Allocution Macron : réforme nulle part, dette au plus haut

Une fois dépouillée de ses éléments très réels de compassion, de mea culpa et de recherche du dialogue, l’allocution présidentielle de lundi n’est rien d’autre qu’un boulet supplémentaire attaché à notre économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allocution Macron : réforme nulle part, dette au plus haut

Publié le 13 décembre 2018
- A +

Par Nathalie MP.

Le ministre du Budget Gérald Darmanin nous informait récemment qu’il n’avait pas le « fétichisme » des 3 % ! Tant mieux pour lui, car après la mesure d’annulation de la hausse des taxes sur les carburants déjà acquise, les gestes complémentaires annoncés par Emmanuel Macron lundi soir dernier (vidéo en fin d’article) pour tenter d’apaiser la colère des Gilets jaunes nous acheminent tout droit vers un déficit public de 3,5 % l’an prochain. Vous parlez de « comptes tenus » ! Vous parlez d’une vision à long terme !

Voici mes petits calculs : le budget 2019 initial prévoyait un déficit public de 68 milliards d’euros, soit 2,8 % d’un PIB estimé à 2 400 milliards d’euros.

Par rapport à ces chiffres, l’annulation de la hausse des taxes sur les carburants représente 4 milliards de recettes fiscales en moins. Les mesures annoncées lundi soir équivaudraient à 10 milliards d’euros (certains disent 15 milliards) répartis entre prélèvements en moins (désocialisation et/ou défiscalisation sur les retraites inférieures à 2 000 euros, les heures supplémentaires et le SMIC) et dépenses en plus (hausse de la prime d’activité pour doper le SMIC).

En l’absence de tout effort sur les dépenses — et de cela, on n’a rien entendu de concret ; le silence en fut même assourdissant après le crépitement de toutes les mesures de circonstance – on arrive donc à une dérive des comptes publics comprise entre 14 et 19 milliards, c’est-à-dire 0,6 à 0,8 % du PIB, soit un déficit public de 3,4 à 3,6 % en 2019.

Un boulet supplémentaire à l’économie

Autrement dit, et c’est triste à dire, mais une fois dépouillée de ses éléments très réels de compassion, de mea culpa et de recherche du dialogue, cette allocution présidentielle n’est rien d’autre qu’un boulet supplémentaire attaché à notre économie. Elle retarde la perspective d’un retour à la prospérité et génère de la dette en plus, c’est-à-dire des impôts déjà chargés sur les épaules des générations futures.

Je reprends ce que j’écrivais il y a seulement deux jours. La France a les niveaux de dépenses publiques et de prélèvements obligatoires les plus élevés du monde et la redistribution sociale n’y est pas un vain mot : les 10 % de foyers fiscaux les plus aisés paient 70 % de l’impôt sur le revenu. Et pourtant… hormis la Grèce, l’Espagne et l’Italie, elle est aussi le pays de l’Union européenne où le chômage reste le plus haut et persiste à ne pas se résorber. Et pourtant… le malaise rôde, la colère gronde.

Dans ces conditions très particulières qui font de la France une exception et un paradoxe parmi les pays développés – et là, pardonnez-moi de me citer, mais dans ce pays, les jours politiques se suivent et se ressemblent tellement qu’on en vient forcément à se répéter – dans ces conditions, donc, « ne plus augmenter la pression fiscale, la faire baisser au bénéfice de la prospérité économique générale, et réduire quand même le déficit et la dette (…) n’appelle qu’une seule solution : la baisse des dépenses publiques. »

Cette baisse des dépenses publiques, ce recul de l’État, qu’il soit providence, stratège ou nounou, Emmanuel Macron n’en a absolument pas parlé. Oui, il a annoncé des baisses fiscales et sociales – et c’est bien, mais à aucun moment il n’a été question d’émettre la plus petite idée concrète pour les couvrir par une baisse au moins équivalente de la dépense publique. (Une petite piste parmi des milliers d’autres : et si on arrêtait de financer les soirées Miss France ?)

Au contraire, les dépenses augmentent de plus belle avec la prime d’activité pour doper le SMIC et avec toutes les mesures pour « accompagner » la transition écologique annoncées par Édouard Philippe avant l’acte I des Gilets jaunes.

La dette oubliée

Dans son édito de lundi, le rédacteur en chef de Contrepoints s’est référé à un schéma extrêmement intéressant qui illustre parfaitement mon propos. Il montre clairement que suite au choc de la crise de 2008, les pays qui ont choisi de rétablir leurs comptes publics par la réduction conjointe des dépenses et des prélèvements obligatoires sans laisser filer la dette ont eu les meilleures performances en matière de croissance économique.

Or le choix fait par Emmanuel Macron dans son allocution du 10 décembre consiste à baisser les impôts et augmenter les dépenses alors que notre dette publique est déjà proche de 100 % du PIB dans un contexte de forte présomption de remontée des taux d’intérêt. Ce cas de figure, que j’ai qualifié de « boulet », n’est même pas envisagé dans le graphique sus-mentionné et il n’existe aucune possibilité qu’il débouche sur quoi que ce soit de viable à moyen et long terme.

Qui dit croissance, dit emploi et pouvoir d’achat. Plutôt que de « décréter » des hausses de salaire – et augmenter la prime d’activité pour remplir l’objectif d’une hausse du SMIC de 100 euros mensuels nets, c’est exactement cela – combien préférable d’agir afin de ne pas plomber la croissance, combien préférable de laisser chefs d’entreprises et salariés se mettre d’accord entre eux sur les salaires, combien préférable de laisser aux cotisants la possibilité de choisir eux-mêmes leurs assurances sociales !

Il s’agissait de donner des satisfactions immédiates aux revendications sur le pouvoir d’achat ; je crains que le geste ne débouche que sur un peu moins de croissance et un peu plus de chômage, enclenchant à nouveau un cycle de révolte et de revendications.

La réaction désastreuse de la classe politique

Remarquez que si Emmanuel Macron manifeste une fois de plus qu’il ne prend pas les problèmes de la France par le bon bout, les réactions du reste de la classe politique ne valent guère mieux et certaines sont à faire peur.

Les Républicains fustigent surtout le retard mis à répondre aux Gilets jaunes, aux retraités et aux classes moyennes. Mais à la réaction de Guillaume Peltier, député et vice-président du parti, on devine que dans la même situation, ils auraient agi de la même façon – après tout, Sarkozy était dans le bureau de Macron vendredi dernier :

Je vais être très sincère, je n’ai pas été déçu. (Guillaume Peltier)

Quant aux extrêmes, on a Marine Le Pen, toujours en plein délire protectionniste, qui hurle une fois de plus contre « la mondialisation sauvage, la financiarisation de l’économie, la concurrence déloyale, le libre échange généralisé, l’immigration de masse » tandis que son clone gauchiste Jean-Luc Mélenchon, bien relayé par Hamon et Besancenot, se plaint une fois de plus que les grandes fortunes et les profits ne soient pas mis à contribution :

On peut aussi évaluer l’allocution présidentielle à l’aune de l’objectif qui consistait à mettre un terme à la révolte des Gilets jaunes. De ce côté-là, les réactions semblent mitigées.

Si Jacline Mouraud, dont la fameuse vidéo a servi de catalyseur au mouvement, considère « qu’il y a des avancées, une porte ouverte » et que « maintenant il faut sortir de cette crise » car « on ne peut pas passer le reste de notre vie sur des ronds-points », d’autres estiment ne recevoir que des miettes. Ils affirment ne rien vouloir lâcher et se préparent pour un acte V.

Infusés depuis des années et recyclés sans aucun recul dans la presse et l’Éducation nationale, les raisonnements de l’extrême-gauche, son collectivisme à marche forcée, sa dictature du bien auto-proclamé et sa haine des riches et des patrons imprègnent la population générale aussi bien que les Gilets jaunes et pratiquement toute notre classe politique, la droite se distinguant à peine du reste par un petit reliquat d’attachement à l’initiative individuelle – encore faut-il prendre son télescope électronique dernier cri pour le voir.

Les vieux réflexes sont de retour

Chez Emmanuel Macron comme chez tous les socio-démocrates de droite ou de gauche, point de marxisme, mais de vieux réflexes qui font que ce corpus idéologique se décline selon la formule du « en même temps » : en même temps je protège et en même temps je libère. L’allocution de lundi s’est totalement inscrite dans cette perspective, si ce n’est que le vocabulaire a légèrement changé. Il a parlé de réconcilier et d’entraîner (à 05′ 36″).

Dans les circonstances tumultueuses actuelles, « réconcilier » est la nouvelle façon de protéger en faisant bien comprendre que ce qui a été lâché par l’État du côté de l’ISF est aussi lâché du côté du SMIC, des heures supplémentaires et de la CSG des retraités modestes. « Entraîner » est le nouveau mot pour « libérer ». Moins connoté dans le champ lexical de l’horreur économique libérale, il sous-entend qu’on avance, mais pas tout seul. L’État nous accompagne. L’État guide nos pas. Encore et encore.

Sauf que, comme on l’a vu, plus l’État protège, plus il plombe la croissance en accaparant une part trop importante de la création de richesse et en l’utilisant de façon inefficace, idéologique, désordonnée, ou les trois à la fois. C’est au contraire la libération de la tutelle pesante de l’État qui protège, car c’est le seul moyen de permettre aux forces créatives, innovatrices et productives de la nation de donner leur pleine capacité, en termes de capitaux comme en termes de travail. Et donc le seul moyen d’assurer emploi et pouvoir d’achat amélioré pour tout un chacun.

Contrairement à ce que disait Lacordaire en une occasion où il se montrait exceptionnellement fort peu libéral, et contrairement à Mélenchon qui s’était prévalu de lui pour refuser la réforme du code du travail, je pense de plus en plus que c’est bien la loi qui opprime et la liberté qui protège.

J’entends la loi non pas au sens du droit naturel qui réprime les atteintes au personnes et aux biens, mais au sens de ce droit positif exacerbé et variable selon les majorités, au sens de ces réglementations tatillonnes et absurdes – les 80 km/h ? – que l’homme d’État prétendument attaché à la défense de l’intérêt général s’ingénie à construire telle une prison autour de citoyens trop hâtivement réputés incapables de réfléchir par eux-mêmes.

Malgré tous ses « penser printemps », Macron est l’un d’eux.

Sur le web

Voir les commentaires (103)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (103)
  • Pour apaiser une révolte née de l’overdose de réglementations, d’impôts, de taxes et de cotisations et dépenses publiques devenues folles, le président propose encore plus de dépenses qu’il va bien falloir payer par de la réglementation, des impôts, des taxes et des cotisations… Que l’on puisse d’abord réduire les dépenses n’effleure personne dans ce petit monde douillettement perfusé aux voitures à pimpons, aux huissiers à médailles et aux salaires pas toujours proportionnels à leur utilité.
    Espérons que les gilets jaunes ne se laisseront pas prendre à ce piège… sinon ça recommencera…

    • Depuis des siècles , tout argent, même notre épargne est consubstantiellement
      de la dette.
      Pas de dette (emprunts bancaire ) = pas d’argent dans l’économie, zéro, nada ou presque,5 à 15% de la masse monétaire actuelle.
      Une fois bien ça dans le crane, peut-être envisagerez vous de vous attaquer à la cause des causes ,la monnaie, et non à la conséquence du problème, la dette.
      L’argent est une dette, intrinsèquement conçu pour être rare, les gilets jaunes ne comprennent pas bien d’où viennent leur misère mais ils la vivent et ne sont pas contents.
      La cause n’est ni l’état, ni les patrons, tous victimes de ce système de l’argent dette, de l’argent rare.
      Il faut faire son maximum pour l’accaparer car il file entre les mains, il disparaît à chaque instant par les emprunts bancaires remboursés dans le monde.
      et il apparaît de même, par les emprunts bancaires.
      Sauf que cette pratique n’est pas neutre, elle condamne au rendement, à la croissance, à la compétition.
      Certes se sont les états qui ont autorisés cette pratique, fortement influencés par les banquiers privés.
      Ne serait il pas temps de revoir la monnaie avant toute chose ?????
      Ce ne sera pas Macron qui s’attellera a ce problème, vu d’où il vient et vu qui a financé sa campagne.

      • Vous avez des textes de référence ou des trucs plus précis pour étayer cette théorie ? Je ne vois pas en quoi l’argent est une dette.

        • C’est de la MMT (Modern Monetary Theory). Googlez ce terme et vous trouverez , en anglais, toutes les explications sur le fait que la monnaie « fiat » est une dette. Ce n’était évidemment pas le cas quand on trimbalait des louis d’or (ma cassette, ma cassette…).

          • Ok merci. Effectivement, TOUS les pays sont endettés. A part deux ou trois ilots du pacifique.
            MAis alors, à qui les pays empruntent ? Aux banques?
            WTF ?

            • in fine, oui, puisque seules les banques on le pouvoir de créer et détruire l’argent.

              • @ leham
                De l’argent qui n’est qu’une autre forme de reconnaissance de dette, évidemment!
                Si vous achetez un bien immobilier, par exemple, là vous serez vraiment propriétaire, quand vous aurez fini de payer l’emprunt! Sinon c’est la banque qui l’est, propriétaire!
                Donc vous faites la même chose: vous échangez votre reconnaissance de dette contre un bien qui sera votre quand vous ne devrez plus 1 cent: votre propriété risque bien d’être potentielle 20 où 30 ans!

            • les pays émettent des oat , obligations adossées au trésor.
              es obligations achetées par des banques sont généralement incorporées dans des paniers genre assurance vie, retraites etc
              le capital est bloqué pendant une durée 3.6 ou 9 ans par exemple
              ce capital sert des intérêts puis est remboursé en fin de période
              de la dette on en rembourse tus les jours en emmenant de nouvelles oat

              • @ claude henry de chasne
                Ben oui!
                Mais rien ne me dit que mes 100 € investis d’aujourd’hui auront la même valeur marchande dans 9 ans: si l’inflation sévit, ce sera pour ma pomme: je ne pourrai plus acheter la même chose avec cette somme que maintenant, c’est le jeu!

                • c’est le cas , nous remboursons tous les jours de la dette.; les taux bas nous permettent (pour l’instant) d e rembourser le capital emprunté sous Sarkozy ou hollande ,en empruntant a moins cher

        • Je ne sais comment le dire autrement, je sais que c’est dur a croire mais absolument tout l’argent à pour origine une dette, un emprunt.
          Si vous avez de l’épargne,c’est de l’argent que vous avez capté du flot des emprunts et en quelque sorte, il manque dans le circuit…
          De toute façon les intérêts manquent déjà, puisque non émis lors de l’émission du prêt.
          Ils impliquent une croissance avec donc de nouveaux prêts par d’autres dont on capte une partie, pour les honorer.
          .
          Pour le capital également, à ceux concernés de de débrouiller pour rembourser les emprunts, d’améliorer le rendement de leur activité, de compresser les coûts, de faire de nouveaux emprunts liés a une croissance physique ou pas (bulles)

          Doxa :
          https://abc-economie.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/l_eco-en-bref_qui-cree-la-monnaie.pdf
          .
          Critique :
          http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/04/07/120-les-enjeux-de-la-creation-monetaire-chomage-et-alienation-ou-prosperite-et-democratie

          explication en vidéo :

        • @Cernu: réponse avec liens en modération…patience 😉

      • @ Cernu
        Ben si! Votre billet de 500 € n’est qu’un bout de papier imprimé, sans valeur intrinsèque.
        Avant ce billet correspondait à de l’or détenu par la banque de France, mais ce n’est plus le cas!
        Maintenant, seuls les commerçants acceptent d’échanger vos billets contre de la marchandise!… Tant que les billets on de la valeur!
        C’est pour ça qu’il vaut mieux avoir des € que des francs français, même « nouveaux »!
        Un nouveau franc français valait 10 BEF (francs belges ou luxembourgeois). Au passage à l’ €, il ne valait plus que 6, … BEF, alors que l’inflation traverse évidemment les frontières! Étonnant, non?

        • « Avant ce billet correspondait à de l’or détenu par la Banque de France »
          Ha ha ha ! Ca au moins, c’est utile au citoyen qui possède un billet de banque… Ou ça lui fait une belle jambe ?

          • @ MichelO
            Oui, mais comme je l’ai bien dit: ça, c’était avant!

            Une monnaie basée sur la « confiance » (le cas présent), vaut mieux y croire ou acheter des biens durables, parce que les banques, on connait!

  • Et encore vous n’intégrez pas la baisse de la consommation induite par une hausse des prix très importante a prévoir en 2019, ajoutée a la baisse du pouvoir d’achat des retraités par non réévaluation…
    la TVA ne va pas rentrer comme attendue , regardez deja l’etat du commerce en fin d’année… catastrophique
    çà va peser lourdement sur la TVA 2019..
    et l »etat ne pouvant plus taxer….

    • BAh vous oubliez les propriétaires, ils peuvent encore largement cracher au bassinet, ces exploiteurs du peuple, ces monstres capitalistes !

      • a titre d’exemple , j’ai du remplacer une cambre a air de brouette,

        bon il i a deux ans j’avais payé 8 euros.. meme brouette ;, meme roue
        aujourd’hui 29..
        vous mordez la came?
        ah on ne’st pas en train de parler d’un « backbone de clusters » pour installer la 5 g hein?

  • Je en vois pas comment il peut annoncer une nouvelle politique en quelques jours et sans réflexion, car lui comme tout le monde a eté pris de court par les gilets jaunes. Mais j’espère vivement qu’il va activement mettre en place une politique moins dépensière, mettre de côté la lutte contre le climat (nous sommes le pays le moins pollueur du monde grâce aux centrales nucléaires et le 2ème en matière de forêts) et décentraliser ? Quand aux dépenses, il n’avait pas le choix !

    • çà m’étonnerait que çà se passe comme çà, avec la bande de branleurs qui tournent autour

        • Branleurs en cercle. 100% recyclage, l’écologie en marche.

          • @ Pangzy
            Oui, sauf que l’uranium utilisé en centrale mais toujours radioactif est stocké « en attendant » quoi?
            Le nucléaire produit moins de CO2 mais ce n’est pas une énergie « propre », nulle part! Attendez le démantèlement des vieilles centrales et le devenir des déchets radioactifs de l’uranium utilisé. Les Français n’ont pas fini de payer!

    • @Milrem : Nous avons bien entendu le même discours, ce qui ne semble pas être le cas de tout le monde.
      Le sujet du jour étant celui d’éteindre l’incendie, Macron a seulement effleuré la suite. C’est cette suite qui va maintenant devoir être surveillée de près.

    • « tout le monde a été pris de court par les gilets jaunes »
      Allons, même Macron savait qu’en France, le travail ne paie pas et que les revenus sont d’abord déterminés par les conditions de redistribution, il en avait même fait un argument électoral (en oubliant de rappeler le rôle fondamental de l’état pour que tout un tas de conditions permettent l’accès aux fruits du travail des autres au détriment de ce qu’ils touchent, eux).

    • Je crois que vous pouvez attendre. Son logiciel n’est pas équipé pour, c’est aussi simple que ça.
      Parmi les dépenses les plus importantes du budget : le financement des médias, des partis politiques, des syndicats, les prébendes que les élus se sont octroyés (le dernier exemple en pleine crise des gilets jaunes). Réduire, voire faire disparaître tout cela ne va pas générer du chômage, ni affecter le fonctionnement de l’économie, et pourtant il n’y aura la moindre remise en question de tous ces avantages envers ceux qui crient le plus fort à l’égalité (la leur).
      Aussi, chaque année la Cour des Comptes sort des listes de plus en plus longues d’abus, de dépenses inutiles voire toxiques. Il aurait suffi à Manu une toute petite phrase pour dire que tout cela sera pris en compte, il n’avait pas besoin de réfléchir un mois pour trouver cette solution simplement évidente.
      Non, je répète, il n’est simplement pas équipé pour réfléchir en terme de réduction des dépenses, il est un fonctionnaire dans l’âme (il paraît qu’il aurait démissionné, mais sur le fonds il n’a connu que ça).

      • « Non, je répète, il n’est simplement pas équipé pour réfléchir en terme de réduction des dépenses, »
        Il n’a pas été élu par les Grands Electeurs pour diminuer les dépenses, mais pour désintégrer la société française. La preuve : durant les affrontements contre les manifs, il n’a rien trouvé de plus important que de faire signer (au nom de la France) le texte de Marrakech nous imposant l’immigration sans limite.

    • Ne comptez pas dessus c’est un socialiste, bien qu’il prétende le contraire!

      • @ Virgile
        Non! Il a été socialiste et a démissionné. En politique, démissionner d’un parti est un geste significatif. Il a sans doute favorisé la naissance du parti LREM mais il n’en est pas membre. Pourquoi voulez-vous que votre clivage (assez stupide) droite-gauche continue à ignorer les politiciens du centre qui n’ont pas besoin de détruire un ennemi pour exister. La plupart des gens sont libéraux dans la gestion de leurs bien, même les prolétaires, mais ils sont pourtant capables de partager avec les misérables quand la fibre (« sociale », solidaire et humaine) empathique les chatouille et heureusement!
        Le libéralisme, c’est la liberté individuelle + la responsabilité qui peut l’être moins!
        Donc l’ambiguïté politique du centre n’est que normale: on encourage les grandes sociétés à succès sans négliger, pour autant, ceux qui vont très mal!
        Moi, je m’en fous: je ne suis pas Français, mais cette simplification binaire française, droite-gauche, blanc-noir, riche-pauvre est irréaliste et aussi agaçante, inepte, inutile que stupide!
        Quand j’ai lu pour la première fois « les socialistes de LR/droite », j’ai compris que les mots ne voulaient plus rien dire!
        Alors, que vous ne croyez pas un président qui vous dit qu’il n’est ni de gauche ni de droite, c’est le problème de votre cerveau, pas du sien! … Ou bien, vous pensez qu’il triche!

        • « En politique, démissionner d’un parti est un geste significatif.  »
          Significatif de quoi?? De l’abandon d’un mode de pensée délétère? lol.
          C’est juste une manœuvre politique sans aucune signification idéologique que tout grand ambitieux hontectomisé est capable de faire.
          Henri IV s’est converti au catholicisme pour devenir Roi de France, cela en a pas fait un catholique convaincu mais au moins il a pondu l’Edit de Nantes qui a permis à la France une certaine prospérité et paix religieuse intérieure.
          Macron n’a fait que prolonger le socialisme et l’étatisme avec un discret habillage de libéralisme annoncé mais jamais réalisé. N’est pas Henri IV qui veut.

          • @ cyde
            Vous croyez que je vais me ranger à ce que vous enseigné? Bien essayé mais raté!
            En fait, vous ne savez pas ce qu’il pense et moi, non plus! C’est donc la raison pour laquelle je ne crois pas utile qu’une personne ait besoin de plus de sa démission d’un parti pour ne plus être confondu avec ce parti.
            Dans une social-démocratie européenne, même un libéral peut concéder qu’on s’occupe aussi des défarorisés, sans être de gauche ou socialiste pour autant!
            Entre le noir et le blanc, il y a toute une palette de gris.
            De plus, E. Macron a bien forgé son propre parti, LREM, au grand dam de Fr.Hollande! Mais il n’en est même pas membre pour rester président de tous les Français: encore un détail mais significatif.
            À côté, votre conviction personnelle de ce qu’il est vraiment, c’est bullshit!
            Si, en plus, vous n’avez pas compris qu’au fur et à mesure que les problèmes se présentent, il voulait sa liberté de réagir hors de toute idéologie autoritaire (ou partisane), c’est que vous avez raté un épisode! La plupart des pays européens sont ainsi dirigés par le centre, centre droit ou centre gauche, mais contre personne. Mais comme on sait, en France, on est friand de grèves, manifestations et, pourquoi pas, castagne à l’occasion!
            Vous aimez le bordel, c’est votre droit le plus strict! Dire que c’est rationnel, c’est une autre affaire!
            De même, que vous pensiez qu’E.Macron est « socialiste », c’est votre affaire! Que les socialistes disent qu’il est de droite, idem! Moi, qu’il soit entre les 2 me parait seulement plus intelligent et plus son rôle actuel!
            Mais je n’ai pas l’ambition de vous convaincre! J’observe, c’est tout!

            • Que vous ne soyez pas de même avis que moi, est tout à fait votre droit.
              Que vous considériez que ce que j’avance est « bullshit » simplement parce que vous, vous pensez différemment, en est une autre. Cela sent l’argument d’autorité. 🙂
              Désolé mon ami, mais votre prose ne fait qu’étaler un avis basé sur une interprétation toute personnelle des faits, sur vos croyances et vos convictions personnelles en toute subjectivité (et ce n’est pas une critique en soi). Que cela vous autorise à penser que votre avis en est « plus intelligent » , n’en est que plus drôle.
              Que vous attribuiez de la valeur au fait qu’il ne soit pas membre de son parti  » pour rester président de tous les Français » m’étonne. Je ne vous pensais pas sensible à une manœuvre politicienne de base quand justement une bonne partie de votre campagne a été basée sur une volonté d’être au-dessus des partis. Et quand votre création (LREM) est composée de plus de 80% d’anciens socialistes, il me semble de la plus élémentaire prudence de ne pas trop se compromettre avec.
              Que vous considériez E.Macron comme du centre et non socialiste, est également votre droit. Pourtant la politique menée jusqu’ici ne déparerait pas dans l’aile droite du PS tel qu’il existait avant son implosion et non au Centre. La dernière allocution de Macron et les solutions proposées à la crise le prouvent s’il en était encore besoin.
              De plus, prendre comme argument les critiques de l’actuel PS qui ne regroupe plus que quelques archéo-socialistes fleurtant avec l’extrême gauche, ce n’est vraiment pas une référence. A ce stade, autant considérer Mélenchon comme de droite parce que critiqué par la LCR…
              « Vous aimez le bordel, c’est votre droit le plus strict! Dire que c’est rationnel, c’est une autre affaire! » Je serai curieux de voir où j’ai pu tenir un tel discours. Vous détournez.

              Bref, vous n’avancez et ne prouvez rien qui pourrait faire croire que votre avis est obligatoirement plus valable que celui des autres.
              C’est toujours amusant (mais un peu décevant également) de voir comment certains qui se targuent de pouvoir discuter avec une certaine ouverture d’esprit, peuvent, sur un sujet qui leur tient à cœur (Macron dans votre cas, ce n’est pas votre premier post sur le sujet), se montrer aussi méprisant et intolérant à un avis contraire.
              Sensibilité un peu à fleur de peau peut-être. Ce qui peut se comprendre si vous espérez encore en Macron.

              • @ cyde
                Je retire (trop tard) le terme « bullshit », évidemment, pour lequel je vous présente mes plus plates excuses! Puissiez-vous les accepter!

                Pour le reste, c’est vrai, il ne s’agit que de mon avis et je ne l’avais pas caché.
                Si je communique (au lieu de garder ça pour moi), c’est sans doute que ma vie a fait que j’ai vécu t travaillé dans 3 pays différents, sur bien des points, mais avec des politiciens ayant tous en commun leur envie de pouvoir et de notoriété… et une conscience morale (la leur) assez élastique! Ils ont à la fois, des convictions déclarées comme un opportunisme moins revendiqué.
                E.Macron m’a intéressé, comme spectateur non concerné, au début: je ne fus pas le seul puisqu’il fut élu. Il contrastait assez avec Fr.Hollande.
                J’ai donc été déçu qu’au bout de 15 à 18 mois, il semble rentrer dans la routine présidentielle française qui renonce à « réformer », depuis G.Pompidou!
                Or la feuille de route basée sur les critères de convergence (1991 – 1993) de Maastricht ne semble toujours pas, en France, un objectif positif. Tant pis!
                Alors oui, c’est vrai: un président de 39 ans, ça permettait l’espoir mais 18 mois après, la déception est amère. Je l’avoue de bon coeur!
                Vous comprendrez bien que connaissant la France et déjà quelques unes de ses régions, pour y avoir vécu, je puisse m’étonner que ses habitants restent à la traine de l’Union Européenne, seul laissez-passé mondial entre les différents blocs.

            • @mikylux
              Bonsoir,
              « En fait, vous ne savez pas ce qu’il pense et moi, non plus ! »
              Nous n’en avons cure de ce qu’il pense. C’est ce qu’il fait qui révèle ce qu’il est. Il a montré qu’il n’était en rien autre chose qu’un socialiste bien ancré dans la « redistribution de la richesse », laquelle en fait se fait de plus en plus maigre, voire rare.

              « il n’en est même pas membre pour rester président de tous les Français : encore un détail mais significatif »
              Le titre précis de Macron est : Président de la République, pas « président de tous les français ». Puisque vous portez attention au sens des mots, cela devrait vous parler. Il peut se targuer du titre tel que vous l’avez écrit, et qu’on peut lire par-ci par-là, il n’est pas le président des français. De plus, il n’est qu’un représentant de la France par sa fonction. Ce titre lui va encore moins vu qu’il a été élu avec 43% des voix des citoyens : 20 millions de voix VS 47 millions de citoyens (les « inscrits »).
              Quant à la République, le terme sans « R » mais un « r » est défini aux élèves de 6ème comme la séparation des pouvoirs. Bonne blague vu qu’en France la Justice est aux mains de l’Exécutif, et que l’Administration, faisant parti de l’Exécutif, fait, produit exécute fait appliquer et sanctionne Ses lois. Le gouvernement, produit aussi de la loi à tire-larigot, grâce au 49.3.
              Des fois, on se demande de quels français il peut être le président. Et des fois on se demande s’il préside quoique ce soit.

              • @ STF
                Non, j’ai pu faire des conneries en étant jeune (pas m’inscrire au P.S. quand même!) mais on n’est pas prisonnier de son passé! Les gauchistes de 16 ans qui sont devenus de bons et cossus bourgeois, ça court les rues du XVI ième!
                Maintenant, la constitution de la Ve, je suis au spectacle depuis 1958. Bon, pas franchement démocratique! Mais on ne prend pas un général d’armée pour diriger un pays en bon démocrate! La remise en ordre du boxon était plutôt son programme, que ça plaise ou pas!

                • @mikylux
                  Bonjour,
                  Macron est passé d’une famille politique, le P.S, à une autre qu’il a lui-même créée, et qu’il a refilée à un autre une fois sur le trône.
                  C’est comme si un mafioso d’une famille, voyant qu’elle va se faire taner, s’empresse de la quitter, de fonder la sienne, puis d’en filer les rênes à un autre, tout en y ayant un contrôle, afin de paraître plus propre (pour faire de la politique ou des affaires), pour finir quand même de faire ce que fait la mafia dans le fond.

                   » Mais on ne prend pas un général d’armée pour diriger un pays en bon démocrate! »
                  On va chercher LE général comme on va chercher LE maréchal pour lui refiler le boxon qui a été créé par des incompétents. Chacun d’eux a été sorti de son coin parce qu’il a un passé glorieux.
                  Et comme vous l’avez écrit dans quelques uns de vos commentaires, la fois où le Peuple lui a donné son avis, défavorable, il s’est éxécuté dans les 24 heures, en quittant l’Elysée, après y avoir passé dix années. Contrairement à d’autres, il ne s’est pas accroché au siège.

            • @cide
              çà fait longtemps que la france n’est plus gauche droite ou centre..
              la division se fait entre ponctionnaires jouissant de privilèges , et ponctionnés chargés de payer le tout

    • lui comme tout le monde a eté pris de court par les gilets jaunes.

      En effet, personne ne sait dans ce pays que la population est écrasée de taxes en tout genre. Heureusement que les Gilets Jaunes sont là pour nous éclairer! Macron ferait bien de les remercier. Au passage il peut aussi virer tous les économistes et financiers qui le conseillent, ainsi que ceux qui ont conseillé tous les présidents précédents depuis des décennies et qui n’avaient pas vu venir l’affaiblissement du consentement à l’impôt.

      • @ fm06
        Ben oui! Une simple révision fiscale, de fond en comble, pour une simplification claire, aisée autant pour le contribuable que pour une administration, plus réduite mais informatisée, pourrait évidemment rationaliser le domaine! Mais non! Chaque année, on modifie! On change un taux, on modifie l’assiette, on invente une nouvelle taxe!
        Franchement, qui y gagne? Personne!
        Vous a-t-il échappé qu’on n’a pas vu de gilets jaunes dans d’autres pays (mise à part la Belgique partie francophone, où les socialistes et les chômeurs ont le temps et adorent se mobiliser pour quelque prétexte que ce soit! Mais la Wallonie cherche des sous aussi, question de gestion.).

      • le consentement a l’impôt?nan sans blague

        • @ claude henry de chasne

          Ben oui! Dans le pays où j’habite, c’est le cas! Pas avant, ni en Belgique ni en France, mais au Luxembourg, on n’a pas l’impression d’être tué mais de payer une honnête contribution. Je sais, ce doit être étonnant!

  • Ah oui, Micron a parlé des meres de familles en détresse, il a oublié:
    « c’est celles des hommes, ayant travaillé dur pour leur foyer, et dépouillés par leurs ex-femmes à l’occasion d’un divorce avec la connivence d’une justice vendue aux thèses gauchistes. »

  • Je peux vous dire que les militaires s’attendent à en prendre plein la tronche pour les prochaines années, par le truchement d’ingénieuses manœuvres de Bercy…

    • le fait est que macron adore diviser , séparer les smicards avec ceux qui sont juste au dessus avec la prime, exonérer les retraités mais pas tous , donner a paul prendre a jaques etc..
      çà ne pourra que lui revenir dans la gueule que quand tout le monde aura compris..
      je pense que le gilets jaunes ne vont pas s’arrêter là

      • j’espère ce ce freluquet de m.de va s’en reprendre une grosse et qu’il pliera bagages, cette fois ! quel minable ce micron !

        • 60% a la presidentielle !!!
          Qui s’est, les minables ?!!!

          • Dans des conditions similaires, Chirac avait eu 80%. Avec une présence bien plus importante. Redescendez sur Terre.

          • @giorgio
            Bonsoir,
            « 60% a la presidentielle !!! »
            Erreur 1 : il a fait 66%, c’était vu à la télé.
            Erreur 2 : il a eu 100% des voix de ceux qui ont voté pour lui.
            Erreur 3 : il eu en fait 20 millions de voix sur 47 millions de citoyens, ceux qu’on nomme « inscrits » et qui ont une carte d’électeur qui rappelle que voter est un droit et un devoir citoyen. (!!!!!??????) 20 743 128 sur 47 568 693 donnent 0,436. Macron, à la présidentielle a fait 43,6%. C’est marqué là :
            https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Resultats-globaux-du-second-tour-de-l-election-du-President-de-la-Republique-2017
            On y voit bien qu’on met à la poubelle le vote de plus de 4 millions de citoyens s’étant déplacés pour exprimer leur souveraineté nationale (dixit le premier alinéa du troisième article de la Cinquième Constitution) ; on voit aussi qu’on met aux oubliettes les 12 101 366 autres citoyens qui n’ont pas mis les pieds dans l’isoloir peu importent leurs raisons. Entre les citoyens qui ne se sont pas déplacés et ceux qui ont été mis à la poubelle, on arrive à plus de 16 100 000 de citoyens, soit plus que ceux qui ont voté pour la perdante et 78% de ceux qui ont voté pour Macron dont une proportion qui « a voté contre MLP ».

            C’est chouette de pouvoir changer les règles et de se les arranger !

      • @ claude henry de chasne

        Non, le problème n’est pas là!
        LE problème de la France, c’est qu’elle est sans le sou et sans budget, un politicien ne peut rien, E.Macron non plus!
        Ses prédécesseurs n’ont pas fait grand chose pour regarnir la « cassette » de la France, depuis … G.Pompidou, en fait!
        Donc ce n’est pas l’héritier désargenté qui est responsable du claquage de fric de ses prédécesseurs, depuis 1974! Je ne suis pas pro ou anti-Macron (ce n’est pas mon problème!), mais on parle d’un problème de quasi 50 ans!!!
        Qui peut encore ignorer les erreurs confirmées, année après année, de la gestion nationale française? Même Jacques Brel en parlait déjà dans une chanson

        quand il disait: « faut pas jouer les riches quand on est sans le sou! »

        • « LE problème de la France, c’est qu’elle est sans le sou et sans budget, un politicien ne peut rien, E.Macron non plus! »
          Vous avez une façon touchante d’exonérer Macron de ses responsabilités! Le pauv’gars, y peut rien y faire à caus’des autres!
          Non, Macron aurait pu amorcer des réformes profondes en profitant de l’été et de sa popularité post-élection. Il avait 8 mois – 1 an devant lui. Pendant la campagne électorale, Macron s’est vendu auprès de la population en promettant un vent de nouveauté et de réforme… Et il n’en a rien été du tout ou presque.
          Parce qu’il n’a pas pu comme vous dites? Ou plus simplement parce qu’il n’en a jamais eu l’intention. La réforme de l’Etat et les économies qui l’accompagnent, n’ont jamais été dans son organigramme.

          • @ cyde
            Je n’exonère pas E.Macron: c’est lui qui a décidé d’être candidat,comme un grand, pas moi, jamais!
            Pour le reste, occasions ratées et intentions inconnues, je n’en sais pas plus que vous!

            Oui, quelque part, j’ai voulu croire qu’E.Macron serait bien le président du renouveau. 18 mois après, ce ne semble pas être son but ni son action! C’est évidemment dommage! Et je compatis mais que voulez-vous que j’ y fasse, je ne suis même pas Français, ni résident!

    • les militaires sont comme les fonctionnaires, à force d’abus payés par les autres ….juste retour de bâton.

  • Rien ne l’arrêtera ! Il a déjà pulvérisé les records de sarko et de l’hollandouille. Il n’y a qu’à observer des ministères comme celui de l’égalité homme/femme. Nous pourrions nous épargner aussi de penser à l’écologie. C’est stupide de vouloir sauver la planète et en même temps de tout faire pour détruire l’humain. Ce type est un fou dangereux. Il mérite la récompense suprême du point Godwin.

    • je propose que la grosse nouille de « Shiappa » arrête de montrer sa tronche d’idiote ! que d’économies de papier à ne pas publier ses livres sans intérêt !

  • Il faut mettre le régime à la diète!

    Président élu sur un septennat unique.
    Deux mandats non consécutifs maximum pour les autres mandats. Tous les élus détachés par leur employeur au service de l’état qui leur paye leur salaire d’activité civile pendant le mandat.
    Absences non justifiées des élus décomptées de leur salaire.
    Obligation d’un quorum physique de 80% pour valider un vote.
    200 députés, 100 sénateurs.
    Election des juges (séparation des pouvoirs).
    Interdiction à l’éxecutif (gouvernement) de proposer des lois à l’examen de l’assemblée nationale (séparation des pouvoirs).
    3 niveaux d’administration : l’état, la région, l’agglomération et c’est tout. Réduction à 10 000 le nombre des conseils municipaux dans un premier temps. Obligation de fusionner pour les agglomérations dont le bâti est mitoyen.
    5 ministères : Intérieur, défense, justice, affaires étrangères et finances.
    Interdiction à un membre de i’administration de briguer un mandat politique.
    Fin du statut de la fonction publique.
    Fermeture de l’ENA et des IEP.
    Placement de l’administration sous tutelle de la cour des comptes qui se voit dotée de pouvoirs de contraintes sur l’administration publique.
    Abrogation du droit administratif et réintégration de l’administration dans le droit commun.
    Mise en place de la votation citoyenne avec un seul de signatures de 1% de la population française. Obligation faite à l’assemblée nationale d’ouvrir le débat ensuite.
    Droit de pétitionner un député avec un seuil de signatures de 1/20000 de la population française. Obligation faite au député d’en rendre compte en commission ou à l’assemblée nationale.
    NON remplacement des fonctionnaires partant en retraite pendant dix ans.
    Obligation pour 10 ans de présenter un budget en excédent de 5%.
    Suppression du principe de précaution.
    Primauté du droit français sur le droit européen et international sur le territoire français.
    Retrait progressif de l’OTAN.
    Abandon du projet de défense européenne.
    Abandon du principe de concurrence libre et non faussée intraeuropéenne qui empêche l’émergence de poids lourds mondiaux.
    Collaborations industrielles sur le modèle d’Airbus et Arianespace.
    Engagement d’une procédure contre l’Allemagne pour excédents commerciaux excessifs (cf. traités européens).
    Mise à référendum préalable de tous les accords et traités proposés à la signature de la France (ONU, Europe etc). Obligation à l’état de se conformer au choix du peuple de France. Inscription de cette loi dans la constitution.
    Retrait de la France de la COP et de l’accord sur l’immigration de Marrakech.
    Abrogation de la CSG.
    Suppression de la TVA.
    Abrogation des taxes sur les transactions financières.
    Rétablissement de l’impôt sur le revenu pour tous avec 3 tranches : un taux réduit jusqu’à 75% du revenu médian, un taux moyen de 75 à 200 % du revenu médian et un taux marginal au-delà de 2 fois revenu médian. Suggestion pour les 3 taux : 3%, 10% et 20%.
    Abrogation des taxes sur la propriété privée.
    Abrogation de la loi relative à la transition énergétique.
    Abrogation des taxes sur la propriété privée (taxe foncières, droits de succession, ISF etc)
    Abrogation des lois mémorielles, fake news et toutes dispositions attentant à la liberté d’expression.
    Abrogation des monopoles d’état dans le domaine de l’énergie, du transport, de l’éducation et de la santé.
    Démantèlement du cartel des télécoms.
    Interdictions faite à l’état d’octroyer des licences d’exploitation et charges dans quelque domaine que ce soit (télécoms, transports, santé, notariat, professions libérales).
    Fin des professions réglementées : notaires, taxis, médecins etc.
    Fin des régimes « spéciaux » : SNCF, journalistes, culture, intermittents du spectacle etc
    Privatisation de l’audiovisuel public.
    Autorisation de séjour aux étrangers subordonnée à l’autonomie matérielle.
    Accès aux prestations sociales au bout de 5 ans de séjour pour les étrangers et naturalisés.
    Fin du monopole d’état sur les prestations sociales, soit libre choix de se voir verser son salaire brut, charges patronales incluses.
    Interdiction à l’Etat de subventionner quelque activité ou association que ce soit.
    Déductibilité des impôts des dons aux associations versés par les personnes physiques.
    Abrogation des lois Fabius relatives à l’intégration fiscale et à la propriété artistique.
    Remise en place du franc pour les transactions internes à la France.
    Etude de la sortie de l’Euro et de l’aménagement des accords de Schengen
    Mise au référendum du Frexit.

    L’état ne veut pas le bien des français. Il veut l’accroissement de son emprise.
    Pour libérer les français, les solutions sont d’essence libérale (et non taxée !). Lire et relire Bastiat et Tocqueville.

  • les paroles n’ont plus d’efficacité !!! Tant que ce Président comme ces prédécesseurs , ont botté en touche de régler ,ce qui est la priorité
    de revoir la fiscalité , niche fiscale , et surtout le Budget de la Dépense publique , vous ne pourrez qu’augmenter la dette !!!. Aucune réforme ne peut se faire … Nous voyons bien
    que la politique autrement sera un fiasco !!!
    quand a certains qui veulent restaurer l’ISF ..
    Je propose que les députés soit payé au SMIC , cela peut paraitre démago pour certains mais quand on voit le résultat financier de la France , ce serait largement bien payé , pour un résultat aussi nul !!! par leur décision et de leur manque de courage !!!

  • Macron a dit quelque chose de fondamental lundi..Je vais m’appuyer sur les maires..Il aurait du le faire dès le début, car l’état se désengagera de plus en plus, au fur et à mesure qu’il laissera les « régions-landers » gérer ce qui met les gilets jaunes sur les ronds points…Que les maires débattent avec leur administrés sur ce qu’ils veulent..et qu’ils gèrent avec la région le financement de ces désirs …80 km/h vous ne voulez pas et bien il n’y en aura pas sur le département ….Des routes en meilleurs états et bien nous les financeront avec une taxe départementale d’aménagement du territoire….La réfection de la voie ferrée …Pas de problème …On prélève une taxe sur l’essence localement etc etc…Je pense que l’on va bien s’amuser …!!!

    • Meilleur état…financerons…

    • Oui, je crois qu’on va bien s’amuser, effectivement.
      Car les taxes que l’Etat prélève déjà vont rester, même si la gestion des objectifs sera laissée aux échelons inférieurs (la gestion, mais pas le financement).
      Au niveau local, donc, si quelque chose devra être fait, une nouvelle taxe sera prélevée.
      Et personne, je dis bien personne, de Macron au petit maire d’une petite commune, en passant par tous les niveaux intermédiaires (régions, départements, intercommunalités) n’aura même pas l’idée de regarder du côté des dépenses. Voyez-vous, 39% du budget de l’Etat sont les salaires et retraites des fonctionnaires. Et ça, ça fait un sacré pactole pour s’assurer une bonne clientèle électorale.
      J’attends avec beaucoup d’impatience les prochains mois.

    • Avec ce raisonnement, je prévois une explosion du nombre de rond-points et de salles des fêtes (rebaptisées médiathèques).

      • Parce que vous pensez qu’il en reste encore des bas de laine à piller ? Possible…

        • Bien sur ; vous exproprier des propriétaires de taillis pour 800euros/hectares, vous créez une « zone d’activité ». Et engie ou un autre viennent y installer un champ de panneaux photovoltaïques en promettant 1.000 euros/hectares de location annuelle…
          Much facile !

  • Bien sûr, l’Etat pachiderme doit se lettre au régime et il ne faut pas chercher des boucs émissaires pour éviter de le réformer.
    Mais enfin tout de même, quand MLP parle de « la mondialisation sauvage, la financiarisation de l’économie, la concurrence déloyale, le libre échange généralisé, l’immigration de masse », n’y a-t-il pas dans cette liste certains éléments qui mériteraient qu’on y réfléchisse ? Ou bien est-ce le fait que celle qui a prononcé ces mots est disqualifiée d’avance qui empêche de voir certains problèmes?

    • Un premier pas pour la réforme de l’état, la supression de tous le conseillers ,lorsque le roi sera nu il pourra voir enfin sa vraie valeur dans le regard du peuple..pour Macron, zéro.

  • notre Président à un cerveau lent !!!

  • Oh que oui chiapas est la partie visible de cet immense foutage de gueule. Ça va mal se terminer car la France touche le bout de l’argent des autres. Pour l’instant il n’y a pas de remise en question de l’Etat et de sa place dans nos vies. J’en déduis que la violence en sera encore pire. Les GJ comme les autres ne sont pas prêts pour encaisser la réalité. Macron achète du temps avec notre argent. C’est stupide, démagogique, irresponsable. Il se comporte vraiment comme un gamin dans un bac à sable. Il shoot dans les constructions des autres et invectives dés qu’il peut. L’attaque de l’immobilier avec l’IFI est incroyable, unique, suicidaire. Je n’ai qu’une envie: changer de pays et de nationalité. Macron je t’offre mon passeport Français. Tu pourras te torcher avec si ça te plait. Pauvre type va.

  • Mais pourquoi voulez vous réformer quelque chose qui marche très bien et fait vivre grassement des milliers de Français et Francaises , les autres n’ont qu’à faire de la politique au lieu d’hurler dans la rue avec leur ridicule gilet jaune !

  • L’exil, c’était deja pénible, mais je crois que, meme pour les vacances, la république populaire de France, c’est fini, on étouffe. La médiocrité et l’envie se disputent la vedette a la corruption et au clientélisme.

  • Soyons lucides : les taxes « écologiques » sont populaires dans les classes moyennes supérieures car elles portent sur tout le monde et non plus pour une fois sur ces seules classes.

    Cependant, ils font la de très graves erreurs :
    – qui que soit la cible des taxes aujourd’hui, on est tellement à saturation que cela ne peut que péter.
    – on avait pris l’habitude de viser tout à tour des catégories restreintes – les fumeurs, les très riches, les consomateurs d’alcool ou de sucre ou de pate chocolatée. En s’en prenant massivement aux automobilistes, le premier sinistre est parvenu à se mettre à dos 80% de la population et à déclencher une révolution au mois de décembre. (Alors que chacun sait que ça se fait au pringtemps).

    Alors il faut qu’ils remettent les pieds sur terre : on est arrivé au bout du socialisme et on ne peut plus en rajouter. Que ce soit pour l’écologie, l’égalitarisme, la bien-pensance ou pour calmer les électeurs et continuer à taper inpunément dans le pot de miel.

    • Il vient de prouver le contraire, pourtant. Mieux que les taxes, cette mascotte du deep state vient de tuer l’espoir.

    • alan
      il ne peut plus , il est grillé.. tout ce qu’il peut dire laisse voir les calculs sordides d’arrière cuisine..
      au mieux il faut dissoudre , ou demissionner..
      toucher a 16 millions de retraités a été LA connerie de son quinquennat

      • « toucher a 16 millions de retraités a été LA connerie de son quinquennat ».
        C’est vrai, mais il y avait une telle odeur de fric, il n’a pas pu résister…

  • nous sommes tous contre la violence !! Quand vous interpeller soit vos élus , votre 1er ministre et Président , ils s’en foutent ..
    Je ne cederai pas , quand la voilence et menace s’installe , là, ils ont la trouille !!!
    maintenant les CRS ET MOBILE nous sommes fatigué ,ce que je conçois mais la faute à qui ?? Quand vous êtes en survie , ..Qui sème le vent ,récolte la tempète Réduire la dépense public .. Vont-ils enfin comprendre !!! Aucune réforme ne sera possible !!!

  • Macron taxe et en même temps il crache une loi. Moi j’aimerais bien savoir ou passe le pognon de dingue qui vient des taxes comportementales. Sucre, alcool, radars, drogues, tabacs, etc…
    Pour l’écologie ils ne sont pas cohérents. Ils nous poussent à nous endetter et à consommer. Ils poussent même la BCE à augmenter à l’infini le processus. Et en même temps ils vont nous taxer et nous coller des taxes comportementales.
    Si les gens deviennent fous faut pas s’étonner.
    La France est un pays schizophrénique. Dans les faits, les chiffres prouvent que l’Etat Français appauvrit les Français pour maintenir sa qualité de vie. L’Etat de 2018/2019 continue à ajuster les impôts en fonction de ses besoins. Il faudrait d’urgence expliquer à l’Etat que son but n’est pas de nous ruiner pour se la couler douce. Vivement la prochaine révolution!

    • « L’Etat de 2018/2019 continue à ajuster les impôts en fonction de ses besoins. »
      Evidemment, quand le vote de la Loi des Finances s’effectue en deux étapes : 1/ Volet des dépenses, 2/ Volet des recettes ajustées pour couvrir les dépenses, autant que se peut.
      Dans un régime non schizophrène, on commencerait par calculer les recettes, et ensuite déterminer les dépenses qu’elles nous autorisent.

      • @ RX33
        Oui, mais ce n’est pas vous qui décidez!
        Ils vous disent leurs besoins et c’est à vous de payer! Pas l’inverse!
        On ne paie des impôts que pour payer les dépenses prévues, en arrivant trop court, chaque années depuis bien trop longtemps!

  • j’hallucine de lier que certains croient encore que Macron puisse faire des choses dans le bon sens….ça fait + de 18 mois de pouvoir et rien, absolument rien ne va dans le bon sens, mais certains pensent qu’il peut redresser le pays…à ce niveau ce n’est plus de l’optimisme..

  • M. Macron a de la compassion pour les gens.. il est bien, cet homme. Il comprend la souffrance, le malaise des travailleurs.. et des modes de vie.. quel homme bien! il a une vraie compassion avec les CRS..

  • L’arnaque Macron transparaît cruellement quand il déclare vouloir transformer la France alors que tout ce qu’on lui demande, c’est de réformer l’Etat obèse, pour qu’il maigrisse.

    Transformer la France, c’est considérer le pays et ses habitants au service de l’Etat. Réformer l’Etat obèse, c’est remettre l’Etat au service de la population.

    Réformer l’Etat obèse, c’est d’abord lui faire renoncer à la transition escrologique, à ses moulins à vents idiots, au stupide pacte sur les migrations, aux radars débiles, aux non moins crétins permis à points et 80 km/h, quelques exemples parmi d’autres, pour commencer.

    Tout ceci peut être réalisé dès demain sans qu’il en coûte un centime aux services publics de base. Mais les économies pour la population seront déjà immenses, économie de temps, d’argent, de perte de temps, de harcèlement administratif et judiciaire inepte subi au quotidien comme autant d’insultes.

    Tant que l’Etat obèse ne sera pas dépouillé de ses dispendieuses lubies superfétatoires, il n’y aura aucun signe d’apaisement valable de la part du gouvernement.

    Autre signe indispensable, que les hommes de l’Etat obèse et ceux des médias aux ordres cessent de prétendre que les réformes coûtent à l’Etat. Le coût, c’est l’Etat.

    • @ Cavaignac
      C’est incroyable! Comment ne comprenez-vous pas qu’un politicien a pour vocation de dépenser l’argent des autres dans des budgets?
      Charles et Yvonne De Gaulle sont morts depuis longtemps! Vous avez eu le temps de comprendre depuis!
      Donc non! Les Élites pensent gagner ce qu’elles méritent, même sans rien produire!
      C’est le narcissisme qui fait les politiciens convaincus!
      Parfois, l’un ou l’autre tente de faire quelque chose de plus positif, mais c’est rare et d’ailleurs difficile: votre couleur politique compte plus que votre bonne idée! Comme on le voit à la télé, le mercredi, les députés sont des touristes qui passent parfois à l’assemblée nationale et sont de garde pour voter au nom de plusieurs collègues sur des points précis, sans plus! (discipline de parti!)
      Le reste, bof!…

  • Etre « et de Gauche et de Droite » c’est être aussi menteur que ceux de Gauche ou ceux de Droite, sans oublier ceux du Centre.
    Et en finale ce sont les Contribuables Français, tout au moins ceux qui payent des impôts (47% des foyers fiscaux) qui payeront ce déficit. On va quand même bien rigoler car l’Italie qui s’arrange avec Bruxelles pour faire accepter son déficit à 2.04% par rapport avec nous qui voulons donner des leçons d’économie à toute l’Europe, nous allons afficher un déficit de 3.5 minimum. For…mi…nable.!!!

    • @ Michel P.
      Il était temps de reconnaitre enfin qu’entre gauche et droite, il y a un centre!
      Toute la social démocratie européenne est basée sur ce centre qui comprends « en même temps », les préoccupations du patron qui veut produire et vendre et celles des « travailleurs » salariés qui veulent considération et rémunérations!
      Tout le monde est d’accord pour que « l’état » ne coûte pas trop cher!
      Sinon, oui, l’Italie est en train de remonter la pente, pourtant avec une majorité surprenante des extrêmes!
      Et oui, la France va, une fois de plus, se ridiculiser, malgré ses grands mathématiciens. L’U.E. s’en fout! Ce n’est pas elle qui payera l’addition! Bon ça fait un peu république bananière, mais bon! Peut-être la France finira-t-elle par retrouver ses prétendues « Lumières » du XVIIIème siècle! On ne sait jamais!

      • « qu’entre gauche et droite, il y a un centre! »
        Oui, dans un pays normalement constitué avec une vraie droite et une vraie gauche.
        En France , il y a les socialistes/collectivistes/étatistes de gauche plus/moins extrême et les socialistes/étatistes de droite qui se démarquent des autres par un (très) discret supplément de respect des libertés individuelles (toujours dans le cadre d’un contrôle étatique, cela va de soi) et dont l’extension vers l’extrême-droite fait retomber dans des programmes économiques dirigistes/marxisants camouflés sous une bonne couche de nationalisme ronflant.
        En France, le centre n’est qu’un intermédiaire entre ces deux groupes finalement trop proches l’un de l’autre pour permettre un positionnement viable entre les deux. Par ailleurs, je n’ai jamais entendu que les centristes français comprenaient « les préoccupations du patron qui veut produire et vendre ». Dans votre pays surement, mais pas en Macronie.

  • je suis étonné personne ne met en cause les frais bancaire votre compte , l’argent que vous n’utilisez pas, eux ( banques ) ils s’en servent …Alors une sugestion , l’ensemble des francais retirent leur argent sur en laissant le strict minimum 10 euros ..le reste vous le reprenez !!! quel est l’endettement des banques ?? j’aimerai bien voir la tête de ces banquiers !!!

  • il n’y a pas de compassion, ni de mea culpa : il y a la frustration et la déroute du premier de la classe (Agnan : https://institutdeslibertes.org/une-immense-decouverte-de-lidl/) qui ne comprend pas que cela se passe comme il l’a prévu !

    • au temps pour moi : « que cela ne se passe pas comme il l’a prévu ».

    • @ breizh
      Superbe histoire! Merci!
      Qu’on imagine l’avenir, pourquoi pas? Qu’on le prédise, avec quel coefficient de probabilité et pourquoi?
      Les économistes expliquent bien le passé; l’avenir, c’est différent!

  • A RX33 , La parade est simple à faire 16 millions de retraités , retirent leur liquidité de leur compte !!! Macron sera très très content !!! ?

  • Que dire de plus à part la la formation et le choix des « homme politique » ou alors le système de republique représentative

  • Si le coût de l’État était le seul problématique, il serait facile à résoudre. Or ce coût exorbitant n’est que la face émergée de l’iceberg : l’État n’est qu’un intermédiaire coûteux car il n’est même plus le destinataire final du « pognon de dingue » prélevé sur la population. Le destinataire final, c’est le capitalisme de connivence. De ce point de vue, le système dans lequel nous sommes piégés est encore pire que le communisme car nous sommes dépossédés non seulement à titre individuel mais aussi à titre collectif.

    Le capitalisme de connivence se caractérise par le fait qu’il est anti-progrès et anti-évolution puisque son chiffre d’affaires est fait de surfacturations. Comme il fait du boulot médiocre que personne n’accepterait d’acheter au prix qu’il facture, il ne devrait pas avoir de clients. C’est là où les pouvoirs publics interviennent : ils forcent les contribuables à acheter des produits et des services surfacturés. Au moins par deux moyens assez évidents : 1) L’abus de prélèvements obligatoires qui permet aux pouvoir publics de se substituer aux citoyens pour acheter à leur place ce que ceux-ci ne voudraient pas acheter à des prix qu’ils n’accepteraient pas de payer ; 2) L’abus de réglementations qui obligent les individus à engager des dépenses superflues à des prix exorbitants, et sans cesse renouvelées du fait de l’obsolescence programmée par les dites réglementations toujours « évolutives ».

    Il faut donc fermer le robinet des taxes et des réglementations pour assécher le flot d’argent qui vient payer les surfacturations et les dépenses que l’État rend d’autant plus obligatoires qu’elles sont superflues. A la place, les gens travailleront pour des entreprises qui, acceptant la concurrence, redeviendront compétitives, et ils seront replacés sur une trajectoire d’évolution redevenue motivante. Ce n’est pas une option car, pendant que nous sommes forcés à la régression, l’évolution se fait ailleurs.

    • Tout cela fait partie des « coûts de l’Etat », si je ne m’abuse. Il s’agit de contrats payés d’argent public, dépenses décidées dans un cadre réglementaire et avec l’argent des impôts et des taxes.
      Bien sûr que c’est un problème majeur, mais je ne vois pas en quoi il serait à part.

      • @ durru
        Ben non! Il est clair (dans mon esprit, en tout cas) que c’est la complexité législative et réglementaire françaises qui handicapent la France, à l’exception de rares secteurs et de petites entreprises débrouillardes! Personne ne vous force à être stupide!

  • Là où je bosse, j’ai appris que le PAS c’est pour début janvier.

    La rentrée va être grandiose.

    Pop-corn

    • @ Théo31
      Pour rire, vaut mieux être à l’étranger! Sur place, vous risquez d’être prélevé trop ou trop peu, mais ils atteindront leurs objectifs! Ne vous tracassez pas!
      Hors de question de parler d’échec, évidemment!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles