D’où vient le pognon de dingue que la France dépense ?

Il est temps pour les Français d’arrêter de se laisser monter les uns contre les autres. Il y aura toujours des riches et des pauvres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

D’où vient le pognon de dingue que la France dépense ?

Publié le 23 décembre 2018
- A +

Par Laurent Sailly.

Depuis plusieurs mois nous avons d’un côté le président de la République qui sait où va notre « pognon de dingue » mais se demande à quoi ça sert et, de l’autre, les Français qui ne savent pas où va notre « pognon de dingue » et se demandent qui en profite.

Dans la mêlée, les « riches » (dont je ne fais malheureusement pas partie), accusés de tous les maux, qui ne participeraient pas à l’effort collectif. Ces « riches » qui se vautrent dans le luxe et passent leur temps à chercher comment planquer le magot.

Mais voilà, les croyances populaires diffusées dans les esprits par des mouvements politiques qui rêvent du Grand soir ne résistent pas à la plus petite des analyses économiques de base que pourrait réaliser un lycéen en terminale de Sciences éco.

En France, il est de bon ton de critiquer ceux qui ont réussi. Aussi la vox populi aime désigner les « profiteurs capitalistes qui oppriment la classe populaire ». Ainsi, d’une main armée d’un marteau, ils cognent sur les fleurons de l’économie française et, de l’autre, armée d’une faucille, rêvent de décapiter les grands exploiteurs que sont les patrons de ces mêmes entreprises.

Ainsi, régulièrement, sont mis sur l’enclume populaire des sociétés comme L’Oréal, Société Générale, Vinci, Total, Véolia, Suez. Sur le billot sont souvent posées les têtes de Bernard Arnaud (LVMH – dont Christian Dior), Vianney Mulliez (groupe Auchan), Yannick et Vincent Bolloré (respectivement Havas et Vivendi), Arnaud Lagardère (groupe Lagardère) ou encore Xavier Niel (groupe Iliad – dont Free) et Patrick Drahi (groupe Altice – dont SFR).

58 milliards que rapportent les 100 plus grandes entreprises françaises

Or, en 2017, les 100 plus grandes entreprises françaises ont rapporté au budget l’État plus de 58 milliards d’euros :

  • 10 milliards d’euros en impôts sur les sociétés (17 % de l’IS)
  • 39 milliards d’euros en taxes et contributions sociales sur le travail (18 % du total)
  • 8,4 milliards d’euros des impôts de production (21 % du total)

Elles ont participé à hauteur de 13 % du PIB français pour 208 milliards d’euros et emploient plus de 2 millions de salariés (soit 13 % des emplois privés).

Les 10 % des Français les plus riches rapportent 64 milliards

Rappelons la base : « ceux qui paient l’impôt sur les revenus ont de la chance ».

En 2017, les 367 000 Français les plus « riches » (soit 1 % de la population) se sont acquittés de 30 % de l’impôt sur les revenus soit 22 milliards d’euros. Aujourd’hui 10 % des foyers fiscaux payent 67 % de la facture, c’est à dire les deux tiers ce que rapporte de l’impôt sur le revenu soit 47 milliards d’euros.

En 2001 – dernière année pour laquelle on dispose de données – les 10 % des ménages les plus aisés ont payé 4 606 euros de TVA. La part de TVA acquittée par eux est estimé à environ 17 milliards d’euros.

Les recettes fiscales de l’État : 287 milliards

  • Dont acquittées par les 100 plus grandes entreprises françaises : 58 Md€ soit 20 % des recettes.
  • Dont acquittées par les 10 % des Français les plus « riches » : 64 Md€ soit 23 % des recettes.

En économie le risque est de s’arrêter à « ce que l’on voit », sans réaliser l’importance de « ce qu’on ne voit pas »1

Malgré ce qui est affirmé dans des déclarations démagogiques, il n’est pas possible de surtaxer ou surimposer les « riches ». Toute réforme fiscale doit d’abord s’enquérir du « consentement à l’impôt » de ceux qui y sont soumis. Nous l’avons vu avec l’augmentation de la TICPE (taxe sur les carburants). Les Gilets jaunes ont tous dit que cette mesure avait constitué la goutte d’eau.

Un renforcement de la fiscalité sur la population française la plus riche et/ou sur les 100 plus grandes entreprises françaises pourrait constituer cette goutte d’eau. Alors certes, ils ne descendront pas dans la rue, mais risquent de s’exiler, de délocaliser la production de leurs entreprises, ou de casser les initiatives individuelles.

Nous avons l’exemple sous les yeux. La mise en place de l’ISF a permis de collecter 5 milliards d’euros de recettes. Ce qu’on ne dit pas c’est que les Français qui ont voulu échapper à cet impôt non consenti ont « fait perdre » 20 milliards d’euros de recettes à l’État sur d’autres postes. Le départ massif de cette catégorie de Français représenterait une perte de recettes de plusieurs dizaines de milliards d’euros.

Il n’est pas possible d’obliger quelqu’un à rester dans le pays, sauf à mettre un terme aux libertés individuelles. De toute façon, l’économie française ne peut se suffire à elle-même (dépendance énergétique, produits de premières nécessités non créés en France, dépendance financière via la dette) et une telle politique fiscale engendrerait un isolement que le pays ne supporterait pas.

Il est temps pour les Français d’arrêter de se laisser monter les uns contre les autres. Il y aura toujours des riches et des pauvres. Mais il est évident que tous les Français ont droit à une vie décente et une juste rémunération de leur travail. Il est aussi évident que chaque Français doit percevoir un revenu correspondant à ses capacités, ses talents, ses vertus. Il est normal d’être justement récompensé de ses initiatives en cas de succès. Dans tous les cas, il faut les encourager.

Il faut lutter pour la liberté et l’équité. La liberté et l’équité consistent à tirer tout le monde vers le haut. Il faut éviter le syndrome Robin des bois : prendre aux riches pour redonner aux pauvres. Notre société fonctionne depuis trop longtemps en dépit du bon sens. On cherche aujourd’hui à rendre les riches moins riches et les pauvres moins pauvres (théorie égalitariste). Je vous propose de vivre dans une société où les pauvres peuvent devenir riches sans s’en prendre à ceux qui le sont déjà !

Sur le web

  1. Voir Frédéric Bastiat (1801-1850).
Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • C’est une erreur de confondre les riches avec les entreprises, qu’elles soient petites ou grandes.
    Les entreprises ne sont que des entités collectrices au niveau de leurs impôts et taxes, qui sont TOUS payés par les consommateurs (autant l’IS que la TVA), comme le reste de leurs charges.
    Les seuls impôts concentrés sur les riches sont l’IR et l’ISF, soit 24% des recettes (64+5=69 Mds).

    • sauf que ces entreprises travaillent pour leur plus grands profits a l’export.. ce qui fait que leurs salariés sont payés par des consommateurs etrangers..deja..

      Ensuite c’est quoi un riche? si on considère comme aux usa que c’est un pauvre qui a réussi a s’enrichir on l’applaudit. Si on considère comme en france que c’est quelqu’un qui a profité de ses travailleurs , on lui jette des pierres ..et il s’en va
      Alors qu’on me dise quel serait l’intérêt pour un pauvre qui a réussi de rester en France?
      sachant que les 1% des plus riches payent 50% de l’impôt..
      faudrait etre con avouez, non?

      • @ claude henry de chasne
        Si, si, votre conclusion est plus parfaite que l’article!
        Quand on lit:  » les 367 000 Français les plus « riches » (soit 1 % de la population) se sont acquittés de 30 % de l’impôt sur les revenus soit 22 milliards d’euros. Aujourd’hui 10 % des foyers fiscaux payent »,

        On comprend qu’on mélange un peu tout: On ne compare pas des individus avec des foyers fiscaux ou bien c’est n’importe quoi!
        Déjà que l’économie n’est pas une science exacte, inutile d’aggraver son cas!

      • et la question corollaire : où et dans quoi est dépensé ce pognon de dingue

  • Mais il est évident que tous les Français ont droit à une vie décente et une juste rémunération de leur travail. Il est aussi évident que chaque Français doit percevoir un revenu correspondant à ses capacités, ses talents, ses vertus.
    n’y a t il pas un problème ici?

    • Et quel le grand ordonnateur qui définir quels rémunération pour telle capacité ou talent? je suppose que les vices ne sont pas rémunérés (et pourtant il me semble bien que le plus vieux métier du monde rapporte pas mal…).
      La valeur de votre rémunération correspond exactement à ce que la société donne à ce que vous lui apporté ni plus ni moins. Vous pouvez passer énormément de temps et d’effort à creuser des trous pour les reboucher mais votre « valeur » sera exactement de 0.

    • ce que je vois surtout c’est que les français devraient payer l’impôt selon ce qu’ils utilisent..je ne prends jamais le train je ne devrais pas payer pour renflouer le SNCF etc……..

  • En France la richesse passe rarement d’une génération à une autre. L’Etat est le 3 eme enfant et c’est de loin lui le plus gourmand. Le pire est qu’il n’en fait rien de ce pognon de dingue. Au mieux il le purifie dans les artères des fonctionnaires au pire il refait les wc de la 1 er Dame. La France hait les riches et elle déteste tout autant l’argent.

    • pas d’accord , les français aiment l »argent , mais n’aiment pas ceux qui en gagnent plus qu »eux..
      pour ceux qui n’aimeraient pas l’argent c’est simple ils n’ont qu’a le rendre

      • Oui et non. Les français aiment évidemment l’argent, mais ils disent le contraire.
        Biberonnés dès le plus jeune âge aux thèses anticapitalistes, ils sont en quadrature permanente sur ces questions.
        D’un côté la pensée qui est empoisonnée, gangrenée, de l’autre la vraie vie.
        C’est pour cela que la notion de richesse est à géométrie très variable.

        • les français sont des enfants gâtés.. quand ils auront tâté de la déferlante de la faillite.. là ils comprendront.. comme le front populaire .. et 39/45

  • @chdc, non l’argent est sale comme le sexe en France. C’est culturel et honteux on ne doit pas en parler. Les USA aiment l’argent et curieusement on peut aussi en gagner facilement !
    Coïncidence ? Niveau sexe par contre les USA c’est aussi pire.

    • on va taxer le sexe aussi bientôt en tant que conduite
      « entraînant par accélération cardiaque et pulmonaire une production de CO2 irrépressible in compatible avec la transition pour le sauvetage de la planete »
      Paf! 100 euros sur dénonciation du voisinage

    • Le sexe est certainement moins sale que l’argent en France. Il n’y a qu’a voir la production cinématographique français qui passe sont temps a glorifier le sexe sous toutes ses formes et à cracher sur l’argent, le capitalisme, les entreprises, le libéralisme…

      • @ Laurent
        « et à cracher sur l’argent, le capitalisme, les entreprises, le libéralisme » mais en cherchant en même temps à accumuler le maximum d’argent avec concupiscence!

  • « Où va notre pognon de dingue et qui en profite  » ?
    Citoyens ouvrons les yeux ….. les investissements de prestige qui ne servent à rien ou à des minorités ( nationales ou locales ) , des distributions d’argent ( sans contrôle) à la planète entière , l’inefficacité chronique des aides sociales distribuées par les élus pour acheter les électeurs. Pas besoins de pinailler sur les riches qui prennent tout , retrouvons d’abord le bon sens

  • moi, ce que je veux, c’est la sécurité du territoire, une armée qui défend nos frontières, des routes et des ponts entretenus, un enseignement gratuit et de qualité, un service public administration, santé etc efficace, des élus au service du pays…
    moi, ce que je vois: l’insécurité sur tout le territoire, nos armées dispersées dans le monde entier, l’invasion migratoire, autoroutes et ponts payants, le service public en délabrement, un surnombre d’élus profiteurs et surpayés, une surpopulation de fonctionnaires territoriaux, etc…
    comment consentir à l’impôt?

    • comment consentir à l’impôt?

      De toute façon l’état ne vous demande pas votre avis pour vous voler.
      Le consentement à l’impot est une fumisterie.

    • il n’y a de consentement a l’impôt que chez ceux qui en vivent

    • @ Inox
      Bon! Frontières (sans douanier?) OK, sécurité du territoire, armée aussi!
      Mais gratuité de l’enseignement: pourquoi? Ça coûte plus cher dans le public que dans le privé!
      Y a un bug, là!
      Service public administratif, OK, mais pourquoi la santé? Il y a des assurances et des mutuelles pour ça!
      Donc si on se veut libéral, autant l’être dans tous les domaines!

      • + 100 et dire que c’est gratuit c’est faux y’a toujours quelqu’un qui paie..et perso j’ai pas de gosses et j’ai pas envie de payer pour les autres..vous faites des gamins assumez les et payez leurs études ou n’en faites pas.

  • « D’où vient le pognon de dingue que la France dépense ?  »
    e sont des prêts toxiques du Qatar et de l’Arabie Saoudite !

  • Bien d’accord avec cet article mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’idées. Et croire que c’est en appauvrissant les Riches qu’on va enrichir les Pauvres est aussi « C.. »

  • « Ainsi, régulièrement, sont mis sur l’enclume populaire des sociétés comme L’Oréal, Société Générale, Vinci, Total, Véolia, Suez. Sur le billot sont souvent posées les têtes de Bernard Arnaud (LVMH – dont Christian Dior), Vianney Mulliez (groupe Auchan), Yannick et Vincent Bolloré (respectivement Havas et Vivendi), Arnaud Lagardère (groupe Lagardère) ou encore Xavier Niel (groupe Iliad – dont Free) et Patrick Drahi (groupe Altice – dont SFR). »
    C’est curieux, ils font tous partie du Grand Electorat de Macron, élu grâce à leur campagne médiatique massive, et qui n’arrive pas à se dépêtrer de leurs exigences de retour d’ascenseur…

    • L’exigence de retour d’ascenseur serait pourtant facile à satisfaire, nous savons tous qu’en cessant de prélever le pognon de dingue, et de dépenser n’importe comment autant de pognon, les sociétés en question (et les autres) seraient satisfaites.

    • @ RX33
      À part votre citation, tout le reste sort de votre imagination sans la moindre preuve!
      Qui sait ce qu’a voté V.Boloré: personne!
      Campagne médiatique: 1° ce n’est pas interdit et 2° vous avez des preuves des investissements dans la campagne LREM?
      Et vous croyez innocemment que l’ascenseur se grippe plus que 3 minutes?
      Innocent!

  • Robin des bois ne volait pas les riches, il volait l’état (le prince Jean) et restituait l’impôt à la population, aujourd’hui ce serait le vrai héros des gilet jaune (les premiers, pas les gauchistes qui sont venu pourris le mouvement par la suite).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une majeure partie, soit 80 % des impôts que nous payons s’inscrivent dans une logique gagnant-perdant, voire perdant-perdant. Les échanges gagnant-gagnant augmentent la prospérité d’une société. Les échanges gagnant-perdant la laissent inchangée. Les échanges perdant-perdant appauvrissent tout le monde.

Voici des exemples concrets de ces catégories.

Gagnant-gagnant : vous achetez votre pain chez le boulanger parce qu'il fait du meilleur pain que vous ou bien que vous y passeriez trop de temps si vous deviez le confectionner vou... Poursuivre la lecture

L’invasion de l’Ukraine constitue un réveil brutal pour une Europe qui s’était endormie depuis de nombreuses années dans un idéalisme naïf. Si la réponse à l’invasion a été rapide, l’Europe reste très affaiblie. Au-delà des prochaines semaines, sa stratégie doit impliquer un changement profond de modèle mental sur son développement économique.

Quels sont les ressorts de la puissance ?

La question n’est pas nouvelle et elle a préoccupé les stratèges depuis des millénaires. Elle se pose avec une nouvelle acuité depuis l’invasion de l’Ukr... Poursuivre la lecture

Cet article est disponible en podcast ici.

Le 29 novembre dernier, Jack Dorsey demissionnait de son poste de patron de Twitter. Il rejoint ainsi la longue liste des entreprises de la Tech ayant perdu leur patron fondateur telles Microsoft, Amazon, Google, Alibaba, Uber, WeWork, etc.

Il fut pourtant un temps, où les fondateurs restaient jusqu’au bout comme Dassault, Renault ou L’Oréal. Pourquoi une telle épidémie de démissions et pour quelle raison ?

Pression des investisseurs

Pour Jack Dorsey, il faut se rappeler son préc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles