« No Brexit at all » : La troisième option ?

Et si les Britanniques s’engageaient pour un Brexit à la Norvégienne ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« No Brexit at all » : La troisième option ?

Publié le 20 juillet 2018
- A +

Par Thierry Godefridi.

Plus encore que le poids des mots (l’ingérence flagrante de Trump dans les affaires intérieures du Royaume-Uni, voire dans celles de l’Union européenne – sa suggestion d’attaquer l’UE en justice sur le Brexit), le choc des photos (sa démarche pataude devant la Reine lors de la revue de la garde d’honneur au château de Windsor) aura démontré aux Britanniques l’estime dans laquelle l’allié américain, avec lequel ils se targuent d’entretenir une relation spéciale, tient leurs traditions, leur démocratie parlementaire et leur indépendance.

Ne cachant pas son admiration pour le Président des États-Unis et affirmant qu’il y a « une méthode dans sa folie » (« method in his madness »), Boris Johnson, l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères, avança que ce serait vraiment une bonne idée de laisser Trump négocier le Brexit. Trump le lui rendit bien en confiant au Sun, le journal le plus lu du Royaume-Uni, le jeudi 12 juillet, à la veille de sa visite à Londres, qu’un accord de libre échange entre les États-Unis et le Royaume-Uni s’avérerait impossible si Mme May maintenait son objectif d’un divorce à l’amiable avec l’UE et que Boris Johnson ferait un excellent Premier ministre.

Brexit : suivre le plan

Mais, rassurons-nous, tout ceci n’était qu’un simple malentendu : le Sun aurait tout bonnement omis de signaler tout le bien que le Président des États-Unis pensait de la Première ministre britannique. Fake news, quand tu nous tiens !

« Notre plan pour le Brexit, écrivait la Première ministre britannique dans le Mail on Sunday de dimanche, saisit l’occasion d’exécuter la décision démocratique du peuple britannique et d’assurer un nouvel avenir éclatant pour notre pays en dehors de l’Union européenne. Il rétablit notre souveraineté nationale de sorte que c’est notre Gouvernement qui décide de qui entre dans notre pays, notre Parlement qui fait nos lois et nos cours qui les appliquent. »

« Ce plan, continuait-elle dans le Mail On Sunday, met fin aux considérables contributions que nous payons à l’Union européenne, nous offrant un dividende qu’il nous sera loisible d’investir pour suivre d’autres priorités internes comme notre plan à long terme pour notre système public de soins de santé. »

« C’est aussi l’opportunité d’une politique commerciale indépendante, nous permettant de conclure de nouveaux accords commerciaux avec des alliés à travers le monde, y compris l’Amérique, dont le président Trump a dit clairement qu’il est dorénavant convaincu que nous y arriverons. <Le plan> ne consiste toutefois pas à remplacer notre partenariat commercial avec l’UE par un autre avec des pays tiers mais à commercer avec l’une et avec les autres. »

« If we don’t, we risk ending up with no Brexit at all, prévient-elle. (Si nous ne le faisons pas, nous risquons de ne pas avoir de Brexit du tout.) »

Comment réaliser le Brexit ?

Rien de neuf dans ce plan par rapport à la propagande pro-Brexit d’il y a deux ans. Par contre, l’on ne voit toujours pas dans quel cadre ce Brexit se réaliserait. Les conservateurs britanniques en sont probablement eux aussi encore à se le demander.

Une enquête de l’agence britannique d’étude de marché et de sondage BMG a révélé en janvier que 52% des Britanniques sont en faveur du maintien dans le marché unique et que 14% seulement sont en défaveur. En ces temps de polarisation de l’opinion, c’est une fort belle marge.

Pourquoi Mme May et les Eurosceptiques de tous bords (Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste, l’est tout autant) se méfient-ils de l’option « norvégienne » (c’est-à-dire de rester dans l’EEE, l’Espace économique européen, via l’AELE, l’Association européenne de libre-échange) et ne la soumettent-ils pas, ou sa variante suisse, par référendum au peuple britannique ?

Dans un article publié en mai, Tim Harford, l’Undercover Economist du Financial Times, rappelle les travaux d’Itamar Simonson, un professeur de marketing de la Stanford University, et d’Amos Tversky, l’un des pionniers de l’économie comportementale, sur le renversement de préférence et explique que, confronté aux options d’un Brexit dur dont le coût économique lui paraît inchiffrable, d’un Brexit à la norvégienne dont il ne perçoit pas l’avantage puisque le Royaume-Uni subirait les décisions de l’UE sans y prendre part et d’un « no Brexit at all », le peuple britannique pourrait fort bien considérer qu’« un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » et finalement préférer cette troisième option. L’économie rattraperait-elle l’idéologie et Mme May aurait-elle commis un fâcheux lapsus ?

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • ça illustre le pouvoir de la bureaucratie…

    • @jacques lemiere: ça illustre surtout la « ploutocratie » des populistes de tout bord. Ce sont des politiques britanniques qui ont choisi le Brexit. Les insitutions de UE ne font que respecter le vote populaire. Aux britanniques d’assumer leur décision. Mais il sera trop quand il prendront enfin conscience des bienfaits de l’UE.

      • L’option « à la Norvégienne », c’est 99% des bienfaits et 1% de la bureaucratie. Tous ne le savaient peut-être pas parmi ceux qui ont voté pour le Brexit, mais plus que beaucoup de commentateurs ne veulent l’imaginer.

  • En tant que francais et europeen, le brexit est une tres bonne chose, vu qu on aura plus un membre qui veut etre a la fois dehors et dedans.
    Pour la GB, c est peut etre une moins bonne nouvelle, mais c est le choix des electeurs. Il faut bien voir qu ele brexit a ete motive non pas par l economie (la dessus meme les brexiteurs etaient d accord) mais par le fait de pouvoir de nouveau etre un pays souverain (« take back control »). Et que ca, ca valait bien qu on paye pour

  • Pourquoi pas un Bremain maintenant. Mais alors en supprimant toutes leurs exceptions, parce que sinon, cela consisterait a conserver dans l’Europe un pays qui ne veut pas de l’Europe. Oh oui, l’Europe a plein de défauts qu’il va vraiment falloir traiter (en clair alléger sévèrement le « machin »), mais si chacun fait sa tambouille, ça ne marchera assurément jamais…

    • @ John Lasser
      C’est bien l’U.K. qui a pris l’initiative du brexit, accepté.
      Comme tout le monde, j’imagine, personne ne connait la fin de l’histoire (encore 8 mois, avant prolongation).
      Il m’étonnerait que les Britanniques obtiennent une seconde fois leur statut spécial, 1/2 dedans, 1/2 dehors, avec la réduction Tatcher de sa P.A.F.
      Dedans, on participe aux décisions à 27, dehors, on négocie ses propres conditions, selon ses intérêts.
      L’Union Européenne n’est pas achevée donc incomplète (c’est dû surtout au conseil européen des chefs d’état et de gouvernement, exécutif trop puissant, donc peu démocratique, qui refuse l’U.E. comme bloc significatif sur le plan mondial, pour s’accrocher à la relique gaulliste de la nation, dont l’U.E. devient le bouc émissaire officiel, par défaut d’introspection!). Dommage!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors d’une récente entrevue, une ancienne secrétaire à la Maison Blanche a candidement avoué la stratégie des démocrates lors des élections du mois prochain : se concentrer sur « l’extrémisme » républicain. Car si ces mêmes élections sont un référendum sur les deux dernières années au pouvoir des démocrates, particulièrement au sujet de l’augmentation vertigineuse de la violence, il y aura effectivement un raz-de-marée rouge.

 

Les médias et les démocrates

Il semble que les alliés des démocrates dans les médias avaient comp... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles