Belle Knox : « La pornographie est un métier comme un autre »

Une série documentaire vient de sortir sur Belle Knox, cette étudiante de Duke University qui s’est lancée dans le porno pour financer ses études.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
belle knox credits alan (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belle Knox : « La pornographie est un métier comme un autre »

Publié le 1 octobre 2014
- A +

Par Elisabeth Nolan Brown, depuis les États-Unis.

belle knox credits alan (licence creative commons)

Belle Knox est le sujet d’une nouvelle série documentaire qui se focalise sur son entrée dans l’industrie du X et la notoriété qui en découle. Produit par Condé Nast Entertainment and Stateless Media, Becoming Bell Knox comprend cinq courts clips dans lesquels le spectateur peut voir l’étudiante studieuse de 19 ans, Miriam Weeks, se transformer en « l’Actrice X de Duke », une jeune femme qui fait ses débuts dans le X sur le site FacialAbuse.com, cite Sheldon Richman dans ses premiers écrits pour le Time, se fait « gangbanger » devant la caméra, participe à un groupe de discussion libertarien-féministe dont je fais aussi partie, apparait dans The Independents, et twitte qu’elle va acheter de la lingerie grâce à des dons en bitcoin.

Weeks ne se déshabille pourtant pas pour devenir la dernière égérie des travailleurs du sexe. Non, elle se déshabille pour payer ses frais de scolarité : après avoir vu ses parents lutter pour rembourser leurs propres prêts étudiants, elle a décidé de ne pas s’engager dans cette voie. « J’ai googlé ‘comment devenir une actrice porno’ », explique-t-elle au début du documentaire. Le jour suivant, elle perçoit 1200$ pour la scène de Facial Abuse.

À ce moment-là, Weeks pense qu’elle peut conserver son alter-ego secret, mais rapidement, un camarade de classe la découvre et répand la nouvelle. Plutôt que d’être rongée par l’embarras ou de laisser d’autres personnes colporter son histoire, Weeks décide de la raconter sur l’internet.

« J’aime la personne sûre d’elle-même et passionnée que je suis en train de devenir grâce à la pornographie » explique-t-elle dans les deux premiers chapitres de la série (même si « c’est gênant d’avoir toujours du sperme dans les cheveux »). Dans le chapitre 3, elle considère la pornographie comme un simple « jeu ». « Belle n’est rien d’autre que le côté très sexuel de Miriam », nous dit-elle. Mais dans le quatrième chapitre, Weeks avoue qu’elle était naïve de penser qu’elle pouvait « compartimenter » Belle et Miriam.

La plupart des difficultés proviennent vraisemblablement des réalités de l’internet et de l’industrie du porno d’aujourd’hui : il n’est plus possible d’être une véritable star de films pour adulte sans venir défendre en personne son statut « on line ». Avec son image publique de « Belle », il devient difficile pour elle d’être « Miriam » dans les yeux de son entourage. (Cela me rappelle William Deireiwicz expliquant que le soi de la génération Y est nécessairement un « soi entrepreneur » parce que le monde digital a effacé la frontière entre le monde personnel et professionnel.)

Toutefois, il n’y a pas que le problème du regard des autres. Au fur et à mesure que la série progresse, il devient clair que, comme tout personnage public, Weeks risque de se perdre elle-même à trop vouloir se donner au public. « Si tu commences à te transformer en Belle, il vaut mieux fuir le milieu », lui a conseillé une collègue.

actrice X rené le honzecDans le dernier clip, on apprend que Weeks a beaucoup voyagé et s’ennuie de sa famille et de ses amis, se sentant abandonnée par ceux-ci, ainsi que frustrée par certaines conditions de travail de l’industrie pornographique. Elle ressent une certaine lassitude. Son réel enthousiasme des débuts d’être payée pour des rapports sexuels a disparu (« l’expérience m’a usée »). Certains s’en serviront sûrement comme preuve du coût déraisonnable que la pornographie fait subir aux femmes.

Mais je ne peux pas m’empêcher de penser à cette scène inévitable des documentaires sur les groupes de musique pop en tournée, où l’on peut voir le chanteur dormir par à-coups sur un siège de bus ou en train de téléphoner avec tristesse à quelqu’un resté à la maison. La vie d’un musicien en tournée, ce n’est pas toujours marrant ! La vie d’une actrice porno en plein essor, parfois ça craint ! « La pornographie est un métier comme un autre, c’est du travail et je pense que ça n’a aucune importance de l’apprécier ou non » dit Weeks dans le cinquième clip.

Weeks m’a confié que les critiques de Becoming Belle Knox ont été positives et elle est globalement satisfaite du résultat de la série. « Je trouve que le documentaire raconte parfaitement mon histoire et je suis tellement contente d’avoir été capable de toucher des gens à travers mes discussions honnêtes et ouvertes sur ce que signifie être une femme de sexe, dit Weeks. J’ai reçu d’incroyables retours de mes fans qui m’ont écrit pour me confier que j’étais une source d’inspiration pour eux et qu’ils se sentaient concernés par les sujets que j’ai soulevés. »


Traduction pour Contrepoints de « Belle Knox Docu-Series: Porn Is Like Any Other Job, It’s Labor » publié le 24.09.2014 par Reason.com.

À lire aussi : Les actrices porno seraient des femmes plus heureuses

Voir les commentaires (159)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (159)
  • Quand on n’a aucune morale, la pornographie est effectivement un métier comme un autre.

    • Je crois que je préfèrerai que ma fille soit actrice porno que douanier ou policier. Se rendre complice de l’oppression est à on sens bien plus immoral que se rendre complice du vice. Si on aime pas le porno, il suffit de ne pas aller sur youporn. Si on aime pas l’oppression, c’est plus compliqué.

      • Chiche pour votre fille !

        • C’est une obsession chez vous de vous mêler de la vie et des choix des autres? Et si on faisait pareil avec vous?

        • Quoi « chiche »?… Ca veut dire quoi ca? Que vous ne me croirez que si je fais d’elle une actrice porno? C’est moi qui décide de ce que fait ma fille comme job vous croyez? D’où vous vient l’idée que son destin devrait etre ma préoccupation? Peut etre qu’elle en a rien a fiche de moi ma fille. Il vous est venu à l’idée que les individus ne sont pas des pions sur échiquier?

          • Comprendre :
            Si votre fille devient actrice porno, vous pourrez dire : « ben je préfère ça à douanier ».

            Ahahah la bonne blague !

        • C’est intelligent !

      • +1 Mitch
        Il vaut mieux travailler dans le porno que de se vendre à l’État.

      • Ridicule comparaison !
        Je ne vous souhaite pas d’être cambriolé ( Je ne pendrai pas d’exemple plus violents…) et d’avoir besoin de policiers qui ont la vocation de l’enquête pour trouver les auteurs de votre délit pour enfin retrouver l’alliance de votre mère décédée à laquelle vous teniez tant symboliquement …
        La police n’est pas qu’oppresion…Elle est aussi protection des plus faibles et bras armé de la justice et un besoin fondamental (régalien) de toute société petite ou grande. Relisez Ciceron.

        Votre remarque était du plus haut ridicule…

        • Mes parents ont été cambriollés 5 fois en 10 ans et ils ont porté plainte chaque fois. La police est venue UNE SEULE FOIS relever des empreintes et on ne nous JAMAIS RIEN RENDU. Nos cambriolleurs n’ont jamais été retrouvés ni traduit en justice(tout du moins pas pour ces actes). Jamais. Mon père s’est fait agresser devant témoin à sous la menace d’une hache. Des témoins étaient là et ont donné leur numéro pour pour être cités comme témoins. La police ne les a jamais appelé. Ils avaient le numéro de plaque d’immatriculation du gars, et n’ont pas « réussi à le retrouver. » Si mon père avait été un député, le gars serait en taule.

          La police ne travaille pas pour les petites gens. Elle est la protection des plus FORTS contrairement à ce que vous dites. les plus faibles peuvent se gratter. Elle est devenue un outils d’oppression qui de temps en temps préfère opprimer nos agresseurs et il arrive donc qu’on profite de leurs actions. Seulement si on vous roule sur le pied, la police ne fera quelque chose pour vous que si vous êtes le fils du président. De même si on vous vole votre scooter. De même si vous vous prenez une prune: bien placé parmi les apparatchiks, on peut obtenir une indulgence. Vous êtes un citoyen lambda, vous payez.

          La police est malheureusement, et probablement contre la volonté des policier eux mêmes, devenu un organe d’oppression et d’assise du pouvoir. La police devrait obéir à la loi, pas aux politiques.

          Or comme c’est un secret pour personne ce que je raconte, devenir policier est moins immoral que devenir hardeur.

          • Mes parents ont été 1723 fois, la police n’est jamais venu et ils s’en foutent!
            La France c’est la Somalie ou le Soudan niveau criminalité…
            Blah blah blah je m’ennuie déjà…

            • « Blah blah blah »

              Ca résume bien votre « argument ».

              « je m’ennuie déjà » Et alors? Vous avez cru que j’étais ici pour vous divertir?

              • Vous voyez tout noir, et de l’autre coté il y a celui qui voit tout blanc!
                Vous critiquez mon argument (qui n’en était pas un bien entendu), mais votre petite histoire de parents en détresse n’en est certainement pas un non plus!

            • Vous réagissez exactement comme les moutons qui peuplent nos prairies!
              Les médias nous balancent les misères du monde en image… pour que des gens comme vous puissiez comparer ….l’incomparable….

          • +1

            Idem pour moi: je ne me rappelle PERSONNE ayant été agressé / volé et dont le voleur / l’agresseur est allé faire un tour à l’ombre.

            Ah si, UNE exception: à la campagne, des amis de mes beaux-parents ont pris sur le fait 3 voleurs dans leur maison, qui ont pris la fuite, mais qui ont ensuite été rattrapés par les amis, voisins, et autres habitants du village en organisant une battue humaine à l’aide de fusils de chasse et de rugbymen baraqués. Ils les ont ensuite (après leur avoir administré une petite correction) livrés aux gendarmes. Ce qui a vraisemblablement permis le démantèlement d’un réseau de voleurs roms…

            Alors la police, surtout ne comptez pas sur elle si quand vous avez besoin, sauf si vous faites partie du sérail.

        • « Elle est aussi protection des plus faibles »

          C’est cela ouiiiii. en rêve peut-être, mais pas dans la réalité. En 2006, j’ai été agressé à la fac, les flics m’ont balladé lors du canonge alors que les photos de mes agresseurs étaient disponibles sur internet. L’affaire a très vite été classée sans suite.

          En revanche, quand vous les traitez de branleurs, ils font du zèle et n’hésitent pas à venir vous intimider à votre domicile. Protection des faibles ? Mon cul !

          La France est bel et bien devenue une république bananière.

      • Le développement des forces d’oppression est aussi lié à l’avachissement moral tel la banalisation de la pornographie.
        Maximum de mœurs = minimum de lois et de flics

        Et puis la pornographie c’est laid.

        • Le porno c’est laid? Pourquoi je trouve ça plus beau que de devoir supporter votre prose alors?
          « Le développement des forces d’oppression est aussi lié à l’avachissement moral tel la banalisation de la pornographie. »

          Prouvez le!
          Au Japon, le porno est PARTOUT et bien plus « hard  » que chez nous. Au Japon on ne se fait pas cogner par les flics. Au Japon, on ne se fait pas agresser dans la rue pour une clop (meme si on en a pas). En Suisse le porno est très présent. Les sex shops foisonnent, la prostitution est répandue, et curieusement pareil on s’y sent plus en sécurité et les flics sont moins agressifs.

          C’est pas parce que vous vous drappez derrière une morale judeo chrétienne vieille comme Hérode que vous avez raison. Votre affirmation péremptoire n’est pas un argument. C’est une affirmation péremptoire, rien de plus.

          L’avachissement moral n’est rien comparé à l’avachissement intellectuel de ce qu’on ose appeler des arguments.

    • Il va vous falloir relire la morale avec plus d’attention (très simple, il n’y a que 11 courtes lignes). Seul votre comportement est soumis à ses prescriptions, pas celui d’autrui. L’emploi répété du pronom personnel à la 2e personne du singulier ne laisse planer aucun doute à ce sujet.

      • Je parle bien sûr de la seule morale qui existe (textes sacrés), pas celle soumise à évolution en fonction de l’air du temps.

        • « la seule morale qui existe (textes sacrés) »

          Ah d’accord, bon ben pas la peine de discuter, ça sent le bon vieux catho (ou autre fou de Dieu) intégriste sentant al naphtaline. Merci d’être passé, et adieu.

          • La morale est subjective, pour moi seul compte le consentement individuel, base du libéralisme.

            • Et bien sûr son corollaire : la responsabilité individuelle.

            • Pas pour bimiman: la seule valable, que dis-je, qui « existe », c’est la sienne, enfin plus exactement son interprétation d’un bouquin. À partir de là, ça ne sert pas à grand chose de discuter.

          • « ça sent le bon vieux catho (ou autre fou de Dieu) »
            Même pas. Mais si ça peut vous faire plaisir…

            La seule morale immuable est celle issue de sa religion.
            Hors de cela, la morale est à géométrie variable. Regardez notre triste époque.

        • je serai curieux de connaitre cette définition de la morale selon les textes sacrés … (chiche)

          • +1
            je connais le décalogue et ses équivalents divers qui disent tous la même chose : occupe toi de tes oignons, balaie devant ta porte, et fait pas chier les voisins. Aucun ne conseille de donner son avis sur le comportement des voisins, et encore moins de leur prescrire/interdire quelque chose.

        • « Je parle bien sûr de la seule morale qui existe (textes sacrés) » C’est bien le décalogue que j’évoquais, plus le 11e commandement au coeur des Evangiles. Pas une seule ligne de la morale ne vous autorise à juger autrui. La seule personne que vous êtes en devoir de juger, c’est vous-même. Affirmer « quand on n’a aucune morale » à propos de cette jeune femme est en soi immoral.

          • Premier commandement : Un seul Dieu tu aimeras et adoreras parfaitement.
            Deuxième commandement : Son saint nom tu respecteras, fuyant blasphème et faux serment
            Troisième commandement : Le jour du Seigneur garderas, en servant Dieu dévotement

            C’est cela que vous appelez de la morale?

            Est-ce que vous ne confondriez pas morale avec endoctrinement religieux?

            Pour vous ouvrir un peu les yeux : http://atheisme.free.fr/Themes/Morale.htm

            • Pour vous la faire très très rapide : la morale est par définition absolue ou alors, soit on ne vit pas en société, soit ce dont on parle n’est pas la morale. A ce sujet, il y a souvent confusion entre morale et éthique personnelle (application à soi de la morale) pour tenter de justifier l’imaginaire relativité de la morale. Mais c’est évidemment une erreur : la morale est nécessairement universelle ou n’est pas. Etant absolue, se pose la question de sa légitimité. Si elle est d’origine humaine, alors la morale procède du rapport du fort au faible qui impose « sa morale », et on conclut sans effort que ce déterminant est parfaitement immoral. Le seul moyen de contourner le problème est de constater que la morale, si elle existe, ne peut pas être d’origine humaine, constat qui explique les lignes que vous avez citées. Sans ces lignes, pas de morale possible.

              Les athées, qui discutent doctement d’un sujet qui leur échappe complètement, ne survivent que grâce à la tradition multi millénaire d’une morale d’essence divine qui, bien qu’ils la nient farouchement, les protège opportunément parce que d’autres la respectent encore, quand bien même certains ont plus ou moins perdu de vue la compréhension de son origine. Sauf qu’il arrivera un point de bascule, un point mort, où ce ne sera plus suffisant. Et là, on verra les sympathiques effets de l’absence complète de morale ou plutôt du triomphe de la morale relativiste (c’est la même chose), phénomène qu’on peut déjà observer à loisir là où la civilisation s’étiole dans le bon gros n’importe quoi.

              • @cavaignac , tres pertinent commentaire . Bcp de nos concitoyens athées sont en fait des Mr Jourdain , ils connaissent et acceptent cette morale « divine » et donc pratiquent sans le savoir … je leur conseille de voyager, dans des pays pratiquant l’athéisme militant , depuis qq générations , ils verront alors que la morale qui sévit est autre : la force, le pouvoir, l’argent sont rois , malheur au faible …

              • Intéressant commentaire qui élève le débat…

  • Ouai, boulot original pour financer ses études. ..

  • Je me demande dans combien de temps les puritains vont débarquer avec leurs discours à base « c’est pas «normal» »… 😀
    Je dis moins d’1h, on prend les paris? ^^

    • Ah ben trop tard, voilà ce que c’est que de mettre du temps à poster un commentaire… ^^

    • Il n’y a pas de puritanisme à être choqué par la promotion de la pornographie.

      • Elle est où la promotion de la pornographie?

        Allez, assumez un peu vos idées et vos paroles.

        • Rien à voir avec la morale ou je ne sais quoi, ni jugement de valeur…
          Mais, se faire sodomiser physiquement pour gagner sa vie, ne me parait pas être le top de l’apanouissement individuel…
          Après chacun fait ce qu’il veut de son anus ! Mais avec discrétion..;NON ?

          • Pourquoi avec discrétion?S’il y en a qui sont prèts a payer pour regarder, je ne vois pas en quoi c’est un problème pour les adeptes du sexe anal de mettre un peu de beurre dans les épinards (sans mauvais jeu de mot).

            • lo Mitch , ce n’est pas du tout une question de puritanisme . C’est juste ce que l’on est pret ou prete à faire avec son corps , rien d’autre . Je ne le ferai pas, pas plus que je n’irai cirér les pompes de qqn , même pour 1ME , ou vendre un rein , pour 10. C est une question d’honneur , se regarder dans une glace et que ses enfants sachent que papa ou maman n’est pas prêt à lécher le c*l de n’importe qui pour de l’argent . Quand vous regardez dans le monde , les gens qui font cela sont au bout du rouleau , ils n’ont pas le choix , c’est le dernier recours avant la mort . Peut être ont ils encore le sens de l’honneur qui ici disparait .

              • Elle a pas l’air à l’article de la mort Belle knox…
                Autant je vous rejoins lorsque vous dites que l’ego réduit avec la précarité autant je ne vous rejoins pas sur l’idée que l’égo est forcément placé dans l’opinion que les autres se font de vous a propos de vos limites sexuelles et de vos contraints auto imposées dans vos moeurs.
                En clair il y a des gens qui n’en ont rien à taper de ce que vous pensez d’eux. Et je crois bien q’ils ont raison.

                • Lo Mitch , merci pour votre réponse . Vous m’avez mal compris : je ne me pose pas en juge des autres . Les gens font ce qu’ils veulent .Je vous l’ai dit , je ne me place pas ici sur le plan moral . Je pense , peut être que je me trompe , qu’elle détruit sa vision d’elle même en faisant cela , je pense qu’elle s’abîme. Et ceci d’autant plus qu’elle est n’est pas le dos au mur justement. Vous pouvez en effet tenir debout en vous disant : bon j’ai fait ça (vendre, un oeil, un cul, un rein) car j’ai voulu sauver mon enfant, ma mère mon père . Mais faire ça pour , des études …. ou des thunes …. je pense qu’ a l’inverse de vous que l’ego d’une personne en grande difficulté sera moins démoli que celui d’une personne qui ne l’était pas . Mais tout ceci la regarde , c’est sa vie.Cela me peine juste de voir quelqu’un se faire du mal , c’est tout.

  • Moi je trouve que c’est une idée comme une autre pour financer ses études, après je sais si c’est le plus difficile à gérer le métier, j’ai plus l’impression que c’est tout ce qui va avec!

    • Bonjour,

      Je pense que c’est si c’était votre fille vous n’auriez pas la même réaction (du moins je l’espère).

      Le problème est que l’industrie du porno est une industrie actuellement mortifère qui véhicule une image dégradante de la femme, qui est entre les mains de mafias qui commercent avec la drogue, prostitution et autre, où les « actrices » sont pour la plupart constamment sous drogues pour supporter l’humiliation subie, etc.

      http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201206/16/01-4535572-suicides-et-depression-chez-les-actrices-pornos-52-.php

      http://obu-investigators.com/xuk/porn/meese/404-organized-crime-and-pornography.htm

      https://www.youtube.com/watch?v=X7am_sRIVhs (certes pas le plus objectif des reportages, mais qui témoigne d’une réalité non négligeable)

      Je pense que quand, dans une société, on en arrive à ce que les étudiantes fassent du « porno », donc soit prêtes à vendre leur dignité, pour financer leurs études, c’est que la société a un problème.

      Surtout que vous avez une industrie souterraine du X qui est, elle, encore plus mortifère (zoophilie, rites sataniques, etc.).

      Certes, les « actrices » vous diront que c’est un métier comme un autre, et qu’il faudrait même le recommander au Pole Emploi pour réduire le chômage. Mais encore une fois, nous ne devons pas encourager ce qui est dégradant pour les personnes.

      Cordialement

      • Bonjour,

        Si on suit votre raisonnement, l’agriculture est une industrie mortifère qui véhicule une image dégradante du travail. Qui est entre les mains de mafias syndicalistes qui traffiquent à coup de MSA, SAFER, FDSEA, FNSEA et autre, au les « agriculteurs » sont pour la plupart constamment sous dettes pour supporter les politiques agricoles, etc. . .

        http://www.atlantico.fr/decryptage/suicides-agriculteurs-qu-faut-lire-entre-lignes-rapports-officiels-wikiagri-eddy-fougier-872439.html

        Etc…

        Je pense que vous voyez où je veux en venir…
        Le métier d’actrice est un métier comme un autre, avec des avantages et des inconvénients. Assimiler le porno et la vente de dignité est un jugement de valeur personnel qui n’a rien d’objectif. Ne projetez pas vos convictions personnelles sur les autres, ça tache.

        Cordialement,

          • Merci, mais votre réponse est mieux construite.

            • La votre a la force de la concision. Par ailleurs je déteste les lobbies agricoles que vous dénoncez très justement, la SAFER en premier lieu.

              • L’avantage de commentaires mal construits et d’affirmation très large comme celui de Damien c’est qu’on peut garder la structure et les arguments principaux et les utiliser dans beaucoup de contextes différents.

                Il se trouve que les agriculteurs se suicident plus que la moyenne, mais ça marche aussi pour les policiers ou les médecins….

      • « Je pense que c’est si c’était votre fille vous n’auriez pas la même réaction (du moins je l’espère). » Je préférerai voir ma fille devenir actrice X que Douanière ou fonctionnaire aux impôts. Etre complice du vice est moins grave qu’être complice de l’oppression.

        « Le problème est que l’industrie du porno est une industrie actuellement mortifère qui véhicule une image dégradante de la femme, qui est entre les mains de mafias qui commercent avec la drogue, prostitution et autre, où les « actrices » sont pour la plupart constamment sous drogues pour supporter l’humiliation subie, etc. »

        Vos références pour etayer vos mensonges, sont particulièrement risibles entre un article insipide avec des références discutables (le premier) un article de 1986 (le second) et un reportage clairement orienté sur le « dark side » du porn, on ne peut pas dire que vous nous serviez de l’objectivité. Où sont les témoignages de Katsuni? Ou sont les non regrets de Clara Morgane? Ou est Kelly Trump devenue une animatrice télé pas du tout dépressive et qui ne regrette rien du fabuleux lancement médiatique qu’a été le porn pour elle?
        Oui, quand on cherche le pire, on tombe sur le pire. Vous auriez pu faire pareil avec les plombiers les médecins, les fabricants de voiture etc…

        La société a un problème quand des étudiantes décident de devenir actrices porno? Pourquoi « la société » aurait elle plus un problème que dans les années 70 ou les profs de droit à la fac nottaient mieux les élèves (femmes) qu’ils baisaient? Pourquoi « la société » a t’elle plus un problème quand une etudiante baise devant une caméra que quand elle se marie avec un vieux riche dégueulasse pour de l’argent? Pourquoi est ce que c’est plus un problème qu’un étudiant qui se tue en travail d’usine abrutissant psychologiquement et physiquement? Pourquoi est ce plus un problème que les étudiants qui volent?

        Votre tendance à savoir ce que les autres doivent faire de leur fesse ne me semble pas être un problème de notre société, mais bel et bien le votre. Alors s’il vous plait: Gardez VOS problèmes et ne venez pas les étaler dans la société.

        « Mais encore une fois, nous ne devons pas encourager ce qui est dégradant pour les personnes. »

        Qui encourage quoi? En disant que c’est un métier comme un autre on encourrage la chose? Ah bon? « Porn star c’est aussi pationnant que serrer des boulons à l’usine. » C’est encourrager la chose selon vous?
        Qu’est ce qui est dégradant? le mépris des gens comme vous? Et quoi d’autre? C’est formidable à quel point vous faites de votre condescendance une généralité (quel manque d’imagination!) , et à quel point vous vous servez de cette condescendance pour la maquiller en pitié et vous mettre du coté des gentils… C’est vous la raison de la dégradation de cette femme. C’est les gens qui ostracisent sur des critères crétins qui dégradent. Elle, elle ne fait que baiser devant des caméras. C’est VOTRE PRISME MENTAL A VOUS qui est dégradant. Et vous voudriez que les choses changent á cause de ce que vous en pensez? Vous avez pas un petit peu l’impression d’etre un petit Mussolini de carnaval quand vous faites ca?

        Que ce soit clair: Votre mépris est tout à fait moral: Vous en pensez ce que vous voulez. Mais votre ressenti ne rend pas la chose plus immorale ou dégradante. Ce n’est pas parce que vous avez une opinion dégradée de cette femme que son égo doit être à la mesure de votre mépris. Ce n’est pas pour ça non plus que tout le monde pense comme vous.

        • Bonjour,

          Permettez que je clarifie mon point de vue :

          La pornographie est OBJECTIVEMENT dégradante pour ceux qui y participe (acteurs/actrices comme « usagers »). Voulez-vous que je cite les différentes catégories pour vous le démontrer ? Savez vous par exemple ce qu’est un bukkake, un gang bang, ou les granny ? Et je connais car, comme tout le monde, je consommais le porno. Mais bizarrement, en réfléchissant, je me suis rendu compte que c’était plus intéressant de vivre une vraie vie avec des vrais gens que de fantasmer sur des scénarios de plus en plus objectivement pervers devant mon écran.

          Je comprend votre point de vue, et je n’ai jamais dit que mon commentaire était  » neutre ».

          Mais essayez de ne pas me réduire a une morale qui empêche les gens de vivre… Ce n’est pas mon regard qui dégrade ces personnes, c’est bien la pratique de ce métier et le fait de nourrir une industrie mortifère (l’agriculture vous permet d’avoir une assiette bien remplie, on dit qu’elle est vitale).

          Sans chercher a vous convaincre, essayez au moint de comprendre le point de vue des autres, c’est faire preuve d’intelligence.

          • « La pornographie est OBJECTIVEMENT dégradante »

            Ce n’est que votre avis. Assumez vos opinions et dites « Je trouve que la pornographie est dégradante ».
            Et vous avez parfaitement le droit de le penser. Mais comprenez que d’autres ont un avis opposé au votre.

            Que vous vous drapiez de moralisme ne rend pas votre opinion universelle.

          • Bon ben Damien, je ne dois pas être comme tout le monde…;(

      • Oulah, mon propos Damien est qu’ il y a des formes de prostitution que moi je considère comme plus difficile à supporter moralement plutôt que d’être actrice porno.
        Maintenant si ma fille le devenait, je ne sais pas, sincèrement, ce que je ferais!
        Même si Mitch est catégorique dans sa réponse, je suis plutôt d’accord avec lui.

      • C’est vous qui dégradez la femme avec vos propos et votre vision machiste.
        Les femmes ont le droit de faire du porno que ça vous emmerde ou pas.
        Les femmes ne sont pas des petites choses fragile et elles n’ont pas besoin de l’approbation de votre société paternaliste et infantilisante.

      • « c’est que la société a un problème. »

        Le genre de slogan sans aucun sens…

        J’imagine que vous avez des solutions à ce problème…

        • « La société elle a que des problèmes, la société elle a mauvaise haleine », disaient 3 philosophes bien connus.

      • « véhicule une image dégradante de la femme »

        Autant pour l’homme (qui éructe du gland avec deux mots maximum de vocabulaire) à ce compte.

  • aprés avoir vu mes parents lutter pour rembourser leur prêts étudiant…. il faut savoir qu’en amérique , des retraités voient leur retraite amputée par les banques , à la source , pour rembourser leur prêts étudiant . cette jeune personne a fait le choix de ne pas passer par les banques pour avoir le droit d’étudier et je trouve son choix trés courageux ;

    • C’est vrai que si j’étais son père, je préférais qu’elle fasse du violon, plutôt que de jouer de la pipe. Mais comme l’on dit: pas de fumée sans feu. Et nous ne sommes hélas, pas tous et toutes doué pour les mêmes choses.
      C’est cela le respect des talents et de la liberté de chacun a faire ses choix.

  • La comparaison avec les musiciens en tournée est pertinente à la fin. C’est pas « un métier comme les autres », c’est un métier du monde du spectacle. Si on considère qu’être musicien ou humoriste, c’est un métier « comme un autre », ce serait pertinent de préciser ce qu’on met derrière « comme un autre », si l’on parle de valeur morale, de business model, etc.

    Et cette phrase « La pornographie est un métier comme un autre, c’est du travail et je pense que ça n’a aucune importance de l’apprécier ou non » n’est pas claire pour moi. Veut-elle dire qu’elle s’en fiche d’apprécier son boulot, elle fait ce qui lui est possible pour gagner son pécule ? C’est une conception du travail, qui, à mon sens, exprime un peu le point de vue « peu importe tant que ça rapporte », et c’est un peu limite comme raisonnement, m’voyez..

    Je reformulerais en « c’est un métier du spectacle comme un autre ». Elle voit bien qu’elle a les problèmes des gens connus, sauf qu’elle l’est pour son tugudu ! (je fais des rimes, mais je m’auto-censure, car j’ai mon permis de conduire)

  • Non la pornographie n’est pas un métier comme les autres. C’est l’asservissement de la femme transformée en objet pour exciter les males en rûte.

    Je ne reproche rien à cette femme qui à le droit de disposer de son corps par contre les hommes qui regardent mais quelle honte. Si ils sont pas capables de restreindre leur pulsion sexuelle ils sont restés des animaux

    • Chère Adèle,

      Ne trouvez vous pas une évidente contradiction entre ces deux propositions?:
      « [la pornographie]est l’ASSERVISSEMENT de la femme transformée en objet pour exciter les males en rûte. »
      et
      « cette femme […] à le droit de disposer de son corps »
      Et puis ca aussi:
      « les hommes qui regardent mais quelle honte. Si ils sont pas capables de restreindre leur pulsion sexuelle ils sont restés des animaux »

      Donc si je comprends bien, cette Belle Knox est tantot une femme libre de faire ce qu’elle veut de son corps, et tantot l’objet d’une servitude inacceptable.

      Par ailleurs cet usage libre de son corps n’est pas acceptable pou un homme, ou tout du moins honteux… Le voyeurisme (sur personne consentante) serait immoral… En quoi le fait qu’ils s’adonnent à leurs pulsions sexuelles fait d’eux des animaux? Les humains sont asexués selon vous? Voulez vous qu’ils le deviennent? Ou peut être percevez vous la masturbation d’un homme pensant à vous comme un viol? Peut être voudriez vous interdire certaines pensées? Mais pourquoi les hommes n’auraient ils pas droit à a pornographie si celle ci est consentie? Le consentement n’est il pas le véritable discriminant entre le moral et l’immoral?

      Entre vos contradictions et les évidents relents de fascisme de vos remarques, on se demande si vous avez réfléchi plus de 4 secondes avant de poster. Faites gaffe quand même avant de poster des trucs pareils. Ca vous déssert. C’est évident.

    • Heu, il s’agit d’une femme qui a fait un choix. Où est l’asservissement ? Pourquoi serait-il plus choquant que d’être liée à une banque à vie à cause d’une dette énorme ?

      Quand aux hommes qui regardent, ce sont eux qui permettent à cette femme de gagner de l’argent. On peu considérer qu’ils l’aident dans sa quête de liberté face aux banques 😉

      • Refuser le sexe, et souvent l’amour qui peut en résulter est un rejet profond de l’amour du vivant. Ces gens là son très, très dangereux pour la survie de l’espèce.

        • Ne pas faire la promotion de la pornographie implique refuser le sexe.
          Refuser le sexe implique refuser l’amour du vivant.
          Refuser l’amour du vivant implique être dangereux.

          Comme votre nouvelle théorie est intéressante !

    • Je suppose que dans la même logique, vous reprochez aux femmes sujettes à des dépressions post partum, à des envies pendant leur grossesse, ou plus généralement aux femmes dont le comportement est affecté par leurs hormones d’être elles aussi restés des animaux ?

    • Pourquoi tant de haine pour les mâles ?

      Perso je trouve que l’on en fait trop pour la femme. Celle ci est idéalisée. La femme est présente dans les clips souvent à poil, dans les films à moitié nue.

      Et les hommes, hein ? Est ce que l’on montre notre cul, notre zizi, nos testicules, notre torse poilu ? Hein. Bah non.

      Alors la femme se fait geignarde, elle veut du féminisme. Mais bordel, on en a ras le bol des femmes. Les hommes passent deja 100% de leur temps à rêver des femmes. Vous croyez vraiment qu’on a besoin de féminisme en plus ?

      Non, sans blagues, je vais devenir homo si ça continue. Je commence à être répugné par l’image de la femme.

      L’homme reste un animal qui vit d’instinct, d’amour et de sexe. Rien de « mâle » à ça. Aucune répugnance à se vider les bourses devant des prostituées qui en vivent. Simple offre demande….un marché quoi. Un produit comme un autre.

    • les males en rut n’ont pas besoin de porno pour avoir la trique ; ils l’ont pour un oui ou pour un non ; une pub sur un yaourt avec une belle pépette à moitié à poil et hop , c’est parti ….

      • En même temps il n’y a qu’en France où les produits laitiers dégoulinent entre deux gros nichons. Alors, oui, l’homme aime les produits laitiers. Mais quand même les publicistes sont vraiment pathétiques dans notre beau pays foutu. On pourrait essayer l’humour pour changer du sexe et des femmes.
        Mais je sais que cela fait aussi acheter les femmes qui rêvent d’avoir de gros nichons. Alors du coup, elles achètent des yogourt. Monde de fous !

      • Ahah, je ne vais plus regarder les yaourts comme avant…;)
        Moi vous me faites voir les choses sous un angle différent 🙂 vous avez raison d’ailleurs. De toute façon, il faut accepter de faire l’amour pour autre chose que la survie de l’espèce, donc pour soit ( donc pleins de raisons possibles), à partir de là je ne peux pas juger cette jeune femme ni les hommes qui la regardent.
        Mais on m’a dit que certaines femmes n’étaient pas attirantes, alors je me dis que les hommes maîtrisent mieux leurs pulsions et leurs désirs grâce au porno, aux prostitués et que c’est eux qui n’ont plus besoin de nous les femmes comme amantes autant que mère de leurs enfants…Triste monde!

    • Et les femmes qui regardent du porno? Elles sont « restées des animaux »?

      Sortez de chez vous et vous vous apercevrez que le fantasme de beaucoup de femmes, ce n’est pas de faire l’amour tendrement avec un prince charmant dans un pré parsemé de fleurs. Loin de là. TRÈS loin de là.

      Et c’est ce genre de discours passéiste qui fait que beaucoup de femmes n’osent pas parler de leurs fantasmes, de leurs envies sexuelles, et encore moins de les assouvir. Ce genre de discours, c’est la burqa de l’esprit.

      Heureusement, les jeunes générations sont plus libérées que la vôtre, elles osent parler de et assouvir leurs envies.

      • Adèle devrait venir sur mon blog lire mes écrits, ça l’instruirait sur le sujet… 😉

        Il ne faut pas oublier que nous SOMMES des animaux.

        • MOOUAI…

          Des animaux ça s’entetuent aussi pour un bout de bidoche..
          On est un peu plus que ça quand même…
          Après la morale est a géométrie variable selon les époques, les religions, les idéologies etc. Les cocos et Nazis c’est pas mal dans le gens hypocrites…

          Par contre le sens des mots n’est pas interprétable : Dignité, respect de soi et des autres, discrétion, et bien d’autres dont on veut trodre le sens pour s’exonérer de ses responsabilités vis à vis de soi et des autres..

          Ceci dit, personellement je suis très branché sexe, voyeur, partageur, très très open… Mais je ne parle de ça qu’avec discrétion avec des gens qui peuvent accepter ma vision du sexe.

          Je respecte aussi ceux qui font ça rarement et dans le noir…Tant qu’ils ne jugent pas non plus.

          Je ne me répends pas, et je n’ai aucune envie d’avoir à me justifier dans des médias sous influence qui vont vendre ma vie sexuelle, comme cette jeune fille…
          Le gros con, dans l’histoire, c’est le branleur qui la  » dénonce » !

          • J’irai plus loin que vous: Le branleur qui la « dénonce » ne fait que parler d’information publique après tout peut etre avait il beaucoup de respect pour le travail de cette fille. Ceux qui me semblent les plus vils sont ceux qui veulent ostraciser cette fille (encore que la j’ai pas grand chose à leur reprocher, ils parlent bien à qui ils veulent), ou pire, lui interdire de continuer malgré sa volonté (auquel cas ce sont des ordures). Si le dénonciateur vient me voir pour me dire que ma collègue de classe est une actrice porno, ça ne changera rien pour elle. Je la respecterai tout autant… La dénonciation en soit ne représente pas grand chose, c’est l’attitude des gens qui apprennent l’info qui compte… enfin c’est ce que j’en pense…

    • En l’occurrence, ce sont les hommes qui disposent du corps de cette gamine.

      • Non, c’est elle qui le met, volontairement, « à disposition », quoique le terme n’est pas approprié, car dans ce cas on pourrait également dire que ces hommes mettent leur corps « à disposition » des actrices porno.

        • Ha bon, alors si c’est volontaire, il ne peut s’agir de servitude. Je n’ose imaginer un comique qui oserait employer l’expression de « servitude volontaire ».

          • Ces « comiques » s’appellent socialistes. Et ils dirigent le pays.

          • Mais j’ai l’impression qu’il y a incompréhension sur le sens de mon message. Ou j’ai mal compris le vôtre…

            • Je dis que l’on dispose de son corps. Tu dis qu’elle met son corps à disposition. On dit la même chose en somme. Tu penses que la volonté suffit pour parler de liberté, je te fais remarquer que la servitude peut-être volontaire.

              • C’est un oxymore. Si c’est volontaire, ce n’est pas de la servitude. A moins d’épouser la logique marxiste.
                Sauf si on décide d’abandonner volontairement ses droits naturels sans contrepartie (*), ce qui me paraît bien farfelu, et ce sont il n’est de toutes façons pas question ici.

                (*) sans contrepartie car si on abandonne ses droits naturels, on ne peut plus exiger l’obtention de la contrepartie promise, c’est donc inutile d’en demander.

              • Ah je disais « mettre à disposition » car c’est l’expression que vous avez utilisée, mais j’ai bien fait remarqué que c’était idiot comme expression.

    • « C’est l’asservissement de la femme transformée en objet pour exciter les males en rûte. »

      Qui du porno gay ?

    • J’ignorais qu’un esclave pouvait signer un contrat de travail et percevoir un salaire souvent très élevé. Continuez à nous faire rire.

    • Si la femme est transformée en objet par le porno, que dire de l’homme qui tourne à ses côtés ? Il n’y a qu’une seule partie de son anatomie qui intéresse la pornographie (au point où un bon acteur porno est jugé en gros sur sa capacité à maintenir cette partie en état de marche, et à ne pas se faire trop remarquer par ailleurs).

      Ce qu’Adèle refuse d’admettre, c’est que la condition féminine dans le milieu du porno est bien plus enviable que la condition masculine (une preuve de plus : les acteurs sont en gros deux fois moins bien payés que les actrices pour une même scène). 😉

  • Comme dise les libéraux: « du moment que ça fait du fric… »

    • Les libéraux ne s’intéressent pas au fric, ils s’intéressent au CONSENTEMENT.

      La vrai remarque du libéral moyen serait plutôt: « elle fait ce qu’elle veut avec son cul. Tant qu’on force personne à tourner dans ces films, on s’en tape. »

      • Comme disait Lysander Spooner : « Les vices ne sont pas des crimes »

        • Le vice ne provoquera pas l’adhésion de millions de personnes prêtes à en tuer des millions d’autres en son nom, contrairement à la vertu.

        • Et pourtant les crimes sont des vices.

          • Il dit qu’il a mal au genou.

            • Les vices ne sont pas crimes et pourtant les crimes sont des vices. Ce qui est juste étant moral, Spooner dit de la merde.

              • Si je dis A implique B vous en déduisez que B implique A? Si oui, il faut revoir les bases de la logique la plus élémentaire.

                Les crimes ne sont pas forcément des vices, je dirais même que c’est l’exception, la plupart des crimes sont le fait de comportements de prédateur par « simple » intérêt personnel.

                Mais admettons. En quoi le fait que les crimes seraient des vices rendrait invalide le fait que les vices ne sont pas des crimes? Problème de maîtrise de la logique la plus élémentaire ou autre chose?

              • Ah, morale et justice n’ont rien a voir au fait… On peut avoir un comportement immoral aux yeux de certains sans que ce soit un comportement injuste.

      • Je crois qu’elle aurait des arguments indubitables.

      • +1

        Dis plus « strictement »: tant que sa liberté, ses droits naturels et ceux d’autrui sont respectés, on s’en tape

        • Exact.

          C’est pour ceci d’ailleurs que seule la pédo-pornographie est condamnable et doit être combattue, un enfant ou un ado ne pouvrant être librement consentant face à un adulte.

          • Oui ou les scenes de viols réel… Il y en a surement quelques unes malheureusement, mais il y a déjà ds lois contre ca.

            • Exactement. Car même si le sexe peut être source de plaisir, il peut être également source de violence.

              Et la loi le punit en tant que crime en ce cas.

    • Votre réponse est gonflée, c’est elle -même qui le dit ..

      « « La pornographie est un métier comme un autre, c’est du travail et je pense que ça n’a aucune importance de l’apprécier ou non »  »

      Aucune importance d’apprécier son travail ou pas, « c’est un travail comme un autre »… ces phrases vont plus dans le sens d’un « du moment que ça fait du fric » qu’autre chose, non ?

  • Au vu de certains commentaires, il semblerait que seuls les hommes éprouvent des pulsions… Bon. Soit. Je suis une femme. Et bon sang, côté pulsions, je dois être restée au stade très, très animal, moi. C’est quoi, le problème des féministes? Une libido inexistante? Un refus d’accepter sa sexualité? Une frigidité imposée par leurs convictions? Une jalousie vis-à-vis des femmes qui aiment le sexe? Non, franchement, je m’interroge. Et il faudra bien qu’elles apprennent à vivre avec la moitié de l’humanité, au lieu de passer leur temps à se croire supérieures à tous ces mâles en rut (en passant, il est très agréable d’être désirable).

    • Merci Sandra pour ce témoignage. Je tiens à ajouter que je connais personnellement des des femmes qui regardent du porn et qui en sont très contentes.

  • faite l’amour , pas la guerre….ça apportera toujours quelque chose de sympa ….et aprés on dort tellement mieux….

  • Si tout va bien, pourquoi a-t-elle besoin d’en parler ?

  • Dans 10 ans, cette jeune femme probablement naïve et influençable se rendra compte que ce caprice l’aura souillée à vie et l’empêchera de fonder une famille saine lorsque l’horloge biologique se rappellera à son bon souvenir.

    Mais bon, puisqu’il y a de l’argent à faire….

    • Elles peuvent toujours souscrire au secrétariat de Jean Pierre Bel une fois l’horloge biologique passée, il n’y a pas de différences entres des motifs convergents et des actes libéraux .. LOL

    • « l’empêchera de fonder une famille saine »

      Vous auriez pu dire que son image la poursuivra partout, que ça risque de lui fermer des portes dans sa vie professionnelle pour laquelle elle fait des études, mais la seule chose qui vous importe est « une famille saine ».

      Mais qui vous dit qu’elle a la même conception que vous d’une famille saine ?

      • il n’y a pas 10 000 modèles de famille saine, le modèle qui marche statistiquement et qui a été sélectionné après des millénaires de pratiques sociales c’est la monogamie traditionnelle hétéosexuelle. Les autres types d' »union » font courir plus de risques aux enfants et à la société à long terme.

        • « le modèle qui marche statistiquement et qui a été sélectionné après des millénaires de pratiques sociales c’est la monogamie traditionnelle hétéosexuelle. »

          C’est faux. La monogamie hétérosexuelle est traditionnelle en Occident. Voyagez, il y a d’autres types de famille.
          Ce qui marche statistiquement, c’est un cadre stable. Et plus il y a de monde impliqué dans l’éducation de l’enfant, plus ce cadre à de chances d’être stable, car il y a plus de personnes susceptible de palier à la défaillance d’un des « parents ».

    • Alyssa, votre thèse n’a rien de convainquant. Prenez une actrice relativement connue dans les années 1990 comme Asia Carrera. Après avoir fait une carrière pas négligeable dans ce milieu, elle s’est mariée et a eu plusieurs enfants. Sa famille semble plutôt équilibrée (enfin, l’était avant le décès accidentel de l’époux de la dame – notons que depuis, cette dernière fait tout pour garder à sa famille un environnement sain).

      Ce n’est pas la pornographie qui empêche de fonder une famille saine. C’est juste que les gens inadaptés à fonder une famille saine (une rébellion adolescente qui s’éternise, une trop grande préférence pour le présent, un désintérêt pour les valeurs familiales ou de pureté…) se retrouvent plus nombreux dans le porno. Ce qui ne permet pas de conclure quoi que ce soit sur les autres gens de ce milieu.

      • Ce que vous faites s’appelle du cherry picking. Je peux aussi vous sortir la petite de 19 ans qui s’est explosé le crane au shotgun après un passage chez casting couch. Mais bon, c’est le libre arbitre….

        Les activités dégradantes comme la pornographie doivent être tolérées mais rester marginales et les actrices considérés comme ce qu’elles sont, à savoir des prostituées.

        • Ce que je fais, Alyssa, s’appelle trouver un contre exemple. Vous énoncez une règle générale, je luis trouve un contre exemple, votre règle est donc fausse.

          Que l’activité doive rester marginale, peut-être : je peux tout à fait admettre un argument conservateur. Mais ce que je ne peux pas admettre, c’est qu’on déforme la réalité.

          Que la pornographie attire plus de gens malsains que d’autres activités, c’est évident. Mais la cause en est qu’elle est marginale, avant toute autre raison.

    • Il est vrai que les actrices porno reconverties et heureuses n’existent pas:

      Brigitte Lahaie
      Tabatha Cash
      Kelly Trump
      Clara Morgane
      etc…

  • Une société libérale donne libre cours non seulement aux aventures de ce type, mais aussi aux discours moralisateurs visant à en dissuader.

    Elle doit résonner des imprécations religieuses – car parler de morale est par définition de l’ordre de la religion, dans une société laïque.

    De plus la sexualité a des répercussions sur la procréation, non seulement parce qu’elle en est toujours à l’origine,
    mais encore parce que, sociologiquement, les enfants élevés par leurs parents vont mieux que les autres – en fait la stabilité conjugale de tous les adultes compte, en premier lieu leurs parents et grands-parents.

    Or la fidélité conjugale est un paramètre-clé dans une telle stabilité de plusieurs décennies.
    Donc dépravation sexuelle et nihilisme ne sont pas dénués de conséquences sociales pour les autres.
    Combien et qui seront nos futurs concitoyens est une question d’une importance primordiale nous chacun d’entre nous, et la réponse à cette question tient principalement à la stabilité des familles, donc à une certaine abnégation sur le plan sexuel (mais il y a d’autres joies).

    Par conséquent, il peut exister des motifs réels et objectifs à une intervention étatique en matière de dépravation sexuelle. Bien entendu c’est un champ séculier, il n’y a rien là dans l’absolu.
    Je pense et j’espère que les discours moraux, le civisme et le libre-choix peuvent suffire à maintenir le minimum nécessaire de bonnes moeurs.
    Et j’enrage de voir dévoyer l’État non seulement pour imposer des vues qui non seulement ne sont pas nécessaires, ce qui est arbitraire, mais encore qui sont nuisibles du point de vue de la nécessité, ce qui est une forfaiture.

    Noter que sans l’intrusion étatique dans l’économie de l’instruction, cette jeune fille n’aurait sans doute pas été confrontée à de tels obstacles financiers, ni cédé à ce point au nihilisme.

  • Bon ce sujet emballe les foules comme d’habitude . Apres tout sur le plan légal , elle fait ce qu’elle veut cette petite , c’était son choix du moment et elle ne contrevient à aucune loi . Maintenant sur la question « la prostitution , un métier comme un autre  » , si c’était si simple et anodin comme acte , Mitch et Mateo , quand est ce que je vais vous voir tourner dans le prochain film porno pour homo , et vous faites le rôle de « la fille » ok ? C’est bien payé , banco ??? Tiens bizarre , ça se bouscule plus tout à coup … parce que voyez vous , le porno à la papa (si je puis dire ) c’est fini depuis un sacré moment , alors vous êtes peut être pas assez décoincés pour être à la hauteur … a tiens , ce n’est plus un métier pour vous tout à coup . Ah pour les autres , bien bien …

    • +1
      L’affirmation « métier comme un autre » me hérisse.
      Si j’étais affamé, je préfererais voler que me prostituer, m’exhiber ou vendre mes organes.

    • Manifestement, certains ont beaucoup de mal avec la logique élémentaire.
      « Ne pas être contre A » n’est pas équivalent à « être pour A ». On peut défendre le choix de carrière des acteurs porno , sans pour autant être acteur porno soit-même.

      Lorsque les Noirs se battaient pour leurs droits, vous étiez du genre à payer des séances d’UV à tous les Blancs les soutenant ?

      • Eh bien voyez vous , je ne vous suis pas du tout : quand on est pour qqchose , c’es bien de »pratiquer » . Ca nous éviterait par exemple dans de fichu pays d’avoir des gens qui sont pour la solidarité sans la pratiquer pour deux sous !
        C est ce que les anglais appellent « eat its own dog food » ça évite à des personnes bien calées dans leur fauteuil d’avoir des avis sur tout et ne rien connaitre de rien .

        • Vous avez donc pratiqué le lynchage de Noir pour vous assurez que c’était bel et bien une mauvaise chose ? Ou, n’ayant pas pratiqué, vous vous garderez de juger les lyncheurs de Noirs ?

    • C’est pas parce que c’est un métier comme les autres que ca doit être le mien non plus… Si ce métier a des désavantaes envahissants, lire à elle d’arrêter et d’aller vendre des burgers à Mc Do. C’est quoi le problème exactement? Oui c’est un métier particulier, probablement à risque. Mais ca reste une activité rémunérée sur la base du consentement mutuel. Un travail quoi…

  • +1000 libertango !

  • C’est dingue comme les défenseurs de la morale, de la famille, des bonnes moeurs et de l’enfance exploitée peuvent être vulgaires sur ce fil.

    Notez bien que comme le concept de vulgarité de langage n’est pas libertarien, ils sont en fait sur la bonne voie.

    • Si vous trouvez ça dingue, c’est que vous avez des préjugés, c’est libertarien comme concept, les préjugés ?

      Perso, ma défense de la famille a pour fondement MON libéralisme (je dis mon, car c’est un peu l’auberge espagnole, le libéralisme de nos jours…). Je pense en effet que seule la cellule familiale est à même de résister à l’État, et que tout ce qui vise à affaiblir la famille est potentiellement dangereux pour nos libertés et favorable à l’État. De même, tout ce qui favorise l’individualisme – la permissivité et le jouir sans entrave en faisant partie – est paradoxalement un risque pour ces mêmes libertés, en faisant de chacun un individu coupé des autres, uniquement guidé par ses pulsions et livré du coup sans défense à la force de l’État. Montherlant dit dans son journal, je crois, que l’idéal des sociétés socialisantes modernes, est l’homme qui nait orphelin et meurt célibataire. Et il me semble que c’est Nietzsche qui dit que le droit de tout faire, c’est la liberté de l’esclave. Je considère comme lui – et comme la plupart des philosophes – que l’homme libre n’est pas celui qui vit à sa fantaisie, au gré de ses pulsions et de ses sensations, mais celui qui sait au contraire dominer celles-ci pour s’affranchir de lui-même. L’homme ne vaut jamais tant que lorsqu’il cherche à se dépasser, et la pornographie ne peut au contraire que le rabaisser. Quelqu’un disait plus haut « du moment que ça ne fait de mal à personne » : je pense au contraire que cela fait du mal à beaucoup de gens, parmi ceux qui en vivent comme parmi ceux qui en regardent. Je pense même que c’est quelque chose de morbide, de délétère. Éros et Thanatos ont toujours été étroitement liés, et quand Éros n’est plus qu’un simulacre – comme dans la pornographie – c’est Thanatos qui triomphe. Maintenant, je suis trop attaché à la liberté pour imposer mes vues aux autres, sinon à mes propres enfants – tant que l’État m’en laisse la possibilité, mais il grignote chaque jour sur mes prérogatives…- , et je connais suffisamment l’être humain pour savoir qu’éradiquer le vice est une utopie, dangereuse même. Il doit être combattu autant que faire se peut, toléré quand on ne peut faire autrement (et cela vaut tant socialement, qu’individuellement), mais ne comptez pas sur moi pour le mettre au même rang que la vertu dans une espèce de grand goulbi-goulba relativiste. Dussé-je user de vulgarité pour m’y opposer.

      • Lisant votre merveilleux commentaire, quelque chose attire mon œil. Et là quelle découverte grâce à vous: on écrit gloubi-goulba et pas goulbi-goulba, ça sonnait mal à l’oreille 🙂

        • Le diable se loge dans les détails… 😉

          • C’est même gloubi-boulga…Voici pour la minute intellectuel:
            Selon Casimir, la recette du gloubi-boulga est la suivante:
            Mélanger dans un saladier :
            de la confiture de fraises,
            du chocolat râpé,
            de la banane écrasée,
            de la moutarde très forte,
            de la saucisse de Toulouse,
            Selon son humeur, Casimir ajoute parfois à ces cinq ingrédients majeurs un autre ingrédient (de la crème chantilly, des anchois, etc.).

            C’est quand mieux que « la France ne se relèvera pas », « retour sur la réalité de l’économie, c’est très maigre, c’est terrible » sur BFM ;(
            Je n’arrive pas à savoir à quel râtelier me nourrir, je vais vraiment finir à l’amour et l’eau fraîche 😉

    • Pas mal sont comme Jimmy Swaggart : ils passent leur temps à faire le morale et se font choper dans un bordel. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

      • Pire encore : il paraît que certains se font passer pour libertins alors qu’ils vont à la messe tous les dimanches. Décidément, on ne peut plus faire confiance à personne !

  • @Libertango: J’imagine que c’est à moi que vous pensez quand vous parlez de « ceux qui s’étranglent comme des curés devant un blasphème au simple énoncé du mot « morale »,  » puisque c’est moi qui ai dit que je préférerai voir ma fille faire du porno que devenir flic (et pas seulement fonctionnaire).

    J’ai juste dit que la morale des uns n’est pas forcément celle des autres. Dire qu’une actrice porno n’a aucune morale me semble parfaitement exagéré. Je trouve une fille pacifique mais impudique plus morale qu’une agresseuse qui cache ses seins. C’est être un iconoclaste que de dire ça? C’est être un fanatique libéral tendance nihilisto anarchique que de préférer les gens qui placent leur vertu dans le fait de ne pas faire de mal autres plutôt que ceux qui pensent que cacher leur cul fait d’eux des Übermensch?

    Le porno c’est chiant ? C’est génial que personne ne vous force à regarder alors…

    • « Le porno c’est chiant ? C’est génial que personne ne vous force à regarder alors… »

      cela devient difficile parfois à éviter…(pub, bande annonce, devanture de magasin de presse, couverture d’ouvrage…)

    • @Mitch : J’ai bien compris que vous prôniez la relativité de la morale, ce avec quoi je suis en désaccord, la morale ne pouvant être relative (cf le post de Cavaignac plus haut qui résume très bien pourquoi). De même manière, je me méfie du relativisme.

      Quant à vos choix binaires, rassurez-vous, ils n’ont rien d’iconoclaste, préférer les gens gentils qui ne font pas de mal à un chaton mignon aux vilains méchants violents, c’est assez courant et tout à fait morale, même si je n’ai pas bien compris vos histoires d' »agresseuse qui cache ses seins » ni de surhommes qui cachent leurs fesses… C’est du vécu ou du fantasme ?

  • En appui de ce que dit Mitch à propos de la police : http://fr.liberpedia.org/Forces_du_d%C3%A9sordre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

 

« Le privé est politique » expliquait récemment la candidate malheureuse à la primaire des écologistes Sandrine Rousseau au micro du web-magazine féminin-féministe Madmoizelle, « privé » signifiant ici vie privée, vie personnelle. En vertu de quoi elle voudrait voir reconnaître un délit de non-partage des tâches domestiques au sein des couples, écoféminisme de combat oblige.

La nouvelle idée de Sandrine Rousseau

On pourrait évidemment se dire que la propension de Sandrine Rousseau à proférer des âneries pour se faire rema... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles