La colère des gilets jaunes, conséquence de l’enfumage politique

La raison principale de la mobilisation semble ne pas être une opposition politique à proprement parler mais plutôt une absence complète de confiance dans les promesses politiques formulées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La colère des gilets jaunes, conséquence de l’enfumage politique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 novembre 2018
- A +

Par Paul Salaun.

Emmanuel Macron l’a avoué  lors de son allocution lors journal télévisé de 20H sur TF1 le 14 novembre 2018 : il n’a pas réussi à réconcilier la population avec ses dirigeants politiques et à créer un lien de confiance entre le peuple et son gouvernement.

Pourquoi, après une lune de miel en apparence épanouie entre les citoyens et LREM, le divorce semble-t-il aujourd’hui se profiler inéluctablement ? Il y aurait-il une rupture de confiance complète greffée sur le sentiment que si le peuple n’avait pas osé relever la tête et menacer du blocage du pays, la situation financière des millions de Français matraqués fiscalement n’aurait pas ému le chef de l’État et son Premier ministre ?

Il semble que l’opération séduction destinée à rassurer les Français mobilisés ait échoué… La raison principale de cette mobilisation semble ne pas être une opposition politique à proprement parler mais plutôt une absence complète de confiance dans les promesses politiques formulées.

Seule la baisse des taxes sur le carburant calmera la colère légitime des Français

L’état de pauvreté et d’endettement de la population est tel que l’achat d’un véhicule hybride est pour beaucoup impossible, même avec le versement d’une prime. Les véhicules hybrides d’occasion valent de 10 000 à 15 000 euros, les véhicules neufs dépassent ces prix. Le coût de leur entretien est bien supérieur à celui des « vieilles voitures » et leur obsolescence du fait de l’électronique qu’ils comportent survient plus tôt que pour des véhicules plus anciens.

Pour une personne seule ou une famille n’arrivant pas à « boucler ses fins de mois » et n’ayant pas d’économies, comme beaucoup trop hélas en France, l’achat d’un tel véhicule sera impossible qu’il y ait une prime ou non à la conversion.

La hausse du prix du diesel ou de l’essence viendra en revanche rajouter de la misère à ces situations précaires et bientôt, pour les plus modestes, se posera la question de la continuité du travail effectué lorsque les salaires perçus sont lourdement impactés par la fiscalité des carburants. Certains demandeurs d’emplois et/ou bénéficiaires du RSA pourront alors être tentés de cesser des activités complémentaires du fait de la hausse du prix des carburants.

Sur RTL, Édouard Philippe est venu maladroitement tenter le 14 novembre 2018 de mettre fin à cette révolte populaire par la proposition de mesures qui ne seront en rien des palliatifs à la souffrance due au matraquage fiscal des classes moyennes. Il semble bien que, nous convainquant, il ait au contraire soufflé sur les braisés et décidé de nouvelles personnes à se mobiliser.

Les quatre mesures proposées sont particulièrement floues et illisibles.

La première d’entre-elles est l’élargissement des indemnités kilométriques pour les « gros rouleurs » utilisant des petites cylindrées. Cette notion de « gros rouleurs » est particulièrement floue. Elle désigne en apparence des personnes qui connaîtraient des trajets de 60 à 70 kilomètres par jour. Les paramètres peuvent être particulièrement difficiles à établir pour déterminer avec certitude l’identité d’un gros rouleur si celui-ci ne connaît pas de déplacements domicile-travail quotidiens vers un point fixe matérialisant cette distance. On ne connaît pas non plus encore le montant de l’indemnité ni son assiette de calcul.

La seconde mesure est celle du doublement des primes à la conversion pour les 20% des Français les plus modestes. Cette prime montera à 4000 euros au premier janvier et permettra d’acheter des véhicules d’occasion dont des diesels, moins consommateurs. Deux illogismes sont à souligner ici. Seuls les véhicules véritablement hybrides ou non pollueurs diminueront drastiquement l’émission de particules fines mais leur prix est encore très élevé, entre 15 000 et 20 000 euros. Même avec 4000 euros d’aides, les plus modestes ne franchiront pas ce pas, ou alors ils iront s’exposer au surendettement. Si c’est le diesel qui tue, il y a une incohérence profonde à doubler une prime permettant simplement d’acheter un autre diesel, mais plus récent…

Une guerre irréfléchie

Ensuite Édouard Philippe entend faire disparaître du paysage des logements individuels les chaudières au fioul d’ici à une dizaine d’années. Il promet de prendre en charge « un tiers du coût global de transformation » au bénéfice des ménages désirant se séparer de leur chaudière au fioul. Il y a ici une triple incohérence. Les futures élections législatives sont en 2022. Il sera légitime alors s’il y a un rejet de LREM qu’un autre gouvernement soit aux commandes et ne poursuive pas cet objectif.

Deuxièmement, si l’on entend remplacer le fioul par l’électricité il faut cesser de vilipender le nucléaire. Seul le maintien et même l’augmentation de la puissance de notre parc nucléaire permettront de remplacer le fioul par un courant électrique continu et délivré à un prix abordable. Une troisième solution est celle de l’encouragement à l’achat de pompes à chaleur.

Le prix de ces pompes — si elles sont destinées à chauffer tout un logement — va osciller entre 15000 et 20000 euros. Là aussi, la promesse d’un chèque de 5000 à 6500 euros ne sera pas suffisante pour permettre à un foyer modeste de s’équiper, si tant est que la promesse est respectée.

Le Premier ministre annonce enfin que le gouvernement va de nouveau élargir le chèque énergie versé aux ménages modestes pour les aider à payer leurs factures de gaz et d’électricité. Il concernera désormais 5,6 millions de foyers (contre 3,6 millions actuellement). Là aussi les montant de ces aides ne sont pas connus. On ne sait pas dans quelle mesure elles seront incitatives à une conversion écologique et sur quels revenus fiscaux elles seront prélevées.

Une hausse des prix des carburants ne finançant que très partiellement la transition énergétique

Tant le Parti Socialiste que Les Républicains ont posé la question de savoir si le matraquage fiscal d’Emmanuel Macron et de son bras droit Édouard Philippe finance la transition énergétique. En réalité, l’essentiel de l’augmentation de la Taxe Intérieure sur la Consommation de Produits Energétiques, la TICPE, (plus +7,6 centimes pour le prix du litre de gazole et +3,9 centimes pour le litre de super) ne finance que très partiellement la transition énergétique.

Un article très intéressant d’Aude Le Gentil paru pour le JDD d’Europe 1 le 1er novembre 2018 souligne ce paradoxe : « les recettes de la TICPE attendues en 2019 sont bien en hausse, de 3,9 milliards d’euros. Sur cette somme, l’État en récupérera 3,7 milliards. Le montant alloué au compte d’affectation spéciale « Transition énergétique » (CAS) est, lui, quasiment stable par rapport à 2018 (7,2 milliards d’euros, en légère hausse de 80 millions d’euros). Mais en proportion, cette part va donc baisser : en 2019, 19% des recettes de la TICPE seront directement dédiées à l’écologie, contre 21% en 2018 et 20% en 2017. A noter que l’État peut dépenser les 17 milliards d’euros reçus sur plein d’autres postes, et donc aussi rediriger cet argent vers le ministère de la Transition écologique. Cette année, son budget va augmenter d’1 milliard d’euros pour passer à 34,2 milliards d’euros ».

L’incompréhension des causes du rejet massif des écologistes lors des scrutins successifs depuis vingt ans

L’affrontement des gilets jaunes contre les « bobos écolos des centres-villes » ne relève pas d’une logique politique à proprement parler mais d’une exaspération sous forme de stigmatisation.

La révolte des gilets jaunes, c’est le soulèvement des Français habitant la province (en banlieue ou en campagne) et ayant un besoin vital de l’utilisation de la voiture pour travailler. C’est le ras-le-bol des « besogneux » se levant tôt le matin pour travailler en ayant besoin de nourrir une famille transportée par voiture. Le gilet jaune, c’est la personne qui ayant charge de famille et un revenu plus ou moins modeste ne peut se loger dans des centres-villes devenus trop chers.

Il s’oppose de ce fait inexorablement à « l’urbain sans charge de famille ou avec une charge de famille restreinte » et capable, du fait de bons revenus, d’habiter à proximité de son travail. Ce qui désigne en réalité une minorité de la population. Cet « urbain » utilisateur de modes de circulations douces ne comprend pas l’attachement du « besogneux » à sa voiture.

Le rural et l’habitant de la banlieue ont de ce fait tendance à ne pas ou très peu voter pour les partis écologistes alors que les bobos des centres-villes qui ne connaissent pas la campagne — ou la fantasment même comme un sanctuaire —, ont tendance à plébisciter ces partis. Les résultats des élections depuis plus de 20 ans montrent ce fait très clairement : l’écrasante majorité du choix politique des premiers contre celui des seconds.

Ainsi, bien que les alarmes sur le réchauffement climatiques occupent largement et légitimement la scène publique, il est évident que la population française a souhaité et souhaite toujours, depuis une vingtaine d’années, exclure de la scène politique les partis qui placent la question écologique au centre de leur programme.

Les résultats des élections nationales parlent d’eux-mêmes quant aux rejets répétés des Français des partis écologistes de la scène politique.

Pour les élections présidentielles de 2007, leur score était d’1,57% des voix pour Dominique Voynet. Pour les élections de 2012 ce score « montait » à 2,31% des voix concernant Eva Joly. Pour la présidentielle de 2017 les Verts ne sont pas présents pour l’élection. Ils tentent de se recycler auprès d’En Marche qui ne lave pas moins vert que vert !

La débâcle est la même aux législatives. En 2017 les « verts » ne recueillent que 4,3% des voix. En 2012 ils obtiennent 5,46 % des voix et en 2007 ils atteignent 3,25% des voix. Il est donc constant que les Français refusent aux partis écologistes la légitimité démocratique de construire le contrat social, pour l’élaboration duquel ils ne sont donc jamais sollicités depuis une vingtaine d’années.

À juste titre par ailleurs, la ligne politique des « verts » peut faire peur. Prenons l’exemple de cet article de Charlotte Pudlowski paru sur le site « Slate.fr » le 15 avril 2009. Il est révélateur de la dangerosité de propos outranciers d’un représentant politique « d’Europe écologie les verts », à savoir Yves Cochet. Il est rapporté dans cet article que « Le député des Verts Yves Cochet a déclaré le 4 avril, lors d’un colloque de la revue de la décroissance Entropia qu’un enfant européen avait « un coût écologique comparable à 620 trajets Paris-New York » en avion. Pour baisser la facture, assure-t-il, il faudrait faire voter une directive « grève du troisième ventre » qui inverserait l’échelle des prestations familiales ». Moralité de cette histoire, si vous êtes un troisième enfant qui roule au diesel, vous allez être condamné et sacrifié sur l’autel de la transition énergétique !

De là peut venir l’une des explications de la colère des gilets jaunes. Alors que les écologistes sont chassés de la scène politique par la porte, ils reviennent par la fenêtre porter l’une de leurs mesures phares : la sur-taxation des carburants !

Mais c’est une révolte ? Non Sire c’est une révolution !

Le tort d’Édouard Philippe et d’Emmanuel Macron serait de constater que le mouvement des gilets jaunes est le résultat d’oppositions politiques, extrémistes ou non, ce qui est facile à stigmatiser, alors qu’il s’agit d’une « jacquerie ».

Le terme de « jacquerie » n’est pas ici péjoratif. Il fait référence tout simplement au soulèvement paysan qui eut lieu en 1358 contre la noblesse et les difficultés de ce temps et notamment des pressions fiscales. À l’époque, ces paysans de manière assez méprisante avaient été affublés du sobriquet de « Jacques bonhomme », par moquerie du « vilain ».

Ils se révoltèrent à l’époque pour plusieurs raisons les plongeant dans la misère : perte de confiance en la noblesse après la défaite de Crécy, exactions des grandes compagnies désœuvrées lorsqu’elles ne combattaient pas, survenance de la grande peste et pression fiscale pour rembourser la rançon du roi. Si les conditions de protestations et de vie des protestataires sont radicalement différentes de notre époque, deux points communs existent tout de même.

Le premier point est celui du mépris. En 1358 on baptisait le peuple révolté du sobriquet de « Jacques Bonhomme ».

Le second point était que la jacquerie de 1358 n’était pas en ces débuts un mouvement organisé avec des cadres le conduisant. Il en va de même aujourd’hui pour le mouvement des gilets jaunes tant que celui-ci n’est pas récupéré politiquement.

De manière générale, les différentes « jacqueries » ont principalement été motivées par des révoltes fiscales. Les « maillotins » en 1382 mène un soulèvement populaire qui doit son nom aux maillets utilisés par les émeutiers pour s’opposer aux collecteurs d’impôts. En 1524 la crise de la gabelle sur le sel, provoque de nombreux soulèvements concernant le royaume entier contre la taxe royale prélevée sur le sel, seul moyen connu alors de conservation des aliments. En 1637 la révolte des « croquants » sur les frontières espagnoles est motivée par le rejet de l’exigence de fournir à l’armée de nouvelles rations de blé.

En 1675 en Bretagne les « bonnets rouges » se soulèvent pour protester contre de nouvelles taxes dont celle du papier timbré, imposées pour financer la guerre en Hollande. Ces bonnets rouges étaient principalement composés de paysans et d’artisans. N’oublions pas également que parmi les éléments déclencheurs des évènements de 1789 il y a un ras-le-bol fiscal. Plus proche de nous, on peut mentionner en 1930 la révolte des « chemises vertes ».

La sociologie politique le classe à l’extrême droite. Ce mouvement dirigé par Henri Dorgères avait pour objectif de prôner une grève de l’impôt sur fond d’accusation contre l’État de harcèlement fiscal des paysans. Le poujadisme en 1950 appelait les artisans et les commerçants à se rebeller contre l’impôt. Pierre Poujade était à l’origine un petit libraire-papetier du Lot. Ce mouvement a également été classé à l’extrême droite.

Enfin plus proche de nous la révolte des « bonnets rouges bis » en 2013 a été organisés par des professionnels et des chefs d’entreprises bretons. Par leur mobilisation, ils ont obtenu le retrait de l’écotaxe, fameux impôt écologique destiné à financer la transition énergétique et pesant sur les poids lourds. Les bonnets rouges par leur mobilisation continue ont obtenu le retrait de cette taxe.

Le gilet jaune revêtu par « Jacques Bonhomme » en 2018 ne le désigne pas comme un opposant politique d’Emmanuel Macron. Il a pu voter LREM en toute confiance en 2017… mais voilà, « Jacques Bonhomme » représente aujourd’hui le Français de classe moyenne ou plus pauvre encore hélas, vivant loin des centres-villes, en campagne ou en banlieue. Il incarne cette France besogneuse qui ne compte pas ses heures et commence tôt le travail pour le terminer tard.

Quand « Jacques Bonhomme » le 17 novembre 2018 va revêtir son gilet jaune, il va le faire souvent sans expérience de la manifestation et sincèrement sans étiquette politique. Il arrête sa voiture et manifeste à ses côtés pour défendre un modèle social, celui de millions d’hommes et de femmes qui au service de leur pays ont construit toute leur vie au service de la démocratie et de la solidarité par le prisme des modèles de l’effort au travail, de l’accès à la propriété et de la transmission du patrimoine aux générations futures par les sacrifices financiers d’une bonne éducation. On pouvait en attendre au pire une indifférence, au mieux quelques louanges pour les efforts de solidarités fournis et la participation active à la construction de notre modèle social car heureusement une majorité d’individus reste généreuse et charitable.

C’est tout le contraire qui se produit ! Voilà que « Jacques Bonhomme » se fait cracher dessus et qualifier d’assassin de la planète, lui dont la fierté a été de léguer à ses enfants son patrimoine, à savoir la maison ou l’appartement qu’il a acheté en banlieue ou en campagne. Cette maison est connectée à sa participation au monde associatif, à son cercle amical et familial, à son travail par la voiture ! Et voilà qu’aujourd’hui on le vilipende de l’utiliser. Alors, ayant subi trop de crachats et de mépris le pacifique « Jacques Bonhomme »  décide d’aller manifester…

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • J’ai dénoncé ailleurs toute l’incongruité de cette nouvelle annonce du gouvernement sur la fin des chaudières au fuel.
    Si ma mémoire est exacte, le PM a cité non pas l’électricité comme alternative mais le gaz (mieux mais bof et surtout toujours une énergie fossile et aussi solution urbaine et pas rurale) et le bois. Le bois du point de vue du RC est une solution sensée (à condition qu’on dispose d’une vraie gestion des plantations pour compenser le CO2 relargué par la cheminée ou le poêle) mais pas vraiment du point de vue de la pollution (particules fines).
    Le soutien de la filière bois qui avait amené Ségolène à supprimer l’interdiction du chauffage au bois sur le point d’être prise à Paris et RP pour cause de pollution est une ânerie de plus à mettre au compte d’un gouvernement qui confond capitalisme de connivence et solutions techniques.

    • En complément, il faut souligner que les poêles à pellet, pour lesquels les normes permettent infiniment plus de pollution par les particules fines, libèrent également une floppée d’autres polluants, dont des aromatiques cycliques et un peu plus de 4 x plus de NOx que les chaudières à mazout. La conclusion de l’article qui suit est qu’il faudrait équiper les poêles à pellets de filtres à particules… https://www.picbleu.fr/page/les-granules-sont-ils-plus-polluants-que-fioul-ou-gaz

    • Une solution sensée……..rendre le chauffage électrique obligatoire, construire des epr en consequence,supprimer toutes les taxes écolo sur l’électricité et les repporter …sur l’essence et le diesel et le gaz.

    • J’ai l’impression d’être chez les fous, un jour on vous dit une chose, le lendemain on vous dit le contraire.
      Ces gens n’ont aucun esprit rationnel et scientifique, aucune vision globale. Ils sont non crédibles, nuls et lamentables.

    • on s’en contre-fout du CO2 c’est un super engrais pour les plantes et les conneries écologistes qui le relient au climat sont de vastes fumisteries.

  • vous savez quoi?
    je crains que rien ne pourra arrêter le raz le bol des français

    • Car que je sache , ils n’ont pas voté écologiste

      • Oui mais Macron par ces mesures cherchent à se rallier les écologistes en vu des élections européennes. Il ne faut pas chercher plus loin.

        • bien sur ue non , macron a phagocyté l’écologie en l’incluant dans
          les troupes d’en marche avec les ex socialistes..
          il pèsent combien les cocologistes seuls 3%?
          justement les gilets c’est la reaction parce que personne ne vote cocologiste..

  • tout aide publique à l’achat de quelque chose permet d’abord aux fournisseurs d’augmenter ou de maintenir leur prix : le consommateur ne voit pas grand chose !!!

    nos politiques sont vraiment minables.

  • ce ne sont pas des hommes politiques qu’il y a à la tête de notre pays , ce sont des autistes ; ils sont dans leur monde , complètement inconscient de la réalité à laquelle nous devons faire face ; finalement , ce qui leur arrive , hé ben c’est bien fait pour leur gueule ;

  • J’entendais un calcul intéressant montrant que pour l’exemple même du changement de véhicule présenté par le premier sinistre, il ne conduirait à aucune réduction de consommation de carburant. On a donc dans ce cas une dépense de 1000 euros par l’automobiliste (plus les frais), une dépense de 4000 euros par le contribuable (plus les frais), et un résultat absolument nul, voire négatif, les véhicules essence consommant plus que les diesels sur les courts trajets.
    Pour le chauffage, je ne peux même pas faire le calcul, avec une maison à 40 m de la route dans un village, le gaz passe nécessairement par une citerne individuelle, et il vaut mieux ne pas se demander d’où il provient pour notre « indépendance énergétique », concept stupide pour qui fustige le protectionnisme.
    Au-delà de la pure bêtise, quelle peut être la motivation de nos politiciens pour proférer de pareilles âneries ? L’ignorance ? La confiance dans l’ignorance de leurs auditeurs ? La certitude que ce qu’on profère n’a aucune importance, que seule compte la conviction avec laquelle on discourt ?

  • Voila a quoi arrivent tous ces «  »écologistes » » qui gravitent maintenant dans toutes les sphères!(ils n’ont strictement rien a voir avec les écologues)!Pas besoin d’un parti bien précis, ils sont a tous les niveaux incruster! La royal qui ose maintenant venir défendre le pauvre petit contribuable. Elle se fou vraiment du monde! Elle croix réellement que l’on a une mémoire de bigorneau ! Le Mélenchon, alors là, il y a deux ans il gueulait qu’il allait supprimer tous les diesel et là ,il soutient le mouvement de lutte contre blablabla! Il reste planquer quand même le 17. Tous depuis quelque années, ils nous préparaient a grand coup de « vaseline » (désolé de l’image) à nous faire craché aux bassinets pour financer LEURS petit monde de privilégié qui eux « maitrise la situation ». As tous les niveaux, ils y sont ! Après l’augmentation pour « sauver la planète », de l’énergie (ben oui les prix bas sa profites qu’aux sans dents…)pour les moyens de transport , le chauffage (et t’as pas le choix .hé hé hé!), ils vont passer a l’augmentation de l’alimentation ! (pb avec le marché ouvert en Europe qui tire les prix vers le bas …alors il faut agir sur l’Europe…) .Ce n’est pas encore officiel , mais la semaine dernière le ministère de l’agriculture (qui prend ses décision qu’avec ces s…e d’ONG environnementaliste) a sortie de nouvelles règles de fonctionnement pour le monde agricole complètement dingue! Une destruction claire assumée pas nos dirigeant qui valident le fait qu’une « révolution » à des conséquences. PB, leurs nouveaux fonctionnement est tout simplement impossible a mettre en place et surtout, démontre une incompétence incroyable sur ces sujets agricole. Pour l’agriculture, les escrologistes, environnementeurs qui n’ont comme arguments que leurs idéologie/croyances, sont aussi a la tête de l’INRA et du CNRS (quoique là pour le CNRS, cela semble ENFIN bouger, discrètement, puisque sa responsable viendrait d’être limogé pour manquement à l’éthique scientifique grave !)
    Ces environnementeurs sont surpuissant maintenant avec des outils de désinformation énorme comme le GIEC. .Tout le discours basés sur les modélisations d’il y a 20 ans sont avérés faux par les mesure réaliser « en vrai » .Tous les climatologues à l’origine de l’idée de mise en place du GIEC (pas idiote au départ) ont démissionnés, en général très fâchés que leurs travail/conclusion soit détournés a des fin politique ….mais non le GIEC leurs sert toujours de référence. Ah oui il y a même un « super consensus », malgré les milliers de compétences reconnues qui ne peuvent semble-t-il plus se faire entendre!
    On y est !!! Après toutes ses préparations « mentale », il faut commencer (et que le début) à payer pour sauver la planète !

    • Exact, ce n’est pas pour rien que c’est en France que l’OMC dirigé par un français a décidé de classer le glyphosate cancérigène. Alors qu’une étude épidémiologique de l’Inserm montre que les paysans sont moins affectés par le cancer! Même résultats aux USA sur une étude de 55.000 paysans!
      Ce qui n’empêche nullement nos politiciens et nos merdias de prêcher pour l’interdiction!

  • Je dirais que la raison du mouvement est une véritable souffrance devant un appauvrissement voulu et programmé.

  • Bonjour les lobbies :
    Le gouvernement va-t-il mettre en place, un nouveau programme fumeux comme celui des RGE dont le seul effet concret a été l’explosion des prix :
    « L’UFC Que Choisir qui avait dénoncé à l’époque les résultats de certains DPE, s’est également intéressée en 2014 à la rénovation énergétique. Dans une étude de décembre 2016, alors qu’entre-temps la Loi pour la Transition Énergétique et pour la Croissance Verte a rendu quasi-obligatoire le recours aux artisans et entreprises certifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), l’union a réitéré cette étude avec un triste constat : ‘aucun professionnel n’est en mesure d’apporter une solution de travaux de rénovation énergétique qui soit à la fois globale, cohérente et performante’ mais de plus des travaux chiffrés près de 3 fois trop cher pour un résultat à moins du tiers de celui espéré. La certification RGE est-elle un scandale ? Et pourquoi deux poids et deux mesures dans les certifications de diagnostiqueur et d’artisan RGE ?  »

    http://www.arobiz.com/certification-rge-le-scandale.html

    • comme d’habitude , tant incapables de résister a la concurrence européenne pour des raisons de couts liés aux prélèvements, on pond des normes pour protéger les entreprises françaises , et pratiquer des prix français..

  •  » une lune de miel en apparence épanouie entre les citoyens et LREM  »
    Non, ça c’est le story telling des médias. Macron est le président le plus mal élu de la Ve République. Seul,un battage médiatique intense qui marginalise complètement l’écho des opposants a pu permettre ce coup de force.
    Depuis, beaucoup de ceux qui avaient voté LREM, en raison du péril fasciste (très drôle vu le grand demicrate respectueux des libertés que nous avons à l’Elysée) ont compris. Esoérons que la prichaine fois, ils seront moins des moutons

  • Comment Mr Salaun ose-t-il écrire ceci en le mettant entre guillemets comme si cela avait été prononcé par E. Macron ? :
    « Le 6 novembre 2018, invité sur la matinale d’Europe 1, Emmanuel Macron affichait un fort mépris pour les gilets jaunes avec deux phrases marquantes dans son intervention : « généralement on trouve derrière ces mobilisations un peu tout et n’importe quoi, principalement des abrutis » et « rien à faire, de ces débiles qui se plaignent sans arrêt » »
    C’EST TOTALEMENT FAUX ET INVENTE DE TOUTE PIECE !
    C’est avec ce type de fake news que vous donnez raison à ce pouvoir qui a fait voter une loi, oh combien liberticide, comme la loi sur les fake news…
    Je ne comprends pas comment Contrepoints, site que j’ai tendance à considérer comme sérieux, puisse laisser passer ce type d’article ! Vous vous décrédibilisez complètement en ouvrant votre site à ce type de rédacteur !

  • bonjour, d’accord avec votre analyse mais pas sur le constat du réchauffement climatique.

    1: Ce réchauffement n’est pas certain. Il y a juste un constat d’un déplacement de phénomènes climatiques sur certaines zones qui n’en connaissaient pas l’existence jusqu’à maintenant et n’a rien à voir avec un réchauffement climatique global de la planète.

    2: Dans le domaine scientifique, tout peut TOUJOURS être remis en cause.
    Si le réchauffement climatique devait un jour être confirmé encore faudrait-il pouvoir le relier à l’activité humaine afin, ensuite, infléchir cette dernière.
    Au vu de mes connaissances scientifiques actuelles, je pense plutôt que ce que l’on observe fait parti des cycles géologiques déjà bien connus.
    L’homme n’y est pour rien et ne pourra rien y faire.

    • Absolument d’accord avec vous

    • La température a augmenté de 0,6°. Mais ce que tout le monde occulte est le fait que depuis 1850 nous sortons d’une période de refroidissement que les climatologues nomment le Petit âge glaciaire, c’est tout dire. Il est donc normal qu’elle remonte. Cela revient à dire qu’au printemps il y aurait un réchauffement provoqué par l’homme! Les ignorants ne savent pas que le climat n’est pas constant, qu’il y a des âges glaciaires et qu’il change sans cesse. Il faut arrêter de dramatiser, il changera encore!

  • BFM est en train de me démontrer que mon pouvoir d’achat a augmenté ! La mafia continue son intox.

    • C’est juste que les denrées ont augmenté plus vite que votre pouvoir d’achat, mais il a augmenté…

      • Vous plaisantez ? ma retraite était presque bloquée depuis 5 ans, et maintenant elle a diminué par l’augmentation de la CSG, mon gazoil a augmenté, ma taxe d’habitation a augmenté, mon abonne ment Internet a augmenté, mon électricité au augmenté, le prix des commissions a augmenté, etc.

        • C’est ce que je dis. Toutes ces augmentations correspondent à des choses que les élites oublient que vous achetez. Mais pour les autres, celles que vous n’achetez pas, qui ne vous servent à rien mais qui constituent la référence pour l’indice des prix, vous pourriez en acheter plus.

      • Faux! Si je fais le compte entre l’augmentation de mon revenu et l’augmentation du gaz, de l’électricité, de l’essence, de la mutuelle, des assurances, etc… il me reste MOINS d’argent !
        Donc mon niveau de vie a baissé!

  • Quelle souffrance de voir les taxes exploser dans un pays déjà matraqué à outrance, dernier de l’OCDE en terme de compétitivité, au nom d’un soi-disant réchauffement justement nié par la science, la véritable, et ce dans le but d’appliquer une convergence débile pour l’essentiel, irréaliste et sans fin… si on m’avait dit que ces gens seraient pires que hollande et les siens, je n’aurais tout de même pas parié. perdu… le dernier président fut finalement Pompidou. macron n’est qu’un nain dogmatique

  • * Je m’explique mal pourquoi nos dirigeants nous orientent que la voiture électriques qui n’est pas écolo & qui polluent même plus que le moteur thermique diésel/essence ? https://ledrenche.fr/2017/07/la-voiture-electrique-est-elle-ecologique-1817/
    la Voiture électrique coûte cher , a peu d’autonomie, sa batterie pose des problèmes de recyclage, elle utilise des métaux rares donc chers comme le platine , le lithium de Bolivie, les terres rares de Chine.. Il eut été préférable de s’orienter vers l’hydrogène propre… mais derrière ça se cache le lobby EDF qui veut s’accaparer le marché de l’automobile : https://www.liberation.fr/france/2018/10/10/edf-mise-sur-la-voiture-electrique-pour-garder-son-nucleaire_1684438?fbclid=IwAR3Z8kcPSW4cCB7U9d3kIXKNo0szKOav_8jjFotIF-7SmFapppSUEJDLGbA
    * l’hydrogène n’a aucun réseau de gaz implanté sur le territoire FR , les voitures trop chères mais il s’agit d’1 énergie propre rejetant que de la vapeur d’eau…mais peu de recherches ont été déployées pour la rendre compétitive.
    https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-france-en-championne-de-l-hydrogene_2013666.html

  • ce que ce GVT ne comprend pas , c’ est que la hausse du prix des carburants n ‘ est que la goutte d’ eau qui a fait déborder le vase : en réalité , beaucoup de français en ont marre de toutes ces augmentations et taxes : hausses du prix du gaz , des carburants, des mutuelles , des assurances etc, etc … alors que les salaires stagnent, et que le pouvoir d’ achat diminue …… maintenant que la classe  » moyenne  » se trouve elle aussi touchée , beaucoup se révoltent ….. ceci dit, ça me fait jubiler, que la plupart de ceux qui ont voté jupiter , gueulent maintenant !!!! qu’ attendre d’ un ex banquier , à part vous pomper ????

    • S’il était vraiment banquier il comprendrait comment fonctionne l’économie, alors qu’il ne pige rien! Il est SOCIALISTE et énarque, donc il ruine la France comme tous ces nuls avant lui. Il est passé par la Banque pistonné car ces gens ont un carnet d’adresse fourni et en France les diplômes impressionnent toujours!

  • En fait les gilets jaunes font une action écologique, en bloquant notre agitation productiviste/consommatrice, ils diminuent les émissions de CO2.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/
    Plus sérieusement le CO2 est l’arbre qui cache la forêt des problèmes écologiques, car nous sommes toujours incités à une croissance du capital qui doit ruisseler grâce à des « Carlos G »… et du banquier en marche.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Certes les prix flambent mais quelque part c’est la loi du marché, on ne peut pas se réjouir d’une économie libérale qui a projeté les pays l’ayant adopté parmi les plus riches de la planète et en même temps réclamer une certaine forme d’étatisme lorsqu’une situation se dégrade temporairement.

Passant ma vie entre la France et l’Allemagne, je peux comparer les prix en euros des différentes dépenses d’un couple dans la vie courante.

Un niveau de vie supérieur en Allemagne

Non seulement le salaire moyen y est supérieur au nôtre d’... Poursuivre la lecture

édouard philippe
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles