occasion de l’exprimer. Ce que vous avez vécu se comprend.
      Mais les gens raisonnables sont aussi très en colère finalement. C’est juste qu’ils ont moins la culture de la lutte et des manifs.
      Le pouvoir prend de gros risques à continuer ses manipulations…

    • Merci pour ce retour Lapaladine
      Oui enfin, depuis le début du mouvement, et les réponses données par le gouvernement, on sait très bien que ca va se transformer, d’ici quelques mois,
      1/ soit en anarchie, devant le retrait des forces de l’ordre, qui diront aux français qui les détestent de se démerder
      2/ soit en tentative de révolution gauchiste, mais je doute que l’armée suive.
      Je ne crois pas à la guerre civile, les camps ne sont pas clairs. Ou alors une guerre civile à la libanaise, avec de multiples factions.
      Depuis le temps que H16 répète que ce pays est foutu…

      Quand à la solution, aucune. Il faut hélas que la population subisse ce qu’elle souhaite pendant quelques années, pour qu’une contre révolution libérale se fasse, et apparaisse comme la seule solution réaliste possible.
      Achetez un fusil, des cartouches, regroupez vous en familles élargies et partez à la campagne.
      Sans coup de théâtre majeur, on va vers un mélange de vénézualisation et de dictature communiste.
      Ca va faire très mal.

      • Nous sommes déjà en dictature: les forces de l’ordre sont d’abord là pour protéger le pouvoir. Regardez ce qu’ont obtenu les policiers alors qu’ils demandaient depuis des lustres qu’on paye leurs heures sup. J’ai du mal à croire aussi que la prime exceptionnelle octroyée aux généraux en novembre soit un hasard (15000-30000€ de mémoire).

    • Bonjour lapaladine, si ce n’est pas trop indiscret, quelles étaient les « doléances » que vous avez exprimées ?

    • Merci de nous faire part de votre expérience, on a tous de bonnes raisons, je crois, de s’inquiéter.

    • Votre témoignage fait peur en effet, Lapaladine. Cette violence verbale est également physique dans les rassemblements ou s’exprime aussi contre ceux qui étaient à l’origine de leur côté (ces menaces de mort à destination des gilets jaunes qui osent s’organiser selon les règles de la démocratie).
      En revanche je ne suis pas en accord avec votre conclusion, « tous ces gens…luttent pour leur quotidien tout simplement » Non non, ils luttent pour obtenir encore plus d’argent des autres, ce qui aggravera la situation de tout le monde. Ils sont violents pour ne pas être remis en cause, placés face à leurs renoncements ou lâchetés. Ils sont mûrs pour leur Révolution, l’accaparement de ce que d’autres ont bâtis à force de travail.

      • Honnêtement, on ne peut pas généraliser. Il y en a ausdi beaucoup veulent de meilleurs salaires et qu’on leur prennent moins.

        • Qu’on leur prennent moins, oui, c’est là l’origine du mouvement, la baisse des taxes. Les salaires augmenteront mécaniquement. A condition de baisser les dépenses publiques.

      • Vous confondez encore et toujours les militants qui se font entendre, sur les rond-points comme dans les réunions organisées, parce qu’ils ont l’expérience et c’est leur fond de commerce, et les gens ordinaires, la majorité silencieuse, qui ne demande qu’une chose, à être laissée à vivre en paix.
        Les règles de la démocratie, ok, mais lesquelles ? La démocratie en France aujourd’hui est sous perfusion, il faut la ranimer… Ce sont ces règles qu’il faut d’abord définir, pour arriver à construire quelque chose de viable. Mais le chemin risque d’être long et tortueux.

        • Il n’est pas utile de commencer par revoir les règles de la démocratie, ce n’est d’ailleurs pas la demande originelle de la majorité silencieuse, il faut commencer par revoir le périmètre de l’état et le niveau des dépenses publiques. Je ne confonds pas les militants et les silencieux, je parle de ceux qu’on entend. Malheureusement, les coups d’état portant les dictateurs au pouvoir sont toujours le fait de la minorité expérimentée, celle qui fait le plus de bruit. Les silencieux continuent de subir.

          • Oui, demander aux renards de s’auto-interdire l’accès au poulailler. C’est ça…

            • Marre de ces histoires de poulailler ! J’avais espéré, au début des GJ, que les poules soient en train de réclamer le droit de sortir du poulailler et de s’armer pour faire jeu égal face aux renards dans la vaste campagne. Mais non, elles trouvent gênant que les renards soient trop rusés, elles veulent qu’ « on » les éradique et pouvoir elles rester à glousser et à chanter, sans que ça leur fasse des noeuds au cerveau quand elles auront trouvé un couteau.

              • On peut effectivement déplorer certaines choses, mais ce n’est pas en renforçant le pouvoir en place qu’on va arriver à quoi que ce soit de positif, bien au contraire.

          • Il faut revoir la base de la regle de la démocratie dans notre pays, l’élection des députés à la proportionnel. Je suis sur qu’avec une assemblée plus diverses, différents courants de pensée auraient été mieux représentés, et l’assemblée ne serait pas la simple chambre d’enregistrement qu’elle est devenue aujourd’hui.

  • C’est une évidence, au delà des problèmes de pouvoir d’achat et de taxes inégalitaires, l’origine de tous ces problèmes et un déficit gravissime de notre démocratie représentative qui fait qu’une poignée d’énarques au service du fric mondialisé, décident de tout dans l’intérêt unique d’une caste boboïde.

    • claude henry de chasne
      26 janvier 2019 at 10 h 57 min

      meme pas .. c’est la perestroïka qui affecte les socialistes

    • Bah, au service du fric mondialisé, même pas.
      Au contraire, ils voudraient bien avoir accès à tout ce fric ‘mondial’ qui se permet de circuler à l’écart de leurs doigts crochus…

      Insupportable pour un socialiste de penser à tout ce fric (Gaaahhh !) qui se planque en Irlande ou au Luxembourg juste parce que ces pays, et c’est une juste récompense, sont moins avides de l’argent des autres…

    • Pas mieux.

    • Oui, il y a une oligarchie mondiale qui s’est peu à peu coalisée autour des grandes puissances financières et qui impose sa loi aux Etats. On peut en suivre l’évolution par exemple à travers les évolutions monétaires et la création des banques centrales, ou la mise en place des organismes internationaux. Ce sont les mêmes personnages que l’on retrouve…
      Ce qu’ils appellent libéralisme a tout de la cupidité et de la corruption. Pourquoi croyez-vous qur les « traités de libre-échange » comportent des milliers de pages?
      Tous les Etats en subissent les conséquences à des degrés divers.

  •  » la crise du modèle démocratique français  »

    Heinrich von Sybel (1817 – 1895), historien allemand, auteur d’un livre remarquable sur Napoleon III, a écrit:

    ‘ Les « droits de l’homme » mènent au despotisme des masses sur les individus, ils resteront donc le mot de passe de tous les partis radicaux.
    En revanche, le vrai libéralisme aspire partout à la liberté individuelle et au bien-être général. ‘

    et aussi

    ‘ Dans le bonheur ou le malheur, dans la gloire ou le désastre, chaque nation reçoit toujours exactement ce qu’elle mérite…’

  • Erwan Le Noan, vous avez dit ….. la crise du modèle démocratique français….
    Mais, y a-t-il quelque chose de démocratique dans ce modèle?
    Comme d’autres intervenants sur ce site, je fais partie des libéraux qui affirment que la crise actuelle est la conséquence d’un manque de démocratie qui est, lui même, la conséquence d’une organisation institutionnelle inadaptée et aux mains d’une caste Énarchique sensée représenter les intérêts des français placés ainsi dans une sorte de curatelle politique.
    Le ou les « grands » débats sont conçus et organisés sur le terrain comme des exutoires à « parlotes »; en quelque sorte comme des vases d’expansions destinés à éviter les coups de bélier!…

  • Du demeuré moyen qui ne se lève même pas de sa chaise,la moindre des choses c’est le respect de son contradicteur,et qui se plaint de payer 24€ de TH !!!!au maire pleurnichard qui se plaint d’avoir du payer des taxes suite à son festival bénéficiaire ,quand ce sont des entreprises taxées et retaxées cela ne le dérange pas,eux qui ont largement augmenté la CVAE et CFE (en remplacement de la Taxe Pro qui a été remplacée et non supprimée comme le disent les élus…)en passant par les taxes d’enseignes il ne comprend pas pourquoi il n’a plus d’emplois dans sa commune?
    Une des rares choses sensées entendues seulement 23 millions de travailleurs ne peuvent plus entretenir 67 millions de personnes et encore dans ces 23 millions 20% en financent 80 comme d’habitude!

  • La subsidiarité, correctement appliquée, résoudrait bien mieux que des corps intermédiaires la question de la centralisation. Je rappelle que la subsidiarité, c’est : ne remontent à l’échelon du dessus que les questions qui n’ont pas trouvé de solution à l’échelon courant. Les corps intermédiaires ne sont pas un moyen fiable de transmettre la moindre essence des messages, que ce soit dans un sens ou dans l’autre, ce sont l’illustration l’illustration du jeu du téléphone où tout message ne parvient à l’autre bout que déformé, amplifié, transformé et en ayant coûté une commission à chaque étage.

  • Modèle démocratique? La France n’est pas une démocratie, selon sa définition, séparation des 3 pouvoirs, mais un régime oligarchique, et autocratique depuis De Gaule!

  • Effectivement, « un incroyable talent » axé sur une forme d’imposture qui continue à plaire à certains et qui en laisse d’autres dans une expectative complice…

  • Par définition un baratineur de cette espèce qui ne remplit pas ses promesses est appelé un escroc! Les mots on un sens précis en français. Malheureusement ce pays est peuplé de caves trop faciles à berner!

  • je rappelle que macron est champion mondial du climat…
    si il peut changer la temperature de la planète de quelques degrés sachez bien que quand il le voudra il refroidira ces chaleurs .
    moi pas été allé dans un de ses machins ça va finir en baston de toutes façons.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un peu plus de 70 jours nous séparent de la prochaine élection présidentielle. Comme tous les 5 ans, le pays est le théâtre d’un concours Lépine des propositions les plus démagogues.

Une situation qui a empiré avec le quinquennat. Ce dernier a transformé la présidence de la République en un super-Premier ministre dont les électeurs attendent un travail d’assistante sociale.

Cette attente est confirmée par un récent sondage Ipsos-Sopra Steria pour le journal Le Monde, qui montre que les Français attendent un président proche de l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles