Les aides à la presse : plus de 2 milliards d’euros !

Avec 63 centimes par exemplaire en 2013, le journal le plus subventionné est L’Humanité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints996 presse subventionnée

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les aides à la presse : plus de 2 milliards d’euros !

Publié le 4 mai 2015
- A +

Par Alexis Constant

La presse française reçoit chaque année plus de 2 milliards d’aides publiques. D’abord, des aides directes (aides à la diffusion, au pluralisme, à la modernisation) qui se sont élevées à 373 millions d’euros en 2013 (dont 120 millions pour les abonnements de l’État à l’AFP), d’après les crédits de paiements du projet de loi de finance 2013, qu’a analysés le financier et ex-journaliste Benjamin Dormann dans son essai Ils ont acheté la presse (Éditions Jean Picollec).

aides à la presse

À ce montant, s’ajoute une ribambelle de soutiens indirects pour un montant de 1,9 milliard en 2013. Des aides fiscales, ensuite : l’État accorde à la presse un taux « super réduit » de TVA à 2,10% sur les ventes, un régime spécial des provisions pour investissements (certaines dépenses peuvent être retranchées du bénéfice imposable des entreprises), et une exonération de taxe professionnelle.

imgscan contrepoints996 presse subventionnée

Des aides sociales : exonération de charges sociales pour les vendeurs colporteurs, prise en charge de 50% des cotisations assurance des correspondants de presse… Toujours prompts à se féliciter de la « justice » fiscale, les journalistes bénéficient d’un régime dérogatoire qui leur permet de déduire 7 650 euros par an de leur revenu imposable et d’un abattement de 20% sur les cotisations sociales.

Des aides postales, enfin : 143 millions d’euros ont été versés en 2013 à La Poste pour la distribution de la presse « en zone peu dense ». La Poste a également touché la même année 470 millions pour compenser le déficit dû aux tarifs postaux préférentiels dont bénéficie la presse écrite. Ce trou financier est compensé par les contribuables.

Les soutiens à la presse ont été créés au XIXe siècle afin d’encourager « la libre communication des pensées entre les citoyens ». On se demande quelle est leur légitimité actuelle, puisqu’à quelques exceptions près, tous les médias ânonnent aujourd’hui les mêmes versets du politiquement correct.


Sur le web. Article extrait du dernier numéro des Enquêtes du contribuable, «Le grand scandale des aides aux entreprises», en kiosque. Vous pouvez également commander en ligne ce numéro.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • ouf ! je suis rassurée ! la france est riche ! la france est pétée de thunes ! ha non ! l’on me dit que la santé et le logement vont être touché par de futures restrictions  » pour faire des économies  » ….comprend plus rien moi …d’un côté on dilapide bêtement , de l’autre on serre la ceinture …quel drole de pays dirigé par de droles de gens , toujours perché sur un petit nuage rose…..

  • malheur à l’homme politique qui voudra s’attaquer à ces privilèges !

  • Si l’auteur voulait bien inséré « Charlie Hebdo » avant et après l’attentat, la peinture serait encore plus complète. Merci

    • Charlie Hebdo n’a jamais été subventionné.

      • Peut-être que Charlie n’a pas eu d’aide directe mais indirectement par les aides versées à tous les partenaires de la chaine de distribution et par les avantages fiscaux aux journalistes, Charlie aussi a bénéficié d’aides.

  • Charlie, Libé, L’huma : n’achetez plus, volez les, ils sont à vous !

    http://www.mauvaisenouvelle.fr/?article=france-libe-est-morte-vive-la-presse—289

  • Les français avec leurs impôts subventionnent la SNCF les journaux et en plus ils payent leur ticket et leurs journaux. Racket de l’État. L’argent du contribuable utilise n’importe comment. Quelle honte !!!!!

  • Avec les frais de poste payés sur les abonnements par le gouvernement : on comprend pourquoi nos merdias sont si serviles, si de gauche.
    D’ailleurs le détenteur de la carte de presse doit bien gagner sa vie, car quand on a fini tous les abattements sur sa déclaration d’impôts,
    il peut encore déduire 7 650Euros de ses impôts.
    Mr Dormann, mets à jour les petits et grands secrets secrets : Il est poursuivi par de nombreux journalistes, dont Audrey PULVAR ; Nos journalistes ne SONT PAS CHARLIE, chaque jour, surtout quand cela les concernent, ils s’asseoient joyeusement sur la Liberté d’expression.
    L’état ne cesse de se porter au secours de Libération, par souci de la liberté d’expression…
    Quand France-Soir est mort , personne n’a couru à son chevet..
    Les subventions sont cachées dans le tableau ci-dessus, Closer, Voici, Le journal du tricot..Tous reçoivent leurs dîmes.

    « Ils ont acheté la presse » est un bien gentil titre pour une rpesse bien pourrie !

  • Scandaleux. Les contribuables financent leurs propres bourreaux !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
9
Sauvegarder cet article

Ah, finalement, qu'il est doux d'être journaliste en France dans un journal de révérence !

Jadis, c'était un travail fatigant, voire stressant et parfois même risqué : il fallait aller chercher l'information directement sur le terrain et la corroborer le carnet de notes à la main. Certains événements pouvaient impliquer de mettre sa vie en danger ; et certaines informations, une fois obtenues, pouvaient signifier une exposition directe aux rétorsions des puissants...

Heureusement, en France, ce temps est révolu : de nos jours, l... Poursuivre la lecture

Dans un précédent billet d'octobre, je notais l'apparition d'internet et de la décentralisation massive de la diffusion d'information qui ont conduit à une désaffection grandissante des médias d'information traditionnels.

Cette désaffection, en retirant progressivement aux États le pouvoir de manipulation des foules par la propagande, commence à se voir.

D'un côté, les gouvernements multiplient les lois de plus en plus restrictives sur ce qu'on peut publier, ce qu'on peut dire et ce qu'on peut diffuser. La liberté d'expression n... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Les narratifs s’épuisent

par h16

Il règne une étrange ambiance dans la presse, les médias officiels et les nombreux fact-checkers plus ou moins autoproclamés : progressivement, il apparaît qu'on doive donner un peu de crédit aux thèses farfelues (évidemment farfelues) des complotistes, ces petits rongeurs agaçants, qui sentent le dessous de bras et suintent la haine d'extrême droite voire le populisme rance et facile.

Bien évidemment, ces médias officiels ne peuvent ni l'admettre ni, à plus forte raison, expliquer où, quand et combien ils se sont trompé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles