Le protectionnisme, insecte dévoreur des campagnes

En reprenant de son maître Frédéric Bastiat son soin pour les effets visibles et invisibles, mais aussi son sens de la métaphore, Ernest Martineau présente le protectionnisme comme un rongeur dévorant les cultures, causant la ruine et la cherté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fields

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le protectionnisme, insecte dévoreur des campagnes

Publié le 6 octobre 2018
- A +

Un article de l’Institut Coppet.

UN CAMPAGNOL INVISIBLE À L’ŒIL NU

(Journal des économistes, 7e série, tome IV, octobre à décembre 1904, p.79-81)

Niort, 5 octobre 1904.

Il en est des campagnols comme des éclipses.

Chacun sait qu’il y a des éclipses invisibles à Paris et en France qui, au contraire, sont visibles en Angleterre et à Londres et réciproquement ; là même où elles sont visibles, pour bien les voir il faut les regarder avec un verre.

De même, les campagnols qui ravagent en ce moment nos campagnes en France ne sont pas visibles en Angleterre mais, à l’inverse, il y a un campagnol d’une espèce particulière qui, actuellement, est invisible en France à l’œil nu mais qui a été visible, et qui a été vu en Angleterre et chassé du pays ; ce campagnol, c’est le protectionnisme.

Les ravages de ce campagnol-là sont considérables, mais ils sont invisibles à l’œil nu ; pour les voir, il faut mettre des lunettes.

Non pas qu’il soit besoin de fortes lunettes : avec des verres ordinaires, un moment d’attention suffit. Il y a même ceci de curieux, c’est que le protecteur en chef de cette espèce de campagnols, M. Méline, fournit obligeamment les lunettes pour les voir.

En effet, qu’est-ce qu’un campagnol, que lui reproche-t-on, et pourquoi cherche-t-on un virus pour s’en débarrasser ?

Un campagnol est une petite bête qui ravage et détruit les productions de la terre, raisins, légumes, céréales, et qui remplace ainsi l’abondance par la disette : là, par exemple, où un vigneron aurait fait cent barriques de vin, il n’en récolte que cinquante, et ainsi pour les autres récoltes.

De là les souffrances du pays qui voit son marché mal approvisionné, d’où il résulte que par suite de la cherté résultant de la rareté des produits, chacun est insuffisamment pourvu et les pauvres gens, notamment les ouvriers, à cause de la cherté des prix, sont obligés de boire de l’eau.

Cela posé, qu’est-ce que le protectionnisme et comment opère-t-il ? M. Méline va nous l’apprendre :

« Si vous protégez Pierre, dit-il, vous atteignez forcément Paul, C’EST INÉVITABLE : par exemple, la taxe de 3 francs sur l’avoine est payée par Paul, le cultivateur, qui achète de l’avoine pour ses chevaux. » (Voir l’Officiel de mai 1890).

Comment se fait-il qu’un tarif qui joue à la frontière, à la douane, produise son effet sur le marché où se vendent les avoines, le blé, le pain et autres produits et renchérisse les prix, pour l’avoine de 3 francs, pour le blé de 7 francs par 100 kilos ?

Ici, regardons bien, nous allons voir les ravages de ce campagnol.

M. Méline et ses amis, ayant observé les ravages du campagnol ordinaire et autres bêtes malfaisantes de cette sorte, qui changent l’abondance en rareté et par la rareté produisent la cherté, voulant favoriser les producteurs, lesquels veulent vendre cher leurs produits, n’ont trouvé rien de mieux pour arriver à leurs fins, que d’opérer sur le marché une disette artificielle, une rareté qui sera cause de la cherté.

Ces protecteurs ont dit à leurs protégés : nous allons chasser du marché par la barrière des tarifs de douane les produits étrangers qui vous font concurrence : de là une disette, une rareté qui, aux dépens des acheteurs mais à votre profit, corrigera l’abondance ; nous ferons la cherté par la disette.

De là les tarifs du protectionnisme.

La protection, c’est la disette ou ce n’est rien.

Remarquons bien, en effet, que le seul moyen à la disposition des législateurs, pour enrichir leurs protégés à nos dépens, c’est de faire la rareté, la disette sur le marché.

La preuve, c’est que lorsque la récolte est abondante, la concurrence intérieure avilit les prix et les tarifs ne jouent plus, ils font l’effet D’UN CAUTÈRE SUR UNE JAMBE DE BOIS.

De là les gémissements de M. Méline au sujet de la surproduction : cet étonnant homme d’État se plaint sans cesse de ce qu’on produit trop, de la surproduction du coton, de la laine, comme il dit dans son jargon, cet organisateur de la disette.

Le voyez-vous bien, maintenant, le campagnol du protectionnisme ?

Les fermiers d’Angleterre, les cultivateurs du Danemark, ont mis leurs lunettes, l’ont bien vu et bien observé, et ils ont trouvé un virus qui les en a débarrassés.

Dimanche dernier, j’ai réussi à le montrer aux cultivateurs du canton de Surgères : tous ceux-là l’ont vu qui ne se sont pas volontairement bouché les yeux.

Si j’avais eu affaire aux cultivateurs des autres parties de la France, aux fermiers, aux petits agriculteurs, je crois bien qu’ils l’auraient vu aussi, avec les lunettes fournies par M. Méline. Je conseille aux propriétaires, grands et petits, aux grands propriétaires surtout, de prendre le plus tôt possible des lunettes pour le voir et pour se mettre à la recherche d’un virus. Attention, messieurs les propriétaires, c’est ici une espèce de rongeurs toute spéciale.

Ce campagnol-là ronge les racines… DU DROIT DE PROPRIÉTÉ.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Ce n’est pas d’aujourd’hui…
    Le commerce et gouvernement considérés relativement l’un à l’autre – Condillac
    Le sujet est traité de manière très claire.
    Si les politicards persistent il doit y avoir des intérêts pour eux, que l’on ne voit pas !

  • le protectionnisme oblige les ouvriers à boire de l’eau, c’est pour leur bien.
    ce qui est toujours ennuyeux c’est l’incapacité chez les défenseurs du libre échange à comprendre où se situe leur intérêt.
    l’ouvrier est utile à la bonne marche du pays mais il est aussi inculte ,brute et souvent illettré et il est bon pour la société que les décisions le concernant soient prises par des gens éduqués et chrétiens.
    voulons nous d’un société qui s’adonne à l’alcool? au stupre? NON! il faut donc protéger les ouvriers contre ce qui peut sembler être leur gré.

    En outre les campagnols jouent un rôle écologique majeur dans les écosystèmes , ils sont un des éléments modestes mais moteur d’une chaîne alimentaire qui si elle était brisée conduirait au pire. Ils limiteznet de fa

  • Je ne peux m’empêcher de penser à l’actualité des campagnols qui interdisent les promotions et favorisent les produits bio à la production peu fertile au prétexte de protéger les agriculteurs.

    • Ces’t campagnol évolué, qui boit du Champagne… bio ou plutôt pas…

    • Contre les campagnols, mon grand père m’avait appris à glisser des morceaux de carbure de calcium dans les trous à recouvrir d’une pierre.
      Au contact de l’humidité de la terre, l’acétylène dégagé me débarrassait des petits nuisibles.
      Mais là je suis un peu démuni…

  • Ceux qui nous parlent sans cesse de taille de gâteau fixe devraient réfléchir au moins un poil. Dans cette logique, plus l’état donne une part plus grande à certains, plus la part des autres est petites. Ces derniers sont donc plus pauvres sans raison, alors que les premiers se vautrent dans la facilité. Satisfaits de ces mesures, ils voteront volontiers pour le parti politique ayant instauré ces mesures, devenant des clients plutôt que des électeurs.

    • +1
      Au mieux ils vous diront : « Bah ton truc est logique et marche en théorie, mais dans la vraie vie cépapareil. Notre théorie n’est pas logique, ne fonctionnent pas mise en pratique, mais elle est mieux, tu n’as pas de coeur  »
      Au mieux.

  • Je me souviens de quelques actions du gouvernement des années 50 et début 60:
    Importation des pommes de terre pour faire baisser les prix
    ou la mise sur le marché du fameux beurre d’interventionµ.

  • C’est une bonne illustration de la réalité ; il y a aussi le fait que parfois , rarement, le protectionnisme réussit mais uniquement sur le court terme ce qui induit en erreur….

    https://entrepreneurs-pour-la-france.org/Les-impasses/Politique-industrielle/article/Protectionnisme-impacts-positifs-puis-negatifs

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_224997" align="aligncenter" width="318"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

COMMERCE INTERNATIONAL — La différence des coûts de production dans l’échange international : « — Si l’on vous dit : Les terres de Crimée n’ont pas de valeur et ne paient pas de taxes. Répondez : Le profit est pour nous qui achetons du blé exempt de ces charges. — Si l’on vous dit : Les serfs de Pologne travaillent sans salaire. Répondez : Le malheur est pour eux et le profit pour no... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles