Gilets jaunes : l’occasion pour les libéraux de se mobiliser

Il est de la responsabilité des libéraux de tenter de proposer aux manifestants et aux sympathisants des gilets jaunes leurs grilles d’analyse. OPINION.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mouvement des gilets jaunes, Menoncourt, 25 Nov 2018 By: Thomas Bresson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes : l’occasion pour les libéraux de se mobiliser

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 décembre 2018
- A +

Par Ferghane Azihari.

Comment réagir face aux Gilets jaunes ? La question divise les libéraux. Pour ma part, bien que n’ayant pas mon permis, j’ai fait le choix de m’afficher publiquement avec cet accoutrement à l’esthétique discutable. Non pour cautionner les blocages qui sont autant d’atteintes injustifiables vis-à-vis de la liberté de circulation et de la primauté du droit. Ni pour cautionner non plus les revendications loufoques des « représentants » d’un mouvement qui n’est en réalité pas formellement organisé.

Mais pour partager ma sympathie envers ce qui fut la véritable cause des manifestations : l’exaspération relative à la fiscalité sur le carburant et plus généralement le poids global des prélèvements obligatoires. Refusons d’ailleurs la terminologie du « ras-le-bol » fiscal qui a l’inconvénient d’entretenir l’idée que ne pas pouvoir vivre du fruit de son travail ne serait qu’un petit désagrément comparable à des troubles du voisinage. Il s’agit là d’une exaspération et d’un profond sentiment d’injustice tout à fait légitimes.

La pression fiscale contre l’écologie

Je suis convaincu que les Français ne seraient pas autant affectés par cette fiscalité prétendument écologique, quoi qu’on pense de celle-ci, si la pression fiscale globale était plus faible. On ne cesse alors de me rétorquer que les revendications émises par les Gilets jaunes sont loin d’être cohérentes. La plupart des manifestants demandent certes moins de taxes pour eux.

Mais ils persistent à en demander plus pour leur voisin plus riche ou pour leurs descendants dans la mesure où ils ne se préoccupent pas de la baisse des dépenses publiques. Il est vrai que cette contradiction existe. Mais c’est précisément parce que les contestations fiscales actuelles se caractérisent par des revendications contradictoires que la voix des libéraux est nécessaire pour remettre de l’ordre dans toutes ces frustrations.

J’estime pour ma part que les revendications contradictoires de ce mouvement ne sont pas suffisantes pour le dénigrer. Aucun mouvement social ne porte des revendications cohérentes et uniformes. Cessons de fantasmer sur des manifestants qui descendraient dans la rue en brandissant des ouvrages de Frédéric Bastiat ou de Friedrich Hayek.

Par-delà la philosophie

Ces fantasmes inhibent toute démarche politique. Et pour cause, les gens sont occupés à d’autres fonctions productives (tout aussi voire plus utiles) que celles qui consisteraient à philosopher pour se doter d’un corpus intellectuel « pur et parfait ». C’est là un luxe qui n’est pas à la portée de tout le monde. Mais la difficulté d’attribuer une injustice à des causes bien identifiées ne délégitime pas le fait de la ressentir.

Les libéraux ont donc deux choix face à cet assemblage hétéroclite de revendications disparates que les mouvements organisés essaient de récupérer. Nous pouvons tenter de proposer nos grilles de lecture pour faire passer les messages adaptés à la détresse des populations. Ou nous pouvons rester dehors et jeter les manifestants dans les bras de nos adversaires politiques. Ces derniers ont en effet fait leur choix.

La gauche radicale qui méprise la notion même de propriété privée propose aux manifestants sa grille de lecture. Voilà qu’une faction politique dont le programme et l’idéologie consistent pour l’essentiel à taxer tout ce qui bouge feint son soutien vis-à-vis d’une révolte fiscale.

Le message qu’elle essaie de transmettre est simple : « ce n’est pas que vous payez trop d’impôts, c’est que d’autres n’en paient pas assez ». Ainsi flatte-t-elle les plus bas instincts et les ressentiments envieux pour inciter les manifestants à demander le renforcement des chaînes fiscales à l’échelle du pays plutôt que d’exiger l’affranchissement de tous. La droite nationaliste n’est pas en reste.

On attendait d’elle qu’elle se félicite de la taxation du carburant. N’est-ce pas cette même droite protectionniste qui vocifère sans cesse contre le commerce international et la mondialisation sauvage ? Le carburant, produit que nous continuerons d’importer tant que nous n’aurons pas de pétrole sur notre sol, est après tout une vile marchandise étrangère qu’il ne faudrait surtout pas laisser circuler librement ! On n’ose imaginer les répercussions qu’une politique commerciale encore plus restrictive aurait sur le pouvoir d’achat…

On aurait tort de dénigrer tous ceux qui partagent ces solutions simplistes. Nous vivons dans un pays où toutes les institutions majeures nous invitent à y adhérer. C’est pourquoi il est de la responsabilité des libéraux de tenter de proposer aux manifestants et aux sympathisants des gilets jaunes leurs grilles d’analyse. Sans quoi personne ne mettra le doigt sur le principal problème : un État dont la voracité et l’obésité empêchent les Français de vivre de leur travail.

Voir les commentaires (92)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (92)
  • Malheureusement, vous êtes seul.
    Nous avons bien quelques institutions et même des partis, aucun n’a fait quoi que ce soit, à l’occasion de ce mouvement qui est pourtant parti d’une jacquerie fiscale.

  • Si on peut comprend le contexte qui a amené les GJ dans la rue, déclassement, appauvrissement, chômage, on ne peut en effet admettre certaines de leurs revendications, entretenue précisément par Ruffin et ses complices, sur le registre « si vous payez trop d’impôts, c’est que d’autres n’en payent pas assez (contre la baisse de l’ISF) » », ou bien « il faut que les patrons augmentent le SMIC  » ( = réduisons encore plus la compétitivité des entreprises..). L’article ci dessus est bel et bon, mais expliquer la macro économie à des gens qui vivent dans la passion et l’excès leurs pbs micro économiques quotidiens… va pas être facile !

  • Peine perdue… A la lecture de la liste de revendications des gilets, on voit bien que le jaune a une nette tendance à rougir.

    Le mouvement des GJ n’est pas libéral….du tout.

    • -SMIC net à 1300 euros
      -Salaire maximum à 15k euros
      -Pension de retraite minimum de 1200 euros
      -Et cerise sur le gâteau : création d’emplois pour tous.
      Ils sont en train de décrédibiliser leur mouvement. Leur culture économique est proche de 0. J’en ai honte pour eux d’être, pardonnez moi l’expression : aussi débiles.

      • Non, c’est le gouvernement et les medias qui décrédibilisent le mouvement en portant ces revendications sur la place publique de préférence à d’autres.
        N’oubliez jamais le rôle des médias dans l’élaboration de vos opinions. A qui Macron doit-il son élection?

        • @La petite bête

          J’ai lu les différentes listes de revendications publiées dans les différents médias. Certaines revendications divergent d’un média à un autre. Cependant, la ligne directrice reste la même. Des revendications très à gauche et qui relèvent de l’utopie. Afin de limiter le rôle des médias dans l’élaboration de mes opinions, je lis énormément et mes lectures ne se limitent pas aux médias traditionnels ( Presse traditionnelle, blogs, pages FB, twitter etc…).

      • « SMIC net à 1300 euros
        -Salaire maximum à 15k euros
        -Pension de retraite minimum de 1200 euros
        -Et cerise sur le gâteau : création d’emplois pour tous. »

        Désolé, mais sur les 3 sites ou je suis allé tous les jours…Café, biscuits, sandwichs….Je rien entendu de tout ça….
        La principale demande….:Baisser les taxes carburants….
        L’autre:baisser la pression fiscale sur les TPE, patrons et salariés réunis….
        Une autre: recevoir tout son salaire: brut + charges patronales et en faire ce qu’ils veulent…
        Les autres: Une demande d’union dans la revendication: salariés, patrons, agriculteurs, BTP, médecine….

        • +1000
          Et donc il y a deux lignes principales de réponse, l’une donner les trucs anti-économiques comme l’ont fait tous les pouvoirs confrontés à une crise jusqu’ici, et l’autre commencer une réforme de fond qui assainisse la vie des travailleurs peu riches, et donne un base solide pour se développer à l’avenir.

  • Mes camarades syndicalistes sont bien embarrassés, n’évoquant jamais le sujet des gilets jaunes.
    Je leur dis qu’ils ont raison de ne pas se mouiller, car toute action de leur part contre la taxation reviendrait à se tirer une balle dans le pied.
    -hein? Euuuh…gniiiii
    Me répondent ils.
    -bah oui : pas de taxes=pas de subventions=pas de photocopies couleur.

    • Oui ! Tout ce que la France comporte de socialistes est bien embarrassé par ce mouvement qu’ils tentent de récupérer au prix de contorsions grotesques du genre « augmenter les dépenses publiques pour permettre aux gens de faire face aux impôts ».

  • Avec Dupont-Aignan, quel attelage improbable. NDA veut leur financement mais pas de leurs idées.

    • Ecoutez d’un peu plus près ce que dit NDA. Certes, il est étatiste. Mais dans les étatistes (on n’a rien d’autre pour le moment) c’est encore un de ceux qui ont le plus de bon sens.

      • Pas d’accord.. ces gens mettent tous les griefs sur l’europe et ne veulent pas voir que c’est d’abord un probleme franco Français

        • L’Europe est un ampli sur lequel toutes les stupidités françaises sont branchées.

          • peut etre , mais ce n’est pas l’europe qui demande l’embauche continue de fonctionnaires, la mise en place d’une économie solidaire associative, des agences innombrables pour caser les
            enfants , et une gabegie monstrueuse des moyens par les collectivités locales..
            bien au contraire

            • Non, mais lorsqu’elle n’est pas d’accord (ou plutôt lorsque les règles européennes sont enfreintes), l’UE est bien discrète au regard de la France. Elle ne pousse pas nos politiques à prendre toutes ces décisions, mais « qui ne dit pas mot, consent ».

                • En fait elle devrait imposer -3% et permettre des découverts permanent d’autant que nous, nous étions déjà lors de la création de l’UE.

                • Oui, mais pas trop. Rappelez-vous la « crise », il y a eu plusieurs années au-dessus, personne n’a moufté.
                  Il y a aussi le limite d’endettement à 60% du PIB, il me semble que la France est à 100%, avez-vous entendu quelque chose, comme c’est le cas avec l’Italie maintenant ?
                  La loi est la même pour tous ou sinon elle n’existe pas.

        • Ils disent, et c’est tout à fait compréhensible, qu’il faut une réelle souveraineté pour appliquer un programme politique cohérent.
          Quand le gouvernement national décide quelque chose, mais derrière la Commission dit « non » (voir ce qui se passe actuellement avec le budget de l’Italie, par exemple), c’est difficile de construire un ensemble cohérent et le poursuivre.
          Ceci explique très bien le Brexit, au-delà de tous les excès d’un côté comme de l’autre. Et on voit encore aujourd’hui que le seul but des « négociateurs » de Bruxelles est de mettre des bâtons dans les roues des Britanniques.
          Après, bien sûr, il faut que le socle politique soit intelligent et soutenable, mais cela ne vient qu’après… L’arrêt de cette aberration d’Europe fédérale à vitesses variables est plus que nécessaire.

  • Si les revendications des gilets jaunes ne sont pas tres nettes ,elles
    se tiennent quand meme..
    « laissez nous gagner notre vie » pour les uns « augmentez les aides »
    pour les autres
    Donc chez les gilets jaunes on a les deux tendances ceux qui veulent qu’on les taxes moins, et les autres qui veulent qu’on taxe plus .. les autres, pur augmenter leurs subsides..
    dans tous le cas les 3/4 seront déçus
    Il reste au gouvernement a s’attaquer aux dépenses publiques , soit la fonction publique + les dépenses sociales..
    devinez par quoi il vont commencer ..;))

    • @Claude

      Vous êtes bien optimiste avec vos 3/4 de déçus. Je table plutôt sur 100% de déçus. Il n’y aura pas de baisses des taxes et prélèvements car aucune baisse des dépenses publiques est au programme. La revalorisation hypothétique du smic sera absorbée par l’inflation.

      • Çà dépend , personnellement je crois que la meilleure des luttes c’est d’arrêter de consommer en cette période d’achat.. çà çà va faire très mal (si mulliez telephone c’est autre chose que Raymond)
        La TVA va s’écrouler, les sponsors du macroséisme vont siffler la fin de la recréation car là c’est de leur porte Monnaie dont il s’agit..

        donc par solidarité , je servirai a tous mes potes ,qui viennent régulièrement vider ma cave a cette période : du vin d’importation
        premier prix en leu et place de « puligny montrachet »,
        des merguez de contrebande en lieu et place du foie gras d’Alsace
        tout en regardant a la télé les sauvageons détruire la capitale en incendiant les parkings
        ah ben ouais restons solidaires merde!

        • Êtes-vous conscient que si l’activité des centres commerciaux diminue, ce sont les salariés de ces centres qui vont payer la facture ? Chômage partiel, licenciement ! Quelle étrange vision de la solidarité. Tout le monde au chômage !

          • Soit vous n’avez rien compris, soit vous êtes un troll de première !
            Il faut imposer un changement de système. Et comme les dirigeants sont autistes au plus haut point, il faut leur faire passer le message. Et la seule façon de le faire c’est de toucher leur porte-monnaie.
            Nous sommes de toute façon en train de nous appauvrir, tous ensemble. Loup ou chien, c’est pas tout à fait la même chose.

            • Avant de toucher le porte-monnaie de l’Etat, vous touchez le porte-monnaie des salariés et des commerçants, l’un ne va pas sans l’autre. L’argent qui entre dans les poches de l’Etat ne vient pas de nulle part. Les gilets jaunes ne veulent pas d’un changement du système, ils souhaitent qu’il perdure avec quelques aménagements à la marge.

              • Ben oui, l’état est une maladie auto-immune, qui s’attaque à ses propres organes, les prenant pour ce qu’ils ne sont pas : des ennemis.
                On ne survit que sous traitement et seule la mort met fin à la maladie…

            •  » Nous sommes de toute façon en train de nous appauvrir, tous ensemble. Loup ou chien, c’est pas tout à fait la même chose.  »

              Parce que la solution à l’appauvrissement des gens, c’est d’appauvrir encore plus ceux qui ont un travail en les mettant au chômage? On se demande qui sont vraiment les trolls de première.

              • « Les gens » vont être appauvris de toute façon, et surtout s’ils n font rien.
                Vous y croyez vraiment, vous, à l’assistanat pour tous ?

                •  » Vous y croyez vraiment, vous, à l’assistanat pour tous ?  »

                  Mais vos idées de bloquer l’économie privée va justement provoquer plus d’assistanat. Et vos arrivez encore à me demandez si j’y crois?

                  • On vous montre la lune, vous regardez le doigt.
                    Vous croyez sérieusement qu’un commentaire sous un article sur Contrepoints va changer quoi que ce soit au comportement de millions de Français ?
                    Par contre, les actions du gouvernement, financées par nos contributions à tous, vont sans aucun doute possible apporter l’appauvrissement du plus grand nombre, et ce assez vite, finalement.
                    Vous ne voyez que votre petit intérêt catégoriel à court terme, une gestion à la petite semaine comme tous les gouvernements depuis des dizaines d’années déjà, sans vouloir comprendre que cela ne va rien arranger à la situation d’ensemble, bien au contraire. Et que cette situation d’ensemble de pauvreté généralisée va vous tomber dessus plus ou moins tard, quoique vous fassiez.
                    Alors soyez cohérent avec vous-même et inscrivez vous dès aujourd’hui dans l’assistanat, car en refusant la démarche des gilets jaunes vous devenez l’allié objectif du gouvernement spoliateur.

                    •  » Vous croyez sérieusement qu’un commentaire sous un article sur Contrepoints va changer quoi que ce soit au comportement de millions de Français ?  »

                      C’est vos commentaires écrits sur ce site que je critiques. Arrêtez de me répondre comme si vous étiez le nombril de la France.

                       » Alors soyez cohérent avec vous-même et inscrivez vous dès aujourd’hui dans l’assistanat,  »

                      Je ne vois pas où j’ai écris que j’étais pour l’assistanat. Enfin bon.

          • dommages collatéraux , on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs
            oui , je ne crois pas en la « solidarité » je crois en l’excellence

            • Dans l’histoire les oeufs, ce sont exclusivement les gilets jaunes ! Ne vous en faîtes pas au sommet de la pyramide, le président, les hauts fonctionnaires et les ultra-riches et de manière générale ceux qu’on nomme les élites se porteront toujours bien. ( CF le Venézuela )

            • J’espère que vous aurez au moins le courage d’aller expliquer à ces salariés que la pertes de leur emploi est nécessaire pour le bien de tous.

          • @Je suis libérale
            Avez-vous conscience que ce raisonnement que vous déployez, et qui en soi se tient, est exactement celui qu’utilise notre état socialiste pour se maintenir depuis des années alors qu’il est manifestement ultra-médiocre quand on le compare à ses voisins ?

          • Les pleurnicheries de patrons de GMS me laissent froid pour 2 raisons:
            – Ce qui n’est pas acheté aujourd’hui le sera plus tard et leurs marges n’en seront pas affectées.
            -Si ils perdent un peu d’argent, ils en auront moins pour avoiner les politiques, ce qui est tout bénef. .

        • Une sorte de victoire à la Pyrrhus…

        • S’en prendre à l’état en s’attaquant aux commerçants voilà une idée géniale de foutre dans la m… envers ceux que l’on est censé apporté la solidarité contre un état confiscatoire.

           » La TVA va s’écrouler, les sponsors du macroséisme vont siffler la fin de la recréation car là c’est de leur porte Monnaie dont il s’agit..  »

          Le porte- monnaie est déjà vide est plein de trou. Ils en sont plus à quelques milliards de perte près.

          • les fortunes en france se font font le commerce et la distribution.
            Taper dans la grande distribution , c’est peut etre dommageable pour les gens qui y travaillent , mais c’est là le point faible du pouvoir car les sponsors de cette politique ce sont eux

          • Le seul point qui puisse influencer le gouvernement, c’est s’il perd la confiance internationale sur sa capacité à lever l’impôt. Là, il serait mal. La grève des achats n’est pas à mon avis efficace dans cet objectif, et c’est une tactique qui coûte cher. Le problème est d’en trouver une meilleure, pas de simplement la dénoncer.

            • la TVA est la principale ressource de l’etat..
              pas de consommation , pas de TVA ..CQFD
              la consommation est la seule variable a la portée du « vulgum pecus »
              si la consommation vient a baisser significativement cet état est foutu

              • La consommation est la principale ressource de l’individu. Sans consommation, pas d’individu. Pas d’état non plus, d’accord, mais chez moi ça s’appelle jeter le bébé avec l’eau du bain.

                • On ne parle pas de ne plus consommer du tout! Mais juste le minimum sans superflu.
                  Les parasitocrates tiennent l’Etat et les organes de gouvernance. Ils s’y accrocheront jusqu’au bout et ne lâcheront prise que lorsque la population affamée et appauvrie leur bottera le cul. Voyez le Vénézuela, il n’y a pas eu de grève de la consommation mais le résultat en tout comme sauf qu’il s’agit d’une plongée lente et progressive depuis de nombreuses années avec des constructivistes qui s’accrochent encore au pouvoir.
                  Une grève de la consommation aurait un résultat bcp plus rapide et destructeur mais permettrait un retour rapide à la normalité une fois le changement amorcé. Voilà, cela, c’est la théorie.
                  En pratique, pour ce faire, il faudra arriver à mobiliser une population (ou une partie significative) aux connaissances économiques voisines de zéro… Cela tient de la gageure.

                  • J’en doute. Le retour à la normalité exige la confiance internationale, et on retombe sur mon argument initial : il faut un minimum de collaboration entre l’état et son peuple, dans un système commercial et économique solide.

                  • juste arreter d’acheter ds jouets debiles deja(du plastique pouah pas bon pour la planete) ds fringues ‘a la mode » rien a péter, des chocolats industriels, du mauvais vin , foie sclérosé, huîtres pourries, crustacés , pioissons d’elevahe etc..

                    Hop pour le réveillon pâtes au beurre sans beurre, eau du robinet!
                    çà c’est vegan ! et bon pour la planete!

                    ah les cons

                    • Bonsoir CHDC,

                      Je ne vais pas rentrer dans la polémique sur l’acte de consommation, ses conséquences pour l’emploi privé etc., il y a assez de posts sur le sujet.
                      Je me pose quand même une question: affamer brutalement le Moloch serait-il bien sage? Personnellement je m’inquièterais de la capacité de nuisance et de la rapacité du grand prédateur. Les moyens sont en place pour que Moloch se serve directement dans nos avoirs bancaires et financiers, ou décide de nationaliser à x% nos avoirs immobiliers etc.

                      Acculer Moloch à la banqueroute c’est quasiment l’inviter à piquer dans la caisse… la nôtre.
                      Alors certes on peut imaginer que cela provoque l’effondrement politique que d’aucuns souhaitent, mais à un prix -littéralement- élevé et avec un résultat imprévisible.
                      Dans ce contexte, les manifs et protestations des GJ, avec leur côté bon père de famille, me paraissent quand même assez saines.

                    • @Pangzi
                      Retarder encore l’échéance va rendre Moloch encore plus fort et encore plus gourmand. C’est sa boulimie qui a fait sortir les gens dans la rue, il faut pas se voiler la face. Si on fait rien, elle ne fera que s’aggraver, et nous risquons d’être trop faibles dans pas longtemps pour pouvoir encore réagir.
                      Ou alors, option deux, nous serons tellement acculés, que plus rien n’aura d’importance et les victimes collatérales ne compteront plus. Du tout.
                      Moi je m’inquiète encore plus de l’atteinte du point de non-retour. Et ce n’est pas pour dire que je sois aujourd’hui rassuré, loin de là…

        • @claude henry de chasne et suivants
          La « grève » de la consommation est une idée particulièrement absurde qui procède d’une inversion de l’ordre des choses et d’un aveuglement sur la fonction de la monnaie habituellement propres aux socialistes et keynésiens.
          Si le gouvernement nous taxe, c’est pour pouvoir consommer. Si, en plus, vous refusez de consommer le peu qu’il vous reste après paiement de vos impôts et dépenses obligatoires, vous en faites cadeau aux hommes de l’État et à leurs obligés.
          La seule vraie grève libérale, c’est la grève des producteurs. Si nous étions des millions à cesser de produire, alors oui, le gouvernement, les politiques et leurs obligés seraient très rapidement bien obligés de constater qu’ils ne peuvent vivre sans nous et que nous pouvons fort bien nous passer d’eux.

    • Le gouvernement pourrait proposer de réduire de 70 milliards l’impôt sur le revenu et quelques taxes… En se désengageant de l’éducation… qui devient payant pour les familles l’utilisant.
      On peut aussi réduire un peu la CSG en supprimant les indemnités de chômage ou supprimer complétement cette CSG en abandonnant l’Assurance Maladie.
      C’est, à priori, difficilement acceptable.
      Mais comme solution à plus long terme, il faut peut-être fermer la super école qui est le nid des politicards (il ne se sont pas encore espèce protégée)…

  • les gens sont occupés à d’autres fonctions productives (tout aussi voire plus utiles) que celles qui consisteraient à philosopher pour se doter d’un corpus intellectuel « pur et parfait ». C’est là un luxe qui n’est pas à la portée de tout le monde. Mais la difficulté d’attribuer une injustice à des causes bien identifiées ne délégitime pas le fait de la ressentir.
    100% d’accord avec vous.
    D’ailleurs le gouvernement, qui fait tout pour discréditer le mouvement, essaie (à travers les médias) de le réduire à des revendications dans lesquelles la classe moyenne « qui a le temps de philosopher » ne se retrouve pas. Histoire de faire baisser e taux de plus de 80% de soutien…
    Je pense que beaucoup de nos compatriotes ont quand même compris que l’argent vient de leurs poches, qu’ils paient trop et que l’argent est mal utilisé.

    • beaucoup de nos compatriotes ont quand même compris que l’argent vient de leurs poches, qu’ils paient trop et que l’argent est mal utilisé.
      Et c’est pour ça qu’ils n’arrêtent pas de distraire l’attention. Sur l’ISF, sur les aides, etc.
      Le seul message que les libéraux doivent faire passer, du moins pour l’instant, est celui-ci : l’argent que vous avez gagné avec vos efforts est beaucoup mieux dans vos poches qu’ailleurs.

      •  » l’argent que vous avez gagné avec vos efforts est beaucoup mieux dans vos poches qu’ailleurs.  »

        Dans un de vos commentaires plus haut ça ne vous pose aucun problème que l’on s’en prenne aux commerçants pour priver l’état de la TVA et cela sans vous soucier des conséquences comme la perte des emplois pour les employés qui travaillent dans ces commerces.

        Bref finalement vous ne valez pas mieux que l’état en voulant privé aux vendeurs et aux vendeuses d’avoir plus d’argent dans leurs poches à la fin du mois.

        •  » priver et pas privé « 

        • de toutes les façons c’est comme çà que çà va se terminer car la hausse de l’energie c’est la hausse des prix , et la baisse du pouvoir d’achat c’est la baisse de la consommation

          •  » et la baisse du pouvoir d’achat c’est la baisse de la consommation  »

            Mais vous la baisse du pouvoir d’achat et de la consommation vous voulez l’amplifier par la contrainte. En fait vous combattez l’état en utilisant les mêmes méthodes que lui.

            • oui , les meme méthodes mais avec des objectifs différents, çà ne vous a pas échappé?

              • Vos objectifs ne sont en aucun cas louables en utilisant la contrainte contre des commerçants et des salariés qui sont eux-aussi victimes de l’état confiscatoire.

                • De quelle contrainte parlez vous ?
                  Si leurs potentiels clients ont les poches vides, ils vont faire du chiffre ? Dans quel monde vivez vous, misère de misère ?

                  • C’est pas un appel à la contrainte de lancer des appels au boycott pour que les commerces fassent de grosses pertes? Vous vous plaignez que le potentiels clients ont les poches vides pour consomme? Je vous rappel juste que les employés des grandes surfaces sont aussi des potentiels clients pour l’économie privée. Quand ils seront au chômage grâce à vos idées de révolutionnaires vous le direz quoi?
                     » Mais ne vous plaignez pas dans quelle monde vous vivez? « 

                    • on ne fait pas une revolution sans que personne n’en souffre

                    • Je vous ai déjà répondu plus haut, mais j’insiste.
                      Pour que le commerce fonctionne, il faut que le monde productif soit en bonne santé financière pour pouvoir consommer. Vous n’allez pas alimenter la consommation avec (seulement) le chiffre d’affaire de la distribution.
                      Cela me rappelle une blague de ma jeunesse, à l’époque où on retournait les bouteilles vides en consigne pour récupérer quelques sous. Un jeune couple se plaint qu’ils ont du mal à boucler les fins de mois. Et un voisin de s’étonner : comment est-ce possible, vu qu’ils récupèrent en consignes sur les bouteilles presque un salaire complet ?

        • Vous m’attribuez des affirmations et des prises de position qui ne m’appartiennent pas. Restons dans le cadre d’un débat civilisé.

  • Je plains sincèrement Olivier Besancenot qui voyait dans ce mouvement les prémices du grand soir !

    •  » Je plains sincèrement Olivier Besancenot qui voyait dans ce mouvement les prémices du grand soir !  »

      Besancenot devrait plutôt être content puisque certains libéraux semblent vouloir aussi les mêmes prémices de ce grand soir

      • Moi personnellement je n’y vois rien à part les prémices d’une dégringolade générale du niveau de vie des classes moyennes et populaires. Pas de grand soir, pas de changement, un enfoncement général dans la mouise pour les classes moyennes et populaires. ( CF le Vénézuela, la Grèce, l’Argentine etc…)

  • Bon, ben, moi, j’ai essayé, physiquement, et dés le premier jour, d’aller sur un barrage de ma ville et de dialoguer avec les gens présents…
    Pour faire passer l’idée qu’il y a trop d’impôts, mais que pour réduire les dépenses il ne faut pas demander à l’état d’être présent tout le temps et partout… Bref, ne pas demander à l’état de nous  »torcher le cul » mais au contraire de se réduire à ses fonctions régaliennes, qu’il n’assume d’ailleurs pas…
    Et bien, c’est peine perdue, 40 ans de lavage de cerveaux par des médias unilatéralement de gauche ont eu raison de la capacité de nos compatriotes à comprendre l’économie… Des solutions aussi simplissimes que:  »il faut faire payer les riches!!! »,  »des euros, s’il y en pas assez, il faut en imprimer!! »,  » il faut saisir l’argent sur les comptes de ceux qui en ont trop… » sont le leitmotiv de la plupart des personnes présentes, bref, nous assistons aux convulsions d’un état communiste, mais les solutions sont ineffables pour la plupart des gens…

  • Les gilets jaunes devraient organiser 150 points de blocage autour de Paris et empêcher tous les camions contenant du bio de rentrer.

  • Il faut souligner les contradictions de ce proposent les partis politiques qui soutiennent abusivement les gilets jaunes.

    • D’un autre côté, on ne peut pas dire que le gouvernement fasse preuve, quant à lui, d’une cohérence intellectuelle à toute épreuve. Vouloir relancer la croissance tout en augmentant à mort les prix de l’énergie… Demander aux chômeurs de trouver un emploi dans le département d’à côté tout en em…dant ceux qui y vont en auto… Raler contre ceux qui, par leurs manifs, restreignent temporairement la liberté de circuler quand, par ailleurs, on rétablit des formes d’octroi pour pénétrer en métropole…
      Etc.

  • Il faut réclamer la fin des subventions (ça parle à tout le monde, surtout quand on rappelle que les médias en touchent).
    C’est un bon début.
    Il faut parler d’abolition des privilèges des élus et hauts fonctionnaires (ça évoque les prétendues élites sans pour autant les qualifier ainsi).
    De façon générale ça ne sert à rien de taper sur les plus pauvres en visant d’office les aides sociales et compagnie, il faut viser les responsables avant toute chose.

    La fin des cadeaux et privilèges ; c’est ça l’égalité, c’est ça qu’il faut mettre en avant !

  • C’est bien, d’analyser ainsi. Mais si on quittait l’aspect philosophico-religieux du libéralisme pour aborder le concret de cette idée ? Si on parlait de sa mise en application, laquelle passe inévitablement par l’établissement d’une plate forme commune, d’un rassemblement constitué (ne pas refaire l’erreur tactique des gilets jaunes). Et si l’on prenait le courage d’un réel projet pour le pays au lieu de continuer à discuter du sexe des anges pendant que le bateau file vers les rochers !?

    • ce ne se fera pas par consensus , nous n’éviterons pas le chaos, soit par la rue, soit par la dette, soit pas les taux

      • Oui, la rue ! ON va se retrouver avec un Maduro en GJ ou un Loukachenko ou encore un Kim et un avenir très sympathique (le premier est l’idole (pas des jeunes) de Melanchon, les deux autres doivent être vénérés pas la famille Lepen.
        Quant à la dette et les taux, c’est un peu la même chose si la dette augmente, les taux vont également augmenter et on ne pourra même pas penser à rembourser étant écrasés par les intérêts. C’est pourquoi la tolérance d’un déficit de 3% est une connerie monumentale… Si péquin gérait son budget, comme le font nos élus depuis presque 50 ans, il serait en prison depuis longtemps ! Pourquoi laisse-t-on les Énarques en liberté ?

    • « discuter du sexe des anges pendant que le bateau file vers les rochers » C’est exactement ce que nos élus ont fait cette semaine ON a légiférer sur la fessée, c’était super d’actualité.
      Et pour la semaine prochaine c’est peut-être à propos de « l’influence de la Marine Nationale sur la reproduction des courlis à marée basse »

  • J’étais trop jeune en 1789 pour profiter de ces parfums de fin de règne, témoins de l’avènement d’un nouveau monde. Merci aux Gilets jaune pour cette sympathique séance de rattrapage !

  • je suis d’accord sur beaucoup de points.
    mais je suis quasiment certain que le mouvement les gilets jaunes débouchera sur encore plus de coercition.

    quant à l’ecologie..chez moi ça se résume à une chose vous avez peur du changement climatique? vous voulez consommer moins d’énergie fossile? eh bien faites..qui vous en empêche?

    et si on prend le cas du changement climatique…il faut absolument mettre de coté ceux qui souhaitent un changement climatique tout en acceptant la théorie…on a le droit non?

    la lutte contre le changement climatique implique que tout le monde DOIT être d’accord…

  • En France, il n’y a pas de révolte ou de révolution, en hiver, qui durent plus de trois jours.

    Les gilets seront battus pas le froid.

    Les gilets grelotteront mais ne gros-loteront pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles