Sommet Trump-Poutine : le retour en grâce du réalisme politique ?

La rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine génère fantasmes et réprobations. Et si on reprenait le problème à froid ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sommet Trump-Poutine : le retour en grâce du réalisme politique ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 juillet 2018
- A +

Par Drieu Godefridi.

Cette rencontre suscitant une grande agitation médiatique et politique, il n’est peut-être pas inutile de tenter de la contextualiser.

Commençons par lire ce communiqué de la présidence des États-Unis :

Ce que nous avons dit […] n’est […] pas aussi important que ce que nous ferons dans les années à venir pour construire un pont au-dessus de 16 000 miles et 22 ans d’hostilités, qui nous ont divisés dans le passé. Et ce que nous avons dit aujourd’hui, c’est que nous allons construire ce pont.

Ces paroles ne sont pas de Trump mais de Richard Nixon, après qu’il eut rencontré le dictateur et tyran Mao-Zedong, en 1972, à la faveur de ce qui est aujourd’hui salué comme le plus grand coup de génie du président américain, qui restructura le jeu des puissances de l’époque.

Mao était-il moins tyran ou sanguinaire que Poutine ? Mao présida, entre autres abominations, le « Grand bond en avant », fantasme féroce qui causa la mort de dizaines de millions d’enfants, de femmes et d’hommes chinois, scarifiés sur l’autel de l’égalitarisme communiste. Petit joueur, Poutine, en comparaison, tout petit joueur.

Nixon et la Chine

Nixon fit-il moins de concession que Trump ? Nixon abandonna purement et simplement Taïwan à son sort, et reconnut l’unité de la Chine. Dit autrement, Nixon et Kissinger donnèrent aux Chinois exactement ce qu’ils voulaient, car ils y voyaient le prix du détachement de la Chine de l’orbe soviétique.

Allons au fond des choses : que veut-on ? Que proposent les contempteurs de Monsieur Trump ? Que la Russie soit traitée comme l’ennemie de l’Occident pour l’éternité des siècles, que les feux et contre-feux de ce conflit séculaire s’allument aux quatre coins du globe jusqu’à ce que, malencontreusement, l’incendie se déclenche ? Est-ce la guerre que l’on veut ? Quand Obama engagea les forces américaines en Syrie, il fut à la fois faible et irresponsable.

Faible, car il traça une « ligne rouge » — l’emploi d’armes chimiques — dont il s’avéra que le régime syrien pouvait l’enfreindre sans la moindre conséquence.

Irresponsable, car il laissa se créer, avec les interventions anarchiques turques et iraniennes, russes, européennes et américaines, sans compter le soutien aux « rebelles » directement affiliés aux islamistes, un magma dont tout pouvait surgir, y compris un conflit armé direct et ouvert entre l’OTAN et la Russie. Il s’en fallut de très peu que ce conflit — cette guerre ouverte entre la Russie et l’OTAN — ne se déclare quand le régime turc, membre de l’OTAN, abattit un « jet » russe (ce « très peu » étant la capacité du régime russe à ne pas réagir dans l’instant, de façon impulsive).

Rappelons que la Russie détient autant d’ogives nucléaires que les États-Unis et que ce n’est pas parce qu’elles n’ont plus été utilisées depuis 1945 — Dieu merci ! — que ces armes nucléaires ne le seront jamais. Un conflit nucléaire entre la Russie et les États-Unis plongerait instantanément l’humanité entière dans une nuit dont elle ne sortirait probablement jamais. Du point de vue de la gestion de ce « parc » nucléaire, le fait que Russes et Américains se parlent et négocient n’est pas un problème, mais un impératif absolu et constant.

La diplomatie n’est pas un club anglais

Quelle est cette étrange conception de la diplomatie qui voudrait qu’on ne puisse rencontrer que des amis ? On reproche à Trump le fait même de la rencontre, serrage de pinces et sourires pour la caméra. (Comme on aimerait que la presse soit aussi critique quand les « éminences » européennes vont s’humilier en hijab devant le régime de Téhéran !) La diplomatie est-elle un club anglais ? Une amicale de joueurs de bridge ? C’est un principe élémentaire, en affaires comme dans la conception réaliste de la diplomatie, qu’on gagne souvent davantage à rencontrer ses adversaires que ses amis.

Et puis, il y a la question de l’interférence russe dans l’élection américaine de 2016. Disons-le : cette interférence est avérée ; l’accord, sur ce fait, est désormais bi-partisan, comme on dit aux États-Unis. Toutefois et de l’aveu même du Procureur spécial et du Département américain de la Justice, il n’existe à l’heure actuelle pas le moindre élément matériel qui prouve a) la collusion entre Russes et équipe de campagne de Trump, b) ni que cette interférence ait eu ni même pu avoir la moindre influence sur le résultat (c’est-à-dire la très large victoire de Trump dans le collège électoral).

Cette modeste interférence est à mettre en regard des interventions massives des Américains dans des dizaines de pays et centaines de processus électoraux depuis 1945. Il y a des espions russes aux États-Unis ? La belle affaire ! Il n’y aurait donc aucun espion américain en Russie ? Les espions devraient se cantonner à leur territoire national ?

Le nouveau monde selon Trump

Certes, dans un monde idéal, ces interférences ne devraient pas être. Dans notre monde, elles doivent être mises en lumière et combattues. Ce dont le renseignement américain, qui dispose du budget astronomique de cent milliards de dollars par an, possède en effet les moyens.

Quand j’ai publié La révolution Trump en janvier dernier, je pressentais que cette présidence serait architectonique, structurante de l’avenir américain, donc de l’Occident. Dans le domaine des relations internationales, j’étais au dessous de la vérité. Corée du Nord, Iran, Chine, Russie : il est trop tôt pour discerner ce que sera le monde de demain. Ce qui est sûr est qu’il sera fort différent de celui que nous connaissons, plus réaliste et moins européen, et que si les Européens refusent d’affirmer leur puissance, ils seront marginalisés.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « si les Européens refusent d’affirmer leur puissance, ils seront marginalisés. »
    mais ils le sont dejà ! Trump a rejeté le libre échange,poutine garde son embargo dur certains pays européens , dont la France ,pour les pays du sud est asiatiques bous ne sommes que des consommateurs d’électronique et de tissus ,et des fournisseurs de technologie ( ils achétent un produit de pointe et n’ont plus qu’a le copier ) rien de plus, pour les pays d’amerique du sud des acheteurs d’agrumes et de volailles.
    il n’y a plus que nous européens pour croire a notre « grandeur ».

    • En fait, non. Nous ne croyons plus en notre grandeur puisque nous devons constamment battre notre coulpe pour avoir, dans le désordre, colonisé partout, été trop mous pour empêcher la montée du nazisme (on passera sous silence celle du communisme), et tout réchauffé notre Sainte Mère Gaïa, un vrai barbecue.

      Soyons optimistes, nous nous réveillerons peut-être quand nous aurons touché le fond du trou.

    • Trump a rejeté la fraude au libre échange, car pour qu’il soit libre encore faut-il qu’il soit équitable. C’est loin d’être la cas l’UE a des droits d’importation bien plus élevés que les USA. La malhonnêteté de Bruxelles est flagrante.

  • Bel article, on souhaiterait qu’il soit traduit et publié outre-atlantique, où le débat autour du POTUS semble de plus en plus voler sous les taupinières.

  • Quant à la conclusion, je pense surtout que s’ils refusent d’ouvrir leurs yeux, les Européens seront marginalisées!

  • Mao était un psychopathe qui faisait assassiner tout le monde sous le moindre prétexte. A commencer par ses supérieurs du PC chinois, ses rivaux et même sa femme.
    Quant à Poutine c’est tout simplement le chef de la mafia au pouvoir, qui rêve de rétablir l’empire soviétique. Il l’a dit et répété. Mais cela ne doit pas empêcher de rétablir des liens diplomatiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Comment les États réagissent à l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade

Depuis l'arrêt de la Cour suprême de vendredi dernier qui a bouleversé la liberté de pratiquer une IVG en Amérique, les États ont pris des mesures pour en restreindre ou en protéger l'accès.

L'adoption de nouvelles interdictions de l'interruption de grossesse prendra au moins un peu de temps. Cependant, un certain nombre d'États ont déjà adopté des dispositifs légaux d'interdictions qui se déclencheraient automatiquement e... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

On viole les droits constitutionnels des gens au nom de leur sécurité.

Les fusillades sont une triste réalité qui semble unique aux États-Unis. Et à chaque fois qu’elles se produisent, les sirènes (généralement démocrates) implorent le Congrès de « faire quelque chose ». Même si cela implique de violer les droits fondamentaux des individus.

Généralement, les républicains résistent au charme. Mais pas cette fois-ci.

Plusieurs sénateurs du parti de Trump se sont rangés du côté du parti de Biden pour imposer des restrictions... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles