Quand le protectionnisme nuit au consommateur

Les barrières commerciales ne sont pas bonnes pour le consommateur : elles favorisent certaines entreprises au détriment d’autres et font monter les prix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand le protectionnisme nuit au consommateur

Publié le 2 avril 2017
- A +

Par Alexandre Moreau.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Lorsqu’il est question de négociations commerciales internationales, la pression politique exercée par les associations de producteurs est telle que la logique économique est souvent mise de côté. La réaction de Marcel Groleau, président de l’Union des producteurs agricoles, à notre publication proposant la fin de la gestion de l’offre pour élargir notre accès au marché américain est typique.

Les barrières commerciales obligent le consommateur à payer plus

Soyons clairs, les barrières commerciales ont toujours enrichi un petit nombre au détriment de la vaste majorité. Dans le cas de la gestion de l’offre, ce sont à peine 13 000 producteurs qui bénéficient d’un système qui oblige plus de 36 millions de consommateurs à payer davantage pour l’achat de produits laitiers, d’oeufs et de volaille.

En raison du fait que les bénéfices sont concentrés et que les coûts sont dispersés sur un plus grand nombre, il est difficile d’imposer une réforme. Les associations de producteurs — comme l’UPA — ont de fortes incitations à se mobiliser pour défendre les mesures qui enrichissent leurs membres. Selon l’OCDE, le soutien aux producteurs laitiers canadiens, découlant principalement de la gestion de l’offre, représentait près de la moitié de leurs recettes brutes, soit une moyenne de 250 000 $ par ferme.

En contrepartie, l’ensemble des consommateurs doit payer des prix plus élevés. Les estimations de l’OCDE et des études académiques notent un coût annuel de 258 à 444 $ par ménage canadien. Pour l’ensemble des ménages, le coût total est de 3 à 6 milliards chaque année. Ces coûts additionnels affectent de façon disproportionnée les ménages à faibles revenus, qui doivent dépenser une part plus importante de leur revenu pour acheter des produits de base.

Un écart de prix suivant les pays

Lorsque M. Groleau affirme qu’il y a une différence de prix pour l’ensemble des produits entre le marché canadien et américain, il n’a pas entièrement tort. Un comité sénatorial s’était d’ailleurs penché sur la question en 2011 pour comprendre l’existence des écarts de prix pour certains produits.

Quels étaient ses principaux constats ? La présence de mesures protectionnistes, de droits de douane, d’exclusivités pour certains distributeurs et la segmentation des marchés. Essentiellement, l’écart s’explique donc par un manque de concurrence. En ce sens, il est fort possible que les tarifs douaniers, qui peuvent atteindre jusqu’à 300 % pour les produits sous gestion de l’offre, ainsi que la présence de quotas de lait pour maintenir des prix plus élevés, soient en partie responsables de la situation que M. Groleau souligne.

Les bienfaits de la gestion de l’offre : un mythe !

Contrairement aux associations de producteurs laitiers, les consommateurs ne disposent pas d’un budget annuel de 123 millions de dollars en publicité pour défendre leurs intérêts. Cette somme sert essentiellement à maintenir la croyance que la gestion de l’offre est un système formidable, alors que le Canada est le seul pays à l’avoir conservé.

La gestion de l’offre protège les fermes familiales ? Plus de 90 % des fermes laitières ont cessé leurs activités depuis sa mise en place en 1972. Rien qu’au Québec, 16 fermes disparaissent chaque mois.

La gestion de l’offre assure la prospérité du secteur laitier ? Les quotas sont fixés en fonction de la consommation domestique et, dans le cas du lait, ce niveau est comparable à celui des années 1960. Dans la mesure où la consommation de lait par habitant diminue, la seule perspective de croissance se résume au nombre de nouveau-nés et d’immigrants.

L’argument du climat pour contrer l’exemple de la croissance fulgurante de la production observée en Nouvelle-Zélande est particulièrement fallacieux. À la suite de la libéralisation du secteur laitier et de l’abolition des subventions, la production a effectivement presque triplé pour faire de ce petit pays d’à peine cinq millions d’habitants le plus grand exportateur de produits laitiers au monde. À ma connaissance, la réforme n’incluait aucune réglementation sur la température…

Enfin, l’étude commandée par Agropur et que cite M. Groleau impliquait des contraintes importantes dans sa réalisation. En effet, il est spécifié que les projections suivant l’ouverture des marchés agricoles ne prévoient aucune période de transition ni de compensation financière accordée aux fermiers pour la valeur de leurs quotas. Nous avons explicitement proposé le contraire afin de permettre aux producteurs de s’adapter à la nouvelle réalité du marché.

À la lumière de ces précisions, on peut se demander si l’UPA défend l’intérêt des fermiers ou son monopole syndical. En fin de compte, ce sont peut-être non seulement les consommateurs, mais aussi les producteurs laitiers qui se font traire…

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Une baguette de pain pour un chômeur reste trop chère quelque soi son prix.
    Trouvez lui une activité rémunérée et il paiera le prix.
    Si l’augmentation des prix sur les produit du quotidien était un problème, les polonais ou roumains qui viennent travailler sur les chantiers en France ne supporteraient pas même le prix des aliments au supermarché.
    Hors avec un salaire de 1500€ dans le bâtiment ils préfèrent travailler ici alors que la baguette ne coûte rien en Roumanie ..

  • Le protectionnisme est toujours sous une forme ou une autre associé à l’existence de frontière.
    On ne peut pas critiquer UN protectionnisme.
    Si le marché du travail n’est pas libre, après tout, pourquoi pas ne pas réglementer l’échange de marchandises?
    On ne peut pas non plus critiquer le protectionnisme sans se poser de question sur l’existence de politiques monétaires au lieu de marché libre de monnaies..
    Alors certes la mise en place de mesures protectionnistes font désavantages le consommateur au profit de producteurs locaux (et de l’etat et de ses agents) mais on ne peut pas éviter de devoir démontrer au préalable que la non compétitivité des producteurs nationaux n’est pas elle même la conséquence d’une ou plusieurs politiques menées par l’etat .

    du moins me semble t il, sinon c’est s’arrêter à un niveau d’analyse confortable pour le consommateur.

  • Vous avez raison sur presque tout car actuellement le citoyen québecois paie le lait 3 fois plus cher qu`au usa en plus que les cultivateurs ne paie presque pas de taxe foncière (20%) et scolaire ce qui leurs donnent le privilège d`acquérir des terres au détriment des 85% de citoyens vivant en campagne qui eux paient 100% de leur taxe = belle justice sociale; on est plus dans les années 50 car la plupart se promènent en gros pick-up et de plus en campagne où presque tout se fait au noire avec le régime de gros bras qui y prévaut même dans les salles municipal en plus que la campagne sert maintenant à produire et à blanchir l`argent de la drogue .Ces gens là se sont fait engraisser à la moulée public et pas un politicien ,gouvernement ne veut stopper ce gaspillage d`argent public au détriment du consommateur Contre les monopoles ; vive la concurrence où l`innovation prévaut..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Journée noire, hier 6 février 2020, pour Marlène Schiappa, l’égalité H/F et la lutte contre les discriminations dont elle porte les couleurs au sein du gouvernement !

Non seulement Isabelle Kocher, désormais connue comme « la seule femme à la tête d’un groupe du CAC 40 » n’a pas été renouvelée dans ses fonctions de directrice générale d’ENGIE, mais l’annonce solennelle de la « stratégie interministérielle de lutte contre les discriminations » avec promesse de name and shame prévue également hier s’est tran... Poursuivre la lecture

Par Corentin de Salle.

Les cultures occidentales tirent en effet leur héritage philosophique des Grecs, leurs religions du Moyen-Orient, leur base scientifique de la Chine et leurs langues et populations de l’Europe. Si on examine en quoi consiste un livre, nous constatons que le papier a été inventé par les Chinois, l’alphabet occidental par les Phéniciens, le numéro des pages par les Arabes (et, avant eux, les Indiens), l’impression par Gutenberg mais aussi par les Chinois et les Coréens... Corentin de Salle analyse ici, avec Johan N... Poursuivre la lecture

Par Dern.

On a coutume de dire, pour se moquer des politiques culturelles actuelles, que si Le Seigneur des Anneaux était tourné aujourd’hui, Aragorn serait joué par une femme asiatique en fauteuil roulant.

Arrêtez immédiatement de rire, Amazon a trouvé cette idée géniale.

Bâtisseur de rêves

On ne présente plus Le Seigneur des Anneaux, œuvre majeure du très grand John Ronald Reuel Tolkien, parue entre 1954 et 1955, et adaptée par Peter Jackson en un monstre du cinéma du même nom. Les chiffres sont à la hauteur du gigantis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles