Le gouvernement n’a toujours pas compris le message

Pour le gouvernement, la crise sociale ne peut être résolue qu'en demandant aux entreprises de faire un effort. Voilà qui est original.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement n’a toujours pas compris le message

Publié le 10 décembre 2018
- A +

Après plus d’un mois d’agitations dans le pays, après plus d’un mois de milliers de papiers dans la presse, de chroniques, d’analyses et de tribunes de tout ce que le pays contient d’intellectuels plus ou moins proclamés, on peut raisonnablement imaginer que le problème est cerné, les motivations des uns et des autres exprimées et comprises et que le gouvernement, maintenant au courant de tous les tenants et de tous les aboutissants, entend résoudre la crise qui s’est ouverte devant lui.

Il n’en est rien.

Si l’on s’en tient à ce que la presse relate, le gouvernement est actuellement en position fœtale, sanglotant sous ses couvertures avec ses petits poings fermés. Et s’il serait de bon ton de garder de saines distances avec ce que cette presse nous explique compte-tenu du taux invraisemblable de calembredaines qu’elle colporte régulièrement avec gourmandise (et ce d’autant plus que, subventionnée à mort, elle n’est plus en prise avec son lectorat depuis un moment), on peut cependant accorder quelques crédits aux déclarations officielles des membres de l’exécutif qui expliquent à peu près tous en chœur : « c’est pas ma faute ».

Ainsi, pour Emmanuel Macron, la situation est à ce point tendue, bien sûr parce qu’il y a trop d’impôts et trop de taxes, mais aussi (et surtout ?) parce qu’il n’est vraiment pas aidé. Dans ce que des élus l’ayant rencontré décrivent comme un moment « d’intense honnêteté » (l’honnêteté moyenne ou basse intensité étant semble-t-il plus souvent la norme, quoi que cela puisse vouloir dire), le président de la République a courageusement rejeté une partie de ses problèmes sur ses collaborateurs cette bande de clowns incompétents :

le locataire de l’Élysée a également critiqué, sans fard, certains de ses collaborateurs : « Vous n’imaginez pas comme je ne suis pas aidé… » a-t-il admis.

En somme, tout ce qui arrive maintenant est un fâcheux concours de circonstances : s’il n’y avait pas eu ces satanés collaborateurs qui n’aident en rien, Macron n’aurait finalement pas accepté les mesures imbéciles de son Premier ministre d’imposer le 80 km/h sur les routes, tout comme il n’aurait pas tenté de supprimer les APL. La hausse de la CSG, des impôts divers et variés, l’avalanche d’autres taxes, les déclarations débiles et les petites phrases à l’emporte-pièce, tout ça, c’est la faute aux collaborateurs, na, d’abord.

Au moins, on n’aura pas trop de mal à voir qui prendra la dégelée lorsque le prélèvement à la source (et son lot de problèmes puis la grogne inévitable qui s’en suivra) entrera en force l’année prochaine : Darmanin constitue une parfaite tête-à-claques, idéale pour ce genre d’exercices.

Il n’en reste pas moins vrai qu’au final, c’est tout de même le Président de la République qui donne son accord et détermine effectivement les impulsions politiques prises par le gouvernement et la majorité parlementaire avec lui. Malheureusement, cette défausse assez lamentable n’a rien de fortuite : elle est parfaitement courante au sein de nos institutions.

En pratique, il semble bien qu’en République Française, il n’existe pas un problème, une catastrophe ou une crise qui ne puisse être savamment rejetée vers un factotum, un sous-fifre ou un tiers sans rapport. Élément ô combien significatif de la politique actuelle dans ce pays en voie de décomposition : la responsabilité individuelle, qu’on a déjà largement retirée au citoyen, s’est aussi totalement évaporée de nos institutions et de ceux qui les dirigent.

Et cette évaporation est d’autant plus pratique qu’elle permet alors de désigner des boucs-émissaires qu’on choisira pour leur incapacité naturelle à se défendre.

J’en veux pour preuve les récentes déclarations de Muriel Pénicaud qui serait apparemment ministre du Travail (cette information restant à vérifier tant elle paraît peu crédible) : pour notre multimillionnaire, la crise actuellement traversée par le gouvernement ne peut se résoudre que si tout le monde fait correctement son travail. Pour elle, pas de doute :

« Nous sommes en urgence sociale absolue et donc urgence économique. Il faut que les entreprises fassent leur part. Tout le monde peut faire quelque chose donc tout le monde doit faire quelque chose. »

Voilà, c’est dit : tout le monde doit faire sa part, scrogneugneu. Mais… Sa part de quoi ?

Muriel, elle ne lance pas des trucs comme ça, sans savoir. Muriel, elle a longuement réfléchi au problème et elle a donc la réponse, qui se traduit en deux points essentiels qui montrent à la fois l’ampleur de sa réflexion et sa compréhension profonde du sujet.

D’une part — et c’est évident — les entreprises doivent hausser les salaires. Facile. Au lieu de payer les gens 1 500 euros, il faut les payer 1 600, ou 1 700 ou pourquoi pas 2 000 tant qu’on y est. Voilà. C’est dit. Pas de quoi faire un bazar dans tout le pays, hein ! Les entreprises, munies de Licorne 2018, un logiciel fourni par l’État, trouveront de l’argent sans aucun problème. Pouf. Problème résolu.

D’autre part — et c’est si évident que c’en est trivial, mes petits amis — elle recommande aussi dans la foulée aux Français de soutenir les petits commerces, nom d’une pipe ! Avec ces mouvements sociaux, les centres-villes sont désertés et en cette période consumériste où les gens pensent aux achats de Noël, voilà une fort mauvaise idée que d’aller bêtement bloquer un rond-point alors qu’on serait mieux à prendre un petit thé chaud en choisissant chez Fauchon quel caviar on dégustera au réveillon, enfin voyons.

C’est tout de même un peu un scandale, quand on y pense comme Muriel y a pensé très très fort ces derniers jours, de se rendre compte que les Français ont peur de se rendre dans les petits commerces, de se faire racketter en ville par les racailles ou tabasser par les flics, et qu’ils restent chez eux pour commander sur internet ! C’est impensable d’imaginer que ces Français préfèrent la sécurité de leur domicile et les prix pratiqués par les géants comme Amazon plutôt qu’opter d’aller jusqu’en ville !

Pourtant, quel plaisir de rouler dans la campagne française à 1,5 euros le litre de gasoil ! Quel bonheur sucré que de parcourir ses routes secondaires et de s’y faire flasher à 83 km/h en rejoignant la bourgade la plus proche ! Quelle joie de s’y prendre une prune pour s’être mal garé (ou devoir payer un stationnement hors de prix) ! Quelle aisance que déambuler dans des rues parsemées de faunes interlopes aux objectifs pas toujours commerçants et dont la police se fiche car elle a trop à faire avec la circulation et les parkings ! Quelle réjouissance que faire des achats dans des boutiques de moins en moins bien achalandées, aux prix de plus en plus étudiés pour contrer une avalanche de taxes, au personnel de moins en moins présent et affable alors qu’employer devient chaque jour plus risqué ! Et je ne parle même pas de la période actuelle qui, à ces joies habituelles, ajoute celles des opérations inopinées de citoyens enjaunés, d’autres encagoulés, et d’autres embrigadés au point de rendre l’ensemble extrêmement festif…

Devant cette distribution de bisous, on ne comprend vraiment pas pourquoi les Français préfèrent cliquer sur les intertubes ! Et on ne peut qu’abonder dans le sens de la brave Muriel : allons, les Français, soyez sympatoches et arrêtez de pétocher ! Ne boudez plus, allez claquer vos thunes dans les magasins en ville, voyons !

Oui, Muriel rime vraiment avec opérationnel. Devant la crise, sa réponse semble parfaitement adaptée : les gens ont des problèmes de pouvoir d’achat ? Qu’on diminue les prix et qu’on augmente les salaires, pardi !

Et notez bien : tout le monde doit faire sa part. Tout le monde, depuis les citoyens jusqu’aux entreprises.

Quant à diminuer le train de vie de l’État, Muriel n’en pipe pas un mot. Diminuer les taxes en diminuant la dépense publique ? Allons. Muriel ne rime pas du tout avec rationnel, voyons ! Tout comme le pauvre Emmanuel qui est « bien mal aidé », la brave Muriel n’est en rien responsable de la mauvaise volonté des entreprises à augmenter leurs salaires et des Français à dépenser leur argent !

Une chose est vraiment certaine : ce n’est pas la faute à l’État, forcément.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (83)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (83)
  • claude henry de chasne
    10 décembre 2018 at 9 h 55 min

    j’ai piqué une image.. arfff

  • Lol. Je me vois parfaitement dans cette description du pauvre type qui veut faire ses achats de Noël dans la grande ville proche. Finalement cela sera sur Amazon et livré chez moi.

    Sinon comment elle raisonne cette tanche:
    On augmente les salaires, l’Etat touche plus de thunes, elle ira acheter du caviar chez Fauchon. Le reste ? Pfff on verra bien, l’avenir nous le dira.

    Bande de cigales, je vous passerais bien au napalm ! C’est si bon, si chaud, ça colle à la peau. 😉

  • claude henry de chasne
    10 décembre 2018 at 10 h 11 min

    ce qui va etre croquignolet , c’est de voir comment les choses vont etre empaquetées ce soir pendant l’allocution..
    seul cas qui pourrait fonctionner:

    « mes chers compatriotes »
    « je démissionne car vous êtes définitivement trop cons et je me casse aux Seychelles , démerdez vous! hop rideau on éteint la lumière en partant.

    tout le reste ne servira a rien

    • Pas mal, mais je sens plutôt un « je vous ai compris, en conséquence on va changer une tête ou deux et continuer comme avant, je vais emprunter un peu plus pour vous distribuer quelques pets de licorne gratuits avant Noël et pendant ce temps, vous, vous allez bien sagement rentrer chez vous. D’accord ? »

      • Ah le fameux « Je vous ai compris »: une expression célèbre à prononcer pour se faire vénérer – provisoirement – par tous ceux qui subiront la prochaine déconvenue….

      • claude henry de chasne
        10 décembre 2018 at 11 h 10 min

        si ce’st çà la vente de calbutes en kevlar a la boutique de l’assemblée
        va crever tous les plafonds

  • De toute façon ça peut que se terminer avec une taxe, une loi, une tape sur les boules et roule ma poule.

    • On se dit qu’effectivement, une loi s’impose maintenant, surtout que cela fait longtemps…

    • Ou simplement une augmentation de la TVA de 5 points pour couvrir les réparations de tout ce qui a été endommagé, compenser les pertes des commerçants donc des entrées de TVA qui étaient censées payer la partie déficitaires des régimes de retraites, du trou de la sécu et des indemnités chômage….

  • Jouissif. Merci de m’avoir fait découvrir ce waste of space étatique. Ministre du travail? Ca se saurait.

  • Je pense qu’une lecture commentée de « La Grève » s’impose à nos amis Manu et Muriel, pour qu’ils comprennent que fuir ses responsabilités en se défaussant sur ses subordonnés ou sur le « tout le monde n’a qu’a » est une très mauvaise idée sur le long terme.

  • claude henry de chasne
    10 décembre 2018 at 11 h 08 min

    ls seuls mots a éviter a mon avis sont

    « écologie » , « changement climatique » , « garder le cap », « en meme temps » et « bande de bouseux’

    • Cela n’a pas empêché les bobos de faire le carnaval déguisés en ours en peluche à Nation pendant que le bateau coule.

    • On dira « Transition climatique », ou encore développement durable comme dans le pacte de Marrakech, ou encore « inclusif », faire un site Web et « résoudre la problématique femmes-hommes »…

      • claude henry de chasne
        10 décembre 2018 at 15 h 51 min

        en exclusivité l’allocution de ce soir

         » Mesdames, Messieurs, la nécessité de répondre à votre inquiétude journalière, que vous soyez jeunes ou âgés, conforte mon désir incontestable d’aller dans le sens de solutions rapides correspondant aux grands axes sociaux prioritaires.

        Par ailleurs, c’est en toute connaissance de cause que je peux affirmer aujourd’hui que le particularisme dû à notre histoire unique conforte mon désir incontestable d’aller dans le sens de solutions rapides correspondant aux grands axes sociaux prioritaires.

        Dès lors, sachez que je me battrai pour faire admettre que l’aspiration plus que légitime de chacun au progrès social a pour conséquence obligatoire l’urgente nécessité d’un avenir s’orientant vers plus de progrès et plus de justice.

        Je tiens à vous dire ici ma détermination sans faille pour clamer haut et fort que le particularisme dû à notre histoire unique doit prendre en compte les préoccupations de la population de base dans l’élaboration d’une valorisation sans concession de nos caractères spécifiques.

        Et ce n’est certainement pas vous, mes chers compatriotes, qui me contredirez si je vous dis que l’acuité des problèmes de la vie quotidienne doit prendre en compte les préoccupations de la population de base dans l’élaboration d’une valorisation sans concession de nos caractères spécifiques.

  • En ce moment, ils sont cinquantes autour d’une table à rigoler et reprendre leur sérieux quand ils s’aperçoivent que la caméra est sur eux !

    On peut espérer qu’ils n’ont pas la TV sur les rond-point …

    • Le mec va la jouer humble et larmoyant, nous promettre peut être un référendum sur les taxes écolos et un moratoire sur le prélèvement à la source; et revenir sur quelques conneries tout en virant une ou deux grosses buses… et ça serait déjà un bon début.
      Mais quand je vois Lemaire, ce gros poulet sans tête, promettre qu’il va aller au contact avec les GAFA même sans les allemands (qui sont un peu moins cons), je me dis que la psychose compulsive de nos dirigeants ne pourra se soigner que si l’on sépare leur tête et leur corps…

  • claude henry de chasne
    10 décembre 2018 at 11 h 51 min

    pourtant ,des mesures il y en a
    faire cotiser les ponctionnaires pour alimenter le chomage ,
    faire fonctionner le chomage comme un prêt a taux zéro ,
    tu constitues une reserve (1 an de salaire) quand tu dep

    • claude henry de chasne
      10 décembre 2018 at 11 h 53 min

      dépasse on te prête de l’argent a taux zero que tu rembourses dés que t »a trouvé du boulot..( bonjour l’incitation a retrouver du travail)
      le RSA pareil , au bout de deux ans la parentèle est priée de cracher au bassinet
      etc.. etc..
      vous voyez quand on est pas énarque des solutions on en trouve

    • c’est dommage que vous n’ayez connu le chômage vous seriez peut être plus mesuré…

      • De toute façon, le chômage est limité à un an. Si assez d’activité auparavant, sinon c’est moins. Le principe y est déjà, mais les gens n’en ont pas conscience.

        • claude henry de chasne
          10 décembre 2018 at 17 h 55 min

          durru
          non
          Pour les moins de 53 ans, la durée d’indemnisation chômage est comprise : entre une durée minimale de 4 mois ; et une durée maximale de 730 jours (2 ans).10 avr. 2018

  • Manu stp évite de plonger la tête dans la neige avant ton allocution de perlimpinpin…couilles basses, ton sobre, et surtout, surtout, ne pas insulter les Français. Ils sont certainement imparfaits mais bordel depuis 50 ans qu’ils rackent pour tes potes, respect quand même. Hein ?

    • L’ensemble des élus nationaux représentent une dépense par foyer fiscal de 3 ou 4 Euros et par an. Ok ! certains se sucrent bien.
      Mais c’est l’ensemble des Français qui vivent trop bien depuis 50 ans, c’est aussi la faute à nos politicards qui ne pensent qu’instant présent alors qu’il ne surveillent que leur popularité… Là ON avait un type qui voulait préparer à l’avenir et en fait ON est reparti pour 3 ans 1/2 d’immobilisme. Comme avec le prédécesseur 1 pas en avant et 3 en arrière et donc ça ne fera que 55 ans…

      • Je ne sais pas où vous êtes allé chercher vos chiffres, mais venir nous dire que les quelque 500 000 élus nous coûtent environ 60 millions c’est un peu fort de café.
        Rien que les retraites, protections et autres petits avantages des anciens présidents, premiers ministres, ministres de l’intérieur et autres anciens dignitaires (hors députés) doivent largement dépasser ces montants.

        • @durru
          Bonsoir,
          Il me semble que la seule Assemblée Nationale coûte autour de 300 millions par an, dont plus de 45 millions pour les députés, plus de 80.000€ par tête.

    • chassez le naturel….il va tenter mais il va encore se louper…^^

  • Aux USA le nouveau Président fraîchement élu prête serment en se touchant le coeur. En France le Président se grate les couilles. Pendant ce temps les contribuables affutent leur arrière train. Et en effet c’est une pluie sans fin. CPEF. Cela s’arrêtera que dans la catastrophe. Depuis le temps qu’on le dit. BORDEL

  • le traumatisez pas le jupiter , il a déjà pris une baffe , son orgueil aussi , lui l’intelligent au dessus de tout le monde , ce soir il peut chanter parole , parole , parole … celui qui décide , tire plus vite que son ombre , insulte son peuple , insignifiant personnage !!!

    • C’est très bien de critiquer mais c’est mieux d’avoir des solutions efficaces et aussi acceptables à proposer !
      Moi j’en ai des efficaces mais malheureusement pas super acceptable :
      Au titre de la simplification, suppression de toutes les taxes qui contribuent à moins de 1% du budget de l’État;
      Réduction des postes les plus important de dépenses (c’est l’École, l’Enseignement Supérieur et la recherche) École obligatoire jusqu’à 16 ans donc l’État ne finance plus que jusqu’au BEPC;
      On baisse le niveau de remboursement de la Sécu et ON ne prend plus en charge les arrêts de travail;
      On limite à 6 mois les allocations chômage;
      D’autre réformes qui ne rapporte presque rien mais qui corrigent certaines indécences Réduction de moitié des députés et de leur solde, regroupement Sénat / Conseil Économique et Social limité à 3 élus par régions réduction des retraites des anciens présidents… Économie oui mais très légère (actuellement cela doit représenter 3 ou 4 €uros par foyer fiscal et par an soit 2 ou 3 café au troquet du coin) Le rétablissement de la partie d’impôt sur la fortune est du même acabit (dont un peu gagne petit).
      Ah OUI, j’oubliai les retraites actuelles (donc la mienne aussi) sont financées par les cotisations des salariés mais les régimes sont déficitaires de 20 Milliards par an donc il faut baisser les retraites (C’est moche !). Il faut également tailler dans les aides du type RSA, APL….
      Avec tout ça Jupiter et le Barbu de Matignon peuvent baisser les impôts et taxes mais ce sont des PROPOSITIONS INACCEPTABLES !
      Alors si vous avez des idées (qui n’endettent pas plus le pays), je pense que les politicards sont prêts à écouter et les entendre (On ne sait jamais…).

      • Il suffit de lire les rapports de la Cour des Comptes.

      • vous avez oublié de supprimer carrément certains ministères qui ne servent à rien mais à part s’immiscer dans nos vies,rogner nos libertés ou vouloir nous enseigner leurs doctrines fumeuses.

      • claude henry de chasne
        10 décembre 2018 at 17 h 59 min

        c’est bien , mais qui va vous élire avec ce programme , et quand bien meme combien de temps pourriez vous tenir barricadé quelque part?
        il y a le souhaitable, le possible , et l’acceptable , on ne dirige pas un pays comme un mac do

        • @claude henry de chasne
          Bonsoir,
          « on ne dirige pas un pays comme un mac do »
          Les McDo sont bien gérés : ils ne sont pas en faillite.
          Ensuite, un pays ne se dirige pas. Ceux que l’on nomme « dirigeants » n’en sont pas : ils sont des représentants au service du pays et de ses citoyens. Un représentant qui a la confiance de ceux qui l’ont placé peut prendre quelques décisions d’urgence, de temps, pas sur tout. S’il n’a pas pas la confiance, il risque gros. Il lui faut aussi être crédible et légitime. Macron et ses guignols n’ont rien de tout ça.

          • claude henry de chasne
            10 décembre 2018 at 18 h 32 min

            Bonsoir
            quand je dis diriger , je pense décider.
            il ne vous a pas échappé que quand le gouvernement decide , le citoyen paye sinon il va en taule.
            oui les mac do sont bien gérés , mais la problématique est beaucoup plus simple ..
            Dans la 5 eme republique , les gens chargés de diriger l’etat sont élus. il s’agit d’une democratie parlementaire , vieille ,dont la constitution a été élaborée a un autre age et ne correspond plus aux besoins actuels , tout le monde le voit bien.

            je ne suis pas macroniste , je suis libéral , mais je pense que le president est légitime a partir du moment ou il a été (mal) élu.;

            dans le cadre de la constitution.. sauf quand il veut imposer un programme écologiste pour lequel on a pas voté..là il y a une reaction.. on l’a bien vu, on ne peut pas faire n’importe quoi ici
            si le régime tombait par-quoi de pertinent le remplacer?

            que faire dans l’intervalle? je pense que les français n’accepteront pas un coup d’etat.. des lors il serait bon de retourner aux urnes
            pour changer l’assemble nationale deja , mais pas avec un code électoral uninominal majoritaire a 2 tours qui arrive au bout du bout a proposer un nain qui se trouvera élu pour éviter le FN
            ce coup on nous le fait depuis 30 ans

      • @Jean-M64
        Bonsoir,
        1) Elaguer le Sénat et l’A.N : 2 députés par département, 1 sénateur par département.
        2) Eclaircir le gouvernement :
        – un Premier ministre ;
        – un ministre de l’Intérieur (la Police) ;
        – un ministre de la Défense (l’Armée);
        – un ministre des Affaires étrangères (diplomatie) ;
        – un ministre de la gestion des dépenses publiques.
        3)Suppression des subventions aux médias, associations, syndicats, partis politiques, aux entreprises publiques, qu’elles le soient à 100% ou moins (typiquement la S.N.C.F à 100% et E.D.F à 73%).
        On est sur des milliards, voire plus d’une centaine de milliards.
        4) Flat tax à 10% pour tous sur les revenus. Taux maximum. Taxe unique.

        • « … plus d’une centaine de milliards » d’économie.

        • Très libéral, >>> plus de retraite, plus de frais pour l’éducation, plus de Sécu, Les fonctionnaires deviennent bénévoles à mi temps car il faut leur laisser du temps pour aller faire la manche à la sotie des hôpitaux publics…
          Ça semble efficace mais au second épisode de cette fiction dramatique pour tous : De Profundis pour E. Macron qui a cédé sa place à son « Grand Ami » le Général De V…s. C’est une affabulation que même en tant qu’ancien militaire je ne trouve pas souhaitable.

      • Réduire le salaire des élus ? Non on supprime , plus rien ni retraite ils ne seront pas plus corrompu pour autant voir moins.

  • @lou17, vous savez le pire chez l’humain ?
    C’est celui qui se croit intelligent. Finalement macron est un vrai con. Un con qui s’ignore c’est très moche. Mais pire, devenir le boufon du monde et dépasser le maitre Hollandouille, là je dis: BRAVO ! 😉

  • Mais en même temps, ça va nous couter un pognon de dingue ! ??

  • Finalement les GJ savent que Paris est la ville qui persécute la France entière. Supprimons Paris ?

    • Bonne idée, et on la remplace par un rond-point qui facilitera la circulation automobile de région à région.

    • Il ne faut pas exagérer mais c’est un peu vrai…
      Le gros des entreprises sont concentrées en Région parisienne. À l’époque de VGE, il y a eu une soi-disant décentralisation ; j’étais dans une boite ON a déménagé 4 fois toujours en RP (et une fois a consisté à revenir on on était avant) le 3ème on a changé de département (escale dans le 91) puis retour dans le 78. Et bien sur à chaque fois le contribuable a raqué.
      En fait il faudrait refaire la même chose mais avec des taxes sur le personnel qui pourrait être ailleurs que dans la RP, Lyon, Marseille, Bordeaux au profit des entreprise qui s’implante ou déplace leur personnel en région 250km de Paris et 100km des autres gros pôles industriels. Répartition sur l’ensemble du territoire, moins de pollution, rééquilibrage des loyers etc

  • Jubilatoire cet article, merci !
    Les multimillionnaires devraient être interdits aux commandes, trop déconnectés de la réalité.

    • OUI ! T’as raison mon gars. Les GJ veulent des assemblées territoriales que l’on peut appeler « Conseils » ce qui en traduisant se dit « Soviets »
      Donc République Soviétique de France… Un Soviet Suprême et ;
      À qui le poste de Secrétaire Général ???

  • Je ne regarde pas les débats télévisés. Très peu pour moi des types qui veulent imposer leur point de vue à leur contradicteur sans même essayer de comprendre ce qu’il a à dire.

    Mais je dois avouer qu’un débat opposant H16 à n’importe quel sinistre serait jouissif. J’imagine la tête déconfite du sinistre devant H16 lui démontrant son incompétence et ses incohérences en pleine face.

    Cela vous tenterait-il M. H16 ? 😉

  • En fait, le message de base était apolitique, partant du simple constat de spoliation fait conjointement par une large partie de la population.
    Mais un politique est incapable de répondre à un tel message : ce serait reconnaitre que sa politique est mauvaise.
    Quand on négocie avec une adversaire ou un syndicat, on n’a pas à reconnaitre ses torts, on fait preuve d’ouverture et de magnanimité.
    Le gouvernement recherche donc désespérément des négociateurs capables de représenter les GJ. Mais il ne peut pas y en avoir car il n’exprime pas une opinion mais un raz le bol.

  • @jean, moi je dis napalm c’est bon c’est chaud !
    Que voulez vous faire avec un bordel pareil ?
    Il faut faire reset et repartir sur des bonnes bases. Et c’est même impossible en France avec une inculture économique aussi importante. Je vois plutôt l’histoire se terminer en urss, Venezuela, cuba. Une lente agonie avec toujours plus de leader foireux et de citoyens populistes.

  • Mr Chevalier confirme mes peurs: http://chevallier.biz/
    Cf GJ.
    On ne peut pas réformer la France.
    1-l’Etat et les médias refusent
    2-les gens veulent plus d’Etat
    (Et plus de taxes pour les autres)
    Que voulez vous ma pauvre Dame ?
    Bientôt nos filles et nos femmes n’auront que la prostitution comme à Cuba. Les autres essayeront de conduire un Taxi. Les Chinois viendront prendre des photos de ce ZOO grandeur nature.
    Bon, peace !

  • @Michel, c’est pas l’Italie qui a inventé le plus c’est gros plus ça passe ?
    La vaseline ne sert plus à grand chose, mon avis est que les gens préfèrent aujourd’hui y ajouter une poignée de clous avec un peu de sable.

  • En plus, la catastrophe commerciale de fin d’année, ce sera la faute ees gilets jaunes, alors que dès début octobre, on s’inquiétait (pas trop fort) d’une baisse très importante ees centres commerciaux (on n’osait sans doute pas parler des commerces de centre ville).
    Ben oui, c’est pas leur faute…

    • Je trouve vos commentaires très pessimistes ; dans une heure vous aurez une consultation commune et on vous délivrera une ordonnance qui devrait vous permettre de vous rétablir de vos petites crises d’ado ou de retraité ; chacun y prendra ce qui le satisfera ; sa dose de pétrole moins chère, une prime pour se chauffer alors que le climat se réchauffer , un coup de pouce au smig qui paye moins que le rsa , une taxe d’habitation gratos pour tous et une visite de Monsieur aux maires de France pour leur expliquer que son gouvernement s’occupe mieux des problèmes locaux ces incompétents de communauté de communes
      Enfin , soyez optimistes , le climat va se calmer dans les rues de Paris comme sur la planète entière en faisant un petit effort de payer plus de taxes et moins consommer
      A+ à 9 heures du soir

  • @fritz, tu tournes au pepers ou quoi toi ? Lubre à toi. Mais épargne les anus qui n’en veulent pas.

  • Pardon poppers, désolé je ne suis pas un pro. Moi 😉

  • Putain l’annonce de Macron d’augmenter le smic, je tombe sur le cul (expression vernaculaire de « je suis pantois ») je pensais qu’il pouvait être intelligent mais ce mec n’a aucune culture économique avec son vague verni libéral d’abroger l’ISF…il a dû écouter le MEDEF comme si ces mecs étaient des entrepreneurs représentatifs…et en plus il pense faire double benef en ouiouitant le MEDEF car 100 euros de plus pour le smic c’est juste 100 euros de plus dans les popoches de l’état (win win, mais oui mais oui) au détriment de l’entreprise et de l’embauche. Les instances du MEDEF sont soit inconscientes, soit ils savent très bien que papa sera là quand il faudra pondre des petites lois qui favorisera leur business socialiste, qui leur permettra ainsi d’empocher dans une économie mondialisée et donc de contenter l’électeur. Et si tout cela se termine par une ruine puis une guerre c’est pas bien grave… des winners les mecs ! Vive la France ?

    • Il n’a pas dit qu’il augmentait le smic il diminuait les charges de 100 euros si j’ai bien compris mais vu qu la ministre intervenant sur TF1 , spécialiste d’apres elle du travail pour faire taire les autres a compris comme toi je m’incline .et donc il a augmenter le salaire de 100 des smicards et de 2 millions de personnes au dessus du SMIC , disait la spécialite ministre du travail qui connait tout .

  • Pardon fritz, je maîtrise pas l’humour noir. On dit smic non ? Enfin on s’en fout c’est des conneries toussa toussa.

  • Le fameux en même temps…

  • J’ai compris l’intérêt économique de la France mais en même temps je préfère maintenir le peuple dans l’ignorance pour ne pas nuire à l’incohérente cohésion nationale…c’est bien triste

  • on a beau le savoir, c’est toujours impressionnant de noter la déconnexion et l’incompétence de nos politiques.
    une preuve de plus ce soir : je doute que le mouvement cesse.

  • aucuns mots de réduire le Budget de la Dépense Publique… cela ne va pas s’arranger dans les entreprises , logique l’augmentation du Smig et pour les autres avec leur qualification , ils n’auront pas d’augmentation !! puisque l’on parle du Smig ,
    celui qui est au dessus de 200 euros ne sera pas concerné … Malaise …Ensuite dire nous nous sommes trompé sur la CSG des retraités et Contredire le ministre des finances qui affirmer que la CSG des retraités
    ne sont pas concernés par une Baisse !!
    Il y a quand même un probléme majeur
    manque de cohérence , en 4 semaines au fond , c’est une politique a court terme sans vision , juste pour calmer !!! ..Combien de temps ?? Quand a ces paroles malheureuse
    elles sont dite , les excuses ne les effacera pas !!!

  • Jouissif.
    Merci H16 ; en cette période, les petits plaisirs, comme votre article, sont bienvenus.

  • Ma perception de la situation et de notre société est parfaitement décrite dans cet article !
    Sur le plateau télé ou elle était présente hier et ou il s’est parlé de L’ISF, personne n’a pensé a demander a Muriel son témoignage perso sur ses 60 000 € de gagné par an ? C’est ballot ! ?

  • Pourtant la solution est simple: créér une commission!
    « Commission d’étude des possibilités d’économie de dépenses de l’Etat ».
    Bien sûr, il faudra choisir des membres à la compétence certifiée par l’ampleur du salaire offert.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Formidable développement ce dimanche 19 décembre en politique américaine : le Build Back Better (BBB), 5 trilliards de folles distributions d’argent public aux clientèles démocrates, vaisseau amiral législatif de la présidence Biden, vient d’être officiellement et définitivement coulé par le sénateur démocrate Joe Manchin, qui refuse de cautionner cette orgie de dépenses publiques, la plupart sans motif, dans un contexte désormais inflationniste. Inflation, gestion covid, déroute afghane, absence de résultats, la présidence de Biden menace de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles