Pénaliser la prostitution est injuste et hypocrite

Les prostituées sont des personnes respectables, cessons donc de les infantiliser, de faire croire qu’elles sont trop stupides pour faire leurs propres choix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prostituée russe (Crédits Marco Fieber, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pénaliser la prostitution est injuste et hypocrite

Publié le 29 janvier 2019
- A +

Par Sabine Lula.

Ce 1er février 2019, les juges du Conseil constitutionnel prononceront leur verdict à propos de la réforme de la loi du 13 avril 2016, principalement sur la question de la dépénalisation des individus ayant recours aux services de personnes prostituées.

Mardi 22 janvier, pas moins de trente prostitués, épaulés par neuf associations et une dizaine d’avocats, venaient témoigner de la situation difficile dans laquelle cette « mauvaise loi », selon l’avocat Patrick Spinosi, les avait plongés, et demander à ce que la pénalisation de leurs clients, principale cause de la dégradation de leurs conditions de travail, soit abrogée.

Une prohibition créatrice de précarité pour les personnes prostituées

L’individu ayant recours à une personne prostituée risque entre 1 500 et 3 750 euros d’amende. Cette pénalisation crée de nombreuses difficultés : d’abord, le risque d’amende diminue la clientèle, obligeant les prostituées à aller la chercher dans des endroits plus reculés, à prendre des risques, et les met en position de faiblesse dans la négociation de la prestation (pratiques dégradantes, impossibilité de se protéger…).

Ensuite, cela pousse certaines prostituées et leurs clients à se rendre dans les pays voisins. Près de la frontière belge, on estime qu’environ 80 % de la clientèle et 60 % des prostituées sont de nationalité française. Or ces « exils » favorisent le développement de réseaux mafieux et du marché noir, le trafic de jeunes filles, et lèse la totalité des travailleurs du sexe exerçant sur le territoire.

À cela s’ajoute une aide ridicule du système politique : seulement 0,1 % des prostitués auraient bénéficié d’aides à la reconversion et auraient quitté le trottoir. Soit moins d’une centaine, alors que les prostituées sont entre 30 et 40 000 en France. Une promesse de compensation bien mince aux yeux de toutes les autres qui battent encore le pavé.

Une justice et une législation sourdes aux appels des principaux concernés

« Arrêtez nos agresseurs. Pas nos clients » peut-on lire lors d’une marche organisée en l’honneur de Vanesa Campos, assassinée au Bois de Boulogne. Depuis l’adoption de la loi, des organismes comme le Strass (Syndicat du Travail Sexuel) se battent pour avoir leur mot à dire dans une législation qui impacte leur vie au quotidien.

Pendant leur audience, elles dénoncent une véritable schizophrénie de la loi : elles paient des impôts, leur travail est donc légal et officiel. Mais on leur interdit d’avoir des clients, et donc d’avoir les revenus sur lesquels elles paient des impôts. Ce phénomène leur est d’autant plus insupportable que le gouvernement, épaulé par des associations comme le Mouvement du Nid, les voient comme de perpétuelles victimes et refusent d’écouter leurs revendications.

L’hypocrite démarche de la pénalisation du travail du sexe

La prostitution est considérée comme le « plus vieux métier du monde », et des preuves de son existence précoce se retrouvent dans toutes les cultures. Il est donc possible que ce métier existe à jamais, du moins tant que le sexe reste une composante de la vie humaine. La pénaliser ne fera que la rendre informelle, sans pouvoir la faire disparaître.

                       Prostituée acceptant le paiement, détail d’un vase grec antique

Chose étrange, les mesures contre la prostitution ne s’attaquent qu’à celle qui est officielle, au racolage. Elles semblent oublier cependant l’industrie du porno, à croire que la prostitution n’est plus lorsqu’il y a une caméra et une consommation de masse. Va-t-on pour autant pénaliser tous ceux qui en regardent ? Ou bien adopter la démarche inverse, et arrêter de réguler la sexualité consentie de tout un pays ?

Alors puisque les prostituées sont des personnes respectables, cessons donc de les infantiliser, de faire croire qu’elles sont trop stupides pour faire leurs propres choix. Rendons-leur la liberté de jouir de leur corps, d’entreprendre comme elles l’entendent, et contentons-nous de leur garantir de pouvoir travailler en toute sécurité.

Voir les commentaires (65)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (65)
  • peut on arrêter la prostitution?
    non
    donc réglementons là intelligemment comme çà se fait ailleurs

    • Certes mais « réglementer intelligemment »…c’est ce que pensent faire nos députés..
      Le seul point de règlement que je voie concerne des personnes pour qui pour des raisons d’âge ou autre ne sont pas capables de « consentir » à une échange libre de sexe contre de l’argent .. ce qui vaut d’ailleurs pour presque tout.. et notez que si ce sont eux personnes de ces groupes aptes qui échangent on ne sait pas quoi penser…
      Ce qui frappe avec la pénalisation de la prostitution c’est le besoin de trouver des raisons autre que la morale..
      un peu comme la justice sociale laisse à penser que les riches ont spolié les pauvres..les prostitués sont des victimes sans même le savoir..

      • ce qu’on refuse de voir je crois est que l’argent est un des ressorts du mariage..
        dans le « marché » du mariage, les femmes et les hommes ont bel et bien des « valeurs ».. la prostitution met cela en évidence.

        la prostitution révèle la difference homme femme, la prostitution met en évidence que les lois du marché gouverne m^me cet aspect de existence..
        cachez moi tout ça.

      • Parce que la morale n’est pas un bon argument. C’est pourtant, quand on examine au fond du fond la rhétorique des abolitionnistes, le seul qui leur sert de base…

    • Faisons leur passer un BEP prostitution, ainsi elles seront formées au sortir du collège. Les plus studieuses pourraient obtenir un doctorat.

    • ‘ intelligemment ‘
      Aïe ! Voilà la pierre d’achoppement…

      Dans ce pays, on appelle ‘ intelligence ‘ la faculté d’exploiter la bêtise de ses concitoyens…

  • Bien d’accord. La prostitution doit être considéré comme un métier comme un autre. Et il faut arrêter avec cette hypocrisie de répression d’une clientèle d’une activité légale, qui met en danger la vie des prostitués.
    Un bémol sur l’analogie prostitution-films pornos. Dans ce dernier cas, les deux acteurs homme et femme (et plus si affinités) sont payés.

  • J’ai pour objectif de monter une chaîne style MacDo, avec des menus «pipe-sodo» sur place ou à emporter. Vue la taille du marché mondial, j’espère que mon entreprise sera cotée en bourse.

  • mettre la vie de ses femmes en danger en pénalisant la prostitution, il faut vraiment être plus cons que la moyenne pour faire des lois aussi injustes ; ce qui revient à dire que les juges du conseil constitutionnel n’ont pas grand chose dans la tête ;

    • Ça assure des rentes des parasites qui n’ont aucun intérêt à ce que cesse le phénomène.

      • En effet, cela fait un haut Comité Théodule, rémunérant grassement ses heureux élus, qui du coup, peuvent se payer des professionnelles haut de gamme…

  • Autour de chez nous il y a une dizaine de camionnettes avec des lampes à l’intérieur. Entre l’Alsace et l’Allemagne c’est encore pire. Je me souviens aussi vers le circuit Paul Ricard dans le sud où il y a profusion de ces camionnettes. Bref partout où l’on passe en France l’on peut constater le désastre humain et sanitaire. Cette précarité est une des composantes du communisme. Oui, comme à Cul-bas. La vraie problématique est de savoir pourquoi ces pauvres femmes préfèrent vendre leurs cul que de faire autre chose. La réponse nous saute aux oeufs (heu, yeux je veux dire). Et encore une fois les mauvais comportements sont souvent les pires chez nos élus. Il y a une pléthore d’histoires chelou autour de nos technocrates. Pédophiles, zoophiles?, drogue, club échangistes, etc…ces gens qui nous pondent des lois comportementales sont eux mêmes des dépravés. Sinon une app avec les camionnettes pourrait certainement se vendre très chère !

    • Mais pourquoi parlez vous de pauvres femmes ! Sachez que si elles n’ont pas de mac, toutes les prostituées ont choisi ce métier ! Et elles l’apprécient ! C’est dingue cette idée qu’on a mis dans la tête des gens ! J’ai énormément de respect pour toutes les prostituées que je rencontre ! N’ayant aucune intention de me marier et plus de 65 ans, je n’ai, en France, que la prostitution comme possibilité.

  • @Ragoul, connaissant le milieu scolaire j’ai entendu des histoires hallucinantes. Je pense que c’est directement le niveau maitrise ou doctorat et ce dés 15 ans.

    • On devrait encourager les vocations au lieu de les brimer. Quand je vois le potentiel de certains de nos jeunes, je me dis que c’est Mozart qu’on assassine.

  • Très bonne réflexion, mais la gauche a la fâcheuse habitude de s’acheter une vertu avec des lois ou l’argent des autres- tout en niant le réel.
    S’occuper des prostituées contre leur gré et ne rien faire contre l’industrie du porno revient en effet à filtrer le moucheron et avaler le chameau. Non seulement ils ne font rien contre l’industrie du porno, mais la sexualisation précoce des enfants et l’intervention d’associations militantes en milieu scolaire pose un vrai problème.

    • En l’occurrence, droite et gauche sont à mettre dans le même panier. Souvenez vous du délit de racolage lancé par Sarko.
      En réalité, cette affaire de pénalisation du client remonte à une commission de 2011, qui en avait, avant l’élection tracé les grandes lignes. Hollande n’a eu plus qu’à dire amen à ce qu’avait proposé la technostructure.
      Cette loi a d’ailleurs été voté assez unanimement par la gauche et la droite, tout aussi « conservateurs » sur le plan des moeurs. De mémoire, il n’ya a guère qu’EELV qui l’ait combattue. Ainsi évidemment qu’une bonne partie des associations humanitaires voyant le danger de précarisation des travailleuses du sexe.

  • @la petite bête, je suis mitigé sur l’industrie du porno et la jeunesse précoce. Etant un homme je peux témoigner. A mon époque il n’y avait pas Internet. L’on trouvait néanmoins de quoi satisfaire sa curiosité ! Un enfant cherche ce dont il a besoin. Si il ne veut pas il refuse simplement de savoir. Si il veut savoir il n’y a rien qui peut l’en empêcher. Créer des frustrés et une civilisation de « castrés » physiquement et psychologiquement donne une société de gens mous incapables de prendre leur vie en main. Les gens qui prennent et se servent ont souvent une sexualité débordante et une grande réussite sociale/économique. De là un patron du cac40 ou un homme politique (même un médecin) sont souvent les plus adeptes des choses extrêmes et interdites. Un sans dents et sans emploi préférera des choses plus simples et parfois une prostituée peut être salvateur pour lui même et la société. Cela évite des viols inutiles qui sont peu ou pas pénalisés en France. Cela n’empêche pas les histoires DSK de se produire. Mais souvent l’argent achète le consentement et le silence… bref, laissons les gens en paix. Ce pays a besoin de vie et d’espoir. Débarrassons nous d’abord des parasites qui nous pourrissent la vie.

    • Oui, mais tous les enfants n’ont pas les mêmes questions au même âge, et les parents sont les mieux placés dans ce domaine comme dans d’autres.
      https://proscontreeducsex.files.wordpress.com/2017/07/lettre-appel-dr-maurice-berger.pdf
      La liberté c’est très bien. Mais les enfants doivent être protégés en attendant qu’ils soient adultes et puissent pleinement exercer leur liberté.

    • Euh… vous allez chercher où vos histoires de « un grand patron plus souvent adepte des trucs extrêmes et le sans dent qui aime les choses simples » ??? C’est du n’importe quoi de très très grand niveau. Je n’ose même pas dire malhonnêteté intellectuelle, car ya rien d’intellectuel dans ce que vous dites… Grave…

  • @Ragoul, j’imagine qu’il n’y aurait pas grand chose à faire pour se retrouver avec un marché du porno saturé ! Peut-être que cela serait positif en rendant la chose commune et vulgaire. Peut-être que les gens trouveraient enfin la paix et passeraient à autre chose. La France est un pays où le sexe est extrêmement tabou dans l’éducation. L’introduire de force par l’intermédiaire de Schiappa est par exemple complètement stupide. Je préfère de loin Clara Morgane qui elle au moins nous coute pas un pognon de dingue et s’assume complètement.

    • Le sexe subit une prohibition et, comme à chaque fois, celle-ci a les effets inverses de ceux escomptés.
      Une intervention étatique dans la sexualité des gens ne peut que générer de la frustration.
      Une intervention étatique tout court, d’ailleurs.

    • « introduire de force »… c’est du viol, ça, non?

  • Lutter contre le proxénétisme et les traites humaines ça demande des couilles, le socialo n’en a pas.
    La Fausse morale Gauchiasse est plus néfaste a la société que la prostitution.
    Perso j’ai trouvé la solution. pour aller aux putes je mets un casque, on ne me reconnait pas, et j’y vais en scooter, c’est plus discret et facile a prendre la fuite pour pas payer l’amende !

  • Faudrait denoncer ceux qui vivent grassement de la détresse de ces femmes et de ces hommes. Qu’est ce qui différencie le Nid d’un réseau de proxénétes ?

  • Ouai bah moi je dis qu’en France le sexe, la drogue, l’argent c’est tabou. On ne doit pas en parler. En revanche l’irresponsabilité politique/fiscale, l’instabilité juridique et fiscale, la pure démagogie politique c’est entièrement rentrée dans les moeurs et la culture. L’on en est donc à parler de comportement irréprochable chez le Français qui ne cesse d’être persécuté et humilié. Il faudrait prendre de la distance et faire comme en taekondo en retournant cette violence sur l’agresseur. Mais la France a t’elle encore assez d’amour propre pour cela ?

  • question
    combien de putes le font de leur plein gré?

    • Beaucoup plus que les 0 % annoncés à l’époque par les abolitionnistes qui avaient poussé l’audace jusqu’à considérer que même celles qui n’étaient pas victimes d’un réseau de traites étaient des victimes ignorantes de leur propre irresponsabilité, qu’elles n’etaient pas libres de se prostituer et qu’il fallait donc les aider pour leur bien à en sortir.
      Rien que ce discours de m.rde donne vie de rentrer dans le lard des abolitionnistes.

    • la question n’est pas là…
      si il y a des gens qui sont forcés à faire n’importe quoi poser du parquet flottant ou se prostituer , c’est pas bien.. on est d’accord..

      mais ça n’a rien à voir spécifiquement avec la prostitution.. en général l’esclavage c’est mal..

    • @Monéo
      Bonsoir,
      La question n’est pas là. Plus généralement, sommes-nous libres, responsables et maîtres de nous-mêmes, dans un pays libre ?
      La réponse est négative pour l’ensemble de la question.
      L’autre question serait : que fait l’Etat pour assurer les droits des personnes qui le financent légalement, et pour protéger les victimes d’agressions, et/ou de trafic ? La réponse est rien, puisqu’il a sous sa coupe la Justice qu’il a rendue sociale, et dont il se sert comme marteau pour enfoncer son clou idéologique. Comment peut-il protéger des personnes à la marge de la Société, quand il ne défend pas ceux qui sont « dans les clous » et dont il se soucie fort peu dans les faits ? (En plus de cette loi, une nouvelle loi va être examinée concernant les violences en dehors des manifs, la loi « anti casseurs », comme s’il n’y en avait pas déjà dans le Code Pénal.)

  • Le grec payait la pute avec sa capote pleine de foutre?

    • je dois reconnaître que c est aussi l interprétation que j ai eu !!! Il payait en liquide en somme. MAis dans une société sans cash cela ne se fait plus.

  • La prostitution existe depuis toujours. J’ai 65 ans, je suis séparé et si je ne fais pas appel à la prostitution (via internet, c’est-à-dire hors maquereaux), je serais réduit à…la masturbation ? Quelle jeune femme va s’intéresser à un homme de 65 ans ? A un homme moche ? A un handicapé ? A un complexé ? A un homme ayant des goûts bizarres ? a un homme à fortes pulsions sexuelles…? Comment un homme pourra-il se payer la femme de ses rêves si ce n’est par la prostitution ? Avec la joie de ladite prostituée qui s’enrichit sans trop d’efforts dans le processus !
    La prostitution, via internet par exemple, est un moyen pour beaucoup d’hommes de se libérer de pressions sexuelles insupportables. Interdire la prostitution est voué à l’échec. Je vous garantie que je trouverai n’importe quel moyen pour continuer à faire l’Amour !
    Et ne me dites pas que les jeunes femmes qui se prostituent sont exploitées ! Je mets à part bien entendu celles qui ont un mac. Ceux là, je les met en tôle pour 20 ans !
    Les jeunes femmes qui font cela pour quelques mois ou quelques années, pour se payer leurs études ou rembourser des dettes, choisissent généralement leurs clients au bout de quelques temps. A ce qu’elles me disent, elle prennent souvent leur pied ! Toutes celles que je connais font ce métier avec plaisir et n’ont aucune intention de continuer une fois leur objectifs atteints, c’est à dire généralement au bout de 2 ou 3 ans, car cela les empêche de mener une vie normale à laquelle elles aspirent (se marier, faire des enfants, etc…).
    J’en ai connu une qui a 2 Masters 2 mais qui n’arrive pas à trouver de travail car…étrangère ! Une autre qui est en train de créer un magnifique business : mais elle a besoin de capital pour son entreprise ! A part quelques exceptions, la plupart des jeunes femmes que j’ai rencontré étaient intelligentes, délurées et ambitieuses et, donc courageuses car il faut du courage pour se lancer dans ce travail.
    Nous sommes un des seuls pays d’Europe à ne pas reconnaître la prostitution ! Depuis Mitterrand, environ, on a oublié le mot Liberté dans notre emblème ! On l’a remplacé par Sécurité depuis Chirac sans nous demander notre avis !

    • Je ne vous comprend pas. A 65 ans votre capital de séduction persiste. Beaucoup d’homme ont des partenaires plus jeunes et même E Macron a une partenaire de 25 ans son ainé. tout n’est pas perdu.

      • peut être mais je remercie milrem pour le courage de dire une réalité, il a du cran.. moi c’est l’inverse je n’aurais jamais recours à la prostitution pour des question de morale personnelle mais je suis contre la pénalisation..

  • Entièrement d’accord avec cet article. Une personne doit être libre de monnayer son corps, des prestations, des services, etc.. Après tout, ce n’est qu’une forme de travail comme une autre. Dans n’importe quel emploi, je mets mon corps et mon esprit au service de quelqu’un qui me paye. Toujours si et seulement si c’est fait de la propre volonté de la personne. C’est aussi pour cela que je défends le droit à l’euthanasie et au suicide assisté.

    • il ne faut pas oublier néanmoins les enfants, les handicapés mentaux ..donc les personnes que l' »on » reconnait comme autonomes et responsables..

      • La question des enfants et personnes handicapées, ou de manière générale incapables ou réputées incapables de choisir, ne se règle pas en un claquement de doigt. Je n’ai pas de réponse à ces sujets. Ça nécessite débats et réflexions. C’est dans ses moments-là aussi que la société et ses valeurs communes peuvent s’exprimer.

  • vous me permettrez de ne pas partager votre « libertarisme »
    pour une femme qui se prostitue de plein gré parce que ça rapporte plus que caissière Chez Carrefour ou parce que écarter les jambes de temps à autre ça permet de s’offrir des petits plaisirs matériels ;ok c’est leurs problèmes MAIS combien sont sous la coupe de maffieux , n’ont aucune liberté, pire sont des esclaves soumises à la violence de gangs. Si elles avaient le choix beaucoup d’entre elles ne seraient pas dans des camionnettes ou devant d es ronds points ou parkings à putes .
    je pense que tous ceux qui vont soulager leurs gonades de cette façon sont des salopards complices de ces mafias et ce sens ceux q s’ils font gauler par la loi et bien moi j’approuve… cel s’appelle de la complicité pénale

    • mais …m’enfin…c’est la coercition qui est mal là pas la prostitution..

      les partisans de l’esclavage EN GÉNÉRAL ne sont pas parmi les libéraux je crois…!!!!
      vous pourriez dire que vous êtes persuadé que la prostitution ne peut se faire sans une part « important » esclavage sexuel.. c’est une conviction acceptable voire respectable mais à laquelle on a le droit de ne pas adhérer!!!

      c’est une pente dangereuse pour les libertés individuelles que d’interdire une chose car elle peut être associée à un abus.. on interdit le port d’arme individuel soit..mais un couteau est une arme..ensuite on interdit ce qui peut être servir comme arme?? il faudra un permis de port de pelle?

      on va où?

      • et vous pouvez aussi vous poser la question , pourquoi y a t il autant d’abus dans le monde de la prostitution?

        • je ne sais pas pourquoi mais il me vient à l’idée tout ce que l’etat interdit pour éviter les abus..taille minimale d’un logement.surface minimal chez une nounou…

          • @jacques lemiere
            Bonsoir,
            « il me vient à l’idée tout ce que l’etat interdit pour éviter les abus… taille minimale… » sauf la taille minimale de la sienne. L’Etat n’a pas de taille minimale et tend à grossir. Et on connaît les abus d’Etats. Mais, il ne s’interdit pas.

      • je ne peux penser que quand même il ya beaucoup d hypocrisie au nom de La liberté…le tourisme sexuel dans les pays asiatiques c’est donc bien… chacun sa morale personnelle.
        vu sur lente aujourd’hui un article indiquant les résultats éloquents en Foret de Fontainebleau..

    • « MAIS combien sont sous la coupe de maffieux »
      Environ 10 % (CP a fait un article là dessus il y a quelques années).
      D’où la question : l’Etat est-il légitime à emm.rder 90 % d’une population parce qu’il est infoutu de régler les pbs que rencontrent les 10 % restant de la dite population ?

      • serait ce 90% que la question serait la même..et la conclusion à mes yeux la même… la prostitution forcée étant un esclavage et un crime..
        il faut combattre ces 10% de crimes comme il faudrait combattre ces 90% de crimes..

        un certain nombre d’employés de maison sont esclaves…

        on ne voit pas des débats similaire à celui qui a lieu au sujet de la prostitution..
        les raisons invoquées pour interdire la prostitutions sont des diversions des vraies raison.

    • @monéo
      Bonsoir,
      « MAIS combien sont sous la coupe de maffieux ? »
      Si ce nombre était connu, il serait criminel de ne pas agir. Ce nombre n’est pas connu. En voulant taper sur le « client » vous ne tapez pas sur les esclavagistes.
      De plus, celles qui sont sous le joug de ces esclavagistes, ne doivent pas gagner plus qu’une caissière de Chez Carrefour, par contre, ceux pour qui elles « officient » gagnent bien leur croûte. Ce sont eux les salopards : ils se comportent de la même manière que l’Etat : belles promesses (travail facile, bien payé, à Paris, en France, logée) ponction de revenu, pour la protection etc… et les coups.

      La France ne manque pas de lois (plus de 500.000, compilées dans 70 Codes) : celles qui protègent les habitants du territoire, légaux ou pas, libres ou non, voire esclaves, existent ; elles sont dans le Code Pénal et l’esclavage y est interdit, tout comme le proxénétisme, la traite des femmes. Au lieu de vouloir interdire quelque chose dont certaines profitent légalement (les prostituées remplissent des feuilles d’impôts sur lesquelles elles renseignent leur profession, et sont soumises à la ponction étatique) il serait temps d’appliquer celles qui existent. Mais bon, enquêter, compiler des renseignements, faire du boulot de police, faire appel à un juge (le déranger ?), ça coûte en personnel, en temps, en matériel, en argent, pour ne rapporter rien du tout. Il vaut mieux coller une amende dépassant le millier d’euro, c’est plus rentable fiscalement parlant. Ne la voyez-vous pas mieux la « complicité pénale » ?

  • Il faudrait interdire Bercy dans ce cas. Car Bercy nous considère comme des prostituées et lui se comporte comme un maquereau.

  • @Milrem, si je comprends j’ai quand même du mal à adhérer à votre concept. Cela conforte surtout mon analyse de la précarité financière chez les jeunes qui n’ont pas d’autre solution que de vendre leur sexe. Et ça me dérange énormément. Je voudrais une réforme courageuse de l’Etat et que vous trouviez une femme qui vous aime sans avoir besoin d’être payée. La France c’est Cuba sans le soleil ni les cigares. Ce pays ressemble de plus en plus à une grosse blague communiste.

  • Ya quand même une flopée de commentaires contenant des blagues et du vocabulaire salace. Le libertarien est beauf dans la moyenne, c’est rassurant presque.
    Sinon, en Belgique, il y a pas mal de « bars à champagnes » le long de la frontière française, où des personnes indépendantes proposent des services tarifés. Le bar ne les emploient pas car sinon proxénétisme, mais met à disposition des chambres dans un endroit connu, sécurisé, propre, etc.. Et à ma connaissance, ça se passe bien en général. Dans les grandes villes, ce sont les communes (mairies) qui louent les vitrines aux prostituées (mais le travail de prostituée n’existe pas… c’est toujours une situation hypocrite). Cependant, faut pas se leurrer, si (j’espère) un grand nombre de personnes se prostituent volontairement, le fait que les annonces de ces bars à champagne soient rédigées dans toutes les langues de l’Est me font penser que des réseaux envoient des filles ici travailler genre 1 an avec mission de rapporter une somme donnée sinon ils tuent son chat resté au pays. Les chiffres ? Flemme de chercher. Mais ça existe. Et c’est contre ça qu’il faut lutter. Je suis perso en faveur de la prostitution et de sa pratique comme je suis en faveur des fleuristes, des vendeurs de vélo et des loueurs de cuistax. (Mais contre les banquiers, assureurs et avocats qui sont des nuisibles). Bref… voilà.

  • Bien dit. Cette loi (comme par hasard sous la mandature de l’éclairé HOLLANDE), sous couvert de mieux encadrer la prostitution pour soi-disant protéger les prostituées, voire même éradiquer « le plus vieux métier du monde » n’a fait que compliquer la vie de ces personnes. En fait il n’y avait rien à attendre d’autre d’une action initiée par HOLLANDE. Ce président a été une nuisance…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne électorale est enfin terminée, en laissant derrière elle un goût amer.

Il nous a été demandé de choisir entre douze, puis deux nuances de socialisme débridé et irresponsable. Quelle tristesse !

D’un autre côté, cette parenthèse dans la vie politique nous aura permis de savourer une trêve plus que bienvenue dans les bombardements incessants de mesures liberticides et infantilisantes qui frappaient le pays depuis deux ans. C’est toujours ça de pris.

Le bilan est cependant d’une détresse abyssale : absolument auc... Poursuivre la lecture

Après avoir précédemment abordé la place de la prostitution dans l’Histoire, sa sociologie et son environnement législatif, il convient dans cet article de repenser la réflexion autour du fait prostitutionnel.

Disposer de son corps, un droit encore à conquérir

Le fait de disposer de son corps signifie en être le propriétaire, pouvoir en faire ce que l’on souhaite dans les limites de la propriété du corps d'autrui. Ce droit à la libre disposition de son corps a été le combat mené par le féminisme ayant conduit à la loi de 1975 sur l’IV... Poursuivre la lecture

Bien que l’on puisse observer ici et là des candidats parlant de la prostitution, dans un contexte marqué par des pensées radicales dont le néoféminisme, l’absence de débat et de discussion autour de la prostitution paraît surprenant. Pourtant, la prostitution et la dignité des personnes prostituées et des travailleurs du sexe ne doit pas être un non-sujet.

Brève histoire de la prostitution

L’Histoire nous enseigne que la prostitution est aussi vielle que l’humain. En effet, 3000 avant Jésus-Christ en Mésopotamie, on trouve déjà des ta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles