Faut-il divulguer la hiérarchie des salaires dans les entreprises ?

La loi Pacte, dont l’examen en commission a commencé cette semaine à L’Assemblée nationale, pourrait obliger les entreprises à publier des informations précises sur la hiérarchie des salaires qu’elles pratiquent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Think different by Vitreous View (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il divulguer la hiérarchie des salaires dans les entreprises ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 septembre 2018
- A +

Par Patrick Aulnas.

La transparence en matière de revenus a le vent en poupe. Chacun sait que l’État exige depuis des lustres la transparence totale à propos de nos revenus. Rien ne doit lui échapper. Le Code des impôts prévoit d’ailleurs que le revenu imposable est le « revenu mondial ». Mais désormais, la transparence concerne aussi la vie interne des entreprises. La loi Pacte, dont l’examen en commission a commencé cette semaine à L’Assemblée nationale, pourrait les obliger à publier des informations précises sur la hiérarchie des salaires qu’elles pratiquent.

L’amendement « transparence des rémunérations »

Un certain nombre de députés de la majorité LREM, groupés autour de Matthieu Orphelin, ont déposé un amendement à la loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) visant à limiter les écarts « excessifs de rémunération entre le plus petit et le plus haut salaire ».

Pour atteindre cet objectif, l’amendement prévoit la publication obligatoire d’un certain nombre d’informations statistiques sur les salaires versés. À l’opacité des rémunérations devra succéder la transparence, la glasnost disait-on dans l’URSS finissante.

Nouvelles obligations

Les nouvelles obligations d’information concerneraient les grandes entreprises, celles qui emploient plus de 1000 personnes en France ou 5000 personnes dans le monde. Les groupes seraient concernés puisque ces seuils s’appliqueraient à « l’ensemble des filiales ou sociétés contrôlées ».

Ces sociétés ou groupes devraient publier chaque année une note d’information comportant en particulier la rémunération moyenne, la rémunération médiane (la moitié des salariés gagne plus, la moitié gagne moins), la rémunération du premier quartile (un quart des salarié gagne moins), celle du troisième quartile (un quart des salarié gagne plus), le ratio entre la rémunération la plus haute et la plus basse. Les évolutions d’une année sur l’autre de ces éléments devraient également apparaître.

Réactions politiques en France

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, est favorable à cette proposition. Il a déclaré sur France 2 :

Je considère qu’on doit faire preuve de transparence. Je considère également qu’il est bon que dans une entreprise les écarts salariaux ne soient pas trop importants pour garder de la cohésion au sein de l’entreprise.

À gauche, personne ne s’en étonnera, cet amendement est jugé insuffisant. Pour cet horizon politique, il ne s’agit pas seulement d’informer mais d’encadrer autoritairement les rémunérations versées par les entreprises privées. Au cours de la campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon proposait d’imposer par la loi un écart maximum de 1 à 20 entre le plus haut salaire et le plus bas.

La droite est opposée à l’amendement. Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, considère que cette proposition « n’a aucun intérêt » (déclaration sur RTL). En effet, selon le leader LR, l’objectif de la loi Pacte est de rendre l’économie française plus compétitive. Un tel amendement ne serait qu’une opération politicienne visant à satisfaire l’aile gauche de la majorité LREM.

L’inspiration anglo-saxonne

Ce tropisme de transparence totale a pour origine les pays anglo-saxons. Les écarts de rémunération y sont beaucoup plus importants qu’en France et certaines rémunérations ont suscité l’opprobre de l’opinion. Aux États-Unis, la rémunération moyenne des grands patrons est, selon les sources, 275 à 350 fois supérieure au salaire moyen. En France, les PDG des sociétés CAC 40 ont en moyenne des rémunérations 70 fois supérieures au revenu moyen français.

Aux États-Unis, la SEC (Security Exchange commission), le régulateur américain des marchés, a imposé aux entreprises cotées de publier, à partir de 2017, l’écart entre la rémunération des dirigeants et le salaire médian de l’ensemble des salariés de l’entreprise. La Grande-Bretagne devrait adopter une mesure similaire à compter de l’an prochain.

Effets pervers de la publication des salaires

Ces obligations d’information, qui semblent se généraliser dans les pays occidentaux, pourraient avoir des effets inattendus. La publication dans la presse des rémunérations des grands patrons depuis la fin du siècle dernier semble avoir eu un effet inflationniste sur ces rémunérations. Cette information conduit à une compétition de mauvais aloi entre dirigeants de grandes entreprises, qui n’acceptent pas d’être moins bien payés que leurs pairs. Une rémunération plus faible pourrait en effet signifier, dans une optique de marché, que le dirigeant est de qualité inférieure.

Quel est le ressort profond de ces obligations de transparence ? Elles n’ont rien à voir avec l’économie. Il s’agit d’éthique, de morale, de politique. Chacun le sait, le niveau de vie dans une société n’a aucun rapport avec la hiérarchie de rémunérations. Il dépend uniquement du taux de croissance économique, donc de la compétitivité du pays. Les moins bien lotis n’ont rien à gagner à la réduction des salaires des patrons.

La nécessité de connaître scientifiquement n’est pas non plus en cause. Des instituts de statistiques étudient déjà de façon approfondie les rémunérations et les patrimoines. Mais ces études sont totalement anonymes. Elles ne concernent pas une personne physique ou morale particulière, mais des ensembles statistiques. L’objectif est la connaissance.

Les obligations de publication ont au contraire un objectif de contrôle public, voire de délation médiatique. Elles se fondent sur l’idée simpliste et très répandue que toute personne n’ayant rien à se reprocher n’a rien à cacher. La transparence en toute chose représenterait ainsi l’acmé de la société parfaite. Chacun serait le Big Brother d’autrui. Les démocraties occidentales ne semblent pas être à l’abri des tentations de cette éthique totalitariste.

D’une manière plus générale, le mythe de la transparence totale repose sur une aspiration égalitariste latente. Il s’agit de permettre à la population de surveiller en permanence le petit nombre des privilégiés. Le ressort profond du phénomène est présent dans toutes les sociétés humaines, même les plus anciennes. Il s’agit de l’envie, qui provient de la volonté maligne d’empêcher la réussite d’autrui ou ses manifestations extérieures. Il n’est pas question de profiter de la richesse d’autrui, de se l’approprier, mais seulement de la rendre impossible par la pression collective vers l’égalité.

Ainsi, sous les apparences d’une éthique démocratique, ce sont les ressources les plus négatives de la nature humaine qui sont exploitées politiquement.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Quel que soit le domaine, l’excès de transparence, c’est la porte ouverte à l’immobilisme et au nivellement par le bas.

  • M Lorphelin LR et Bruno devraient principalement s’occuper de la transparence dans le monde publique et des élus avec leurs indemnités diverses. Des personnes qui n’ont jamais investi un kopek dans une entreprise décident à la place des entrepreneurs.
    pauvres français

  • L’Etat français étant une sorte de grosse entreprise qui brasse des tonnes de pognon, peut on avoir le détail du salaire de tous ses employés, primes comprises?

  • l’auteur de l’amendement peut-il être transparent ses rémunérations ? et ses avantages d’homme politique avant le reste.
    Il ignore ce qu’est un entreprise privée même s’il est ingénieur

  •  » je considère qu’ON doit faire preuve de transparence  » …que ne l’ont ils fait quand certaines personnalités et médias ont demandé à combien se monter le salaire réel de Bénalla , primes comprises….

  • Transparence : que Messieurs le politiciens commencent !

  • « Il s’agit de l’envie, qui provient de la volonté maligne d’empêcher la réussite d’autrui ou ses manifestations extérieures. Il n’est pas question de profiter de la richesse d’autrui, de se l’approprier, mais seulement de la rendre impossible par la pression collective vers l’égalité. »

    absolument. testé et vérifié dans les théories des jeux. ça a du être un critère sélectif de l’evolution pour que cela soit partagé. c’est lié à l’ego, l’estime de soit, une loi de survie psychique.

  • Publier le ratio min max, va juste inciter a licencier ou moins embaucher les personnes au smic.
    Je doute que le pdg va descendre son salaire pour cela, ou qu’il va augmenter tout le monde…

  • Qu’ils commencent par eux et leurs conseillers, ou bagagistes…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bruno Le Maire a tout à fait raison de refuser l’indexation des salaires sur l’inflation. Le problème est de savoir s’il sera entendu par le gouvernement.

 

Un peu d'histoire récente

Afin de démontrer la nocivité de l’indexation des salaires sur l’inflation, il suffit de faire un retour aux années 1960-1980. En voici les conséquences.

En 1967, l’inflation en France était maîtrisée à 2,7 % mais a commencé à déraper l’année suivante pour atteindre 13,7 % en 1974.

Que s’est donc-t-il passé ?

Tout d’abord, ... Poursuivre la lecture

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles