Moratoire sur la hausse de la taxe carbone : le vrai débat commence

Le potentiel de rationalisation du secteur public avec un vrai « choc de simplification » est considérable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moratoire sur la hausse de la taxe carbone : le vrai débat commence

Publié le 5 décembre 2018
- A +

Par Peter Libtank.

Sur le plan économique, la question posée par les Gilets jaunes, et par les 70 à 80 % de Français qui soutiennent le mouvement, est très claire :

« Peut-on réduire la dépense publique (pour plus de pouvoir d’achat) sans casser les services publics, ni exploser la dette ? »

La réponse que le gouvernement vient d’apporter, ce mardi 4 décembre, est celle d’un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone — la taxe verte punitive la plus imbécile du monde, surtout pour notre pays — ainsi que sur la convergence des prix du diesel et de l’essence. Cette suspension temporaire est accompagnée par le report du nouveau contrôle technique automobile et le gel pour trois mois des tarifs de l’électricité et du gaz.

Mais surtout, le Premier Ministre reconnaît un « système fiscal complexe et injuste ». Il veut ouvrir un large débat sur les dépenses publiques dont il esquisse ainsi les contours :

« Si les impôts baissent, il faudra que les dépenses baissent (car on ne veut pas endetter nos enfants)… Nous devrons aborder le sujet du niveau des services publics dans les territoires ruraux. »

Il y a donc matière à espérer.

La maîtrise des dépenses publiques est la mère de toutes les réformes, la priorité par laquelle ce gouvernement aurait dû débuter son action pour obtenir des résultats et pour gagner en crédibilité, par exemple au niveau européen.

Un débat urgent

Le débat sur les dépenses publiques est devenu urgent. Malgré un niveau record de prélèvements obligatoires (taxes, impôts et charges sociales), les résultats (croissance, chômage, pauvreté, pouvoir d’achat, répartition des richesses, compétitivité, déficit, dette…) tardent, les classes moyennes les plus modestes souffrent et le pays s’enferme dans une magistrale impasse économique.

Si le pays ne se reprend pas en main, les marchés financiers et l’Europe l’y contraindront dans l’urgence et la douleur.

Évacuons tout d’abord les ineffables comparaisons avec le fameux modèle scandinave. La bien-pensance socialisante oublie toujours de préciser que la Suède, par exemple, est classée n°15 au niveau mondial en termes de liberté économique, alors que la France est n°71 (Classement 2018 de la Fondation Heritage), que ses fonctionnaires n’ont pas de statut et que le pays n’est pas endetté (44% du PIB contre presque 100 % pour la France).

Le modèle scandinave est celui de petits pays ultra rigoureux, où le secteur public est géré de manière décentralisée, comme un réseau d’entreprises privées. On ne peut pas s’en prévaloir pour justifier, en France, un niveau de fiscalité, excessif et inopérant. Encore moins pour en faire un modèle.

Pour mieux maîtriser les dépenses publiques il convient de « passer au peigne fin » tous les minima sociaux et toutes les prestations sociales pour s’assurer de leur efficacité et de leur équité redistributive.

Recentrer sur le régalien

Ensuite, bien sûr, il faut recentrer le secteur public sur ses missions prioritaires, en particulier régaliennes, et rechercher sans relâche à déléguer un maximum de services publics à des entreprises privées ouvertes à la concurrence.

L’objectif est de faire levier sur la plus grande productivité du privé, là où elle existe : plus de temps de travail, moins de congés, moins d’absentéisme, plus de jours de carence, des retraites plus tardives… avec une plus grande habitude au changement, une meilleure gestion RH (recrutement, carrières…), une hiérarchie moins lourde, des processus plus simples et plus évolutifs, une numérisation plus aboutie.

On peut même imaginer, pour créer une vraie « prise de conscience », de privatiser l’audiovisuel public (entre 20 et 30 % d’audience) et de supprimer la redevance audiovisuelle qui, elle, est payée par tous… Un référendum sur le sujet serait intéressant.

Une fois recentré sur l’essentiel, le secteur public peut alors choisir de s’organiser différemment pour plus d’efficacité.

Il ne s’agit pas de diminuer le nombre de fonctionnaires, de policiers, d’infirmiers ou d’enseignants qui sont sur le terrain. Bien au contraire. Il s’agit de les libérer du poids des procédures, des « petits chefs », des administratifs, des formulaires, de la paperasserie.. qui s’accumulent dans les bureaux pour gérer une complexité kafkaïenne.

Au 1er janvier 2018 : 18 régions, 101 départements, 222 communautés d’agglomérations, 1009 communautés de communes, 6714 syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU, 3729 syndicats type SIVOM ou mixtes, 35443 communes, 63000 écoles et établissements scolaires… Toutes structures avec leur élus ou leurs représentants, leurs dirigeants, leurs locaux, leurs administrateurs, leurs services d’intendance… En général, toutes deux à trois fois plus petites que leurs équivalents en Europe.

La paralysie réglementaire

La France, c’est aussi 400000 normes qui paralysent l’action des collectivités locales dont 80 pages de l’administration parisienne pour détailler les normes nutritionnelles dans les cantines : le nombre de saucisses à servir, leur poids, leur taille, leur nombre selon l’âge… (Rapport Lambert 2013), 2912 pages pour le Code du Travail, 322 pages pour la seule réforme Macron (Guides RF 2018), 10500 lois, 127000 décrets, 7400 traités, 17000 textes communautaires en vigueur dont certains datent du Moyen Âge….

Le potentiel de rationalisation du secteur public avec un vrai « choc de simplification » pour réduire le nombre de structures, de directions, de services, d’établissements, d’échelons territoriaux (départements), de comités Théodule, de corps d’État, de statuts juridiques, de formulaires, de normes, de règlements, de décrets… est considérable.

Une simplification massive du « système » permet de viser 10 à 15 % d’économies d’échelle, soit plus de 50 milliards €, c’est-à-dire un budget équilibré sans déficit public ou des prélèvements obligatoires inférieurs de plus de 5 points de PIB.

Pour diminuer la pression fiscale et gagner en pouvoir d’achat, sans toucher aux prestations sociales, les Français sont prêts à rompre avec leur histoire et leur culture.

Ils exigent de recentrer leur secteur public sur l’essentiel, d’externaliser tout le reste au privé, de regrouper un maximum de structures et de services, de procéder à un « choc de simplification sur les procédures, de libérer leur fonction publique d’un système obsolète, trop complexe et trop rigide.

Voici la « Révolution » que notre président doit mettre en marche… et apporter comme réponse structurelle à la question des Français sur l’efficacité de l’action publique.

Voir les commentaires (89)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (89)
  • Si les français veulent des « services » , pourquoi traduire cela par « services publics ».
    elle est là l’erreur des politiques français..
    la ruralité est elle en attente de services? certainement!
    Mais peut etre pas ceux que les communes et communautés de commune sont sensé mettre en place ,sans en contrôler les coûts
    Laissons des entreprises proposer des services, il sera bien temps de voir la concurrence installer le prix réel d’une prestation..
    La maison médicale est elle bien de la responsabilité de la commune?
    La pharmacie ne peut elle pas se doter d’un service de livraison 24h?

    Les services publics usuels ne peuvent ils pas etre accessibles en ligne? je peux meme acheter les timbres en ligne ou envoyer une lettre recommandée,
    bref , « le service public » est il nécessaire et jusqu’où et a quel coût

    • très bien pour vos propositions mais encore faudrait il qu’il n’y ait pas de zone blanche ou zone non couverte par internet ou les réseaux téléphoniques.
      On peut même imaginer comme en Australie, l’école à la maison grace à internet .

    • si c’est du service genre  » la gratuité des transports publics » ( lu sur une page fb gilets jaunes) euh….non merci hein…j’a pas envie de payer pour le transport des gamins des autres.

  • Ce qu’il y a d’amusant personne ne parle des niches fiscales qui nous coûte un pognon dingue. Alors moins de taxes doit être accompagné par La suppression des niches fiscales autrement c’est du routage de gueule.

    • non les niches fiscales ne NOUS coûtent pas un pognon de dingues, qui est le nous d’ailleurs? l’etat ou les contribuables?
      je rappelle que quand l’etat parle de manque à gagner…il oublie de mentionner que c’est du pognon qui reste dans la poche des gens!
      ce que vous ne dites pas c’est que vous vous voyez comme celui qui aurait du d’une façon ou d’une autre recevoir ce manque à gagner..

      la question est simple…qu’est ce qui justifie que l’etat taxe plus une personne pour la seule raison que cette personne soit plus riche?

      • peut on parler du fameux mille feuille administratif qui est un non sens, digne du monde de Kafka ou des shadoks « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué »!!!

        • Ah les fameux Shadoks qui ne savaient pas pourquoi il pompaient, mais pensaient que ça pourrait être pire s’ils ne pompaient pas…

    • les niches fiscales sont crées par bercy pour aiguiller certains investissements dans des domaines peu attractifs financièrement
      parlant.
      D’ailleurs il existe des scandales a ce sujet , notamment en ce qui concerne les investissements dans les dom tom..

    • Qu’est-ce qu’une niche fiscale ? C’est le constat que les impôts sont trop élevés, qu’ils prélèvent trop de pouvoir d’achat, détruisant irrémédiablement le potentiel économique.

      Si on veut supprimer les niches fiscales, il n’y a pas le choix. Il convient de supprimer les impôts correspondants.

      • voila ramenons l’impôt a la moyenne européenne

      • Quand on parle de niche fiscale, j’ai en tête l’image d’un gars qui fait un croche-pied, puis, comme pour s’excuser, retient sa victime par le bras pour qu’elle ne se fasse pas trop mal quand même. Et certaines victimes disent encore merci après.

        Tout ceci en essayant de profiter de l’occasion pour glisser sa main dans la poche et y piquer le porte-feuille.

    • Les niches fiscales ne nous coûtent rien. Ce qui nous coûte un max, c’est l’impôt dans lequel ces niches sont creusées, et dont le poids démesuré transparaîtrait immédiatement si on ne l’avait pas allégé de niches. Votre histoire, c’est comme si on accusait les trous de nous coûter cher quand on achète un kilo d’emmenthal…

  • Pardon foutage de gueule

  • Il y a un article sur France Info que l’on ne peut qualifier de climato septique intéressant.Pourquoi lèse énergies renouvelables sont moins propres que vous l’imaginez.

  •  » on ne veut pas endetter nos enfants « ….il me semble pourtant que chaque nouveau né est endetter de 30 000 euros avant même sa première tété …..du moins en France ….

    • Et, pour l’anecdote, le fonds souverain de la Norvège vaut 1000 milliards de dollars, soit environ 150 000 € par Norvégien. Mais les Norvégiens se souviennent d’avoir été pauvres.

      • Tout comme les Suisses! Et les habitants des pays de l’est. La France est le pays des enfants gâtés car c’était le plus riche avant la Révolution industrielle, qu’elle a effectué avec retard par rapport à ses voisins du nord.

        • Bientôt, les Français se souviendront d’avoir été riches, ou même d’avoir eu une chance de l’être et de lui avoir préféré 40 ans de socialisme !

    • C’est le cadeau que les anciens leurs ont réservé.

  • Je suis désolé mais à partir où de l’argent ne rentre pas grâce à une niche fiscale c’est un manque à gagner et on ne peut pas baisser les taxes et garder des niches fiscales.
    Apparemment il y a beaucoup d’adeptes même ici du beurre et de l’argent du beurre.

    • un manque à gagner pour qui???
      et la corollaire de ce que vous dites est que ce qui reste après impôt est aussi un manque à gagner … pour l’etat. ce que l’état n’impose pas est une niche fiscale!!!
      non c’est une resucée de la fiscalité n’est pas juste…or elle ne peut pas être juste…elle doit juste être dans le meilleur des cas acceptée et comprise.

    • vous ne comprenez pas que c’est l’etat qui les installe? et vous ne vous demande pas pourquoi? pour faire joli put etre? avec la rapacité qu’on lui connait?
      prenez la « prefont » pour les fonctionnaires en voila une belle de niche fiscale

    • @clés toujours pas pigé?

    • Le vrai manque à gagner, ce sont les nombreux français qui décident rationnellement de soit ne plus travailler autant, soit de ne même pas commencer une entreprise un tant soit peu risquée ou difficile. C’est un manque gagner pour tout le monde, aussi bien eux-mêmes que leurs clients/fournisseurs/employés potentiels. Et même pour l’état.

      • Bien sûr ! Et seule une baisse de la pression fiscale permettra à ces nouvelles entreprises d’émerger et de générer la richesse, les emplois et la recette fiscale correspondante. Quand je vois des jeunes médecins ne travailler que 3 jours par semaines parce que leur expert-comptable leur explique par a+b qu’au delà ils se font trop taxer pour rien. C’est juste un exemple parmi d’autres, mais cela montre à quel point la France est championne du monde du Tir-de-balle-dans-le-pied.
        C’est la preuve que l’effet Laffer est vraiment à notre portée. Toute baisse de la pression fiscale sera bénéfique, à court ou moyen terme.
        Et sur ce sujet, il faut arrêter de penser l’économie de façon statique, et enclencher les dynamiques correspondantes.
        Oui, cela fait partie du cout de la transition. Les entrepreneurs savent cela, un investissement a un prix d’acquisition et des coûts indirects de transition. C’est l’ensemble qui se finance, en terme de fond de roulement, avec à la sortie le gain visé.

      • Vous oubliez les chefs d’entreprises qui décident en toute conscience de ne pas embaucher pour ne pas dépasser un certain nombre de salariés, ou de ne pas prendre de nouvelle commande pour ne pas dépasser un certain chiffre d’affaire qui les ferait changer de catégorie.

  • le Premier Ministre reconnaît un « système fiscal complexe et injuste ». Il veut ouvrir un large débat sur les dépenses publiques dont il esquisse ainsi les contours :

    « Si les impôts baissent, il faudra que les dépenses baissent (car on ne veut pas endetter nos enfants)… Nous devrons aborder le sujet du niveau des services publics dans les territoires ruraux. »
    Puisqu’il le sait pourquoi il ne l’a pas fait il y a 18 mois ? Pourquoi a t-il fait ces hausses de taxes sur une cause imbécile : le Réchauffement Climatique qui est inscrit dans sa phase interglaciaire. Il y a d’autres scientifiques que ceux du GIEC qui ont pourtant reconnu que le CO2 n’était pas la cause, alors il va s’en occuper ou faut-il descendre dans la rue pour

  • la suite : faut-il descendre dans la rue pour avoir un débat démocratique ? Moi j’en veux un.

    • je ne suis pas d’accord…une bonne démocratie est une démocratie limitée…
      je comprends l’exaspération des gilets jaunes.. mais avoir un débat ne veut pas dire que la vérité ce fait jour à la fin..avoir un débat ne permet pas de mettre d’accord ceux qui aiment la choucroute et ceux qui aiment le cassoulet…

      c’est parce que les élus veulent se mêler de tout..au nom m^me de la légitimité démocratique que les gens se lèvent pour défendre leur droit et vie.

      82% des gens pour la taxe carbone? que ne la payent ils pas volontairement en abondant une caisse « citoyenne » pour financer leurs « projets ».
      j’en appelle donc à tous les hypocrite quand vous payez votre plein ou prenez l’avion vous versez en plus telle somme à un fond chargé de construire qui des éoliennes ou des trucs…pas besoin de l’etat.

      marte des « je veux une voiture électrique donc tu me la payes »..

      • Une bonne démocratie…

        Le problème de la démocratie:

        Seuls ceux qui maîtrisent le sujet devraient avoir leur mot à dire.
        Mais s’ils ont tout compris, quelle nécessité pour eux de s’en mêler ?

        • Bonsoir Leipreachan,

          « Le problème de la démocratie: »?

          La voix du peuple n’est pas la voix de la raison.

          C’est deux loups et un agneau qui votent pour décider du repas.

  • Pourquoi diable le modèle Scandinave ne marcherait pas ?
    Les élus vont en prison comme les autres. Ils payent leur taxi et leurs vacances. Les fonctionnaires n’existent plus car ils sont des individus comme les autres. Non ?
    C’est juste dans la présentation des choses. Si vous y mettez un frein dés le début ça ne risque pas d’arriver.
    Égalité devant la loi et la fiscalité. Un seul pays, un seul mode d’emploi. Sinon arrêtons de pleurer sur la fracture sociale qui n’est ni plus ni moins une construction des pouvoirs politiques.
    Commençons à faire subir aux élus ce qu’ils nous imposent. Cela les aidera à réfléchir comme il faut.

    • Très juste Golum, c’est cette corruption du système politique français qui est la cause du déclin. Les élus se comportent en baron sur leur fief au dépens de leurs serfs. Il n’y a aucune raison qu’ils se comportent en aristocrates après 1789!

      • Tout à fait d’accord avec Golum et Virgile. L’abolition des privilèges n’a été que de courte durée puis que de nouveaux privilèges ont été instaurés par Napoléon qui nous a fourgués un 2 poids 2 mesures institutionnel taillé sur mesure pour faciliter l’émergence d’une nouvelle élite technocratique : le code civil + le code administratif.
        En matière de réforme, il y a vraiment du travail à tous les étages…

    • @Golum
      Je ne sais pas la raison exacte, mais manifestement quand un pays a 10 fois plus d’habitants, ça ne marche pas. Et puis il y a une différence de mentalité, que je ne saurais mieux expliquer que par l’exemple du cadeau que mon amie norvégienne nous a apporté à sa dernière visite : deux peaux de bêtes pour ne pas avoir froid aux fesses quand on s’assoit par terre pour regarder la nuit tomber.

    • Plusieurs ont du démissionner car ils avaient utilisé la carte de crédit de l’état pour leur affaires personnelles, ne serait-ce qu’une boisson.
      Dans ces pays, on est très à cheval sur le respect des lois par les élus.
      Ils doivent être exemplaires.

  • la 1ére Reforme de L’ÉTAT est fiscale . l’impôt sur le revenu le remplacer par la CSG sur tous les revenu !! revoir les niches fiscale sur le revenu : 104 milliards d’euros et d’arrêter de dire vous etes riche vous devez payer pour les autres . Je pourrai dire par pour tous mais certains RSA bossent pourqu’elle raison je devrai payer plus d’impôts pour le donner a celui qui ne veut rien faire ?

    • J’irais même plus loin. Remplacer tous les impôts nationaux par la CSG, ce qui implique la suppression de la TVA et de la TICPE, pour ne parler que des deux plus grosses…
      Il faudrait aussi garder un genre de TH et conditionner la TF à due proportion du logement occupé, si trop compliqué, la supprimer. Il n’est pas normal qu’un proprio qui loue un logement paie une taxe locale pour des services qu’il n’utilise jamais…

      • pas tout à fait d’accord sur la taxe foncière : la valeur d’un bien vient aussi de son environnement et pas uniquement de son occupation. Il n’est pas anormal qu’un propriétaire paie pour l’entretien et l’amélioration de l’environnement de son logement, même s’il ne l’occupe pas.
        Par contre, il est fondamental que le niveau de ces taxes reste décidé au niveau local, ce n’est pas un obscur fonctionnaire de Bercy qui va décider (et qui sera responsable) des crédits alloués à la rénovation de la médiathèque locale !

      • La CSG et la TVA sont un peu la même chose: l’une frappe l’argent quand il rentre, l’autre quand il sort. La CSG est plus indiscrète en ce qu’elle fouille dans votre vie privée (vos revenus). Je préfère la TVA qui est sans doute plus facile à administrer. Il suffit que le vendeur ait une ristourne pour rémunérer son travail de perception.

  • De toute façon la revendication d’augmenter le SMIC est une fausse bonne idée,c’est la baisse des prix grâce à la baisse des taxes qu’il faut
    Pourquoi ce nourrir en Allemagne coûte moins cher qu’en France?

  • Je n’ai pas de chiffres précis mais l’ordre de grandeur est que le privé injecte 70% des revenus dans le public. Ce dernier ré-injecte de l’argent dans le système privé et public en faisant de la dette. Il y a donc un grand écart dans la comptabilité. Le principe de base que l’on impose au privé est de ne pas dépenser l’argent qui n’existe pas. C’est le principe utilisé en Allemagne ou en Suède. Essayez de faire ces magouilles en Suisse ! Vous verrez des élus pendus en moins de deux. Et c’est normal.

  • Il faut enfin un gouvernement qui remette à plats toute la fiscalité et que l’on réinvente une fiscalité plus simple et plus juste.
    Tout le restant est du pipi de chat

  • Si la révolte des gilets jaunes pourrait au moins servir à ça ce serait formidable
    Il faudrait profiter du mouvement pour faire une pétition en ligne pour le réclamer et pas pour demain mais pour aujourd’hui

    • A vos plumes, les amis.
      Les outils et la méthode existent. Il suffit de se remonter les manches et de contribuer avec une partie du temps que vous mettez tous les matins à REAGIR aux articles et posts des uns et des autres sur ce site, alors que vous pouvez aussi AGIR. L’un n’empêche pas l’autre. C’est ici:
      http://lobby-citoyen.fr/

      • C’est quoi ce site ? Déjà, quand je lis « citoyennes.ens » , ca pue le gauchisme bobo politiquement correct à plein nez. Le manifeste est du même acabit. Après, les gros titres, défendons l’herboristerie, non à l’huile de palme dans les carburants, le lobbying citoyen dans le monde…
        Sérieusement ? Vous avez toujours pas compris on dirait. Il me semble que les Français en on ras le bol qu’on s’occupe plus des problèmes de l’univers plutôt que des leurs, et qu’on écoute plus les minorités braillardes et nuisibles, plutôt que la majorité silencieuse et travailleuse.
        Bref, sans moi.

        • @Cernu
          Ceci est une plateforme collaborative ouverte à tous. Vous en faites ce que vous voulez. Il peut y avoir des thèmes « bobo » comme vous dites, et alors ? Libre à vous de vous en emparer pour faire avancer le libéralisme.
          Le lobbying citoyen vous laisse perplexe ? C’est pourtant plus constructif que de bloquer des rond-points sans vouloir s’organiser ni devenir représentatif.
          Vous préférez le laissez aux gauchistes et étatistes ? Vous avez une façon bizarre de vouloir faire avancer le schmilblick.
          Rien ne vous interdit d’utiliser cette plateforme ou de décider de créer la vôtre. Vous pouvez aussi arrêter de vous lamenter et vous remonter les manches.
          Si on veut qu’un jour l’usage du déficit public soit régulé par la constitution il va bien falloir faire ce travail de lobbying et de législation.
          La critique est aisée mais l’art est difficile. Vous pouvez regarder passer le train mais de grâce, avec respect pour ceux qui s’y essaient.
          Merci

          • Vous croyez VRAIMENT que votre site aurais fait reculer le gouvernement ? Le lobbying citoyen, le gouvernement s’en contrebalance, si ce ne sont pas des associations gauchistes bienpensantes. Par contre, les champs Elysées ou une préfecture en feu, il se déplace

            et il prend en compte.
            J’en suis le premier désolé, croyez moi.
            Je préfère
            https://www.mesopinions.com/fr
            C’est plus neutre.
            De rien.

  • il y a très loin de la coupe aux lèvres !!!

  • A moins d’être fiscaliste on est incapable de connaître toutes les niches fiscales,ce qui me fait plaisir sur ce site il doit y avoir beaucoup d’avocats fiscaliste.

  • Ce que vous oubliez de dire c’est grâce au pétrole.

  • La réponse est claire! Les prélèvements augmentent à une vitesse folle, mais les services publics se dégradent à la même! La Poste est de plus en plus infichue de livrer les objets confiés, 2 envois non prix en charge le mois dernier.

  • Pour la poste elle est ouverte à la concurrence donc on est pas obligé de passer par elle .

    • C’est un exemple de la dégradation de ces services dont l’état est si fier et qu’il vante. Dans le temps elle fonctionnait à merveille, la perte ou le retard étaient exceptionnels. Aujourd’hui c’est la norme! Payer plus pour obtenir moins? Donc la rhétorique sur les services publics est injustifiée!

  • Bel article. Je ne suis pas sûr que Macaron ait en tête le dégraissage par le haut de l’Etat, ça jetterait un froid lors du gala annuel des anciens de l’ENA.

  • Excellent article. Oui, la maîtrise des dépenses publiques est la mère de toutes les réformes. Les entreprises, petites ou grandes, passent leur temps à faire la chasse aux coûts, à réduire ici, réorganiser là, se recentrer sur le corps de métier, etc…
    L’Etat ne se remet jamais en cause. Alors on peut imaginer la montagne de graisse qui s’est accumulée et qui attend un sérieux dégraissage. On a besoin d’un « cost cutter », pas d’un rêveur climatique qui veut remplacer les centrales électriques par des moulins à vent.

    • Suggestion:
      On pourrait peut être brûler la montagne de graisse en les faisant pédaler pour fabriquer de l’électricité ?
      Bon, d’accord, je vois déjà nos zélites rechigner sous prétexte que brûler la graisse donne du CO2 !
      Va falloir donner du fouet…

    • imaginez une entreprise qui embauche sans pouvoir licencier.. et ce depuis 70 ans
      ah ben voila

    • Je me disais qu’on pourrait utiliser tous ces grands commis de l’Etat qui sont between job et qui touchent toujours leur traitement pour faire ce travail.
      Euhh… Le problème c’est que la maîtrise des coûts et l’analyse de la valeur ne sont pas au programme de l’ENA ou des SciencesPo.
      Faut aller débaucher dans le secteur privé un Carlos Gohsn en mal de job ?
      Could be fun !

  • « Moratoire » = Qui accorde un délai. Six mois, juste le temps d’arriver aux élections européennes et ensuite « rebelote » pour remettre le système en question. Aux Contribuables Français de juger.!!!

  • Je suis désolé mais la poste n’est plus un service public.C est une entreprise qui doit faire des bénéfices comme toute entreprise
    La lettre de cinquante gramme fait perdre de l’argent à la poste car qui envoie des lettres tout est maintenant faisable par internet
    Pour le colis et les problèmes d’acheminement c’est hélas quelque chose qui arrive avec tous les transporteurs.
    J’avais un copain chez un transporteur qui a disparu et il avait de gros problèmes avec des colis volés par ses employés

    • Ben oui, j’accuse sans preuves, mais c’est beau, la diversité, surtout quand c’est discriminé positivement. La poste fonctionnait pas trop mal, « avant », non ? OK, j’accuse sans preuve. Juste une théorie, dans ce cas…

    • On peut exactement donner l’interprétation inverse : la lettre fait perdre de l’argent à l’usager, car qui peut se permettre de ne pas la voir arriver le lendemain quand il a payé 1.90 pour 50g ?

  • Il faudrait commencer par clarifier le vocabulaire: service public n’est pas service au public mais plutôt organisme qui emploie du personnel public.

  • Pour la poste cela fait bien longtemps qu’elle ne recrute plus de fonctionnaires

  • « Il y a donc matière à espérer. »
    Moi je trouve qu’il y a matière à désespérer, si il aura fallu bruler l’arc de triomphe, et des consultations par dizaines, pour en arriver à ces conclusions tardives.
    Il aurait été sur un rond point le 17 novembre, ou lu Contrepoints depuis 5 ou 6 ans, c’était bon, hein.
    Aucune mansuétude envers les justifications et la pommade que ce salopard badigeonne avec son petit air contrit, maintenant qu’il « sent le vent du boulet », comme on dit chez nous, après avoir prodigieusement méprisé les « sans-dents », « pour leur bien », avec, en particulier, les 80km/h. A cette époque, disait il, confiant et prétentieux, « j’assume ».

    Et bien assume, maintenant, et dégage.

  • Apparemment certains pensent sur ce site que les niches fiscales sont justifiées ,ils doivent bien les connaître.

  • « Il y a donc matière à espérer. » de ce gouvernement il n’y a absolument rien à espérer malheureusement..

  • Les français sont dans la rue parce qu’ils viennent de comprendre que leur voiture ne vaut plus rien car pas écologique. Que va-t’il se passer quand il vont comprendre que leur maison ne vaut plus rien ?

    • Vrai en ce qui concerne l’immobilier… Compte tenu de la suppression de la taxe habitation (associée à un service) c’est la taxe foncière (racket non associée à un service) qui augmente pour compenser la perte de TH… Donc vous achetez une maison ou un appartement pour ne plus avoir de loyer à payer lors de la retraite… Vous ne paierez plus de loyer à un proprio mais à l’État ; Quel est donc l’utilité d’économiser pour acheter aujourd’hui ?????

  • Ce qu’il y a de bizarre c’est que personne ne s intéresse au transport de la lettre pourtant c’est ouvert à la concurrence.

  • « Une simplification massive du « système » permet de viser 10 à 15 % d’économies d’échelle, soit plus de 50 milliards €, »
    Vous êtes modeste, moi je dirais 100.
    Question : pour éliminer les gaspillages, encore appelés achats de votes, comment comptez-vous convertir des escrocs qui ont toujours agi comme ça?

  • Le gouvernement commence à reculer… Fini pour les réformes !
    ON va pouvoir arroser nos 50 années d’immobilisme et de dettes. Et ces débiles d’étudiants qui s’y mettent pour amplifier la merde mis par les Gilets Jaunes, c’est bien CAR CE SONT EUX qui rembourseront nos emprunts ! (Ainsi que nos petits enfants…)

    • … Pour compenser la suppression de taxes et la réduction de certains impôts, ON pourrait tailler dans le budget de l’enseignement (obligatoire jusqu’à 16 ans, donc pris en charge par l’État(les contribuables)) après 16 ans tout devient payant les bourses seraient plus nombreuses mais uniquement accordées qu’aux résultats. Obligation de suivre des cours supérieurs de MORALE pour apprendre quels sont les devoirs envers le Pays avant bénéficier des droits qu’apporte la République.
      « C’est la chienlit » (je me permet de citer)

  • Quand nous voyons la communication du 1er ministre ( rappel était chargé de celle d’AREVA) on comprend la démagogie , vu la fallite AREVA … je le vois bien dire AREVA tout va bien !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Carroll. Un article de la Foundation for Economic Education

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et le... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Pascal Salin publié par Brussels Reports

Pascal Salin (né en 1939) est un économiste français bien connu, professeur émérite à l’Université de Paris-Dauphine et spécialiste de finance publique et d’économie monétaire. Il a été président de la Société du Mont-Pèlerin (de 1994 à 1996), qui est le réseau international d’universitaires faisant la promotion de la liberté d’entreprendre et des libertés individuelles le plus prestigieux. En 2014 il a publié un nouveau livre intitulé La tyrannie fiscale, qui met en évidence l... Poursuivre la lecture

Il y a une première phase dans laquelle on a vu des pans entiers d’industries partir en Asie ou en Inde. L’exemple typique est le textile où les technologies de production ont été mises à disposition du monde entier par des fabricants occidentaux de machines, suisses en l’occurrence.

 

Des machines et des procédés de production

Ils vendaient non seulement les machines, mais aussi les procédés de production. Quand les salaires vont de un à 70 comme c’était le cas entre l’Europe et des pays comme le Bangladesh, un producteur ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles